Charmes (Vosges)

Charmes (Vosges)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charmes.

48° 22′ 21″ N 6° 17′ 36″ E / 48.3725, 6.29333333333

Charmes
Panorama depuis le lieu-dit du Haut-du-Mont
Panorama depuis le lieu-dit du Haut-du-Mont
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Charmes (chef-lieu)
Code commune 88090
Code postal 88130
Maire
Mandat en cours
Gilbert Claudel
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de la Moyenne Moselle
Site web www.ville-charmes.fr
Démographie
Population 4 561 hab. (2006)
Densité 194 hab./km²
Gentilé Carpinien(ne)s
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 21″ Nord
       6° 17′ 36″ Est
/ 48.3725, 6.29333333333
Altitudes mini. 258 m — maxi. 385 m
Superficie 23,49 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Charmes est une commune française, située dans le département des Vosges et la région Lorraine. L'appellation Charmes-sur-Moselle, fréquente sur les cartes postales anciennes, est parfois utilisée à des fins touristiques.

Les habitants de Charmes sont appelés les Carpiniens.

Sommaire

Géographie

Charmes se trouve entre Nancy et Épinal, au pied d’une colline des Côtes de Moselle nommée le Haut du Mont et près d’une vaste forêt, la forêt de Ternes.
Traversée par le Canal de l'Est et la Moselle, son environnement naturel est préservé.
Sur les bords du canal de l'Est se trouvent un port de plaisance et un vaste ensemble destiné aux camping-cars. Charmes est une cité dont le développement touristique bénéficie de ses infrastructures, de sa situation à mi-chemin entre Nancy et Épinal et de la proximité de la voie rapide (Lorraine vers Suisse et Italie) et du Massif vosgien. Son altitude moyenne par rapport au niveau de la mer est de 284 mètres.

Histoire

L'origine de Charmes remonte à l'époque gallo-romaine : avec une « castra stativa » ou une « villa ».

Les remparts

Au XIe siècle, afin de se défendre contre les Hongrois qui ravagent le pays, les comtes de Toul construisent un château-fort, puis une enceinte fortifiée qui englobait toute l'actuelle rue de la République, jusqu'au pont des Chèvres, du canal des Moulins à la porte Bazin.
En 1269, la ville obtient sa charte du sire de Charmes Ferry VI, seigneur de « Fontenoi en Voge » et de Charmes-sur-Moselle, comte de Toul. Les comtes de Toul étaient nommés par les évêques de ce diocèse pour administrer leurs possessions qui s'étendaient sur l'emplacement des actuels départements des Vosges et de Meurthe-et-Moselle principalement.
En 1301 a lieu la réunion au duché de Lorraine, à l'occasion du mariage de Jean de Châtelet et dame Gilles de Passavant, grâce à l'achat de la seigneurie par le duc Ferry III à Ferry VI de Charmes.

La peste, la famine et les hordes de brigands occasionnent des ravages épouvantables durant tout le XIVe siècle
Le 7 octobre 1475, la ville est prise par le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, qui la pille, l'incendie entièrement, massacre ses défenseurs et la grande partie de ses habitants . L'opposition entre le duc de Lorraine et le duc de Bourgogne devient très forte : ils convoitent tous deux la souveraineté totale sur la région. René II de Lorraine décide d'attaquer Châtel-sur-Moselle, fief des Neufchâtel, alliée des Bourguignons. Les troupes lorraines se retirent des abords de la place-forte pour se réfugier à Charmes. Une fois les Lorrains partis, Charles le Téméraire assiège Charmes, prend la ville et la détruit entièrement.
La ville renaît à la fin du XVe siècle. En 1486, René II lui accorde une foire annuelle pour l'aider et, en 1493, une nouvelle église Saint-Nicolas est construite (l'édifice actuel).
Au XVIe siècle, la peste ressurgit mais n’occulte pas le développement économique. La ville s'étend et construit une deuxième enceinte jusqu'à la porte de la Chapelle et la porte de Moselle, à l'angle du grand pont et de la rue du Patis.

Au XVIIe siècle a lieu la guerre de Trente Ans. En 1633, Richelieu et Charles IV de Lorraine signent le traité de Charmes qui, entre autres conditions, livrait Nancy aux Français. Charles IV, duc bagarreur, ne respecte pas les clauses et reprend Charmes. En représailles, celle-ci est reprise et entièrement brûlée par le colonel Gassion.
En 1635, le château, les remparts et les ponts sont démantelés. S'ensuivent à nouveau pillages, famines, épidémies jusqu'à la fin du XVIIe siècle.
Au XVIIIe siècle s'ouvre finalement une longue période de paix et de prospérité. Et en 1766, suite au décès de Stanislas Leszczyński, Charmes est rattachée à la France avec tout le duché de Lorraine.

En 1870, Charmes est occupée par les Prussiens, avec incendies, assassinats d’habitants, exactions de toutes sortes, jusqu'à la libération en 1873. Le XIXe siècle et le début du XXe sont une période de fort développement grâce à l'arrivée du chemin de fer, au creusement du canal et à l'industrialisation.
Quarante ans après, au début de la Grande Guerre de 1914-1918, la Bataille de la trouée de Charmes sauve la ville et contribue à la victoire de la Marne (200 enfants de Charmes sont morts pour la France au cours de cette guerre).

À la fin de la guerre 1939-1945, le 5 septembre 1944, la ville est incendiée volontairement par l'ennemi en retraite ; 150 habitants sont déportés en Allemagne, dans les camps de la mort. 100 d'entre eux ne reviendront pas (parmi lesquels le maire Henri Breton, âgé de 76 ans).
Le 12 septembre 1944, c'est enfin la libération de Charmes par l'armée américaine. Des témoignages émouvants de solidarité sont apportés de tous côtés, en particulier de Madagascar et par l'Association américaine « Arcanum et 75e Division Fondation ».
La reconstruction de la cité martyre, commencée en 1947, est achevée en cinq ans grâce au dévouement de son maire René Didierjean, et par l'effort unanime d'une ville qui, détruite trois fois par les guerres, n'a pas voulu mourir. Charmes a été la première ville de France reconstruite et inaugurée par le Président de la République Vincent Auriol en 1952.

Par ailleurs, la ville de Charmes a bénéficié d'un riche passé économique qui en a fait sa renommée ; grâce à l'eau abondante, deux industries ont été très florissantes dès 1500 : les drapiers et les tanneurs.
L'arrivée de la voie ferrée et du canal de l'Est permirent l'implantation de deux autres industries qui vont faire la renommée de Charmes : sa filature et surtout sa brasserie. Vers 1900, il y avait trois briqueteries et tuileries. L'industrie du bois était également représentée et trois scieries dont celle rue René-Didierjean (route de Mirecourt) qui devient la plus importante caisserie de l'Est et celle du Battant, avec son haut-fer qui existe toujours, mais ne produit plus. Toutes ces industries ont aujourd'hui disparu.

Le nom des habitants de cette ville, les « Carpiniens », est dérivé de « Carpini », nom sous lequel Charmes se lit dans le « parvillé » du diocèse de Toul en référence à sa forêt plantée de charmes.

Héraldique

Blason Blasonnement
D'azur à la levrette d'argent, tenant en ses pattes une croix de Lorraine d'or.
Commentaires : Le sceau de Charmes du XVIIe siècle représentait un chien passant sans indication d'émaux. Le blason actuel apparaît dès le siècle suivant, il est accompagné de la devise qui témoigne de la fidélité de ses habitants envers les ducs de Lorraine[1]. Le blason communal représenté sur la facade de l'hôtel de ville est légèrement différent. L'artiste qui le réalisa plaça la croix de Lorraine dans un écusson de gueules et contourna la tête de la levrette.

La ville de Charmes est titulaire de la Croix de Guerre 39-45 depuis le 11 novembre 1948.

Sa devise est « La fidélité charme les cœurs »

Patrimoine

Monuments

  • Église Saint-Nicolas, fin XVe siècle (1493). Un vitrail dit des trois morts et des trois vifs, représentation montrant trois jeunes gentilshommes interpellés dans un cimetière par trois morts, qui leur rappellent la brièveté de la vie et l'importance du salut de leur âme. L'orgue de l'église a été construit par Jacquot-lavergne en 1956[2]. La chapelle Saint-Hubert fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 13 juin 1913[3].

Le reste de l'église fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 3 juillet 1926[3].

  • Chapelle Notre-Dame-de-Grâce, fondée vers 1490, avec ses statues des XIVe et XVIe siècles.
  • Près de cette chapelle, bas-relief de Jean Lambert-Rucki montrant le Miracle de Saint Arnould, patron des brasseurs à l'angle de mur des anciennes brasseries.
  • La maison du Chaldron, dite maison des Loups[4],[5] avec ses façades Renaissance ; ancienne propriété du Duc Charles III de Lorraine, elle fut le lieu de signature du traité de Charmes, entre le Cardinal de Richelieu et Charles IV de Lorraine. Elle est maintenant la propriété de la ville de Charmes. Rénovée en 2009, elle est destinée à devenir une maison du tourisme et de la culture[6].
  • Monument de Lorraine en mémoire de la célèbre bataille de la trouée de Charmes (1914-1918) au Haut du Mont.
  • Le Monument aux morts est l'œuvre du sculpteur Joseph Rivière (1912-1961).
  • Stèle des Déportés, route d'Essegney.
  • Ancienne scierie centenaire de la fin du XIXe siècle fonctionnant au rythme de l'eau.
  • Vestiges des remparts de la ville de Charmes (XVe siècle).

Curiosités

  • Maison de Maurice Barrès
  • Stéle à Maurice Barrès sur la place principale "De la campagne en toute saison, s'éléve le chant des morts. Un vent léger le porte et le disperse comme une senteur. Que son appel vous oriente".

Gastronomie

La Levrette de Charmes 
C'est une spécialité de confiserie chocolatière aujourd'hui disparue. Il s'agissait d'une nougatine enrobée de chocolat amer et fourrée d'une ganache au parfum de framboise. La levrette de Charmes tirait son nom de l'emblème de la ville, un lévrier, et avait été créée dans les années 1980 par un groupement de pâtissiers de Charmes. La fabrication de cette spécialité a été progressivement arrêtée par les pâtissiers-chocolatiers de la ville dans les années 1990.
Hôtel de ville

Administration

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Gilbert Claudel    
avril 1992 2001 Marcel Martin    
1989 1992 Jean Felten    
novembre 1965 1989 Marcel Gourmand (1920-2008)   Conseiller général
mars 1959 1965 Gaston Arnould    
août 1954 1959 Georgette Didierjean    
octobre 1947 1954 René Didierjean    
mai 1945 1947 Georges Pauly    
décembre 1944 1945 René Fafournoux    
mai 1925 1944 Henri Breton    
mai 1913 1925 Étienne Simard    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique (Source : INSEE[8])
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
5177 5221 5702 5225 4721 4665 4561
Nombre retenu à partir de 1962 : Population sans doubles comptes

Carpiniens célèbres

M. Barrès par F. Valloton

Jumelage

Drapeau de la Belgique Bertrix (Belgique) depuis 1967

Bibliographie

  • Abbé Buisson, Notice biographique sur l'abbé Galland, curé de Charmes. Députés aux États généraux. 1738-1793, Saint-Dié, 1892.
  • Étienne Hanus, La grande brasserie de Charmes, Éditions Serpenoise, 1999.

Liens internes

Notes et références

  1. C. Lapaix, Armorial des villes, bourgs et villages de la Lorraine, du Barrois et des Trois-Evêchés. Loc. cit., p. 76
  2. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), , Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, 1991, 677 p. (ISBN 2-87692-093-X).
    Présentation de l'orgue de la commune : pages 176 à 179
     
  3. a et b Ministère de la Culture, base Mérimée, « Notice no PA00107104 » sur www.culture.gouv.fr.
  4. (fr) Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2009 : Vosges : Commune de Charmes (JORF n°0084 du 10 avril 2010 p. 6840)
  5. Notice no PA00107105, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  6. http://www.fondation-patrimoine.org/fr/lorraine-15/tous-les-projets-722/detail-maison-des-loups-a-charmes-1827
  7. MairesGenWeb - La base de donnees des Maires de France
  8. Charmes sur le site de l'Insee

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charmes (Vosges) de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Charmes (Vosges) — Charmes …   Deutsch Wikipedia

  • Charmes, Vosges — Charmes …   Wikipedia

  • Charmes — ist die Bezeichnung mehrerer Gemeinden und eines Kantons in Frankreich: Charmes (Aisne), Gemeinde im Département Aisne Charmes (Allier), Gemeinde im Département Allier Charmes (Côte d’Or), Gemeinde im Département Côte d’Or Charmes (Haute Marne),… …   Deutsch Wikipedia

  • Charmes — may refer to the following places in France: Charmes, Aisne, a commune in the department of Aisne Charmes, Allier, a commune in the department of Allier Charmes, Côte d Or, a commune in the department of Côte d Or Charmes, Haute Marne, a commune… …   Wikipedia

  • Charmes-la-Cote — Charmes la Côte Pour les articles homonymes, voir Charmes. Charmes la Côte Le village de Charmes la Côte vu du Mulson A …   Wikipédia en Français

  • Charmes — (spr. Scharm), Stadt im Arrondissement Mirecourt des französischen Departements Vosges (Lothringen), an der Mosel u. einem südlichen Zweige der Paris Strasburger Eisenbahn; hat Kirche mit Kuppelfresken, an denen Claude Lorrain gearbeitet hat,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Charmes-la-Côte — Pour les articles homonymes, voir Charmes. 48° 37′ 35″ N 5° 49′ 42″ E …   Wikipédia en Français

  • Charmes —  Cette page d’homonymie répertorie les différentes communes ou anciennes communes françaises partageant un même nom. Charmes, commune française de l Aisne Charmes, commune française de l Allier Charmes, commune française de la Côte d Or… …   Wikipédia en Français

  • Ligne Charmes - Rambervillers — Ligne 163 Ligne de Charmes à Rambervillers Pays  France Villes desservies Charmes, Rambervillers …   Wikipédia en Français

  • Saint-Laurent (Vosges) — Épinal Épinal Vue de la Moselle depuis le pont Sadi Carnot. Au fond, sur la rive droite, le plateau de la Justice …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»