Xavier Darcos


Xavier Darcos
Xavier Darcos
Xavier Darcos 3.jpg
Xavier Darcos, le 28 août 2008.

Mandats
Ministre du Travail, des Relations sociales, de
la Famille, de la Solidarité et de la Ville
23 juin 200922 mars 2010
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon II
Prédécesseur Brice Hortefeux
Successeur Éric Woerth
Ministre de l'Éducation nationale
18 mai 200723 juin 2009
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon I
François Fillon II
Prédécesseur Gilles de Robien
Successeur Luc Chatel
Ministre délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie
31 mars 200431 mai 2005
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin III
Prédécesseur Pierre-André Wiltzer
Successeur Brigitte Girardin
Ministre délégué à l'Enseignement scolaire
7 mai 200230 mars 2004
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin I
Jean-Pierre Raffarin II
Prédécesseur Ségolène Royal (indirectement)
Successeur François Fillon (indirectement)
Sénateur de la Dordogne
1er octobre 19987 juin 2002
Élection 27 septembre 1998
Biographie
Date de naissance 14 juillet 1947 (1947-07-14) (64 ans)
Lieu de naissance Drapeau de la France Limoges
Nationalité Française
Parti politique UMP
Diplômé de Université de Bordeaux
Profession Enseignant
Haut fonctionnaire

Xavier Darcos, né le 14 juillet 1947 à Limoges (Haute-Vienne), est un universitaire, un haut fonctionnaire de l'Éducation nationale et un homme politique français.

Ancien maire de Périgueux et sénateur de la Dordogne, il a été ministre délégué à l'Enseignement scolaire (2002-2004), puis au Développement, à la Coopération et à la Francophonie (2004-2005). Xavier Darcos est ensuite ministre de l'Éducation nationale de 2007 à 2009, puis ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville de 2009 à 2010.

Le 9 juin 2010, il est nommé en Conseil des ministres, ambassadeur, en mission pour l'action culturelle extérieure de la France. À ce titre, il préside l'Institut français, l'établissement public chargé de mettre en œuvre la diplomatie culturelle française. Il est parallèlement élu en octobre 2010 secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques.

Sommaire

Biographie

Origines et vie familiale

Xavier Darcos est le fils de Jean-Gabriel Darcos (originaire du Bazadais), trésorier-payeur général, et d'Anne-Marie Banvillet.

Veuf de Marie-Lys Beaudry, avec laquelle il a eu deux enfants, Xavier Darcos a épousé, en secondes noces, le 10 avril 1999, Laure Driant (arrière-petite-fille du colonel Émile Driant et par ailleurs descendante du général Boulanger[1]), dont il a eu un fils. Laure Driant-Darcos a été chef de cabinet adjoint auprès de Xavier Darcos au ministère de l'Éducation nationale[2]. Elle est désormais responsable des relations institutionnelles du groupe Hachette Livre.

Études et carrière dans l'enseignement

Après des études au lycée de Périgueux et à l’université de Bordeaux, il est reçu à l'agrégation de lettres classiques ; il enseigne à partir de 1968, au collège, puis au lycée Laure-Gatet de Périgueux.

A ce poste, en 1982, alors qu'il est membre de la commission académique chargée du choix des sujets des examens, il fait travailler ses élèves, quelques jours avant l'épreuve du baccalauréat, sur un sujet proche de l'un des trois proposés finalement aux candidats. Le recteur de l'académie de Bordeaux déposa plainte. Xavier Darcos comparut le 30 mai 1983 devant le Tribunal correctionnel de Périgueux qui le relaxa (et condamna l'État aux dépends), en démontrant que le protocole aléatoire utilisé pour sélectionner les sujets définitifs empêchait toute fraude[3].

Après avoir obtenu en 1981 un doctorat de troisième cycle en lettres et sciences humaines à l'université de Bordeaux, il enseigne en classe de première supérieure au lycée Michel-Montaigne à Bordeaux de 1982 à 1987, puis, nommé professeur de chaire supérieure, est affecté en première supérieure au lycée Louis-le-Grand à Paris, où il reste jusqu'en 1992[4].

En 1992, il devient inspecteur général de l’Éducation nationale. Il aurait alors participé, selon le syndicaliste Eddy Khaldy et la journaliste Muriel Fitoussi [5], à la création de l'association Créateurs d'école, qualifiée de « très droitière », aux côtés du philosophe Philippe Nemo, partisan d'une libéralisation du système éducatif, de Dominique Antoine et de Maurice Quénet, ancien secrétaire du Club de l'horloge et ancien recteur de Paris, information que l'association SOS Éducation dément[6].

De 1994 à 1995, il est directeur de cabinet du ministre de l’Éducation nationale, François Bayrou. En 1995, il soutient à l'université de Reims une thèse, dirigée par le professeur Jean-Pierre Néraudau, sur le sentiment de la mort chez Ovide. Il devient alors doyen de l’inspection générale de l’Éducation nationale de 1995 à 1997, et occupe un poste de professeur associé de littérature comparée à l’université Paris IV de 1996 à 1999[4].

Sa spécialité universitaire est le thème ovidien de la mort[7]. Ainsi a-t-il écrit la préface du Liber amicorum : mélanges sur la littérature antique et moderne à la mémoire de Jean-Pierre Néraudau[8]. Il est aussi l'auteur d'une biographie de Prosper Mérimée et de livres sur l’histoire et les théories de l’école et sur des auteurs latins, comme l’historien Tacite ou le poète Ovide.

Depuis juin 2006, il est membre de l’Académie des sciences morales et politiques (section morale et sociologie), succédant à Bruno Neveu. Il est Secrétaire perpétuel de l'Académie pour la période 2011-2016 (mandat non renouvelable)[9].

Carrière politique

Après avoir longtemps assumé de petits mandats locaux, Xavier Darcos entame une carrière politique nationale en entrant au cabinet du ministre de l’Éducation nationale, François Bayrou, comme conseiller en 1993 puis directeur de cabinet de 1994 à 1995. Il est ensuite conseiller pour l’éducation et la culture d’Alain Juppé Premier ministre de 1995 à 1997 et est élu maire de Périgueux en janvier 1997.

Élu sénateur de la Dordogne en 1998, il devient en 2001 vice-président de la commission sénatoriale des affaires culturelles.

De mai 2002 à mars 2004, il est ministre délégué à l'enseignement scolaire, auprès de Luc Ferry.

Au premier tour des élections régionales de 2004 en Aquitaine, sa liste obtient 18,40 % des voix. Au second tour, sa liste UMP fusionne avec la liste UDF de François Bayrou mais n'obtient que 33,46 % des voix, largement battue par la liste du président sortant de la région Alain Rousset. Par la suite, il est ministre délégué au développement, à la coopération et à la francophonie, auprès du ministre des affaires étrangères Michel Barnier de mars 2004 juin 2005.

Il n'est pas reconduit après la démission du gouvernement Jean-Pierre Raffarin le 31 mai 2005 et l'arrivée de Dominique de Villepin à Matignon. En juin 2005, il est alors nommé ambassadeur, représentant permanent de la la France auprès de l'OCDE.

Le 18 mai 2007, Xavier Darcos est nommé ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement François Fillon (reconduit dans le gouvernement Fillon II le 19 juin 2007). Candidat à sa succession aux municipales de mars 2008, il est battu au second tour par Michel Moyrand (PS).

Il annonce la suppression de 13 500 postes dans l'Éducation nationale pour 2009, et présente un projet de réforme des lycées qui aurait entraîné la restructuration de la classe de seconde en un tronc commun de 21 heures avec 6 heures de « modules » et 3 heures d'accompagnement personnalisé, répartis sur 2 semestres. Mais le 15 décembre 2008 à la suite d'un mouvement de blocage national des lycéens, il annonce le report de la réforme[10].

Le 23 juin 2009, Xavier Darcos est nommé ministre du Travail, des Relations sociales, de la Solidarité, de la Famille et de la Ville.

Seul candidat à la primaire UMP pour la tête de liste aux régionales 2010 en Aquitaine, il est désigné par les militants, obtenant 4 029 voix (participation : 31,77 %) le 22 mars 2009[11]. Le second tour des élections régionales de 2010 en Aquitaine a pour configuration une triangulaire : PS (liste Alain Rousset), UMP (liste Xavier Darcos), MoDem (liste Jean Lassalle). Xavier Darcos (28,01 % des voix) est largement devancé par la liste d'Alain Rousset (56,34 %), le président sortant socialiste. Au lendemain du second tour, lors d'un remaniement ministériel, il quitte le ministère du Travail au profit d'Éric Woerth[12].

Pressenti pour succéder à la présidence de l'établissement public du musée et du domaine national de Versailles à Jean-Jacques Aillagon, finalement reconduit, il est nommé le 9 juin 2010 ambassadeur, chargé de mission pour l'action culturelle extérieure de la France, et à ce titre il prend la tête de l'Institut français qui remplace Culturesfrance depuis le 1er janvier 2011[13],[14].

Synthèse des fonctions politiques

Fonctions locales

Fonctions politiques

  • Secrétaire national à l'UMP chargé de la culture (de mars 2006 à novembre 2010)
  • Conseiller politique de l'UMP (depuis octobre 2008)
  • Ancien vice-président de la Commission sénatoriale des affaires culturelles

Fonctions ministérielles

Autres fonctions

  • Membre de la commission pour l'Éducation, de la science et de la culture pour l'UNESCO
  • Ancien président du groupe France-Afrique de l'Ouest (Mauritanie)

Distinctions honorifiques

Publications

Direction et corédaction de manuels scolaires

  • Le XIXe siècle en littérature, Hachette, 1986 (en coll.)
  • Le XVIIIe siècle en littérature, Hachette, 1986 (en coll.)
  • Le XVIIe siècle en littérature, Hachette, 1987 (en coll.)
  • Le Moyen Âge et le XVIe siècle en littérature, Hachette, 1987 (en coll.)
  • Le XXe siècle en littérature, Hachette, 1989 (en coll.)
  • Essais et textes littéraires, 2 tomes, Pretini Editore, Roma, 1993

Ouvrages ou articles de présentation

  • "Candide", Hachette, 1989 (nombreuses rééd.).
  • "Zadig", Hachette, 1990 (nombreuses rééd.).
  • "Phèdre", Hachette, 1991 (nombreuses rééd.).
  • Visiter Périgueux, Sud-Ouest, 2000 (nombreuses rééd.).
  • L'Orgue de l'église de la Cité, à Périgueux, Fanlac, 1989.
  • Ovide et le numen d'Auguste, Res sacrae, Latomus, 1988.
  • Brantôme face à l'historiographie de son temps, Fanlac, 1994.
  • Que sais-je de qui écrit ?, in Colloque sur la psychocritique, 1996
  • La bibliothèque d'un honnête homme, Marius Lévy, Copédit, 1998.
  • Prosper Mérimée, Le Robert des grands écrivains de langue française, 2000.
  • Mérimée et le patrimoine national, in Une certaine idée, 2001.
  • Io, Dictionnaire des mythes féminins, éd.du Rocher, 2002.
  • Politique et globalisation morale, revue Commentaire, 2002.
  • Mérimée et l'histoire, Institut de France, 2003.
  • Les paradoxes rousseauistes d'Eugène Le Roy, Fanlac, 2003.
  • Mérimée, amateur et prophète, Connaissance des Arts, 2003.
  • Mérimée slavophile, Revue des Amis de Tourgueniev, 2004.
  • L'héritage de Jules Ferry, dans le cadre de l'anniversaire de loi de 1905, Institut de France, 2005
  • L'Afrique au Sud du Sahara : mobiliser des ressources fiscales pour le développement, Economica, 2005.
  • Les rêveries d'un promeneur solitaire, Eugène Le Roy, L'Improviste, 2005.
  • Chemins de table en Périgord, La Lauze, 2006.
  • Victor Hugo, l'école et nous, revue Commentaire, 2006.
  • Notice sur la vie et les travaux de Bruno Neveu, Institut de France, 2007
  • Michel Déon dans le sillage de Yeats : du particulier à l'universel, Cahiers de l'Herne, 2007.
  • Eugène Le Roy : le roman non-populaire, Revue historique et archéologique du Périgord, 2006.
  • Ovide et les troubadours, ibidem, 2007.
  • Qu'aima Montaigne en l'œuvre de La Boétie ?, ibidem, 2009.
  • Biarritz, Prosper et Eugénie, in Mélanges d'Histoire, Presses universitaires de la Sorbonne, 2010.
  • École et nation, Institut de France, 2011
  • Les 12 jours qui ont fait Rome, Le Figaro Hors-Série, juillet 2011.
  • Culture et diplomatie, Institut de France, novembre 2011

Essais

Notes et références

  1. Le Point du 29 septembre 2007, p. 67
  2. liste des membres du cabinet sur le site du Ministère de l'Éducation nationale
  3. « Quand Darcos provoquait l'annulation du bac », NouvelObs.com, 12 juin 2003
  4. a et b Premier-ministre.gouv.fr Xavier DARCOS : ministre de l’Éducation nationale.
  5. Eddy Khaldi et Muriel Fitoussi Main basse sur l'Ecole publique, éditions Demopolis, 2008
  6. « Main basse sur l’école publique : les vraies erreurs d’une fausse enquête »
  7. C'est le sujet de ses deux thèses, soutenues respectivement en 1981 à Bordeaux, et en 1995 à Reims, dont une version abrégée est parue aux PUF.
  8. Paris, Champion, 2005, direction Frank Lestringant, Bertrand Néraudau, Danielle Porte, Jean-Claude Ternaux
  9. Institut de France, « Secrétaires perpétuels de 1833 à aujourd'hui ». Consulté le 28 juillet 2011
  10. « Darcos reporte la réforme du secondaire », Le Monde, 15 décembre 2008.
  11. Les résultats aux primaires régionales.
  12. Départ du ministère du travail en mars 2010
  13. « Xavier Darcos à l'Institut français », bibliobs.com, 9 juin 2010.
  14. « Aillagon reconduit à Versailles », Le Figaro, 9 juin 2010
  15. Périgueux: Xavier Darcos ne siégera pas au conseil municipal
  16. Décret du 22 avril 2011 portant promotion : Grande chancellerie de la Légion d'honneur Au grade de commandeur

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Précédé par Xavier Darcos Suivi par
Georges Laforest
Doyen de l'Inspection générale de l'Éducation nationale
1995 - 1997
Geneviève Becquelin

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Xavier Darcos de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Xavier Darcos — (2008) Xavier Darcos (* 14. Juli 1947 in Limoges) ist ein französischer Politiker (UMP). Vom 23. Juni 2009 bis März 2010 bekleidete er das Amt des französischen Arbeitsministers. Nach seinem Lehramtsstudium in Bordeaux, das er mit dem Doktorgrad… …   Deutsch Wikipedia

  • Xavier Darcos — (born 14 July 1947) is a French politician, scolar and civil servant currently serving as Minister for National Education.An agrégé professor in literature and general inspector of the National Education system, he has been Mayor of Périgueux, a… …   Wikipedia

  • Darcos — Xavier Darcos Xavier Darcos Xavier Darcos, le 7 octobre 2003 Ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville Actuelle …   Wikipédia en Français

  • Darcos — Xavier Darcos Xavier Darcos (* 14. Juli 1947 in Limoges) ist ein französischer Politiker. Seit 18. Mai 2007 bekleidet er das Amt des französischen Bildungsministers. Nach seinem Lehramtsstudium in Bordeaux, das er mit dem Doktortitel abschloss,… …   Deutsch Wikipedia

  • Xavier Bertrand — Pour les articles homonymes, voir Bertrand. Xavier Bertrand Xavier Bertrand, le 6 août 2007 …   Wikipédia en Français

  • Francois-Xavier Ortoli — François Xavier Ortoli (* 16. Februar 1925 in Ajaccio auf Korsika; † 30. November 2007) war ein französischer Geschäftsmann und Politiker. Ortoli war Absolvent der École nationale d administration und Berater von Präsident Georges Pompidou. Von… …   Deutsch Wikipedia

  • Mouvements universitaires de 2007-2009 en France — Les mouvements universitaires de 2007 2009 en France sont un ensemble de protestations contre la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi LRU ou loi Pécresse , du nom de la ministre de la recherche du gouvernement Fillon… …   Wikipédia en Français

  • Mouvement de protestation universitaire en France en 2007-2008 — Mouvements universitaires de 2007 2009 en France Les mouvements universitaires de 2007 2009 en France sont un ensemble de protestations contre la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi LRU ou loi Pécresse , du nom de la …   Wikipédia en Français

  • Mouvement des enseignants-chercheurs de 2009 — Mouvements universitaires de 2007 2009 en France Les mouvements universitaires de 2007 2009 en France sont un ensemble de protestations contre la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi LRU ou loi Pécresse , du nom de la …   Wikipédia en Français

  • Mouvement des enseignants-chercheurs en France — Mouvements universitaires de 2007 2009 en France Les mouvements universitaires de 2007 2009 en France sont un ensemble de protestations contre la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi LRU ou loi Pécresse , du nom de la …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.