La Chanson De Roland

La Chanson de Roland

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roland (homonymie).
Huit moments de La Chanson de Roland sur une enluminure.

La Chanson de Roland[1] est un poème épique et une chanson de geste de la fin du XIe siècle attribué à Turold (La dernière ligne du manuscrit dit: Ci falt la geste que Turoldus declinet). Neuf manuscrits du texte nous sont parvenus, dont un (manuscrit d'Oxford) est en anglo-normand. Ce dernier, redécouvert par l'abbé de La Rue en 1834, est considéré par les historiens comme étant l'original[2]. L'auteur de cette chanson de geste est aujourd'hui encore inconnu. La Chanson de Roland comporte environ 4 000 vers en ancien français répartis en laisses assonancées, transmises et diffusées en chant par les troubadours et jongleurs. Elle relate, trois siècles après, le combat fatal du chevalier Roland (ou Hroudland), marquis des marches de Bretagne et de ses fidèles preux contre une puissante armée maure à la bataille de Roncevaux puis la vengeance de Charlemagne.

C'est un exemple classique de chanson de geste par le glissement de l'Histoire à la légende, et par la célébration épique des vertus de la chevalerie, de l'honneur féodal et de la foi.

Sommaire

Fondement historique

Statue de Roland à Brême (Allemagne)

Après une campagne en Espagne, l'arrière-garde de Charlemagne, menée par le gouverneur de la marche de Bretagne, Roland, doit faire face à une attaque surprise au col de Roncevaux dans les Pyrénées le 15 août 778. Selon le chroniqueur Eginhard les Francs sont massacrés jusqu'au dernier.

La plupart des historiens s'accordent maintenant pour dire que les chevaliers carolingiens ont, en fait, affronté la guérilla basque et non l'armée sarrasine.

En pleine époque de reconquête de l'Europe et de conquêtes en Orient, il est fort possible que le texte de La Chanson de Roland ait été écrit pour donner un fondement historique aux croisades, et transformer une guerre territoriale en guerre sainte.

Joseph Bédier (1864-1934) a aussi émis l’hypothèse que les principaux passages de la Chanson de Roland auraient été composés sur les routes du Saint-Jacques-de-Compostelle passant par le col de Roncevaux par les trouvères qui récitaient des fragments aux lieux de halte. Des analogies existent avec le Poema del mio Cid, le poème du Cid, écrit bien avant la Chanson de Roland, avec des influences de la poésie arabe de al-Andalus, les muwachahat. Elle est aussi mentionnée dans le codex Calixtinus ou Liber Sancti Jacobi (Livre de saint Jacques) (le IVe livre, Historia Karoli Magni et Rotholandi.)

En Catalogne, où son nom apparaît beaucoup dans la toponymie, Roland (Rotllà) est un puissant géant mythique. Au Pays basque, à Itxassou et dans le département du Nord existent deux lieux nommés Pas de Roland. Si en Pays basque, il s'agit d'un trou dans la roche, rond et vertical, qui résulte selon la légende d'un coup de sabot donné par le cheval de Roland qui lui ouvrit un passage pour fuir les Vascons ; dans le Nord, il désigne un lieu censé être une immense trace de sabot du destrier.

Les quatre parties de la chanson

La chanson peut être divisée en quatre parties :

1. La trahison de Ganelon : Ganelon, beau-frère de Charlemagne et beau-père de Roland, jaloux de la préférence de Charlemagne envers son neveu auquel l'empereur a confié l'arrière-garde de ses armées, trahit Roland. Il intrigue avec le calife Marsile, roi des Sarrasins pour s’assurer de la mort de Roland. Cette partie va de la laisse 1 à 79 dans la chanson.

2. La bataille de Roncevaux : Roland et son compagnon le chevalier Olivier meurent dans la bataille ainsi qu'un grand nombre de Sarrasins et de Francs. Cette partie va de la laisse 80 à la laisse 176.

3. La vengeance de Charlemagne sur les Sarrasins : Roland avait sonné du cor pour alerter Charlemagne mais quand ses armées arrivent pour secourir l'arrière-garde, le comte est déjà mort. Charlemagne venge alors son neveu en battant les Sarrasins. Cette partie va de la laisse 177 à la laisse 266.

4. Le jugement de Ganelon : Après la bataille, Charlemagne fait juger Ganelon qui est condamné à mourir écartelé. Cette partie va de la laisse 267 à la laisse 291.

Synopsis

Derniers vers de la chanson, où l'ange Gabriel vient annoncer à Charlemagne qu'il doit aller secourir d'autres chrétiens (texte en ancien français, édité par Léon Gautier)

Marsile, roi Maure souhaitant épargner sa ville Saragosse de l'avancée de l'armée des Francs, convient d'un traité de paix avec Charlemagne. Ce dernier se demande qui sera envoyé comme émissaire à Marsile, qui a une grande réputation de traîtrise. Celui qui sera envoyé courra donc un grand danger. L'empereur refuse que ses chevaliers préférés prennent ce risque. On décide enfin, sur proposition de Roland, d'envoyer Ganelon. Mais Ganelon, corrompu et haineux envers Roland, décide de trahir Charlemagne et propose un plan à Marsile. Marsile fera semblant de conclure la paix avec Charlemagne, qui se retirera. Roland commandera l'arrière-garde. Les Sarrasins attaqueront alors par surprise l'arrière-garde isolée. Une fois Roland, le plus vaillant des chevaliers de Charlemagne, tué, Ganelon considère que l'armée de Charlemagne ne vaudra plus rien. Marsile approuve le plan. Ganelon rejoint Charlemagne, qui se retire avec son armée. Roland prend comme prévu la direction de l'arrière-garde, tandis que Ganelon reste en compagnie de l'empereur.

Les Sarrasins attaquent Roland dans le défilé de Roncevaux. Le chevalier Olivier, grand ami de Roland, signale une large troupe sarrasine approchant l'arrière-garde. Il demande à Roland de sonner du cor (ou olifant) pour avertir Charlemagne. Roland préfère mourir en guerrier plutôt que de se déshonorer en appelant à l'aide (il avait un dicton qui disait: il faut toujours avancer et jamais reculer). Les hommes de Roland se battent contre une force (commandée par Marsile) vingt fois supérieure à la leur, et malgré la bravoure de ses hommes, l'arrière-garde de Charlemagne est exterminée. Lorsqu'il ne reste plus que soixante combattants, Roland fait sonner son olifant tellement fort qu'il explose(ses veines éclatent). Charlemagne, quant à lui, continue à s'éloigner avec le gros de l'armée, persuadé par Ganelon que le son du cor, qu'il entend, n'est pas un appel à l'aide.

Mais Charlemagne finit par soupçonner le pire et chevauche vers le lieu de l'embuscade. Pendant ce temps, tous les chevaliers de l'arrière-garde meurent, mais Roland et l'archevêque Turpin blessés arrivent à faire fuir l'armée maure avant de s'effondrer tous les deux.

Bataille de Roncevaux en 778. Mort de Roland, dans les Grandes chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet, Tours, v. 14551460, BNF

Roland a encore la force d'essayer de briser son épée Durandal contre un bloc de marbre, sans succès: la lame luit et flamboie sans s'ébrécher. Il s'allonge face à l'Espagne pour mourir et c'est alors que saint Michel, Chérubin et saint Gabriel emportent son âme vers le paradis.

Quand Charlemagne rejoint son arrière-garde, il est trop tard, Roland est mort et la bataille est terminée. L'armée de Marsile a subi de lourdes pertes, mais elle est renforcée par une immense armée représentant l'ensemble des peuples musulmans. Cette armée affronte l'armée de Charlemagne.

Il s'engage alors une seconde bataille, aux effectifs énormes (et totalement invraisemblables pour l'époque), mais littérairement moins célèbre que la première. Charlemagne détruit l'armée sarrasine avant de retourner à Aix-la-Chapelle. Là, il doit apprendre la triste nouvelle à la belle Aude, sœur d'Olivier et fiancée de Roland, qui meurt sur le coup à cette annonce.

Portée historique

Taillefer, combattant aux côtés de Guillaume le Conquérant à Hastings aurait entonné la Chanson de Roland pour galvaniser les troupes normandes. D'après de nombreux historiens, tout au long du XIe siècle et du XIIe siècle, les troupes françaises auraient régulièrement déclamé ce chant carolingien avant de livrer bataille. On raconte aussi que le roi Jean demanda un jour à ses soldats : « pourquoi chanter Roland s'il n'y a plus de Roland ? » Ce à quoi un homme répondit : « il y aurait encore des Roland s'il y avait des Charlemagne. »[2]

Personnages

  • Aude, fiancée de Roland et sœur d'Olivier.
  • Baligant, émir de Babylone ; Marsilion engage son aide contre Charlemagne.
  • Basan, baron franc, assassiné alors qu'il est ambassadeur de Marsile
  • Bérengier, un des douze paladins tué par les troupes de Marsile ; il tue Estramarin et est tué par Grandoyne.
  • Besgun, cuisinier en chef de l'armée de Charlemagne ; il garde Ganelon après la découverte de sa trahison.
  • Bramimund, reine de Saragosse ; capturée et convertie par Charlemagne après la chute de la ville
  • Briou, monseigneur de Courtechapelle, aide Ganalon
  • Charlemagne, roi des Francs (pas encore empereur) et des peuples germaniques ; son armée combat les Sarrasins en Espagne.
  • Ganelon, seigneur traître qui encouragea Marsile à attaquer les Français
  • Geboin, garde les Francs morts ; devient chef de la seconde colonne de Charlemagne
  • Godefroy, barbier de Charlemagne; frère de Thierry, défenseur de Charlemagne contre Pinabel.
  • Grandoyne, combattant pour Marsile ; fils du roi Cappadocien Capuel ; tue Gerin, Gerier, Bérengier, Guy Saint Antoine, et le duc Astorge; tué par Roland.
  • Hamon, commandant de la huitième division de Charlemagne
  • Lorant, commandant d'une des premières divisions contre Baligant ; tué par Baligant.
  • Marsile, roi maure d'Espagne ; Roland le blesse mortellement.
  • Milon, garde les morts francs pendant que Charlemagne poursuit les Sarrasins.
  • Ogier, un Danois qui mène la troisième colonne contre les forces de Baligant.
  • Chevalier Olivier, ami de Roland ; mortellement blessé par Marganice.
  • Othon, garde les morts francs pendant que Charlemagne poursuit les sarrasins.
  • Pinabel, combat pour Ganelon dans le combat juridique.
  • Roland, le héros de la Chanson ; neveu de Charlemagne ; chef de l'arrière-garde des forces franques ; tué par les troupes de Marsile en une lutte vaillante.
  • Thierry, combat pour Charlemagne dans le combat juridique.
  • Turpin, archevêque de Reims.
  • L'ange Gabriel, ange commettant de nombreux miracles pour les Francs.
Article connexe : Chevaux de la chanson de Roland.

Postérité

La Chanson de Roland inspira très tôt plusieurs poèmes en Europe. Elle fut traduite dès 1170 en haut-allemand par le père Conrad (« Rolandslieds »). Le poète Matteo Maria Boiardo composa un Roland amoureux au XVe siècle ; L'Arioste en fit une suite, sous le titre de Roland furieux (« Orlando furioso »), publié en 1516, qui a son tour inspira divers opéras, dont celui de Jean-Baptiste Lully, Roland (1685).

Notes et références

  1. La Chanson de Roland nouvelle traduction (1865) d'Adolphe Avril, numérisé en ligne par Google
  2. a  et b La Chanson de Roland, Éditions Chez Jean de Bonnot 1975

Voir aussi

Bibliographie

  • Adriana Kremenjas-Danicic (Éd.), Les Sentiers européens de Roland. Europski dom Dubrovnik, Dubrovnik 2006, (ISBN 953-95338-0-5).
  • Aline Laradji, La Légende de Roland : de la genèse française à l'épuisement de la figure du héros en Italie, L'Harmattan 2008, (ISBN 978-2-296-07027-1).
  • Hans-Erich Keller, Autour de Roland. Recherches sur la chanson de geste, Champion 2003, (ISBN 978-2-7453-0948-8).
  • Robert Lafont, La Geste de Roland. Espaces, textes, pouvoirs, L'Harmattan 1991, (ISBN 2-7384-0675-0).

Liens internes

Liens externes

  • Portail de la poésie Portail de la poésie
  • Portail des Pyrénées-Atlantiques Portail des Pyrénées-Atlantiques
  • Portail des Pyrénées Portail des Pyrénées
Ce document provient de « La Chanson de Roland ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Chanson De Roland de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chanson de Roland — Chanson de geste Chan son de geste [F., prop., song of history.] Any Old French epic poem having for its subject events or exploits of early French history, real or legendary, and written originally in assonant verse of ten or twelve syllables.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Chanson de Roland —   [ʃãsɔ̃drɔ lã], altfranzösisches Heldenepos, Rolandslied …   Universal-Lexikon

  • Chanson De Roland — La Chanson de Roland Pour les articles homonymes, voir Roland (homonymie). Huit moments de La Chanson de Roland sur une enluminure. La Cha …   Wikipédia en Français

  • Chanson de Roland — La Chanson de Roland Pour les articles homonymes, voir Roland (homonymie). Huit moments de La Chanson de Roland sur une enluminure. La Cha …   Wikipédia en Français

  • Chanson de roland — La Chanson de Roland Pour les articles homonymes, voir Roland (homonymie). Huit moments de La Chanson de Roland sur une enluminure. La Cha …   Wikipédia en Français

  • Chanson de Roland — Das Rolandslied (franz. La Chanson de Roland) (zwischen 1075 und 1110 entstanden) ist ein altfranzösisches Versepos über das heldenhafte Ende Rolands. Trotz des Namens handelt es sich nicht um einen liedhaften oder lyrischen Text, sondern um ein… …   Deutsch Wikipedia

  • Chanson de Roland, La — ▪ French epic poem English  The Song of Roland   Old French epic poem that is probably the earliest (c. 1100) chanson de geste and is considered the masterpiece of the genre. The poem s probable author was a Norman poet, Turold, whose name is… …   Universalium

  • Chanson de Roland — Fr. /shahonn sawonn deuh rddoh lahonn / (English, The Song of Roland), a chanson de geste (c1100) relating Roland s brave deeds and death at Roncesvalles and Charlemagne s revenge. * * * (English; Song of Roland ) Old French epic poem written с… …   Universalium

  • Chanson de Roland — Fr. /shahonn sawonn deuh rddoh lahonn / (English, The Song of Roland), a chanson de geste (c1100) relating Roland s brave deeds and death at Roncesvalles and Charlemagne s revenge …   Useful english dictionary

  • Chanson de Roland — ► LITERATURA VER Roland …   Enciclopedia Universal

  • Chanson de Roland — See the Song of Roland …   Medieval glossary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”