Vignoble de Bordeaux


Vignoble de Bordeaux
Bordeaux
GirondePays.png
Carte du Bordelais (cliquer pour agrandir).
Désignation(s) Bordeaux
Appellation(s) principale(s) bordeaux, saint-julien, pauillac, margaux, sauternes, sainte-croix-du-mont, castillon-côtes-de-bordeaux, etc.
Type d'appellation(s) AOC-AOP régionales, sous-régionales et communales
Reconnue depuis décret-loi du 30 juillet 1935
Pays Drapeau de France France
Région parente Blason de l'Aquitaine et de la Guyenne.svgAquitaine
Sous-région(s) Médoc, Graves, Sauternais, Entre-deux-Mers, Libournais, Blayais et Bourgeais
Climat océanique
Sol sables et graviers ou argilo-calcaire
Superficie plantée 117 500 hectares
Cépages dominants sauvignon B, sémillon B, muscadelle B, merlot N, cabernet sauvignon N et cabernet franc N[1]
Vins produits rouges, quelques blancs, des liquoreux et des mousseux
Production 5 983 000 hectolitres en 2010[2]
Rendement moyen à l'hectare maximum variant selon les appellations, de 25 hectolitres par hectare (sauternes) à 78 hectolitres par hectare (crémant de Bordeaux)

Le vignoble de Bordeaux est un vignoble français circonscrit aux limites culturales de la vigne dans le département de la Gironde.

Ce vignoble représente une palette de multiples nuances gustatives[3] dues aux cépages cultivés, aux terroirs, aux pratiques de culture et de vinification, à l'ensoleillement, ainsi qu'à la nature variée des terres. Le vignoble de Bordeaux produit 80 % de vins rouges et 20 % de vins blancs secs ou liquoreux, des rosés et des vins mousseux[4].

Avec 117 500 hectares[5] de vignobles, la Gironde est le troisième département viticole de France en termes de production globale après l'Hérault et l'Aude mais le premier pour les AOC en volume.

Sommaire

Historique

Le vignoble à Moulis-en-Médoc.

Antiquité

La vigne est présente dans la région de Bordeaux depuis l'Antiquité : les notables de Burdigala (Bordeaux du temps de l'Empire romain) auraient décidé de créer leur propre vignoble en raison du prix élevé des vins en provenance de Narbonnaise et d'Italie, importés par les négociants romains, mais aussi pour exporter eux-mêmes par voie de mer. Strabon, pourtant attentif aux vignes, ne constata pas leur présence, vers la fin du siècle d'Auguste, quand il nomma Bordeaux « pour la première fois sous son nom antique de Burdigala »[6]. La création d'un vignoble au Ier siècle fut favorisée par la relative facilité de commercer avec la Bretagne (l'actuel archipel britannique) et les régions du nord de l'Europe. Le cépage biturica, que Pline[Lequel ?] et Columelle décrivent, aurait été adopté par les Bordelais en raison de sa bonne tenue sur les terroirs frais et humides des bords du golfe de Gascogne (la supposition ne fait pas l'unanimité).

Les documents manquent en ce qui concerne le sort du vignoble après l'écroulement du monde romain. Il est admis que le poète Ausone aurait possédé au IVe siècle une villa et des vignes à Saint-Émilion (d'où le nom du célèbre Château Ausone). Le vignoble occupait alors probablement les terrains argilo-calcaires, puisque les terres de graves ne seront drainées que beaucoup plus tard.

Moyen Âge

Au XIIe siècle, l'Aquitaine devient un duché anglais suite au remariage d'Aliénor d'Aquitaine avec Henri Plantagenêt, comte d'Anjou et roi d'Angleterre sous le nom de Henri II. Le commerce vinicole se développe à partir de la région des Graves.

Au XIIIe siècle, la prise de La Rochelle, port exportateur des vins bordelais, par le roi de France transforme Bordeaux en port exportateur privilégié des vins à destination du marché anglais. Le roi d'Angleterre accorde alors d'importants privilèges fiscaux aux négociants bordelais. Ces derniers se mettent alors à planter de la vigne à tour de bras. Le vignoble s'étend vers le Libournais. À l'époque, le vin, obtenu par un mélange de jus de raisins noirs et de raisins blancs, était clair, d'où son nom de « claret », par opposition au vin noir (Black Wine) du haut-pays (Cahors, Gaillac...), très concentré en tanins. Le « privilège bordelais » accordé aux producteurs locaux permettait de vendre en priorité les vins du cru, avant l'arrivée des vins du haut pays, bloqués jusqu'à la Toussaint ou Noël. Ce privilège était très important à une époque où le vin se conservait mal. Hugh Johnson mentionne : « Comme tous les autres vins du Haut-Pays, ceux de Gaillac, selon toute vraisemblance, étaient souvent meilleurs et plus puissants que ceux produits autour de Bordeaux. C'est pourquoi les Bordelais les jalousaient et s'efforçaient de vendre en priorité leur propre production[7]. ».

Au XIVe siècle le nouveau pape Clément V, servait le vin de sa région de Graves, d'Avignon à Oxford. Ce n'est qu'à partir du XVIe siècle qu'apparaissent des exploitations viticoles proches de celles d'aujourd'hui, avec les pieds de vigne plantés en sillons.

Époque moderne

En 1599, Henri IV fait venir des techniciens des Pays-Bas pour drainer les zones marécageuses du royaume, afin d'accroitre la surface agricole. Ce travail, réalisé à grande échelle dans le marais poitevin, profite aussi au Médoc et aux zones humides entourant Bordeaux[8],.

Le financement de ces grands travaux n'étant pas finalisé, des hommes d'affaires néerlandais achètent à bas prix des terrains, à charge pour eux de les mettre en valeur. Ils transforment aussi les méthodes commerciales : ils diffusent en Europe des boissons jusqu'ici inconnues telles que le chocolat, le café ou le thé, ainsi que d'autres boissons alcoolisées (bières fortes, gin). De plus, les Hollandais encouragent la production de vins plus à leur goût comme des vins blancs doux et des vins noirs (en fait, des vins rouges tels que nous les connaissons aujourd'hui) non seulement dans le Bordelais, mais aussi à Cahors et dans la péninsule ibérique (les premiers vins de Porto leur seraient dus). Ces nouvelles boissons concurrencent durement les clarets gascons.

La famille Pontac choisit alors une nouvelle voie pour l'élevage de son vin : le terroir est mis en valeur, la vigne bien soignée, les vins élevés dans des barriques neuves en chêne. Profitant d'une auberge qu'elle détient à Londres, la famille Pontac fait connaître ses vins en Angleterre. Ils sont si appréciés qu'ils finissent par se vendre plus cher que les clarets ordinaires. Les autres négociants bordelais se mettent alors à les imiter, les affaires fleurissent et le vignoble s'étend de nouveau, cette fois vers les graves du Médoc et du Sauternais, ainsi que dans les régions de Blaye et Bourg. C'est à cette époque que les grands vignobles du Médoc sont créés. Du même coup naissent les premiers grands crus bordelais.

Époque contemporaine

Il faut attendre le Second Empire pour que les grands vins rouges de Saint-Émilion, Fronsac et Pomerol s'installent à leur tour au premier rang de la production viticole bordelaise. Mais le XIXe siècle fut aussi le siècle de l'apparition du mildiou. C'est à Bordeaux qu'on inventera la fameuse "bouillie bordelaise"[9] . C'est un mélange d'eau, de sulfate de cuivre et de chaux qui stoppera les ravages de cette moisissure. On doit cette invention à Alexis Millardet.

Vignoble

Situation géographique

Le vignoble de Bordeaux est situé en Aquitaine, région du sud-ouest de la France. Ses limites géographiques sont celles du département de la Gironde. Dans cette zone, sont exclus les sables de la forêt des Landes et les zones inondables trop fertiles et humides des bords de rivière.

Climatologie

Le climat de la station météorologique de Bordeaux-Mérignac est représentatif de celui de toute la Gironde.

C'est un climat tempéré océanique. La pluviométrie est répartie de manière assez homogène tout au long de l'année avec des automnes plutôt pluvieux. L'arrivée plus précoce des perturbations entraine une année difficile. Au contraire, les années à belle arrière-saison assurent de bons millésimes. Les températures donnent des hivers doux et des étés chauds sans sècheresse. Le bon ensoleillement assure une bonne maturité au raisin.

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) 2,8 3,4 4,6 6,6 10,3 13 15,1 15,2 12,5 9,5 5,5 3,8
Températures maximales moyennes (°C) 10 11,7 14,5 16,5 20,5 23,5 26,4 26,6 23,7 18,8 13,4 10,7
Précipitations moyennes (mm) 92 83 70 80 84 64 55 60 90 94 107 107 984
Ensoleillement (heure) 107 114 180 177 222 225 243 243 183 134 91 72 1992
Source : Climatologie mensuelle moyenne - Mérignac, France

Géologie et orographie

Le sous-sol est constitué de la grande plaine sédimentaire du Bassin aquitain. Elle consiste en un empilement de bancs de marnes et de calcaire déposés par la mer lorsque ces terres étaient immergées au Jurassique[10]. Leur pH est neutre ou alcalin[11].

Lors de l'orogenèse alpine, cette zone a été soulevée sous l'influence de la naissance des Pyrénées. Les terres sont sorties de l'eau et l'érosion a commencé son œuvre. Elle a ramené le sol presque au niveau de la mer et des roches détritiques issues du Massif central et des Pyrénées ont été déposées par la Garonne et la Dordogne. Établies en terrasses, ces roches sont bien drainées et à tendance acide.

Encépagement

Les régions viticoles du Médoc, des Graves et de Sauternes.

Les cépages rouges sont dominés par les membres de la famille des Carmenets. Le cabernet franc N est présent à Bordeaux depuis très longtemps. Le cabernet sauvignon, le merlot N, la carménère N ou le fer servadou lui sont apparentés. Les autres cépages rouges sont le côt N venu de Cahors ou le petit verdot des Pyrénées.
Ils ont globalement une couleur très sombre et des arômes un peu végétaux (poivron). L'acidité s'équilibre bien avec l'alcool et la structure tannique.

Les cépages blancs sont essentiellement le sauvignon B et le sémillon B. Le premier est devenu majoritaire voire exclusif dans les vins blancs secs. Le second est le cépage roi des appellations de vins moelleux ou liquoreux. La muscadelle B, le colombard B, le merlot blanc B ou l'ugni blanc B viennent compléter la palette.

Travail de la vigne

Vins

Chai de vieillissement en barrique.

Vinification

Les terroirs du vignoble de Bordeaux se distinguent par leur situation géographique vis-à-vis de la Garonne et de la Gironde (voir carte ci-dessus).

Sur la rive gauche de la Garonne et le long de l’estuaire de la Gironde, les alluvions dominent le vignoble sur plus de 150 kilomètres. Mais pas n’importe lesquels. Ce sont essentiellement des graves : galets et graviers roulés en provenance des Pyrénées, où le fleuve prend sa source 600 km en amont. Ces graves sur sable constituent des terrasses bien drainées, chaudes et parfaites pour la vigne et le cabernet-sauvignon en particulier. De l’autre côté du fleuve, les terroirs ont une origine différente, avec des côtes et des collines argilo-calcaires et des sols plus profonds, parfaits pour le merlot, par exemple.

Appellations

Weinbaugebiete-frankreich-bordeaux.png

Les bordeaux génériques

Ce sont les appellations auxquelles peuvent prétendre tous les vignobles du Bordelais, y compris les appellations les plus prestigieuses décrites plus bas :

Médoc

Article détaillé : vignoble du Médoc.

Le vignoble du Médoc s'étend sur la rive gauche de la Gironde, de Saint-Vivien-de-Médoc au nord jusqu'à Bordeaux au sud. Il comprend deux AOC régionales et six AOC communales :

Vignoble à vins rouges, il a été propulsé au sommet de la hiérarchie bordelaise par la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855.

Graves

Article détaillé : vignoble des Graves.

Les Graves s'étendent au sud de Bordeaux, le long de la rive gauche de la Garonne, jusqu'au canton de Langon. Il comprend deux appellations régionales et deux communales :

Sauternais

Article détaillé : Vignoble de Sauternes.
Sauternes.

Le vignoble du Sauternais est une enclave au sud de celui des Graves. Il bénéficie d'un climat particulier dû à l'humidité de la rivière Ciron ; ce climat local favorise la pourriture noble du raisin et explique que la zone comprenne des appellations de vin blanc liquoreux, barsac et sauternes, mais aussi cérons limitrophe dans la zone du vignoble des Graves et de l'autre côté de la Garonne : sainte-croix-du-mont, loupiac et cadillac.

Entre-deux-Mers

Article détaillé : Vignoble de l'Entre-deux-Mers.

Le vignoble de l'Entre-deux-Mers s'étend entre la Dordogne et la Garonne à l'intérieur du département de la Gironde. Il est constitué d'une AOC régionale et de plusieurs communales :

Libournais

Article détaillé : Vignoble du Libournais.

Le vignoble du Libournais comprend d'abord la zone du Fronsadais :

ensuite celle autour de Pomerol :

puis la zone autour de Saint-Émilion :

enfin plus à l'est s'étendent deux dénominations (au sein de l'AOC côtes-de-bordeaux) :

Blayais et Bourgeais

Le vignoble du Blayais et du Bourgeais s'étend de la rive droite de la Gironde à la frontière du département de la Charente-Maritime. Il comprend une AOC régionale blaye, avec deux autres AOC et une dénomination en fonction des vins produits :

Classements des bordeaux

Classification des bordeaux de 1855

À l'occasion de l'exposition universelle de Paris de 1855, la Chambre de commerce de Bordeaux formula la demande suivante au Syndicat des courtiers : « Nous venons vous prier de vouloir bien nous transmettre la liste bien exacte et bien complète de tous les crus rouges classés du département en spécifiant à laquelle des cinq classes appartient chacun d'eux et en signalant dans quelle commune ils se trouvent. »

Le syndicat des courtiers adressa le fameux classement officiel le 8 avril 1855. Elle ne comprenait en fait que les grands crus classés du Médoc, à laquelle s'ajoutait le château Haut-Brion dans le vignoble des Graves. Cette liste était accompagnée de celles des vins blancs en provenance des cinq communes bénéficiant des appellations sauternes et barsac.

Cette classification n'a subi qu'une modification importante : par arrêté du 21 juin 1973, le Château Mouton-Rothschild a été promu au rang de premier cru. Par la même occasion, les premiers crus ont été classés par ordre alphabétique.

Classification des crus bourgeois de 2003

Depuis 1932, un classement non-officiel dit des crus bourgeois existe pour des vins du Médoc et du Haut-Médoc. Il concernait 444 crus moins prestigieux que les crus figurant dans le classement initial de 1855.

Depuis un arrêté ministériel de 2003, un classement officiel des crus bourgeois du Médoc, révisable tous les douze ans, a été établi par un jury sous l'égide de la Chambre de commerce de Bordeaux et de la Chambre d'agriculture de Gironde.

Ce classement a retenu 247 crus (sur 487 crus candidats), établissant une hiérarchie en trois catégories :

  • cru bourgeois exceptionnel (9 crus) ;
  • cru bourgeois supérieur (87 crus) ;
  • cru bourgeois (151 crus).

77 crus non retenus ou s'estimant mal classés ont obtenu devant le tribunal administratif de Bordeaux la possibilité d'un réexamen de leur candidature. La cour administrative d'appel de Bordeaux, le 26 février 2007, a définitivement annulé le classement de 2003[12],[13], laissant l'Alliance des crus bourgeois dans l'incertitude.

Ce nouveau classement permet de rétablir une appellation quelque peu galvaudée dans le Médoc.

Pour une liste exhaustive :

Classification des graves

Le classement de 1855 ne tenant pas compte des vins de Graves (à l'exception du château Haut-Brion), le Syndicat viticole et l'Institut national des appellations d'origine ont établi un classement des vins de Graves qui fut officialisé par le décret ministériel du 16 février 1959. Ce classement porte sur les vins blancs et les vins rouges.

Article détaillé : Classement des vins de Graves.

Classification des saint-émilions

Aucun des crus de Saint-Émilion ne figure au classement de 1855. Le syndicat viticole a décidé d'établir son propre classement, révisable tous les dix ans. Cette période a toujours été allongée par les délais administratifs. La première classification date de 1954, et la dernière date de 2006. On y trouve douze premiers grands crus classés et 62 grands crus classés. Le classement de 2006 a depuis été annulé le 2 juillet 2008 par le Tribunal administratif de Bordeaux[14], suite à un recours en annulation déposé par huit propriétés déclassées lors de cette dernière révision. Cette annulation a ensuite été confirmée par la Cour administrative d'appel de Bordeaux le 12 mars 2009[15]. Cependant, l'article 106 de la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie[16] a provisoirement rétabli le classement dans sa version de 1996, « pour les vins issus des récoltes 2006 à 2009 et à défaut d'intervention d'un nouveau classement applicable à certaines de ces récoltes. »

Principaux débouchés

Notes et références

  1. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  2. Source : Agreste
  3. Vins et Vignobles de France, Larousse-Bordas
  4. Recueil des vins de France par Andrée Girard - Editeur : Educagri 1999
  5. http://www.bordeaux.com/Data/media/DPCIVBBordeaux2010_1Essentielweb.pdf
  6. Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France, Flammarion, 1959-1977.
  7. Hugh Johnson, Une histoire mondiale du vin, De l'Antiquité à nos jours, Hachette pratique, Paris, 2002, p. 144.
  8. Vin de l'AOC médoc sur le site 1jour1vin.com, consulté le 1 juin 2010.
  9. François Roger, « Histoire des vins de Bordeaux » sur Vin-Vigne, 2011. Consulté le 3 octobre 2011
  10. Jean-François Moyen, « Les grands traits de l'histoire géologique de la France métropolitaine », février 2005, p. 48-49. Consulté le 4 juin 2010.
  11. Géologie et climatologie de la vigne. Consulté le 4 juin 2010.
  12. « Le bordeaux voit rouge », par Claudia Courtois, Le Monde du 01/03/07.
  13. [PDF]Décision de la Cour administrative d'appel de Bordeaux du 27 février 2007.
  14. Le tribunal administratif annule le classement 2006 des saint-émilion dans La Dépêche]. Consulté le 2 juillet 2008
  15. Arrêt de la Cour administrative d'appel de Bordeaux du 12 mars 2009 [PDF]
  16. Texte sur Legifrance
  17. La Chine est devenue le premier importateur de vin de Bordeaux en 2009

Bibliographie

  • Henri Enjalbert, L'histoire de la vigne et du vin. Avec une nouvelle hiérarchie des terroirs du Bordelais et une sélection de 100 grands crus, avec Bernard Enjalbert, Éd. Bordas-Bardi, 1987

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vignoble de Bordeaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vignoble de bordeaux — Carte du Vignoble de Bordeaux (cliquer pour agrandir) Les vins de Bordeaux présentent de multiples nuances gustatives (Vins et Vignobles de France, Larousse Bordas) dues aux cépages cultivés, aux terroirs, aux pratiques de culture et de… …   Wikipédia en Français

  • Vignoble bordelais — Vignoble de Bordeaux Carte du Vignoble de Bordeaux (cliquer pour agrandir) Les vins de Bordeaux présentent de multiples nuances gustatives (Vins et Vignobles de France, Larousse Bordas) dues aux cépages cultivés, aux terroirs, aux pratiques de… …   Wikipédia en Français

  • Bordeaux (France) — Bordeaux Pour les articles homonymes, voir Bordeaux (homonymie). Bordeaux Montage mon …   Wikipédia en Français

  • Bordeaux-supérieur — Bordeaux Désignation(s) Bordeaux Appellation(s) principale(s) bordeaux supérieur[1] Type d appellation(s) AOC AOP Reconnue depuis 1943 Pays …   Wikipédia en Français

  • Vignoble du Medoc — Vignoble du Médoc Le vignoble du Médoc est un vaste territoire délimité dans la région du Médoc, allant de la Jalle de Blanquefort (au nord de l agglomération bordelaise) jusqu à la Pointe de Grave, et de l estuaire de la Gironde à la forêt des… …   Wikipédia en Français

  • Vignoble du médoc — Le vignoble du Médoc est un vaste territoire délimité dans la région du Médoc, allant de la Jalle de Blanquefort (au nord de l agglomération bordelaise) jusqu à la Pointe de Grave, et de l estuaire de la Gironde à la forêt des Landes). La région… …   Wikipédia en Français

  • Vignoble de Blaye — Le vignoble de Blaye est un vignoble de Bordeaux bordant la rive droite de la Gironde et s étendant sur 5000 hectares de sols assez diversifiés (calcaires, sables, argilo calcaires). Il entoure les côtes de Bourg et regroupe trois AOC :… …   Wikipédia en Français

  • Vignoble des Côtes-de-Blaye — Vignoble de Blaye Le vignoble de Blaye est un vignoble de Bordeaux bordant la rive droite de la Gironde et s étendant sur 5000 hectares de sols assez diversifiés (calcaires, sables, argilo calcaires). Il entoure les côtes de Bourg et regroupe… …   Wikipédia en Français

  • Bordeaux AOC — Bordeaux (AOC) Bordeaux, Bordeaux supérieur, Bordeaux clairet, Bordeaux rosé Désignation(s) Bordeaux, Bordeaux supérieur, Bordeaux clairet, Bordeaux rosé Appellation(s) principale(s) Bordeaux Type d appellation(s) AOC Reconnue depuis 1936 Pays… …   Wikipédia en Français

  • Bordeaux Clairet — (AOC) Les vins de l appellation bordeaux clairet AOC sont les vins les plus proches des vins qui étaient expédiés en Angleterre pendant le Moyen Âge (French claret) et qui ont fait la fortune de Bordeaux à cette époque. Ce sont des vins d une… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.