Liste des accidents ferroviaires en France


Liste des accidents ferroviaires en France
Article principal : accident ferroviaire.
Catastrophe ferroviaire à la gare Montparnasse de Paris en 1895

Voici la liste chronologique des principaux accidents ferroviaires recensés en France.

Sommaire

XIXe siècle

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Merci d'ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence souhaitée}}.
  • 8 mai 1842. Meudon : incendie d'un train de banlieue. À l’époque les portes étaient fermées à clé par les chefs de trains, d’où un terrible bilan : 55 morts. Dès lors les portes durent rester ouvertes en marche. Parmi les victimes se trouvait l'amiral Dumont d'Urville et sa famille.
  • 8 juillet 1846. Fampoux : Le train de la ligne Paris - Lille déraille en passant sur un remblai de la vallée de la Scarpe, des wagons tombent dans les marais, bilan 14 morts.
  • 6 septembre 1858 à 22h12 Le Vésinet : Ligne Paris - Saint-Germain-en-Laye: la rame de St-Germain descendant par gravité, heurte, suite à un ennui de frein, le tender et la locomotive qui attendait sur la voie pour emmener la rame vers Paris St-Lazare. 3 morts dans la première voiture : le serre-frein et 2 voyageurs.
  • 2 juillet 1871 – France. À Pontmort (commune de Cellule en Auvergne). Accident dû sans doute à un écartement des rails. Récit de Victor Belin alors enfant : « L'heure du passage de l'express approchant - et pour un habitant de Saint-Myon lorsqu'il est encore un enfant, voir passer l'express est un événement ! - mon père arrêta un instant son attelage. Comme le train approchait, je le vis brusquement s'arrêter et les wagons comme monter en l'air pour s'écraser les uns sur les autres »  : 5 morts, une douzaine de blessés originaires d'Auvergne, et plus spécialement des régions d'Issoire, Riom et Clermont.
  • 5 septembre 1881. Charenton-le-Pont : le rattrapage par un rapide d'un train omnibus en gare fait 26 morts et de nombreux blessés.
  • 1er janvier 1871. Saint-Sornin en Auvergne: Un déraillement du train Montluçon Moulins cause la mort de onze soldats originaires de toute la France.
  • 26 juillet 1891. Saint-Mandé: Un train arrêté dans la gare est percuté par un train supplémentaire.43 morts et plus de 100 blessés.
  • 22 octobre 1895. Gare Montparnasse : le Granville - Paris composé de douze voitures, deux fourgons à bagages et un fourgon postal couplés à la locomotive, et qui transportait 131 passagers, ne ralentit pas suffisamment sa course à cause d'un retard et ne put s'arrêter en entrant dans la gare Montparnasse. Il continua sa course à travers la gare. La locomotive défonça le fronton de la gare et s'écrasa 10 m en contrebas. L'accident fit de nombreux blessés dans le train et deux morts dans la gare.

XXe siècle

Années 1900

  • 10 août 1903. Paris : Incendie dans une rame du métro de Paris, dû à un court-circuit : 83 morts, parmi les passagers de la rame suivante sortis de celle-ci, par étouffement dû à la panique ayant suivi l'invasion de la station Couronnes par les fumées de l'incendie. Suite à cet accident les stations du métro seront construites avec au minimum deux issues sur chaque quai (la station Couronnes n'en est toujours pas équipée).
  • 4 août 1907 – Les Ponts de Cé en Anjou. Sur la Ligne Paris-Bordeaux via Saumur, le tablier céda à l'entrée du pont, au passage d'un convoi parti d’Angers Saint Laud à 11 h 29. La locomotive, le tender, le fourgon, et un wagon de troisième classe furent précipités dans la Loire 10 mètres plus bas. Cet accident fit 27 morts.
  • 15 décembre 1908, catastrophe ferroviaire du tunnel de Pouch[1] en Corrèze, sur la ligne Paris-Toulouse, entre Allassac et Estivaux. Un train de marchandises qui se dirigeait vers Limoges rompt son attelage. Compte tenu de la pente, plusieurs wagons repartent en marche arrière. Après plusieurs kilomètres, ils percutent violemment sous le tunnel de Pouch le train de voyageurs qui empruntait la même ligne. Les deux trains prennent feu. Selon des journaux de l'époque, il y aurait eu au moins 14 morts et 23 blessés.

Années 1910

  • 14 août 1910. Saujon. Un train assurant la liaison Bordeaux - Royan transportant environ 1100 voyageurs, et ne devant pas s'arrêter en gare de Saujon percute un train de marchandises en gare de Saujon. Le train de marchandises était garé à l'intersection de deux voies. On compte 38 morts et 80 blessés[2].
  • août 1910. Villepreux : collision. 37 morts.
  • 20 septembre 1910. La Faloise : Trois cantonniers de la Compagnie du Nord sont écrasés par un train. Jean Hein qui réalise avec ses collègues un remplacement d'appareil de voie a les doigts pris sous un rail et ne peut s'échapper à l'arrivée du rapide Paris-Lille. Son confrère, Adolphe Cras, s'efforce de le délivrer tandis qu'Alcide Foy tente d'arrêter le rapide par un signal désespéré. Les pétards posés par sécurité sur la voie n'ont pas été posés ou bien le mécanicien du rapide ne les a pas entendus. Un monument inauguré par Raymond Poincaré, érigé sur le quai en direction de Paris, commémore l'accident survenu le 20 septembre 1910.
  • 4 novembre 1913. Melun : collision entre un express et un train postal, par suite d'un non-respect de la signalisation : 39 morts.
  • 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne : déraillement d’un convoi ferroviaire de soldats rapatriés du front italien. Le convoi est composé d'un fourgon de tête et de queue, 15 voitures à bogies, 2 voitures à essieux. Les systèmes de freinage de l'époque étaient encore très rudimentaires. La locomotive était souvent la seule équipée de frein ; des wagons « serre-freins » étaient incorporés dans le train, manœuvrés par des cheminots sur ordre du conducteur (par coups de sifflet). La ligne de la Maurienne présentant une forte pente (3,3 %) dans le sens Modane - Chambéry, une seconde locomotive était nécessaire pour freiner. Les militaires ne voulant pas attendre, le conducteur fut sommé de partir avant que la seconde locomotive ne soit attelée. La locomotive manquante, plus la déficience probable de certains « serre-freins » (le doute demeure) eurent pour conséquences que le train ne put contrôler sa vitesse, accéléra et finalement dérailla juste avant la gare de Saint-Michel-de-Maurienne. La censure totale de l'évènement, ayant été imposée par les autorités du fait de la guerre en cours, fait qu'aucun bilan officiel n’existe; mais on parle de 425 morts voire 600. Il s'agit de l'accident de train le plus meurtrier jamais survenu en France.

Années 1920

  • 5 octobre 1921. Paris : incendie dans le tunnel des Batignolles, situé juste avant la gare Saint-Lazare. 20 morts. Par la suite, on prit la décision de démolir ce tunnel (1923). Seule la dernière galerie est encore en service de nos jours.
  • août 1922. Laguian : un train de pèlerins à Lourdes patine dans la côte puis recule. Il percute le suivant à l'arrêt. 33 morts, dont la majorité dans la dernière voiture.
  • 3 septembre 1920. La Rochelle : une locomotive américaine qui était à l'arrêt en la gare maritime de La Pallice (commune de La Rochelle) suite à un déraillement de tender a explosé à 5h25 faisant 8 victimes[3].
  • 29 août 1929. Caen : un train de marchandises en direction de la gare de Vire, orienté par erreur dans un tiroir de la gare de Caen, défonce le heurtoir et finit 5 mètres plus bas dans la vitrine d'un café. Aucune victime. L'ingénieur Raoul Dautry fait remonter la locomotive et son tender à la hauteur des rails.

Années 1930

  • 19 mars 1931. La rapide Paris - Hendaye déraille en gare d'Etampes, faisant 5 morts[4].
  • septembre 1932. Un train déraille en gare de Presles-en-Brie (aujourd'hui fermée).
  • 24 octobre 1933. Le train Cherbourg-Paris déraille à 8 h 50 sur le viaduc de Saint-Hélier, entre Conches-en-Ouche et La Bonneville-sur-Iton (Eure). Des voitures tombent dans la rivière Le Rouloir. On dénombre 36 morts dont le professeur Pierre Villey, et de nombreux blessés.
  • 23 décembre 1933. Lagny-Pomponne : rattrapage entre un express et un train supplémentaire.
    • Du fait d'une mauvaise observation de signaux par le mécanicien d’un express à destination de Strasbourg, ce train percuta à 120 km/h en pleine nuit un train supplémentaire acheminant vers Nancy les classes ouvrières pour fêter Noël et qui roulait à 60 km/h. Le choc fut terrible, l’express disloquant les vieilles voitures en bois bondées. Il y eut 230 morts.
    • Cet accident eut de nombreuses conséquences sur l’exploitation des chemins de fer français : d’abord, on établit une signalisation normalisée en France (code Verlant), toujours en vigueur de nos jours. Ensuite on accéléra la réforme des vieilles voitures en bois, qui avaient été de véritables pièges lors de la collision. L'accident ayant été causé un jour de grand départ (un samedi veille de Noël), de nombreux trains étaient programmés au départ, mais une grande pagaille régna toute la journée avec comme point culminant la soirée où les retards atteignirent plusieurs heures. Cette cause joua un rôle important dans la rattrapage et par la suite on décréta la mise en place du "desheurement" des trains. Enfin, il fut décidé de faire passer à tous les agents intervenant sur la sécurité des circulations un test de vue (le mécanicien de l’express était daltonien).

Années 1940

Années 1950

  • 24 août 1951. Sanry-sur-Nied (Moselle) : le rapide Bâle-Calais percute la queue de l'express Francfort-Paris, arrêté par un signal en gare de Sanry sur Nied et transportant des militaires américains et français en permission. 23 morts et une trentaine de blessés.
  • 1953 : Un accident de train fait 11 morts à Sérézin-du-Rhône.
  • 3 juillet 1954. Châteaubourg (Ardèche) : collision frontale entre l'autorail direct Lyon-Nîmes du soir et la locomotive d'un train de travaux sur une voie unique temporaire. Plus de 35 morts.
  • 14 juin 1956. Fismes : déraillement du Paris-Luxembourg. 11 morts.
  • 19 juin 1957. Boisleux-au-Mont : déraillement. 11 morts.
  • 19 juillet 1957. Bollène : déraillement, à 80km/h au lieu de 30 km/h, du Vintimille–Paris à l'entrée de la gare suite à l'interprétation erronée de la signalisation : l'arrêt ( un ou deux feux rouges ) et la limitation de vitesse à 30 ( deux feux jaunes verticaux de rappel de ralentissement ) pour reception sur voie déviée étaient alors annoncés par un seul feu jaune d'avertissement. Par la suite, l'implantation d'une indication de ralentisement spécifique à cette fonction a été réalisée dans tous les cas similaires au niveau national : deux feux jaunes horizontaux. Dans les voitures du train venues s'immobiliser sur la voie contiguë à hauteur de la locomotive, de nombreux voyageurs de couchettes dormant la fenêtre ouverte périssent ébouillantés par les jets de vapeur échappés de la locomotive déraillée et dont la chaudière avait été percée par un rail arraché. 20 morts.
  • 7 septembre 1957. Nozières : déraillement du Paris–Nîmes sur un chantier de voie à la suite d'une mauvaise interprétation de la signalisation par le mécanicien. 26 morts.
  • 16 novembre 1957. Chantonnay : nez à nez entre un autorail et un train de marchandises. La locomotive du train de marchandises pulvérise l'intérieur de l'autorail en y pénétrant profondément comme un coin. 29 morts.

Années 1960

  • 18 juin 1961. Vitry-le-François : déraillement dans une courbe du Strasbourg – Paris, 24 morts et 170 blessés. La cause exacte de l'accident, non publiée à l'époque, est un attentat au plastic de l'OAS. C'est l'attentat le plus meurtrier en France depuis la seconde guerre mondiale[5].
  • 23 juillet 1962. Velars-sur-Ouche : déraillement du Paris–Marseille. 39 morts.
  • 5 octobre 1962. Montbard : déraillement du TEE Cisalpin. 12 morts.
  • Fin 1963. Marseille St Charles : La motrice du Bordeaux-Marseille percute le heurtoir, monte sur le quai, détruit le kiosque à journaux. Blessés légers
  • 28 août 1965. Pont-d'Héry : nez à nez entre deux trains internationaux. 12 morts.
  • 4 septembre 1966. Andancette : après avoir percuté un poids lourd au passage à niveau, l'express Paris-Marseille déraille contre un train de marchandises. Le plan ORSEC est déclenché à 3 heures du matin. 2 blessés.
  • 21 octobre 1966. Cosne-Cours-sur-Loire : déraillement de l’autorail NeversMontargis. 9 morts.
  • 1er juillet 1968: "Le train des vacances" a fait 11 morts (?)- Commune de Quincieux (69-Rhône) à proximité de la gare de triage de St-Germain-au-Mont-d'Or.

Années 1970

  • 27 mars 1970. Accous (Pyrénées-Atlantiques) : dérive suite à l'abandon de la cabine par l'équipe de conduite pour placer manuellement du sable et des gravillons sur les rails afin de supprimer le patinage des deux locomotives suite au temps humide, puis déraillement d'un train de marchandises (wagons céréaliers) se rendant de Pau à Canfranc (Espagne)[6]. Cet accident a entraîné la destruction du pont métallique de L'Estanguet, situé sur le gave d’Aspe. La ligne secondaire internationale Pau - Canfranc sera neutralisée entre Bedous et Canfranc. Cet accident spectaculaire ne fit aucune victime.
  • 20 mars 1971 : Deux trains de marchandises circulant en sens inverse se percutent de nuit, sur la ligne Saint-Germain-des-Fossés - Roanne, dans le tunnel du Crozet (Loire) alors en travaux. Important incendie de wagons de carburant entraînant la destruction partielle, puis définitive pour le dégagement du tunnel. Deux conducteurs de la locomotive détruite décèdent, puis un ouvrier lors des travaux de dégagement. La ligne est immobilisée trois mois.
  • juin 1972. Vierzy : Deux trains circulant en sens contraire sur la ligne La Plaine - Hirson percutent à peu d'intervalle un amas de terre et de moellons provenant de l'effondrement partiel de la voûte du tunnel de Vierzy. Cet accident fit 108 morts.
Article détaillé : Effondrement du tunnel de Vierzy.
  • 4 août 1974. Dol-de-Bretagne : déraillement. 10 morts. Cause : le train Caen-Rennes devait ralentir pour prendre la courbe avant d'arriver en gare de Dol. Le mécanicien eut un malaise cardiaque, sa main se crispa sur le cerclo de la VA (dispositif dit d'homme mort) et le dispositif ne put détecter l'incapacité du conducteur. Remède depuis : appuyer sur le cerclo ne suffit plus, il faut le relâcher périodiquement
  • 18 mars 1976, à 2 h 20, à proximité de Bar-le-Duc une Citroën Traction Avant, rate le virage qui précède le passage à niveau automatique no 110 de la ligne Paris - Strasbourg au PK 255,650. La voiture s'immobilise sur la voie et 3 minutes plus tard le train de fret 58008 assurée par la BB 15011 et ses 38 wagons de marchandises lancés à 103 km/h percute l'automobile. Sous l'effet du choc, la locomotive déraille et bascule dans le canal de la Marne au Rhin en entraînant dans sa chute le tablier du pont et une dizaine de wagons. Toutefois, il n'y eut pas de blessés graves. Cet accident est connu pour être l'accident automobile le plus coûteux pour les assureurs[7].
  • janvier 1977. L'Isle-sur-le-Doubs : le turbotrain Strasbourg-Lyon percute un poids lourd au passage à niveau et détruit une partie du quai de la gare. Quelques morts et blessés. Par un curieux hasard, l'un des passagers, indemne, se trouvait dans le train lors du déraillement du 4 septembre 1966 à Andancette.

Années 1980

  • 15 janvier 1982. Épinay-sur-Seine : vers 07h30, collision d’une rame de banlieue St. Gratien - Paris (en pousse) à 60 km/h environ, avec un camion benne d'enlèvement de déchets industriels, suivi d'une seconde collision par un train croiseur, vide de voyageurs, remorqué par la BB 66278, suite à l'engagement du gabarit de la voie voisine. 14 personnes sont alors incarcérées dans la deuxième voiture du St. Gratien - Paris. Le bilan final est de 3 morts, 3 blessés graves, 8 blessés sérieux et une trentaine de personnes plus légèrement atteintes.
    • Toutes les victimes sont des passagers du train ayant initialement percuté le camion. Le conducteur de ce train a eu le temps d'avertir les passagers de la 1re voiture avant le premier choc (cabine de conduite en réversibilité). Le conducteur du camion, d'abord égaré dans la gare de marchandise d'Epinay, a engagé la voie ferrée suite à de mauvaises conditions de visibilité (nuit, neige, ...). Il a néanmoins aperçu le train venant sur lui et a pu sauter à temps de son engin.
    • Le matériel en cause, déjà ancien, a posé des difficultés aux secours pour les opérations de désincarcération. Le plan rouge, très récemment élaboré à l'époque, a été déclenché par les pompiers de Paris, en coopération avec les pompiers du Val d'Oise et les SAMU 93 et 95 du fait de la localisation de l'accident en limite de ces départements.
  • 8 juillet 1985. Saint-Pierre-du-Vauvray : collision d’un train Corail Le Havre - Paris avec un camion à un passage à niveau. Le bilan est de 10 morts et plus de 60 personnes blessées dont certaines très gravement.
    • Les voitures du train furent éparpillées de manière incroyable (certaines à 90° de la voie), en raison de la configuration du train. Il s’agissait d’un train réversible, c'est-à-dire que la locomotive poussait le train ; celle-ci continua de pousser alors que l’avant du train était déjà entré en collision.
    • Il fut alors généralisé un système d’asservissement de la locomotive qui provoque le freinage d’urgence de la locomotive. Le passage à niveau fut, plusieurs années après le tragique accident, supprimé et remplacé par un passage sous la voie ferrée.
  • 3 août 1985. Flaujac : nez à nez sur une ligne à voie unique d’un train Corail et d’un autorail roulant chacun à près de 120 km/h. 35 morts.
    • L’autorail fut autorisé à quitter la gare précédente par le chef de service alors que le Corail n’y était pas encore passé en sens inverse. Se rendant compte de son erreur, et n’ayant aucun autre moyen (ligne sans radio et sans signaux intermédiaires), il se mit en voiture à la poursuite de l’autorail. Il ne put que découvrir l’accident à quelques kilomètres de là.
    • Cet accident provoqua une polémique, les cheminots et les passagers critiquant les choix de la SNCF accusée de préférer investir dans le TGV, laissant les petites lignes sans modernisation. Une politique de modernisation fut entamée dès lors (mise en place de la radio, de signaux semi-automatiques).
  • 31 août 1985. Argenton-sur-Creuse : Déraillement d’un train Corail reliant Paris à Port-Bou en gare, du fait d'une vitesse excessive. En cause : une superposition de signaux, ayant rendu très difficile la compréhension par le conducteur de la signalisation applicable.
    • La vitesse avait été limitée à 40 km/h pour travaux de voie, le convoi est passé à environ 100 km/h, tandis que le freinage d'urgence se déclenchait entraînant un déraillement d'une bonne partie des voitures du train, notamment deux voitures qui engageaient le gabarit de l'autre voie.
    • Au même moment arrivait un train postal Paris-Brive, dans l’autre sens ; la locomotive de ce dernier s'est encastrée dans les deux voitures engageant le gabarit.
    • 43 morts résultèrent de cet accident.
    • Ces trois accidents survenus au cours de l'été 1985 provoquèrent une émotion considérable dans le pays et une crise grave à la SNCF. Son président fut contraint à la démission.
  • 24 décembre 1987. Issy-les-Moulineaux : nez à nez entre deux trains de banlieue, suite à un franchissement d'un signal d'arrêt par un des conducteurs. Après enquête un défaut de signalisation serait la cause probable de cet accident. 1 mort.
  • 27 juin 1988. Paris : Gare de Lyon : collision dans la gare souterraine entre un train à quai et un autre roulant à 60 km/h. 56 morts.
  • 6 août 1988. Paris : collision. Un train de banlieue arriva un peu trop vite sur les butoirs de la gare de l’Est. 1 mort. Le mécanicien fut condamné à 15 mois de prison avec sursis.
  • 23 septembre 1988. Voiron : collision à un passage à niveau d’un TGV et d’un camion. 2 morts.
  • 7 novembre 1988. Ay : collision entre un train Corail Luxembourg-Paris et une draisine de chantier. 9 morts dont quatre cheminots et 5 ouvriers d'une entreprise prestataire et une douzaine de voyageurs blessés. Le chef de district responsable des travaux, un aiguilleur et un agent ayant validé le programme des travaux furent condamnés.

Années 1990

  • 4 septembre 1990. Saint-Marcellin (Isère) : nez à nez entre un train Corail et un train international[8].
    • Le Corail 5640 provenant de Moirans, en retard sur l'horaire, est invité, visuellement par l'Agent sédentaire, sans être renseigné(obligation réglementaire) sur le motif de l'évolution et notamment le changement de lieu de croisement(facultatif réglementairement) à dégager le passage à niveau qu'occupe la queue de son train en vue d'éviter une fermeture prolongée de celui-là.
    • En méprise totale, le conducteur conclut à une autorisation de départ en ligne sans s'apercevoir que le sémaphore est fermé et, bien entendu, s'engage vers la gare de croisement habituel du « Talgo » Barcelone-Genève sur la voie unique avec ses cinq cents voyageurs. Le conducteur du « Talgo », qui transporte près de huit cents personnes, ne le voit venir que trop tard. Les deux locomotives se percutent violemment à la sortie de la gare de Saint-Marcellin. L’une des deux motrices se « lève » pendant que l’autre prend feu sous le choc. Cependant toutes les rames de voyageurs sont restées sur les rails. Bilan : 1 mort (le conducteur du train Corail), et environ 70 blessés.
    • Cet accident rappelle les circonstances de celui survenu en 1985 à Flaujac sur une voie unique.
    • Par la suite, les sémaphores de voie unique furent appuyés de crocodiles.
  • 3 décembre 1990. Chavanay (Loire) : un train de 22 wagons d'hydrocarbures déraille en plein centre du village aux alentours de 23 h 30.
    • Près d'une dizaine de wagons sont éventrés et s'enflamment aussitôt, dévastant tout sur une large superficie. Plusieurs explosions ont lieu et les pompiers mettront toute la nuit et jusqu'au petit matin pour éteindre le sinistre dans des conditions infernales. Plusieurs habitations ainsi qu'un garage automobile sont entièrement détruits. La chaleur de l'incendie a fait fondre les portes de garage plastifiées jusqu'à 30 mètres de distance.
    • De plus, des milliers de litres d'essence n'ayant pas brûlé se sont écoulés dans les égouts et nappes souterraines, engendrant une pollution majeure qui aura nécessité l'installation de stations de dépollution pendant plus d'un an. L'accident est semble-t-il dû à une roue d'un wagon qui se serait brisée peu avant une légère courbe, faisant dérailler le wagon et entraînant les suivants hors des rails.
    • Des clichés aériens pris le lendemain témoignent de l'ampleur de la catastrophe.
    • Par miracle, et bien qu'ayant eu lieu en pleine nuit, aucune victime humaine n'est à déplorer.
    • Par la suite, le plan d'équipement du réseau en détecteurs de boites chaudes(d'essieux)est revu à la hausse notamment à la sortie des raffineries d'hydrocarbures.
  • 22 février 1991. Millay (Nièvre) : collision entre un autorail assurant la liaison Dijon-Nevers et un camion-benne à un passage à niveau. 35 blessés.
  • 17 octobre 1991. Melun : nez à nez entre un train de nuit et un train de fret.
    • Le conducteur d’un train de marchandises, franchit un signal fermé et percute en nez-à-nez un train de nuit. Le conducteur avait bien observé une limitation de vitesse et avait réduit sa vitesse de 90 à 60 km/h. Il la stabilise alors, au droit du tableau d'exécution de la limitation. Peut-être oublie-t-il alors qu'il avait également franchi un avertissement (feu jaune) et devait continuer de freiner jusqu'à l'arrêt complet. C'est à la vitesse de 60 km/h qu'il franchit le signal fermé (carré). L'enregistrement de vitesse du train, fortement endommagé lors du choc, ne permet pas de savoir ce qui s'est passé au-delà du signal. Le bilan est lourd : 16 morts.
    • Cet accident eut pour conséquence la mise en place de nouveaux contrôles médicaux pour les mécaniciens et surtout la généralisation du KVB : il s’agit d’un système de contrôle de la vitesse, dispositif qui aurait détecté la vitesse anormale du train de fret à l’approche du signal fermé et aurait déclenché un freinage d'urgence.
  • 16 septembre 1992. Curis-au-Mont-d'Or (Rhône) : rattrapage d’un train Corail sur un train de marchandises. 1 mort.
  • 1er décembre 1993. Saint-Leu-d'Esserent dans l'Oise : déraillement suivi d’une collision. Une grosse pièce métallique avait été placée volontairement "pour voir ce que ça faisait" par un jeune homme de 16 ans sur la voie. Malheureusement le convoi dérailla au passage sur la plaque et percuta de plein fouet un train vide circulant dans l’autre sens. À la suite de cet accident, la SNCF décida de clôturer les abords des voies ferrées en Île-de-France, ce qui ne fut fait (en partie seulement ) sur la ligne Creil-Persan-Beaumont, où s'est déroulé cet accident, que dix ans plus tard. De fait, plus que l'absence de clôture, c'est la présence avant ou après travaux d'éléments divers servant à l'entretien de la voie qui pose problème. Le train déraillé était un autorail 425 chevaux qui, engageant le gabarit de la voie 2 suite au déraillement, fut percuté par un élément EAB (élément automoteur banlieue) normalement vide (W = Voyageurs Vide) mais qui ce jour-là acheminait quelques passagers jusqu'à Persan Beaumont suite à une rupture de correspondance à Creil. Il y eut 4 morts dont le mécanicien et plusieurs blessés graves dont une jeune fille qui restera tétraplégique.
  • 19 novembre 1993. Baillargues (Hérault) : déraillement d'un train Corail suite au non-respect d'une limitation temporaire de vitesse à 60 km/h sur une zone de travaux. L'accident a fait 30 blessés légers. On imputa le non-respect de la limitation de vitesse au choc psychologique subi par le mécanicien lorsque quelques heures auparavant, avec ce même train il avait percuté un piéton sur un passage à niveau à Castelnaudary. Depuis cet accident, lors d'un accident de personne, d'un suicide ou autre événement traumatisant, les mécaniciens des trains de la SNCF sont systématiquement remplacés sur les lieux de l'accident.
  • 8 septembre 1997. Port-Sainte-Foy : collision à un passage à niveau entre un autorail et un camion-citerne qui s'enflamma. 13 morts.

XXIe siècle

Années 2000

  • 8 mars 2000. Yonne : 3 agents sont tués par un TGV alors qu'ils effectuaient des travaux de maintenance sur la voie près de Pasilly.
  • 4 juin 2000. Chasse-sur-Rhône : déraillement du train VintimilleCalais au passage d’un coupon de rail posé sur la voie par un déséquilibré. 2 morts. La BB 26084 sera radiée à la suite de cet accident.
  • 30 août 2000. Paris. Déraillement d'une rame de métro à Notre-Dame-de-Lorette. 24 blessés légers.
  • décembre 2001. Lyon Saint Clair : rattrapage de deux trains de marchandises, du fait d'un câble de signalisation défectueux, indiquant la voie libre alors que l'autre convoi venait juste de le passer. Pas de victimes, mais une forte émotion dans la communauté ferroviaire.
  • 6 novembre 2002. Nancy : incendie dans une voiture du train de nuit Paris - Munich. 12 morts.
  • 27 janvier 2003. Saint-Dalmas-de-Tende : Sur la ligne de Tende, ligne à voie unique, une collision frontale dans le tunnel de la Biogna entre un train régional italien roulant à 72 km/h et un TER français roulant à 22 km/h fait deux morts : le conducteur et le chef de train italien en plus d'une soixantaine de blessés dont quatre graves, dans le train italien. L'accident est imputable à une fausse manœuvre au niveau du poste d'aiguillage français. La faible vitesse du train français est due à la pente défavorable et au fait que le mécanicien ait pu anticiper l'accident de quelques secondes et couper la traction[9].
  • 27 mai 2005. Francardo : une collision frontale entre deux rames du TER Corse fait 14 blessés.
  • 25 février 2006. Saint-Flour : La locomotive et trois voitures du train Paris - Béziers déraillent sur la ligne Béziers - Neussargues, faisant 2 blessés légers. L'enquête[10] a mis en évidence une rupture de rail et une politique de maintenance inadaptée.
  • 8 août 2006. Feignies : Suite à l'assoupissement du chauffeur, un poids-lourd allemand transportant une citerne de béton, s'écrase dans un train de fret à vive allure au passage à niveau (ligne Quévy-Haumont) situé sur la RN49 vers 2 heures du matin. Un mort des suites de ses blessures : le chauffeur, une maison éventrée, et des dizaines de wagons éparpillés aux alentours des voies.
  • 11 octobre 2006. Zoufftgen. Collision frontale, à la frontière luxembourgeoise de Zoufftgen en Moselle entre un train de marchandises et un train de voyageurs sur la ligne Thionville-Luxembourg. 6 morts et 1 blessé grave.
Article détaillé : Accident ferroviaire de Zoufftgen.
  • 5 avril 2007. Paris : un train de banlieue en provenance de Château-Thierry percute un heurtoir à faible allure en Gare de Paris-Est, faisant 58 blessés légers. Cause première : réalisation d'un freinage tardif[11].
  • 22 novembre 2007. Francardo : une collision frontale entre deux rames du TER Corse fait 24 blessés légers. L'enquête[12] mettra en évidence un défaut de communication ayant entraîné l'envoi d'un train sur une section déjà occupée.
  • 26 novembre 2007 : Un TER Bretagne assurant la liaison entre Saint-Malo et Rennes percute un poids-lourd au passage à niveau de Saint-Médard-sur-Ille, faisant 40 blessés.
  • 19 décembre 2007. Tossiat15 km de Bourg-en-Bresse dans l'Ain) : Un TGV assurant la liaison entre Paris et Genève percute un poids-lourd au passage à niveau de La Vavrette, faisant 1 mort et 35 blessés. Un convoi exceptionnel de travaux public, qui reliait le Puy-de-Dôme à l’Isère, aurait quitté la route nationale sur laquelle il était autorisé à circuler par arrêté préfectoral, pour effectuer une livraison qui n’était pas prévue. Le camion s’est ainsi retrouvé par erreur sur le passage à niveau. Son chargement s’est trouvé bloqué par le premier portique. Le chauffeur est alors descendu de sa cabine pour abaisser son chargement en actionnant des vérins, mais les barrières du passage à niveau se sont abaissées, et le train est arrivé avant qu'il n'aie le temps de terminer l'opération.
  • 2 juin 2008 : collision entre un TER (reliant Évian-les-Bains à Annemasse) et un autocar de collégiens au passage à niveau de Mésinges (Haute-Savoie) faisant 7 morts et 31 blessés[13].
  • 11 juillet 2008 : collision entre un Corail (reliant Lyon et Tours) et une camionnette au passage au niveau de Bengy (Cher) faisant 1 mort. Selon les premiers éléments dont dispose la SNCF "les deux demi-barrières étaient baissées, les feux routiers actionnés et la camionnette serait passée en chicane au milieu"[14].
  • 20 mai 2009 : à la veille des grands départs des congés de l'Ascension, lors d'un croisement dans le tunnel de Livernant, à Charmant, sur la ligne Paris - Bordeaux, un engin agricole forestier mal arrimé sur un train de l'opérateur privé ECR heurte violemment et éventre la locomotive d'un train de fret croiseur de l'opérateur public historique. Le mécanicien de la locomotive percutée est blessé au poignet. Le trafic, tant voyageur que fret, est très fortement perturbé pendant les journées suivantes, le temps de dégager le matériel accidenté et de remettre les installations fixes en état.
  • 3 juillet 2009 : un Téoz, assurant la liaison entre la gare de Paris-Austerlitz et Cahors est heurté à quinze kilomètres au sud de Limoges, par une remorque agricole et son chargement de foin qui a accidentellement dévalé une pente sur près de 500 mètres. La remorque percute le train entre la locomotive et la première voiture, les faisant dérailler ainsi que la seconde voiture. L'une d'elle est éventrée par l'essieu de la remorque. 13 personnes sont blessées dont 3 sérieusement.
  • 18 septembre 2009 : un TER circulant sur la ligne Marseille-Lyon déraille vers 17h30 entre Rognac et Berre-l'Étang (Bouches-du-Rhône) à cause des fortes pluies ayant provoqué une coulée de boue[15]. Le conducteur arrive à arrêter la circulation du sens opposé qui menaçait de percuter le convoi déraillé engageant l'autre voie de circulation (800 m de rails détruits). Six personnes sont légèrement blessées, ainsi que le conducteur. Le trafic normal est rétabli quatre jours plus tard.
  • 24 novembre 2009 : L'avant-dernier wagon d'un train de marchandises transportant du gaz liquide s'est couché sur le bas-côté à 200 m de la gare d'Orthez.
  • 20 décembre 2009 : Un train Transilien déraille sur la ligne C à hauteur de Choisy-le-Roi endommageant sérieusement 300 mètres de voies et caténaires, après avoir percuté un parpaing de béton tombé d'un pont lui-même percuté par un automobiliste. L'accident fait 36 blessés léger et un moyen (fracture).

Années 2010

  • 24 février 2010 : Déraillement d'un TER sur la ligne Laon-Paris, non loin du tunnel de Vierzy. Plus de peur que de mal, aucune victime, mais une grosse frayeur en souvenir de la catastrophe consécutive à l'effondrement du tunnel de Vierzy survenu le 16 juin 1972.
  • 14 décembre 2010 : Un TER percute un bus immobilisé sur un passage à niveau dans l'Yonne, à la suite d'une bagarre que le chauffeur a voulu arrêter. L'accident fait 18 blessés dont 1 grave.
  • 26 janvier 2011 : À 8 h 20, un transport exceptionnel routier tombe en panne sur un passage à niveau (PN222) entre Saint-Étienne et Roanne, dans la Loire. Le train 59448 est entré en collision avec les poutrelles d'acier que ces routiers transportaient. L'agent de conduite du train s'en tire avec un traumatisme crânien. Il s'agit du quatrième accident au mois de janvier sur un passage à niveau. L'agent dut sortir par le compartiment moteur et la cabine arrière.
  • 12 octobre 2011 : Collision entre un TER (rame B 82604) et un camion sur le passage à niveau de Saint-Médard-sur-Ille sur la ligne entre Rennes et Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). 2 morts et 48 blessés dont 6 graves[16],[17]. Il y avait déjà eu un accident en 2007 au même endroit entre un poids-lourd et un train de voyageurs provoquant une quarantaine de blessés.

Notes et références

  1. Jean-François Pérol, Lemouzi. La catastrophe de Pouch (1908), p. 382-390, 1976
  2. Le train en Poitou-Charentes - Tome 1 Yves Le Dret (ISBN 2-84702-111-6) (Éditeur : Les chemins de le mémoire)
  3. Courrier de La Rochelle, le 4 septembre 1920
  4. http://www.grande-guerre.org/chronologie.php?annee=1931
  5. Pierre Abramovici, Actualité : Juin 1961, Le Strasbourg-Paris déraille, revue Historia, n°689, 1 mai 2004
  6. Article sur l'accident du pont de l'Estanguet : [lire en ligne].
  7. http://www.la-traction-universelle-mediterranee.com/rubrique,l-accident-du-20eme-siecle,682876.html
  8. source : l'Humanité, numéros des 4 et 6 septembre 1990
  9. Rapport sur l'accident, Conseil général des Ponts et Chaussées.
  10. Rapport d'enquête BEA-TT
  11. Rapport d'enquête BEA-TT
  12. Rapport d'enquête BEA-TT
  13. Le Monde.fr : Six morts dans la collision entre un TER et un car en Haute-Savoie
  14. AlerteLCI.fr:Un Corail percute une camionnette:un mort. Consulté le 21 juillet 2008
  15. http://www.liberation.fr/societe/0101592075-orages-une-coulee-de-boue-fait-derailler-un-train
  16. [1]
  17. bilan des victimes selon l'AFP

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Liste des accidents ferroviaires en France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste Des Accidents Ferroviaires En France — Voici la liste chronologique des principaux accidents ferroviaires recensés en France. Sommaire 1 XIXe siècle 2 Années 1900 3 Années 1910 4 …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires en france — Voici la liste chronologique des principaux accidents ferroviaires recensés en France. Sommaire 1 XIXe siècle 2 Années 1900 3 Années 1910 4 …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires en Belgique — Liste des accidents ferroviaires en Belgique. Sommaire 1 XIXe siècle 1.1 31 mai 1858 : Havré (Ligne 118) 1.2 3 février 1889 : Groenendael (Ligne 161) …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires en Allemagne — Liste des accidents ferroviaires en Allemagne. Sommaire 1 XIXe siècle 2 XXe siècle 2.1 1971 1980 2.2 1991 2000 …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires aux États-Unis — Cette liste des accidents ferroviaires aux États Unis, est une liste non exhaustive, qui doit être complétée des principaux accidents survenus dans ce pays. Sommaire 1 Accidents par ordre chronologique 2 Notes et références 3 Voir aussi …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires en Italie — Liste non exhaustive des principaux accidents ferroviaires en Italie Sommaire 1 Liste chronologique 2 Notes et références 3 Voir aussi 3.1 Articles connexes …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents ferroviaires en Grande-Bretagne — La sécurité du transport ferroviaire britannique a régulièrement progressé, y compris depuis la réforme ferroviaire de 1994. Nombre d accidents de train significatifs par million de train km de 1971 à 2002/03. Liste des principaux accidents… …   Wikipédia en Français

  • Liste des accidents de métro — Cette liste des accidents de métro est une compilation non exhaustive d accidents de métro. Sommaire 1 Avant 1900 2 Entre 1900 et 1950 3 Entre 1950 et 2000 4 Après 2000 …   Wikipédia en Français

  • Liste d'accidents ferroviaires en Suisse — Cette liste d accidents ferroviaires en Suisse est une liste non exhaustive des accidents de chemin de fer survenus en Suisse. Sommaire 1 Introduction 2 Liste chronologique 3 Notes et références …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Principaux Accidents Ferroviaires — Cette liste chronologique des principaux accidents ferroviaires dans le monde recense les principaux accidents ferroviaires, de par leur notoriété, leur retentissement international et/ou nombre de victimes. Sommaire 1 1840 2 1850 3 1860 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.