Course a la mer


Course a la mer

Course à la mer

Course à la mer
Race to the Sea 1914.png
Carte en anglais illustrant la course à la mer par ses points de jonction et les batailles significatives.
Informations générales
Date du 12 septembre au 15 décembre, 1914
Lieu France et Belgique
Issue Début de la guerre des tranchées
Belligérants
France France
Royaume-Uni Royaume-Uni
Belgique Belgique
Flag of the German Empire.svg Empire Allemand
Première Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Ouest

FrontièresLiègeAnversYserGrande RetraiteMarne (1914)Course à la mer1re MessinesNeuve ChapelleYpres (1915)Artois (05-1915)Artois (09-1915)LoosHartmannswillerkopfVerdunHulluchSommeCôte 70Arras (1917)VimyChemin des Dames2e MessinesPasschendaeleCambrai (1917)Cambrai (1918)MichaelAmiens (1918)LysAisne (1918)Bois BelleauMarne (1918)Château-ThierryHamelCent-Jours


Front italien
1re Isonzo2e Isonzo3e Isonzo4e Isonzo5e Isonzo6e Isonzo7e Isonzo8e Isonzo9e Isonzo10e IsonzoMont Ortigara11e IsonzoCaporetto (12e Isonzo)PiaveVittorio Veneto


Front de l’Est
StalluponenGumbinnenTannenbergLembergKrasnikLacs de Mazurie (I)PrzemyślVistuleŁódźBolimovLacs de Mazurie (II)Gorlice-TarnówVarsovieLac NarochOffensive BrusilovOffensive Kerensky


Afrique et Méditerranée
LaiSandfonteinTangaDardanellesNaulilaJassinGibeonBukobaSalaitaBeringiaNegomano


Batailles navales
1re HeligolandPenangCoronelFalklandsDogger BankGotlandJuttlandPas-de-CalaisDétroit de Muhu2e HeligolandZeebruges1er Ostende2e Ostende


La course à la mer désigne la dernière étape de la guerre de mouvement au début de la Première Guerre mondiale. Elle a lieu sur le front occidental de septembre à décembre 1914 à l'issue de la bataille de la Marne qui voit l'arrêt de l'offensive allemande et la consolidation du front ainsi obtenue de l'Oise jusqu'à la Suisse; les belligérants tentent de se contourner au nord par le flanc ce qui les conduit jusqu'à la mer du Nord.


Sommaire

Les tentatives de faire bouger le front entre Oise et Suisse

La bataille de l'Aisne

Article détaillé : Bataille de l'Aisne (1914).

Les chefs alliés ont du mal à admettre que la guerre, qui auraît dû être rapide grâce à la doctrine de l'offensive à outrance, s'enlise sur un front fixe. Dès la fin de la bataille de la Marne, du 15 au 17 septembre, les Ve et VIe armées françaises et le BEF essayent d'envelopper l'aile ouest des Allemands entre Oise et Aisne. L'armée allemande riposte et du 17 au 30 septembre, contient les offensives alliées, contre-attaque et stabilise le front entre Oise et Aisne. Jusqu'à la fin de 1914, les deux cotés s'efforcent de fixer mutuellement les effectifs de l'adversaire dans cette région par des attaques limitées, pour éviter qu'ils puissent alimenter la manoeuvre de débordement vers la mer du Nord.

La bataille de Saint-Mihiel

Par ailleurs, les Allemands espèrent isoler et investir la place forte de Verdun qui se trouve à la jonction entre l'aile marchante et l'aile fixe de l'armée française et sur laquelle elle s'appuie. A cet effet, du 20 au 25 septembre, ils lancent cinq corps d'armées de part et d'autre de la ville, le 13e et le 16e sur l'axe Varenne-Clermont dans l'Argonne d'une part et les 5e, 11e et 3e Bavarois entre Etain et Montsec. Ils s'emparent de Saint Mihiel et coupent les voies ferrées, le canal et les routes entre Bar-le-Duc et Commercy. Mais la défense française est trop forte et le front se stabilise. Toute action offensive dans cette région s'achève alors.

Les batailles de Picardie et de l'Artois

Des deux cotés, les grands états-major s'aperçoivent que la seule issue est d'essayer de déborder l'adversaire par le Nord-ouest entre Oise et la mer du Nord. Les Ve et VIe armées françaises et les Ie et IIe armées allemandes fixées de part et d'autre, il est nécessaire de former de nouvelles unités. Du coté allemand 18 corps d'armée et 4 corps de cavalerie constituent 3 armées, la IIe, VIe et IVe et un détachement d'armée. Du coté allié, 3 armées affluent vers ce nouveau théâtre la IIe, Xe et VIIIe avec le BEF et ce qu'il reste de l'armée belge sortie d'Anvers et qui s'est repliée sur une ligne Nieuport-Dixmude..

La première phase (25 septembre-4 octobre)

L'intervalle entre l' Oise et la mer du Nord est essentiellement tenu par des territoriaux français et quelques éléments de cavalerie. La IIearmée du général de Castelnau qui était en Lorraine est alors retirée, renforcée avec le 20e corps d'armée et envoyée au Nord de l'Oise grâce notamment à une manoeuvre de rocade essentiellement fondée sur le réseau ferré. De même, les Allemands ont ramenée la VIIe armée de Heeringen d'Alsace. Du 25 septembre au 4 octobre, les ailes montent en puissance et s'étendent progressivement vers le Nord grâce à l'apport de nouvelles troupes qui se font face mutuellement au fur et à mesure de leur arrivée. Lorsque la IIearmée atteint la Somme, elle s'étire dangereusement. Le commandant en chef envoie le général Maud'huy pour constituer la Xearmée au Nord de la Somme.

La deuxième phase (4-15 octobre)

Lorsque la Xe armée atteint l'Ancre, le 4 octobre, les Belges sont en grande difficultés. Anvers menace de tomber et le gouvernement belge qui y est réfugié demande à ses alliés de le soutenir directement. Le 9 octobre, la place tombe mais l'armée belge, aidée par la 7eDI et 4eDC britannique débarquées à Zeebruge et Ostende et 6000 fusiliers marins français de l'Amiral Ronarc'h, se replie dans la région d'Ostende-Nieuport-Dixmude. Par ailleurs, pour améliorer et raccourcir ses relations avec l'Angleterre, le Général French demande au général Joffre de faire transporter les troupes britanniques dans la région de Lille. Le 2e et 3e corps d'armée britannique précédemment inclus dans le dispositif français sur l'Aisne sont donc déployés respectivement dans la région de la Bassée et dans la région de Hazebrouck. Le BEF occupe donc le secteur qui sera le sien pour le restant de la guerre. Pour gérer cet ensemble multinational français, britannique et belge, le général en chef délègue le général Foch auquel il donne le commandement des IIe et Xe armées et qui y réussit parfaitement.

La troisième phase (15 octobre-fin décembre)

Au 13 octobre et du Nord au Sud, le dispositif assez disparate est constitué comme suit :

  • l'armée belge renforcée par la brigade de fusiliers-marins de l'amiral Amiral Ronarc'h qui tient la ligne Nieuport-Dixmude;
  • le corps de cavalerie de Mitry sur Passchendaele et la forêt de Houthulst;
  • deux divisions d'infanterie territoriale, la 87e et la 89e sous les ordres du Général Bidou qui tiennent Ypres;
  • l'armée britannique sur une ligne Zonnebeke-Givenchy, dans lequel est venu s'intercaler le corps de cavalerie de Louis Conneau dans la région de Fromelles;
  • la Xe armée française de Givenchy vers Arras.

L'ensemble des troupes françaises chargé de rétablir la liaison entre les Belges au Nord et les Britanniques au Sud, appelé à l'origine Détachement d'armée de Belgique, prend le nom de VIIIe armée, sous le commandement du Général d'Urbal, avec son chef d'État-major le Lieutenant-colonel Louis. Le 15 octobre, le général Joffre souhaite reprendre l'offensive en direction du moyen-Escaut. Les troupes alliées parviennent jusqu'à Ypres sans pouvoir dépasser la ville. De leur coté, les Allemands qui ont suivi et répondu à la montée en puissance des Alliés choisissent pour direction stratégique Calais, afin de couper l'armée britannique de son lien le plus direct avec l'Angleterre. Arrivés les premiers, ils prennent l'initiative. A cet effet ils lancent une offensive sur deux axes :

  • vers le Nord, le Prince de Wurtemberg et sa IVe armée, retirée du front de Champagne, renforcée par un détachement d'armée de commandé par le Général von Fabeck, soit au total 20 divisions, vise à repousser l'armée belge au delà de l'Yser.
  • vers l'Est, la VIe armée retirée de Lorraine commandée par le Kronprinz de Bavière et qui comprend 10 divisions, vise à disjoindre les Français et les Anglais dans la région d'Arras.

La Bataille de l'Yser

Le 15 octobre la IVe armée allemande presse les Belges le long de la côte sur l'Yser et les repousse sur la voie ferrée Dixmude-Nieuport. L'inondation de la région commencée le 26 octobre permet au troupes belges, aux fusiliers-marins de l'amiral Ronarc'h et à la 42e division française du général Grossetti, après douze jours de combat, d'arrêter la progression allemande.

La bataille de la Bassée ou la première bataille d'Ypres

Après une période d'avance en direction d'Ypres, les Alliés sont obligés de s'arrêter autour de la ville et forment ce qu'on appelle le "saillant d'Ypres". La VIe armée allemande attaque la position de toute part et avec des offensives de puissance croissante dès le 26 octobre puis le 6, 10 et 11 novembre. Les éléments dégagés de la bataille de l'Yser permettent aux belligérants de se livrer une course aux effectifs, mais aucun n'arrive à atteindre de supériorité numérique décisive. L'Empereur Guillaume II, qui attend beaucoup de cette offensive et qui s'est porté personnellement sur place le 27 octobre, regagne Luxembourg, le 1er novembre. Les deux cotés s'épuisent tant au plan du personnel qu'au plan des munitions. Peu à peu, les Allemands relachent la pression sur le saillant d'Ypres et vers le 17 novembre, s'arrête la "course à la mer". Le front se stabilise sur près de 700km sur une ligne allant de la mer du nord à la frontiére Suisse, traversant l'Artois, la Picardie, puis plus à l'est la Champagne et la Lorraine. En décembre 1914, on recense plus de 300 000 hommes tués et 600 000 blessés du côté français.

Conclusion

Avec la course à la mer s'achève toute velléité de guerre de mouvement de part et d'autre du front. Le front continu, de la mer du Nord à la frontière suisse ne varie plus de manière sensible. Les batailles de l'Yser et de la Bassée sont les prototypes des lourdes batailles à venir, très coûteuses et qui ne débouchent que sur des succès limités : le conflit s'enlise dans la guerre des tranchées.

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Première Guerre mondiale Portail de la Première Guerre mondiale
Ce document provient de « Course %C3%A0 la mer ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Course a la mer de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Course à la mer — Carte en anglais illustrant la course à la mer par ses points de jonction et les batailles significatives. Informations générales Date du 12 septembre au 15 décembre, 1914 Lieu …   Wikipédia en Français

  • Course À La Mer — Carte en anglais illustrant la course à la mer par ses points de jonction et les batailles significatives. Informations générales Date du 12 septembre au 15 décembre …   Wikipédia en Français

  • course — [ kurs ] n. f. • 1553; corse 1213; forme fém. de cours, d apr. it. corsa I ♦ 1 ♦ Action de courir; mode de locomotion dans lequel les phases d appui unilatéral sont séparées par un intervalle. ⇒ courir. Une course rapide. ⇒ galopade. Au pas de… …   Encyclopédie Universelle

  • course — COURSE. s. f. Action, mouvement de celui qui court. Course légère. Longue course. Course pénible. Il est léger à la course, vite à la course. Prendre les lièvres, les chevreuils à la course. Les courses des Jeux Olympiques, etc. La course des… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • course — Course. s. f. v. Action, mouvement de celuy qui court. Course legere. longue course. course penible. il est leger à la course. viste à la course. prendre les liévres, les chevreuils à la course. les courses des jeux olympiques &c. la course des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Course Croisiere Edhec — Course Croisière Edhec Quelques Grand Surprise sous spi à la 37e Edition …   Wikipédia en Français

  • Course croisière Edhec — Quelques Grand Surprise sous spi à la 37e Edition …   Wikipédia en Français

  • Course de l'EDHEC — Course Croisière Edhec Quelques Grand Surprise sous spi à la 37e Edition …   Wikipédia en Français

  • Course Aux Armements — Schéma d un ICBM mirvé : le missile Peacekeeper transporte plusieurs ogives W87 (en rouge). Une course aux armements a lieu lorsque plusieurs États rivalisent entre eux pour créer les forces armées les plus puissantes et les armements les… …   Wikipédia en Français

  • Course à l'armement — Course aux armements Schéma d un ICBM mirvé : le missile Peacekeeper transporte plusieurs ogives W87 (en rouge). Une course aux armements a lieu lorsque plusieurs États rivalisent entre eux pour créer les forces armées les plus puissantes et …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.