Football Club Des Girondins De Bordeaux

Football Club des Girondins de Bordeaux

FC Girondins de Bordeaux Football pictogram white.png
Logo
Généralités
Nom complet Football Club des Girondins de Bordeaux
Surnom(s) FCGB, Girondins, Le club au scapulaire, Les Marine et Blanc
Date de fondation 1881 (club omnisport)
1910 puis 1919 (section football)
Statut professionnel Juillet 1937
Couleurs Marine et blanc
Stade Stade Chaban-Delmas (ex : Stade Lescure)
Siège rue Joliot Curie
33187 Le Haillan
Championnat actuel Ligue 1
Président Flag of France.svg Jean-Louis Triaud
Entraîneur Flag of France.svg Laurent Blanc
Joueur le plus capé France Alain Giresse (519)
Meilleur buteur France Alain Giresse (158)
Site web www.girondins.com
Palmarès
National[1] Championnat de France (6)
Coupe de France (3)
Coupe de la Ligue (3)
Trophée des Champions (2)
Maillots
Team colours Team colours Team colours
Team colours
Team colours
Domicile
Team colours Team colours Team colours
Team colours
Team colours
Extérieur
Team colours Team colours Team colours
Team colours
Team colours
Troisième
Actualités
Soccerball current event.svg
Pour la saison en cours, voir :
Saison 2009-2010 des Girondins de Bordeaux

Le Football Club Girondins de Bordeaux (abrégé FCGB) est un club de football créé en 1919 à Bordeaux, composante alors du club omnisport de la Société de gymnastique et de tir des Girondins fondé en 1881. Le club bordelais est présidé par Jean-Louis Triaud depuis 1996. L’équipe première est entraînée par Laurent Blanc depuis 2007.

Les Girondins de Bordeaux évoluent au Stade Jacques Chaban-Delmas (ex Parc Lescure) et s’entraînent au Château du Haillan.

Le club a remporté six fois le Championnat de France, trois Coupes de France et trois Coupes de la Ligue. Par ailleurs, le club a atteint à une reprise une finale de coupe européenne, en 1996 en coupe de l'UEFA battu par le Bayern Munich.

Lors de la saison 2009-2010, ils concoureront en Ligue des Champions, en championnat de France de Ligue 1, en Coupe de France, en Coupe de la Ligue. Ils ont remporté le Trophée des Champions.

Le budget du club s’élève à 91 millions d’euros pour l’exercice 2009-2010[2].

Les Girondins de Bordeaux terminent leur saison européenne (Ligue des Champions et Coupe de l'UEFA) au 49ème rang européen du classement UEFA[3].

Sommaire

Repères historiques

Les débuts

Le 1er octobre 1881 est créée la Société de gymnastique et de tir des Girondins, club omnisports à l'origine des Girondins de Bordeaux. Ce club, présidé par André Chavois et domicilié rue Sanche de Pomiers à côté du marché des Capucins, comprend différentes sections : agrès, natation, aviron, course à pieds, sports équestres et escrime. Ce n'est qu'en 1910, sous la pression de Raymond Brard, qu'une section football voit le jour au sein de la SGTG. Cet essai ne dure qu'une saison mais reprend en 1919. Après fusions avec d'autres clubs de sports, changement de local et déménagement rue Henri IV, la section football du Girondins Guyenne Sport compte vingt-quatre licenciés. Les Girondins fusionnent quelques semaines plus tard avec l’Argus Sport qui transmet aux Girondins ses couleurs Marine et Blanc. Le nombre de licenciés de la section football passe alors à 70. Les joueurs disputent leur premier match officiel en 1920 (défaite 12 à 0 contre la Section Burdigalienne).[4]

Avant que les Girondins n'accèdent au statut professionnel, Bordeaux comptait deux clubs professionnels situés rive droite de la Garonne : le Sporting Club de la Bastidienne et le Club Deportivo Espagnol de Bordeaux. Leur candidature ayant été acceptée le 28 juin 1933, ils évoluent dans le groupe Sud de D2 et leur classement est respectivement quatrième et septième (sur huit) pour le Deportivo et la Bastidienne. Les clubs sont contraints, sur ordre de la Fédération, de fusionner en 1934-1935 au nom du principe "une ville, un club" et forment le FC Hispano-Bastidienne. Le nouveau club termine quatorzième et dernier de la poule unique de D2. Cette union contre-nature ne dure qu'une saison et Bordeaux reste orpheline d'un club professionnel pendant deux saisons.

Le 2 juillet 1936, le Girondins Guyenne Sport fusionne avec le Bordeaux FC et les statuts de la nouvelle association sportive, Girondins de Bordeaux Football Club, sont déposés en préfecture le 17 octobre 1936. Les Girondins posent leur candidature pour le statut professionnel et intègrent le groupe B de deuxième division la saison suivante (1937/1938).

Professionnalisation

La ville de Bordeaux en France.

Champion de France Amateurs en 1937 grâce à une victoire le 23 mai 1937 au Stade de Colombes face au Football Club de Scionzier 2 buts à 1, les Girondins accèdent alors au statut professionnel[4]. Ils disputent leur premier match professionnel à Toulouse le 22 août 1937 (défaite 3 à 2) mais leur début à Bordeaux est victorieux face à Nîmes.

Les Girondins jouent à Suzon, à Galin et au stade des Chartrons avant de disposer de leur nouveau Stade Municipal, le Parc Lescure[5], inauguré le 12 juin à l'occasion de la Coupe du Monde 1938.[6] Au début de leur seconde saison en seconde division, les Girondins arborent pour la première fois un maillot avec un scapulaire, alors très à la mode sur les maillots des équipes.

Le 15 octobre 1940, les Girondins fusionnent avec l’Association Sportive du Port et le maillot s'orne dès lors d'une ancre de marine à la base du scapulaire, fusion plus « sociale » que sportive. En effet, alors que la France est plongée en pleine seconde Guerre mondiale en enrôlant les sportifs des Girondins dans le corps des pompiers du port de Bordeaux, Brard leur évite d'être déportés dans le cadre du service du travail obligatoire ou par l'organisation Todt pour la construction du mur de l'Atlantique.

Les Girondins A.S.P. (nouvelle dénomination suite à la fusion) remportent leur première Coupe de France en 1941. En raison de la géopolitique de l'époque, cette coupe se dispute en plusieurs finales. Bordeaux élimine le Red Star (France occupée) au Parc des Princes le 13 avril (3-1), Toulouse (zone libre) sur le même score puis à Saint-Ouen le club de la banlieue lilloise, le SC Fives (zone interdite) 2 à 0, deux buts de Santiago Urtizberea. Il faudra attendre quarante-cinq ans pour voir les joueurs au scapulaire soulever de nouveau la Coupe après six finales perdues entre-temps.[7] Lors du match contre le Red Star, Charles Rigoulot, haltérophile, « l'homme le plus fort au monde », donne le coup d'envoi.[4]

Après-guerre

À la Libération, les Girondins repartent en Division 2 avant de retrouver l'élite en 1949. Le 7 mai 1950, à la fin de leur première saison en Division 1, les Girondins de Bordeaux sont sacrés champions de France avec 6 points d'avance sur Lille : c'est la première équipe à réaliser cet exploit en France.[8] L'entraîneur André Gérard est l'un des grands artisans de ce titre. Sous sa conduite, Bordeaux muscle son jeu et devient « l'imprenable forteresse ». Parmi les attaquants, trois noms se détachent : De Harder, Kargu et Libar, meilleurs buteurs de l'équipe.[9] Les Girondins disputent alors la Coupe Latine 1950 qui oppose les champions de France, d'Espagne, d'Italie et du Portugal. Les équipes qualifiées sont respectivement l'Atlético de Madrid, la Lazio Rome et le Benfica Lisbonne. La finale contre Benfica disputée à Lisbonne doit être rejouée suite à un match nul 2-2 et Bordeaux s'incline 2-3 lors d'un épique second match qui durera... 2 heures et 25 minutes, prolongation au but en or sans limite de temps comprise ![4]

Les Girondins rentrent ensuite dans le rang malgré une seconde place en 1952 et deux finales de Coupe de France (1952, 1955). Avec l'arrivée de Salvador Artigas au poste d'entraîneur, Bordeaux revient au premier plan dans les années 60 et flirte avec les sommets sans toutefois décrocher de trophée (trois places de second en Championnat, trois finales de Coupe de France perdues face à Lyon en 1964[10], Saint-Étienne en 1968[11], et Marseille en 1969[12]). C'est l'époque des Montes, Chorda, De Bourgoing,Couécou, ou autres Simon dans un style inspiré du catenaccio italien: physique, défensif. Cette solidité jamais récompensée fait ensuite place à un lent déclin dans les années 1970. Malgré l'éclosion de futurs internationaux (Gallice, Bergeroo, et surtout Giresse), le club végète en milieu du classement de la première division, luttant parfois pour le maintien, comme en 1978, année où Bordeaux finit avec un petit point d'avance sur le premier relégué.[13] Tout change en 1979 avec l'arrivée d'un ambitieux président, Claude Bez.

L'ère Bez

S'appuyant sur sa fortune immobilière et résolu à remettre les Girondins aux premières loges sans tarder, Bez injecte des millions dans les caisses bordelaises. Il recrute une pléthore d'internationaux dont Lacombe, Sahnoun ou encore Gemmrich et fait de Bordeaux, sur le papier, un rival crédible de grands clubs comme Nantes, Saint-Étienne, ou Strasbourg qui sont alors les ténors du football français.

La saison 1979-80 manque de peu de tourner au désastre : après un début de saison catastrophique, les Girondins sont relégables après treize journées sous la direction de l'entraîneur argentin Luis Carniglia. Claude Bez remplace alors celui-ci par Raymond Goethals, auréolé de ses succès européens avec Anderlecht, pour une « pige » de neuf mois. Pari gagné : les Girondins redressent la barre et terminent sixièmes, faisant jeu égal avec le champion Nantes malgré le tragique décès d'Omar Sahnoun d'une crise cardiaque à l'entraînement en avril 1980. (Sahnoun, alors âgé de 25 ans, décède quelques mois avant la naissance de son fils Nicolas qui jouera lui aussi aux Girondins[4].) Au départ de Goethals, et sur la foi de l'expérience lyonnaise de Bernard Lacombe, Bez recrute en provenance de l'OL un jeune entraîneur encore peu connu : Aimé Jacquet.

Durant les années 1980, les Girondins sont l'équipe-phare du football français. Les Girondins remportent trois titres, deux coupes de France et se qualifient chaque année pour les coupes d'Europe. Un grand nombre d'internationaux français et étrangers sont recrutés et jouent à Bordeaux autour de l'emblématique Alain Giresse. On peut citer Dropsy, Bracci, Domenech, Thouvenel, Specht, Tusseau, Trésor, Battiston, Girard, Tigana, Touré, Dieter Müller, ou encore les jumeaux Zlatko et Zoran Vujovic.[14]

Les Girondins manquent de peu la consécration européenne par deux fois. En 1985, ils sont battus en demi-finale de la Coupe des Champions par la Juventus de Michel Platini, défaite 3-0 au match allé joué au Stadio Comunale et vainqueurs 2-0 au retour au terme d'un match joué devant 40 211 spectateurs, record d'affluence au stade Lescure qui n'a pas encore été battu à ce jour.[4] En 1987, les Girondins sont cette fois ci éliminés de nouveau en demi-finale de la Coupe des Coupes par le Lokomotive Leipzig. Battus 0-1 à l'aller à Lescure, les Girondins s'imposent à Leipzig sur le même score et sont finalement éliminés lors de la séance des tirs au but. [4]

Le 30 avril 1986, les Girondins remportent la Coupe de France de football après cinq finales perdues. Face à l'Olympique de Marseille, en pleine ascension au début des années Tapie, Bordeaux s'impose 2-1 après prolongation grâce à un but de Giresse sur Joseph-Antoine Bell.[7] Suite à cette victoire, Giresse et Lacombe vont parcourir le trajet Bordeaux-Lourdes à vélo pour tenir la promesse qu'ils avaient faite.[4]. L'année suivante, Bordeaux remporte son premier et seul doublé en devançant Marseille de quatre points en Championnat et dominant les mêmes Marseillais (2-0) en finale de la Coupe.

Pendant ces années fastes, Bordeaux fournit aussi à l'équipe de France l'ossature de l'équipe vainqueur de l'Euro 1984 et demi-finalistes des Coupes du Monde 1982 et 1986.

Rétrogradation

Au terme de la saison 1990-91 où le club finit dixième (mais manquant d'un rien une qualification en Coupe d'Europe lors du dernier match perdu 1-0 à Lyon), la DNCG décide de reléguer administrativement les Girondins de Bordeaux en D2 en raison de leur déficit budgétaire (environ 45 millions d'euros.)[15]

Renouveau

La remontée est immédiate (Champion de D2) et les Girondins, appuyés par une série de partenaires solides (Alain Afflelou puis M6), se rétablissent rapidement à un bon niveau, retrouvant fréquemment l'Europe avec une très belle performance en 1995-96.

La saison commence tôt pour les Girondins avec la coupe Intertoto débutant le 1er juillet. Autant cette saison, les Girondins vont franchir tous les paliers un par un de l'Intertoto puis de la coupe UEFA pour finalement arriver en finale, autant au point de vue national, le bilan est moyen pour l'équipe entraînée en début de saison par Slavo Muslin, l'équipe finit 16e à quelques petits points du premier relégable. Un des moment fort de la saison se déroule le 19 mars lors du match retour contre le Milan AC. Les Milanais s'étant imposés chez eux lors du match aller sur le score de 2 à 0, ils sont largement favoris pour la qualification en demi-finale. Mais les Bordelais dirigés par Gernot Rohr et menés par Christophe Dugarry, Bixente Lizarazu et Zinedine Zidane vont finalement renverser la vapeur pour gagner le match retour 3 à 0. Par la suite, ils battent également le Slavia Prague mais tombent lors de la finale contre le Bayern de Munich. Suite à cette défaite, les Girondins finiront doucement la saison et de nombreux départs sont à déplorer lors de l'intersaison. Ainsi, parmi les joueurs ayant joué la finale de la coupe de l'UEFA, Lizarazu, Zidane, Dugarry, Huard, Dogon, Friis Hansen, Witschge, Lucas, Dutuel et Bancarel vont tous quitter le club et il ne reste alors que Tholot, Grenet et Croci comme base pour reconstruire les Girondins.

1999 est également un moment fort des années 1990 pour les Girondins. L'équipe qui débute la saison 1998-99 est dirigée par Élie Baup et va lutter toute la saison pour la première place avec l'Olympique de Marseille. Pour la dernière journée du championnat, les deux équipes sont à 69 et 68 points avec l'avantage pour les Girondins. L'OM se déplace à Nantes tandis que les Bordelais doivent ramener la victoire du Parc des Princes de Paris. Alors que l'OM ouvre le score à la 38e minute par Robert Pirès[16], Bordelais et Parisiens sont à égalité 2 buts partout quand Baup fait rentrer Pascal Feindouno, qui va venir battre Bernard Lama à la 89e minute, offrant le premier titre en douze saisons aux Girondins.[17],[18]

En 2002, les Girondins vont remporter la Coupe de la Ligue grâce à une victoire au Stade de France sur le FC Lorient sur le score de 3 buts à 0[19].

Retour Au Sommet

Entrée des joueurs lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2007.

Après une phase de deux années difficiles, les Girondins renouent avec les victoires durant la saison 2005-06 en terminant deuxièmes de la Ligue 1 derrière l'ogre que représente l'Olympique lyonnais. Les bordelais retrouvent la Ligue des Champions (leur deuxième participation à la compétition-phare européenne depuis la saison 1999-2000) après deux ans d'absence en coupe d'Europe. Cette remontée surprise est due au changement d'entraîneur (Ricardo remplace Pavon) et au discret mais excellent recrutement d'intersaison pendant l'été 2005. Les dirigeants girondins se sont plongés dans les transferts : ils veulent garder tout l'effectif, ce qui paraît difficile... L'international français (et ex-Bordelais) Johan Micoud, en provenance du Werder de Brême est recruté. Mais la faiblesse financière de Bordeaux dans le football moderne, avec un budget qui avoisine seulement les 65 millions d'euros, limite les ambitions.

Après une saison 2006-07 mitigée en championnat et en Ligue des Champions, où elle n'a pu passer le premier tour, l'équipe des Girondins renoue avec le succès en remportant, le 31 mars 2007, la Coupe de la ligue pour la deuxième fois de son histoire contre l'Olympique lyonnais grâce à un but du défenseur Henrique sur un corner de Micoud à la 89e minute de la rencontre. C'est le premier trophée de Bordeaux depuis 2002 et il leur permet d'assurer la qualification pour la Coupe UEFA pour la saison 2007-08.

En 2007-08, les Girondins de Bordeaux ont atteint la 2e place au terme d'une saison aux talons de Lyon. Ils battent ainsi le nombre de record de points du club : 75 points, et sont qualifiés pour la Ligue des Champions session 2008/09.

Lors de la saison 2008-09, Bordeaux gagne le Trophée des Champions en battant Lyon aux tirs aux buts. Grâce à ce succès, les Girondins deviennent le quatrième club français à avoir remporté au moins une fois tous les trophées nationaux (Championnat de France, Coupe de France, Coupe de la Ligue et Trophée des Champions), après l’Olympique lyonnais, l’AS Monaco et le Paris Saint-Germain. La même saison, le club remporte sa troisième Coupe de la Ligue face à Vannes, devenant le club ayant le plus de victoires à cette compétition (à égalité avec le Paris Saint-Germain.)

A la lutte avec Marseille, le club termine sa saison de Ligue 1 avec une série de onze victoires d'affilée, nouveau record national (le précédent record de 10 victoires consécutives était également codétenu par Bordeaux), pour devenir champion le 30 mai 2009 sur le terrain de Caen.

Lors de la saison 2009-10, les Girondins remportent pour la seconde année consécutive le Trophée des Champions en battant l'EA Guingamp 2-0 au stade olympique de Montréal devant 34068 spectateurs.

Le 30 août 2009, Marseille met fin à la série de victoires consécutives des Girondins de Bordeaux après un match nul 0-0 au stade vélodrome. Ce record s'établit donc à quatorze succès d'affilée soit le quatrième européen derrière l'Inter Milan (17), le Bayern et Arsenal (15).

Le samedi 3 octobre 2009, les Girondins s'inclinent (3-1) face à Saint-Etienne, stoppant ainsi leur série à 18 matchs sans défaite. Les Bordelais étaient invaincus en championnat depuis le 7 mars 2009 et la gifle 3-0 à Toulouse.

Dates clés de l'équipe

Palmarès

Compétitions nationales

Championnat de France D1
  • 57 saisons, 2068 matches, 910 victoires, 542 nuls, 616 défaites, 3159 buts pour, 2512 buts contre.
  • 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
  • 9 fois Vice-champion : 1952, 1965, 1966, 1969, 1983, 1988, 1990, 2006, 2008.
  • 7 fois meilleure défense : 1950, 1963, 1966, 1985, 1987, 1993, 2006.
  • 8 fois meilleure attaque : 1945, 1950, 1952, 1969, 1984, 1985, 1987, 1999.
  • Plus grand nombre de victoires consécutives : 14 (2008-09) (2009-2010) [record national] dont 11 la même saison (2008-2009) [record national]
  • Plus grand nombre de matches consécutifs sans défaite : 21.
  • Plus grand nombre de matchs nuls : 20 (2004-05) [record national]
  • Joueur avec le plus grand nombre de matches : Alain Giresse (519).
  • Joueur avec le plus grand nombre de buts : Alain Giresse (158).
  • Plus longue invincibilité pour le gardien : Gaëtan Huard (1176 minutes lors de la saison 1992-93) [record national].
Championnat de France D2
  • 8 saisons, 298 matches, 152 victoires, 73 nuls, 73 défaites, 573 buts pour, 358 buts contre.
  • 1 fois Champion : 1992.
  • 1 fois Vice-Champion : 1949.
Coupe de France
Coupe de la Ligue
Challenge des champions (équivalent du Trophée des Champions)
  • Vainqueur : 1986
  • Finaliste : 1968, 1985
Trophée des champions
  • Vainqueur : 2008, 2009
  • Finaliste : 1999
Coupe Gambardella
  • Vainqueur : 1976
  • Finaliste : 2008
Championnat de France Amateurs
Championnat DH Sud-Ouest
Championnat Aquitaine
Championnat de Gironde
  • Meilleur classement : troisième en 1928.
Championnat de Bordeaux
  • 1 fois champion : 1926.

Divers saisonnier : tournoi international de la Garonne (1989 - à Bordeaux)

Compétitions internationales

Ligue des Champions / Coupe des Clubs Champions / C1
  • 7 saisons, 42 matches, 14 victoires, 16 nuls, 12 défaites, 42 buts pour, 49 buts contre.
  • Demi-finaliste : 1985
Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes / C2
  • 2 saisons, 10 matches, 6 victoires, 1 nul, 3 défaites, 14 buts pour, 10 buts contre.
  • Demi-finaliste : 1987.
Ligue Europa / Coupe UEFA / Coupe des Villes de Foire / C3
  • 22 saisons, 114 matches, 58 victoires, 20 nuls, 36 défaites, 172 buts pour, 140 buts contre.
  • Finaliste : 1996.
Coupe Intertoto
Coupe Latine
  • 1 fois finaliste : 1950.
Coupe des Alpes
  • 1 fois vainqueur : 1980.
  • 1 fois finaliste : 1972.

Couleurs et logos

Historique des couleurs

Les premières couleurs du club de Bordeaux lui viennent de l'Argus Sport lors de la fusion de la section Girondins Guyenne Sport et de l'Argus en 1919.[4] Les couleurs de l'équipe sont alors le bleu marine et le blanc. Dès 1939, selon une mode de l'époque, le blanc devient la couleur du scapulaire du maillot. Au cours des décennies suivantes, le dessin du se fige avec quelques variantes de taille ou une inversion des couleurs (en 1960 par exemple).[21]

Le premier commanditaire apparaissant sur le maillot est Café de côte d'Ivoire en 1974 alors que six ans plus tard, le maillot de Bordeaux perd pour la première fois son scapulaire sous l'impulsion du sponsor Malardeau. Scapulaire qui représente la vallée de la Garonne où se trouve le club. Dans le même temps, le logo du club fait son apparition sur la poitrine du maillot.[réf. nécessaire]

Lors de la descente en seconde division, l'équipe abandonne ses couleurs traditionnelles. Ils évolueront en maillot bordeaux avec un scapulaire jaune orangé (comme l'AS Roma) avant d'opter pour le bordeaux et le blanc, le scapulaire étant de retour depuis une saison.[22]

Les Girondins ne passent qu'une saison en seconde division mais, lors de la remontée, ne reprennent pas pour autant les couleurs traditionnelles. Il faut attendre la fin de la saison 1995-96 et l'épopée des Girondins en UEFA (menée avec un maillot à rayures verticales marines et bordeaux sans scapulaire) pour voir les couleurs marine et blanc réapparaître.

Depuis, les Girondins jouent à domicile avec un ensemble à dominantes marine et à détails blanc et en couleurs inversées lors des matchs à l'extérieur. Depuis quelques années, la direction du club a sorti dans un but commercial un troisième maillot (maillot third) pour certaines occasions spéciales. Décriés par les supporters, ces maillots ne sont pas aux couleurs traditionnelles de l'équipe mais répondent surtout à des attentes créatives et commerciales. Ainsi, le maillot third de Bordeaux a été couleur vert kaki pendant deux saisons, gris, ou bien bordeaux et marine. En 2007-08, le maillot était couleur or et bleu marine. En 2008-2009,afin de disputer la Ligue des Champions, il sera bleu marine avec un bande verticale (au milieu) et un scapulaire rose, répondant ainsi à des critères de mode.


Joueurs et personnages du club

Personnalités historiques du club

Dans les premières années des Girondins, les attaquants, Johannes Lambertus de Harder et Édouard Kargu (recordman du nombre de buts inscrits sur une saison pour les Girondins avec 29 réalisations) étaient les meilleurs joueurs de l'équipe et à la fin de leur carrière ils totalisent 105 et 76 buts respectivement et auront joué ensemble de 1949 à 1956.

Alain Giresse, lui, est le joueur des Girondins qui aura joué le plus de match avec l'équipe avec 519 matchs toute compétitions confondues. Au cours de ces 519 matchs, il remporte deux titres de champions de France en 1984 et 1985 et a marqué 158 buts, ce qui fait de lui le meilleur buteur de l'histoire du club.[23]

Bernard Lacombe en est le second meilleur buteur avec 118 buts.

Le meilleur buteur de l'histoire récente des Girondins est Pauleta, huitième meilleur buteur de l'histoire, qui commence en Ligue 1 avec Bordeaux. Lors de son premier match dans ce nouveau championnat, cela ne fait que quelques jours qu'il est arrivé en France et il inscrit un coup du chapeau contre le FC Nantes. Il gagne par la suite avec les Girondins la Coupe de la Ligue de football 2002 ainsi que deux titres de meilleur joueur lors de la cérémonie de remise des trophée UNFP du football en 2002 et 2003.[24]

Autre vainqueur de ce trophée, Zinédine Zidane a réellement explosé au sein des Girondins avec notamment l'épopée des Girondins en coupe de l'UEFA 1996. Il côtoie alors ces années là, deux futurs internationaux A, Bixente Lizarazu et Christophe Dugarry.

Pour sa première saison aux Girondins de Bordeaux, Yoann Gourcuff a marqué le club en 2009 avec notamment le titre de champion de France et le trophée de meilleur joueur du championnat.

Effectif actuel

Ulrich Ramé gardien des girondins depuis 1997.
  n°   Joueur Poste Naissance Nationalité sportive[25] Arrivée au club
1 Cédric Carrasso Gardien 30 décembre 1981 France France 2009
16 Ulrich Ramé Gardien 19 septembre 1972 France France 1997
21 Matthieu Chalmé Latéral droit 7 octobre 1980 France France 2007 [26]
6 Franck Jurietti Latéral droit/gauche 30 mars 1975 France France 2003
13 Diego Placente Latéral gauche 24 avril 1977 Argentine Argentine 2008[27]
28 Benoît Trémoulinas Latéral gauche 28 décembre 1985 France France Formé au club
2 Mickaël Ciani Défenseur central 6 avril 1984 France France 2009 [28]
3 Henrique Défenseur central 2 mai 1983 Brésil Brésil 2005
25 Ludovic Sane Défenseur central 22 mars 1987 France France Formé au club
27 Marc Planus Défenseur central 7 mars 1982 France France Formé au club
4 Alou Diarra Milieu défensif 21 février 1984 France France 2007[29]
5 Fernando Menegazzo Milieu défensif 7 janvier 1984 Brésil Brésil 2005
18 Jaroslav Plašil Milieu relayeur 5 janvier 1982 République tchèque République tchèque 2009
23 Grzegorz Krychowiak Milieu défensif 29 janvier 1990 Pologne Pologne 2006
24 Abdou Traoré Milieu droit 17 janvier 1988 Mali Mali Formé au club
12 Paul Lasne Milieu défensif 16 janvier 1989 France France Formé au club
17 Geraldo Wendel Milieu gauche 8 avril 1982 Brésil Brésil 2006
8 Yoann Gourcuff Meneur 11 juillet 1986 France France 2008[30]
22 Grégory Sertic Meneur 5 août 1989 France France Formé au club'
9 Fernando Cavenaghi Attaquant 21 septembre 1983 Argentine Argentine 2007[31]
11 David Bellion Attaquant 27 décembre 1982 France France 2007[32]
7 Yoan Gouffran Milieu droit/Attaquant 25 mai 1986 France France 2008
10 Jussiê Meneur/Attaquant 19 septembre 1983 Brésil Brésil 2007[31]
20 Henri Saivet Attaquant 26 octobre 1990 France France Formé au club
29 Marouane Chamakh Attaquant 10 janvier 1984 Maroc Maroc Formé au club

Entraîneurs

La liste ci-dessous présente l'ensemble des entraîneurs de l'équipe, de Benito Díaz Iraola premier entraîneur professionnel au président, Laurent Blanc arrivé au club en juillet 2007[33].

 

Présidents

  • 1881-1887 : André Chavoix
  • 1887-1888 : Jean-Henry Lartigue
  • 1888-1888 : Henry Fruges
  • 1888-1889 : Edouard Bertin
  • 1889-1889 : André Chavoix
  • 1889-1891 : Jean Bretenet
  • 1891-1923 : Henri Descombes
 
  • 1923-1924 : Georges Boubes
  • 1924-1934 : André Goutille
  • 1934-1945 : Olivier Lhoste-Clos
  • 1945-1957 : Jean Humarau
  • 1957-1961 : Jean Michard-Pelissier
  • 1961-1971 : Henri Martin
  • 1971-1972 : Emile Laurent
 
Stade Jacques Chaban-Delmas

Centre de formation

Remplaçants de Bordeaux issus du centre de formation

Le centre de formation des Girondins de Bordeaux est réputé comme l'un des meilleurs de France. Il a révélé beaucoup de grands joueurs qui auront fait carrière plus tard en équipe de France comme Alain Giresse, Christophe Dugarry ou Bixente Lizarazu. Récemment des joueurs prometteurs issus du centre de formation et toujours dans l'équipe fanion sont promis à une grande carrière comme Marc Planus, Rio Mavuba ou Marouane Chamakh, ces 2 derniers ayant déjà une carrière internationale.

Patrick Battiston et Marius Trésor sont les responsables du centre de formation ainsi que les entraîneurs de l'équipe réserve.

Le centre de formation est constitué de l'équipe réserve du club qui évolue cette année en CFA, d'une équipe de moins de 18 ans, moins de 16 ans, moins de 14 ans évoluant tous en Fédérale, le niveau le plus haut de ces catégories. L'équipe des moins de 15 ans évolue dans le championnat de Division d'Honneur d'Aquitaine qui est la plus haute division à cet âge. Les moins de 15 ans et les moins de 18 ans évoluent également en Coupe. La Coupe Fouchy (Coupe d'Aquitaine) pour les 15 ans et la Coupe Gambardella pour les 18 ans, l'équivalent de la Coupe de France pour les équipes de moins de 18 ans.

Les Girondins de Bordeaux sont 2ème en 2008 dans le classement des centres de formation de France derrière le Stade Rennais.

Une preuve évidente de la réussite du club en matière de formation est Grégory Sertic. En effet, ce jeune joueur de 19 ans issu du centre de formation effectue son premier match en championnat contre le Stade Rennais FC le 29 avril 2009 et il est titulaire contre Sochaux à la journée suivante où il marque son premier but d'un superbe enroulé du pied gauche.

Faits et anecdotes

  • La tunique des Girondins est souvent appelée maillot au scapulaire, en référence à la forme en V du parement blanc qui orne leur maillot bleu marine.
  • Signe de leur grande régularité au plus haut niveau, les Girondins sont, à ce jour (01/09/2009), l'équipe française ayant disputé le plus de matches de Coupe d'Europe (156), avec quelques matches d'avance sur Lyon (154), sur Marseille (148), sur Monaco (145), et plus encore sur les équipes de Paris SG (140), Nantes (110), ou Saint-Étienne (83) auxquels l'on penserait plus facilement [35].
  • La SASP gérant le club est détenue à 99,76% par M6 Foot, filiale à 100% de Métropole Télévision. Depuis 2003 M6 réduit les dépenses, axant sa politique sportive sur la formation.

Les Girondins dans la culture populaire

Les supporters bordelais

Logo des Ultramarines 1987 pour fêter leur 20 ans.

Les premiers groupes de supporters organisés s'inspirant de l'exemple italien apparaîssent à Lescure au milieu des années 1980 et en août 1986, les Ultramarines que l'on voit pour la première fois lors d'un match contre le FC Metz.[36]

Au début des années 1990, un nouveau groupe voit le jour, les Blue Devils. Avec la descente en deuxième division en 1991, les Girondins abandonnent les couleurs marine et blanc et les groupes de supporters doivent changer de nom, ainsi les Ultramarines deviennent les Ultras Bordeaux 1987 et les Blue Devils, les Devils Bordeaux. En 1994, les deux groupes s'associent au sein du Collectif Virage Sud (CVS) pour faciliter leurs opérations et achètant même en commun un local. Deux ans plus tard, les Ultras Bordeaux reprennent leur nom originel.

Au début des années 2000, les groupes fêtent leurs anniversaires : 15 ans pour les Ultramarines en 2002, 10 ans pour le CVS en 2004 et 15 pour les Devils en 2005. En novembre 2006, les Devils Bordeaux sont dissous laissant les Ultramarines seuls au sein du bas du virage sud alors qu'en haut du virage, on trouve deux nouveaux groupes formés par des Ultramarines de la première génération : les Piranhas et les Irréductibles.

De nombreuses tentatives pour créer un second groupe de supporters se sont succédé sans grand succès. Le Bordeaux Kop Nord est le premier groupe organisé à élire domicile au bas du virage nord. Il eut le mérite à l’époque de réaliser le plus grand drapeau d’Europe sorti régulièrement lors de la saison de D2 en 92/93. Puis vinrent les Rouges et Blancs également en virage bas. Arrivèrent alors les Vikings au virage Nord Centre, premier groupe à cet emplacement directement face aux Ultramarines. En 1999, juste après le titre de champion de France, les Alliés Nord, groupe créé le 3 décembre 1999, occupent le virage centre. Un autre groupe existe à l'époque aux côtés des Alliés Nord, les Kop Marines. De la fusion de ces deux groupes naîtra lors de la saison 2001-2002 le groupe des Partisans 33 Bordeaux. En début de saison 2004/2005, le groupe des Alliés Nord est reformé. Actuellement, deux groupes peuplent ce virage : les Partisans 33[37] et les Alliés Nord[38], tous les deux dissout depuis.

Les Ultramarines « possèdent » des sections ultra un peu partout en France tandis que les groupes Marine et Blanc d'Île de France[39] et Marine et Blanc Pôle Nord[40] basés respectivement sur Paris et dans le Nord de la France et la Belgique proposent aux supporters de suivre les Girondins depuis 2003 et 2004. Depuis juillet 2008, une nouvelle section est né: "Marine et Blanc Franche comté" basés sur l'Est de la France et en particulier la Franche comté, le forum: http://marineetblancfc.clicforum.fr/index.php

Les Girondins et les médias

Les Girondins de Bordeaux ne bénéficient pas de la couverture médiatique d'autres grands clubs alors que, paradoxalement, le club est la propriété du groupe M6. Le groupe lui a ainsi consacré une émission, 100% Girondins, auparavant diffusée sur la chaine publique M6 mais désormais retransmis par W9 (TNT).

Le site internet Girondins.com relaie depuis 2002 les informations relatives au club de football bordelais. La rédaction du site partage celle de Girondins mag, le magazine officiel du FCGB.

À l'aurée de la saison 2007-2008, une WebTV est inauguré sous le nom de GdBWebTV. Elle retransmet tous les matchs à partir de minuit, mais diffuse également reportages, interviews et autres matchs de légende. Le concept sera toutefois délaissé pour une nouvelle chaine consacrée exclusivement aux Girondins. En effet, la chaîne Girondins TV est inaugurée le 14 août 2008 sur les réseaux Canalsat et Orange. Le journaliste de M6 Jean-Philippe Doux, apparu dans d'autres émissions relatives au ballon rond comme 100% Foot, est l'un des présentateurs de la chaîne.[41]

Gold FM est la radio officielle du club, elle a vu le jour en septembre 2007.

Le club dispose de son magazine mensuel, officiel, Girondins mag

Notes et références

  1. Seules les compétitions officielles sont indiquées ici
  2. http://http://www.francefootball.fr/
  3. http://www.xs4all.nl/~kassiesa/bert/uefa/data/method4/trank2009.html
  4. a , b , c , d , e , f , g , h  et i (fr) Sud Ouest, L'album des girondins, Sud Ouest, 2006 (ISSN 0999-4173)
  5. (fr) Le Parc Lescure est renommé en Stade Jacques Chaban-Delmas en novembre 1999, historique du Parc Lescure sur http://www.girondins.com/.
  6. (fr) Découvrir Bordeaux, le Parc Lescure article sur http://www.bordeaux-tourisme.com/.
  7. a  et b (fr)« 1986, Bordeaux second cru classé », article sur http://www.fff.fr/.
  8. (fr) Historique des Girondins sur le site officiel 1940-45.
  9. (fr) Liste des meilleurs buteurs des girondins, http://www.cs.umu.se.
  10. (fr) « 1964 - Lyon est de retour », article sur la finale de la Coupe de France de 1964 sur http://www.fff.fr/.
  11. (fr) « 1968 - Coup double pour Rachid Mekhloufi et Albert Batteux », article sur la finale de la Coupe de France de 1968 sur http://www.fff.fr
  12. (fr) « 1969 - Année Olympique », article sur la finale de la Coupe de France de 1969 sur http://www.fff.fr
  13. (fr) Historique des Girondins sur le site officiel 1955-1980.
  14. (fr) Historique des Girondins sur le site officiel 1980-90.
  15. (fr) Grandes dates des Girondins sur http://www.webgirondins.com.
  16. (fr) Fiche de FCNA-OM de 1999 sur http://www.om-passion.com/.
  17. (fr) Historique des girondins sur http://www.girondins.com/ 1995-99.
  18. (fr) « Bordeaux vit son 12 juillet », article sur http://www.humanite.fr.
  19. (fr) Résultat de la finale sur http://www.lfp.fr
  20. Il n'y a pas eu réellement de finale, les vainqueurs des demi-finales, les Girondins et le Racing Club de Strasbourg, étant directement qualifiés pour la Coupe UEFA 1995-1996.
  21. (fr) [flash] Animation présentant les maillots entre 1937 et 1990 sur http://www.scapulaire.com/.
  22. (fr) Les maillots de Bordeaux dans les années 1990 sur http://membres.lycos.fr/fanfoot51/.
  23. (fr) Liste des meilleurs buteurs des Girondins sur http://www.scapulaire.com/.
  24. L'Équipe du 31 juillet 2007, « Les meilleurs buteurs de Bordeaux ».
  25. Certains joueurs comme David Jemmali, par exemple, ont la double nationalité (Français-x), mais un même joueur ne peut jouer que pour une seule sélection nationale.
  26. (fr) Signature de Chalmé avec les Girondins en 2007, article sur http://www.lequipe.fr/.
  27. Placente signe à Bordeaux (girondins.com)
  28. [1] Ciani signe à Bordeaux
  29. (fr) Signature de Diarra avec les girondins, article sur http://www.lemonde.fr/.
  30. (fr) Signature de Gourcuff, article sur girondins.com
  31. a  et b Il est arrivé aux Girondins lors du mercato d'hiver 2007.
  32. (fr) Bellion signe avec les Girondins, article sur http://www.lfp.fr/.
  33. (fr) Tous les entraîneurs sur http://www.girondins.com.
  34. Ricardo n'ayant pas les diplômes nécessaires, c'est en réalité Bédouet l'entraîneur de l'équipe.
  35. Statistiques des clubs français dans les compétitions UEFA surfr.uefa.com. Consulté le 9 janvier 2009.
  36. (fr) Historique des Ultramarines sur http://ultramarines.free.fr.
  37. (fr) Site internet des Partisans 33, http://partisans33.free.fr/
  38. (fr) Site internet des Alliés Nord, http://www.alliesnord.org/
  39. (fr) Site internet de Marine et Blanc d'Île de France, http://www.mbidf.com/
  40. (fr) Site internet de Marine et Blanc Pôle Nord, http://www.polenord.asso.fr/
  41. GirondinsTV lancement immédiat (girondins.com)

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Wikinews-logo.svg

Wikinews propose des actualités concernant « les Girondins de Bordeaux ».


  • Portail du football Portail du football
  • Portail de Bordeaux Portail de Bordeaux
  • Portail de la Gironde Portail de la Gironde
  • Portail de l’Aquitaine Portail de l’Aquitaine
Ce document provient de « Football Club des Girondins de Bordeaux ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Football Club Des Girondins De Bordeaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”