Beyrouth
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Beirut.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beyrouth (homonymie).
Beyrouth
(ar) بيروت
Blason de Beyrouth
Héraldique

Vue générale de Beyrouth
Vue générale de Beyrouth
Administration
Pays Drapeau du Liban Liban
Gouvernorat Beyrouth
Maire Bilal Hamad
Géographie
Coordonnées 33° 53′ 13″ Nord
       35° 30′ 47″ Est
/ 33.886944, 35.513056
Superficie 8 500 ha = 85 km2
Démographie
Population 1 200 000 hab. (2007)
Localisation
Lebanon location map.svg
City locator 11.svg
Beyrouth

Beyrouth (بيروت) est la capitale du Liban et la ville la plus importante du pays. Elle compte environ 1 200 000 habitants et l'agglomération urbaine plus de 2 millions d’habitants (2007), soit près de 50% de la population du pays. La ville est un centre financier, un port de commerce et un centre culturel d'une importance majeure à l'est de la Méditerranée et au Proche-Orient. Elle est située entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe, ce qui lui donne une place stratégique dans les échanges mondiaux.

Avec sa banlieue, la ville forme le gouvernorat (muhafazat) de Beyrouth, le seul qui n'est pas divisé en districts. Elle abrite le siège du Gouvernement.

Du fait de la présence de nombreuses entreprises et de grandes banques internationales elle joue un rôle central dans l'économie du pays. Beyrouth, renommée pour ses publications ainsi que pour ses activités culturelles sans égal, est également le poumon culturel de la région. La ville a été nommée capitale mondiale du livre 2009 par l'UNESCO. Beyrouth a également été citée dans le New York Times comme première destination à visiter en 2009[1].

Sommaire

Histoire

Beyrouth au XIXe siècle.

Petit port phénicien, puis cité moyennement importante de l'Empire romain, renommée pour son école de droit, Béryte est détruite par un violent séisme accompagné d'un tsunami en 552. Elle ne retrouvera sa place qu'à l'époque moderne. Elle redevient une ville à proprement parler au milieu du XIXe siècle avec notamment l'afflux de réfugiés fuyant les affrontements de 1860 dans la montagne entre druzes et maronites.

L'essor de la ville doit beaucoup à son port, le premier de la région à avoir été doté d'une Quarantaine au XIXe siècle, et au choix de Beyrouth par les puissances occidentales qui y ont implanté leurs missions religieuses, leurs universités et leurs comptoirs commerciaux.

Depuis l'indépendance

Suite à l'effondrement de l'Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, Beyrouth, avec le reste du Liban, a été placée sous mandat français. Quand le Liban a obtenu son indépendance en 1943, Beyrouth est devenue sa capitale. La ville est restée une capitale régionale intellectuelle, devenant une destination touristique majeure et un havre bancaire, notamment pour le pétrole du Golfe persique.

Cette ère de prospérité relative a pris fin en 1975 lorsque la guerre civile libanaise a éclaté. Pendant la majeure partie de la guerre, Beyrouth a été divisée entre une partie musulmane à l'Ouest et l'Est chrétien. La basse ville, autrefois centre d'une grande partie des activités commerciales et culturelles de la ville, est devenue alors un no man's land désigné sous le nom de « Ligne verte ». Beaucoup d'habitants ont fui vers d'autres pays. Environ 60 000 personnes sont mortes durant les deux premières années de la guerre (1975-1976), et une partie importante de la ville a été dévastée. Une période particulièrement destructrice a été le siège en 1978 de l'armée syrienne contre Achrafieh, le principal quartier chrétien de Beyrouth. Les troupes syriennes ont bombardé sans relâche le quartier oriental de la ville. Les milices chrétiennes ont cependant réussi à contrer et vaincre de multiples tentatives par des forces d'élite syriennes d'occuper la zone stratégique dans une campagne de trois mois connue plus tard sous le nom de guerre des 100 jours. Un autre chapitre destructeur a été l'invasion israélienne en 1982, pendant laquelle Beyrouth-Ouest fut assiégée par les troupes israéliennes. En effet, durant l'été 1982, la ville a été soumise par l'armée israélienne à un siège et à un blocus hermétique. En 1983, les casernes françaises et américaines ont subi des attentats à la bombe du Hezbollah, tuant 241 militaires américains, 58 militaires français, 6 civils et les deux kamikazes.

Depuis la fin de la guerre en 1990, les Libanais ont reconstruit Beyrouth, transformant la capitale en un énorme chantier, si bien qu'en 2006 au début du conflit entre Israël et le Liban, la ville avait peu ou prou retrouvé son statut de centre touristique, commercial, culturel et intellectuel au Moyen-Orient, ainsi que pour la mode et les médias. La reconstruction du centre-ville de Beyrouth a été largement tirée par Solidere, une société de développement créée en 1994 par Rafik Hariri. Beyrouth abrite le grand designer Elie Saab, le joaillier Robert Moawad et plusieurs stations populaires de télévision par satellite, tels que Future TV, New TV. La ville a accueilli la Coupe d'Asie des clubs champions de basket-ball en 1999 et 2000 et la Coupe d'Asie des nations de football en 2000. Beyrouth a également accueilli avec succès le concours de Miss Europe à neuf reprises, de 1960 à 1964 et de 1999 à 2002.

L'assassinat en 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri près de la baie Saint-Georges à Beyrouth, a secoué le pays tout entier. Environ un million de personnes s'est rassemblé pour une manifestation d'opposition à Beyrouth un mois après la mort de Hariri. La révolution du Cèdre a été le plus grand rassemblement dans l'histoire du Liban à cette époque. Le 26 avril 2005, les dernières troupes syriennes se sont retirées de Beyrouth. En 2006 toutefois, la marine et l'aviation israéliennes, dans le cadre d'une opération de l'armée israélienne, pousuivant des cibles du Hezbollah, causent des dommages dans de nombreux quartiers de Beyrouth, détruisant infrastructures et voies d'accès, en particulier dans Beyrouth Sud, pauvre et largement chiite, qui est contrôlé par le Hezbollah. En mai 2008, de violents affrontements ont éclaté à Beyrouth, après que le gouvernement a décidé de dissoudre le réseau de communications du Hezbollah (ce qui plus tard été annulé).

Depuis, les reconstructions et la modernisation vont bon train. L'immense chantier du centre ville est entré dans sa phase d'activité maximale.

Géographie

La Grotte aux pigeons

Situation

Beyrouth vu par le satellite Spot
Beyrouth vue générale.

Beyrouth se situe sur un cap rocheux qui constitue, à égale distance des frontières nord et sud du Liban, un élargissement de la plaine côtière du pays. La ville comprend deux collines : Achrafiyeh à l'est et Ras-Beyrouth à l'ouest et entre les deux, l'avenue venant de l'aéroport plonge vers le centre-ville, quartier le plus ancien.

Le sud de la ville (Bir Hassan, Bois des Pins, Badaro...) est sablonneux. Beyrouth est tangentée sur son flanc est par le fleuve de Beyrouth dont les sources se situent dans le Haut-Metn. Au nord, les collines plongent de manière abrupte dans la mer et les profondeurs marines sont importantes (ce qui avantage le port). À l'ouest, le bord de mer est marqué par quelques falaises (Raouché, Grotte aux Pigeons), puis par une plage sableuse (Ramlet el-Baida).

Climat

Avec des étés chauds et humides (mais sans précipitations et convection) et des hivers doux et pluvieux, Beyrouth jouit d'un climat méditerranéen.

De novembre à mars, la periode hivernale est caractérisée par des orages parfois violents et des températures proches de 13°C le jour. En décembre-janvier, le thermomètre de Beyrouth descend à 7°C la nuit, quoiqu'il ne soit pas rare qu'il atteigne les 4°C. En avril-mai souffle le khamsin, apportant avec lui une couche de poussière qui déferle sur la ville. De juin à septembre, s'étend la période estivale, avec une température moyenne de 31°C le jour et de 24°C la nuit et près de 13 heures d'ensoleillement. Malgré un taux humidité relativement élevé durant toute l'année (55-85%), les mois d'octobre et d'avril sont assez agréables, avec une température moyenne de 23°C et des précipitations faibles (50 mm).

Cependant depuis les années 1980, Beyrouth connaît un réchauffement climatique important (près de 2,5°C).

Relevé météorologique de Beyrouth
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 9 11 15 20 24 25 29 27 24 18 12 8 18,4
Température moyenne (°C) 12 16 20 23 26 28 32 30 27 22 17 11 22,0
Température maximale moyenne (°C) 17 21 24 26 28 31 35 33 29 25 21 15 25,4
Précipitations (mm) 191 150 93 51 17 3 0 0 5 46 120 175 851
Record de froid (°C) 1 -2 -1 6 9 15 17 20 14 10 3 -3 -3
Record de chaleur (°C) 26 32 34 35 37 39 42 41 38 36 32 27 42
Source : Weatherbase


Quartiers

Les Tours Marina.
Le centre-ville;

Beyrouth intra-muros est divisée en douze quartiers, eux-mêmes divisés en secteurs.

Quartiers et secteurs de Beyrouth
Quartiers Secteurs
Achrafieh Furn el-Hayek, Mar Mitr, Ghabi, Corniche el-Nahr, Nasara, Achrafieh, Sioufi, Hôtel-Dieu, Adlieh
Ain Mreisse Jamia, Ain Mreisse
Bachoura Bachoura, Basta Tahta
Marfa' Majidieh, Minet el-Hosn, Nejmeh, Marfa'
Mazraa Basta Faouka, Abi Haidar, Ras el-Nabaa, Aamlieh, Mazraa, Horsh, Tareek Jdideh, Malaab
Medawar Rmeil, Mar Mikhael, Khodr, Jisr
Minet Al Hosn Kantari, Bab Idriss, Minet el-Hosn
Moussaitbeh Tallet Druze, Sanayeh, Zarif, Dar el-Fatwa, Moussaitbeh, Wata, Tallet el-Khayat, UNESCO, Mar Elias
Ras Beyrouth Ras-Beyrouth, Manara, Hamra, Qoreitem, Snoubra, Rawcheh, Ain el-Tineh
Remeil Mar Nicolas, Al Hikmeh, Hôpital orthodoxe, Geitawi, Qobaiyat
Saifi Gemmayzeh, Mar Maroun, Yassouieh
Zoukak el-Blat Serail, Batrakieh

Le centre-ville est en majeure partie le centre historique de la ville. On retrouve la Place de l'Étoile, le Parlement, le Sérail, les boites de nuit et les bars à Gemmayzeh, ainsi que les tours Marina, image d'une économie à nouveau prospère.

Transports

Beyrouth est desservie par l'aéroport international Rafik Hariri au sud de la ville. L'accès s'y fait par taxi.

Beyrouth est également reliée à plusieurs villes grâce aux TTS BUSES : Beyrouth-Amman et Amman-Beyrouth. D'autres compagnies de bus relient Beyrouth à d'autres villes du pays : Zahlé, Tripoli, Saida[2].

L'agglomération est traversée par onze lignes de bus. Le tarif du ticket est d'environ 1 500 LBP, soit 0,75 euros ou 1 USD. Les lignes couvrent 186 km de l'agglomération et vont même jusqu'à Aley, Jbeil, Broummana et Khaldé. Elles fonctionnent de 6h à 18h et certaines jusqu'à 22h[3].

Sports et Culture

Chaque année a lieu à Beyrouth le Festival du film libanais.

Les festivals et autres manifestations à caractère international sont souvent organisées au BIEL (Beirut International Exhibition & Leisure Center).

Depuis 1994, le Festival Al-Bustan[4], qui a lieu durant l'hiver, présente de la musique de chambre, de la musique symphonique, des chorales, des opéra et des spectacles de marionnettes.

Il existe également de nombreux musées, théâtres et cinémas dans l'agglomération beyrouthine.

L'Escalier de l'Art, le plus long escalier du Moyen-Orient, accueille chaque année durant plusieurs occasions les œuvres des artistes amateurs et professionnels[5].

Le Beirut Art Center (Centre d'art contemporain) a également ouvert ses portes en 2009 et accueille les œuvres d'artistes libanais[6]. Le Musée national et le Musée Sursock sont les deux autres principaux musées de la ville.

Parmi les théâtres on retrouve le Picadilly, dans le quartier de Hamra (Fayrouz jouait dans ce théâtre), le théâtre Monnot dans la rue Monnot et le Casino du Liban, qui se situe dans la banlieue nord du côté de la ville de Jounieh.

Le quotidien américain The New York Times a classé Beyrouth au premier rang des destinations mondiales pour l'année 2009[1].

Vie nocturne

Beyrouth est réputée pour l'activité de sa vie nocturne. Elle héberge de nombreuses discothèques, boîtes de nuit et pubs dans les quartiers Monnot, Verdun, Hamra, Gemmayzé, sur les corniches du bord de mer et dans le centre-ville plus récemment.

À Hamra, la rue comporte une multitude de restaurants, de cafés et de boutiques. Rue Monot, les boîtes de nuits et les discothèques sont omniprésentes, ce qui en fait une des plus agitées de la ville.

La corniche de Beyrouth, longeant la mer, est fréquentée par des promeneurs à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Le centre-ville est le quartier le mieux construit à Beyrouth, véritable œuvre d’art architecturale. Il a été entièrement rénové et comprend une multitude de restaurants, de cafés et boutiques. De nombreuses boutiques de marques de luxes européennes s’y sont installées.

Juste à proximité, le village Saifi, qui se démarque par son architecture, est presque entièrement voué aux galeries d’art.

Lieux de culte

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Institutions académiques

Après le baccalauréat, les étudiants ont principalement le choix de poursuivre leurs études supérieurs soit selon le système éducatif américain soit selon le système éducatif français. Les deux principales universités du pays sont :

Système français : Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ) http://www.usj.edu.lb/

Système américain : Université américaine de Beyrouth (AUB) http://www.aub.edu.lb/

Université américaine de Beyrouth (AUB)

Institutions gouvernementales

Le Parlement

Banlieues

  • Ouzai
  • Ghobairi
  • Haret Hreik
  • Chiyah
  • Burj El Barajneh
  • Laylaké
  • Hadeth
  • Hazmiyeh
  • Baabda, les Maronites constituent la communauté la plus nombreuse.
  • Ain el-Remmané
  • Furn ech Chebbak
  • Sin el Fil, la population est presque exclusivement chrétienne.
  • Bourj Hammoud, quartier de Beyrouth qui est considéré comme le fief de la communauté arménienne du Liban.
  • Jdeideh, quartier habité en majorité par des chrétiens maronites.

Jumelages

Beyrouth a également signé un pacte d'amitié et de coopération avec Paris (France) en 1992.

Films tournés à Beyrouth

Personnalités liées à la ville

Panorama

Vue panoramique de Beyrouth.

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Samir Kassir, Histoire de Beyrouth, Éditions Fayard, 2003 ;
  • Alexandre Najjar, Le Roman de Beyrouth, Éditions Plon, 2005 ;
  • Josette Elayi et Hussein Sayegh, Un quartier du port phénicien de Beyrouth au Fer III/Perse. Les objets, Éditions Gabalda, Paris, 1998.

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Beyrouth de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • BEYROUTH — En arabe, Bayr t . (L’origine du terme est probablement hébraïque: be’erot , pluriel de be’er , «puits».) Le promontoire que recouvre actuellement la ville a été en partie occupé par l’homme dès la préhistoire. Dans les tablettes de Tell al… …   Encyclopédie Universelle

  • Beyrouth —   [be rut], französische Form für Beirut …   Universal-Lexikon

  • Beyrouth — Admin ASC 1 Code Orig. name Beyrouth Country and Admin Code LB.04 LB …   World countries Adminstrative division ASC I-II

  • Beyrouth — /bay rooht, bay rooht /, n. Beirut. * * * …   Universalium

  • Beyrouth — n. Beirut, capital of Lebanon …   English contemporary dictionary

  • Beyrouth — /beɪˈrut/ (say bay rooht) noun → Beirut …   Australian English dictionary

  • Beyrouth — /bay rooht, bay rooht /, n. Beirut …   Useful english dictionary

  • Beyrouth Hotel — Données clés Réalisation Danielle Arbid Scénario Danielle Arbid Pays d’origine Liban Sortie 2011 Durée 99 minutes (1 heure 39) …   Wikipédia en Français

  • Beyrouth (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Beirut. Toponyme Beyrouth, la capitale du Liban La seigneurie de Beyrouth, un fief du …   Wikipédia en Français

  • Beyrouth la rencontre — El lika    Drame psychologique de Bughan Alaouie, avec Haitem El Amine, Nadine Acoury.   Pays: Liban, Tunisie et Belgique   Date de sortie: 1981   Technique: couleurs   Durée: 1 h 45    Résumé    Vingt quatre heures de la vie de deux anciens… …   Dictionnaire mondial des Films

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”