Mellois

Mellois

Melle (Deux-Sèvres)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Melle.
Melle

Eglise Saint-Hilaire, patrimoine mondial de l'UNESCO.
Eglise Saint-Hilaire, patrimoine mondial de l'UNESCO.

Administration
Pays France
Région Poitou-Charentes
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Niort
Canton Melle
(chef-lieu)
Code Insee abr. 79174
Code postal 79500
Maire
Mandat en cours
Yves Debien
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Melle
Démographie
Population 3 659 hab. (2006)
Densité 375 hab./km²
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 22″ Nord
       0° 08′ 38″ Ouest
/ 46.2228, -0.1439
Altitudes mini. 87 m — maxi. 174 m
Superficie 9,76 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Melle est une commune française, située dans le département des Deux-Sèvres et la région Poitou-Charentes.

Ses habitants sont appelés Mellois ; ils vivent en pays mellois.

Sommaire

Géographie

Situation

Chemins de Saint-Jacques de Compostelle

La ville est bâtie sur un promontoire situé au centre du plateau mellois.

Située à 27 km au sud-est de Niort, Melle est le chef-lieu du canton, après avoir été sous-préfecture des Deux-Sèvres jusqu'en 1926.

Melle est sur le chemin de la Via Turonensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, sur l'axe Poitiers-Saintes.

Hydrographie

Trois cours d'eau référencés par le Sandre traversent la commune. Il s'agit de la Béronne (nommée ruisseau de la fontaine de triangle par le Sandre)[1] affluent de la Boutonne, le ruisseau du Rivault[2] et le ruisseau de Vireblanc[3] qui se jettent dans la Béronne.

Il faut ajouter le Pinier, lui aussi affluent de la Béronne.

Transports

Melle est traversée par l’ancienne RN 148, cette Route Nationale, qui a été déclassée en Route Départementale 948, relie Noirmoutier à Étagnac (RN 141) en passant par Niort. La RN150 qui allait dans son tracé initial de Lusignan (Poitiers) à Royan en passant par Saintes et Melle a été déplacée et déclassée en Route Départementale 950.

La ville ainsi que les usines de Melle étaient reliées au réseau de tramway des Deux-Sèvres. Actuellement, la ville est desservie par le Réseau de Transport des Deux Sèvres (RDS)sur la ligne Chef Boutonne-Niort. La gare SNCF la plus proche est celle de St Maixent l'école, avant celle de Niort.

Histoire

La présence humaine est attestée sur les lieux dès l'Antiquité, les fouilles archéologiques de "Champ-percé" ayant permis de mettre à jour des sépultures des IIe et IVe siècles[4] .

Le nom ancien de la ville « Metullum » est d'origine incertaine. Certains y ont vu une forme corrompue du latin metallum (mine, métal), ou un dérivé de metula (la petite borne). Il est plus probable que ce nom dérive de la racine celtique metl, bien attestée dans les noms de lieux, dont le sens exact est discuté : hauteur[5]? enclos ?

Façonnage de monnaie (étude historique) - Mines d'argent

Durant le haut Moyen Âge, Melle fut un centre actif de monnayage, grâce aux mines d'argent situées sous la ville et aux alentours. Celles-ci ont été exploitées de 602 jusqu'à au moins 995. Le minerai extrait était de la galène : du plomb contenant de l'argent. Le plomb servit tout d'abord à payer un tribut aux rois Francs : sous Dagobert Ier, huit mille livres en étaient envoyées tous les ans à Paris où il servit à la couverture de la basilique Saint-Denis.

Le monnayage fut actif de 768 à 1189. L'atelier monétaire faisait notamment partie des dix ateliers autorisés à maintenir leur activité par Charles le Chauve. Deux monnaies étaient frappées : l'obole et le denier.

De nos jours on peut visiter une petite partie des anciennes mines d'argent, qui sont les plus anciennes mines visitables d'Europe.

En 848, les Normands atteignent et pillent Melle[6], menés par leur chef Hasting[7].

La ville est livrée à Thomas de Wodestock, fils du roi d’Angleterre Édouard III, en 1363, en application du traité de Brétigny, signé trois ans plus tôt[8].

Durant la Cinquième guerre de religion, le duc de Montpensier prend la ville en 1575, après une résistance de trois jours, et fait pendre le gouverneur[9]. C'est à également à Melle que Catherine de Médicis rencontra son neveu et gendre Henri de Navarre, le futur Henri IV en 1586.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1977 1995 Jean Bellot . .
1995 2008 Pierre Poupin . .
2008 . Yves Debien[10] PS .

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[11])
1952 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
3187 3762 4257 4402 4119 4003 3851 3659
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Économie

Melle possède un bureau de la Chambre de commerce et d'industrie des Deux-Sèvres.

Agriculture

Les environs de Melle vivent principalement de l'agriculture. Le bocage a été détruit par des opérations de remembrement.

Industrie chimique

Les "Usines de Melle" sont nées de la production d'alcool à partir des betteraves.

Elles ont été crées au départ par Alfred Cail, fils de l'industriel Jean-François Cail sous la forme d'usine produisant du sucre à partir de betterave sucrière. Après une faillite en 1985, les usines ont été rachetées pour devenir des distilleries d'alcool de betterave. Avec la Première Guerre mondiale, les usines évoluent vers de la biochimie industrielle. Après plusieurs rachats, elles fabriquent maintenant divers produits chimiques et appartiennent au groupe français Rhodia pour une part et au groupe Danois Danisco pour l'autre part.[12]

Média

La radio D4B basée à Melle est une des dernières radios associatives locales. Elle existe depuis 1982.

Lieux et monuments

Façade de Saint-Hilaire
Portail de Saint-Hilaire
Eglise Saint-Pierre
Eglise Saint-Savinien

Outre ses vestiges des fortifications médiévales, Melle possède trois églises romanes intéressantes. Leur construction est concentrée entre la fin du XIe siècle et le milieu du XIIe siècle, ce qui offre en un seul lieu un condensé de l'évolution architecturale de cette époque. On appelle cet ensemble la triade romane de Melle.

Église Saint-Hilaire

Du nom du premier évêque de Poitiers, mort en 367, cette église, la plus vaste des trois, est également la seule à être toujours utilisée en tant que lieu de culte. Elle fut construite en deux étapes : vers 1090, et vers 1150. Son plan est complexe, et conçu de façon à faciliter la fréquentation des pèlerins. Une nef unique à collatéraux mène à un transept bordé d'absidioles, puis à un chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes. Elle est longée par les rives de la Béronne que l'on traversait à l'aide d'un gué.

Le décor sculpté est abondant : 282 chapiteaux romans représentant musiciens et monstres (centaure sagittaire, basilic, dragons), une chasse au sanglier côté Sud entre la 3e et la 4e travée.

Le portail sud est sculpté à l'intérieur, à l'extérieur il représente les saints de la Bible et les Pères de l'Église.

Le portail nord avec un cavalier en haut-relief, dans une niche, symboliserait la victoire de Constantin Ier sur les païens, surmontant la représentation du combat des vices et des vertus, sur le rouleau externe de l'arc. L'actuelle sculpture date majoritairement d'une restitution de 1872, seule la partie centrale est authentique[4].

L'église Saint-Hilaire est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1998.

Église Saint-Pierre

L'église Saint-Pierre a été construite au début du XIIe siècle. Les voûtes de sa nef et de ses collatéraux sont en berceau brisé (fait assez rare). Certains chapiteaux offrent des thèmes exceptionnels : la Mise au tombeau du Christ et le Tireur d'épine. Le thème du Tireur d'épine était populaire chez les pèlerins, marcheurs donc exposés à ces mésaventures, et qui s'extirpent par leur pèlerinage le mal du corps. Le chevet est très orné (modillons, chapiteaux), alors que la façade a subi un traitement sobre.

Église Saint-Savinien

Probablement la moins remarquable des trois, est la seule à avoir été construite dans la cité féodale. La plus ancienne des trois, elle possède une nef unique charpentée. Elle fut transformée en prison de 1801 à 1927, et abrite maintenant un festival de musique et des expositions.

Sa façade préfigure celles du XIIe siècle : portail encadré d'arcatures aveugles, quadrillage esquissé par une corniche et des contreforts.

L'hôtel de Ménoc

Un joli hôtel du XVe siècle qui abrite le Palais de justice.

Les autres choses à voir à Melle

  • Un arboretum appelé chemin de la découverte, chemin piétonnier de six kilomètres qui emprunte le tracé de l'ancienne voie ferrée et de chemins ruraux, et qui permet de découvrir plus de 1000 espèces d'arbres. Le 25 octobre 2008, le Maire Yves Debien inaugure L'Allée Jean Bellot, du nom de l'ancien maire de Melle qui fût à la tête de la ville pendant 18 années et à l'origine de ce chemin de la découverte.

Culture

Melle est particulièrement active sur le plan culturel. Elle organise tous les deux ans une Biennale Internationale d'Art contemporain accueillant des œuvres d'artistes de renommée comme Tadashi Kawamata,Andy Goldsworthy ou Rainer Gross. L'édition de 2007 a été marquée par la participation de Gilles Clément et sa réalisation à Melle du premier "jardin de résistance" visant à marquer son opposition à l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.

Une nouvelle édition intitulée Être Arbre, Être Nature aura lieu au cours de l'été 2009 sous la direction artistique de Dominique Truco.

Personnalités liées à la commune

Notes et références

  1. La Béronne sur le site du sandre
  2. Le ruisseau du Rivault sur le site du sandre
  3. Le ruisseau de Vireblancsur le site du sandre
  4. a  et b Melle Deux-Sèvres, Inventaire Général du Patrimoine Culturel, Geste Editions, coll. « Images du Patrimoine », La Crèche, 1993-2006, (ISSN 0299-1020)
  5. Le Robert encyclopédique des noms propres 2008, Le Robert-Sejer, Paris, 2007, (ISBN 2-84902-228-3)
  6. Robert Favreau, in Jean Combes (dir.), Histoire du Poitou et des Pays charentais : Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Clermont-Ferrand, Éditions Gérard Tisserand, 2001, (ISBN 2-84494-084-6), p 132
  7. Michel Dillange, Les Comtes de Poitou, Ducs d'Aquitaine (778-1204), Geste éditions, coll. « La Crèche », 1995, 304 p. (ISBN 2-910919-09-9), p. 56 
  8. Robert Favreau, op. cit., p 196
  9. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Club France Loisirs, 1980, (ISBN 2-7242-0785-8 ) p 308
  10. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  11. Melle sur le site de l'Insee
  12. Le patrimoine industriel des usines de Melle

Voir aussi

Liens internes

Liens externes


  • Portail de la région Poitou-Charentes Portail de la région Poitou-Charentes
Ce document provient de « Melle (Deux-S%C3%A8vres) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mellois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Melle (Deux-Sèvres) — Pour les articles homonymes, voir Melle. 46° 13′ 22″ N 0° 08′ 38″ W …   Wikipédia en Français

  • Melle (France) — Melle (Deux Sèvres) Pour les articles homonymes, voir Melle. Melle Eglise Saint Hilaire, patrimoine mondial de l UNESCO …   Wikipédia en Français

  • Fontenille-Saint-Martin-D'Entraigues — Pays …   Wikipédia en Français

  • Fontenille-Saint-Martin-d'Entraigues — 46° 07′ 26″ N 0° 07′ 50″ W / 46.124, 0.1306 …   Wikipédia en Français

  • Fontenille-saint-martin-d'entraigues — Pays …   Wikipédia en Français

  • Fontenille (Deux-Sèvres) — Fontenille Saint Martin d Entraigues Fontenille Saint Martin d Entraigues Pays …   Wikipédia en Français

  • Saint-Martin-d'Entraigues — Fontenille Saint Martin d Entraigues Fontenille Saint Martin d Entraigues Pays …   Wikipédia en Français

  • Melles —  Pour l’article homonyme, voir Melles (Belgique).   Pour les articles homophones, voir Mel, Mell et Melle …   Wikipédia en Français

  • Mougon — 46° 17′ 41″ N 0° 17′ 10″ W / 46.294724, 0.286111 …   Wikipédia en Français

  • Pays d'art et d'histoire — Villes et pays d art et d histoire Logo du label Villes et pays d’art et d’histoire est un label officiel français attribué depuis 1985 par le Ministère de la Culture aux communes ou pays de France qui s’engagent dans une politique d’animation et …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.