Nouvelle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouvelle (homonymie).

Une nouvelle est un récit court. À l'origine de la longueur d'un paragraphe, il pouvait de ce fait être publié aussi bien dans les journaux qu'en recueil.

Apparu à la fin du Moyen Âge, ce genre littéraire était alors proche du roman et d'inspiration réaliste[1], se distinguant peu du conte. À partir du XIXe siècle, les auteurs ont progressivement développé d'autres possibilités du genre, en s'appuyant sur la concentration de l'histoire pour renforcer l'effet de celle-ci sur le lecteur, par exemple par un dénouement surprenant. Les thèmes se sont également élargis : la nouvelle est devenue une forme privilégiée de la littérature fantastique, policière, et de science-fiction. L'influence d'Edgar Poe sur le genre est à cet égard primordiale.


Sommaire

La naissance du genre

Bâdi al-Zamâne al-Hamadhani, auteur irakien du Xe siècle passe pour être l'inventeur de la « nouvelle »[2], ou tout du moins son précurseur à travers le maqâma[3].

En France, la nouvelle Moyen Âge. Elle vient s’ajouter, et en partie se substituer, à une multitude des récits brefs : fabliaux, lais, dits, devis, exemple, contes, etc. Les nouvelles étaient d'abord de petites histoires anonymes distribuées gratuitement dans la rue, et qui se distinguaient en deux groupes : les "exemplums", qui étaient des récits religieux prêchant la morale et les dons à l'église, et les "canards", racontant des faits divers comme des vols, des tromperies, ou des meurtres. Ces derniers ont donné aujourd'hui le mot argotique désignant le journal, qui lui même rapporte des faits divers. Directement inspiré du Décaméron (1349-1353) de Boccace, le premier recueil de nouvelles françaises, anonyme, les Cent Nouvelles nouvelles, est probablement paru entre 1430 et 1470[1].

Mais c’est le XVIe siècle qui voit le véritable essor du genre. En 1558, avec L'Heptaméron, Marguerite de Navarre donne au genre ses premières lettres de noblesse : dans ce recueil inachevé de 72 récits[4], voisinant avec les récits licencieux hérités des fabliaux, on trouve des histoires plus graves, où l’anecdote laisse en partie la place à l’analyse psychologique.

Les premières évolutions

Publiées en 1613 et traduites en français deux ans plus tard, les Nouvelles exemplaires de Miguel de Cervantes, l’auteur de Don Quichotte, connaissent un succès considérable et constituent pour longtemps la référence. Sous leur influence, le genre subit une évolution double, déterminée par ses relations avec le roman. Dans un premier temps, on voit la nouvelle se rapprocher de celui-ci par ses sujets et sa composition : ainsi, La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette est considérée, au moment de sa parution, comme une nouvelle. Les romans contemporains intègrent d'ailleurs souvent en leur sein des nouvelles, sous la forme de digressions à l'intérieur du récit principal, ou d'histoires racontées par des personnages à d'autres. Mais la nouvelle se distingue cependant des romans de l’époque, extrêmement longs et touffus, par son action plus resserrée. C’est cette conception qui, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, l’emporte finalement sur la nouvelle « petit roman », et qui se développe au cours du siècle suivant.

L'essor du genre

On s’accorde à considérer le XIXe siècle comme l’âge de l'essor de la nouvelle. Et d'Honoré de Balzac (Contes drolatiques) à Gustave Flaubert (Trois contes), de Victor Hugo (Claude Gueux) à Stendhal (Chroniques italiennes), d'Alfred de Musset à Barbey d’Aurevilly (Les Diaboliques), de George Sand (Nouvelles) à Zola (Contes à Ninon), il n’est guère de romancier d’importance qui n’ait écrit de nouvelles, et même de recueil de nouvelles. Certains, comme Prosper Mérimée, Jean de La Varende et surtout Guy de Maupassant, avec dix-huit recueils publiés de son vivant, se sont même spécialisés dans le genre.

Si la nouvelle exploite alors en France surtout les deux veines apparemment opposées du réalisme et du fantastique, il n’est guère de thèmes qu’elle n’aborde, guère de tons qu’elle n’emprunte. Au reste, son prestige ne se limite pas à la France : en témoignent, entre autres, Hoffmann, Edgar Poe, Henry James, Herman Melville, Pouchkine, Gogol, Tchekhov, et bien d’autres. Il convient enfin de rappeler que c’est au cours du XIXe siècle que sont proposées les théories les plus élaborées du genre, d’abord en Allemagne (Goethe,qui fonde avec la Nouvelle le modèle du genre et Schlegel), puis aux États-Unis (Poe et James). Alphonse Allais, fondateur du rire moderne, introduit la folie dans ses nouvelles, comme Les templiers.

Le XXe siècle a vu de nombreux écrivains choisir la forme courte. En France, Sartre, bien sûr, et son recueil Le Mur, mais aussi, parmi les contemporains, Georges-Olivier Châteaureynaud, Dominique Mainard, Hubert Haddad, Nadine Ribault pour n'en citer que quelques-uns, connus ou moins connus. Certains ont choisi de ne s'exprimer (presque) que par la nouvelle, parfois très courte : c'est le cas du belge Thomas Gunzig, de Georges Kolebka, d'Hervé Le Tellier et surtout d'Annie Saumont.

Différenciations

Dans les pays anglo-saxons (et aux États-Unis en particulier), on considère que la nouvelle peut se classifier en trois catégories suivant sa longueur. L'organisation Science Fiction and Fantasy Writers of America en a donné une définition : l'histoire courte (short story) compte moins de 7 500 mots, la novelette comprend les histoires entre 7 500 et 17 499 mots, et la novella, presque un roman, comprend les histoires entre 17 500 et 40 000 mots[5].

La micronouvelle, récit suggestif souvent caustique caractérisé par une brièveté extrême (moins de 300 signes), est, quant à elle, de plus en plus considérée par les critiques littéraires comme un genre à part entière[6].

Poétique de la nouvelle

Une nouvelle possède plusieurs caractéristiques qui poussent à sa brièveté.

  • Contrairement au roman, elle est centrée sur un seul événement.
  • Les personnages sont peu nombreux et sont moins développés que dans le roman.
  • La fin est souvent inattendue, et prend la forme d'une « chute » parfois longue de quelques lignes seulement.

Baudelaire, traducteur de Poe, a proposé cette analyse de la nouvelle :

« Elle a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l’intensité de l’effet. Cette lecture, qui peut être accomplie tout d’une haleine, laisse dans l’esprit un souvenir bien plus puissant qu’une lecture brisée, interrompue souvent par le tracas des affaires et le soin des intérêts mondains. L’unité d’impression, la totalité d’effet est un avantage immense qui peut donner à ce genre de composition une supériorité tout à fait particulière, à ce point qu’une nouvelle trop courte (c’est sans doute un défaut) vaut encore mieux qu’une nouvelle trop longue. L’artiste, s’il est habile, n’accommodera pas ses pensées aux incidents, mais, ayant conçu délibérément, à loisir, un effet à produire, inventera les incidents, combinera les événements les plus propres à amener l’effet voulu. Si la première phrase n’est pas écrite en vue de préparer cette impression finale, l’œuvre est manquée dès le début. Dans la composition tout entière il ne doit pas se glisser un seul mot qui ne soit une intention, qui ne tende, directement ou indirectement, à parfaire le dessein prémédité. »

— Notes nouvelles sur Edgar Poe

  • nouvelle réaliste
  • nouvelle fantastique

Auteurs de nouvelles

1) XVIIIème siècle : Le château d’Otrante d’Horace Walpole XIXème siècle : La Vénus d’Ille de Prosper Mérimée (écrit en 1837) XXème siècle : La voix du sang de Richard Matheson (écrit en 1951)

Concours

Il y a énormément de concours de nouvelle car c'est le genre le plus rapide en général à écrire et à lire. Souvent, ces nouvelles font entre 4 et 50 pages.

Les principaux prix littéraire sont le prix Goncourt de la nouvelle, le prix Boccace, le Prix Védrarias. Les prix littéraire pour mineurs sont principalement le prix Clara (par les éditions Héloïse d'Ormesson) et le prix Védrarias (par la ville de Verrières-le-Buisson).

Nouvelle médiévale et classique

Période moderne

Auteurs reconnus période contemporaine

Nouveaux auteurs période contemporaine

Notes et références

  1. a et b Présentation de la nouvelle au XVIe siècle sur le site Gallica.
  2. http://www.libella.fr/phebus/index.php?post/2008/03/06/Les-Aventures-de-Sindbad-le-marin-libretto-par-Anonyme
  3. http://www.bibliomonde.com/auteur/badi-zamane--hamadhani-1317.html
  4. Il devait en comporter cent au départ, comme le Décaméron, dont il se voulait une imitation.
  5. Science Fiction and Fantasy Writers of America Awards FAQ. (Accessed 16 May 2009)
  6. Mary Louise Pratt, The Short Story: The Long and the Short of It, in The New Short Story Theories, éd. Charles May, Ohio UP, Athens, 1994 et Gitte Mose, Danish Short Shorts in the 1990s and the Jena-Romantic Fragments, in The Art of Brevity: Excursions in Short Fiction Theory and Analysis, éd. Per Winther, Jakob Lothe et Hans H. Skei, Université de Caroline du Sud, Columbia 2004

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nouvelle de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • NOUVELLE — Depuis les nouvelles de la Renaissance, on ne fait que parler des renaissances de la nouvelle: au XIXe, au XXe siècle. Comme si ce genre périodiquement périclitait, ou décédait. Mais l’âge classique pourrait bien se définir: celui, notamment, de… …   Encyclopédie Universelle

  • nouvelle — Nouvelle. s. f. Le premier advis qu on reçoit d une chose arrivée recemment. Bonne nouvelle. mauvaise, fascheuse nouvelle. fraische nouvelle. vieille nouvelle. nouvelle importante. dire une nouvelle. d où avez vous appris cette nouvelle? la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • nouvelle — Nouvelle, Nuntius, Nuntium. Bonne nouvelle, Euangelium, Bonus nuntius. Vous me dictes bonnes nouvelles, Bene hercle denuntias. Nouvelles plaisantes, Lepidum nuntium. Nouvelles incertaines, Dubij rumores. Apporter nouvelle, Nuntium afferre.… …   Thresor de la langue françoyse

  • Nouvelle — (Ореокастро,Греция) Категория отеля: 2 звездочный отель Адрес: 7km Thessaloniki Oraiokastro, Ореока …   Каталог отелей

  • nouvelle — [no͞o vel′] [Fr] [often in italics] adj. 1. new 2. of or characteristic of nouvelle cuisine n. short for NOUVELLE CUISINE …   English World dictionary

  • nouvelle — VAGUE nuvél vag] loc. s. la nouvelle vague, noul val) Trimis de raduborza, 07.05.2008. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • nouvelle — (n.) short fictitious narrative dealing with a single situation or aspect of a character, 1670s, Fr. nouvelle (11c.), lit. new (see NOVEL (Cf. novel) (adj.)) …   Etymology dictionary

  • Nouvelle — Nouvelle, La (spr. nuwéll), Le Port de la N., Hafenstadt für Narbonne im franz. Dep. Aude, an der Mündung des Robinekanals (Kanal von Narbonne) in das Mittelländ. Meer, (1901) 2412 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • nouvelle — nouveau ou, devant une voyelle ou une h muette, nouvel, nouvelle (nou vô ou nou vèl, nouvè l ) adj. 1°   Qui est ou apparaît pour la première fois. •   Qu y a t il de nouveau ? Votre vertu est si connue que, si je n en publie que ce que j en sais …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • NOUVELLE — s. f. Le premier avis qu on reçoit d une chose arrivée récemment. Bonne, mauvaise, fâcheuse nouvelle. Vieille nouvelle. Nouvelle importante. C est une nouvelle toute fraîche. Ce que vous nous dites est une vieille nouvelle. D où avez vous appris… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”