Occident chretien

Occident chrétien

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Occident (homonymie).

L'Occident chrétien désigne à la fois :

  • la zone géographique correspondant aux terres occupées par les peuples se réclamant de l'Occident
  • la religion qui, par le biais de l'évangélisation, s'efforce de regrouper l'âme de ces peuples.
L'union de l'Austrasie et de la Neustrie engendra
l'occident chrétien médiéval

Cet article décrit l'histoire de ce concept, bien vivace dans les conceptions du monde de la papauté, en des termes à la fois géographiques et géopolitiques.

Sommaire

Origine du concept

Confrontés à des adversaires pénétrant leur zone géographique sanctuarisée, les barbares traversant les limes romains d'abord, le monde arabo-musulman ensuite, les Papes n'auront de cesse de protéger leur zone d'influence contre ceux qu'ils nomment pêle-mêle les païens ; ils conférent le titre d'Empereur de l'Occident à divers souverains de stature, qui y trouvèrent en échange une sacralisation de leur pouvoir séculier sur des populations polyglottes, que seule la religion pouvait rapprocher.

Les plus connus sont Charlemagne et Charles Quint; Clovis ne fut "que" Roi.Ce sont les plus connus.

Situations géostratégiques

Des temps barbares aux Carolingiens

Graduellement, par un retour à la langue grecque, l'empire byzantin successeur de l'Empire romain d'Orient s'éloigne donc de son origine et suit son évolution propre. Ceci mènera au grand schisme d'Orient.

  • 500 : le premier royaume unifié prometteur pour l'église vaticane est le royaume wisigoth. Les wisigoths étant adeptes de l'arianisme, des évêques catholiques s'emploient à les convertir au culte apostolique et romain. Mais le royaume disparaît en 711.
  • L'expansion de l'islam perceptible de sa fondation jusque Poitiers saisit le christianisme, qui y perd la moitié des terres sur lesquelles il s'était installé comme seul monothéisme : c'est la raison pour laquelle les géographies de l’Occident chrétien et Occident romain ne coincident pas. La vision du triomphe de la Foi annoncée par Saint-Augustin entre en crise profonde de ce fait.

Vers l'Occident lié au catholicisme

En 924 meurt le dernier empereur titré d'Occident.
La chrétienté est divisée ; l'Occident est désormais catholique et l'Orient orthodoxe. Bien longtemps auparavant, le cordon brûlait entre Rome et les églises chrétiennes d'Orient; Rome convoitait notamment les reliques christiques amassées à Constantinople sur les Lieux Saints lors des batailles menées au Proche-Orient lors du IVe siècle.

L'Occident du XIe siècle, lui, est morcelé politiquement (nombreux royaumes et principautés) mais uni par la religion. Le latin en est la langue liturgique et culturelle. De cette unité part une volonté conquérante.
Entre temps, l'apparition de l'Islam sur les frontières de l'Occident l'a fait percevoir comme sa Némésis. Les papes veulent à tout prix maintenir l'accès aux lieux saints, désormais menacé(les pèlerins sont rançonnés ou tués). Cette lutte est aussi l'occasion de fédérer les puissances étatiques dans une guerre commune.
Ceci va lancer l'époque des états latins d'Orient.
La dernière partie de la Reconquista de l'Espagne sur les Maures sera également perçue à compter de 1212 comme une croisade (cruzada) avec l'appui des Rois Catholiques jusque les guerres de Grenade.

Un Occident chrétien en expansion

  • la geste des Croisés
    • la quatrième croisade, détournée, révèle un but inavoué de Rome concernant sa rivalité de longue date avec Byzance ;
    • en 1291 tombe Saint-Jean-d'Acre; l'échec des croisades en Terre Sainte est globalement imputé à l'absence de considérations géostratégiques suffisantes de la part de leurs instigateurs. Les adversaires rencontrés en route avaient une meilleure connaissance du terrain et de ses vicissitudes, notamment la ressource stratégique des points d'eau dans les zones désertiques.
    • La perte de Saint-Jean-d'Acre constitue la fin de la période d'expansion vers le Sud. Les Papes abandonnent l'idée de lutter de manière armée contre le monothéisme le plus récent apparu sur la scène du monde : l'apparition de l'Islam pendant le Moyen Âge en Occident leur avait inspiré une tentation unificatrice, en lançant la guerre sainte : cette aventure s'achève, et chaque souverain des royaumes originaires des croisés va devoir gérer, parfois difficilement, le retour des chevaliers des trois ordres militaires fondés en Terre sainte; l'unité rêvée par la papauté est perdue.
    • De retour de Terre sainte, et les Ordres militaires font l'objet d'un repositionnement :
      • l'Ordre teutonique devient l'acteur prépondérant des croisades baltes, dirigées depuis la Scandinavie et l'Europe orientale contre des peuples hostiles à la christianisation: il parvient à y fonder un État.
      • le Temple fait l'objet d'un procès en France et d'un bannissement jusque ses terres conquises de haute lutte en Espagne (procès en sorcellerie du culte du Baphomet): il disparaît à l'occasion de grands troubles.
      • les ordres de la Reconquista sont rattachés à la couronne de Castille : ils sont satellisés.
  • En Espagne, les pèlerins réalisent une symbiose avec les savoirs obtenus au contact du dit adversaire sur cette frange de l'Occident chrétien; l'entreprise de la Reconquista se termine avec succès : avec les découvertes de l'année cruciale, la papauté trouve une nouvelle mission civilisatrice, puisque la surface des terres évangélisables explose littéralement (représente le double de l'extension conjointe de l'Occident chrétien médiéval et du monde arabo-musulman réunis): Cette mission est confiée aux Espagnes au travers du Traité de Tordesillas, qui va mener au monde des colonies.

De l'Occident chrétien à l'Europe des nationalismes

  • L'Italie de la Renaissance italienne a été ravagée par les guerres, ceci confirme la fin du rêve fusionnel. Cette fois, l'Europe entière se déchire : le Vatican se joint aux alliances des Ligues pour lutter dans le sang contre la Réforme.
  • Les colonies d'Amérique du Sud furent le prodrome d'une extension importante de la religion catholique.
  • Lentement, la prééminence de l'Europe sur le monde prend le pas sur l'idée d'Occident ; la consolidation de la souveraineté des états prime sur l'unité de la chrétienté ; le droit divin impactant un culte de la personnalité envers le Roy en France, Monarque absolu pour son peuple, achève de détacher les pouvoirs spirituels de ceux assurant la gestion des États : vient aussi l'époque du despotisme éclairé.
  • Le catholicisme, qui avait résisté à toutes les hétérodoxies jusqu'alors, ne peut faire face au phénomène exacerbé des nationalismes.

Vers une Europe laïque

les Empires coloniaux européens en 1945

Les apports de la Révolution française mettent fin à l'Ancien Régime féodal dans les pays d'Europe, non sans constipation; en tant que premier des trois ordres, le clergé est directement concerné dans ses possessions.

L'extension de l'hégémonie européenne atteint son apogée au cours du XIXe siècle ; elle s'accompagne des missions évangéliques des pères blancs pour christianiser le monde.

Les migrations liées aux persécutions religieuses sur le Vieux Continent amènent l'émergence d'un second prodrome qui n'est pas d'obédience catholique : il s'agit du monde anglo-saxon, dont les sources idéologiques sont l'anglicanisme et le puritanisme.

En 1905, l'Etat français applique la laïcité au domaine religieux; cette abolition de toute religion d'État sera suivie avec des succès divers au travers du continent.

Avec la décolonisation, les pays impérialistes connaissent graduellement le désenchantement du monde, et se replient sur les questions que leur posent les populations des métropoles. Les mouvements artistiques les relaient.

Libérée de son pouvoir temporel par le surgissement de l'État italien, l'Église catholique mène une réflexion au travers du Concile Vatican II.

Déclin du concept

L'Europe est désormais portée par l'économie, l'universalité de son mode de pensée est entérinée par son expansion au sortir du colonialisme ; son identité ne provient plus du rattachement à un noyau identitaire lié à l'occident chrétien. [réf. nécessaire]

Le catholicisme a connu la crise moderniste. La problématique de l'Église catholique devient contemporaine, et ne se règle plus ni par les armes ni par la conquête des âmes par le biais des missions. Contrairement aux chapitres antérieurs, l'évolution de l'Occident chrétien n'est donc plus une question de situation géostratégique. [réf. nécessaire]

Parallèlement, la pensée humaine s'est libérée du dogme (conceptions de Nietzsche sur les religions, critique de Kant sur la téléologique rendant caducs les desseins temporels de l'Église, apparition de la laïcité) et n'a plus de référence à la théologie.

Désormais, l'Occident désigne un ensemble de pays ou de régions qui ont une identité commune: des pays capitalistes, de religion chrétienne et de tradition démocratique et libérale. Le Japon apportant dans cette sphère l'exception en terme religieux, l'identité occidentale contemporaine ne reposerait donc plus sur la religion, mais sur les Droits de l'homme, et surtout un certain niveau économique et de vie.

Le monde est multipolaire, et se regroupe par proximités géographiques plutôt que par affinités. Les populations de l'aire géographique occidentale ne se considèrent plus sous le spectre de la religion: ceci met fin à l'association des deux termes <<occident>> et <<chrétien>> dans l'esprit des peuples.

L'Occident chrétien cesse donc de porter des valeurs unificatrices [réf. nécessaire].
Pour de bon ?...

Postérité

L'héritage historique de ce concept s'est prolongé par le symbole, à compter du XIXe siècle ; il se poursuit également par un débat contemporain.

Symbole

L'emploi symbolique de la croix se retrouve dans des motifs extrêmement variés; il n'est plus uniquement lié à l'idée religieuse de chrétienté; dans le domaine idéologique, il renvoie à l'Occident chrétien tel que véhiculé dans la mémoire collective.

Débat

L'Occident chrétien est examiné de manière contemporaine, et surtout au travers d'une réinterprétation de ses origines. 1700 ans après les faits, la geste de Constantin en faveur de l'avènement au pouvoir de l'église chrétienne face aux temples païens est l'objet d'une attention toute particulière dans le cadre de plusieurs ouvrages traitant autant de philosophie rétrospective comme d'identité européenne (voir bibliographie).

En première instance, le présupposé d'une telle interprétation est un amalgame : celui des terres de l'Occident chrétien médiéval avec l'Europe occidentale, voire l'Europe tout entière.
  • Cet examen a lieu à propos du débat concernant le fait de proclamer, ou non, les "racines" chrétiennes dans la constitution européenne. Le pape Benoît XVI s'est exprimé, à l'occasion de ce débat d'idées, en considérant que l'Europe se livrait à une véritable apostasie d'elle-même lorsque, dans leur large majorité, les Européens ont cessé d'aller à l'office religieux, ayant relégué le thème confessionnel sur le plan individuel[réf. nécessaire].
  • Pour sa part, Michel Onfray, dans le cadre du cycle en cours sur la contre-histoire de la philosophie, a examiné les contributions de Paul de Tarse et de Constantin, l'un pour apporter le concept d'universalisme au paléochristianisme et l'autre pour avoir, selon lui, favorisé l'instauration d'une religion d'État dans l'Empire romain d'Occident à la veille de son effondrement, et précipité la fin d'un humanisme païen éclairé qui caractérisait les classes aisées impériales, basé sur la tolérance des cultes polythéistes. Michel Onfray s'appuie sur la destructions de temples et de bibliothèques païennes, les chrétiens nouvellement parvenus au pouvoir prenant leur revanche après 312 pour gommer le passé et les écrits de leurs opposants idéologiques (stoïcisme et épicurisme, en particulier).
  • Ces allégations sont bel et bien absentes du dernier ouvrage de Paul Veyne, qui affirme a contrario que la conversion de Constantin ne concernait que lui-même, et uniquement dans les sphères de pouvoir dévolues à la fonction impériale, certes très étendues : il aurait mis fin au culte des empereurs [1] puisque sa conversion au christianisme rendait incompatible un tel culte à sa personne, aurait rendu minoritaire mais toléré les cultes païens coûtumiers des citoyens de l'Empire — mais n'aurait en rien toléré des destruction de temples ou des autodafés.
    Quant à la question des racines chrétiennes de l'Europe, Paul Veyne conclue son dernier ouvrage en amenant que l'Europe n'a pas de racines mais, au contraire, qu'elle est le résultat d'une épigénèse ; tout comme l'avènement du christianisme, du reste. Mais la thèse d'un avénment irénique du triomphe chrétien est rès contestable au vu des faits et beaucoup d'autres auteurs, notamment McMullen pourrait être cité à l'appui du contraire. c'est bien par la violence que les derniers paîens ont été éliminés du Ive au IXe siècle, d'Occident en Orient.

Voir aussi

Sur cette carte de l'Europe, les zones géographiques rattachées historiquement à chaque confession chrétienne ont été représentées. En bleu et violet les confessions catholique et protestante. En rouge, la confession orthodoxe.

Notes et références

  1. culte impérial romain : un culte de la personnalité rendu à la personne divinisée de l'Empereur, voir (en) Imperial cult.

Acception contemporaine

Liens internes


  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de « Occident chr%C3%A9tien ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Occident chretien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Occident chrétien — Pour les articles homonymes, voir Occident (homonymie). Le terme d Occident chrétien désigne les territoires correspondant aux nations dont certains représentants se réclament simultanément : – d une aire géographique: l Occident, soit… …   Wikipédia en Français

  • Occident chrétien médiéval — Moyen Âge La visite d un chantier de bâtisseurs. Le Moyen Âge …   Wikipédia en Français

  • Occident catholique — Occident chrétien Pour les articles homonymes, voir Occident (homonymie). L Occident chrétien désigne à la fois : la zone géographique correspondant aux terres occupées par les peuples se réclamant de l Occident Au départ, l idée d Occident… …   Wikipédia en Français

  • Occident judéo-chrétien — Occident chrétien Pour les articles homonymes, voir Occident (homonymie). L Occident chrétien désigne à la fois : la zone géographique correspondant aux terres occupées par les peuples se réclamant de l Occident Au départ, l idée d Occident… …   Wikipédia en Français

  • occident — [ ɔksidɑ̃ ] n. m. • 1120; lat. occidens « (soleil) tombant » 1 ♦ Poét. Un des quatre points cardinaux; côté de l horizon, point du ciel où le soleil se couche. ⇒ couchant, ouest. 2 ♦ Cour. (souvent écrit avec une majuscule) Région située vers l… …   Encyclopédie Universelle

  • Occident — Pour les articles homonymes, voir Occident (homonymie).  Pour l’article homophone, voir Oxydant …   Wikipédia en Français

  • Occident (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Occident », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le terme Occident peut désigner : L… …   Wikipédia en Français

  • CHRÉTIEN PRIMITIF (ART) — Que signifie l’expression d’«art chrétien»? Consacrée par l’usage, elle est historiquement fausse. En effet, la définition d’un «art chrétien» repose sur l’idée d’une séparation entre les domaines du sacré et du profane telle qu’elle s’établit… …   Encyclopédie Universelle

  • Chretien — Christianisme « Chrétien » redirige ici. Pour les autres significations, voir Chrétien (homonymie). Christianisme Religions abrahamiques (arbre) …   Wikipédia en Français

  • Chrétien — Christianisme « Chrétien » redirige ici. Pour les autres significations, voir Chrétien (homonymie). Christianisme Religions abrahamiques (arbre) …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”