Boulange

49° 22′ 57″ N 5° 57′ 12″ E / 49.3825, 5.9533

Boulange
Église paroissiale Notre-Dame-de-la-Nativité
Église paroissiale Notre-Dame-de-la-Nativité
Armoiries
Administration
Pays France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Ouest
Canton Fontoy
Code commune 57096
Code postal 57655
Maire
Mandat en cours
Jacky Aliventi
2008 - 2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-Haut Val d'Alzette
Démographie
Population 1 776 hab. (1999)
Densité 139 hab./km²
Gentilé Boulangeois (fr) / Bollinger (de)
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 57″ Nord
       5° 57′ 12″ Est
/ 49.3825, 5.9533
Altitudes mini. 285 m — maxi. 384 m
Superficie 12,78 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Boulange (en allemand Bollingen) est une commune française située dans le département de la Moselle.

Les habitants se nomment les Boulangeois, Boulangeoises[1].

Sommaire

Géographie

Histoire

  • Boulange a été mentionnée en premier lieu en 1178 en tant que Bolling

Village du duché de Bar, dans la prévôté de Sancy. Ancienne baronnie de Bassompierre. Le roi Stanislas Leszczyński et Louis XV ordonnèrent en 1766 que Bassompierre s’appellerait Saint-Menge ; mais le village a repris son ancien nom. Commune indépendante jusqu’en 1812, Bassompierre est aujourd’hui rattachée à la commune de Boulange. En 1817, Boulange village de l’ancienne province du Barrois où le Conroy prend sa source avait pour annexe Bassompierre, le moulin de petite Moyeuvre. À cette époque il y avait 391 habitants répartis dans 72 maisons. Bassompierre avait 157 habitants répartis dans 26 maisons.

" BASSOMPIERRE.— village de Lorraine ou du Barrois non mouvant, frontière du pays de Luxembourg ; chef-lieu de la baronnie et prévôté dû même nom. Depuis un certain temps les seigneurs de ce lieu portent le titre de marquis ; George Africain de Bassompierre, marquis de Remonville, seigneur du Châlelet, Baudricourt, etc., grand écuyer de Lorraine, mort en 1632, ayant épousé en 1610, Henriette de Tornielle, fille de Charles-Emmanuel de Tornielle, grand’maitre et chef des finances de Lorraine, dont il eut Anne - François de Bassompierre, celui-ci et ses successeurs ont hérité et pris le titre de marquis de Bassompierre et de Remonville. M. le marquis de Bassompierre est seul seigneur de ce village qui en lui-même est peu considérable, n’ayant qu’onze ou ou douze habitans, il est à une demi-lieue de Sancy et sous la juridiction du prévôt, recette et bailliage de Briey, cour souveraine de Nancy. Depuis longtemps les seigneurs de Bassompierre ont fait figure en Lorraine ; dès l’an 1387, Simon, seigneur de Bassompierre est nommé de la part du duc de Bar avec quelques autres seigneurs, pour juger les différens qui pourront survenir entre les sujets du Barrois et ceux du Luxembourg. En 1490, la ville de Metz était en guerre avec Hanus Arantz et Arnoud Arantz son frère, et avec Arnoud de Fénétrange. En même temps, George de Bassompierre et Perrin de Landre, demandèrent à la cité de Metz plusieurs hommes et femmes qu’ils prétendaient être de condition servile et leur appartenir, que ceux de Metz refusaient de leur livrer, Sur la fin de septembre de cette année, le seigneur de Bassompierre envoya défier on déclarer la guerre à la ville de Metz, et peu de jours après un nommé Jean de Saint-Mihiel, à la tête de vingt-six soldats qui étaient du parti du même seigneur de Bassompierre, envoyèrent aussi défier la ville de Metz. Le dernier d’octobre, ceux de Metz marchèrent contre la forteresse de Bassompierre, mais ils revinrent dès le lendemain. Le quatrième jour de novembre, trente-sept nouveaux ennemis soutenus par le seigneur de Bassompierre, vinrent encore défier la ville de Metz. On commença bientôt les hostilités, et les gens de Bassompierre enlevèrent les chevaux et autres bétail de quelques villages. On les poursuivit jusque près de Bassompierre, mais on ne put les atteindre.

Le château de Bassompierre est à présent en mauvais état ou même en ruine (1750). On peut voir la généalogie de la maison de Bassompierre, dans .le P. Anselme et dans Moréni. Cette maison a fondé les Minimes dej Nancy en 1592, et on voit dans l’église de ces religieux, les mausolées de Christophe de Bassompierre, grand’maitre d’hôtel et des finances de la Lorraine et de Louise de Rendeval sa femme, fondateur et fondatrice de cette maison. Ces mausolées sont en marbre et d’un travail exquis. Les deux personnages sont en bronze. le reste du mausolée en marbre noir. On y voit aussi le mausolée de François de Bassompierre, qui est simplement en pierre. La maison de Bassompierre est originaire d’Allemagne et établie en Lorraine au XIV Siècle. Elle porte d’argent au chevron de Gueules de trois pièces. La maison de Bassompierre dans les commencements, s’attacha aux ducs de Bourgogne, mais Charles-le-Hardi dernier duc de Bourgogne, ayant manqué de parole à Simon de Bassompierre, ce seigneur passa au service du duc René II."

Source : Dom Calmet

En 1871, Adolphe Thiers souhaitait donner de l'espace à la place-forte de Belfort devant rester française. Les Allemands, qui n'ignoraient pas la grande valeur minière du sous-sol, acceptèrent à condition de récupérer à leur profit des communes en déplaçant vers l'ouest la frontière prévue lors des préliminaires de paix signés à Versailles le 26 février 1871. Les communes de Rédange, Thil, Villerupt, Aumetz, Boulange, Lommerange, Sainte-Marie-aux-Chênes, Vionville devenaient donc allemandes. Mais Villerupt et Thil restèrent françaises grâce à la jovialité du normand Augustin Pouyer-Quertier qui plaisait au chancelier Bismarck. En ce qui concerne Boulange, citons cette anecdote lors de la délimination de la frontière: " Sur la limite des communes de Beuvillers et de Boulange, là où passera la frontière définitive, tout le monde est présent au rendez-vous, excepté le maire de Boulange, un meunier, solide gaillard, qui finit par apparaître, de loin, se dandinant, interpellé par le commissaire allemand, qui le presse. Le maire ralentit encore. L’Allemand enfle la voix. " Ah ça ! dit le meunier en arrivant, croyez-vous que je sois si pressé de devenir Prussien ?.,. Excusez-moi, mon capitaine (en parlant au Français Laussedat), de vous avoir fait attendre, mais je suis bien sûr que vous ne m’en voulez pas, Vous." (Extrait du livre "La délimitation de la frontière franco-allemande" par le capitaine devenu colonel Aimé Laussedat, éditions Delagrave, Paris 1902).

Blason

Blason de Boulange

De gueules au dextrochère de carnation vêtu d'azur, mouvant d'un nuage d'argent tenant une épée d'argent garnie d'or, accostée de deux cailloux du même, le tout chargé d'une étoile à six rais d'or.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Gérard Ignaczak    
mars 2001   Jacky Aliventi PS Conseiller général
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[2])
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007
2 528 2 196 1 941 1 839 1 757 1 776 2 236
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

  • Vestiges gallo-romains.
  • Ancien château des Bassompierre rasé sur ordre du cardinal de Richelieu en 1635

Édifices religieux

Chapelle Saint-Luc de Bassompierre.
  • Église paroissiale Notre-Dame-de-la-Nativité, date de 1756 ; elle s’élève sur l’emplacement même de sa devancière (construite en 1084). La pose de la première pierre de l’église actuelle, date du 20 septembre 1931.
  • Chapelle Saint-Luc de Bassompierre de 1764.

Personnalités liées à la commune

Notes et références

  1. (fr)Moselle > Boulange (57655) sur www.habitants.fr. Consulté le 11 juillet 2010.
  2. Boulange sur le site de l’Insee

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Boulange de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • boulange — [ bulɑ̃ʒ ] n. f. • 1830; de 1. boulanger ♦ Fam. Métier ou commerce du boulanger. Être dans la boulange. Bois de boulange, destiné à chauffer le four. ● boulange nom féminin (de boulanger) Métier ou commerce de boulanger. Produit total de la… …   Encyclopédie Universelle

  • Boulange — Boulange …   Deutsch Wikipedia

  • Boulange — Saltar a navegación, búsqueda Boulange País …   Wikipedia Español

  • boulangé — boulangé, ée (bou lan jé, jée) part. passé. Pain bien boulangé …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Boulange — is a village and commune in the Moselle département of north eastern France.ee also*Communes of the Moselle department …   Wikipedia

  • Boulange — Boulange, s. Boulanger 3) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • boulange — n.f. Métier de boulanger : Travailler dans la boulange. / La Boulange aux faffes ou la Grande Boulange, la Banque de France (arg.). Fausse monnaie : Dédé la Boulange, célèbre faussaire …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • boulange — (entrée créée par le supplément) (bou lan j ) s. f.    Terme de meunerie. 1°   Ce qui est moulu. L échauffement de la boulange. 2°   L action de cuire le pain. Le bois de boulange. 3°   Bois de boulange ou de boulanger, le bouleau …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Boulange — Original name in latin Boulange Name in other language Boulange State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 49.38093 latitude 5.95231 altitude 324 Population 1844 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • BOULANGE — n. f. T. de Meunerie Produit de la mouture du blé transformé par la meule en son, gruau et farine. Il signifie aussi Action de pétrir et de cuire le pain. Bois de boulange, Bois dont les boulangers chauffent leur four …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”