Andre Santini

André Santini

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santini.
André Santini
André Santini - Sarkozy's meeting in Toulouse for the 2007 French presidential election 0209 2007-04-12.jpg
André Santini au meeting de Nicolas Sarkozy à Toulouse, en avril 2007
Député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine
Actuellement en fonction
Depuis le 24 juillet 2009
Prédécesseur(s) Frédéric Lefebvre
19 juin 2002 - 19 juillet 2007
Prédécesseur(s) Siège laissé vacant par sa démission
Successeur(s) Frédéric Lefebvre
23 juin 1988 - 5 avril 2001
Prédécesseur(s) Circonscription créée
Successeur(s) Siège laissé vacant par sa démission
Maire d'Issy-les-Moulineaux
Actuellement en fonction
Depuis le 14 mars 1983
Prédécesseur(s) Raymond Menand
Secrétaire d'État chargé
de la Fonction publique
19 juin 2007 - 23 juin 2009
Président(s) Nicolas Sarkozy
Gouvernement(s) François Fillon II
Prédécesseur(s) Christian Jacob
Successeur(s) Éric Woerth
Ministre délégué à la Communication
28 septembre 1987 - 10 mai 1988
Président(s) François Mitterrand
Gouvernement(s) Jacques Chirac II
Prédécesseur(s) Philippe de Villiers
Successeur(s) Catherine Tasca
Secrétaire d'État chargé
des Rapatriés
20 mars 1986 - 28 septembre 1987
Président(s) François Mitterrand
Gouvernement(s) Jacques Chirac II
Prédécesseur(s) Raymond Courrière
Successeur(s) Camille Cabana
Biographie
Date de naissance 20 octobre 1940 (68 ans)
Lieu de naissance Drapeau de la France Paris, France
Nationalité Française
Parti politique PSD
UDF
NC
Profession Avocat

André Santini, né le 20 octobre 1940 à Paris, est un homme politique français. Maire d'Issy-les-Moulineaux depuis 1983, il est secrétaire d'État chargé de la Fonction publique du 19 juin 2007 au 23 juin 2009.

Sommaire

Biographie

Après avoir obtenu son doctorat en droit, André Santini entame une carrière politique au sein de l'UDF en soutenant la politique de Valéry Giscard d'Estaing et de son Premier ministre, Raymond Barre : il est alors giscardien.

André Santini se taille une réputation dans la « salle des Quatre colonnes » de l'Assemblée nationale où les journalistes relèvent ses jeux de mots et ses bons mots à destination tant de ses opposants que de ses camarades : il est plusieurs fois de suite élu par la presse « député le plus drôle », en étant gratifié du prix de l'humour politique. « Bon client » pour les médias qui l'invitent souvent, il publie régulièrement des ouvrages politiques ou même un recueil de blagues corses.

En 1991, il crée le Club des parlementaires amateurs de havane, dont il est président à vie. À ce sujet, il fait scandale en 2003 en déclarant consacrer 1 000 euros par mois à l'achat de ses cigares[1].

Il conduit la liste UDF aux élections régionales de 2004, qui arrive en 3e position. Durant ce scrutin, il a inventé, avec son équipe de campagne composée de Denis Larghero, conseiller général des Hauts-de-Seine, Benjamin Ferniot, directeur de cabinet de François Bayrou et Frank Cecconi, secrétaire général du groupe UDF au conseil régional d'Île-de-France, la fameuse "dédémobile".

Cultivant son image débonnaire, passionné de culture asiatique, devenu le « cyber-maire » en raison de son action pour l'utilisation d'Internet dans sa commune. Successivement secrétaire général puis président du Parti social-démocrate(PSD), il est aujourd'hui président du Mouvement national des élus locaux (MNEL) et du Global cities dialogue.

En février 2007, il choisit de soutenir Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle, ce qui lui vaut d'être suspendu de l'UDF[2].

Le 19 juin 2007, dans le gouvernement Fillon 2, il est nommé secrétaire d'État chargé de la Fonction publique, auprès du ministre du Budget, Eric Woerth. Suite à cette nomination, c'est son suppléant, l'UMP Frédéric Lefebvre, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, qui siègera à l'Assemblée.

Il a été désigné président-délégué du Nouveau Centre au sein de son organisation provisoire.

Le 16 septembre 2007, en visite officielle en Chine pour le week-end en tant que maire d'Issy-les-Moulineaux, sa ville étant jumelée avec un district de Pékin, il est victime d'un malaise cardiaque. Hospitalisé à Pékin, conscient, il est rapatrié en France et hospitalisé quelques jours au Val-de-Grâce.

Le 23 juin 2009, à l'occasion d'un remaniement ministériel, il quitte son poste de secrétaire d'État chargé de la Fonction publique. Il retrouve son siège à l'Assemblée nationale, bénéficiant d'une loi votée en décembre 2008 permettant aux membres du gouvernement sortants de retrouver leur siège au Parlement français ou européen sans passer par une élection partielle.

Élu

En tant que député, André Santini a été vice-président du groupe d'étude sur les problèmes de l'eau et vice-président du groupe d'étude sur les voies d'eau et les voies navigables.

Il est président du comité de bassin Seine-Normandie (Agence de l'eau Seine-Normandie) depuis septembre 2005 (et a été réélu pour un second mandat le 18 septembre 2008), Président du Syndicat des eaux d'île-de-France (SEDIF) depuis 1983. En 2008, l'assemblée générale du SEDIF a donné lieu à un débat animé et une véritable concurrence pour la présidence; André Santini a battu Jacques Mahéas, soutenu par les tenants d'un retour en gestion publique de l'eau.[3]

Depuis 2000, il co-préside avec Charles Pasqua le syndicat mixte de l'île Saint-Germain, fondé pour gérer le projet de musée d'art contemporain, la Fondation Hamon dont la gestion fait actuellement l'objet d'une procédure judiciaire. Dans cette affaire, André Santini a été mis en examen le 3 juin 2006 par un juge d'instruction du tribunal de Versailles (Yvelines) pour « prise illégale d'intérêt »[4].

Il est aussi Président de la communauté d'agglomération Arc de Seine (Issy les Moulineaux, Meudon, Vanves, Ville d'Avray et Chaville), vice-président du Syndicat mixte des Coteaux et du Val de Seine et est en outre vice-Président des groupes d'amitié avec l'Arménie (fervent soutien de la cause arménienne et importante communauté arménienne à Issy-les-Moulineaux), la Chine, l'Iran et Cuba en plus d'être Président du groupe d'amitié entre la France et la Corée du Sud à l'Assemblée nationale.

Affaire judiciaire en cours

André Santini fait l'objet d'une mise en examen pour «détournement de fonds publics, faux et prise illégale d'intérêt » dans l'affaire dite de la Fondation Hamon.[5] Cela n'a pas empêché sa nomination au gouvernement mettant fin à ce que les médias appelaient improprement "La jurisprudence Balladur" et qui voulait que depuis le gouvernement Balladur de 1993, une personne mise en examen ne pouvait être membre du gouvernement français.

Son pourvoi formé contre un arrêt rendu le 26 septembre 2007 par la cour d'appel de Versailles, qui avait déclaré irrecevable sa requête en annulation de procédure, a été rejeté la Cour de cassation le 20 février 2008.[6]

Le 20 mars 2009, la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Versailles rend un arrêt demandant au juge d'instruction de caractériser « l’élément intentionnel » des « détournements de fonds publics », et « l’élément matériel » du délit de « prise illégale d’intérêts, estimant que le délit de « détournements de fonds publics », comme celui de « prise illégale d’intérêts » ne sont pas caractérisés[7][8][9][10].

Corse

Issy-les-Moulineaux est le fief d'André Santini grâce en partie au rôle politique de la communauté corse qui réside sur la commune. Selon André Santini, les Corses seraient environ 1 500 sur une population totale de 46 000 habitants [11].

Citations

  • « Vous êtes intelligents, la preuve vous êtes dans les affaires, nous on ne sait rien, la preuve on est dans la politique. »
  • « Barre c'est mon compagnon de chambre : il dort à côté de moi à l'Assemblée »
  • « Je crois qu'on en a fait un peu trop pour les obsèques de François Mitterrand. Je ne me souviens pas qu'on en ait fait autant pour Giscard »
  • « Monseigneur Decourtray n'a rien compris au préservatif, il le met à l'index. »
  • (À propos d'Édith Cresson) : « À force de descendre dans les sondages, elle va finir par trouver du pétrole »
  • (À propos de Raymond Barre) : « Quand je le vois roupiller à l'Assemblée nationale et qu'il ne roupille pas, il se tourne les pouces et je me dis : tiens il fait son jogging »
  • « La droite a touché le fond de la piscine : maintenant, elle creuse. »
  • « Si Saint Louis rendait la justice sous un chêne, Arpaillange la rend comme un gland. »
  • « La différence entre un cocu et un député, c'est que le premier n'est pas obligé d'assister à la séance »
  • « Si l'éclipse était de gauche, Jack Lang l'aurait organisée. »
  • (À propos d'Alain Juppé) : « Le Premier Ministre souhaite un Gouvernement ramassé ; il a parfaitement réussi. »
  • (À propos d'Alain Juppé) : « Avant, le Gouvernement allait dans le mur, maintenant il klaxonne. »
  • (À propos de la Corse) : « Les grandes douleurs sont muettes. »
  • (À propos de Lionel Jospin) : « Je crois qu'il lui manque une case. C'est celle de l'oncle Tom. »
  • « Les experts naquirent du grand besoin qu'ils avaient d'eux-mêmes. »
  • (À propos du flirt) :« La main dans le machin, le machin dans la main, mais pas le machin dans le machin. »
  • « Pour les Corses, la politique est un sport national. On est une terre d'immigration, on n'est pas très doué pour les affaires. Alors, on trouve facilement des Corses dans la fonction publique, dans l'armée, dans le droit. D'ailleurs, dans le droit, nous fournissons tout : l'avocat, le juge, le condamné, le gardien de prison, nous avons tout en magasin. »[12]
  • Un débat entre Ségolène Royal et François Bayrou est « anti-démocratique, et même anticonstitutionnel ».[13]

Synthèse des fonctions

Fonctions politiques
  • Coprésident puis président du Mouvement national des élus locaux, depuis 2000
  • Secrétaire général adjoint à l’Union pour la démocratie française, en 1993
  • Vice-président de l’Union pour la démocratie française, depuis 1992
  • Secrétaire général du parti social-démocrate, de 1985 à 1995
  • Président de la fédération UDF d'Ile-de-France (jusqu'en 2007)
  • Secrétaire général de Force démocrate (1995) ; secrétaire général adjoint de l'UDF ; membre puis vice-président de l'UDF (jusqu'en 2007)
Mandats locaux
Fonctions parlementaires
  • 23/06/1988 - 01/04/1993 : député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine
  • 02/04/1993 - 21/04/1997 : député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine
  • 1993 - 1994 : président de la commission aux productions et échanges de l'Assemblée
  • 01/06/1997 - 05/04/2001 : député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine
  • 16/06/2002 - 15/06/2007 : député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine
  • 20/06/2007 - 19/07/2007  : député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine
  • depuis le 24/07/2009 : député dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine
Fonctions ministérielles
  • 20/03/1986 - 29/09/1987 : secrétaire d'État aux rapatriés du gouvernement Jacques Chirac (2)
  • 29/09/1987 - 10/05/1988 : ministre délégué auprès du ministre de la Culture et de la Communication, chargé de la Communication du gouvernement Jacques Chirac II
  • 19/06/2007 - 23/06/2009 : secrétaire d'État auprès du ministre du Budget, chargé de la Fonction publique

Annexes

Notes et références

  1. « Les 1 000 euros de Santini », Le Parisien, 31 octobre 2003
  2. André Santini apporte son soutien à Nicolas Sarkozy (boursier.com)
  3. Le Parisien, 16 mai 2008
  4. André Santini mis en examen dans l'affaire de la fondation Hamon, AFP, 3 juin 2006
  5. La mise en examen de M. Santini n'a pas empêché sa nomination au gouvernement, Le Monde, 21 juin 2006
  6. La mise en examen d'André Santini confirmée, 2008-02-20, Nouvel Obs.com. Consulté le 2008-02-20
  7. « La justice au secours d'André Santini », Michel Delan, blog sur lejdd.fr, le 21/03/2009 [1]
  8. Karl Laske, « André Santini, un mis en examen à réexaminer », Libération du 08/04/2009 [2]
  9. « Fondation Hamon: le dossier judiciaire en partie visé par la cour d'appel », AP le 20/03/2009 [3]
  10. « Affaire Hamon : plus d'affaire ?  », Catherine Candelier, blog le 22/03/2009 [4]
  11. Emmanuel Bernabéu-Casanova, De l’île de Corse à l’Ile-de-France, les élus d’origine corse à Paris et dans les Hauts-de-Seine, revue Hérodote, 4e trimestre 1999
  12. André Santini, "Voir loin, mais regarder de près", propos recueillis par Stéphane Balcerzak
  13. Pas de débat Bayrou/Royal vendredi : la presse régionale en écarte l'idée

Ouvrages

  • L'Aide de l'État à la presse, PUF, 1965
  • L'État et la presse, Litec, 1990
  • Le Régime fiscal des sociétés étrangères en droit comparé, éditions A. Pedone, 1985
  • De tabou à boutade : le véritable dictionnaire du politiquement correct, Michel Lafon
  • C'est mon opinion et je la partage, Albin Michel, 1992
  • Mieux vaut en rire : défense et illustration de l'humour en politique, 1995
  • Ces imbéciles qui nous gouvernent, 1998
  • La Gaule racontée aux Gaulois, 1999
  • Des vessies et des lanternes - Pour en finir avec la république des experts, éditions no 1
  • Bestiaire politique : le carnaval des animaux, Plon, 2002
  • Ô Corse, île d'humour, avec Pierre Dottelonde, Le Cherche-midi, 2004
  • Clés pour Internet, Economica (préface), 2006

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail des Hauts-de-Seine Portail des Hauts-de-Seine
Ce document provient de « Andr%C3%A9 Santini ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Andre Santini de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • André Santini — (born October 20 1940) is a French politician, mayor of Issy les Moulineaux in the Paris suburbs.A former member of the UDF, he did not support François Bayrou, the candidate of his party for the first round of 2007 French presidential election,… …   Wikipedia

  • André Santini — Pour les articles homonymes, voir Santini. André Santini André Santini lors d un meeting pour les …   Wikipédia en Français

  • Santini — ist der Familienname folgender Personen: Alessandro Santini (1922–1993), italienischer Regisseur und Filmproduzent André Santini (* 1940), französischer Politiker Ange Santini (* 1959), französischer Politiker Dalmazio Santini (1923–2001), US… …   Deutsch Wikipedia

  • Santini — is an Italian surname. In Italy, Santini also refers to a type of small images of saints that are carried in wallets, displayed on car dashboards and so forth.People*André Santini, a French politician * Chay Santini, a Puerto Rican fashion model… …   Wikipedia

  • André Gattolin — Parlementaire français Date de naissance 24 juin 1960 (1960 06 24) (51 ans) Mandat …   Wikipédia en Français

  • André Rossinot — Parlementaire français Date de naissance 22 mai 1939 Mandat Député 1978 1997 Circonsc …   Wikipédia en Français

  • Santini — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronymes André Santini (né en 1940), homme politique français Ange Santini (né en 1959), homme politique français Dominique Santini, homme d affaires… …   Wikipédia en Français

  • André Giraud — Pour les articles homonymes, voir Giraud. André Giraud Mandats Ministre de la Défense de la France 11e ministre de la Défense de la …   Wikipédia en Français

  • Andre Cheuva — André Cheuva André Cheuva était un footballeur international né le 30 mai 1908 à Hellemmes et mort le 5 février 1989. Il évoluait au poste de demi centre et d inter droit. André Cheuva débute à Fives où il passe trois saisons avec l équipe… …   Wikipédia en Français

  • André Laurent — est un industriel français, né à Firminy (Loire) le 1er mai 1938, président de l AS Saint Étienne de 1983 à 1993. Il fut le président de l AS Saint Étienne suite à la révélation d une caisse noire au sein du club et sa relégation en D2 .… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”