Alfred Rosenberg
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosenberg.
Alfred Rosenberg
Bundesarchiv Bild 146-2005-0168, Alfred Rosenberg.jpg
Mandats
Ministre du Reich aux Territoires occupés de l'Est
19411945
Gouvernement Cabinet Hitler
Cabinet Goebbels
Biographie
Date de naissance 12 janvier 1893
Lieu de naissance Flag of Russia.svg Reval (Empire russe)
Date de décès 16 octobre 1946
Lieu de décès Flag of Germany (1946-1949).svg Nuremberg, Allemagne occupée
Alfred Rosenberg (à droite)

Alfred Rosenberg (1893-1946) est un théoricien du parti nazi. Il est en outre responsable des massacres organisés dans les territoires à l'est de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment en tant que ministre du Reich aux Territoires occupés de l'Est.

Sommaire

Biographie

Issu d'une famille germano-balte, il est né le 12 janvier 1893 à Reval (aujourd'hui Tallinn) dans le gouvernement d'Estland (actuelle Estonie), appartenant alors à l'Empire russe et y fit des études d'ingénieur-architecte à l'École impériale technique de Moscou, aujourd'hui université Bauman. Il fuit la Révolution bolchévique et s'établit à Munich en 1918, où il fréquente l'ordre de Thulé se ralliant alors aux doctrines raciales de Dietrich Eckart (1868-1923), qui le présente à Adolf Hitler.

Il devient un des plus fervents partisans du national-socialisme. Dès 1920, il est ainsi rédacteur en chef du Völkischer Beobachter, organe du parti. Il participe au putsch manqué de Munich en 1923. Hitler, emprisonné, le désigne pour le remplacer à la tête du parti nazi. Il rend visite à Hitler en prison et aurait influencé certaines parties de Mein Kampf. Devenu idéologue du parti national-socialiste, il diffuse l'antisémitisme par le biais des Protocoles des Sages de Sion. Il développe ses théories raciales et antichrétiennes dans le Mythe du vingtième siècle (1930). Pour lui, la « race » est le principe déterminant la science, l'art et la culture.

Après la prise de pouvoir en 1933, il subit néanmoins l'inimitié personnelle de Hermann Göring, Heinrich Himmler et Joseph Goebbels, qui l'écartent de tous les postes ministériels, et doit se contenter d'un rôle secondaire aux Affaires étrangères du parti.

De nouveaux déboires affectent sa carrière, d'abord en 1938 avec la nomination de Joachim von Ribbentrop au ministère des Affaires étrangères, puis en 1939 avec la signature du pacte germano-soviétique.

Il est chargé à partir de 1940 de la confiscation des œuvres d'art et des bibliothèques volées aux Juifs à travers l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg, dirigé, à Vilnius, par le Dr Muller[1].

En 1941, il est nommé « Ministre du Reich pour les territoires occupés de l'Est » (en allemand, Minister für die besetzten Ostgebiete), planifie le Generalplan Ost, et supervise les Reichskommissariat.

À ce titre, il est condamné à mort le 1er octobre 1946 après avoir été reconnu responsable des massacres organisés à l'est de l'Allemagne pour plan concerté ou complot, crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité lors du procès de Nuremberg. Il est pendu le 16 octobre 1946. Quand il lui est demandé s'il a quelque chose à déclarer avant son exécution, il répond simplement : « Non. »

Rosenberg est aussi connu pour son rejet du christianisme[2], et pour avoir joué un rôle important dans le développement du paganisme qu'il percevait comme une transition vers une nouvelle foi nazie[3] ainsi que pour son antimaçonnisme[4].

Publications

  • Le Mythe du vingtième siècle
  • Das Verbrechen der Freimaurerei,Judentum, Jesuitismus, Deutsches Christentum (Les crimes de la franc-maçonnerie, Judaïsme, Jésuitisme, Christianité allemande), 1922, J. F. Lehmann (München)
  • Die Protokolle der Weisen von Zion und die jüdische Weltpolitik (Les Protocoles des Sages de Sion et la politique juive mondiale) Dt. Volksverlag Böpple, München 1922 & 1924; Neubearb. von A. Philipp, 20. Tausend, ebd. 1933. Wieder Eher, München 1938. Wieder Hoheneichen, München ca. 1940. Auch enthalten in A. R.: "Schriften & Reden". Auszug in Antisemitismus im RT Unsere Aussichten
  • An die Dunkelmänner unserer Zeit. Eine Antwort auf die Angriffe gegen den „Mythus des 20. Jahrhunderts“ (Aufl. 620.000) 1937
  • Dietrich Eckhart. Ein Vermächtnis (2. Auflage) München 1935
  • Protestantische Rompilger. Der Verrat an Luther und der „Mythus des 20. Jahrhunderts“ Hoheneichen (1. Aufl.) München 1937
  • Letzte Aufzeichnungen. Nürnberg 1945/46. Ideale und Idole der Nationalsozialistischen Revolution Jomsburg, Uelzen 1996 ISBN 3-931637-01-8 (2. Auflage)
  • Heinrich Härtle (Hg.): Großdeutschland. Traum und Tragödie. Rosenbergs Kritik am Hitlerismus Selbstverlag, München 1970 (2. Auflage) (enthält die letzten Aufzeichnungen Rosenbergs aus dem Nürnberger Gefängnis 1946)
Avant-propos d'Alfred Rosenberg
  • Arthur Ruppert (Hg): Waffenbruder Finnland. Ein Buch für die deutschen Soldaten in Finnland Geleitwort von Alfred Rosenberg; bearb. Heinz Hünger & Anitra Karsten, Lühe, Leipzig & Berlin 1942 (DNB am Standort Leipzig gelistet; Rosenberg nicht angeführt)

Notes et références

  1. Marc Jarblum, La résistance des Juifs contre les Nazis, Éditions Réalité, Paris, 1945, p. 41.
  2. Hexham, Irving, « Inventing ‘Paganists’: a Close Reading of Richard Steigmann-Gall's the Holy Reich », dans Journal of Contemporary History, SAGE Publications, vol. Vol. 42, no No. 1, 2007, p. 59–78 [texte intégral, lien DOI] 
  3. Alfred Rosenberg, Jewish Virtual Library (American-Israeli Cooperative Enterprise). Consulté le 2008-05-07
  4. Alfred Rosenberg, Das Verbrechen der Freimaurerei, Judentum, Jesuitismus, Deutsches Christentum, 1922, J. F. Lehmann (München)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Robert Cecil, The Myth of the Master Race, Alfred Rosenberg and Nazi ideology, Dood Mead, London, 1972.
  • Ernst Piper, Alfred Rosenberg. Hitlers Chiefideologe, Pantheon, Munich, 2007.
  • Joseph Billig, Alfred Rosenberg dans l'action idéologique, politique et administrative du Reich hitlérien, Editions du Centre, Paris, 1964.
  • Claus-Ekkehard Bärsch, Die politische Religion des Nationalsozialismus, 1998.
  • Raimund Baumgartner, Weltanschauungkampf im Dritten Reich, 1997.
  • Johannes Baur, Die russische Kolonie in München (1900-1945). Deutsch-Russische Beziehungen im 20. Jahrhunderts, Harrassowitz, Wiesbaden, 1998.
  • Hildegard Chatellier, La politique artistique du national-socialisme, Éditions L'Âge d'Homme, Paris, 1959.
  • Albert Chandler, Rosenberg Nazi Myth, Greenwood Press, New York, 1945.
  • Emma Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di une Papa, Giulio Einaudi Editore, Turin, 2007.
  • Alexander Dallin, La Russie sous la botte nazie, Fayard, Paris, 1963.
  • Nicholas Goodrick-Clarke, Les Racines occultistes du nazisme. Les aryosophistes en Allemagne et en Autriche (1890-1933), Pardès, Paris, 1980.
  • Michael Kellog, The Russian Roots of Nazism, Cambridge, 2005.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alfred Rosenberg de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alfred Rosenberg — (Januar 1941), Aufnahme von Heinrich Hoffmann aus dem Bundesarchiv Alfred Ernst Rosenberg (russisch Альфред Вольдемарович Розенберг, Alfred Woldemarowitsch Rosenberg; * 31. Dezember 1892jul …   Deutsch Wikipedia

  • Alfred Rosenberg — Alfred Rosenberg, político colaborador de Hitler (Reval, Estonia, 12 de enero de 1893 Nüremberg (Alemania) 16 de octubre de 1946). Cursó estudios de arquitectura en Riga y Moscú, donde se licenció en 1918. Desde su juventud defendió la pureza de… …   Enciclopedia Universal

  • Alfred Rosenberg — Audio|Alfred Rosenberg.ogg|Alfred Rosenberg (12 January 1893ndash 16 October 1946) was an early and intellectually influential member of the Nazi Party. Rosenberg was first introduced to Adolf Hitler by Dietrich Eckart; he later held several… …   Wikipedia

  • Alfred Rosenberg — Para otros usos del apellido, véase Rosenberg. Alfred Rosenberg Alfred Rosenberg en uniforme del Partido nazi. Líder de la Oficina de Asuntos Externos del NSDAP …   Wikipedia Español

  • Alfred Ernst Rosenberg — Alfred Rosenberg (Januar 1941), Aufnahme aus dem Bundesarchiv Alfred Ernst Rosenberg (* 12. Januar 1893 in Reval, damals ein Teil von Russland, heute Tallinn, Estland; † 16. Oktober 1946 in …   Deutsch Wikipedia

  • ROSENBERG, ALFRED° — (1893–1946), chief Nazi ideologist and head of the Nazi party s foreign policy department. Rosenberg was born in Reval (Tallin), Estonia. There is some doubt about the family s German origin though their name is German. Rosenberg studied… …   Encyclopedia of Judaism

  • Rosenberg (Familienname) — Rosenberg ein Familienname. Bekannte Namensträger Inhaltsverzeichnis A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z …   Deutsch Wikipedia

  • Alfred Baeumler — (* 19. November 1887 in Neustadt an der Tafelfichte, Österreich Ungarn; † 19. März 1968 in Eningen unter Achalm) war ein deutscher Philosoph und Pädagoge. Er spielte eine führende Rolle bei der Gestaltung der Erziehung im Nationalsozialismus.… …   Deutsch Wikipedia

  • Rosenberg — is a Germanic language family name and toponym. Its principal meaning is mountain of roses , from + . However, as a toponym, in some locations it may have originally meant red mountain or simply red hill , from + . The terminal consonant of the… …   Wikipedia

  • Alfred Eduard Frauenfeld — (* 18. Mai 1898 in Wien, Österreich Ungarn; † 10. Mai 1977 in Hamburg) war ein nationalsozialistischer Politiker, Gauleiter der NSDAP in Wien und später Generalkommissar des Generalbezirks Krim (Teilbezirk Taurien) im Reichskommissariat Ukraine.… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”