Seigneurie

Seigneurie
Page d'aide sur les redirections « Seigneur » redirige ici. Pour les autres significations, voir Seigneur (homonymie).

Une seigneurie est une institution médiévale et moderne occidentale assurant l'encadrement économique et judiciaire des populations par un individu ou une personne morale n’exerçant pas nécessairement la souveraineté. La seigneurie est une réalité distincte du fief, qui est l'un des modes d'exercice de la seigneurie, avec l’alleu.

La seigneurie est un ensemble de terres, c’est-à-dire de propriétés foncières, de droits et de redevances. Elle est dans une certaine mesure, l'héritière de la villa de l’Antiquité tardive en même temps que la résultante de l'éparpillement du pouvoir public avant l'an Mil[1]. La seigneurie est le cadre privilégié par lequel l’aristocratie médiévale assure sa prééminence sociale, économique et politique. La limitation des prérogatives seigneuriales est l'un des biais par lequel le pouvoir des États s'affirme à la fin de l'époque médiévale et durant l'époque moderne. Dans certains pays comme le Royaume-Uni des réalités ressortissantes de la seigneurie subsistent encore.

On estime entre 40 000 et 50 000 le nombre de seigneuries en France au XVIIIe siècle.

Sommaire

Définition

Reconstruction d'un château médiéval, Bachritterburg, Bade-Wurtemberg

La naissance de la seigneurie comme cadre économique et judiciaire est difficile à établir. On ne commence à vraiment comprendre le fonctionnement seigneurial qu'à partir du moment où la documentation est suffisamment abondante, c'est-à-dire à partir du XIIe siècle.

L'historiographie, reprenant les analyses de Georges Duby[2], divise traditionnellement le fonctionnement seigneurial en deux institutions, la seigneurie foncière, c’est-à-dire le fonctionnement de la seigneurie comme un grand domaine, et la seigneurie banale, l’exercice de droits ressortissant du fonctionnement public et pouvant s'exprimer notamment par la contrainte sur les hommes soumis à la seigneurie, droits que les hommes du Moyen Âge nommaient ban. Cette distinction est cependant contestée non seulement parce qu'elle n'apparaît pas dans les sources médiévales, mais aussi et surtout parce que le principe même de la seigneurie tient à la fusion de la domination foncière et du pouvoir de commandement[3].

Le seigneur

Le possesseur d'une seigneurie porte le titre de « Seigneur » ; il peut être un individu, dans la très grande majorité des cas un ressortissant de l’aristocratie, mais aussi une personne morale le plus souvent une institution ecclésiastique telle une abbaye, un chapitre cathédral ou canonial ou un ordre militaire. Le pouvoir du seigneur s'exerce par divers intermédiaires, dont le plus important est le bailli. Le souverain peut aussi être seigneur ; les seigneuries qu'il possède forment le domaine royal.

Le titre de seigneur est aussi accordé, surtout à l'époque moderne, à des individus titulaires de fiefs nobles qui ne sont pas pour autant des seigneuries. Ces « seigneurs » sont parfois appelés sieurs, à ne pas confondre avec « sire », terme équivalent à celui de seigneur à l'époque médiévale. L'individu dont relèvent un ensemble de censives peut porter le titre de seigneur censier ; celui qui possède le droit de haute-justice porte le titre de seigneur justicier. Le titre de seigneur de paroisse est parfois appliqué aux seigneurs ayant autorité, notamment comme patron, sur une église paroissiale.

Les modes de la détention de la seigneurie varient : elle peut être tenue en fief, c'est-à-dire conférée par une personne à une autre en échange de services, ou en alleu, sans aucune dépendance. La personne conférant un fief à un autre est dénommée seigneur, même si le fief en question n'est pas une seigneurie, ce qui peut entraîner des confusions. Dans ce cas, pour des raisons de clarté, l'expression « seigneur féodal » peut être employée.

La seigneurie foncière

Article détaillé : seigneurie foncière.

Le seigneur est le propriétaire direct ou éminent des biens fonciers de sa seigneurie.

La notion de propriété absolue sur un bien ne peut s'appliquer car d'autres que l'utilisateur principal ont des droits sur ces biens. On distingue dans la seigneurie foncière deux ensembles : la réserve qui est l'ensemble des biens dont le seigneur se réserve l'exploitation directe, et les tenures, biens dont l'exploitation est confiée à un tenancier contre paiement d'une redevance, dénommé le plus souvent cens, et de services comme la corvée. La répartition entre réserve et tenures varie selon les époques et les régions. Dans les tenures les seigneurs détiennent ce que l'on appelle la propriété éminente, quand le tenancier n'a que la propriété utile. Les tenures de la seigneurie et leurs différentes mutations sont inscrites dans un livre terrier, soigneusement conservé puisque déterminant quels sont les droits du seigneur sur chaque terre.

La plupart des seigneuries foncières ont une assise rurale, mais il n'est pas rare de rencontrer des seigneuries urbaines, souvent aux mains de seigneurs ecclésiastiques. Ces seigneuries sont globalement plus difficiles à étudier que les seigneuries rurales à cause de leur grand enchevêtrement. À Paris existaient ainsi les seigneuries de Notre-Dame, de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, du Temple...

La taille des seigneuries est très variable : certaines ne peuvent comprendre qu'un hameau, d'autres des régions entières. La seigneurie a longtemps été liée à la figure du château-fort, qui serait son centre de direction en même temps que son expression la plus forte. En fait nombre de seigneuries, notamment mais pas exclusivement urbaines, n'ont jamais contenu de château. À l'inverse il pouvait exister plusieurs châteaux dans une même seigneurie. Lorsque le seigneur réside sur sa seigneurie, il y possède au moins un logis seigneurial, dont le rôle est aussi symbolique, démontrant l'autorité du seigneur sur « ses » hommes. À l'époque moderne certaines constructions sont en théorie réservées au logis seigneurial, comme les girouettes ou le pigeonnier.

Bien que les seigneurs fonciers exercent toujours en théorie leur propriété éminente, en pratique il leur devient vite impossible d'exercer les droits qui en ressortent, tels que l'expropriation, sur leurs tenanciers. Toutefois, les droits ressortissant de la seigneurie banale assurent aux seigneurs une réelle autorité sur les tenanciers. Il arrive même que dans des régions de seigneuralisation tardive, telles que la Prusse de l’ordre Teutonique, les droits de la seigneurie foncière, tels que la corvée, soient transcendés par des droits d'origine banale comme le servage[1].

La seigneurie banale

Articles détaillés : Seigneurie banale et Droit seigneurial.

La seigneurie banale est l'exercice de prérogatives d'essence publique sur les hommes dépendants d'une seigneurie. Ce droit de ban est dans bien des cas un pouvoir de contrainte, qui assure au seigneur des revenus bien supérieurs à ceux de la seigneurie foncière. Le ban se diffuse dans la plupart de l'Occident dans la seconde moitié du XIe siècle. Il se manifeste notamment par des services et des redevances fortes, mais dont la composition et l'importance varient fortement selon les régions et les époques. On peut citer les droits d’ost, c'est-à-dire d'obligation de participer aux actions militaires du seigneur, les droits de péages sur le passage des marchandises, les droits sur les héritages ou le contrôle des installations agricoles villageoises comme le pressoir, le moulin ou le four. Le contrôle de la justice par le seigneur est peut-être l'héritage le plus important de la seigneurie banale, mais les pouvoirs royaux s'attachent dès le Moyen Âge à restreindre ce contrôle sur la justice.

La seigneurie banale semble plus affaiblie en milieu urbain qu'en milieu rural, notamment dans les villes où coexistent plusieurs seigneuries. Les ressortissants peuvent jouer des différentes juridictions seigneuriales les unes contre les autres. Le mouvement communal, qui voit les habitants des villes donner naissance à des institutions propres, s'accompagne souvent de la suppression des droits d'origine banale, par rachat ou cession du seigneur.

Comme la seigneurie foncière, la seigneurie banale peut se diviser, par voie d'héritage ou de cession. Cette division peut ne porter que sur l'un des droits ressortissant de la seigneurie banale, ce qui peut complexifier à l'extrême le schéma de détention de la seigneurie. Ces co-seigneuries sont particulièrement présentes dans le midi de la France, mais peuvent se retrouver partout.

La seigneurie à l’époque médiévale

Les origines de la seigneurie

Une position historiographique ancienne voyait dans le démembrement de la villa du bas Empire l'origine de la seigneurie[4]. Aujourd'hui, on attribue plutôt à un remembrement du grand domaine un rôle moteur dans le développement de la seigneurie. Ce remembrement est difficile à observer, par suite du manque de sources, mais on peut tenter de distinguer plusieurs mouvements[5].

Dans la zone méditerranéenne, on observe un mouvement de concentration des propriétés dès le Xe siècle notamment au détriment des alleux paysans. En Italie du Nord, le mouvement est particulièrement noté dans la remise de propriétés paysannes aux églises à cause de la pratique du prêt sur gage. En Catalogne, le mouvement se fait au profit non seulement des églises mais aussi de l'aristocratie des comtes et vicomtes. En Italie centrale et méridionale, le phénomène majeur est celui de l’incastellamento étudié par Pierre Toubert[6] : la population se rassemble dans des ensembles fortifiés qui deviennent les sièges d'autorités seigneuriales.

Ailleurs, le mouvement de concentration est plus tardif : il s'observe en Mâconnais ou dans l’Empire au XIe siècle, puis au XIIe siècle avec la constitution des seigneuries cisterciennes ou prémontrées, même si ces dernières présentent des différences avec d'autres seigneuries monastiques, notamment dans le mode d'exploitation en faire-valoir direct.

Les conquêtes paysannes du XIIe siècle

Selon Georges Duby[7], le XIIe siècle voit la progression de la situation du paysan vis-à-vis du seigneur. Il distingue pour cela trois phénomènes : la persistance de l’alleu paysan, notamment l’alleu « clandestin », créé à la faveur des défrichements, la division des tenures entre plusieurs héritiers, cause de l’affaiblissement des impositions seigneuriales et la conquête de privilèges collectifs par les communautés paysannes. Il observe à cette époque une diminution de la rente foncière, notamment par l'affaiblissement des redevances pour les tenures, et une difficulté des seigneurs à prélever efficacement les nouvelles formes d'imposition dues à la seigneurie banale. Dans le contexte de communications difficiles du Moyen Âge, le seigneur est forcé de recourir à des intermédiaires, qui diminuent d'autant le montant des prélèvements. Tout ceci explique selon Duby le rééquilibrage des profits seigneuriaux sur la réserve, exploitée en faire-valoir direct. La réserve rassemble bien souvent les meilleures terres de la seigneurie, quand elle ne rassemble pas la majorité des terres seigneuriales, comme en Angleterre. Elle est exploitée par des groupes d'ouvriers agricoles, qui ne disposent que d'une micro-tenure et dépendent donc du travail accordé par le seigneur dans sa réserve.

La seigneurie à l'époque moderne

La seigneurie survit dans l'époque moderne comme l'un des cadres structurants la société rurale. Son rôle en milieu urbain diminue très fortement. Toutefois son importance économique tend à se réduire à la réserve, la redevance des tenures étant payée en numéraire, l’inflation la rend quasi-inexistante dans la plupart des cas. Les redevances banales tendent elles aussi à se disparaître ou du moins à diminuer très fortement. C'est la fonction judiciaire de la seigneurie qui résiste le mieux à l'époque moderne.

Les justices seigneuriales

Pour exercer sa justice le seigneur peut nommer des officiers qui sont souvent recrutés parmi les notables de la seigneurie. Les vavasseurs de ce seigneur exercent pour son compte le droit de basse justice sur le territoire de leur vavassorie. Le seigneur tient une cour chaque année, nommée plaid général ou assises. Cette justice seigneuriale est généralement en recul face aux juridictions royales, notamment par des procédures d'appel systématique auprès des présidiaux et des parlements dans les condamnations entrainant de fortes peines (ce que l'on appelle en France la Haute justice). En France une ordonnance de 1670 définit les cas royaux qui sont soustraits à la justice seigneuriale. Cette ordonnance prévoit également que les baillis ou les sénéchaux peuvent instruire une affaire ressortant normalement de la justice seigneuriale si cette dernière n'a pas engagé l'instruction dans les vingt-quatre heures. Les affaires portées devant la justice seigneuriale se réduisent donc souvent, en milieu rural, aux affaires de voisinage, bornage des champs ou utilisation des chemins. Les justices seigneuriales sont souvent dénoncées par les justiciables à cause de la cupidité ou de l’incompétence de certains seigneurs ou officiers seigneuriaux, mais elles sont aussi appréciées pour leur proximité et leur rapidité[8]. En 1788, le gouvernement royal réforme les justices seigneuriales en subordonnant leur exercice à l'entretien d'un personnel qualifié et en permettant le pourvoi des justiciables directement devant une juridiction royale. Les justices seigneuriales sont abolies en France dans les réformes de l'été 1789.

Un cas de « seigneuries nouvelles » : la Nouvelle-France

La colonisation française de la Nouvelle-France illustre bien la place importante que réservent les hommes de l'époque moderne à la seigneurie. En effet alors que cette institution peut nous apparaître comme déjà au XVIIe siècle une survivance du Moyen Âge, les autorités de colonisation vont fonder leur régime d'exploitation des terres sur elle. La première seigneurie attestée semble être celle de Louis Hébert en 1623[9], mais c'est surtout à partir des années 1630 que la Compagnie des Cent-Associés, à laquelle le roi a concédé la seigneurie de toute la Nouvelle-France, inféode en grand nombre des seigneuries sur l'axe du Saint-Laurent. Comme en France, les seigneuries de Nouvelle-France associent des éléments fonciers et de puissance publique, tel l'exercice de la justice. Ces prérogatives sont elles aussi rognées par le pouvoir royal qui cherche à leur soustraire une part importante des affaires judiciaires, en ne leur laissant plus que la basse justice. La plupart des justices seigneuriales de Nouvelle-France disparaissent au cours du XVIIIe siècle[10].

Notes

  1. a et b BONNASSIE, Pierre, "Seigneurie", in Les Cinquante mots-clés de l'histoire médiévale, Toulouse, Privat, 1981, pp. 180-184.
  2. Notamment dans Guerriers et paysans. VIIe-XIIe siècle, premier essor de l'économie européenne, Paris, Gallimard, collection « Bibliothèque des histoires », 1973. Repris dans Féodalité, Paris, Gallimard, collection « Quarto », 1996, pp. 1-265 (développement sur la seigneurie pp. 168-176).
  3. Jérôme Baschet, La Civilisation féodale. De l'an mil à la colonisation de l'Amérique, Paris, Flammarion, collection « Champs », troisième édition, 2006, p. 178.
  4. Par exemple, Jacques Flach, dans Origines de l'ancienne France, 1884-1917.
  5. SARRAZIN, Jean-Luc, « Généralisation et diversification de l'essor économique (930-1180) », in L'économie médiévale, Philippe Contamine dir., Paris, 1993, pp. 156-165.
  6. TOUBERT, Pierre, Les Structures du Latium médiéval, Paris, 1973.
  7. DUBY, Georges, Guerriers et Paysans.VIIe-XIIe siècle, premier essor de l'économie européenne, Paris, Gallimard, 1973.
  8. GALLET, Jean, « Justice seigneuriale » in BÉLY Lucien dir., Dictionnaire de l'ancien Régime, Paris, PUF, 1996, pp. 714-717
  9. HAVARD, Gilles et VIDAL, Cécile, Histoire de l'Amérique française, Paris, Flammarion, 2003, p. 274.
  10. HAVARD, Gilles et VIDAL, Cécile, op. cit., p. 109.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Bibliographie

  • Monique Bourin (dir.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe - XIVe siècle, Publications de la Sorbonne, tome 1 : Réalités et représentations paysannes, 2004, tome 2 : Les mots, les temps, les lieux, 2007.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Seigneurie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • seigneurie — [ sɛɲɶri ] n. f. • 1130; seignorie XIe fig.; de seigneur 1 ♦ Hist. Pouvoir, droits du seigneur sur les terres et sur les personnes. 2 ♦ (1165) Terre d un seigneur. ⇒ fief; baronnie, châtellenie, 1. comté, duché, vicomté. Hiérarchie des… …   Encyclopédie Universelle

  • seigneurie — Seigneurie, f. penac. Est dition, droict d ordonner et commander sur aucune chose. Ainsi Nicole Gilles dit au commencement de ses Annales: Dieu donna à Adam seigneurie et puissance sur toutes choses, Ditio, Imperium, Dominatus. Ainsi on dit,… …   Thresor de la langue françoyse

  • seigneurie — Seigneurie. s. f. Droit, puissance, authorité qu a le Seigneur sur les heritages qui dépendent de la terre dont il est Seigneur. C est une belle seigneurie. c est une seigneurie bien ancienne. la terre & seigneurie d un tel lieu. il a vendu sa… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • seigneurie — (sè gneu rie, d après Palsgrave, p. 57, au XVIe siècle, on prononçait sei nieurie) s. f. 1°   Droit de seigneur sur une terre et sur tout ce qui en relève. Une seigneurie très ancienne. 2°   Mouvances, droits féodaux d une terre, indépendamment… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SEIGNEURIE — s. f. Droit, puissance, autorité qu un homme a sur la terre dont il est seigneur, et sur tout ce qui en relève. Cette seigneurie avait de beaux droits. Une seigneurie très ancienne. La terre et seigneurie de tel lieu. La seigneurie de cette terre …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SEIGNEURIE — n. f. Droit, puissance, autorité qu’un homme a sur la terre dont il est seigneur et sur tout ce qui en relève. La terre et seigneurie de tel lieu. La seigneurie de cette terre s’étendait fort loin. Il se dit aussi des Mouvances, des droits… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Seigneurie — Seigneur (deutsch Herr) nannte sich in Frankreich ehemals jemand, der ein Lehen der Krone mit allen damit verbundenen Rechten über Person und Eigentum besaß. Diese Form der Herrschaft nannte man Seigneurie, den Inbegriff der Rechte aber, die dem… …   Deutsch Wikipedia

  • Seigneurie — Sei|gneu|rie [zɛnjø ri:], die; , n [frz. seigneurie, zu: seigneur, ↑Seigneur] (hist.): Gebiet im Besitz eines Seigneurs (1) …   Universal-Lexikon

  • Seigneurie — Sei|gneu|rie die; , ...ien <aus gleichbed. fr. seigneurie> das im Besitz eines Seigneurs (1) befindliche Gebiet …   Das große Fremdwörterbuch

  • seigneurie — nf. sènyeuri (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.