Haram


Haram
Page d'aide sur l'homonymie Pour la kommune norvégienne, voir Haram.
El haram ou salle de prière de la Grande Mosquée de Kairouan située dans la ville de Kairouan en Tunisie.

Le mot harām (arabe : حَرَام [ḥarām], illégal ; illicite ; interdit ; inviolable ; sacré) a deux sens en arabe et dans le monde musulman. D'un côté il signifie l'interdiction (harām). De l'autre il signifie sacré : le territoire autour des deux villes saintes de La Mecque et de Médine est sacré (arabe : البَلَد الحرام [al-balad al-ḥarām], le territoire sacré) donc interdit aux non musulmans. La mosquée de la Mecque est appelée la « Mosquée Sacrée » (مَسجِد الحرام [masjid al-ḥarām]), la Kaaba est la « Maison sacrée » (arabe : بَيْت الحرام [bayt al-ḥarām]).

  • En arabe, le terme harām est l'opposé de halāl.
  • Le mot harem (حريم [ḥarīm]) vient de la même racine arabe : l'épouse est sacrée et interdite à tout autre que son époux, le harem est un lieu interdit où séjournent les épouses.

Dans une mosquée la salle de prière est désignée sous le nom de el haram

Sommaire

Interdits généraux

Le Coran énonce un certain nombre d'interdits dont les principaux sont regroupés dans ces deux versets :

« Dis : “Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne Lui associez rien ; et soyez bienfaisants envers vos père et mère. Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux. N'approchez pas des turpitudes ouvertement, ou en cachette. Ne tuez qu'en toute justice la vie qu'Allah a fait sacrée. Voilà ce qu'Allah vous a recommandé de faire ; peut-être comprendrez-vous.
Et ne vous approchez des biens de l'orphelin que de la plus belle manière, jusqu'à ce qu'il ait atteint sa majorité. Et donnez la juste mesure et le bon poids, en toute justice. Nous n'imposons à une âme que selon sa capacité. Et quand vous parlez, soyez équitables même s'il s'agit d'un proche parent. Et remplissez votre engagement envers Allah. Voilà ce qu'Il vous enjoint. Peut-être vous rappellerez-vous”[1]. »

Le Coran rappelle que Îsâ avait levé des interdits alimentaires, mais l'islam va en conserver certains :

« , et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j'ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Dieu donc, et obéissez-moi.
Dieu est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc : voilà le chemin droit[2]. »

L'interdit de l'alcool

Le mot alcool, (arabe : كحول [koḥôl], alcool) provient d'une même racine (كحل [kaḥala], avoir les yeux cernés, avoir mal dormi) que l'on retrouve dans le fard noir à paupières à base d'antimoine (كحل [koḥol], khôl ; fard noir à paupières), parce que les deux donnent des yeux cernés, le regard fatigué.

Comme le miel, le lait et l'huile, le vin est au croisement de deux types d'industries: une industrie naturelle, qui fait croître le raisin jusqu'à sa cueillette, et une industrie humaine, qui le transforme pour en faire cette boisson enivrante. Les fruits de la vigne et du palmier sont permis, mais le vin qu'on en tire est interdit :

« Des fruits des palmiers et des vignes, vous retirez une boisson enivrante et un aliment excellent. Il y a vraiment là un signe pour des gens qui raisonnent[3]. »

Au début de la prédication le Coran se limite à dire aux musulmans de ne pas arriver ivres à la prière. Mais le vin comporte même une certaine utilité.

« Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : “Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité”. Et ils t'interrogent : “Que doit-on dépenser (en charité) ?” Dis : “L'excédent de vos biens”[4]. »

Un peu plus tard, la consommation de vin (et plus généralement de boisson fermentées) n'est interdite qu'à cause des conséquences de l'ivresse, les conséquences de l'ivresse disparaissent au paradis et la consommation du vin y est permise.

« Ô les croyants ! N'approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d'impureté [pollués] – à moins que vous ne soyez en voyage – jusqu'à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Dieu, en vérité est Indulgent et Pardonneur[5]. »

Plus tard encore, ce verset est abrogé et l'interdiction se généralise et se durcit. Le verset suivant est un verset abrogeant le précédent ; il ne faut pas boire de boisson fermentée à cause des conséquences sur le comportement du buveur.

« Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez[6]. »

Ces trois versets font partie de sourates dites médinoises que la tradition place respectivement 87e, 92e et 112e dans l'ordre de la révélation.

Dans la Perse islamisée, le vin était resté (et le reste, mais de manière officieuse) en usage, il suffit de lire les poètes comme Khayyâm (1048 - 1123) ou Hafez (1320 - 1389), ou Rûmi (1207 - 1273).

Pour certains hétérodoxes, l'ivresse est un moyen de parvenir à l'extase, à la connaissance suprême, elle permet une élévation de l'âme à la connaissance spirituelle.

Ainsi, le vin est l'accompagnateur des cérémonies hétérodoxes qui trouvent en lui tous les artifices de départ, d'élévation et d'émotion, conditions requises pour l'émergence de l'extase. Les métaphores qui associent le vin à l'extase mystique, voire à l'amour de Dieu, sont nombreuses[7].

Enclave sacrée

La déclaration de la Mecque et de Taef comme « enceintes sacrées » remonte à la période antéislamique, en même temps que d'autres cités sacralisées (liées à des divinités locales). Concrètement cela consistait en certains tabous comme l'interdiction de faire la guerre dans ces régions, l'interdiction d'y chasser et d'en arracher des plantes, qui était donc l'usage avant l'islam et du temps de Mahomet[8].

Suivant M.H. Benkheira, c'est quelques décennies après Mahomet que l'interdiction d'accès à Médine et à la Mecque aux non musulmans a été entamée ; l'histoire de cette interdiction difficile à définir avec certitude remonte probablement à l'époque du calife omeyyade Umar ibn Abd al-Aziz (682-720), dont la politique est caractérisée par une hostilité marquée à, l'encontre des juifs, des chrétiens et des non-musulmans en général. C'est a posteriori que les exégètes musulmans ont justifié cette pratique à partir du Coran (9, 28), en déclarant les non-musulmans impurs par nature et leur présence sur le haram comme une souillure. Néanmoins, jusqu'au VIIIe siècle, voire au-delà, de nombreux témoignages attestent de la présence de non-musulmans à Médine et à la Mecque[9].

Voir aussi

  • Pour les permis alimentaires, voir halal.
  • Makrouh, les actes indésirables.

Notes

  1. Le Coran (trad. Muhammad Hamidullah), « Les bestiaux (Al-Anam) », VI, 151-152 ; (ar) الأنعام
  2. Le Coran (trad. Muhammad Hamidullah), « La famille d'Imran (Al-Imran) », III, 50-51 ; (ar) آل عمران
  3. Le Coran (trad. Muhammad Hamidullah), « Les abeilles (An-Nahl) », XVI, 67 ; (ar) النحل
  4. Le Coran (trad. Muhammad Hamidullah), « La vache (Al-Baqarah) », II, 219 ; (ar) البقرة
  5. Le Coran (trad. Muhammad Hamidullah), « Les femmes (An-Nisa') », IV, 43 ; (ar) النساء
  6. Le Coran (trad. Muhammad Hamidullah), « La table servie (Al-Maidah) », V, 90 ; (ar) المائدة
  7. Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans, éditions Albin Michel
  8. Ali Amir Moezzi, Dictionnaire du Coran, éditions Robert Laffont (2007). ISBN 978-2-221-09956-8 ; (981 pages) p.252
  9. Mohammed Hocine Benkheira, article « Enceinte sacrée » in Ali Amir Moezzi, Dictionnaire du Coran, éditions Robert Laffont, 2007, p.252

Bibliographie

  • Abu Hamid Muhammad b. Muhammad al-Tusi al-Gazali, Kitab al-halal wal haram, traduit par Régis Morelon, éd. Librairie J. Vrin, 1981

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Haram de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • haram — HARÁM, (1) haramuri, s.n. (reg.) 1. Vită slabă, prăpădită. 2. Jaf, pradă. ♢ loc. adj. şi adv. De haram = (lăsat) la voia întâmplării, fără stăpân, expus jafului. ♢ loc. adv. De haram = de pomană, degeaba; pe nedrept. ♢ expr. Haramul haram se face …   Dicționar Român

  • Harâm — Haram Pour la kommune norvégienne, voir Haram (en). Religion religions abrahamiques : judaïsme …   Wikipédia en Français

  • Haram — (ḥarām) (حرام) es una palabra árabe que significa prohibido o sagrado. Lo contrario es halal. Significado El significado de la palabra es ambiguo. Por un lado, incluye todas las cosas y hechos que en el Islam están prohibidos. Otra cosa son… …   Wikipedia Español

  • Haram — bezeichnet: Haram (Norwegen), eine Kommune in Norwegen Haram (Jemen), eine antike Stadt im Jemen Haram (Islam), ein Begriff für islamrechtlich Verbotenes Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur U …   Deutsch Wikipedia

  • haram — hàrām m <G haráma> DEFINICIJA pravn. pov. 1. isl. kategorija zabranjenih djela i postupaka 2. sve ono što je grešno, nedopustivo, nepravedno 3. sve ono što je prokleto, opr. halal ONOMASTIKA pr.: Haràmija (310, Međimurje, Pokuplje),… …   Hrvatski jezični portal

  • haram — USA An Arabic term meaning forbidden or unlawful. In the case of Islamic finance, Muslims cannot invest in, acquire or otherwise engage in transactions that involve forbidden products and activities such as pork related products, alcohol,… …   Law dictionary

  • Haram [1] — Haram (arab., verboten, heilig), 1) der Monat Muharrem, in welchem der Krieg verboten ist; 2) der Hof u. das Gebiet des Tempels zu Mekka (Beit ul H.), welchem kein Krieger nahen darf …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Haram [2] — Haram, 1) (Haramsöe), mehre kleine, fruchtbare Inseln in der Gruppe der Romsdalsinseln an der Westküste von Norwegen; gehören zum Stift Drontheim; 2) (Haramil), Insel im Arabischen Meerbusen, an der Küste von Arabien …   Pierer's Universal-Lexikon

  • haram — ● haram nom masculin (mot arabe signifiant interdit, sacré) Territoire sacré, interdit aux non musulmans, des villes saintes de La Mecque et de Médine. Salle de prière de la mosquée …   Encyclopédie Universelle

  • haram — see HAREM (Cf. harem) …   Etymology dictionary

  • haram — sif. <ər.> 1. İslam dininin ehkamlarına görə yeyilməsinə, işlədilməsinə icazə verilməyən (halal əksi). Haram mal bərəkət tutmaz. (Ata. sözü). <Yaşlı kişi:> Mən tamamilə mövhumatçı bir gəncdim, din və şəriətin haram bildiyi heç bir iş… …   Azərbaycan dilinin izahlı lüğəti


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.