Asharisme


Asharisme

L'Ash'arisme est une école théologique de l'islam tout comme le Maturidisme, développée par Abû Al-Hasan Al-Ach`arî (873-935), descendant du compagnon de Mahomet Abû Mûsâ Al Ash'arî, issu de la tribu yéménite des Ash'arites. Les adhérents à cette école sont nommés les Ash'arites (arabe: ʾašāʿira, أشاعرة). Cette école de pensée se répandit très vite parmi les musulmans et devint l'école théologique majoritairement suivie par les sunnites[1] (ne pas confondre école de pensée qui est basée sur la conception et la définition de la `aqida avec les écoles de jurisprudence dont la plupart des courants se réclament être les dignitaires).

D'abord adepte du mu'tazilisme (comme disciple d'Al-Jubbâ`î (en)), l'Imâm Al Ash'arî s'en sépara au moins sur deux points essentiels :

Sa théologie fut influencée par la méthodologie des théologiens Ahmad Ibn Hanbal, 'Abdu Llâh Ibn Kullâb, Al Hârith Al Muhâsibî et Abul 'Abbâs Al Qalânisî [2]. Il se différencia de la majorité des Salaf par l'utilisation du raisonnement logique afin de prouver la justesse de la révélation contenue dans le Coran et la sunna lorsque le besoin s'en fait ressentir lors d'un débat ou une réfutation. Cette méthodologie de raisonnement théologique est appelé kalâm qui est accusé d'être Scolastique par les détracteurs comme la mouvance Salafis

L'acharisme fut ensuite repris par Abû Hamid Al-Ghazali (mort en 1111) qui, sur le point de la prédestination, prend le contre pied de la position des Mutazilites. Dieu n'a de compte à rendre à personne et n'a à se soumettre à aucune loi, l'univers est parfait comme il est sans que rien ne puisse y être amélioré. La condition de chaque humain n'est l'objet d'aucune injustice car ce serait contraire au principe de la justice divine : les misères de la vie terrestre sont certes des pertes sur terre, mais elles sont aussi des gains dans l'au-delà. Sans la nuit, le jour n'aurait pas de valeur. Sans la maladie, la santé ne serait pas si appréciable. Si l’imperfection n’avait pas été créée, la perfection resterait inconnue.

Dans son ouvrage intitulé La Ruine de la philosophie. Il s'agit de prendre le contre-pied de la philosophie rationnelle grecque. Son influence est très profonde sur tout le monde musulman jusqu'à notre époque. Averroès (1126-1198) riposta avec La Ruine de la ruine.

L'acharisme a été surtout propagé par la dynastie des Almohades au Maghreb et la dynastie ayyoubide au Machrek.

Lorsque Atatürk renversa le califat Ottoman en 1924, il se méfiait tellement de la pensée acharite qu'il fit interdire l'édition en turc moderne (en caractères latins) des œuvres de l'imam Al-Ghazali[réf. nécessaire].

Sommaire

Positions de l'école Ash'arite

Sur les attributs de Dieu

Le Professeur 'Abd Ul Hayy Ar Rajshahi a résumé le point de vue Ash'arite sur les Attributs Divins en disant : " Selon les Ash'arites, Allâh est Un, Unique, Eternel et est un Être existant. Il n'est pas une substance, ni un corps, ni un accident, ni limité par une quelconque direction et ni contenu par un quelconque espace. Il possède des Attributs tels que l'omniscience, la toute-puissance, la vie et la volonté. Il est entendant, voyant et est doué de la parole. " [3]

Sur l'usage du Kalâm

L'usage du Kalâm était dans un premier temps l'apanage des sectes et rares étaient les sunnites qui pratiquaient cette méthode d'argumentation. Puis, suite à l'influence grandissante de philosphies marginales et hétérodoxes, les sunnites, avec l'Imâm Abul Hasan Al Ash'arî à leur tête, utilisèrent le Kalâm à leur tour afin de contrer les arguments des sectes et de les réfuter méthodiquement. C'est ainsi que l'Imâm Al Qabîsî Al Mâlikî a dit : " Sachez que Abul Hasan Al Ash'arî (qu'Allâh l'agrée) n'a pris du Kalâm que ce par quoi il voulait clarifier les traditions prophétiques, les confirmer et réfuter les problématiques créées par rapport à ces mêmes traditions prophétiques. A compris cela celui qui a été doté de la bonne compréhension par la grâce d'Allâh, et cela ne peut échapper qu'à celui à qui Allâh n'a pas destiné la bonne compréhension des choses. " [4]

Quelques grands noms de savants Ash'arites

L'Imâm Abul Hasan Al Ash'arî eut beaucoup de disciples, parmi les plus connus se trouvent :

  • Abul Hasan Ad Dummal (m.360/971)
  • Muhammad Ibn Mujâhid At Tâ'î (m.368/979)
  • Muhammad As Su'lukî (m.369/980)
  • Abul Hasan Al Bâhilî Al Basrî (m.370/981)
  • Muhammad Al Marwazî (m.371/982)
  • 'Alî Ibn Muhammad Ibn Al Mahdî At Tabarî (m.380/991)

5e siècle de l'hégire (1010-1107)

  • Abû Bakr Ibn At Tayyib Al Bâqillânî (m.403/1012)
  • 'Abd Ul Qâhir Al Baghdâdî (m.429/1038)
  • Abû Bakr Al Bayhaqî (m.458/1066)
  • Abul Qâsim Al Qushayrî (m.465/1073)
  • Abul Ma'âlî Al Juwaynî (m.478/1086)

6e siècle de l'hégire (1107-1204)

7e siècle de l'hégire (1204-1301)

8e siècle de l'hégire (1301-1398)

9e siècle de l'hégire (1398-1495)

10e siècle de l'hégire (1495-1592)

11e siècle de l'hégire (1592-1689)

  • Zayn Ud Dîn 'Abd Ur Ra°ûf Al Munawî (m.1031/1622)
  • Ibrâhîm Al Laqqânî (m.1040/1631)
  • 'Abd Ul Wâhid Ibn 'Âshir (m.1040/1631)
  • 'Abd Ul Qâdir Al Fâsî (m.1091/1681)
  • 'Abd Ul Baqî Az Zurqânî (m.1099/1688)

12e siècle de l'hégire (1689-1796)

  • Muhammad Ibn 'Abdu Llâh Al Kharashî (m.1101/1690)
  • Ahmad Ibn Ghânim An Nafrawî (m.1124/1713)
  • 'Abdu Llâh Al Haddâd Al Husaynî (m.1132/1720)
  • Abû 'Abdi Llâh Al Jassûs (m.1182/1768)

13e siècle de l'hégire (1796-1883)

  • Ahmad Ibn 'Ajîbah (m.1224/1810)
  • Ahmad Ibn Muhammad At Tijânî (m.1230/1815)
  • Ahmad Ibn Muhammad As Sâwî (m.1241/1826)
  • Shaykh Al Islâm Ibrâhîm Ar Riyâhî At Tûnisî (m.1266/1850)
  • Ibrâhîm Al Bâjûrî (m.1277/1861)

14e siècle de l'hégire (1883-1980)

  • Ahmad Ibn Zaynî Dahlân (m.1304/1887)
  • Cheikh Ahmad Bamba (1853-1927)
  • Al Hâjj Mâlik Ibn 'Uthmân Sih (m.1340/1922)
  • Muhammad Ibn Ahmad Al Ghumârî (m.1355/1937)
  • Muhammad Uz Zâhid Al Kawtharî (m.1371/1952)
  • Shaykh Al Islâm Ibrâhîm Niass (m.1395/1975)

Contemporains

Ibrâhîm Al Ya'qûbî (m.1406/1986), Muhammadu Yâ Sîn Al Fadanî (m.1410/1990), Ahmad Mash-hûr Al Haddâd (m.1416/1996), Muhammad Ul Mutawallî Ash Sha'rawî (m.1419/1999), Muhammad Ibn 'Alawî Al Mâlikî Al Makkî (m.1426/2006), Al Hasan Ibn 'Alî Cissé (m.1429/2008), 'Abd Ul Qâdir As Saqqaf (m.1431/2010), Muhammad Fall Al 'Alawî, Zayn Ud Dîn Ibn Sumayt Al Husaynî, Muhammad Us Sa'îd Al Bûtî, 'Alî Jumû'ah Al Misrî, Nûh Hâ Mîm Keller, Al Habîb 'Umar Ibn Hâfiz, Yûsuf Ibn Hâshim Ar Rifâ'î, Al Habîb 'Alî Al Jifrî, Hamzah Yûsuf, Mûsâ Furber Al Hanbalî, Muhammad Ibn Ibrâhîm Al Ya'qûbî, Hamzah Yûsuf, 'Abd Ul Hakîm Murâd, Jibrîl Al Haddâd, 'Abdu Llâh Ibn Hamîd 'Alî...

Quelques opposants à l'Ash'arisme

Outre les Mutazilites (qui étaient les premiers adversaires des Ash'arites), les anthropomorphistes et les qadarites, il y a eu des critiques envers les Ash'arites provenant d’autres savants tels que Ibn Al Qayyim ou Ibn Taymiyyah. Ce dernier a consacré plusieurs volumes à la critique de l'Asharisme avec son livre : "Réfutation de l'opposition entre raison et révélation"

  • Ibn Hazm (XIe siècle) était très critique à leur égard, il semblerait qu'il eut de mauvaises informations sur l'Asharisme, les accusant de choses qui ne sont trouvables nulle part dans les ouvrages Ash'arites[5].
  • Ibn Taymiyyah (XIIIe - XIVe siècle) a écrit plusieurs réfutations des Acharites, dont un livre en plusieurs tomes intitulé Daru' taʿâruḍ al-ʿaql wa al-naql (Réfutation de la contradiction entre la raison et la révélation) ou encore Muwāfaqat ṣahîh al-manqūl li ṣarīh al-maʿqūl (Conformité entre la tradition authentique et la raison explicite).
  • Ibn Al-Qayyim (XIVe siècle), disciple d'Ibn Taymiyyah, tenta de réfuter les opinions des Ash'arites dans plusieurs ouvrages, notamment dans Al-Sawâʿiq al-mursala ʿalâ al-jahmiyya wa al-muʿattila (il nommait souvent les Ash'arites jahmiyya du nom d'une groupe plus radical, plus proche des Mutazilites, et assez vite disparu), Ijtimâʿ al-juyûsh al-islâmiyya li ghazw al-muʿattila wa al-jahmiyya (livre consacré à démontrer, par d'innombrables citations, le dogme selon lequel Dieu est au-dessus des cieux, refusé par les Acharites qui ne donnent aucun lieu, ni direction à Dieu). Il écrivit également un poème intitulé Qasîdat Un Nûniyyah dans lequel il expose sa croyance et critique les Ash'arites. Ce poème était diffusé en secret par peur de représailles, étant donné que l'école Ash'arite était extrêmement répandue[6]. Al Imâm Taqî Ud Dîn As Subkî réfuta ce poème avec force dans un ouvrage intitulé Sayf Us Saqil fi Ar Radd 'Alâ Ibn Zafil (L'Epée brulante réfutant Ibn Zafil (Ibn Al Qayyim) et conclut que la divinité décrite dans ce poème n'a rien à voir avec l'Islâm.
  • Les oulémas salafistes reprennent les arguments d'Ibn Taymiyyah et d'Ibn Al-Qayyim et considèrent l'Ash'arisme comme une dénaturation du dogme sunnite, tout comme les Ash'arites considèrent le salafisme comme une doctrine hérétique.

Bibliographie

  • Histoire des philosophes et des théologiens musulmans (de 632 1258 J.-C.). Scènes de la vie religieuse en Orient, Gustave Dugat, Adegi Graphics LLC, ISBN 978-1-4212-2215-8, ISBN 978-1-4212-2215-8.
  • Les schismes dans l'Islam: introduction à une étude de la religion musulmane, Volume 1 de Bibliothèque historique. Collection d'histoire des religions, Bibliothèque historique, Collection d'histoire des religions, Henri Laoust, Payot, 1983.
  • L'Enseignement, La Doctrine Et La Vie Dans Les Universités Musulmanes D'Égypte, Pierre Arminjon, BiblioBazaar, LLC, 2008, ISBN 978-0-559-35760-2,ISBN 9780559357602.

Références

  1. Voir l'introduction du Tabyin Kadhib Il Muftarin faite par l'Imâm Muhammad Al Kawtharî dans laquelle il dit : " Ainsi, tous les Mâlikites, les trois quarts des Shâfi'ites, un tiers des Hanafites, et une partie des Hanbalites ont suivi cette approche (Ash'arite) en ce qui concerne la théologie, depuis l'époque d'Al Bâqillânî, tandis que les deux tiers des Hanafites suivaient l'approche Mâturîdîte dans les demeures qui sont au delà du fleuve [Euphrate], les terres de la Turquie, de l'Afghanistan, de l'Inde, de la Chine, et de tout ce qui est au delà, excepté ceux d'entre eux qui tendaient vers le Mu'tazilisme (al i'tizal), comme cela a également été le cas de certains Shâfi'ites. "
  2. Al Imâm Ibn Khaldûn a dit dans sa Muqaddimah : " Il suivait les opinions de 'Abdu Llâh Ibn Sa'îd Ibn Kullab, d'Abûl 'Abbâs Al Qalânisî et d'Al Hâtith Al Muhâsibî, tous partisans de l'attitude des Salaf en accord avec la voie Sunnite. Il fortifia ces doctrines par des arguments tirés de la théologie dialectique. " Ibn Taymiyyah a dit aussi : " Al Ash'arî fut (le théologien) le plus proche de l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal, notamment sur les questions se rapportant au Coran et aux Attributs Divins. " [Al Mu'taqad].
  3. A History of Muslim Philosophy du Professeur 'Abd Ul Hayy Ar Rajshahi
  4. Mentionné par le Hâfiz Ibn 'Asâkir dans son ouvrage intitulé Tabyîn Kadhib Il Muftarî.
  5. Tartib al-Madârik du Qâdî 'Iyâd al-Mâlikî où il a dit : « Il (Ibn Hazm) a rempli son livre contre lui (Al-Ash'arî) et contre les imams parmi ses compagnons avec des mensonges et des choses horribles sans fondements. »
  6. Voir la biographie de l'Imâm Jibrîl Al Haddâd consacrée à Ibn Al Qayyim.

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Asharisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sunnisme — Pourcentage de musulmans par pays Vert: Sunnisme, rouge: Chiisme, bleu: Ibadisme Le sunnisme (arabe : سني sunnīy) est le courant religieux majoritaire de l …   Wikipédia en Français

  • Chiisme —  Pour l’article homophone, voir schisme. Le chiisme (ou chî isme[1]), constitue l une des trois principales branches de l’islam avec le sunnisme et le kharidjisme ; il regroupe environ 10 à 15 % des musulmans, dont 90 % d… …   Wikipédia en Français

  • Division du monde dans l'islam — Dans la théologie islamique et les interprétations légales, la finalité de l islam est d être porté au monde entier. Un statut est donné à chaque partie du monde pour définir son état actuel, selon les aspirations de l islam, et pour définir la… …   Wikipédia en Français

  • Druzes — دروز Étoile druze Populations Population totale 450 000 à 1 000 000 Populations significatives par régions …   Wikipédia en Français

  • Expansion de l'islam — L histoire de l expansion de l islam passe à travers la conquête, mais également par le commerce et de missions jusqu aux Philippines. Datation : de l avènement de l islam à nos jours. Carte de l histoire de l expansion de l islam …   Wikipédia en Français

  • Ibadisme — Pourcentage de musulmans par pays Vert: Sunnisme, rouge: Chiisme, bleu: Ibadisme L ibadisme (arabe : al ibaḍīya الاباضية) est une forme d islam distincte du …   Wikipédia en Français

  • Kharidjisme — Le kharidjisme ou kharijisme (arabe : ḫawarij, خوارج, « dissidents ») est avec le sunnisme et le chiisme l une des trois principales branches de l islam. Il se divise à son tour en diverses communautés et tendances. Les Kharidjites …   Wikipédia en Français

  • Madhhab — Le mot madhhab ou mazhab (arabe : مذهب [maḏhab], pluriel : مذاهب [maḏhâhib], conception ; école juridique musulmane) évoque en arabe une voie suivie dans l interprétation des sources traditionnelles (Coran et sounnah). Ce terme se… …   Wikipédia en Français

  • Salafisme — Le salafisme est un mouvement sunnite revendiquant un retour à l islam des origines, fondé sur le Coran et la Sunna. Aujourd hui, le terme désigne un mouvement composite[1] fondamentaliste, constitué en particulier d une mouvance traditionaliste… …   Wikipédia en Français

  • Wahhabisme — Le wahhabisme est mouvement religieux et politique arabe et musulman[1] sunnite d inspiration hanbalite[2], fondé par Mohammed ibn Abd el Wahhâb (1703 1792) vers 1745. L intention de ce dernier était de ramener l islam à sa pureté d origine. Ses… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.