11e division d'infanterie (France)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 11e division d’infanterie.
11e division d’infanterie
Insigne de la 11e Division d’Infanterie, DIVISION de FER.jpg
Insigne de la 11e Division d’Infanterie.jpg

Insigne de la 11e Division d’Infanterie (DIVISION de FER)

Pays Drapeau de France France
Branche Armée de terre
Type Division d’infanterie
Rôle Infanterie
Devise Division de fer
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de la trouée de Charmes
1915 - Bataille d'Ypres
1915 - 2e Bataille de l'Artois
2e Bataille de Champagne
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
2e Bataille de la Marne
1917 - Chemin des Dames

La 11e division d’infanterie est le nom d’une unité de l’armée de terre française.

Sommaire

Les chefs de la 11e division d’infanterie

  • 18/10/1873 - 28/11/1873 : Général Berthaut
  • .
  • 12/2/1878 : Général de Courcy
  • 24/01/1879 - 31/03/1879 : Général Saussier
  • .
  • 09/04/1879 - 16/10/1880 : Général Zentz d'Alnois
  • .
  • 20/10/1880 - 04/07/1881 : Général de Courcy
  • 11/07/1881 - 18/07/1881 : 1881 - 21/02/1885 : 1885 - 05/01/1889 : 1889 : 1892 - 18/08/1896 : 1896 - 08/02/1898 : 1903 : 1906 : 1908 - 27/04/1911 : 1911 : Général Poline
  • 01/11/1913 : Général Balfourier
  • 29/08/1914 - 30/09/1914 : Général Châtelain
  • .
  • 11/04/1916 - 21/03/1919 : Général Vuillemot
  • .
  • 10/09/1919 - 26/01/1920 : Général Pénet
  • .
  • 27/03/1920 - 09/07/1923 : 1923 - 23/02/1928 : 1925 - 26/01/1926 : 1932 : 1935 : Général Frère
  • 16/07/1937 : 1940 : 1940 : modifier] Historique des garnisons, combats et batailles

    Révolution et Empire

    De 1815 à 1848

    Second Empire

    De 1871 à 1914

    La Première Guerre mondiale

    Composition au cours de la guerre

    Mobilisée dans la modifier] 1914

    2 – 14 août

    En couverture sur le Grand Couronné de Nancy, puis la Seille, dans la région d’Armaucourt.

    14 – 20 août

    Mouvement offensif en direction de Morhange.

    20 – 24 août

    Engagée dans la bataille de Morhange (20 août) puis repli sur le Grand Couronné de Nancy.

    24 août – 13 septembre

    Engagée dans la bataille du Grand Couronné : combats vers Einville, puis à Léomont et à Vitrimont.

    13 – 25 septembre

    Retrait du front et transport par V.F. vers Minorville : repos.
    À partir du 19, transport par V.F., de la région de Toul, dans celle de Conty, puis mouvement, par la région de Villers-Bretonneux, en direction de Bray-sur-Somme.

    25 septembre – 20 octobre

    Engagée dans la Somme, vers Dompierre, puis, au nord de la Somme vers Carnoy, Mametz et Fricourt.
    À partir du 6 octobre, occupation d’un secteur dans la région la Somme, Authuille[1] :
    8 octobre, prise de Bécourt,
    18 octobre, combats vers Bécourt et la Boisselle.

    20 octobre – 2 novembre

    Occupation d’un nouveau secteur au nord de l’Ancre, vers Gommecourt et Berles-au-Bois : du 28 au 30 octobre, attaques françaises sur Monchy-au-Bois.

    2 – 9 novembre

    Retrait du front et mouvement par étapes vers Saint-Pol.
    À partir du 6 novembre, transport par V.F. et par camions de Saint-Pol à Bailleul, puis, mouvement vers Vlamertinge.

    9 novembre 1914 – 30 janvier 1915

    Engagée dans la bataille d’Ypres, à Saint-Éloi, puis vers Pilkem et le nord de Bikschote. À partir du 16 novembre, occupation d’un secteur vers Langemark et Kortekeer Cabaret, étendu à droite, le 6 décembre, jusqu’à Poelkapelle, et à gauche, le 8 décembre, jusqu’à Steenstraate :
    4 décembre, prise de Weidendreft.
    Du 17 au 22 décembre, attaques sur Kortekeer Cabaret et le bois triangulaire.
    Du 30 décembre 1914 au 24 janvier 1915, front étendu, à gauche, jusqu’à la maison du Passeur, et réduit, à droite, jusque vers Langemarck[2].

    1915

    30 janvier – 15 février

    Retrait du front et repos vers Proven.

    15 février – 16 avril

    Mouvement vers le front et occupation d’un secteur vers Poëlcappelle et la voie ferrée d’Ypres à Roulers[3].

    16 – 20 avril

    Retrait du front (relevé par L’A.W), et transport par V.F. de la région Bergues, Cassel, au nord-est de Saint-Pol.

    20 avril – 9 mai

    Transport par camions vers le front, et, à partir du 24, occupation d’un secteur vers Ecurie et Neuville-Saint-Vaast (élément en secteur dès le 20).

    9 – 28 mai

    Engagée dans la 2e bataille de l’Artois[4] : combats à Neuville-Saint-Vaast et au Labyrinthe.

    28 mai – 5 juin

    Retrait du front et repos au nord d’Avesnes-le-Comte.

    5 juin – 7 juillet

    Occupation d’un secteur à Neuville-Saint-Vaast : 16 juin, attaques françaises.

    7 – 14 juillet

    Retrait du front et repos vers Remaisnil.

    14 juillet – 29 août

    Mouvement vers la région d’Ailly-le-Haut-Clocher et transport par V.F., de Longpré-les-Corps-Saints et de Pont-Rémy au sud de Nancy ; repos, instruction et travaux.

    29 – 31 août

    Transport par V.F. à l’ouest de Revigny.

    31 août – 25 septembre

    Mouvement vers le front ; occupation et travaux d’organisation d’un secteur vers la Butte du Mesnil et à l’est.

    25 septembre – 22 décembre

    Engagée vers la ferme Beauséjour et la côte 196, dans la 2e bataille de Champagne, puis occupation d’un secteur vers la Butte du Mesnil.

    1916

    22 décembre 1915 – 10 février 1916

    Retrait du front et mouvement vers le sud-est de Vitry-le-François.
    À partir du 26 décembre, transport par V.F dans la région Vézelise ; repos et instruction.
    À partir du 26 janvier 1916, repos et instruction au camp de Saffais.

    10 février – 12 mars

    Mouvement vers le front et occupation d’un secteur entre Armaucourt et Bezange-la-Grande, réduit à gauche, le 6 mars, jusque vers Brin.

    12 – 20 mars

    Retrait du front ; transport par V.F au nord de Saint-Dizier, repos.

    20 mars – 12 avril

    Mouvement par Lisle-en-Barrois et Autrécourt-sur-Aire, vers la région sud de Verdun.
    Engagée, à partir du 27, dans la bataille de Verdun, vers Béthincourt et la corne sud-est du bois d’Avocourt[5].
    30 mars, combat d’Haucourt.
    31 mars, perte de Malancourt.
    5, 6 et 7 avril, violentes attaques allemandes à Haucourt, à Béthincourt, aux ouvrages de Palavas et de Vassincourt  ; repli et organisation du front la Hayette, corne sud-est d’Avocourt.

    12 avril – 30 mai

    Retrait du front et repos au sud de Revigny.
    À partir du 21 avril, transport VF dans la région de Conty et d’Ailly-sur-Noye ; repos.
    À partir du 9 mai, repos vers Quevauvillers.

    30 mai – 13 juillet

    Mouvement vers le front, et, à partir du 4, occupation d’un secteur entre la Somme et le bois de Maricourt.
    À partir du 1er juillet, engagée dans la bataille de la Somme :
    1er juillet, attaques françaises sur Curlu.
    4 juillet, attaques françaises sur Hem.

    13 – 24 juillet

    Retrait du front et repos dans la région de Vaire-sous-Corbie.

    24 juillet – 10 août

    Mouvement vers le front ; engagée à nouveau dans la bataille de la Somme, vers Maurepas et le nord de Curlu.
    Les 30 juillet et 7 août, attaques françaises sur Maurepas.

    10 août – 24 novembre

    Retrait du front, et, à partir du 14 août, transport par V.F dans la région du Tréport ; repos et instruction.
    À partir du 8 octobre, mouvement par étapes vers l’est et repos à l’est d’Amiens.

    24 novembre – 10 décembre

    Mouvement vers le front et occupation d’un secteur entre le sud de Sailly-Saillisel et le nord-est de Rancourt.

    10 décembre 1916 – 18 janvier 1917

    Retrait du front (relève par l’armée britannique) et transport par V.F dans la région de Blainville-sur-l’Eau ; repos[6].
    À partir du 14 décembre, mouvement vers le front, et, à partir du 17, occupation d’un secteur vers Brin et l’est de Nomeny.

    1917

    18 janvier – 23 mars

    Retrait du front ; repos et instruction vers Saffais puis travaux près de Lunéville.
    12 mars, mouvement vers Bayon; repos et instruction.

    23 mars – 18 avril

    Transport par V.F dans la région de Château-Thierry, puis, le 7 avril, dans celle de Neuilly-Saint-Front; préparatifs d’offensives.

    18 avril – 17 mai

    Engagée dans la 2e bataille de l’Aisne.
    Prise de Braye-en-Laonnois; combats vers les fermes Malval et Froidmont.
    Puis organisation des positions conquises vers le canal de l’Aisne et la ferme Malval
    5 et 6 mai, attaque et progression sur les pentes nord du plateau du Chemin des Dames.

    17 mai – 21 juin

    Retrait du front ; repos vers Oulchy-le-Château, puis vers Villers-Cotterêts.
    À partir du 13 juin, transport par V.F dans la région de Toul, repos.

    21 juin – 4 octobre

    Mouvement vers le front, et, à partir du 23 juin, occupation d’un secteur vers Limey et l’étang de Vargévaux.

    4 octobre 1917 – 25 janvier 1918

    Retrait du front; repos et instruction vers Nancy.
    À partir du 24 octobre, mouvement vers le camp de Saffais; repos et instruction, puis travaux.
    À partir du 8 décembre, repos vers Nancy.
    À partir du 24 décembre, transport par V.F dans la région de Revigny. Repos et travaux dans celle de Bar-le-Duc.

    1918

    25 janvier – 19 mars

    Occupation d’un secteur vers Beaumont et le bois le Chaume.

    19 – 30 mars : Retrait du front; repos vers Vanault-les-Dames, et, le 27 mars, vers Mairy-sur-Marne. 30 mars – 2 juin

    Transport par camions vers Pont-Sainte-Maxence, puis, mouvements successifs vers les régions de Beauvais, de Marseille-en-Beauvaisis, d’Aumale et d’Hornoy; repos, instruction et travaux.
    À partir du 18 mai, mouvement vers Doullens (zone britannique); tenue prête à intervenir.
    À partir du 30 mai, mouvement vers Conty.

    2 – 9 juin

    Transport par V.F dans la région de Pont-Sainte-Maxence, puis dans celle d’Estrées-Saint-Denis; repos et instruction.

    9 – 12 juin

    Mouvement vers le front; engagée dans la Bataille du Matz: résistance sur le front bois de Ressons, Méry, Courcelles-Epayelles.

    12 – 20 juin

    Retrait du front; repos vers Compiègne.

    20 juin – 18 juillet

    Mouvement vers le front et occupation d’un secteur, face à l’est, vers Ambleny et Fosse-en-Haut : 28 juin, attaque vers Fosse-en-bas.

    18 juillet – 11 août

    Engagée dans la 2e Bataille de la Marne : conquête du plateau de Pernant et combats aux abords de Soissons; le 2 août, prise de Soissons.
    À partir du 6 août, organisation des positions conquises, vers Soissons et Pommiers.

    11 – 17 août

    Retrait du front : en deuxième ligne vers Cutry.

    17 – 23 août

    Mouvement vers le front, puis occupation d’un secteur de combat, vers le Port et Hautebraye
    Du 18 au 22, prise de Bieuxy et Bagneux (Berny-Rivière.

    1er – 12 septembre

    Mouvement vers le front. Engagée dans la poussée vers la position Hindenburg :
    Passage de l’Ailette et attaque de la basse forêt de Coucy.
    Puis organisation d’un secteur au sud de Barisis-aux-bois.

    12 septembre – 8 octobre

    Retrait du front; mouvement vers Attichy, puis repos vers Crécy-en-Brie.

    8 octobre – 10 novembre

    Transport par V.F dans les Flandres; mouvement vers Quaëdypre, Crombeke et Roulers, puis vers le front.
    Engagée dans la Soevergem.
    À la fin d’octobre, passage de l’Escaut.

    10 – 11 novembre

    Retrait du front; repos dans la région de Thielt.

    Rattachements

    L'entre-deux-guerres

    Seconde Guerre mondiale

    Composition

    Le 10 mai 1940 la 11e DI, sous les ordres du général Arlabosse, est rattachée au 9e corps d’armée qui est intégré à la IVe armée.

    À cette date la 11e division d’infanterie se compose de :

    Unités rattachées :

    L’après Seconde Guerre mondiale

    La division de Fer est reformée le 16 juin 1954, sous les ordres du Général de Brigade Fayard, son PC est à Besançon.

    Composition

    Sa composition est :

    Elle est articulée en trois groupes mobiles comptant chacun un RI ou DBCA avec un groupe d'artillerie, un détachement de transmissions et une antenne chirurgicale mobile : GM 111, GM 211, GM 311.

    Elle rejoint la Tunisie dès le 1er août 1954.

    Notes et Références

    1. Du 13 au 16 octobre 1914, la 105e brigade (53e DI) est à la disposition de la 11e DI.
      Du 16 au 20 octobre 1914, la 53e DI est à la disposition de la 11e DI, pour l’occupation d’un secteur entre la Somme et l’Ancre.
    2. Du 30 décembre 1914 au 30 janvier 1915, l’une des brigades de la 89e DT est à la disposition de la D.I.
    3. Du 15 février au 11 mars 1915, une brigade de la 89e D.T est à la disposition de la 11e DI.
    4. Du 9 au 28 mai 1915, les troupes de la 53e DI sont mises à la disposition des 11e et 39e DI, et combattent vers Neuville-Saint-Vaast.
    5. La 11e DI, amenée comme réserve d’armée près du front, est, à partir du 27 mars 1916, peu à peu engagée dans le secteur du 13e corps d’Armée.
    6. La 21e brigade est transportée dans la région de Blainville-sur-l'Eau, dès le 7 décembre 1916. L’État-Major de la division et la 22e brigade sont transportés le 14.

    Liens internes

    Liens externes

    La 11e DI dans la bataille de l’Aisne (1917)


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 11e division d'infanterie (France) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”