Ahmed Ben Miled
Ahmed Ben Miled
Ahmed Ben Miled.jpg

Naissance 2 mai 1902
Tunis
Décès 2 novembre 1994 (à 92 ans)
Nationalité tunisienne
Profession médecin
Formation Université de Paris
Distinctions Deuxième échelon de l'Ordre de l'indépendance (1989)
Famille Nébiha Ben Abdallah (1919-2009), épouse

Ahmed Ben Miled (أحمد بن ميلاد), né le 2 mai 1902 à Tunis et décédé le 2 novembre 1994, est un médecin, syndicaliste et homme politique tunisien. Figure du Parti communiste puis du Destour, il publie plusieurs études sur l'histoire de la médecine en Tunisie.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Né dans le quartier tunisois de Bab Jedid, il entre au kouttab en 1907 puis entame ses études primaires en 1909. Après un passage au Collège Sadiki en 1916 et au Collège Alaoui en 1918, Ahmed Ben Miled entre au Lycée Carnot de Tunis l'année suivante. Il travaillera durant six ans dans la boutique de son oncle sellier au souk Es Sarragine.

En 1911, il assiste aux événements de l'affaire du Djellaz et à l'enterrement du nationaliste Béchir Sfar en 1917. À l'âge de 17 ans, il séjourne durant une nuit en prison pour avoir interpellé le résident général de France en Tunisie de passage à l'Ariana. Adhérant à la Jeunesse socialiste, il assiste alors à des réunions de la SFIO en 1920. Il participe aussi à cette époque à la fondation du Club africain.

Militant de gauche

En 1921, il figure parmi les membres fondateurs du Parti communiste tunisien et préside quelques réunions du parti jusqu'en 1924. Il publie son premier article dans L'Avenir social où il continue de contribuer sous divers pseudonymes (Jadir, Cheïkh Zaman ou Hédi Kamel). En 1922, il devient ouvrier qualifié en broderie sur cuir et fonde l'année suivante la section syndicale des ouvriers selliers rattachée à la Confédération générale du travail. Il aide aussi à fonder une section syndicale pour les chaouachis. À l'occasion de ses activités, il rencontre le syndicaliste Mohamed Ali El Hammi.

En 1924, il est envoyé par son parti à Menzel Bourguiba pour défendre les ouvriers d'une briqueterie en grève dont quelques-uns sont arrêtés. Il est aussi présent durant les événements ouvriers de Bizerte pour encadrer une grève et se voit en conséquence arrêté sous l'inculpation d'« excitation au meurtre » et de « rébellion en nombre à main armé ». Alors que, selon L'Avenir social du 21 septembre 1924, « il prêchait le calme et que c'est grâce à son intervention que les provocations gouvernementales n'ont pas été suivies de représailles ».

Sorti de prison en 1925 à la suite d'une mesure d'amnistie, il démissionne du Parti communiste tunisien. Il passe alors avec succès les examens du baccalauréat et s'inscrit à la faculté de médecine de Montpellier puis, en deuxième année, à la faculté de médecine de Paris. Il y rencontre les étudiants marocains à la Grande Mosquée de Paris et contribue à la fondation de l'Association des étudiants musulmans nord-africains (AEMNA) dont il devient secrétaire général en 1928. En mai 1931, il assiste avec Slimane Ben Slimane, Bahri Guiga, Mustapha Baffoun, Sadok Boussofara et Habib Bourguiba au congrès de la Ligue française des droits de l'homme à Vichy[1].

Médecin engagé

En 1933, il publie sa thèse de médecine intitulée L'École médicale de Kairouan aux Xe et XIe siècles et obtient son doctorat avec mention. Il ouvre ensuite son cabinet de médecine ainsi que le dispensaire Ibn al-Jazzar à Halfaouine. En 1936, il participe à la désinfection du typhus à la mosquée Zitouna et dans les médersas de la médina de Tunis. Il donne aussi des cours d'hygiène à la Khaldounia pour les étudiants de la Zitouna jusqu'en 1946.

En 1937, il fonde l'association des scouts musulmans et rencontre Abdelaziz Thâalbi, rentré à Tunis le 8 juillet après un long exil, dont il devient le médecin personnel. Après avoir adhéré au Destour, il devient membre du comité exécutif, accompagne Thâalbi dans sa tournée politique dans les villages du Sahel tunisien et préside la commission économique du parti.

Durant les événements du 9 avril 1938, il héberge et soigne les manifestants blessés. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est médecin responsable du deuxième arrondissement dans le Comité de défense passive entre 1942 et 1943. Il assiste aussi Thâalbi durant sa maladie et ce jusqu'à sa mort en 1944 où il se voit élu membre du comité central du Destour durant le congrès tenu au mois d'août. En 1945, il conduit avec Salah Ben Youssef une manifestation de protestation contre les violences des tirailleurs sénégalais qui ont fait neuf morts et séjourne trois mois en prison.

Participant à l'organisation du congrès du Destour en 1946, destiné à réclamer le retour de Moncef Bey et l'indépendance du pays, il séjourne à nouveau en prison durant trois mois. Il mène ensuite une campagne avec le conseil de l'Ordre des médecins, les syndicats et la presse pour faire renoncer la résidence générale à son projet de démanteler l'Institut Pasteur de Tunis fondé en 1928 par décret beylical et intégralement financé par l'État tunisien. Par la suite, il donne des cours d'hygiène à l'École normale d'instituteurs et construit une école primaire mixte à Borj Touil qui continua de fonctionner après l'indépendance. En 1951, il fonde le journal L'Indépendance dont il prend la direction. En 1952, il participe à la délégation du Destour au sommet de l'Organisation des Nations unies tenu à Paris. Cela ne l'empêche pas de démissionner finalement du comité central du parti et de fonder le journal clandestin Commandos alors que les violences débutent après l'arrestation des leaders nationalistes.

Chercheur

Après l'indépendance, il devient médecin de la santé publique au dispensaire de Mellassine en 1957 et participe à la crise de Bizerte pour venir en aide aux blessés.

En 1972, il assiste au congrès international sur l'histoire de la médecine arabe et islamique organisé à Milan puis, dès 1975, cesse d'exercer la médecine pour se consacrer à la recherche scientifique. Reçu par le président de la République tunisienne Zine el-Abidine Ben Ali le 19 avril 1991, il lui remet un Coran vieux de 200 ans sur lequel, en 1920, les nationalistes prêtèrent serment lors de la fondation du Destour. Ahmed Ben Miled est décoré des insignes de commandeur de l'Ordre de l'indépendance en 1989 et reçoit le prix de la vulgarisation scientifique. En 1994, de son vivant, il reçoit la médaille du centenaire de Pasteur émise par l'Institut Pasteur de Tunis pour ses œuvres et son action en faveur de celui-ci.

Publications

  • Cinquante années de prépondérance française en Tunisie, éd. L. Blanquet, Paris, 1931
  • L'école médicale de Kairouan aux Xe et XIe siècles, éd. Jouve et Cie, Paris, 1933
  • Ibn Al Jazzar. Médecin à Kairouan, éd. Al Maktaba Al Tounisia, Tunis, 1936
  • Histoire de la médecine arabe en Tunisie, éd. Déméter, Tunis, 1980
  • M'hamed Ali, la naissance du mouvement ouvrier tunisien, éd. Salammbô, Tunis, 1984
  • Ibn Al Jazzar. Constantin l'Africain, éd. Salammbô, Tunis, 1987
  • Abdelaziz Thâalbi et le mouvement national, éditeur inconnu, 1991
  • Abdelaziz Thâalbi, L'histoire de l'Afrique du Nord (en collaboration de Mohamed Driss), éd. Dar al-Gharb al-Islami, Beyrouth, 1987

Références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ahmed Ben Miled de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ahmed Akaichi — (أحمد العكايشي), né le 23 février 1989 à Bizerte, est un footballeur tunisien évoluant au poste d attaquant. Il mesure 1,85 m pour 80 kg. Le 14 décembre 2009, il est appelé pour la première fois par Faouzi Benzarti à jouer au sein de la sélection …   Wikipédia en Français

  • Slimane Ben Slimane — Slimane Ben Slimane, né en février 1905 (le 6[1] ou le 13[2] selon les sources) à Zaghouan et décédé le 25 février 1986 à Tunis, est un médecin et homme politique tunisien. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Projet:Tunisie/Index — Accueil   Portail   Suivi …   Wikipédia en Français

  • Liste des articles concernant la Tunisie — Projet:Tunisie/Index Accueil   Café des Délices   Évaluation   …   Wikipédia en Français

  • Club Africain — (football) Pour les articles homonymes, voir Club africain. Club africain …   Wikipédia en Français

  • Club Africain (Football) — Pour les articles homonymes, voir Club africain. Club africain …   Wikipédia en Français

  • Club Africain (football) — Pour les articles homonymes, voir Club africain. Club africain …   Wikipédia en Français

  • Ibn Al Jazzar — Ibn Al Jazzar, de son nom complet Abū Ja far Ahmad Ibn Ibrāhīm Ibn Abī Khālid Ibn Al Jazzar (ابو جعفر احمد ابن ابراهيم ابن ابى خالد ابن الجزار), né vers 898 à Kairouan et décédé vers 980 à Kairouan, est un médecin de l Ifriqiya ayant vécu aux IXe …   Wikipédia en Français

  • Club africain (football) — Pour les articles homonymes, voir Club africain. Infobox club sportif Club africain …   Wikipédia en Français

  • Salah Farhat — Portrait de Salah Farhat Salah Farhat (المنصف ذويب), né le 26 juillet 1894 à La Manouba et décédé le 18 mars 1979 au Kram, est un homme politique tunisien. Il est l un des fondateurs du Destour, créé en 1920, après avoir milité dans le mouvement… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”