Front De L'Yser


Front De L'Yser

Front de l'Yser

Bataille de l'Yser
Inondation Ramskappelle.jpg
Inondations à Ramskappelle en 1916.
Informations générales
Date 16-31 octobre 1914
Lieu fleuve Yser, Belgique
Issue victoire franco-belge
Belligérants
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France
Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Commandants
Drapeau de la Belgique Albert Ier de Belgique
Drapeau de la France Amiral Ronarc'h
Flag of the German Empire.svg Général Beseler
Flag of the German Empire.svg Duc Albert de Wurtemberg
Forces en présence
Belgique:
4 divisions d'infanterie,
2 divisions de réserve
France:
1 division d'infanterie,
1 Brigade fusiliers marins
Armée Beseler
3e Corps de réserve

4e Armée (nouvelle)
22e Corps de réserve
23e Corps de réserve
26e Corps de réserve
27e Corps de réserve
(11 divisions)

Pertes
Belgique: 40 000 h.
France: 15 000 h.
Première Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Ouest

FrontièresLiègeAnversYserGrande RetraiteMarne (1914)Course à la mer1re MessinesNeuve ChapelleYpres (1915)Artois (05-1915)Artois (09-1915)LoosHartmannswillerkopfVerdunHulluchSommeCôte 70Arras (1917)VimyChemin des Dames2e MessinesPasschendaeleCambrai (1917)Cambrai (1918)MichaelAmiens (1918)LysAisne (1918)Bois BelleauMarne (1918)Château-ThierryHamelCent-Jours


Front italien
1re Isonzo2e Isonzo3e Isonzo4e Isonzo5e Isonzo6e Isonzo7e Isonzo8e Isonzo9e Isonzo10e IsonzoMont Ortigara11e IsonzoCaporetto (12e Isonzo)PiaveVittorio Veneto


Front de l’Est
StalluponenGumbinnenTannenbergLembergKrasnikLacs de Mazurie (I)PrzemyślVistuleŁódźBolimovLacs de Mazurie (II)Gorlice-TarnówVarsovieLac NarochOffensive BrusilovOffensive Kerensky


Afrique et Méditerranée
LaiSandfonteinTangaDardanellesNaulilaJassinGibeonBukobaSalaitaBeringiaNegomano


Batailles navales
1re HeligolandPenangCoronelFalklandsDogger BankGotlandJuttlandPas-de-CalaisDétroit de Muhu2e HeligolandZeebruges1er Ostende2e Ostende

Course à la mer
AlbertArras – La Bassée – Messines – Armentières – YpresYser


Le front de l'Yser a été ouvert en octobre 1914 et tiendra jusqu'à l'offensive libératrice de 1918. Du 17 au 31 octobre 1914 se déroule la bataille de l'Yser

Sommaire

La prise de commandement d'Albert 1er de Belgique

Exerçant une prérogative constitutionnelle, le roi des Belges prend personnellement le commandement des armées. Tenant bon à Anvers, il gêne l'offensive de la Marne mais les Allemands veulent gagner la mer à tout prix et Albert Ier se voit en danger d'encerclement. Il décide alors d'évacuer la ville et pousse les troupes vers l'ouest avec l'idée d'utiliser un fleuve côtier, l'Yser, qui servira de défense.

Le repli sur l'Yser

Le 18, le maréchal sir John French ordonne au corps expéditionnaire britannique d'avancer sur Menin, en Belgique, et sur Lille, en France, dans la première phase de la bataille de l'Yser.

Ce mouvement est anticipé par les Allemands qui avaient entamé une lente avancée quelques jours auparavant dans l'intention de capturer les ports sur la Manche, utilisés par les Britanniques. Le général Erich von Falkenhayn commandant l'armée impériale avait dépêché des renforts massifs sur le front de Belgique.

Dans leur secteur, les Britanniques, avec l'aide des Français, arrivent à résister à l'attaque allemande, mais à un terrible prix. Les forces belges se battent sur leur secteur avec l'énergie du désespoir pour contenir l'avancée allemande qui pilonne Anvers. Très occupés dans les autres secteurs, les français ont du mal à trouver des troupes de renfort pour aider les belges. Ils expédient d'urgence une division territoriale (la 87e) et la brigade de fusiliers marins nouvellement constituée et commandée par l'Amiral Ronarc'h. Après l'évacuation d'Anvers, les restes de l'armée belge se replient jusqu'à Gand où les attendent les renforts français. Gand ne pouvant tenir, ils effectuent ensemble un deuxième repli stratégique jusqu'à l'Yser où ils mettent la ville renforcée de Dixmude au centre du dispositif. Sur cette ligne renforcée ils arrêtent l'avance de l'armée allemande en lui infligeant des fortes pertes.

C'est le 15 octobre 1914 que l'ordre est donné. L'attitude est fixée comme suit : "La ligne de l'Yser constitue notre dernière ligne de défense en Belgique et sa conservation est nécessaire pour le développement du plan général des opérations. Cette ligne sera donc tenue à tout prix".

Le dispositif de défense

Le 18 octobre, le dispositif de l'armée belge est le suivant :

  • A l'est de l'Yser, 7 km au sud-est de Dixmude, la 1e Division de Cavalerie assurant la liaison du flanc sud avec les Français
  • Le long de l'Yser, du nord au sud :
    • La 2e Division d'Armée avec une tête de pont devant Nieuport sur la rive est,
    • La 1e Division d'Armée
    • La 4e Division d'Armée
    • La tête de pont de Dixmude tenue par une brigade de la 3e Division d'Armée et les Fusiliers Marins français sous le commandement de l'amiral Ronarc'h
    • Une brigade de la 5e Division d'Armée s'étendant du sud de Dixmude à Fort de Knocke (embranchement du canal de l'Yser à Ypres)
  • A l'ouest de l'Yser, du nord au sud, en 2e ligne :
    • La 3e Division d'armée (moins une brigade)
    • La 6e Division d'Armée
    • La 5e Division d'Armée (moins une brigade)
  • En 3e ligne, à Coxyde, la 2e Division de Cavalerie

Le dispositif d'attaque

En face se trouvaient les allemands de l'armée von Beseler comprenant le 3ème corps de réserve qui venait de faire tomber Anvers grâce à une très puissante artillerie. Le commandant en chef Erich von Falkenhayn de l'armée allemande était bien décidé à gagner la course à la mer en dépassant l'Yser. Pour cela il prit la décision de restructurer secrètement la 4ème armée allemande qui avait participé à la bataille en Lorraine sous les ordres du Duc Albert de Wurtemberg et qui était affaiblie. Une nouvelle 4ème armée, toujours confiée au Duc de Wurtemberg, comprenait 4 corps d'armée nouvellement constitués dans l'est de l'Allemagne :

  • 22ème corps de réserve,
  • 23ème corps de réserve,
  • 26ème corps de réserve,
  • 27ème corps de réserve.

De plus cette armée fut dotée d'une puissante artillerie. La 4ème armée fut transportée secrètement en Belgique du 11 au 18 octobre 1914. Elle était constituée de jeunes volontaires provenant en majorité des universités et des écoles de l'est de l'Allemagne, qui étaient parfois accompagnés dans leur engagement patriotique par les professeurs. Cette armée n'avait pu suivre qu'une instruction militaire très courte, elle avait une réelle ferveur patriotique mais elle n'était pas aguerrie. En dépit de la différence numérique, la 4ème armée ne parvient pas à enfoncer la ligne de défense.

Georges-Émile Lebacq, 1917 Front de l'Yser

L'ouverture des écluses

Néanmoins, la situation devenait intenable du fait de la différence des effectifs en présence. L'éclusier Henri Geeraerts suggère à l'état-major un moyen d'inonder la plaine pour stopper définitivement l'avancée de l'armée allemande. Il s'agit d'ouvrir des vannes des écluses à marée montante et de les refermer à marée descendante. Du fait du déséquilibre des effectifs en présence, constatant que la ligne de défense ne pourra tenir indéfiniment, le roi Albert de Belgique approuve l'opération qui est menée par le général Dossin.

L'ingénieuse proposition de l'éclusier a permis à l'armée franco-belge de s'établir solidement sur la rive occidentale du fleuve et de stopper l'avance de l'adversaire vers un objectif de grande valeur stratégique : Dunkerque. À l'exception de deux offensives sur Tervaete rapidement repoussées les 22, 23 et 24 octobre 1914, la ligne de l'Yser restera infranchissable pour l'armée allemande jusqu'à la fin des hostilités en 1918.

Le 19 octobre, le 1er corps britannique sous les ordres du général sir Douglas Haig, nouvellement arrivé, lance une contre-offensive contre l'armée allemande depuis ses positions dans les environs de la ville belge d'Ypres.

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Première Guerre mondiale Portail de la Première Guerre mondiale
Ce document provient de « Front de l%27Yser ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Front De L'Yser de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Front de l'yser — Bataille de l Yser Inondations à Ramskappelle en 1916. Informations générales Date 16 31 octobre 1914 Lieu …   Wikipédia en Français

  • Front de l'Yser — Bataille de l Yser Inondations à Ramskappelle en 1916. Informations générales Date 16 31 octobre 1914 Lieu fleuve Yser …   Wikipédia en Français

  • Yser —  Pour l’article homophone, voir Isère. Yser (IJzer) L Yser à Nieuport …   Wikipédia en Français

  • Front de l'Est (Première Guerre mondiale) — Pour les articles homonymes, voir Front de l Est. Front de l Est Défilé allemand à Riga en 1917 …   Wikipédia en Français

  • Yser (metro de Bruxelles) — Yser (métro de Bruxelles) Yser   …   Wikipédia en Français

  • Yser (métro de bruxelles) — Yser   …   Wikipédia en Français

  • Yser (métro de Bruxelles) — Yser Tour Taxis Caractéristiques Autres noms …   Wikipédia en Français

  • Front italien (Première Guerre mondiale) — Front italien Troupes italiennes sur l Isonzo Informations générales Date 23 mai 1915 4 novembre 1918 …   Wikipédia en Français

  • Front du Moyen-Orient (Première Guerre mondiale) — La Prise de Lone Pine, peinture de la bataille de Lone Pine ( …   Wikipédia en Français

  • Yser — Infobox River | river name = Yser/IJzer image size = 250px caption = Mouth of the Yser, seen from the air. origin = Nord mouth = North Sea coord|51|9|10|N|2|43|23|E|name=North Sea Yser|display=inline,title basin countries = Belgium, France length …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.