Ernest Hemingway
Ernest Hemingway
Ernest Hemingway en 1939
Ernest Hemingway en 1939

Activités Romancier
Naissance 21 juillet 1899
Oak Park, Illinois
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 2 juillet 1961 (à 61 ans)
Ketchum, Idaho
Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais
Mouvement Génération perdue
Genres Roman
Nouvelle
Reportage
aventure
Distinctions Prix Nobel de littérature (1954)
Prix Pulitzer (1953)
Œuvres principales
Signature d'Ernest Hemingway

Ernest Miller Hemingway, plus connu sous le nom de Ernest Hemingway, né le 21 juillet 1899 à Oak Park dans l'Illinois aux États-Unis et mort par suicide le 2 juillet 1961 à Ketchum (Idaho), est un écrivain, journaliste et correspondant de guerre américain.

Son style d'écriture, caractérisé par l'économie et la litote, ont influencé le roman du XXe siècle, comme l'ont fait sa vie d'aventurier et l'image publique qu'il entretenait. Il a écrit la plupart de ses œuvres entre le milieu des années 1920 et le milieu des années 1950, et sa carrière a culminé en 1954 lorsqu'il a remporté le Prix Nobel de littérature. Ses romans ont rencontré un grand succès auprès du public du fait de la véracité avec laquelle il dépeignait ses personnages. Plusieurs de ses œuvres furent élevées au rang de classiques de la littérature américaine. Il a publié sept romans, six recueils de nouvelles et deux œuvres non romanesques de son vivant. Trois romans, quatre recueils de nouvelles et trois œuvres non romanesques ont été publiés à titre posthume.

Hemingway est né et a grandi à Oak Park, une ville située en banlieue ouest de Chicago dans l'Illinois. Après avoir quitté le lycée, il a travaillé pendant quelques mois en tant que journaliste, avant de partir pour le front italien et devenir ambulancier pendant la Première Guerre mondiale, ce qui a servi de fondement à son roman L'Adieu aux armes. Il fut grièvement blessé et rentra chez lui la même année. En 1922, Hemingway épousa Hadley Richardson, la première de ses quatre épouses, et le couple s'installa à Paris, où il travailla comme correspondant étranger. Au cours de cette période, il rencontra et fut influencé par des écrivains et des artistes modernistes des années 1920 de la communauté expatriée connus sous le nom de Génération perdue. Son premier roman, Le soleil se lève aussi, a été écrit en 1926.

Après avoir divorcé d'Hadley Richardson en 1927, Hemingway épousa Pauline Pfeiffer; ils divorcèrent après le retour d'Hemingway d'Espagne où il avait couvert la guerre civile espagnole, qui lui permit d'écrire Pour qui sonne le glas. Martha Gellhorn devint sa troisième femme en 1940, mais il la quitta pour Mary Diana Welsh Hemingway après la Seconde Guerre mondiale, période pendant laquelle il fut présent le jour du débarquement en Normandie et celui de la libération de Paris.

Peu de temps après la publication de Le Vieil Homme et la Mer, en 1952, qui lui valut le Prix Pulitzer en 1953, Hemingway participa à un safari en Afrique, où il faillit être tué dans un accident d'avion qui le laissa couvert de douleur et en mauvaise santé pendant une grande partie du reste de sa vie.

Hemingway avait habité à Key West, en Floride et à Cuba pendant les années 1930 et 1940, mais, en 1959, il quitta Cuba pour Ketchum, dans l'Idaho, où il se suicida au cours de l'été 1961.

Sommaire

Vie d'Ernest Hemingway

Enfance

Ernest Hemingway à Milan en 1918

Ernest Miller Hemingway est né à Oak Park près de Chicago, le 21 juillet 1899. Il est le fils de Clarence Hemingway, dentiste, et de Grace Hall, une musicienne dont le père était un grossiste en coutellerie très aisé. C'est le deuxième enfant d’une famille qui en comptera six : Marceline, née en 1898, Ernest, Ursula, née en 1902, Madeleine née en 1904, Carol, née en 1911, et enfin, Leicester Clarence, né en 1915. Ses deux parents avaient reçu une bonne éducation et étaient appréciés et respectés dans la communauté conservatrice de Oak Park. [2] Lorsque Clarence et Grace se marièrent en 1896, ils déménagèrent avec le père de Grace, Ernest Hall, [3] raison pour laquelle ils ont appelé leur premier fils Ernest. Hemingway disait ne pas aimer son prénom, qu'il associait au héros naïf, même fou de la pièce d'Oscar Wilde L'Importance d'être Constant [4]. La maison de sept chambres de la famille dans un quartier respectable contenait un studio de musique pour Grace et un cabinet dentaire pour Clarence [5].

La mère de Hemingway donnait souvent des concerts dans les villages environnants. Hemingway adulte affirmait haïr sa mère, bien que le biographe Michael Reynolds souligne que Hemingway reflétait son énergie et son enthousiasme. [6] Son insistance à lui apprendre à jouer du violoncelle est devenu une «source de conflit», mais il a admis plus tard que les leçons de musique lui ont été utiles dans son écriture, comme dans la «structure contrapuntique» de Pour qui sonne le glas. [7] La famille possédait une résidence d'été appelée Windemere sur les rives du lac Walloon, près de Détroit dans le Michigan, une région habitée par les indiens Ojibways. C'est là qu'Hemingway apprit avec son père à chasser, pêcher et camper dans les bois. En 1909, son père lui offre son premier fusil de chasse, pour son 10e anniversaire. Ses premières expériences dans la nature lui inculquèrent une passion pour l'aventure en plein air et la vie dans des régions éloignées ou isolées [8].

À partir de 1913, Ernest étudie à la High School d’Oak Park. Il découvre Shakespeare, Dickens, Stevenson, et participe activement à la vie sportive et culturelle de son école. En 1916, ses premières histoires et poèmes paraissent dans Tabula et Trapeze, des revues littéraires de l’école. Après avoir obtenu son diplôme en 1917, Hemingway renonce à suivre des études supérieures pour devenir journaliste au Kansas City Star, sous l’influence bienveillante de son oncle paternel, Alfred Tyler Hemingway.

Première Guerre mondiale

Photo de passeport d'Ernest Hemingway en 1923

Lors de l’entrée en guerre des États-Unis le 6 avril 1917, l'incorporation d'Hemingway est refusée une première fois à cause d’un œil défaillant. En avril 1918, il parvient cependant à incorporer la Croix-Rouge italienne et après avoir traversé l’Atlantique sur le Chicago, il débarque à Bordeaux, gagne Paris, puis Milan, où il arrive le 6 juin. Après plusieurs semaines passées à l’arrière, il rejoint le front. Le 8 juillet, un tir de mortier le blesse aux jambes, tue un de ses camarades et en blesse grièvement deux autres. Alors qu’il tente de ramener un camarade vers l’arrière, il est de nouveau blessé par un tir de mitrailleuse, mais parvient à un poste de secours, avant de s’évanouir. Pendant sa convalescence de trois mois dans un hôpital de Milan, il s’éprend d’une jeune infirmière américaine, Agnes Von Kurowsky, qui lui inspirera le personnage de Catherine Barkley dans L'Adieu aux armes.

Au mois de mars 1921, Ernest Hemingway, journaliste auprès des troupes grecques, témoigne de la violence de l’affrontement à Inönü en Anatolie, au cours de la guerre gréco-turque.

Il demeure, avec sa femme Hadley, au troisième étage du 74 rue du cardinal Lemoine (Paris); de janvier 1922 à août 1923.

Guerre d'Espagne

Il prendra part comme journaliste à la guerre d'Espagne, aux côtés des Républicains (Pour qui sonne le glas, roman qui le rendra célèbre), il y rencontrera Malraux. Les carnages dont il est témoin le convainquent de la vacuité et du mensonge du langage abstrait.

Changement de style

Conséquence de son expérience sur les champs de bataille, il supprime de son écriture tous les mots inutiles, simplifiant la structure de la phrase et se concentrant sur les objets et les actions concrètes : « Ce qu'il faut, c'est écrire une seule phrase vraie. Écris la phrase la plus vraie que tu connaisses. » Dans la nouvelle Sur l'écriture, son personnage fétiche, Nick Adams, déclare vouloir « écrire comme Cézanne peint », c'est-à-dire en supprimant tous les « trucs » qu'affectionnent les autres écrivains (idée qui est développée de manière plus intimiste dans Paris est une fête).

Il adopte une éthique qui met l'accent sur le courage face à l'adversité ; ses héros sont des hommes forts, silencieux, et très curieux des femmes.

Seconde Guerre mondiale

Hemingway revint en Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale, de juin à décembre 1944. Au moment du débarquement de Normandie, les responsables militaires qui le considéraient comme "une cargaison précieuse", le laissèrent sur une péniche de débarquement, contrairement aux affirmations de Hemingway qui prétendit être allé à terre[98]. Vers la fin du mois de juillet, il fut attaché au 22e régiment d'infanterie commandé par le colonel Charles Buck Lanaham, qui se dirigeait vers Paris et il prit la tête d'un petit groupe de combattants à Rambouillet, dans la lointaine banlieue de Paris. [99] Sur les exploits de Hemingway, l'écrivain de la Seconde Guerre mondiale, l'historien Paul Fussell remarque: « Hemingway créa une gêne considérable en jouant les capitaines d'infanterie pour un groupe de résistants qu'il avait rassemblé, car un correspondant de guerre n'est pas censé diriger de troupes, même s'il le fait bien ». [18] Cela était contraire aux Conventions de Genève, et Hemingway se vit accusé de façon formelle, mais il s'en tira en affirmant qu'il s'était simplement contenté de donner des conseils. [100] Il réussit à avoir une entrevue avec le général Leclerc au moment où celui-ci, pressé par le général de Gaulle, se demandait s'il investirait Paris malgré l'interdiction qui lui en était faite par sa hiérarchie américaine. Hemingway se présenta en tenue mi-militaire, mi-civile et demanda un blindé de reconnaissance, deux ou trois jeeps et une demi-douzaine d'hommes. Il voulait tout simplement libérer le bar du Ritz ! Hemingway garda une mauvaise image de ce général qui l'éjecta en le traitant de clown[1]. Le 25 août, il fut tout de même présent à la libération de Paris, bien que les affirmations selon lesquelles il est entré en premier dans la ville, ou qu'il a libéré le Ritz sont considérées comme faisant partie de la légende. [101] [102] À Paris, il assista à une réunion organisée par Sylvia Beach et fit la paix avec Gertrude Stein [103]. Hemingway fut présent lors de violents combats dans la forêt de Hürtgen vers la fin de 1944. [104] Le 17 décembre, malade et fébrile, Hemingway se fit conduire au Luxembourg pour couvrir ce qu'on appellera plus tard la bataille des Ardennes. Cependant, dès son arrivée, Lanaham le conduisit voir les médecins, qui l'hospitalisèrent avec une pneumonie, et au moment où il sortit de l'hôpital, une semaine plus tard, les combats principaux étaient terminés [100].

Reconnaissances littéraires

Hemingway sur son bateau vers 1950

Ernest Hemingway est l'un des représentants les plus typiques de ce que l'on a appelé, aux États-Unis, la « génération perdue »[2] à savoir la génération qui fut jetée — voire pratiquement sacrifiée — dans la Première Guerre mondiale et dont les survivants sont revenus totalement désabusés. Partis en « mission » quasi héroïque, ils n'avaient croisé, en Europe, que les horreurs de la grande boucherie : des victimes misérables et des chefs de bataillons pitoyables. Ce choc porta un coup fatal à leurs idéaux de gloire, d'honneur ou de patrie.

Pour Hemingway, la vie a été la plus forte car il est parvenu, d'une certaine façon, à redonner un sens à l'aventure humaine à travers une œuvre qui va du scepticisme négateur et désespéré de ses premières œuvres aux affirmations et au stoïcisme de la maturité. Mais sa déchéance physique et son suicide marquent peut-être les limites de ce credo. Son talent narratif fait de lui l'un des écrivains les plus influents du XXe siècle.

L'auteur arrive toujours à capter l'intérêt du lecteur par l'évocation tragique des grands combats politiques du siècle (comme la guerre d'Espagne) ou par la promotion de certaines valeurs morales telles que le dépassement de soi ou le goût de l'aventure, et ce dans une écriture très simple, épurée à l'extrême, enchaînant les actions du récit de manière journalistique, voire presque « télégraphique », comme l'a expliqué le traducteur français de ses deux premiers romans, Maurice Edgar Coindreau. Ce style unique, parfaitement identifiable, fait de lui un écrivain à part dans l'histoire de la littérature mondiale. Pour Hemingway en effet, l'esthétique implique avant tout une éthique et non une métaphysique (comme l'écrivait Sartre sur Faulkner). Son œuvre est couronnée par le prix Nobel de littérature en 1954 « pour le style puissant et nouveau par lequel il maîtrise l'art de la narration moderne, comme vient de le prouver Le Vieil Homme et la Mer ». Il donnera à Stockholm, devant le jury de l'Académie suédoise, le discours le plus court de l'histoire de cette institution.

Suicide

Devenu impuissant, se sentant sombrer dans la cécité à cause du diabète et touché par la folie (en fait un trouble bipolaire qu'il subit toute sa vie), il se suicide en 1961, d'un coup de fusil[réf. nécessaire], lui qui avait toujours blâmé son père pour son suicide, considérant cela comme un acte de lâcheté.

Hemingway, grand amoureux des femmes, s'est suicidé de trop aimer, ne pouvant se résoudre d'avoir quitté sa femme aimée pour aller vivre avec sa maitresse. Amoureux de ces deux femmes, il ne put supporter l'absence de l'une des deux.

Vie privée

Ernest Hemingway se maria quatre fois :

Il est le parrain du comédien français Claude Brasseur.

Bibliographie

Publications posthumes 
  • 1964 : Paris est une fête, publication posthume
  • 1970 : Îles à la dérive, publication posthume
  • 1970 : En ligne. Choix d'articles et de dépêches de quarante années, publication posthume
  • 1972 : E.H., apprenti reporter[3], publication posthume
  • 1972 : Les Aventures de Nick Adams (Nick Adams stories), œuvre posthume, recueil de nouvelles édité par Philip Young, paru chez Gallimard en 1977.
  • 1984 : 88 poèmes, publication posthume
  • 1989 : Le Jardin d'Éden, publication posthume
  • 1995 : Le Chaud et le Froid. Un poème et sept nouvelles, publication posthume
  • 1999 : La Vérité à la lumière de l'aube, publication posthume

Filmographie

Les romans et nouvelles d'Ernest Hemingway ont été de nombreuses fois portés à l'écran.

Télévision
  • 1958 : Scouting on Two Continents, par Frederick Russell Burnham
  • 1959 : For Whom the Bell Tolls
  • 1959 : The Killers (CBS Buick Electra Playhouse)
  • 1960 : The Fifth Column
  • 1960 : The Snows of Kilimanjaro
  • 1960 : The Gambler, The Nun and the Radio
  • 1960 : After the Storm (inachevé)
Cinéma

Biographies

En anglais
  • Picturing Hemingway: A Writer in His Time, de Frederick Voss, Michael Reynolds, Michael S. Reynolds, Yale University Press, 1999, (ISBN 0300079265 et 978-0300079265)
  • The young hemingway, Michael S. Reynolds, Blackwell publishers, 1986
  • Hemingway : The american homecoming, Michael S. Reynolds, Blackwell publishers, 1992.
  • Hemingway : The 1930's, Michael S. Reynolds, Norton press, 1997.
  • Hemingway : The paris years, Michael S. Reynolds, Paperback, 1999.
  • Hemingway, the final years, Michael Reynolds, W. W. Norton & Co, 1999 (ISBN 0393319814 et 978-0393319811).
  • Along with youth : Hemingway, the early years, Peter Griffin, Oxford University Press Inc, 1985.
  • Less than a treason : Hemingway in paris, Peter Griffin, Oxford University Press Inc, 1992.
  • Ernest Hemingway: A Life Story, Carlos Baker, Bantam Books 1969.
En français
  • Papa hemingway, A.E. Hotchner, Mercure de France, 1966
  • Hemingway, histoire d'une vie, Carlos Baker (deux tomes : 1899-1936 & 1936-1961), Laffont, 1971.
  • Hemingway, Jeffrey Meyers, Belfond, 1987.
  • Ernest Hemingway, au fil de sa jeunesse, Peter Griffin, Gallimard, 1989.
  • Hemingway et son univers, A.E. Hotchner, éditions du Chêne, 1990.
  • Articles biographiques dans La guerre du goût de Philippe Sollers, Gallimard, 1994.
  • Hemingway, James R. Mellow, éditions du Rocher, 1995.
  • Le jeune homme et la neige [article biographique, 1924-1926], de Marc Fenoli, in Revue L'Alpe n°48, éditions Glénat-Musée dauphinois, 2010. ISBN 978-2-7234-7634-8
  • "Hemingway, la vie jusqu'à l’excès", Patrick Poivre D'Arvor.
  • "Papa", Gregory H. Hemingway, Denoël, 1976

Bibliographie complémentaire

  • La critique française de Hemingway : 1926-1968, Marianne Debouzy, Thèse complémentaire. Bibliothèque de la Sorbonne, 1969.
  • Le style de Ernest Hemingway. La plume et le masque, Geneviève Hily-Mane, PUF, 1983.

Notes et références

  1. d'après Pierre Clostermann, Une vie pas comme les autres, Ed. Flammarion, 2005
  2. Même si Hemingway emploie cette expression dans Le Soleil se lève aussi, c'est Gertrude Stein, elle-même typique de cette tendance, qui l'inventa. Les principaux écrivains de cette génération sont, outre Hemingway, Ezra Pound, T.S. Eliot et Gertrude Stein (toutes pour lui ont été des rencontres déterminantes et il narre dans Paris est une fête sur eux certaines lorsque la plupart vivait dans la capitale française). Sur ce sujet, il faudrait lire The Norton Antology of American Writers, par Nina Bergen, New York, 1994
  3. Articles du"Kansas City Star", recueillis, commentés et préfacés par Matthew J. Bruccoli, <university of Pittsburgh Press, 1970 (Trad. Yves Malartic, Gallimard, 1972, 91p.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Précédé de :
Sir Winston Leonard Spencer Churchill
Prix Nobel de littérature
1954
Suivi de :
Halldór Laxness



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ernest Hemingway de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ernest Hemingway — Hemingway redirects here. For other uses, see Hemingway (disambiguation). Ernest Hemingway Hemingway in 1939 …   Wikipedia

  • Ernest Hemingway — (1918) Ernest Miller Hemingway, [ˈɜːnɪstʰ ˈmɪlə ˈhɛmɪŋwɛɪ] (BrE) oder [ˈɜrnɪst ˈmɪɫəʳ ˈhɛmɪŋweɪ] ( …   Deutsch Wikipedia

  • Ernest Hemingway — Ernest Miller Hemingway Retrato de Ernest Hemingway …   Wikipedia Español

  • Ernest Hemingway — noun an American writer of fiction who won the Nobel prize for literature in 1954 (1899 1961) • Syn: ↑Hemingway • Instance Hypernyms: ↑writer, ↑author * * * Ernest Hemingway [Ernest Hemingway …   Useful english dictionary

  • Ernest Hemingway — Ernest Miller Hemingway (Oak Park, Illinois, 21 de julio de 1899 Ketchum, Idaho, 2 de julio de 1961) fue un escritor estadounidense, galardonado con el Premio Nobel de Literatura en 1954. Trabajó como periodista del Star de Kansas City hasta la… …   Enciclopedia Universal

  • Ernest Hemingway — ➡ Hemingway * * * …   Universalium

  • Ernest Hemingway — n. Ernest Miller Hemingway (1899 1961), American novelist and journalist, winner of the 1954 Nobel Prize in Literature …   English contemporary dictionary

  • Ernest Hemingway — Edad La sabiduría de los ancianos es un gran error. No se hacen más sabios sino más prudentes. Fracaso El hombre puede ser destruido, pero no derrotado. Libros La obra clásica es un libro que todo el mundo admira, pero que nadie lee. Todos los… …   Diccionario de citas

  • Ernest Hemingway: The Collected Stories — is a posthumous collection of Hemingway s short fiction, published in 1995. Introduced by James Fenton it is considered to be the most complete compendium of Hemingway s short stories. It is published in the UK only by Random House as part of the …   Wikipedia

  • Ernest Hemingway House — Infobox nrhp name = Ernest Hemingway House nrhp type = nhl fl caption = Hemingway House in Key West, Florida location = Key West, Florida USA lat degrees = 24 lat minutes = 33 lat seconds = 08 lat direction = N long degrees = 81 long minutes = 48 …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”