Jean-Jacques Aillagon
Jean-Jacques Aillagon
Jean-Jacques Aillagon, en octobre 2003
Jean-Jacques Aillagon, en octobre 2003

Naissance 2 octobre 1946 (1946-10-02) (65 ans)
Drapeau de la France Metz (Moselle)
Nationalité Française
Profession Professeur de lycée
Activité principale Président du Centre Georges-Pompidou (1996-2002), Ministre de la Culture et de la Communication (2002-2004), Président de l'Établissement public du musée et du domaine national de Versailles (depuis 2007)

Jean-Jacques Aillagon, né le 2 octobre 1946 à Metz, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Considéré comme un « proche » de Jacques et Bernadette Chirac, il occupe plusieurs directions culturelles à la Mairie de Paris, puis est nommé président du Centre Georges-Pompidou en 1996. Il quitte cette fonction pour devenir ministre de la Culture et de la Communication en 2002. Après avoir quitté le gouvernement en 2004, il est nommé, le 6 juin 2007, président de l'Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, fonction qu'il exerce jusqu'au 30 septembre 2011.

Sommaire

Biographie

Vie privée

Il vit ses premières années à Champigneulles.

Deux mois avant son entrée dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, il évoque son coming out dans une interview publiée dans Le Monde du 18 mars 2002, expliquant : « En affirmant ma liberté de vivre ma sexualité, et ce dans un contexte historique, géographique (la province), et dans un contexte familial très répressif, j'ai agi politiquement. Au-delà de mon sort, c'est la situation de tous les homosexuels qui était concernée par mon engagement." C'est le premier ministre français ouvertement homosexuel. »

Formation

  • Maîtrise d’histoire moderne
  • Diplôme d’études approfondies en histoire de l’art de l’université de Paris X-Nanterre : « Viollet-le-Duc et l’enseignement de l’architecture »
  • CAPES en Histoire Géographie

Carrière

  • 1973-1976 : Professeur aux lycées d’Égletons et de Tulle (Corrèze)
  • 1976 : Chargé de recherche au Centre d'études et de recherches architecturales
  • 1976 : Détachement au ministère de la Culture
  • 1977 : Chef du service des archives de l'architecture à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts
  • 1978 : Chef du service des relations extérieures et des expositions à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts
  • 1981 : Sous-directeur de l'École nationale supérieure des beaux-arts, chargé de l'action culturelle et scientifique
  • 1982 : Administrateur du Musée national d'Art moderne au Centre Georges Pompidou
  • 1985 : Adjoint au Directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris et Directeur de l'Office d'information culturelle
  • 1988 : Délégué général aux manifestations culturelles de la Ville de Paris
  • 1990 : Coordinateur de la célébration du Centenaire de la naissance du Général de Gaulle
  • 1992 : Directeur général de la Vidéothèque de Paris
  • 1993 : Directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris
  • 1995 : Élu Président de l'Association des directeurs des affaires culturelles des grandes villes de France
  • 1995 : Commissaire Général de l'Année France-Égypte (1997-1998)
  • 1996 : Nommé, par décret du 28 mars 1996, Président du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou
  • 1996 : Chargé par le Premier ministre d'une mission de réflexion pour l'organisation de la célébration, par la France, de l'entrée dans le troisième millénaire.
  • 1996 : Nommé, par décret du 17 décembre 1996, Président de la Mission 2000 en France
  • 1999 : Reconduction, par décret du 26 mars 1999, à la présidence du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou
  • 2000 : Création de l'Université de tous les savoirs au Conservatoire national des arts et métiers dans le cadre de la mission 2000 (ensemble de leçons magistrales à vocation encyclopédique)
  • 2002 : Reconduction, par décret du 7 mars 2002, à la présidence du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou (fonction quittée lors de sa nomination au gouvernement)
  • 2002-2004 : Ministre de la Culture et de la Communication (voir plus bas)
  • 2004 : Conseiller de François Pinault, président du groupe Artemis. Administrateur délégué et Directeur du Palazzo Grassi à Venise.
  • Septembre 2004: nommé membre du Conseil économique et social au titre des personnalités qualifiées dans le domaine économique, social, scientifique ou culturel[1].
  • 6 avril 2005 : Élu administrateur puis Président-directeur général de la chaîne de télévision TV5 Monde par son conseil d'administration. Le même jour il est nommé administrateur puis Président du Conseil d'administration de Canal France International, dont la direction exécutive est confiée à son Directeur général, Jean Mino. Sa nomination à la tête de TV5 Monde a été critiquée par le Syndicat national des journalistes sur le fondement de l'article 432-13 du code pénal. Néanmoins, le Gouvernement a, préalablement à la désignation de Jean-Jacques Aillagon à la présidence de TV5, consulté le Conseil d'État qui a précisé que l'article 432-13 du code pénal n'est pas applicable à un ancien ministre. Le 3 mars 2006 il annnonce sa démission prochaine[2].
  • Mars 2007 : Il annonce publiquement qu'il tirera au sort le candidat à l'élection présidentielle qu'il parrainera. Le 9 mars, il annonce qu'il parrainera donc Olivier Besancenot, candidat de la LCR (Ligue Communiste Révolutionnaire), vainqueur du tirage au sort qui l'a mis en compétition avec sept autres candidats en manque de parrainage. Il a déclaré: « l'objectif de mon initiative était de mettre le doigt sur les limites du parrainage ».
  • 6 juin 2007 : Par décret du Président de la République, il est nommé président de l'Établissement public du musée et du domaine national de Versailles (Journal Officiel no 0131 du 07/06/2007)
  • 4 juin 2010 : L'Élysée fait savoir que le mandat de Jean-Jacques Aillagon sera reconduit (Décret du 10 juin, Journal officiel du 11 juin 2010). Xavier Darcos avait fait savoir, suite à sa défaite aux élections régionales du 21 mars 2010, qu'il était intéressé par le poste.

Politique

La réalisation la plus notable de Jean-Jacques Aillagon, ministre de la culture et de la communication, est sans doute la loi Aillagon sur le mécénat qu’il parvient à faire adopter en 2003, qui dote la France d’un des régimes les plus favorables en ce domaine. La loi, autorisant des déductions fiscales allant jusqu’à 90%, permet notamment de résoudre le problème de l’acquisition des biens qui, déclarés « trésors nationaux », doivent être conservés en France.

Jean-Jacques Aillagon mène une politique visant à favoriser l’autonomie des établissements publics relevant de son ministère. Orsay et le Musée Guimet sont érigés en établissements publics autonomes, et leur indépendance, tout comme celle du Louvre et de Versailles, est confortée vis-à-vis notamment de la Réunion des musées nationaux et de la direction des musées de France.

Jean-Jacques Aillagon s’efforce de surmonter les réticences de son ministère vis-à-vis de la décentralisation : il accepte la décentralisation du service de l’inventaire, et charge une commission présidée par René Rémond de préparer le transfert aux collectivités territoriales, sur la base du volontariat, de monuments appartenant à l’État mais qui ne paraissent pas justifier que la collectivité nationale continue à les détenir.

Toutefois, monsieur Aillagon porterait une lourde responsabilité sur la situation critique du Patrimoine français qui s’aggrave sous son ministère. Paul Barnoud, président de la Compagnie des architectes en chef des monuments historiques confie à ce sujet au journal Valeurs actuelles (no 3760 du 18 décembre 2008, pages 58 et 59) : "L’entretien des cathédrales est absolument énorme…jusqu’à présent lorsqu’il y avait une alerte, on pouvait agir. Actuellement, on ne peut plus. La crise, devenue endémique à partir du moment où Jean-Jacques Aillagon, alors ministre de la Culture, a fait une ponction d’environ 100 millions d’euros sur les fonds affectés au patrimoine. Comme les crédits se reportent d’année en année, il les prit pour les remettre au fur et à mesure. Évidemment, l’argent n’est jamais revenu et depuis, il y a des tensions folles de trésorerie."

Dans le domaine de la communication, il remet en cause les projets de France Télévisions sur le numérique terrestre, invitant le groupe public à approfondir les missions de service public des chaînes existantes. Le rapport commandé à Catherine Clément sur la culture à la télévision (La nuit et l’été) ne reçoit toutefois pas vraiment d’application concrète, tandis que celui de Blandine Kriegel sur la violence à la télévision suscite la polémique.

Jean-Jacques Aillagon est également l’artisan de la loi du 9 juillet 2004 relative aux communications électroniques et aux services de communication audiovisuelle, qui donne notamment un cadre juridique à la relance des télévisions locales.

Il négocie avec la Commission de Bruxelles une ouverture limitée et graduelle de la publicité télévisée pour la distribution et une ouverture complète de la publicité télévisée pour la presse, mettant fin à un contentieux qui durait depuis plusieurs années.

Il dépose également le projet de loi DADVSI sur les droits d’auteur.

La renégociation des annexes VIII et X de la convention de l’UNEDIC, relatives au régime des intermittents du spectacle, que le gouvernement accepte d’agréer et que Jean-Jacques Aillagon endosse sans états d’âme, suscite toutefois de violents remous. Pris à partie lors de la cérémonie des Césars, le ministre ne voit pas venir le mouvement des intermittents et l’annulation sans précédent des festivals à l’été 2003. Les jours du ministre sont dès lors comptés. Il est remplacé, en avril 2004, par Renaud Donnedieu de Vabres.

  • 2004 : Conseiller régional de Lorraine.

Établissement public du château, du musée et du domaine de Versailles

Il a organisé du 10 septembre 2008 au 4 janvier 2009 une exposition Jeff Koons dans le Château de Versailles, en présentant dans les grands appartements et la galerie des Glaces la première rétrospective consacrée en France à cet artiste américain. Ainsi 17 œuvres emblématiques de l’artiste ont pris place dans les appartements et les jardins de Versailles[3]. Deux de ces œuvres, Large Vase of Flowers et Jeff Koons, sont issues de sa série provocatrice Made In Heaven (« fait au paradis ») réalisée en 1991 avec Ilona Anna Staller, dite Cicciolina, avec qui il était marié. Les deux œuvres de cette série choisies pour cette exposition destinée au plus large public ne présentent aucun caractère pornographique.

Jeff Koons est actuellement l’artiste vivant vendu le plus cher aux enchères avec Balloon Flower (Magenta) vendu 12 921 250 £ (soit 16 343 000 € avec les frais de vente) par Christie's à Londres le 30 juin 2008[4]. Il est actuellement classé 54e artiste en produit de vente aux enchères pour l’année 2008[5].

Cette exposition a donné lieu à des réactions nombreuses et contrastées dans le monde entier[réf. nécessaire]. Des observateurs l’ont perçue[6] comme un acte témoignant d’un profond mépris à l’égard du patrimoine de la France[7]. D’autres ont au contraire souligné la cohérence et la pertinence de l’exposition[8],[9]. Par ailleurs, la presse a fait état d’inquiétudes quant à l’existence d’éventuels conflits d’intérêts [10].

Jean-Jacques Aillagon a de nouveau invité l’art contemporain au château de Versailles en 2009 avec l’exposition Veilhan Versailles. Le Carrosse dans la cour, les Architectes dans le jardin, Le Mobile dans le château… toutes conçues spécifiquement pour le château de Versailles, Xavier Veilhan travaillant sur les notions de perspective, d’espaces et de couleurs.
En parallèle de ces événements, de nombreuses expositions se sont tenues au château de Versailles, comme Fastes de Cour et cérémonies royales, La Guerre sans Dentelles, Louis XIV l'homme et le roi, qui a réuni près de 480 000 visiteurs, ou encore Versailles photographié, 1850-2010 présentée au printemps 2010. D’autres expositions sont prévues sur la Chapelle royale en avril 2010, sur Murakami en septembre 2010 et sur les Sciences à la Cour de Versailles en octobre 2010.
Jean-Jacques Aillagon poursuit la politique des grands travaux de Versailles nécessaires à la sauvegarde du patrimoine. Parmi les grands chantiers de restauration de ces dernières années, la galerie des Glaces, la grille Royale, le Petit Trianon, les allées du parc, le Belvédère dans le domaine de Marie-Antoinette. Une nouvelle campagne d’adoption des statues et bancs du parc, en vue de leur restauration, a été lancée.

Jean-Jacques Aillagon poursuit ses invitations à l’art contemporain au château de Versailles en 2010 avec l’exposition Takashi Murakami et, en 2011, Bernar Venet.

Jean-Jacques Aillagon est le premier du classement des cinquante personnalités les plus influentes du monde de l'art en France, réalisé par l'Œil et Le Journal des Arts en mars 2011[11].

Décorations

Voir aussi

Lien interne

Lien externe

Notes et références

  1. Décret du 3 septembre 2004 portant nomination au Conseil économique et social
  2. Le Monde le 3 mars 2006
  3. Site officiel de l’exposition
  4. Artvalue.com
  5. Artfacts.net
  6. L’Express : De l’Art ou du Homard
  7. [1]
  8. Jeff Koons honore Louis XIV - exposition réussie et à grand spectacle au Château de Versailles. Le Monde 12 septembre 2008.
  9. artpress - novembre 2008
  10. [2]
  11. Jean-Christophe Castelain, « Les 50 personnalités de l'art les plus influentes en France », l'Œil n°633 et le Journal des Arts, Mars 2011. Consulté le 21 juillet 2011
Précédé par Jean-Jacques Aillagon Suivi par
Catherine Tasca
Ministre de la Culture et de la Communication
2002-2004
Renaud Donnedieu de Vabres
François Barré
Président du Centre Pompidou
1996-2002
Bruno Racine

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Jacques Aillagon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-jacques aillagon — Jean Jacques Aillagon, né le 2 octobre 1946 à Metz, est un haut fonctionnaire et homme politique français. Il a été Ministre de la culture et de la communication de 2002 à 2004. Il est considéré, depuis ses « années… …   Wikipédia en Français

  • Jean-Jacques Aillagon — (* 2. Oktober 1946 in Metz) ist ein französischer Politiker und Präsident des französischen Fernsehsenders TV5 Monde. Leben Aillagon wurde 1946 in Metz geboren. Nach seiner Studienzeit war er als Hochschullehrer von 1972 bis 1976 im Département… …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Jacques Aillagon — (born October 2, 1946, Metz) is a French politician, a close confidant of Jacques Chirac and member of the UMP political party. From 1972 1976 he was a high school teacher in the Corrèze region of France. From 1982 2002 he was an administrator… …   Wikipedia

  • Aillagon — Jean Jacques Aillagon (* 2. Oktober 1946 in Metz) ist ein französischer Politiker und Präsident des französischen Fernsehsenders TV5 Monde. Leben Aillagon wurde 1946 in Metz geboren. Nach seiner Studienzeit war er als Hochschullehrer von 1972 bis …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Pierre Raffarin — Mandats 17e Premier ministre français (165e chef du gouvernement) …   Wikipédia en Français

  • Jean-Louis Borloo — Jean Louis Borloo, le 18 décembre 2007. Mandats Président du Parti radical …   Wikipédia en Français

  • Jean Bertholle — en 1995 (Capture d écran d une vidéo de l Encyclopédie audiovisuelle de l art contemporain). Jean Bertholle (26 juin 1909, Dijon 6 décembre 1996, Paris) est un peintre et graveur français de la Nouvelle …   Wikipédia en Français

  • Jean-Paul Delevoye — Naissance 22 janvier 1947 (1947 01 22) (64 ans) Nationalité Française …   Wikipédia en Français

  • Jean-Louis Humbaire — Nationalité  France Pays de résidence   …   Wikipédia en Français

  • Jean Dumont (architecte) — Jean Dumont Naissance 4 juillet 1923 Commercy, Meuse Nationalité  France Pays de résidence …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”