Corail


Corail
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corail (homonymie).
Nom vernaculaire ou
nom normalisé ambigu :
Le terme «  Corail  » s'applique en français à
plusieurs taxons distincts.
Corail
Diploria labyrinthiformis, uncorail cerveau parmi d'autres
Diploria labyrinthiformis, un
corail cerveau parmi d'autres
Taxons concernés
La classe Anthozoa, à l'exception de :

Le corail est un animal de l'embranchement des Cnidaires, vivant généralement en colonies d'individus (les polypes), construisant tout au long de leur vie un squelette extérieur à partir de minéraux présents dans l'océan. Chez les coraux constructeurs de récifs, l'accumulation de ces squelettes forme un récif corallien. De nombreux coraux vivent en symbiose avec des végétaux unicellulaires : les zooxanthelles dans les mers chaudes ou d'autres espèces de phytoplancton dans les mers froides.

Sommaire

Habitat et répartition géographique

Répartition des récifs coralliens dans le monde


Comme en témoignent les fossiles, les coraux ont colonisé les mers il y a plusieurs centaines de millions d'années, y constituant l'un des puits de carbone les plus importants. Ce fossile d' Hexagonaria mirabilis trouvé à Ferques (Nord-Pas-de-Calais, France) provient de l'étage frasnien du Dévonien. (Collection Christian loones, Musée d'Histoire naturelle de Lille)
Les coraux vivent en compétition avec de nombreuses autres espèces, dont les éponges

Les trois plus grands récifs coralliens du monde sont situés en Australie, au Belize et en Floride (parc national de Dry Tortugas)[1]. Cependant, celui qui devrait être le plus ancien est celui de la baie de Kimbe en Papouasie-Nouvelle-Guinée : il concentre 60 % de la biodiversité des espèces de coraux.

Il est fréquent de croire que le corail ne se développe que dans les mers chaudes, y formant récifs et atolls. En réalité, les mers froides (large de la Scandinavie, de la Grande-Bretagne et de la péninsule Ibérique) hébergent aussi des récifs coralliens. Ces récifs sont très poissonneux, certainement la raison pour laquelle les marins du Nord connaissent leur existence depuis des siècles.

On trouve des récifs de coraux partout dans le monde, des régions tropicales à la Mer du Nord et à la Méditerranée. Ils vivent dans les mers chaudes d’Asie ou froides comme la Grande-Bretagne. On en trouve de 0 à 4000 mètres de profondeur. Au large de la Nouvelle-Écosse, des chercheurs ont découvert récemment des coraux dits d'eau froide qui peuvent vivre jusqu'à sept kilomètres de profondeur[2].

Les colonies de coraux ont la propriété de contribuer à fortement construire leur environnement et leur habitat. Ils constituent eux-mêmes un habitat pour de très nombreuses autres espèces.

Les différents types de coraux

Le mot corail est très ambigu car il désigne des organismes marins coloniaux appartenant tous à l'embranchement des Cnidaires, mais à des familles très différentes dont les exigences écologiques sont, de ce fait, très dissemblables.

Les animaux qu'on désigne sous le terme générique de corail peuvent appartenir à deux classes (ou super-classes) distinctes :

Les espèces du genre Millepora sont communément appelées coraux de feu (par exemple le corail de feu branchu Millepora alcicornis), en raison de leur fort pouvoir urticant.

  • Les Anthozoaires:
    • Zoanthaires (ou Hexacoralliaires) :
      • Les Scléractinaires (anciennement Madréporaires), encore appelés "coraux durs" car ce sont généralement des animaux coloniaux ayant un squelette minéralisé rigide. De formes et de tailles variées, ils sont très largement répandus dans les eaux côtières tropicales où ils forment des trottoirs (cas de la mer Rouge), des atolls (cas des îles polynésiennes) ou des barrières (cas de l'Australie). Ces colonies, sont le plus souvent inféodées à des eaux très éclairées (la lumière étant nécessaire aux algues symbiotiques). Ces animaux aiment les eaux chaudes mais supportent mal une trop forte température et, surtout, une forte pollution qui entraînent leur mort rapide, que l'on désigne sous le terme de blanchissement.
      • Les Antipathaires ou "coraux noirs" (par exemple Antipathes subpinnata en Méditerranée et le nord-est de l'Atlantique).
    • Alcyonaires (ou Octocoralliaires) :
      • Beaucoup d'entre eux (notamment des Alcyonacés) sont désignés par le terme générique de "coraux mous"
      • Le corail rouge, qui est un animal colonial proche des gorgones, appartenant au genre Corallium (espèce rubrum). Ce corail a généralement un exosquelette rouge vif, mais il peut parfois être plus clair, rose voire blanc. Cette espèce n'aime pas la lumière et on la trouve soit dans des grottes sous-marines, soit à une certaine profondeur (jusqu'à plus de 100 m parfois), en particulier dans les eaux méditerranéennes et, notamment, celles du bassin occidental.

Classification

Les coraux sont des animaux pluricellulaires (Eumétazoaires), de l'embranchement des Cnidaires, de la classe des Anthozoaires.

Au sein des Anthozoaires, ils peuvent faire partie des Alcyonaires (Alcyonacés = "coraux mous", mais tous ne le sont pas!), ou des Zoanthaires (Scléractiniaires = "coraux durs").

On peut séparer les coraux en deux catégories, suivant qu'ils hébergent ou non des algues symbiotiques dans leurs tissus :

  • les coraux hermatypiques vivent en symbiose avec des zooxanthelles, qui ont besoin de lumière, donc à faible profondeur ;
  • les coraux ahermatypiques, dépourvus de zooxanthelles, n'ont donc pas besoin de lumière et peuvent vivre en profondeur.

En aquariophilie récifale, on distingue également deux catégories de coraux durs (Scléractinaires) :

  • les coraux durs à petits polypes, en anglais : Small Polyps Stony corals ou Small Polyps Scleractinians (SPS), par exemple : Acropora spp.
  • les coraux durs à grands polypes, en anglais : Large Polyps Stony corals ou Large Polyps Scleractinians (LPS), par exemple : Euphyllia spp.

Longévité

Les colonies coralliennes semblent être les plus vieux animaux coloniaux vivants du monde. En tant que colonies, leur longévité dépasse de loin celle des tortues géantes des Galapagos, vivant plus de 200 ans, ou des palourdes quahog qui peuvent vivre plus de 400 ans. Certaines colonies auraient peut-être plusieurs centaines voire plusieurs milliers d'années selon certains experts[3],[4].

Symbolique

  • Les origines du corail selon la mythologie grecque

Dans les métamorphoses Ovide profite de l'histoire de Persée et d'Andromède pour donner une signification à l’origine de la nature du corail, tout comme il était de coutume à l’Antiquité d’expliquer par la mythologie les différents phénomènes scientifiquement incompris à l’époque.

Après avoir vaincu le monstre marin et sauvé la princesse Andromède, le héros Persée est acclamé par tout le peuple d’Éthiopie. Il prend alors bien soin de poser la tête de Méduse sur un lit de varech face contre sol afin que son pouvoir ne soit dangereux pour personne dans la foule. Mais le regard de de la Gorgone est éternel même après sa mort et il ne s’arrête pas à un lit d'algue. Il agit sur les végétaux alentour, les changeant en pierre. Ainsi Ovide explique que la propriété du corail, considéré comme un végétal à l'époque, de se durcir à l’air, d’une façon poétique et naïve.

[5]

Le corail se dit en grec 'Gorgeia', car Méduse était l'une des trois Gorgones.

  • Croyances et superstitions

D'une manière générale, selon la symbolique des pierres, il protège son possesseur, calme les émotions et rétablit la paix intérieure. il est le garant de récoltes fertiles et sert à éloigner la foudre des bateaux. Au moyen-âge on avait pour habitude de cacher dans sa bourse ou dans sa poche un morceau de corail qui devenait alors un talisman contre la sorcellerie.

En Chine Antique, les coraux étaient symbole de richesse et d’un statut social élevé.

Les Indiens d’Amérique considère le corail comme une pierre sacrée, il symbolise "l’énergie de la force vitale" et protège du mauvais oeil.

[6]

  • Le corail dans la tradition populaire

Les noces de corail symbolisent les 11 ans de mariage dans le folklore français.

Le corail en joaillerie

Le corail rouge (Corallium rubrum) et le corail du Japon (Corallium japonicum) sont les seuls à être utilisés en bijouterie.

Menaces

Certains coraux comme le corail rouge ont d'abord été menacés par leur exploitation pour la bijouterie, puis ils ont été victimes à la fin du XXe siècle du chalutage dans les zones froides et du plateau continental. Il s'y ajoute un dépérissement, à échelle planétaire, dit blanchissement des coraux, le corail perdant sa couleur suite à l'expulsion des zooxanthelles avec lesquelles il vit normalement en symbiose. Les causes encore mal comprises du blanchissement peuvent résulter de la conjonction de l'eutrophisation, la pollution, l'acidification de l’océan, les pesticides, les engrais, ou du réchauffement, voire d'un début de montée trop rapide des océans, ou localement de la présence de polluants issus de Munitions immergées, chacun de ces facteurs prenant une part plus ou moins importante selon la situation géographique. Certaines espèces peuvent survivre quelques mois après avoir expulsé leurs zooxanthelles (3-4 mois à Mayotte ; 7 mois en Floride).
L'impact des dépôts de sédiments apportés par une eau turbide est discutée. En effet, quand ces sédiments en suspension ne sont pas anormalement pollués, et au moins pour certaines espèces de corail, le corail récifal peut aussi parfois se nourrir de ces particules ; Si les récifs coralliens comptent parmi les écosystèmes marins les plus productifs au monde, alors qu'on les trouve souvent dans des eaux plutôt oligotrophes, c'est certes en raison de leur aptitude (notamment grâce à leur endosymbiose avec les zooxanthelles) à utiliser des ressources alimentaires variées (zooplancton, phytoplancton, matières organiques dissoutes), c'est peut-être aussi grâce à l'aptitude de certains coraux à les extraire de l'eau et les consommer.
La sédimentation est cependant un facteur de stress reconnu pour la plupart des coraux, en inhibant la plupart de leurs modes d'alimentation, de diverses manières dont en empêchant les algues symbiotes d'accéder à la lumière nécessaire à la photosynthèse. Des travaux récents montrent que des dépôts accrus de sédiments sur certains coraux (induits par leur morphologie) sont aussi utilisé par ces coraux pour se nourrir[7]. Un suivi de la cinétique de la matière organique de sédiments en suspension (par des marqueurs fluorescence) montre qu'ils sont ingérés par les cellules du corail Fungia horrida Dana 1846[7] (C'est la première preuve concrète de la capacité de certains coraux à ingérer et digérer la fraction organique du sédiment en suspension dans l'eau[7]. Quand il est propre, le sédiment pourrait avoir un rôle positif pour ces coraux[7], mais quand il est pollué, ils pourraient être encore plus vulnérables à certains polluants, souvent piégés sur ou dans le sédiment .

On a localement constaté une recolonisation par les zooxanthelles de coraux blanchis. La mortalité est considérée comme certaine quand une colonie blanchie a secondairement été recouverte par un feutrage d’algues filamenteuses, après quelques semaines ou mois. Les Acropores semblent les plus sensibles au blanchissement (30 % sont morts en 1991 dans l’Archipel de la Société).

En mer de Java, le taux de mortalité était de 80 à 90 % après l’épisode ENSO de 1983.

Fin 2006, au moins 40% des coraux de Martinique sont morts du blanchiment observé en 2005. Enfin, certaines études[réf. nécessaire] (probablement à confirmer) indiquent que les produits de protection solaire utilisés par les baigneurs seraient également responsables de la destruction des coraux, et ceci pour une part non négligeable. De plus, il est estimé que 32 à 72% des poissons des récifs des Caraïbes ont disparu entre 1955 et 2007[8], avec une réduction du stock de 2.5 à 6% par an depuis 1995.

En outre, les récentes invasions d'étoiles de mer dévoreuses de corail, des Acanthaster planci, contribuent à accélérer le phénomène, et semble être de plus en plus violentes et fréquentes.

Notes et références

  1. (en) Outdoor activities, National Park Service. Consulté le 17-12-2008
  2. GEO no 388 de juin 2011 p. 73
  3. C.D. Sciences-et-Avenir.com, « Corail: une croissance lente pour une longévité record », 24.03.2009. Consulté le 26 avril 2009
  4. Andrews, A. H. and DeVogelaere, A., Deep-sea Corals and How to Measure Their Age and Growth, [(en) lire en ligne (page consultée le 31 mai 2008)]
  5. * Ovide, Métamorphoses [détail des éditions] [lire en ligne] (IV, 663-764).
  6. Dictionnaire de l'ésotérisme
  7. a, b, c et d Rosenfeld, Bresler, Abelson ; Sediment as a possible source of food for corals ; Ecology Letters Volume 2, Issue 6, pages 345–348, November 1999, online: 25 Déc. 2001 ; DOI:10.1046/j.1461-0248.1999.00097.x ([Résumé, en anglais])
  8. Equipe internationale de biologistes

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Corail de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Corail — Coche Corail con varias libreas en una exposición. Datos Tipo Coche de pasajeros …   Wikipedia Español

  • corail — CORAIL. s. m. Sorte d arbrisseau qui croît dans la mer, qui durcit lorsqu il est tiré de l eau, et qui est ordinairement rouge. Corail rouge. Corail pâle. Corail blanc. Corail noir. Branche de corail. Un chapelet de corail. Des bracelets de… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Corail — is a French word which means coral. It may also refer to: Corail, Grand Anse, municipality in southwestern Haiti Corail Arrondissement, arrondissement in southwestern Haiti Corail (train), SNCF service train See also Korail, a South Korean train… …   Wikipedia

  • Corail — bezeichnet: eine Serie von Reisezugwagen der Französischen Staatsbahnen (SNCF), siehe Corail Wagen, die im Fern und mittlerweile auch Regionalverkehr eingesetzt werden einen Markennamen für Fernzüge der Französischen Staatsbahnen (SNCF), auch… …   Deutsch Wikipedia

  • Corail — (Париж,Франция) Категория отеля: 3 звездочный отель Адрес: 23 Rue de Lyon, 12 й округ: Берси …   Каталог отелей

  • corail — CORAIL, ou Coral. s. m. Sorte d arbrisseau qui croist dans la mer, & qui durcit lors qu il est tiré du fond de l eau, & est ordinairement rouge. Coral rouge. coral pasle. coral blanc. coral noir. branche de coral. chapelet, bracelets de coral.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • corail — Corail, Coralium. Une pierre semblable à corail, Coralochates …   Thresor de la langue françoyse

  • corail — 1. corail, aux [ kɔraj, o ] n. m. • 1416; coral av. 1150; lat. corallium, gr. korallion 1 ♦ Animal pluricellulaire primitif (cœlentérés, antozoaires) à orifice unique entouré de tentacules urticants, vivant le plus souvent en colonie arborescente …   Encyclopédie Universelle

  • corail — (ko rall, ll mouillées, et non ko ra ye) s. m. 1°   Production marine calcaire, remarquable par sa forme rameuse et souvent par sa couleur d un rouge éclatant. Collection de coraux. Le corail, fixé aux rochers sous marins, sous la forme d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CORAIL — s. m. Production marine, pierreuse et calcaire, qui a la forme d un arbuste plus ou moins rameux, et qui sert d habitation à certains polypes. La pêche du corail. Corail rouge. Corail pâle. Corail blanc. Corail noir. Branche de corail. Un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.