Villeneuve-les-Avignon

Villeneuve-lès-Avignon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve.
Villeneuve-lès-Avignon
Carte de localisation de Villeneuve-lès-Avignon
Pays France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Villeneuve-lès-Avignon
(chef-lieu)
Code Insee 30351
Code postal 30400
Maire
Mandat en cours
Jean-Marc Roubaud
2001-2008
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Avignon
Latitude
Longitude
43° 58′ 02″ Nord
       4° 47′ 48″ Est
/ 43.9672222222, 4.79666666667
Altitude 10 m (mini) – 181 m (maxi)
Superficie 18,27 km²
Population sans
doubles comptes
12 471 hab.
(2006)
Densité 682 hab./km²
Jean-Baptiste-Camille Corot: Villeneuve-lès-Avignon, le Fort Saint-André, 1836

Villeneuve-lès-Avignon (en occitan provençal: Vilanòva d'Avinhon selon la norme classique ou Vilo-Novo d'Avignoun selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon.

Sommaire

Géographie

Anciennement appelée Villeneuve-Saint-André, Villeneuve-lès-Avignon est une ville du Gard bordant le Rhône située en face d'Avignon dont elle fait partie de l'agglomération logique "inter-départementale".

Le mont Andaon

Le mont Andaon ou Puy Andaon est une colline dominant la ville de Villeneuve-lès-Avignon. C'était, face au Rocher des Doms d'Avignon dont il est le pendant, une position stratégique bordée du côté Est par le Rhône et du côté Ouest par de fortes pentes, ce qui en faisait un lieu sécurisé. Le Rhône baigna en effet le pied Est du Mont Andaon jusqu'au XVIIIe siècle. Aujourd'hui, le fleuve coule beaucoup plus à l'Est de Villeneuve, son lit ayant reculé de quelque huit cents mètres, créant ainsi la riche plaine alluvionnaire de l'Abbaye.

Plutarque prétend que les Volques Arécomiques avait consacré le puy à leur divinité Stathmos (Station, entrepôt en grec, Statumae en latin), puis avec la romanisation de la région, cette divinité devient Sylvain dieu champêtre.

Le fort Saint-André y est construit après le traité de paréage de 1292.

Climat

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[1].

Mois
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
Températures minimales moyennes (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Températures moyennes (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34,0 465,4
Source : Données climatologiques d'Avignon 2000-2007

Toponymie

La graphie officielle, telle que retenue par le Code officiel géographique de l’INSEE, est Villeneuve-lès-Avignon'. Toutefois, la graphie alternative Villeneuve lez Avignon (sans traits d’union, ce qui est une faute d’orthographe, et avec un z à lez) est utilisée au niveau local, par exemple dans tous les documents officiels de la Ville ainsi que sur son site web.

On écrit donc :

  • soit Villeneuve-lès-Avignon, avec traits d’union et accent grave, "lès", signifiant "proche de" ou "à côté de". En l'occurence Avignon se trouve juste sur la rive opposée du Rhône ;
  • soit Villeneuve lez Avignon, avec "z" sans accent ni tirets : c'est cette orthographe qui a été |retenue officiellement par la municipalité} du Docteur Paul Gache dans les années 1970} pour plusieurs raisons :
    1. la première car il s'agit d'une autre orthographe venant du vieux français ;
    2. la deuxième parce qu'en écrivant "lez", on supprime "les" qui induit un mot au pluriel, on évite ainsi la tentation de voir "Avignon" affublé du "s" à la fin, ce qui ne sied pas à un nom propre ;
    3. la troisième, est liée à l'informatique et aux langues étrangères : les claviers qwerty n'ont pas de "e" accentué, de nombreuses langues n'utilisent pas les accents, et les majuscules s'écrivent communément sans accent. Choisir cette nouvelle graphie choisie par la municipalité évite l’apparition de nouvelles orthographes.[réf. nécessaire]

Pour le moment, la municipalité n’a pas demandé de modification de l’orthographe au COG.

Dans les publications régionales, c’est cependant l’orthographe officielle qui est retenue, ainsi que très largement sur Internet[2].

L’éminence dominant le Rhône sur laquelle l’abbaye et le village se sont construits est appelée le mont Andaon. L’hypothèse la plus courante attribue une valeur à la fois hydronymique et oronymique à ce nom (c’est-à-dire un nom qui se rapporte à la fois à l’eau et au relief), mais sans certitude aucune[3].

Histoire

Héraldique

Les armes actuelles de la ville sont : parti, en 1 d’azur à trois fleurs de lys, qui est de France ; en deux, de gueules à un sautoir d’or.

Préhistoire

Les plus anciennes traces anthropiques datent de la fin du Néolithique : ce sont des habitations et des sépultures retrouvées au quartier du Polygone, de la colline du Cabrion. Aux Angles, le Rocher de la Justice a servi à l’installation d’un oppidum au chalcolithique, oppidum réorganisé durant la protohistoire ; d’autres découvertes remontant à la même époque ont été faites sur le territoire de la commune et aux environs[4]. Le mont Andaon a été occupé également à la protohistoire, mais son usage comme oppidum est toutefois incertain : il est en effet vaste et accessible facilement à l’ouest et au sud, et sa fortification aurait demandé beaucoup d’efforts à une population nombreuse. De plus, aucune découverte archéologique depuis 1873 ne vient à l’appui de cette hypothèse[5].

Antiquité

Un sanctuaire du dieu Sylvain est construit sur le mont Andaon, peut-être par la confrérie des carriers. Quelques tombes ont également été retrouvées, mais il apparaît que le territoire de la commune est peu habité au début de l’ère chrétienne[6].

Les découvertes sont plus nombreuses pour les siècles suivants : de nombreuses tombes des IIIe-VIe siècles ont été découvertes[7]. Il est possible que les très nombreuses tombes de Ve et VIe siècles soient celles d’Avignonnais qui franchissaient le fleuve pour se faire enterrer, choix qui aurait pu être facilité par la construction d’un pont de bois autour de l’an 400[8].

Moyen Âge

Peu avant 980, l’abbaye saint-André est fondée sur le mont Andaon[9], avant d’être approuvée par bulle papale en janvier 999[10]. À l’époque, la colline et ses environs ne sont occupés que par quelques maisons et fermes isolées[11]. Un village se développe autour de l’abbaye au XIe siècle, sous le nom de Saint-André[12].

Après 1181 et avant 1200, une muraille est construite autour du village, qui devient un castrum, probablement en liaison avec la construction du pont sur le Rhône (achevé en 1185)[13], les habitants de Saint-André voulant se protéger des Avignonnais. C’est probablement également à cette date que l’abbé donne son autonomie au village et affranchit une partie au moins des serfs[14]. Cependant, le bourg de Saint-André est annexé par la commune d’Avignon au début du XIIIe siècle, et en 1210, le comte de Provence Raymond V confirme cette annexion. Et malgré une révolte des habitants de Saint-André en 1213, cette domination des Avignonnais est à nouveau confirmée en 1222[15]. En 1226, l’armée du roi de France assiège Avignon, dans le cadre de la croisade des Albigeois.

L’abbé s’offre comme point d’appui pour l’armée royale, en échange d’une protection. Un premier traité de paréage entre le roi de France et l’abbé place l’abbaye et le village sous la protection du roi de France, qui a la moitié des droits de justice ; de plus, celui-ci a la possibilité de construire une forteresse à Saint-André[16]. Cette indépendance retrouvée et cette protection permettent le développement économique du bourg, avec notamment l’activité du port sur le Rhône. L’augmentation du nombre d’habitants et de leur prospérité nécessite la construction d’une nouvelle église paroissiale, Saint-Pons, achevée en 1275[17].

Le 11 juillet 1292, après deux ans de négociations, un nouveau traité de paréage remplace le premier, le roi de France Philippe le Bel souhaitant construire une forteresse sur sa nouvelle frontière. Le traité prévoit :

  • le partage entre l’abbé et le roi de tous les revenus de la seigneurie de Saint-André (très riche) et de la terre royale de Tavel ;
  • la haute-justice revient entièrement au roi ;
  • le sceau est désormais commun (d’où les armes actuelles de la ville) ;
  • le roi pourra fortifier le mont Andaon, et construire une fortification près du vieux port, c’est-à-dire contrôler ainsi le débouché du pont Saint-Bénézet [18].

Suivent la construction d'un château fort, le fort Saint-André, sur le mont Andaon, et d'une tour située face à Avignon, la tour Philippe le Bel, pour protéger l'abbaye et la frontière du royaume de France. Le fort occupant l’emplacement de l’ancien bourg, une bastide royale est alors créée sur les rives du Rhône portant le nom de Villeneuve-Saint-André.

Au XIVe siècle, le pouvoir de l’abbé continue de décroître, jusqu’à la révolte en 1388 des habitants de Villeneuve, qui refusent de prêter serment de fidélité à leur abbé toujours absent[19].

Temps modernes : XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

Révolution française et Empire

Économie

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1977 1989 Paul Gache Conseiller général
1989 1995 Aimé Montal PS Conseiller général
1995 réélu en 2008 Jean-Marc Roubaud UMP Député

Démographie

Évolution démographique
(Source : Ehess[20] et INSEE[21])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 300 3 297 3 279 3 232 3 564 3 633 3 671 3 723 3 733
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 252 3 162 3 067 2 730 2 910 2 630 2 644 2 622 2 735
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 922 2 890 2 709 2 561 3 035 3 635 3 740 4 399 5 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
6 422 6 977 8 540 9 282 10 730 11 791 12 471 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Lieux et monuments

Le Fort Saint André sur le Mont Andaon
Vue sur le Fort Saint-André depuis le rocher des Doms d'Avignon
Chartreuse du Val de Bénédiction
La tour Phillipe Le Bel
Le Couronnement de la Vierge (1453-1454), d'Enguerrand Quarton, chef-d'œuvre de la peinture française

Établissements d’enseignement

  • Collège du Mourion (public) et collège Sancta Maria (privé)
  • Lycée Jean Vilar (public)

Personnalités liées à la commune

  • Pierre Bernac (1899-1979 à Villeneuve-lès-Avignon ), chanteur classique, baryton
  • Emma Daumas - Chanteuse, fréquenta l’école de musique d’Avignon
  • Francis Pouzol- écrivain provençal tué le 28 septembre 1918

Jumelages

Villeneuve-lès-Avignon est jumelée avec

  • Drapeau de l'Espagne Peñíscola (Espagne)
  • Drapeau de l'Allemagne Rheinbach (Allemagne)Modèle:Jumelage/Ville en lien rouge Modèle:Jumelage/Ville en lien rouge/Modèle Lien absent

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes

Sources

  • Guy Barruol, Roseline Bacou et Alain Girard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X)

Notes

  1. La climatologie du Vaucluse
  2. Selon le Google fight, 385 000 pages utilisent exclusivement Villeneuve-lès-Avignon, avec ou sans accent [1], et 9000 utilisent exclusivement "Villeneuve-lez-Avignon", avec z[2] ; au total, 450 000 pages utilisent l’une ou l’autre, ou les deux["villeneuve-lez-avignon" OR "Villeneuve-les-Avignon" OR "Villeneuve-lès-Avignon"] (recherches effectuées le 17 février 2009)
  3. Élizabeth Sauze, « Le toponyme Andaon », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 11-14
  4. Dominique Carru, « Aux origines du mont Andaon : Villeneuve-lès-Avignon et sa proche région jusqu’au Moyen Âge », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 15
  5. Dominique Carru, op. cit., p 17
  6. Dominique Carru, op. cit., p 18-19
  7. Dominique Carru, op. cit., p 20-21
  8. Dominique Carru, op. cit., p 22
  9. Michel Chalon, « À propos des origines de Saint-André : l’épitaphe de Casaria », inGuy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 42
  10. Guy Barruol, « Présentation générale », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 7
  11. Marie-Luce Fabrié, « Le village de Saint-André jusqu’au traité de paréage de 1292 », in Guy Barruol, et alii, L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon..., op. cit., p 149
  12. Marie-Luce Fabrié, op. cit., p 149
  13. Marie-Luce Fabrié, op. cit., p 151
  14. Marie-Luce Fabrié, op. cit., p 152
  15. Paul Payan, « L’abbaye Saint-André à la rencontre des pouvoirs. Un enjeu stratégique entre France et Avignon », in Guy Barruol, et alii, L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon..., op. cit., p 156
  16. Paul Payan, op. cit., p 156-157
  17. Marie-Luce Fabrié, op. cit., p 153
  18. Paul Payan, op. cit., p 158
  19. Paul Payan, op. cit., p 160
  20. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  21. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
  • Portail du Languedoc-Roussillon Portail du Languedoc-Roussillon
  • Portail de l’Occitanie Portail de l’Occitanie
Blason de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Communes de la Communauté d'agglomération du Grand Avignon Blason de la région Languedoc-Roussillon

Vaucluse : Avignon  · Caumont-sur-Durance  · Jonquerettes  · Morières-lès-Avignon  · Le Pontet  · Saint-Saturnin-lès-Avignon  · Vedène  · Velleron
Gard : Les Angles  · Rochefort-du-Gard  · Saze  · Villeneuve-lès-Avignon

Ce document provient de « Villeneuve-l%C3%A8s-Avignon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Villeneuve-les-Avignon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Villeneuve-lès-avignon — Pour les articles homonymes, voir Villeneuve. Villeneuve lès Avignon …   Wikipédia en Français

  • Villeneuve les Avignon — Villeneuve lès Avignon Pour les articles homonymes, voir Villeneuve. Villeneuve lès Avignon …   Wikipédia en Français

  • Villeneuve-lès-Avignon — Vilanòva d Avinhon Escudo …   Wikipedia Español

  • Villeneuve-lès-Avignon — Villeneuve lès Avignon …   Deutsch Wikipedia

  • Villeneuve-lès-Avignon — Pour les articles homonymes, voir Villeneuve et Avignon (homonymie). 43° 58′ 02″ N 4 …   Wikipédia en Français

  • Villeneuve-lès-Avignon — French commune nomcommune=Villeneuve lès Avignon région=Languedoc Roussillon département=Gard arrondissement=Nîmes canton=Villeneuve lès Avignon insee=30351 cp=30400 maire=Jean Marc Roubaud mandat=2001 2008 intercomm= longitude=4.79666666667… …   Wikipedia

  • Villeneuve-les-Avignon — Original name in latin Villeneuve ls Avignon Name in other language Vil nev lez Avin jon, Vil njov lez Avin on, Vilanova d Avinhon, Vilanova d Avinyo, Vilanova d Aviny Vilanva d Avinhon, Villanova ad Avenionem, Villeneuve, Villeneuve les Avignon …   Cities with a population over 1000 database

  • Abbaye Saint-André-de-Villeneuve-les-Avignon — Abbaye Saint André de Villeneuve lès Avignon Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint André …   Wikipédia en Français

  • Abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon — Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint André. Peinture de William Marlow (1740 1813) montrant l abbaye Saint André de Vi …   Wikipédia en Français

  • Canton De Villeneuve-lès-Avignon — Situation du canton de Villeneuve lès Avignon dans le département Gard Administration Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”