Charles Le Téméraire


Charles Le Téméraire

Charles le Téméraire

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles et Téméraire.
Charles le Téméraire
Duc de Bourgogne
Karl der Kühne.jpg
Charles le Téméraire portant l'Ordre de la Toison d'or par Rogier van der Weyden, vers 1460. Huile sur bois, Musée de Berlin, patrimoine de Prusse.

Règne
1467-1477
Investiture 1467
Dynastie Maison de Valois
Titre complet Duc souverain de l’État bourguignon
Prédécesseur Philippe le Bon
Successeur Marie de Bourgogne
et Maximilien de Habsbourg

Autres fonctions
Comte de Charolais
Période
1454 - 1467
Président {{{président1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république1}}}
Monarque
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Prédécesseur Philippe le Bon
Successeur Maximilien de Habsbourg

Période
-
Président {{{président2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Monarque
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Prédécesseur
Successeur

{{{fonction3}}}
Période
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président {{{président3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{fonction4}}}
Période
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président {{{président4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{fonction5}}}
Période
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur5}}}
Successeur {{{successeur5}}}

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur6}}}
Successeur {{{successeur6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur7}}}
Successeur {{{successeur7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur8}}}
Successeur {{{successeur8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur9}}}
Successeur {{{successeur9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur10}}}
Successeur {{{successeur10}}}

Biographie
Naissance 10 novembre 1433
Palais des ducs de Bourgogne, à Dijon
Décès 5 janvier 1477
Nancy
Père Philippe le Bon
Mère Isabelle de Portugal
Conjoint(s) Isabelle de Bourbon (1437-1465)
Descendance Marie de Bourgogne

Philip the Good Arms.svg
Charles le Téméraire en armure de combat (Musée des Beaux-Arts de Dijon).

Charles de Valois-Bourgogne, dit Charles le Téméraire (Dijon, 10 novembre 1433Nancy, 5 janvier 1477) est, après Philippe II le Hardi, Jean sans Peur et Philippe III le Bon, le quatrième et dernier duc de Bourgogne (de la branche des Capétiens-Valois), souverain de l'État bourguignon.

Ce surnom de Téméraire prévaut à partir du XIXe siècle, à l'époque romantique, (bien qu'on le rencontre déjà sous la plume de Thomas Basin, vers 1484). Ses contemporains le qualifiaient plus souvent de Hardi, de Travaillant, de Guerrier, voire de Terrible. Il semble aussi que ses sobriquets soient la conséquence de la devise qu'il s'était choisi ("Je l'ay emprins", i.e. "J'ai osé le faire").

Charles le Téméraire est un prince français, descendant et héritier direct de quatrième génération du roi de France Jean II le Bon et du duché de Bourgogne. Mais par sa mère, il est de sang Lancastre, Plantagenêt, et descend du roi Edouard III d'Angleterre. Cette double ascendance royale explique peut-être un trait de caractère (dénoncé par Thomas Basin : « Il lui prit un tel orgueil qu'il en vint à ne ménager, estimer ou craindre personne ») qui devait le perdre.

Il est l'arrière-grand-père de l'empereur germanique et roi d'Espagne Charles Quint et le père de la duchesse Marie de Bourgogne (1457-1482), qui, à la mort de son père en 1477, allie un État bourguignon en grand danger d'être conquis par Louis XI, à la maison des Habsbourg d'Autriche, par son mariage avec le futur empereur germanique Maximilien Ier de Habsbourg (1459-1519).

Sommaire

Biographie

Enfance

« Nul n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer », cet aphorisme de Charles le Téméraire (repris un siècle plus tard par Guillaume d'Orange) est un peu l'illustration de son destin.

Charles le Téméraire naît le 23 novembre 1433 au Palais des ducs de Bourgogne de Dijon. Il est le troisième fils (les deux premiers, Antoine et Joseph, étant morts en bas âge) du duc Philippe III de Bourgogne (Philippe le Bon) (1396-1467), et de sa troisième épouse Isabelle de Portugal (1397-1471), fille du roi Jean Ier de Portugal et elle-même Capétienne (via Edouard III d'Angleterre).

Charles est élevé aux Pays-Bas bourguignons (un ensemble de provinces formant la partie septentrionale de l'État bourguignon) avec ses cousin et cousine :

Il n'a pas 7 ans quand on lui fait épouser à Blois, le 19 mai 1440, Catherine de France (1428-1446), elle-même âgée de 12 ans, fille du roi Charles VII de France (et de Marie d'Anjou) et qui décèdera à 18 ans.

Homme d'un courage exceptionnel, très instruit et travailleur, il fait preuve d'un caractère violent et impulsif. Il recourt volontiers à la force et à la guerre pour obtenir ce qu'il veut (encore qu'au Moyen Âge, il incombe au souverain d'un État de faire la guerre aux ennemis de celui-ci et que l'État bourguignon s'étant constitué aux dépens de la France et du Saint-Empire, il était sous la menace presque constante d'un choc en retour).

Premiers pas en politique

En 1452, alors qu'il n'a que 19 ans et n'est encore que comte de Charolais (actuelle Saône-et-Loire, en Bourgogne), il réprime avec une extrême brutalité le soulèvement des Flamands du comté de Flandre dans les Pays-Bas bourguignons.

En 1454, veuf de sa première épouse, il épouse le 30 octobre, à Lille, Isabelle de Bourbon (1437-1465), fille du duc Charles Ier de Bourbon. Charles aurait plutôt souhaité épouser Anne d'York (fille du duc Richard d'York, descendant direct du roi Édouard III d'Angleterre), mais son père lui rappela les termes du traité d'Arras, l'obligeant à épouser une princesse du sang de France. Quoi qu'il en soit, le mariage est heureux, et il en naît son seul enfant, la future duchesse Marie de Bourgogne (le 13 février 1457).

Un peu avant (septembre 1456), se produit un événement qui aura à terme des conséquences funestes pour Charles comme pour l'État bourguignon : le dauphin de France (futur Louis XI), fuyant la vindicte paternelle, cherche refuge en terre bourguignonne. Son cousin Philippe le Bon, à qui il demande asile, lui alloue une pension annuelle de 48 000 livres ainsi que le château de Genappe comme résidence. Louis y demeura jusqu'à la mort de Charles VII (22 juillet 1461) qui le fit enfin roi. Durant ces presque cinq années, Genappe (depuis lequel le dauphin en exil observe les intrigues de la cour bourguignonne, sonde les esprits de ceux qui la composent, s'emploie à séduire ceux qui pourront lui être utiles, note discrètement les forces et faiblesses d'un Etat encore fragile) devient « le siège d'une puissance européenne[1] ».

Succès initiaux

Alors que Philippe le Bon, son père vieillissant, règne encore sur les riches mais disparates terres bourguignonnes, Charles prend la tête de la redoutable Ligue du Bien public qui s'est formée contre Louis XI parce que celui-ci voulait briser les désirs d'indépendance de ses plus puissants vassaux. Charles fait mieux que tenir en échec son royal adversaire à la bataille de Montlhéry, au sud de la capitale française (16 juillet 1465). Il assiège ensuite Paris et contraint Louis XI à signer le traité de Saint-Maur-des-Fossés puis le traité de Conflans (courant octobre 1465), grâce auxquels il récupère la Picardie (notamment Amiens, Abbeville et Saint-Quentin), ainsi que Boulogne-sur-Mer.

La France en 1477      Possessions de Charles le Téméraire     Possessions des Bourgogne-Nevers (Jean de Bourgogne)     Domaine royal (Louis XI)

Le 25 août 1466, Charles prend d'assaut et brûle Dinant, en bord de Meuse, en révolte contre le protectorat bourguignon. Il espère ainsi étouffer définitivement les velléités d'indépendance de la principauté de Liège, une terre d'Église dont le contrôle est indispensable à l'unification des Pays-Bas bourguignons mais qui conteste l'autorité de celui que Philippe le Bon a placé sur le trône épiscopal : le prince-évêque Louis de Bourbon, son neveu.

Maître de l'État bourguignon

Philippe le Bon meurt le 15 juin 1467. Charles a 33 ans et hérite du duché de Bourgogne et de tous les titres de son père : duc de Lothier, de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg, comte de Flandre, d'Artois, de Bourgogne palatine, de Hainaut, de Hollande, de Zélande, de Namur, marquis du Saint-Empire, seigneur de Frise, premier pair de France… Il fonde une puissante armée bourguignonne de métier mais aussi (et cela sera une des raisons de son effondrement final) de mercenaires issus de tous les pays d'Europe. Charles de Valois-Bourgogne perpétue la politique de ses prédécesseurs : volonté d'indépendance souveraine de l'État bourguignon vis-à-vis de la France et, pour contrer celle-ci, alliance avec l'Angleterre dans la guerre de Cent Ans. Son souhait le plus ardent est de joindre en un royaume d'un seul tenant ses terres des deux Bourgognes (ou « pays de par-delà ») et ses possessions du nord : Picardie, Artois, Boulonnais, Flandre et autres Pays-Bas bourguignons (ou « pays de par-deça »). Dans cette optique, Charles tente de rallumer la guerre de Cent Ans en s'alliant formellement avec son beau-frère, le roi Édouard IV d'Angleterre et en le convainquant de réenvahir la France. Manœuvrier redoutable et doté de moyens financiers supérieurs, Louis XI parvient néanmoins à dénouer cette alliance anglo-bourguignonne : il signe avec le roi Édouard IV d'Angleterre, en 1475, le traité de Picquigny qui met fin à la guerre de Cent Ans. Dès lors, l'Universelle Araignée est bien près de triompher du Téméraire.

Mais pour en revenir à 1467, Philippe le Bon n'est pas mort depuis trois mois que Charles de Bourgogne se voit contraint de mater une révolte des Liégeois. Il les écrase une première fois à la bataille de Brustem près de Saint-Trond (28 octobre1467). Nouvelle révolte à peine un an plus tard. Cette fois, malgré l'attaque surprise des Six cents Franchimontois et suite à celle-ci, Charles prend la ville de Liège (le 30 octobre 1468) et en présence de Louis XI, probable instigateur de la révolte, la livre au pillage et au feu, avant de la faire raser (dans le but de sceller ainsi en un seul bloc l'ensemble des "pays de par-deçà"). Cette mise à sac soulève, de la Hollande à l'Alsace, la réprobation de toutes les villes rhénanes.

Le 3 juillet 1468, Charles épouse en troisième noces Marguerite d'York (1446-1503). Elle est fille du duc Richard d'York (à l'origine de la guerre des Deux-Roses) et sœur de l'actuel roi d'Angleterre : Édouard. Le mariage est célébré à Damme, dans le comté de Flandre, par l'évêque de Salisbury. Puis suivent à Bruges, pendant dix jours, des fêtes fastueuses qui constituent une promotion éclatante de l'État bourguignon.

En mai 1469, le duc d'Autriche Sigismond de Habsbourg lui cède en gage, pour 50 000 florins, ses domaines de Haute-Alsace et le pays de Brisgau, du comté de Bade en Allemagne.

Quelques années plus tard, en juillet-août 1473, Charles s'empare du duché de Gueldre (situé de part et d'autre du Bas-Rhin), agrandissant ainsi les Pays-Bas bourguignons.

Se considérant souverain de droit divin, Charles le Téméraire qui travaille à faire de ses nombreuses possessions un État unifié et centralisé, est un défi permanent pour le roi de France. À partir de la fin octobre 1468, c’est-à-dire après l'entrevue de Péronne et la répression de l'insurrection liégeoise, les deux souverains se livrent un duel à mort : le règne du Téméraire n'est plus qu'une suite presque ininterrompue de guerres soit contre le roi de France, soit contre des ennemis que l'or du roi de France lui suscite. Pour résister à Louis XI, Charles cherche à s'allier tantôt à l'empereur germanique Frédéric III de Habsbourg, tantôt à Édouard IV d'Angleterre. Mais son souci obsessionnel de constituer à tout prix (aux dépens de ses voisins allemands, lorrains et autrichiens) le grand royaume rhénan dont il rêve va lui aliéner leur sympathie, en même temps que dilapider ses ressources et celles de ses États. Ceux-ci, d'ailleurs, rechignent de plus en plus à financer son effort de guerre. Si les bourgeois (riches marchands ou simples artisans) des grandes villes de Flandre et autres provinces des Pays-Bas Bourguignons ne le soutiennent plus ou de moins en moins, c'est que Charles de Bourgogne, tout pétri qu'il est de chevalerie, n'a aucune considération[2] pour eux et qu'il se refuse à admettre le pouvoir grandissant de ces démocrates[3] avant la lettre qui résistent à ses vues. C'est ainsi qu'il courra à sa perte.

Montée des périls

L'échec du Téméraire devant Neuss, en Rhénanie, redore un temps le blason de l'empereur Frédéric.

Ses premiers revers sérieux, Charles les essuie : d'abord en 1472 devant Beauvais, si bien défendue par ses habitants (dont Jeanne Hachette) qu'il ne peut la prendre; puis dans l'affaire de l'archevêché de Cologne où ses tractations avec l'empereur romain germanique Frédéric III l'amènent à lever en juin 1475 le siège de Neuss (place forte rhénane et « verrou » de Cologne) entrepris depuis dix longs mois, sans succès concluant et avec une armée très affaiblie… ce qui incite Édouard IV d'Angleterre à prêter une oreille favorable aux offres de paix de Louis XI et à signer le traité de Picquigny le 29 août de la même année. Cet été-là, Charles occupe la Lorraine et, après un siège d'un mois, entre dans Nancy le 30 novembre 1475. Le 18 décembre, il annonce aux Lorrains qu'il fera de Nancy la capitale du royaume bourguignon.

La ligue de ses ennemis, scellée par le traité de Constance (mars et juin 1474), ne lui en laissera pas le temps. L'Alsace s'est soulevée contre Charles notamment à cause de la mauvaise gestion de son bailli, Pierre von Hagenbach et aussi de son refus de la revendre à l'archiduc Sigismond d'Autriche pour le prix auquel il la lui avait achetée. C'est ainsi qu'a commencé en automne 1474 ce qu'on connaît sous le nom de Guerre de Bourgogne. Berne et les autres membres de la Confédération des cantons suisses, encouragés et financés par Louis XI, ont déclaré la guerre à la Bourgogne le 25 octobre 1474, puis à son allié Jacques de Savoie (comte de Romont, baron de Vaud et beau-frère de Yolande de France, duchesse-régente de Savoie) le 14 octobre 1475. Les Confédérés ont d'abord enlevé quelques villes et places fortes: (Cerlier en Savoie, Héricourt puis Pontarlier en Franche-Comté) avant d'envahir tout le pays de Vaud. Grandson, Orbe, Blamont, Morat, Estavayer, Yverdon, etc. tombent aux mains des Suisses.

Double défaite contre les Suisses

Charles le Téméraire

Charles, pour répondre à l'appel de ses alliés et de ses vassaux, décide d'en finir avec les Confédérés et part en guerre contre eux. Il quitte Nancy le 11 janvier 1476 mais, trop sûr de son fait, il commet la double erreur de sous-estimer la valeur guerrière des Suisses et l'effet néfaste des retards de paiement sur l'humeur des mercenaires italiens qui composent une bonne partie de ses forces. Il est battu par les Confédérés d'abord à Grandson, le 2 mars de la même année, où ses troupes se débandent, puis surtout à Morat, le 22 juin suivant, où son armée est taillée en pièces. Alors installé à Lyon, Louis XI y savoure la déroute bourguignonne.

Écroulement final

En octobre 1476, avec une armée reconstituée vaille que vaille, Charles le Téméraire qui veut sauver le trait d'union lorrain, remet le siège devant Nancy, reprise entre-temps par le duc René II de Lorraine. Là, refusant de se replier au duché de Luxembourg, il trouve la mort le 5 janvier 1477 à la bataille se déroulant au sud de la ville, vraisemblablement de la main d'un gentilhomme de Saint-Dié, le châtelain de la Tour du Mont.

L'un de ses généraux, Nicolas de Montfort (condottiere napolitain et Comte de Campobasso) qu'il avait souffleté, le trahit et passe à l'ennemi. Les restes de l'armée bourguignonne se replient vers le pont de Bouxières-aux-Dames qui permettrait de fuir vers Metz. Mais Nicolas de Montfort dit Campobasso y attend sa vengeance. Croyant ses cavaliers fidèles à la cause bourguignonne et restés là pour leur assurer le libre passage du pont, les Bourguignons se précipitent, mais Campobasso et, derrière lui, les Suisses massacrent les fuyards. Une sortie de la garnison de Nancy achève l'éparpillement des troupes bourguignonnes.

Le Téméraire retrouvé après la bataille de Nancy par Auguste Feyen-Perrin en 1865 - (musée des Beaux-Arts de Nancy)

Trois jours après la bataille, le corps du « Grand Duc d'Occident » est retrouvé, nu, une joue rongée par les loups, au bord d'un étang marécageux dit "étang Saint-Jean", à l'emplacement de l'actuelle place de la Croix de Bourgogne, à Nancy. Une simple croix, au centre de cette place, a longtemps marqué l'endroit de sa mort (souvenir remplacé plus tard par un monument édifié à la mémoire du duc René II de Lorraine). Ramenée à Nancy, la dépouille mortelle du Téméraire est exposée sur un lit de parade dans la maison de Georges Marqueix, au numéro 30 de la Grande-Rue (cette maison n'existe plus aujourd'hui mais son emplacement est signalé par un pavage de granit noir et blanc dessinant une croix de Lorraine et la date 1477). Elle est ensuite inhumée sur place dans la collégiale Saint-Georges — aujourd'hui disparue. En 1550, à la demande de Charles Quint, elle est officiellement transférée à Bruges, où elle repose depuis sous le somptueux tombeau que son arrière-petit-fils lui réservait.

Tombeau du Téméraire à l'église Notre-Dame de Bruges.

Succession

À la mort de Charles, dernier duc de Valois-Bourgogne, le roi Louis XI, enfin débarrassé de son puissant rival (en même temps que d'un vassal insoumis qui, de Péronne à Liège, l'avait en 1468 tenu à merci pendant près d'un mois) annexe une grande partie française de l'État bourguignon. Outre la Picardie avec entre autres en 1472 le sac de Nesle, il s'empare du duché de Bourgogne, une annexion concrétisée quelques années plus tard par le traité d'Arras (23 décembre 1482).

Entre-temps, Marguerite d'York, veuve de Charles le Téméraire et protectrice de la duchesse Marie de Bourgogne pousse celle-ci (fille unique et héritière du Téméraire) à épouser le futur empereur germanique Maximilien Ier de Habsbourg (1459-1519). Célébré le 19 août 1477, le mariage fait définitivement perdre à la France les Pays-Bas bourguignons et, en fait, toute la partie territoriale de l'État bourguignon (belge, luxembourgeoise, allemande ou « romain-germanique ») sur laquelle la couronne de France n'a aucun droit. C'est ainsi qu'en 1493 Maximilien Ier de Habsbourg devenu veuf récupérera au traité de Senlis : la Flandre, l'Artois et la Franche-Comté.

Il faudra attendre près de deux siècles pour que le comté de Bourgogne (une terre d'empire) soit en 1678 arraché aux Habsbourg d'Autriche et d'Espagne par Louis XIV. L'héritage de Charles le Téméraire fut l'objet de nombreuses batailles entre rois de France et maison Habsbourg d'Autriche et d'Espagne pendant plusieurs générations.

Unions

Titres

Charles le Téméraire par Rubens (vers 1618). Musée de l'histoire de l'art à Vienne (Autriche).

Tous portés de 1467 à 1477 sauf indication contraire

Autres États sous influence

Ascendance sur trois degrés

Voir Charles le Téméraire, ascendance sur trois degrés

Bibliographie

  • Philippe de Commynes, Mémoires - Louis XI et Charles le Téméraire, Pierre Belfond, 1978 (ISBN 2-7144-1144-4)
  • Marcel Brion, Charles le Téméraire, grand-duc d'Occident, Éditions Tallandier, 2006
  • John Bartier, Charles le Téméraire, Éditions Arcade, Bruxelles, 1970
  • Joseph Calmette, Les Grands Ducs de Bourgogne, Éditions Albin Michel, 1949 (et 1994)
  • Henri Dubois, Charles le Téméraire, Librairie Arthème Fayard, 2004
  • Jean Favier, Louis XI, Librairie Arthème Fayard, 2001
  • Pierre Frederix, La Mort de Charles le Téméraire, NRF Gallimard, 1966
  • Paul Murray Kendall, Louis XI, Librairie Arthème Fayard, 1974
  • Klaus Schelle, Charles le Téméraire, Librairie Arthème Fayard, 1979
  • Jean-Pierre Soisson, Charles le Téméraire, Éditions Grasset & Fasquelle, 1997
  • Quentin Debray, La Bataille de Nancy : roman, Éditions du Rocher, publié le 4 janvier 2007 (ISBN 978-2-268-06069-9)

Voir aussi

Commons-logo.svg

Notes et références

  1. Paul Murray Kendall, Louis XI, page 87
  2. Jean Favier, Louis XI, page 724
  3. J.L. Kupper et Ph. George, Charles le Téméraire, de la violence et du sacré, (Editions du Perron - 2007), page 22
Précédé par Charles le Téméraire Suivi par
Philippe III de Bourgogne
Philip the Good Arms.svg
Duc de Bourgogne
1467-1477
Marie de Bourgogne
  • Portail du Moyen Âge tardif Portail du Moyen Âge tardif
Ce document provient de « Charles le T%C3%A9m%C3%A9raire ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Le Téméraire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles le Temeraire — Charles le Téméraire Pour les articles homonymes, voir Charles et Téméraire. Charles le Téméraire …   Wikipédia en Français

  • Charles le téméraire — Pour les articles homonymes, voir Charles et Téméraire. Charles le Téméraire …   Wikipédia en Français

  • CHARLES LE TÉMÉRAIRE — (1433 1477) duc de Bourgogne (1467 1477) Fils aîné de Philippe le Bon et d’Isabelle de Portugal, Charles le Téméraire attendit trente quatre ans la succession de son père (1467) et trompa l’attente en voyageant, en complotant et en préparant son… …   Encyclopédie Universelle

  • Charles le Téméraire — Pour les articles homonymes, voir Charles et Téméraire. Charles le Téméraire Charles le Téméraire portant le collier de l ordre de la To …   Wikipédia en Français

  • Charles le Téméraire (1433-1477) — Charles le Téméraire Pour les articles homonymes, voir Charles et Téméraire. Charles le Téméraire …   Wikipédia en Français

  • Charles Le Téméraire, Ascendance Sur Trois Degrés — Voir aussi : Charles le Téméraire ┌──> Philippe II de Bourgogne (1342 1404), Philippe le Hardi, │ duc de Bourgogne │ ┌──> Jean Ier de Bourgogne (1371 1419), Jean sans Peur, │ duc de Bourgogne │ │ │ └──> Marguerite III de Flandre… …   Wikipédia en Français

  • Charles le Temeraire, ascendance sur trois degres — Charles le Téméraire, ascendance sur trois degrés Voir aussi : Charles le Téméraire ┌──> Philippe II de Bourgogne (1342 1404), Philippe le Hardi, │ duc de Bourgogne │ ┌──> Jean Ier de Bourgogne (1371 1419), Jean sans Peur, │ duc de… …   Wikipédia en Français

  • Charles le téméraire, ascendance sur trois degrés — Voir aussi : Charles le Téméraire ┌──> Philippe II de Bourgogne (1342 1404), Philippe le Hardi, │ duc de Bourgogne │ ┌──> Jean Ier de Bourgogne (1371 1419), Jean sans Peur, │ duc de Bourgogne │ │ │ └──> Marguerite III de Flandre… …   Wikipédia en Français

  • Charles le Téméraire, ascendance sur trois degrés — Voir aussi : Charles le Téméraire ┌──> Philippe II de Bourgogne (1342 1404), Philippe le Hardi, │ duc de Bourgogne │ ┌──> Jean Ier de Bourgogne (1371 1419), Jean sans Peur, │ duc de Bourgogne │ │ │ └──> Marguerite III de Flandre… …   Wikipédia en Français

  • Voie verte Charles le Téméraire — Pour les articles homonymes, voir Téméraire. Voie verte Charles le Téméraire La Voie verte Charles le Témér …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.