Sciences Humaines

Sciences humaines et sociales

La Science et les Sciences
Généralités
Connaissance · Théorie · Savoir
Classification des sciences
Amélioration des sciences
Vie scientifique
Méthode scientifique
Voir aussi
  • Catégories : Sciences · Portails scientifiques
  • Portails : Sciences (sous-portails)
 Cette boîte : voir • disc. • mod. 
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Sciences Humaines (revue).

Les sciences humaines et sociales sont un ensemble de disciplines scientifiques étudiant les aspects sociaux des diverses réalités humaines. On les met en contraste avec les sciences naturelles, et souvent aussi avec les sciences dites « exactes », en raison de leur statut épistémologique spécifique (bien que nulle science ne soit exempte de scepticisme et véritablement « exacte » au sens de la seule réalité, et bien que les sciences qui ne sont liées qu'à l'immatérialité dont la linguistique et la philosophie du langage aient pu faire l'objet de tentatives formalistes).

Selon les définitions simplifiées des dictionnaires, les sciences humaines ont pour objet d'étude ce qui concerne les cultures humaines, leur histoire, leurs réalisations, leurs modes de vie et leurs comportements individuels et sociaux, tandis que les sciences sociales auraient pour objet d'étude les sociétés humaines, entités distinctes regroupant les humains pour des motifs divers. Sciences humaines et sociales s'opposent ainsi aux sciences de la nature de l'environnement biophysique et constituent l'environnement humain. Celles-ci reconduisant ainsi, d'une certaine façon, l'opposition à l'âge classique entre la philosophie naturelle et la philosophie morale (qui incluait aussi la sociologie, la politique, l'économique, etc.). L'expression anglaise de « science sociale » fait sa première apparition en 1824 dans le livre de William Thompson : An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth [réf. nécessaire].

Le problème principal, et commun, qu'ont à affronter les sciences dites sociales ou/et humaines est celui de la méthode à suivre afin d'atteindre une objectivité relative à l'espèce humaine. L'objet d'étude coïncide en effet avec la culture du sujet qui l'analyse. Ce problème se confond donc avec de nombreux débats en épistémologie concernant le critère de scientificité et d'objectivité, à supposer qu'on puisse identifier les deux [1]. Cette objectivité des sciences humaines et sociales est structurée autour de plusieurs principes fondamentaux: la neutralité axiologique, théorisée par Max Weber; la distinction faits-valeurs et le vérificationnisme, théorisés par le Cercle de Vienne et formulées précisément par Alfred Ayer et Carnap. Karl Popper s'est ensuite substitué au critère de réfutabilité, qui demeure en débat aujourd'hui.

Sommaire

Définition

Par sciences humaines et sociales, on entend en général un ensemble de disciplines diverses et hétérogènes, telles que, par exemple et dans le désordre, la sociologie, l'économie, l'ethnologie, l'anthropologie, la psychologie, l'histoire, la géographie, la démographie, les sciences politiques, l'archéologie, la linguistique, la communication, voire aussi les sciences administratives ou les sciences de la religion, et parfois même la philosophie, la critique littéraire ou la théorie du droit.

On peut ainsi déclarer que les sciences humaines et sociales rassemblent :

  1. par sélection positive, les sciences traitant de l'humain en tant que personnes et organisations de personnes (histoire, psychanalyse, ethnologie, économie, politique, religion ...) ;
  2. de façon négative exclusive, les sciences concernant l'humain mais qui ne sont pas des « sciences de la terre et de la vie » ni des « sciences et techniques » du domaine des Beaux-Arts. (ni du domaine du Droit appliqué, qui n’est pas une science).

Critique de la définition

« Une science est un ensemble organisé de connaissances objectives, établies selon une démarche rationnelle, dans un domaine déterminé.  »[2]. Il est difficile toutefois de dégager des caractéristiques et méthodes communes à toutes les sciences humaines et à elles seules; par conséquent, on peut légitimement se demander si l'étiquette de science humaine désigne bien quelque chose de positif, ou s'il s'agit simplement d'une étiquette commode pour faciliter sa classification dans les sciences[3] En les opposant aux sciences dites « dures » ou « exactes » ou « pures » que seraient par exemple la physique, les mathématiques, ou la biologie, les sciences humaines se distinguent. Dans le foisonnement récent des domaines du réel humain abordé on a pu distinguer dans une logique floue appliquée à l’ensemble des productions humaines, les sciences sociales. Aussi bien par la nature des éléments sujets à l’observation que par ce qui en constitue la science [4] elles présentent le problème de n'être pas uniquement classable dans des sciences humaines. A un degré elles concernent des personnes individuelles, elles mêmes concernées par les sciences humaines dans la sociologie urbaine par exemple. A un autre degré, celui des entités de type « mécanisme mou» que sont les sociétés auxquelles on applique la « science de la mécanique », il s'agit de « science appliquée » au service de la technique de gestion de sociétés[5].

On ne peut pas plus définir précisément une science humaine et sociale par son objet société, qui est la société humaine: en effet, des disciplines telles que la psychologie animale, l'éthologie ou la psychologie évolutionniste sont en général regroupées dans le champ des sciences humaines et sociales. Quand elles décrivent le comportement des animaux, elles tendent en effet à nous apprendre des choses au sujet de nous-mêmes, la conception de ces comportements pouvant influencer sur notre conception de la société, et vice-versa [6] Le darwinisme social ou la sociobiologie sont l'exemple d'une telle interaction entre ces deux sphères, de même que l'imbrication, chez Kropotkine, d'une théorie anarchiste sur la société et d'une conception de l'entraide et de la coopération comme principes décisifs dans l'évolution (L'entraide, un facteur de l'évolution, 1902) [6].

L'émergence de ces sciences à partir de la fin du XIXe siècle et au XXe siècle mit en avant la difficulté d'appliquer la « méthode scientifique » traditionnelle à ces domaines, et notamment la possibilité de mettre en œuvre une méthode expérimentale sur le même modèle que la physique. D'autres modalités d'expérience ont ainsi été élaborés, par exemple en psychologie. En outre, le développement de la statistique a permis de formuler des études quantitatives.

Les « sciences humaines et sociales » semble en fait un terme commode d'appellation de domaines regroupés pour ranger pour ce qui concerne l’humain ce qui appartient à la science mais qui n'appartient pas aux sciences naturelles du vivant physico-chimique. Elles se fonderaient donc sur la distinction entre nature et culture. Cette répartition des sciences a été institutionnalisée par l'université et, en France, par le CNRS (avec l'Institut des sciences humaines et sociales [7]).

Enfin, l'émergence de diverses disciplines ou champs scientifiques, tels que l'éthologie, la psychologie évolutionniste, ou les sciences cognitives conduit à douter de la séparation stricte entre sciences naturelles et sciences humaines et sociales, dans la mesure où celles-ci rassemblent autour d'un même objet d'étude des disciplines issues de ces deux champs. Si cela n'entame pas nécessairement la distinction sciences de la nature/sciences humaines et sociales, cela du moins montre, comme l'avait déjà fait la statistique devenue outil fondamental dans le développement des études quantitatives puis de logique de comportement, qu'elles peuvent travailler ensemble.

Perspective historique des différents champs des sciences humaines et sociales

Le positivisme

Le XIXe siècle fut l'âge du positivisme, qui désigne, au sens strict du terme, le système d'Auguste Comte. Ce dernier affirmait en effet que la société traversait trois étapes ascendantes et progressives, l'âge théologique, l'âge métaphysique et enfin l'âge scientifique. Cette vision évolutionniste, qui considère l'histoire comme ayant un sens unilinéaire, a été très largement partagée au XIXe siècle (Hegel, Spengler, etc.), bien que la détermination du « sens » en question ait été matière à débat.

Marx et Engels, qui formulent le projet d'un « matérialisme scientifique », ont eu une influence décisive sur le développement des sciences humaines et sociales, bien que la genèse de certaines d'entre elles, dont l'économie, ait précédé la formation théorique du marxisme. Tocqueville, Montesquieu (et sa théorie des climats), Rousseau, ou Al-Biruni [8] et Ibn Khaldoun [9] ont été tour à tour considérés comme des ancêtres des sciences humaines et sociales (Lévi-Strauss a attribué en particulier un rôle fondamental à Rousseau et Montaigne dans sa théorie de l'ethnologie).

Vers la fin du XIXe siècle, les tentatives visant à recourir à des équations pour rendre compte du comportement devinrent de plus en plus communes [réf. nécessaire]. Parmi ces premières tentatives, figurent le cas des « lois » de la philologie qui visaient à cartographier les changements sonores d'une langue à travers le temps [réf. nécessaire].

Le positivisme logique: vérification et distinction faits-valeurs

Au début du XXe siècle, le positivisme logique émerge dans le Cercle de Vienne. Le projet de Bertrand Russell, Carnap, Alfred Ayer, etc., consiste à tenter de réduire la philosophie à la logique afin d'en faire une « science dure ». Par-delà la critique du kantisme, et en particulier de l'existence des jugements synthétiques a priori, il s'agit en fait de reconduire, par d'autres moyens, le projet kantien de faire de la métaphysique une science. Tandis que Kant voulait faire cela en imitant la révolution copernicienne, le Cercle de Vienne comptait faire cela en éradiquant les énoncés métaphysiques des sciences elles-mêmes, et par un réductionnisme logiciste affirmé. Le Cercle de Vienne pose ainsi les fondements de la philosophie analytique, qui, par sa méthode, tente de s'affirmer comme science rigoureuse. Dans le même temps, Husserl tente, avec la phénoménologie, de bâtir lui aussi une « méthode rigoureuse ». Ces développements de la philosophie consistent ainsi à essayer de trouver ce qui serait une alternative aux méthodes en œuvre dans les sciences de la nature.

Ils influencent nombre de projets théoriques portés par les sciences humaines et sociales, dont le behaviorisme ou le positivisme juridique. De plus, en imposant la distinction faits-valeurs d'un côté, et de l'autre le vérificationnisme, c'est-à-dire l'idée selon laquelle seul peut être validé scientifiquement un énoncé empiriquement testé par l'expérience (au sens large, et non au sens restreint d'expérimentation scientifique), ils conduisent à une certaine conception de la science qui engendrera de nombreux débats en épistémologie. Karl Popper y jouera un rôle majeur, en substituant le critère de réfutabilité au critère vérificationniste, permettant selon lui d'obtenir enfin un critère de scientificité valable. Cela lui permet notamment d'exclure le marxisme et la psychanalyse du champ scientifique.

On peut toutefois se demander s'il est possible d'obtenir un critère unique de scientificité, et si la définition du critère de réfutabilité par Popper ne procède pas d'une volonté préalable d'exclure du champ scientifique marxisme et psychanalyse. La recherche d'un tel critère demeure, aujourd'hui encore, un sujet de recherche problématique pour la philosophie des sciences et l'épistémologie.

Du behaviorisme aux sciences cognitives

Sous l'influence du positivisme logique, le behaviorisme devient la tendance dominante de la psychologie aux Etats-Unis pendant toute la première moitié du XXe siècle, critiqué par un renouveau de la philosophie du langage et de l'esprit, il fut supplanté par le modèle des sciences cognitives. Celles-ci font rejoindre autour d'un même objet d'étude, le fonctionnement du cerveau et de l'esprit, un ensemble de disciplines hétérogènes, telles que les mathématiques ou la philosophie.

La neutralité axiologique

Outre le positivisme, c'est le principe de neutralité axiologique, formulé par Max Weber dans Le Savant et le politique (1919), qui préside à l'ambition scientifique de la sociologie. Ce principe, qui rejoint partiellement la distinction faits-valeurs (théorisée en particulier par Alfred Ayer dans Langage, Vérité et Logique, 1936), est le réquisit (le présupposé) de l'objectivité des sciences humaines et sociales.

Les institutions

Diverses institutions de recherche scientifique, consacrées aux sciences humaines et sociales, sont créées dans la première moitié du XXe siècle: la New School for Social Research à New York, en 1919; l'Institut international d'histoire sociale à Amsterdam, en 1935; en France, depuis 1869 l'École pratique des hautes études possède une section consacrée à l'économie, et la VIe section de l'Ecole deviendra l'École des hautes études en sciences sociales. L'École libre des sciences politiques est créée en 1872, qui deviendra en 1945 Sciences Po. A partir de 1963, Fernand Braudel dirige la Fondation Maison des sciences de l'homme, qu'il a contribué à créer.

La Fondation Rockefeller créé le Département des relations industrielles, visant à mieux comprendre les mouvements sociaux, après le massacre de Ludlow (avril 1914). Le département est présidé par William Lyon Mackenzie King, qui sera à plusieurs reprises Premier ministre du Canada. Dans les années 1930, la Fondation Rockefeller, qui avait commencé à financer de plus en plus d'infrastructures liées aux sciences sociales en créant entre autres le Social Science Research Council, rachète le Centre de documentation sociale (CDS), créé en France par le mécène Albert Kahn, et situé rue d'Ulm, dans les locaux de l'Ecole normale supérieure (ENS) [10]. Mais le CDS cesse ses activités en 1941, et ses fonds sont dispersés (la plupart étant conservés à la BDIC de Nanterre).

Notes et références

  1. Hilary Putnam considère en effet que l'objectivité est plus large que la seule objectivité scientifique. Voir Fait/Valeur : la fin d'un dogme - et autres essais (2002, trad. 2004) et Antoine Corriveau-Dussault (Université Laval), Putnam et la critique de la dichotomie fait/valeur, Phares, vol. 7, 2007.
  2. «  Dictionnaire portatif du bachelier, B. Hongre, Ed Hatier. ».
  3. . Voir classification des sciences et sciences et techniques dans «Le Trésor, Dictionnaire des sciences », M.Serres et N.Farouki, Ed Flammarion.
  4. .Ces fonctions qui rationnellement sont dans la « science exacte » et parfois ont été crées pour outiller le travail social à l'instar du sondage de population.
  5. Sociétés qui par exemple par leur nature de société civile ou bien suivront le Droit des associations ou bien suivront le Droit des sociétés et la Gestion des ressources humaines etc, mais pas le droit des personnes.
  6. a  et b Sur l'interaction entre ces deux sphères, voir Vinciane Despret (1996), Naissance d'une théorie éthologique: La danse du cratérope écaillé, Le Plessi-Robinson Synthélabo.
  7. Institut des Sciences humaines et sociales
  8. Akbar S. Ahmed (1984). "Al-Biruni: The First Anthropologist", RAIN 60, p. 9-10.
  9. H. Mowlana (2001). "Information in the Arab World", Cooperation South Journal 1.; Salahuddin Ahmed (1999). A Dictionary of Muslim Names. C. Hurst & Co. Publishers. ISBN 1-85065-356-9.; Dr. S. W. Akhtar (1997). "The Islamic Concept of Knowledge", Al-Tawhid: A Quarterly Journal of Islamic Thought & Culture 12 (3).;Akbar Ahmed (2002). "Ibn Khaldun’s Understanding of Civilizations and the Dilemmas of Islam and the West Today", Middle East Journal 56 (1), p. 25.
  10. Claude Viry, La documentation un outil pour la paix. Albert Kahn, banquier philanthrope, revue Inter CDI n°97

Bibliographie

  • 1934, Encyclopedia of the Social Sciences ;
  • 1968, International Encyclopedia of the Social Sciences ;
  • 2001, International Encyclopedia of Social and Behavioral Sciences.
  • Une école pour les sciences sociales, de la VIe section à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, collectif, 2000, Cerf, Paris

Voir aussi

  • Portail des sciences humaines Portail des sciences humaines

Liens externes

Ce document provient de « Sciences humaines et sociales ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sciences Humaines de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sciences humaines — et sociales La Science et les Sciences Généralités Connaissance · Théorie · Savoir Classification des sciences Science empirique · sciences exactes Sciences dures · sciences molles Science de la nature …   Wikipédia en Français

  • SCIENCES HUMAINES — L’expression «sciences humaines» est, en France, une façon usuelle de nommer les études de psychologie et de sociologie. Depuis la Seconde Guerre mondiale, elle a remplacé l’ancienne appellation de «sciences morales». En 1942, l’ouvrage de… …   Encyclopédie Universelle

  • Sciences Humaines (revue) —  Ne doit pas être confondu avec Sciences humaines. Sciences humaines est une revue mensuelle de vulgarisation des sciences humaines et sociales créée en 1988. Entreprise Indépendante de tout groupe de presse ou d institution, le mensuel… …   Wikipédia en Français

  • Sciences humaines ou science de l'homme — ● Sciences humaines ou science de l homme disciplines ayant pour objet l homme et ses comportements individuels et collectifs, passés et présents …   Encyclopédie Universelle

  • Sciences humaines et sociales —  Ne doit pas être confondu avec Sciences humaines (revue). Les sciences humaines et sociales sont un ensemble de disciplines scientifiques étudiant les aspects sociaux des diverses réalités humaines. On les met en contraste avec les sciences …   Wikipédia en Français

  • Sciences humaines (revue) —  Ne doit pas être confondu avec Sciences humaines. Sciences humaines Pays France Langue Français Périodicité mensuel Genre sciences humaines …   Wikipédia en Français

  • Les sciences humaines sont elles expérimentales ? — Sciences humaines et sociales La Science et les Sciences Généralités Connaissance · Théorie · Savoir Classification des sciences Science empirique · sciences exactes Sciences dures · sciences molles Science de la nature …   Wikipédia en Français

  • STRUCTURE DANS LES SCIENCES HUMAINES — Les sciences humaines utilisent de plus en plus couramment la notion de structure. Cependant, la signification de celle ci est loin d’être claire et donne souvent lieu à de faux problèmes. Par ailleurs, le mouvement structuraliste est, semble t… …   Encyclopédie Universelle

  • INFORMATIQUE ET SCIENCES HUMAINES — S I L’IMPORTANCE des bouleversements que l’informatique provoque dans des domaines toujours plus nombreux de la vie sociale est désormais perçue, l’attention accordée aux modifications qu’elle introduit dans la connaissance de l’homme et de la… …   Encyclopédie Universelle

  • Maison de la Recherche en Sciences humaines — Université de Caen Basse Normandie L’université de Caen, dont le nom complet actuel est Université de Caen Basse Normandie (UCBN), est une université française, basée à Caen (Calvados). C’est la seule université de la région, c’est pourquoi elle… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”