Ethnie


Ethnie

Une ethnie ou un groupe ethnique est un groupe humain possédant un héritage socioculturel commun, comme une langue, une religion ou des traditions communes. Le mot dérive du grec ancien εθνος qui signifie « peuple, nation » et est apparu en 1896 dans la langue française[1].

Selon Max Weber, l’ethnicité est le sentiment de partager une ascendance commune, que ce soit à cause de la langue, des coutumes, de ressemblances physiques ou de l'histoire vécue (objective ou mythologique). Cette notion est très importante sur le plan social et politique car elle est le fondement de la notion d'identité[2].

Elle est un concept important de l'ethnologie, mais sa pertinence est remise en cause par certains ethnologues[3]. L'imprécision du concept d'ethnie est illustrée, selon Jean-Pierre Chrétien, par des populations habitant la région des grands lacs africains, tels les hutus et les tutsis : « Voici des “ethnies” qui ne se distinguent ni par la langue, ni par la culture, ni par l’histoire, ni par l’espace géographique occupé » [4]

Sommaire

Histoire

Selon Jean-Loup Amselle, si au XVIe et XVIIe siècles, le terme "nation" équivalait en français à celui de "tribu", en revanche dans leur usage moderne, les termes d'« ethnie » et de « tribu » font plus spécifiquement référence aux différentes communautés linguistiques et culturelles d'Afrique, d'Océanie ou encore aux peuples que les Occidentaux ont regroupés sous le terme générique d'« Indiens d'Amérique ». Si le mot « ethnie » (de même que celui de "tribu") a acquis un usage massif en langue française depuis le XIXe siècle, au détriment d'autres termes comme « nation » c'est sans doute qu'il agissait de classer ces sociétés à part, en leur déniant la cohésion d'une nation. Durant la période coloniale, il convenait ainsi de définir les sociétés amérindiennes, africaines, océaniennes et certaines sociétés asiatiques, voire balkaniques, comme "autres" et "différentes", en les présentant comme des sociétés situées hors de "la" civilisation, le mot « civilisation » ne désignant que l'aire culturelle de « l'Occident chrétien »[5].

La notion d'« ethnie » a longtemps été le pendant sociologique de la notion de « race » (elle en est parfois encore l'euphémisme). Alfred Rosenberg, idéologue du parti nazi définit, dans ses livres tels Le Mythe du vingtième siècle, l'« ethnicité » (en allemand Volkstum ) comme un « organisme » quasi-biologique, « produit par la sélection naturelle » parmi les humains, ce qui ne correspond à aucune réalité génétique, biologique, historique, linguistique ou sociologique, mais a servi à définir, dans la doctrine nazie, des « peuples supérieurs » (auxquels cette supériorité proclamée conférait le « droit » d'agrandir leur « espace vital » au détriment d'autres peuples) et des « peuples inférieurs » (dont le statut ainsi arbitrairement défini « légitimait » l'asservissement et/ou l'extermination)[6].

Comme pour la « race », l'utilisation de la notion d'« ethnie » pose problème, parce que toute classification d'une population selon des clivages ethniques relève de critères nécessairement arbitraires: que faut-il retenir ? Uniquement la langue ? Une histoire commune ? Des origines communes (lesquelles) ? La religion ? De simples traditions, coutumes ? Tout cela à la fois ? Doit-on se référer au droit du sang (ancêtres communs) ou au droit du sol (un lieu de vie commun) ? Selon les critères choisis, l'« ethnie » ne sera pas la même...

L'usage colonial du terme « ethnie » n'est plus aujourd'hui réservé aux communautés linguistiques et culturelles africaines, océaniennes ou amérindiennes. Il peut désigner des communautés linguistiques, religieuses ou historiques et est souvent récupéré par les principaux concernés pour désigner leur propre communauté.

Les détracteurs de Jean-Loup Amselle nient l'utilisation par les anthropologues modernes de la définition coloniale du terme « ethnie »[7].

Vocabulaire associé

Certains mots ou néologismes sont directement hérités ou inspirés de la signification que revêt « ethnie » dans le vocabulaire des sciences sociales. En voici quelques-uns parmi les plus fréquemment rencontrés :

L’ethnogenèse est l’ensemble des faits et des idées qui concourent à la formation d'un peuple, en tant qu'ensemble d'individus partageant le sentiment d'une identité commune.

L’ethnohistoire est l’histoire d'une ethnie, en tant qu'elle construit sa propre identité dans la longue durée.

L'adjectif « ethnique » est parfois employé dans le sens de « relatif à des peuples ou cultures exotiques », il est considéré comme un mot porteur en marketing (marketing ethnique). Les campagnes y font donc volontiers référence de façon directe ou indirecte.

L’ethnisme est l’ensemble de liens qui réunissent des groupes d'individus ayant un patrimoine socioculturel commun, particulièrement la langue. Il a servi pour établir une catégorisation, sur la base de particularités sociales et au prétexte de différences d'origines raciales ou géographiques. Ce terme a été utilisé dans cette acception à propos de la Côte d'Ivoire, l'ethnisme de "l'ivoirité", et à propos du Rwanda et du Burundi (lire à ce sujet Le Défi de l'ethnisme de l'historien Jean-Pierre Chrétien qui rassemble des conférences qu'il a faites à partir de 1990).

L'ethnolinguistique est une discipline des sciences humaines qui se penche sur la variabilité linguistique à travers les différentes sociétés humaines et qui voisine dès lors avec la sociolinguistique et la dialectologie.

Les processus d'intégration inter-ethnique ont des dénominations différentes selon les pays, melting pot aux États-Unis, salad bowl (en) au Canada, mizzoug galouyot (intégration des seuls immigrés juifs) en Israël. Il n'y a pas d'unanimité quant au qualificatif désignant la pluralité ethnique: pluriethnique, multiethnique, polyethnique, voire multiculturel.

Catégorisation d'une population d'après l'appartenance ethnique

Certains pays recensent leur population suivant des critères ethniques ou nationaux.

Il peut s'agir de discrimination positive et de mise en place de mesures d'affirmative action comme le font les États-Unis pour ses minorités raciales, l'Inde pour la caste des intouchables, la République populaire de Chine envers ses diverses nationalités.

Les intentions du législateur ne sont pas toujours innocentes, comme on l'a vu au Burundi et au Rwanda. Ce dernier a pratiqué également une catégorisation de sa population, mise en place par l'administration coloniale belge, et maintenue jusqu'au génocide de 1994. La nouvelle constitution en 2003 abandonne toute référence aux ethnies Hutu, Tutsi et Twa, réprime toute discrimination basée sur l'ethnie (art. 11) et interdit aux formations politiques de se réclamer d'une ethnie ou d'un clan particulier (art. 54).

La catégorisation ethnique n'est pas nécessairement une action politique à fin discriminative. En Indonésie, la majorité des gens continuent à se définir d'abord par leur appartenance ethnique ou suku (Balinais, Javanais, Minangkabau), qui correspond à une identité et une langue régionale (bahasa daerah) dont l'existence est officiellement reconnue.

Canada

Au Canada, le terme « groupes ethniques » désigne les groupes sociaux issus de l'immigration qui ne font partie ni des deux « peuples fondateurs » (Anglais et Français), ni des « peuples autochtones » (Amérindiens, Inuit, Métis). Un autre terme a été introduit en 1995 dans la législation canadienne, celui de "minorité visible".

Chine

La constitution de la République populaire de Chine, dont tous les habitants ont, selon le droit du sol, la « citoyenneté chinoise », reconnaît en outre selon le droit du sang et selon le modèle soviétique, 56 « ethnies » appelées « nationalités » (小组民族 : xiǎozǔ mínzú = "nation groupée", ou 族 : pouvant signifier "clan", "groupe", "peuple", "ethnie", "tribu")[8], dont les Han, qui représentent 92 % de la population, mais sont eux-mêmes linguistiquement divisés, avec plusieurs dialectes, et plusieurs variantes régionales du chinois mandarin. Mentionnée, comme dans l'ex-URSS, sur la carte d'identité, l'identité ethnique permet, selon le gouvernement chinois, d'appliquer une « discrimination positive », afin de préserver la culture et la langue des peuples « non-Han ».

France

En principe, depuis la Révolution française, il n'y a en France métropolitaine qu'un seul peuple et les statistiques ethniques n'y sont pas autorisées (sauf en Nouvelle-Calédonie[9]). Toutefois, à l'initiative de l'Africagora, ainsi que de deux députés de l'UMP membres de la CNIL, un amendement au projet de loi sur l'immigration, adopté jeudi 13 septembre 2007 par la commission des lois de l'Assemblée nationale, propose d'autoriser les statistiques ethniques[10]. Dans l'état-civil, l'origine ethnique n'est pas indiquée et n'a d'ailleurs pas d'existence juridique[11]. Toutefois, des discriminations juridiques selon les origines existent aussi en France, non selon l'origine « ethnique » des citoyens, mais selon leur origine géographique, à travers l'obligation faite aux français nés hors du territoire métropolitain, de faire la preuve de la nationalité française de leurs ascendants, à chaque fois qu'ils doivent renouveler leurs documents d'identité. Par ailleurs, un enfant a toujours non seulement le nom, mais aussi la nationalité de ses parents : si un enfant nait à l'étranger de parents français, il est français, tandis que si l'enfant nait en France de parents étrangers, il sera étranger. Contrairement à une idée très répandue par les cercles xénophobes, la nationalité française n'est pas automatiquement conférée à tout enfant né en France : il faut en faire la demande, qui peut être acceptée ou refusée[12].

Hongrie

En Hongrie, la nationalité ethnique selon le droit du sang, dénommée nemzetiség (hu), est distincte de la citoyenneté étatique selon le droit du sol.

Inde

Il existe un débat entre sociologues et orientalistes spécialistes de l'Inde quant à l'applicabilité du concept de groupe ethnique aux castes. Certains ont développé la thèse d'une origine ethnique des diverses castes, qui auraient initialement été des groupes ethniques stratifiés par la domination politique de certains, qui se seraient érigés en castes supérieures, mais cette thèse est très controversée[13],[14],[15],[16], tout comme la thèse inverse qui affirme qu'une caste peut se transformer en groupe ethnique en quittant le sous-continent indien (cas possible des Roms[17]).

Indonésie

En Indonésie, le terme suku bangsa, qui signifie littéralement "partie de la nation", désigne un groupe dont les membres possèdent en commun notamment une langue, ou un groupe de langues proches, des coutumes et un territoire. Parmi les groupes les plus connus, on peut citer les Balinais, les Batak du nord de Sumatra, les Javanais, les Malais.

Israël

En Israël, deux termes existent pour désigner un groupe ethnique :

  • eda (pl. edot) pour les différents groupes ethniques juifs (parfois qualifiés de "tribus", shevatim, à l'instar des tribus juives bibliques) groupés par origine nationale (par exemple Geruzim, Juifs originaires de Géorgie, Sefardim, originaires d'Espagne, Ashkenazim originaire d'Europe centrale et orientale) ou infra-nationale (Urfalim, Juifs originaires de la région turque autour de la ville d'Urfa).
  • le'om, nationalité ethnique (Juif, Arabe, Druze, Circassien, Arménien etc.), qui diffère de la citoyenneté israélienne.

Roumanie

En Roumanie, la « nationalité » ethnique dénommée naţionalitate (ro), est distincte de la citoyenneté étatique (cetăţenie (ro)).

Union Soviétique

L'Union soviétique, à l'instar d'autres pays d'Europe centrale et orientale, distinguait la citoyenneté selon le droit du sol de la « nationalité » selon le droit du sang, dans le sens de groupe ethnique (« natsiïa ») : tous les soviétiques avaient la même citoyenneté, celle de l'URSS, mais appartenaient à des groupes ethniques différents (et parfois fictifs) également mentionnés sur leurs cartes d'identité. En employant des critères de définition arbitraires, l'ethnologie soviétique a tenté de manipuler les identités, soit pour diviser des groupes jugés trop importants (cas des Adyghés séparés des autres Circassiens, ou cas des Moldaves séparés des autres Roumains), soit pour rassembler artificiellement des groupes dont on voulait détruire l'identité (par exemple en comptant comme "Coréens" les colons japonais capturés en 1945 au Manchoukouo et déportés au Kazakhstan)[18]. En créant un complexe système d'entités territoriales prétendument "autonomes" mais d'échelons administratifs différents (de la république fédérée, telle l'Arménie, au simple arrondissement autonome, tel l'Artsakh inclus dans l'Azerbaïdjan, en passant par des "républiques autonomes" subalternes dans des républiques fédérées telles le Tatarstan ou la RSSA des Bachkirs en Russie), Staline s'est partiellement inspiré du système américain des états fédérés et des réserves indiennes, mais ce système discriminatoire, générateur de nombreuses frustrations, ne pouvait garder sa cohérence que dans un régime totalitaire, et avec la fin du totalitarisme, l'Union soviétique s'est fragmentée, comme divers analystes l'avaient d'ailleurs anticipé[19].

Notes et références

  1. (in Amselle, M’Bokolo, édition 1999, p. 14
  2. Économie et société, 1922
  3. (in Amselle, M’Bokolo, préface à la seconde édition de 1999)
  4. (in Amselle, M’Bokolo, 1985, p. 129
  5. Jean-Loup Amselle, 1999, Ethnies et espaces: pour une anthropologie topologique, in Au cœur de l'ethnie, Ethnie, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte&Syros, p. 11-48; Édouard Thouvenel, alors ambassadeur de France dans l'Empire ottoman, écrivit en 1852 à Napoléon III que « L'Orient est un ramassis de détritus de races et de nationalités dont aucune n'est digne de notre respect » (One War at a Time by Dean B. Mahin, p.96-97)
  6. Pierre Grosclaude, Alfred Rosenberg et le mythe du XXe siècle, éd. Sorlot
  7. Mariella Villasante Cervello, Christophe de Beauvais, Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel: problèmes conceptuels, état des lieux et nouvelles perspectives de recherche, XVIIIe-XXe siècles, L'Harmattan, 2007, 543 p. (ISBN 2296040241) [lire en ligne], p. 92 
  8. La liste figure dans les annexes des dictionnaires chinois-français, avec la liste des provinces : voir Wen Zongfu Petit dictionnaire chinois-français
  9. La CNIL a donné un avis favorable au recensement de 2009 pour la Nouvelle-Calédonie, qui fait apparaître « l'origine ethnique » des personnes. Ces données étaient enregistrées jusqu'en 1996, mais ne l'avait pas été pour le recensement de 2004. La CNIL rappelle une délibération de 2002, dans laquelle elle avait affirmé que « le recueil de l'appartenance ethnique des personnes, compte tenu des caractéristiques sociodémographiques propres au territoire de Nouvelle-Calédonie, répond à un motif d'intérêt public [...] »
  10. Un amendement au projet de loi sur l'immigration autorise la statistique ethnique Le Monde, 13 septembre 2007.
  11. L'article 8 de la loi Informatique et libertés de 1978 interdit «de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques»: Un amendement au projet de loi sur l'immigration autorise la statistique ethnique Le Monde
  12. Ministère des Affaires étrangères et Européennes, France-diplomatie, « La nationalité française » sur [1]
  13. Louis Dumont, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, 1966 ISBN 2-07-028649-5
  14. Michael Bamshad et al, « Genetic evidence on the origins of Indian caste populations », dans Genome Research, vol. 11(6):994-1004., septembre June [texte intégral (page consultée le 2006-12-08)] 
  15. Stephen Knapp, « Death of the Aryan Invasion Theory ». Consulté le 8 décembre 2006
  16. David Frawley, « Solid Evidence Debunking Aryan Invasion ». Consulté le 8 décembre 2006
  17. R. C. Majumdar et A. D. Pusalker (dir.): An Advanced History of India, MacMillan, 1967, et Sailendra Nath Sen, Ancient Indian History and Civilization p. 205 à 207.
  18. Н.Ф. Бугая (Nikolaï Feodorovitch Bougaï): Корейцы Союза ССР в ХХ веке. История в документах (Les Coréens d'URSS au XX-ème siècle; histoire et documents). Мoscou, 2003
  19. Андрей Алексеевич Амальрик (Andreï Amalrik): L'Union soviétique survivra-t-elle en 1984 ?, Fayard, 1970, et Hélène Carrère d'Encausse, L'Empire éclaté, Fayard 1979

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Filmographie

  • Ethnies et « nation » en Chine, conférence donnée par Joël Thoraval à l'Université de tous les savoirs le 7 janvier 2003, Service du Film de Recherche Scientifique, Vanves ; Cerimes, 2006, 67' (DVD)

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ethnie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ethnie — Ethnie …   Deutsch Wörterbuch

  • ETHNIE — C’est un truisme d’affirmer que la question de l’ethnie est au cœur de l’anthropologie et qu’elle est constitutive de sa démarche. Pourtant, il est aisé de constater que cet objet d’investigation n’a pas suscité, jusqu’à une période récente, un… …   Encyclopédie Universelle

  • Éthnie — Ethnie Une ethnie est un groupe humain possédant un héritage socioculturel commun, comme une langue, une religion ou des traditions communes. Elle diffère en ceci du concept de race qui partage des caractéristiques biologiques et morphologiques… …   Wikipédia en Français

  • Ethnie — (die ethnische Gruppe) oder Ethnos (von griechisch ἔθνος, éthnos, „Volk, Volkszugehörige“) ist ein Begriff aus der Ethnologie. Ethnologen fassen mit diesem Begriff benannte Populationen von Menschen zusammen, die Herkunftssagen, Geschichte,… …   Deutsch Wikipedia

  • Ethnie — Ethnie: Das Fremdwort mit der Bedeutung »Menschengruppe, Volk oder Stamm mit einer einheitlichen Kultur« ist eine zu griech. éthnos gehörige Bildung, deren genaue Herkunft unbekannt ist. Vgl. ↑ ethno..., ↑ Ethno …   Das Herkunftswörterbuch

  • Ethnie — Volksgruppe; Ethnizität; ethnische Gruppe; Volk; Stamm (derb) * * * Eth|nie 〈f. 19〉 Stamm, Volk od. Volksgruppe [<grch. ethnos „Volk“] * * * Eth|nie [auch: ɛtni̯ə ], die; , n [zu griech. éthnos = Volk(sstamm) …   Universal-Lexikon

  • Ethnie — Eth|nie 〈f.; Gen.: , Pl.: n〉 Volksstamm, der in kultureller, sozialer, historischer u. genetischer Hinsicht eine Einheit bildet; einer anderen Ethnie angehören [Etym.: → ethno…, Ethno…] …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • Ethnie — Eth|nie die; , ...ien <aus gleichbed. nlat. ethnia zu gr. éthnos »Volk, Volksstamm«> Menschengruppe mit einheitlicher Kultur …   Das große Fremdwörterbuch

  • Ethnie — Eth|nie , die; , ...ien <griechisch> (Völkerkunde Volk, Stamm) …   Die deutsche Rechtschreibung

  • Ethnie —    см. Этнос …   Философский словарь Спонвиля


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.