Armagnac (eau-de-vie)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armagnac.
Sud-Ouest
Armagnac-img 0465.jpg
Bouteille de bas-armagnac millésimée.
Désignation(s) Sud-Ouest
Appellation(s) principale(s) armagnac, bas-armagnac, armagnac-ténarèze, haut-armagnac et blanche-armagnac[1]
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1936 (2005 pour la blanche-armagnac)
Pays Drapeau de France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) piémont pyrénéen (Armagnac)
Localisation Gers, Landes et Lot-et-Garonne
Climat tempéré océanique dégradé à tendance méditerranéenne
Cépages dominants ugni blanc B, colombard B et folle blanche B[2]
Vins produits eaux-de-vie de vin vieillies ou blanches
Pieds à l'hectare minimum 3 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 160 hectolitres par hectare de vins, soit 12 hectolitres d'alcool pur[3]
Bouteille classique d'armagnac millésimé.

L’armagnac est une eau-de-vie de vin produite dans la région d'Armagnac, dans le Sud-Ouest de la France.

Elle est issue de la distillation de vins blancs secs. Divers produits sont concernés par l'appellation, la blanche d'armagnac et des alcools d'âge croissant, cette durée représentant le temps passé en barrique de chêne. Son titre alcoométrique est supérieur ou égal à 40% vol.

Produit dès le Moyen Âge, il est la plus ancienne eau de vie française. Eauze en est la capitale historique et économique.

Sommaire

Histoire

Antiquité

La vigne est introduite en Armagnac dès l'époque romaine. Les vestiges de la villa gallo-romaine de Séviac attestent de cette culture. Des mosaïques donnent une idée de la place de la vigne dans la vie des habitants de la villa.

Quelques mosaïques de la villa gallo-romaine de Séviac montrant des grappes et feuilles de vigne.

Moyen Âge

La consommation de vin blanc en Europe du nord encourage la plantation en Armagnac.

Lors de conquête musulmane de la péninsule Ibérique, les envahisseurs véhiculent avec eux de nombreux éléments de leur culture. Parmi leurs objets, l'alambic est un élément indispensable de la médecine arabe, mais aussi utilisé pour la fabrication d'huiles essentielles et de parfums. Les premiers utilisateurs en France seront les moines dans un but thérapeutique : les premières traces de distillation à destination médicale datent du XIIe siècle[4]. Vital Dufour, écrit en 1310 un traité de médecine dans lequel il cite les 40 vertus de l'eau de vie de son monastère d'Eauze[5]. Cette date est prise comme acte fondateur de l'illustre breuvage et, en 2010, des festivités sont organisées pour fêter les 700 ans de l'armagnac[6].

L'existence de l'eau de vie d'Armagnac est attestée au XVe siècle et, en 1461, l'alcool est un produit courant du marché de Saint-Sever. Cette date en fait le plus vieil alcool de bouche en France[7]. Le document signale le paiement d'une taxe au-delà de quatre litres sur le marché, preuve que cette quantité n'était pas rare. « De même tout homme qui apportera de l'aygue ardente audit marché pour vendre, s'il a deux lots[N 1] en sus et avec toutes ses fioles et appareils, qu'il paye et sera tenu de payer un morlan[N 2]. »[c 1]

La viticulture gasconne est dopée par les achats des Hollandais[c 2]. La demande de ces derniers encourage la plantation de grandes surfaces de raisin blanc[b 1]. Les Anglais tiennent le port de Bordeaux et bénéficient du privilège bordelais : eux seuls peuvent en exporter les vins. Les Hollandais achètent donc une partie de la production par Bayonne, les barriques étant descendues sur l'Adour, et distillent le reste du vin, l'alcool n'étant pas touché par les restrictions anglaises. Les deux produits, vin blanc et alcool, sont parfois assemblés, l'augmentation du degré par vinage permettant une meilleure conservation du produit durant son transport vers l'Europe du nord[8].
À cette même époque, la recherche de moyens de transports de masse à coût raisonné conduit à créer des ports fluviaux et à rendre navigables les cours d'eau. Ce sera le cas, entre autres, de l'Adour et de son affluent la Midouze. Un port est même créé de toutes pièces au lieu-dit vimport sur l'actuelle commune de Tercis-les-Bains. Pour gagner les ports, le transport par char à bœufs est toutefois nécessaire dans une région aux rivières de petite taille[c 3].

Époque moderne

À la mise en culture de grandes surfaces de vigne, s'ajoutent les progrès de la distillation. De notables évolutions font arriver jusqu'à aujourd'hui le nom de leurs inventeurs : Porta, Niolas Lefèvre ou Christophe Galzer. En 1600, Olivier de Serres cite l'enrageat, autre nom du piquepoul, première mention d'un cépage utilisé pour produire l'eau de vie. Cet agronome est huguenot, comme Salluste de Bartas ; lassés des massacres dont ils ont été témoins durant les guerres de religions, ils se retirent sur leur domaine qu'ils font prospérer grâce à leur connaissance et à l'apport de techniques nouvelles[c 4]
Les profits engendrés par la distillation entraînent aussi les Bordelais à tenter l'aventure. La législation va les freiner, le stockage dans les entrepôts de la cité portuaire est très sévèrement règlementé en quantité à cause des risques d'incendie. C'est à partir de cette époque que l'alcool, distillé pour valoriser l'excédent de vin non vendu, devient un produit à part entière. La vigne est plantée uniquement dans le but de distiller son vin.

Époque contemporaine

Port de Bayonne au début du XXe siècle.

Étymologie

Herreman, un soldat, à l'époque de Clovis, fut nommé seigneur d'un fief gascon. Le nom herreman aurait été latinisé en Arminius, puis devenu armagnac en gascon[9].

Géographie

Situation

Armagnac, le vignoble, entre Landes et Gers.

L’appellation d’origine contrôlée régionale armagnac est produite sur trois départements.

Dans le Gers, sont concernées les communes de Aignan, Antras, Arblade-le-Bas, Arblade-le-Haut, Armentieux, Armous-et-Cau, Auch, Augnax, Aurensan, Auterive, Avéron-Bergelle, Ayguetinte, Ayzieu, Barcelonne-du-Gers, Barran, Bascous, Bassoues, Bazian, Beaucaire, Beaumarchés, Beaumont, Belmont, Béraut, Bernède, Berrac, Bétous, Bezolles, Biran, Blaziert, Bonas, Boucagnères, Bourrouillan, Bouzon-Gellenave, Bretagne-d'Armagnac, Le Brouilh-Monbert, Brugnens, Cahuzac-sur-Adour, Caillavet, Callian, Campagne-d'Armagnac, Cannet, Cassaigne, Castelnau-d'Anglès, Castelnau-d'Arbieu, Castelnau-d'Auzan, Castelnau-sur-l'Auvignon, Castelnavet, Castéra-Lectourois, Castéra-Verduzan, Castex-d'Armagnac, Castillon-Debats, Castillon-Massas, Castin, Caumont, Caupenne-d'Armagnac Caussens, Cazaubon, Cazaux-d'Anglès, Cazeneuve, Céran, Cézan, Condom, Corneillan, Couloumé-Mondebat, Courrensan, Courties, Crastes, Cravencères, Dému, Duran, Durban, Eauze, Espas, Estang, Fleurance, Fourcès, Fustérouau, Galiax, Gavarret-sur-Aulouste, Gazaupouy, Gazax-et-Baccarisse, Gée-Rivière, Gondrin, Goutz, Goux, Haulies, Houga, L'Isle-de-Noé, Izotges, Jegun, Jû-Belloc, Juillac, Justian, Labarrère, Labarthète, Labéjan, Ladevèze-Rivière, Ladevèze-Ville, Lagarde, Lagardère, Lagraulet-du-Gers, Lahitte, Lalanne, Lamazère, Lamothe-Goas, Lanne-Soubiran, Lannemaignan, Lannepax, Lannux, Larée, Larressingle, Larroque-Engalin, Larroque-Saint-Sernin, Larroque-sur-l'Osse, Lasserade, Lasséran, Lasseube-Propre, Laujuzan, Lauraët, Lavardens,Leboulin, Lectoure, Lelin-Lapujolle, Lias-d'Armagnac, Ligardes, Loubédat, Loubersan, Louslitges, Loussous-Débat, Lupiac, Luppé-Violles, Magnan, Maignaut-Tauzia, Manciet, Mansencôme, Marambat, Marciac, Margouët-Meymes, Marguestau, Marsolan, Mas-d'Auvignon, Mascaras, Mauléon-d'Armagnac, Maulichères, Maumusson-Laguian, Maupas, Mérens, Miramont-d'Astarac, Miramont-Latour, Mirannes, Mirepoix, Monclar, Monguilhem, Monlezun-d'Armagnac, Montaut-les-Créneaux, Montégut, Montesquiou, Montestruc-sur-Gers, Montréal, Mormès, Mouchan, Mourède, Nogaro, Nougaroulet, Noulens, Orbessan, Ordan-Larroque, Ornézan, Panjas, Pauilhac, Pavie, Perchède, Pergain-Taillac, Pessan, Peyrusse-Grande, Peyrusse-Massas, Peyrusse-Vieille, Pis, Plaisance, Pouy-Roquelaure, Pouydraguin, Préchac, Préchac-sur-Adour, Preignan, Préneron, Projan, Puycasquier, Puységur, Ramouzens, Réans, Réjaumont, Riguepeu, Riscle, Romieu, Roquebrune, Roquefort, Roquelaure, Roquepine, Roques, Rozès, Sabazan, Saint-Arailles, Saint-Aunix-Lengros, Saint-Avit-Frandat, Saint-Germé, Saint-Griède, Saint-Jean-le-Comtal, Saint-Jean-Poutge, Saint-Lary, Saint-Martin-d'Armagnac, Saint-Martin-de-Goyne, Saint-Mézard, Saint-Mont, Saint-Orens-Pouy-Petit, Saint-Paul-de-Baïse, Saint-Pierre-d'Aubézies, Saint-Puy, Sainte-Christie, Sainte-Christie-d'Armagnac, Sainte-Radegonde, Salles-d'Armagnac, Sansan, Sarragachies, La Sauvetat, Scieurac-et-Flourès, Séailles, Ségos, Sion, Sorbets, Tarsac, Tasque, Termes-d'Armagnac, Terraube, Tieste-Uragnoux, Toujouse, Tourdun, Tourrenquets, Tudelle, Urdens, Urgosse, Valence-sur-Baïse, Vergoignan, Verlus, Vic-Fezensac et Viella.

Dans le département des Landes, l'AOC concerne les communes suivantes: Aire-sur-l'Adour, Arthez-d'Armagnac, Betbezer-d'Armagnac, Bourdalat, Castandet, Cazères-sur-l'Adour, Créon-d'Armagnac, Escalans, Frêche, Gabarret, Hontanx, Labastide-d'Armagnac, Lacquy, Lagrange, Lussagnet, Mauvezin-d'Armagnac, Montégut, Parleboscq, Perquie, Saint-Gein, Saint-Julien-d'Armagnac, Saint-Justin, Sainte-Foy, Le Vignau et Villeneuve-de-Marsan.

Dans le Lot-et-Garonne, les communes concernées sont: . Andiran, Calignac, Fieux, Francescas, Fréchou, Gueyze, Lannes, Lasserre, Lavardac, Meylan, Mézin, Moncrabeau, Nérac, Poudenas, Réaup-Lisse, Saint-Pé-Saint-Simon, Sainte-Maure-de-Peyriac, Sos et Villeneuve-de-Mézin.

Géologie et orographie

Elle comporte trois appellations géographiques.

Le Bas-Armagnac ou Armagnac noir à l'ouest, repose sur des sols de sable fauve argilo-siliceux et de boulbènes, limons anciens. Ils donnent des eaux-de-vie fruitées, fines et complexes, les plus réputées[10].

La Ténarèze au centre, autour de Condom, possède des sols argilo-calcaires. Le produit est plus corsé et nécessite un long vieillissement[10].

Le Haut-Armagnac est dit Armagnac blanc à cause de son sol calcaire et marneux, parfois surmonté de boulbènes. Situé à l'est de l'appellation, ses eaux de vie dont la production est devenue confidentielle, sont produites sur quelques îlots viticoles résiduels[10].

Climatologie

La Gascogne bénéficie d'un climat océanique chaud[11].

Le vignoble

Encépagement

Récolte abondante d'ugni blanc.

Les cépages répertoriés par le décret INAO sont le baco blanc B, la blanc dame B, le colombard B, la folle blanche B, la graisse B, le jurançon blanc B, le mauzac B, le mauzac rose Rs, le meslier Saint-François B et l'ugni blanc B[12]. Dans la réalité, seuls quatre d'entre eux ont des surfaces représentatives.

L’ugni blanc (également appelé Saint-Émilion ou Trebbiano), est le plus courant. Introduit au XIXe siècle, il a permis de reconstituer le vignoble dévasté par le phylloxera. Réputé pour son acidité, il donne des eaux de vie de grande qualité[a 1].
Le baco blanc, hybride de la folle blanche et du noah américain, a été créé par François Baco, instituteur des Landes. Il donne rondeur et arômes fruités aux assemblages[10].
Le colombard donne des arômes fruités et épicés aux assemblages. Ce cépage est aujourd'hui valorisé par l'élaboration de vin de pays des Côtes-de-gascogne[10].
La folle blanche donne d'excellentes eaux de vie, élégantes et florales. Ce cépage représentait la base de l'encépagement avant la crise du phylloxera. La difficulté de la greffer et la sensibilité aux maladies qui en a découlé l'ont rendue plus rare. Sa qualité lui vaut cependant de rester présente dans le vignoble[a 2],[10].

Les autres cépages ne sont que des reliques de la multitude de cépages du sud-ouest distillés jadis et leur surface n'est qu'anecdotique.

Pratiques culturales

Le décret d'appellation impose une densité de plantation d'au moins 3000 pieds par hectare avec un écartement entre rangs limité à trois mètres[12].

La taille de la vigne, obligatoire tous les ans, se fait en guyot simple ou double ou en cordon Le nombre d'yeux fertiles est limité à 80 000. Le taux de ceps morts ou manquants ne peut excéder 35 %[12].

Un entretien correct des vignes est obligatoire[12]

Vinification

Le moût est mis à fermenter. L'addition de sucre (chaptalisation) ou de SO2 est interdit. A la fin de la fermentation, un soutirage peut permettre d'éliminer les lies grossières, mais le vin doit rester sur lies fines[12].

Distillation

L'alambic armagnacais

Déroulement de l'opération

La campagne de distillation doit avoir lieu avant le 31 mars de l’année suivant la récolte. Mais un arrêté annuel peut réduire cette période. Par exemple, pour la campagne 2004-2005, la période de distillation a été limitée au 15 février 2005.

L'alambic généralement utilisé en Armagnac est à distillation continue à plateaux dit « alambic armagnacais », produisant en un seul passage des eaux de vie entre 52 et 62 % d'alcool.

Cependant, la double-distillation par alambic à repasse (dit aussi « à chauffes ») est aussi utilisée, produisant des eaux de vie à environ 70 % d'alcool.

Élevage et vieillissement

Cette opération transforme l'argent de la blanche sortie de l'alambic en or rouge, couleur issue de la dissolution de composants du chêne de la barrique.


Pour toutes les autres eaux-de-vie d'armagnac autres que la Blanche, le vieillissement en fût de chêne est essentiel et obligatoire pour que l'eau-de-vie devienne de l'armagnac. Il développera ainsi toute une complexité aromatique, une couleur et une richesse de saveurs propres à l'armagnac.

On trouve des armagnacs de différents âges. Le vieillissement est au minimum de deux ans pour pouvoir être proposé en bouteille aux consommateurs. Plusieurs mentions existent. Elles se réfèrent à l'âge du plus jeune armagnac entrant dans l'assemblage. Ainsi, un armagnac XXX ou VS réunit différents armagnacs dont le plus jeune a au moins deux ans de vieillissement sous bois. Pour le VSOP, le vieillissement est de cinq ans au moins et, pour le XO, le vieillissement est de six ans au moins. Pour découvrir une palette aromatique encore plus riche et complexe, il faut alors s'orienter vers des 20 et 25 ans d'âge, voire des produits encore plus vieux. On trouve également des armagnacs millésimés : il s'agit dans ce cas là d'armagnac provenant de la seule récolte mentionnée sur l'étiquette (par exemple 1908, 1946, 1985, etc.). Cependant, contrairement aux grands millésimes de vins, il n'existe pas de classification de millésimes exceptionnels parce que, hormis quelques années impropres au vieillissement en raison de conditions climatiques détestables (1976 par exemple), le vieillissement en pièces (barrique de 400 litres spécifique à l'Armagnac) de qualité prend largement le pas au cours du temps sur l'année de récolte.

Le vieillissement en fût favorise la diminution du degré d'alcool de l'armagnac par évaporation : c'est ce que l'on appelle la part des anges. Mais surtout, il permet, par oxydation, l'apparition de nouveaux composés aromatiques d'une grande complexité qui, en se concentrant, augmenteront encore la puissance aromatique de l'eau de vie. Arrivée naturellement à 40 % vol (ou plus), elle sera alors conservée en Dame Jeanne (bonbonne en verre) pour permettre une bonne conservation. À partir de ce moment-là, l'armagnac ne vieillit plus. Il peut être mis en bouteille l’année de la vente. Comme pour n'importe quelle eau de vie, la bouteille d'armagnac doit être entreposée verticalement afin que l'alcool n'altère pas le bouchon en liège et surtout à l'abri de la lumière qui altère les caractères organoleptiques. Une fois ouverte, une bouteille d'armagnac peut se conserver plusieurs années dans une armoire fermée.

Depuis juillet 2006, il existe une nouvelle appellation, Blanche-Armagnac, qui est conservée en récipient neutre et qui aspire à trouver sa place dans l'univers des eaux-de-vie blanches, consommées seules, souvent refroidies, ou allongées d'eau plate ou gazeuse, de glaçons, de soda ou de jus de fruits.

Producteurs

Les principales marques et maisons d'armagnac sont :

  • L'Encantada
  • La Martiniquaise
  • Armadis (marques : Sempé, Clés des Ducs, Chabot, Cavé)
  • Cave des producteurs réunis
  • Château de Lacquy
  • Marquis de Montesquiou
  • Marquis de Caussade
  • Janneau
  • Larressingle
  • Compagnie générale de Guyenne
  • Laubade
  • Samalens
  • Delord
  • Darroze
  • Dupeyron
  • Gélas
  • Dartigalongue
  • Chateau Tariquet
  • Marcel Trépout (Marques & Domaines de Gascogne)
  • Domaine de Joÿ
  • Château Laballe
  • Armagnacs Laberdolive
  • Château Arton (Haut armagnac)
  • Armagnac Baron de Sigognac
  • Domaine de Boingnères (Le Frêche)
  • Château de Ravignan
  • Châterau de Briat Baron de Pichon Longueville
  • Château du Busca-Maniban
  • Domaine de Teoule
  • Le Domaine d'Esperance
  • Alambic du domaine d'Ognoas, à Arthez-d'Armagnac, datant de 1804, inscrit aux monuments historiques par arrêté du 20 octobre 2006[13]. Il est le plus ancien de Gascogne, sur le Domaine Départemental d'Ognoas (540 ha, 50 ha de vignes, second alambic « Sier » de 1936). Fabrication d'Armagnac et de Floc de Gascogne.
  • Gris Rivage (Domaine du Rey à Gondrin)
  • Armagnac Branthomme
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Folklore autour de l'armagnac

Personnages célèbres

De nombreuses personnalités ont consommé de l'armagnac et ont loué ses qualités, mais celles qui ont œuvré pour sa qualité et sa renommée sont moindres.

  • Vital du Four, futur cardinal, a écrit en 1310 un traité de médecine qui cite les bienfaits de l'eau de vie gasconne.
  • François Baco (1865-1947) est le créateur de nombreux hybrides destinés à replanter le vignoble après le désastre du phylloxera. Parmi eux, le baco blanc est encore utilisé pour l'élaboration de l'armagnac.

Sources

Bibliographie

  • Pierre Casamayor, Fernand Cousteaux, Le guide de l'amateur d'Armagnac, Daniel Briand, 1985 (ISBN 2903716137) 
  • Jean et Georges Samalens, Le Livre de l'Amateur d'Armagnac, Solar, 1975
    Description minutieuse des différents métiers qui permettent à l'Armagnac d'exister mais aussi livre de découverte de la région d'Armagnac.
  • 2010 L'Armagnac pour les nuls
  • Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France. ENTAV-INRA-ENSAM-ONIVINS. Éditeur ENTAV et ministère de l'Agriculture et de la pêche, 1995. (ISBN 2-9509682-0-1)
  1. p. 256
  2. p. 127
  1. p. 1227
  • Henri Dufor, L'univers de l'armagnac : Une eau de vie et son terroir, Privat, septembre 1999, 200 p. (ISBN 2 7089 5410 5) 
  1. p. 54
  2. p. 76
  3. p. 77-79
  4. p. 81-83

Notes

  1. Le lot était une ancienne mesure de capacité équivalente à deux litres
  2. Petite monnaie classique de l'époque

Références

  1. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Décret du 23 octobre 2009.
  4. Abbaye, médecine. Consulté le 14 juin 2010
  5. Jean-Claude Ribaut, « L'armagnac, 700 ans, bon pied bon oeil » sur http://www.lemonde.fr/. Mis en ligne le 6 Février 2010, consulté le 15 juin 2010
  6. 700 ans d'armagnac. Consulté le 15 juin 2010
  7. Armagnac, 700 ans d'histoire. Consulté le 14 juin 2010
  8. 700 ans d'histoire. Consulté le 15 juin 2010
  9. L'armagnac, la plus vieille eau de vie de France. Consulté le 15 juin 2010
  10. a, b, c, d, e et f Armagnac, la vigne et les terrroirs, BNIA. Consulté le 12 juin 2010
  11. Le Gers en Gascogne, géographie et climat. Consulté le 12 juin 2010
  12. a, b, c, d et e Décret n° 2009-1285 du 23 octobre 2009 relatif aux appellations d'origine contrôlées "Armagnac", "Blanche Armagnac", "Bas Armagnac", "Haut Armagnac" et "Armagnac-Ténarèze", INAO, 2009. Consulté le 17 juin 2010
  13. Alambic du domaine d'Ognoas, sur la base Mérimée, ministère de la Culture. Consulté le 15 mars 2011

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armagnac (eau-de-vie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Armagnac (Eau-de-vie) — Pour les articles homonymes, voir Armagnac. Bouteille classique d armagnac millésimé L’armagnac est une eau d …   Wikipédia en Français

  • eau-de-vie — [ od(ə)vi ] n. f. • XIVe; lat. alchim. aqua vitæ ♦ Liquide alcoolique consommable provenant de la distillation du jus fermenté des fruits (eau de vie naturelle) ou de la distillation de substances alimentaires (céréales, tubercules). ⇒ alcool;… …   Encyclopédie Universelle

  • Eau-De-Vie — Une distillerie d’eau de vie en Afrique du Sud. Du latin aqua vitæ, l eau de vie est un produit de la distillation d’un liquide faiblement alcoolisé produit à partir de vin, de fruits, d’herbe ou de grains. Elle désigne couramment de nombre …   Wikipédia en Français

  • Eau de vie — Une distillerie d’eau de vie en Afrique du Sud. Du latin aqua vitæ, l eau de vie est un produit de la distillation d’un liquide faiblement alcoolisé produit à partir de vin, de fruits, d’herbe ou de grains. Elle désigne couramment de nombre …   Wikipédia en Français

  • Eau de Vie — 〈[o: də vi:] n.; , x [o:] 〉 Branntwein, Schnaps [frz., eigtl. „Lebenswasser“] * * * Eau de Vie   [oː dwiː; französisch »Lebenswasser«] das, auch die, , französische Bezeichnung für Branntwein, z. B. eau de vie de vin »Weinbrand« (für alle fr …   Universal-Lexikon

  • Eau-de-vie — Une distillerie d’eau de vie en Afrique du Sud. Du latin aqua vitæ, l eau de vie est un produit de la distillation d’un liquide faiblement alcoolisé produit à partir de vin, de fruits, d’herbe ou de grains. Elle désigne couramment de nombreuses… …   Wikipédia en Français

  • Cognac (eau-de-vie) — Pour les articles homonymes, voir Cognac. Cognac …   Wikipédia en Français

  • Cognac (Eau-de-vie) — Pour les articles homonymes, voir Cognac. Cognac …   Wikipédia en Français

  • Marc (eau-de-vie) — Pour les articles homonymes, voir Marc. Marc et fine blanche de Gigondas Le marc est une eau de vie fine, produite dans plusieurs …   Wikipédia en Français

  • Fine (eau de vie) — Une fine est une eau de vie de vin. Élaboration La fine résulte de la distillation d un vin, contrairement au marc qui provient de la distillation du marc de raisin. Les appellations d origine contrôlée armagnac et cognac sont des fines. Voir… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”