Saint-Nabord


Saint-Nabord
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Saint-Nabord-sur-Aube

48° 03′ 01″ N 6° 34′ 50″ E / 48.0502777778, 6.58055555556

Saint-Nabord
Église Saints-Nabord-et-Gorgon
Église Saints-Nabord-et-Gorgon
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Remiremont
Code commune 88429
Code postal 88200
Maire
Mandat en cours
Michèle Asnard
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de la Porte des Hautes-Vosges
Site web www.ville-saint-nabord.fr
Démographie
Population 3 927 hab. (2006)
Densité 102 hab./km²
Gentilé Navoiriaud(e)s
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 01″ Nord
       6° 34′ 50″ Est
/ 48.0502777778, 6.58055555556
Altitudes mini. 367 m — maxi. 632 m
Superficie 38,5 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Nabord est une commune française, située dans le département des Vosges et la région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Navoiriauds.

Sommaire

Géographie

La commune s'étire le long de la rive gauche de la Moselle sur 14 kilomètres. Elle se compose de plusieurs secteurs : Longuet, le Centre, les Breuchottes, Fallières, Ranfaing, Peuxy, Le Bois Joli… Sur la voie expresse, entre Remiremont et Éloyes, pas moins de six sorties donnent accès aux différents quartiers de la ville. Le domaine boisé occupe plus de 2000 ha situés essentiellement dans la partie occidentale et se prolonge sur la commune limitrophe et bien nommée de Raon-aux-Bois.

La commune est desservie par la gare de Saint-Nabord

Histoire

On trouve une première référence du nom Saint Navord dans une archive de 1329. Au XVe siècle, le hameau se nommait Sanctus Navoirs [1].

La commune s'est constituée à la Révolution, d'abord sous le nom très laïc de Roche Libre. Quatre communautés ont souhaité se regrouper : Longuet, le Ban du Moulin, les Arrentès de Chaumont et celle de la Forestière et des Franches Gens. Le groupement est entériné le 3 avril 1792 sous l'appellation de Saint-Nabord et versée dans le canton d'Éloyes. C’est en l’an IX que Saint-Nabord est rattachée au canton de Remiremont.

Un projet de réalisation d’un lac baptisé « lac de Noirgueux », intéressant les communes de Saint-Étienne-lès-Remiremont, Remiremont, Saint-Nabord et Eloyes, a fait l’objet de débats durant de nombreuses années. Ce projet visait l’intérêt touristique et économique exceptionnel de l’ensemble de la vallée. Il devait couvrir 195 hectares (le lac de Gérardmer a 115 hectares et celui de Longemer 65 hectares). L’idée de ce projet a été esquissée dès 1963 dans un rapport technique présenté par A. Gravier, ingénieur conseil, et de Antoine Dinkel alors maire de Saint-Étienne-lès-Remiremont. L’Association départementale du tourisme des Vosges avait fait effectuer, sur mandat des trois communes de Remiremont, Saint-Nabord et Saint-Étienne-lès-Remiremont et du Conseil Général, les premières études techniques[2].

Celles-ci ont démontré la fiabilité du projet et ses retombées économiques et touristiques incontestables. 1971 est la date à laquelle les études de faisabilité pour la réalisation du parc nautique sur le site du plan d’eau de Noirgueux ont été achevées. Mais les contraintes fixées, à juste titre, pour le traitement des évacuations d’eaux usées dans la Moselle ont soulevé le problème du déversement des produits chimiques des usines en amont [3]. En définitive, le projet a été relancé à plusieurs reprises, mais sans succès alors même que la disparition de nombreux agriculteurs dans la vallée de la Moselle ouvrait, aux agriculteurs ayant assuré leur succession, des perspectives d'échanges des terrains inondables par les terrains agricoles délaissés. A la place, une société de terrassement exploita le terrain pour extraire du matériel afin de l'utiliser pour la construction de la N57 à proximité. Aujourd'hui, la zone est parsemée d'étangs et reste une zone réservée à la biodiversité.

Les conséquences sociales dues à l’absence de grands projets sont connues. Des communes en ont souffert et en souffrent plus gravement encore faute de ne pas s’être reconverties.

Le développement du tourisme

Que s’est-il passé depuis janvier 1971 ? (date d'achévement des études de faisabilité pour la réalisation du parc nautique sur le site du plan d’eau de Noirgueux)[4]:

  • Les voies rapides d’accès ont été réalisées de Nancy / Épinal à Remiremont (le tracé a respecté les perspectives de projet de lac en « canalisant » la face Nord de celui-ci, et d’autres voies sont en cours (vers la Bresse, Mulhouse-Bâle et la Franche-Comté),
  • Le TGV Est européen est devenu une réalité. Ce qui réduit les durées de trajets à 2 h 45 Remiremont / Paris, en assurant ainsi un réel désenclavement des vallées,
  • Le tunnel de Sainte-Marie-aux-Mines a été mis aux normes européennes, ce qui ouvre de réelles perspectives de développement interrégionaux et transfrontaliers,
  • La plupart des communes se sont équipées de stations d’épuration, et la Loi sur l'eau et le Droit de l'environnement sont fort heureusement devenus plus contraignants pour sauvegarder l'environnement et la protection de l’eau,
  • Un syndicat intercommunal a été créé pour la remise en état du cours de la Moselle et la Moselotte,
  • Le lac de Saulxures-sur-Moselotte a été ouvert et se développe, ajoutant un élément à la "route des lacs des Vosges",
  • Les stations de sports d’hiver ont diversifié leurs activités,
  • Le Parc naturel régional des Ballons des Vosges a été créé par arrêté du 9 juin 1989, Remiremont est une des villes-portes,

On peut donc affirmer aujourd’hui que plus que jamais, depuis 1963, le département n’a disposé d’autant de facteurs favorables pour l’aboutissement consensuel d’un tel projet.

Ces éléments positifs sont d’autant plus importants que parallèlement :

  • Le dépeuplement rural est toujours d'actualité malgré les efforts du Conseil général, entraînant une réduction importante de l’activité agricole qui devra être compensée par des activités nouvelles,
  • L’industrie textile est en crise et doit se restructurer, comme cela était d’ailleurs prévisible dès 1963 et justifiait le lancement du projet de lac pour assurer la reconversion des emplois.

Les conséquences sociales dues à l’absence de grands projets sont connues. Des communes en ont souffert et en souffrent plus gravement encore faute de ne pas s’être reconverties. Ce rapide constat aboutit à une évidence : « Pour relancer l’activité économique, il faut diversifier l’économie et notamment développer le tourisme. »

Cette analyse démontre l’intérêt économique mais aussi écologique d'un projet autour des paysages des Vosges et des atouts que procure la présence de la moselle.

Il en résultera :

  • la possibilité de favoriser un tourisme international,
  • des loisirs proposés aux 1 500 000 citadins habitant à moins de deux heures de voiture, recensés dès 1971, auxquels il faut ajouter désormais ceux générés par la diversification des moyens de transport (TGV, Aéroport de Bâle-Mulhouse à moins d’une heure),
  • une économie rurale rénovée,
  • la création d’emplois sur le site et sur les communes environnantes.
Blason derrière la mairie
Blason Blasonnement
De gueules à la tour d’argent fermée d’une herse, ajourée et maçonnée de sable, accostée à dextre d’un sautoir de clefs celle de dextre d’or et celle de senestre d’argent, à senestre d’un glaive romain d’argent garni d’or, la pointe haute, au chef d’or chargé d’une roue de moulin d’azur, accompagné à dextre d’un sapin et à senestre d’un trèfle à trois feuilles le tout de sinople.
Commentaires : Le blason associe divers symboles : le château de Longuet, la roue pour le Ban de Moulin, les clés pour l'Abbatiale Saint-Pierre, le sapin de la Forestière ; l'épée rappelle le martyre de saint Nabord et le trèfle les campagnes d'Irlande du général Humbert.

Administration

La gare
La chapelle à Fallières
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Michèle Asnard -  
1995 2008 Bernard Schindelé UMP  
1977 1995 René Chipot    
1965 1977 Raymond Noël    
1959 1965 Emilien Mathieu    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Curiosités

  • Étang de la Demoiselle, d’origine glaciaire
  • Étang de la Plaine
  • Étang de Huchère
  • Étang de la Prairie du Vouau
  • Le Rond Caillou
  • Stèle de Noirgueux
  • Maison natale du Général Humbert

Patrimoine

  • La stèle de Noirgueux commémore le franchissement de la Moselle par les soldats de la 36e division d'infanterie américaine en septembre 1944, au lieu-dit Noirgueux.

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[5])
1856 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006
1 037 2 066 2 660 3 205 3 768 3 805 3 853 3 947 3 927
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Environnement

Saint-Nabord a été récompensée par deux fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris[6]

Personnages célèbres

Notes et références

  1. Mémoires de la Société d'archéologie lorraine
  2. Extraits de l’étude faite par la Société Agora Lorraine en 1971 à la demande de ‘Association Départementale du Tourisme, puis en 1979 à la demande de la Direction Départementale de l’Equipement (DDE)
    • L’emprise foncière nécessaire à la surface mise en eau et aux espaces à aménager autour du lac avait été estimée à 480 hectares et la surface boisée à 190 hectares,
    • Le niveau du lac devait se situer à la cote 379 NGF,
    • La longueur dulac évaluée à 3,300 kilomètres,
    • Sa largeur devait varier entre 200 et 750 mètres,
    • La longueur des berges de 9 kilomètres,
    • Le barrage de la Moselle prévu était de 62 mètres de longueur et 20 mètres de largeur. La hauteur de retenue d’eau de 9 mètre. L’éventualité de la création d’un barrage hydroélectrique répond plus encore aujourd’hui à des besoins de développement durable.
    Quels étaient les équipements prévus :
    • le centre de station et le parc nautique (terrains de sports ; centre équestre ; voile ; canotage ; plage ; camping~caravaning ; voile ; etc...
    • les équipements d’hébergement (résidences secondaires ; hôtels ; studios ; meublés ; village de vacances familiales ; colonies de vacances ; camp de tourisme ; camping-caravaning ; etc...).
    • L’initiative de créer récemment un syndicat intercommunal pour la réfection des cours des rivières constitue en quelque sorte une opération de préfiguration.
    Comment devait être géré ce projet ?
    • L’Association Départementale du Tourisme préconisait la création d’un Syndicat Mixte comme maître d’ouvrage, auquel serait adjointe une Société d’Economie Mixte comme maître d’ouvrage délégué. L’aménagement de la zone étant réalisable dans le cadre dune ZAC ou à défaut, dès la réalisation après modification des PLU d’opérations s’inscrivant dans un plan d’aménagement d’ensemble.
  3. L'intérêt des gouvernements quant à l'importance économique et écologique de la Moselle s'était d'ailleurs traduit par un Décret no 62-1006 du 18 août 1962 portant publication du "Protocole entre la France, l’Allemagne et le Luxembourg concernant la constitution d’une commission internationale pour la protection de la Moselle contre la pollution Décret no 62-1006 du 18 août 1962 portant publication du « Protocole entre la France, l’Allemagne et le Luxembourg concernant la constitution d’une commission internationale pour la protection de la Moselle contre la pollution, du 20 décembre 1961 »
  4. Argumentaire produit au commissaire enquêteur, dans le cadre de l'enquête publique pour la révision d'un plan local d'urbanisme d'une des communes concernées (Saint-Étienne-lès-Remiremont) : Commune de Saint-Etienne-lès-Remiremont, Enquête publique sur la révision du Plan local d’urbanisme (2ème révision), Extrait du rapport du commissaire enquêteur Claude Pierret, 21 mars 2008, p. 15 "Suite au développement de l’argumentaire sur le bien fondé de projet de lac de « Noirgueux », ses atouts ; le bénéfice à en espérer (…) Mr le maire de Saint-Étienne-lès-Remiremont que j’ai interrogé sur ce projet, m’a averti que par délibération du conseil municipal de Saint-Nabord, celui-ci a entériné l’abandon de ce dossier intercommunal. Ceci est également rappelé page 65 du rapport de présentation, point 4,4."
  5. Saint-Nabord sur le site de l'Insee
  6. Source : Villes et Villages Fleuris

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Nabord de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-Nabord — Saint Nabord …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-nabord — Église Saints Nabord et Gorgon Détail …   Wikipédia en Français

  • Saint-Nabord — is a village and commune in the Vosges département of northeastern France.ee also*Communes of the Vosges department …   Wikipedia

  • Saint-Nabord — Original name in latin Saint Nabord Name in other language Roche Libre, Saint Nabord State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 48.05171 latitude 6.58248 altitude 405 Population 3970 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Saint-nabord-sur-aube — Pays …   Wikipédia en Français

  • Saint-Nabord (Begriffsklärung) — Saint Nabord ist der Name folgender Orte in Frankreich: Saint Nabord, Gemeinde im Département Vosges Saint Nabord sur Aube, Gemeinde im Département Aube Siehe auch: Saint Nabor, Gemeinde im Département Bas Rhin Diese …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Nabord-sur-Aube — is a commune in the Aube department in north central France.ee also*Communes of the Aube departmentReferences Based on the article in the French Wikipedia …   Wikipedia

  • Saint-Nabord-sur-Aube —  Pour l’article homonyme, voir Saint Nabord.  48° 31′ 38″ N 4° 12′ 54″ E …   Wikipédia en Français

  • Gare de Saint-Nabord — Saint Nabord Gare de Saint Nabord Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Gare De Saint-Nabord — Saint Nabord Gare de Saint Nabord Localisation Pays …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.