1870-1871

Guerre franco-allemande (1870)

Guerre franco-prussienne de 1870
Ernest Meissonier 001.jpg
Le siège de Paris
Jean-Louis-Ernest Meissonier (1815 - 1891)
Informations générales
Date du 19 juillet 1870
au 29 janvier 1871
Lieu France et Allemagne
Casus belli Dépêche d'Ems
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau français Empire français, puis
Drapeau français République française
Confédération de l'Allemagne du Nord Confédération de l'Allemagne du Nord
drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse[1]
Drapeau de la Bavière Royaume de Bavière
Flagge Großherzogtum Baden (1871-1891).svg Grand-duché de Bade
Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg
Commandants
Napoléon III
puis Louis Jules Trochu
Léon Gambetta
Helmuth von Moltke
Forces en présence
500 000 hommes 550 000 hommes
Pertes
139 000 morts
143 000 blessés
320 000 malades
44 781 morts
189 000 blessés
300 000 malades
Batailles
WissembourgForbach-SpicherenWœrthBorny-ColombeyStrasbourgMars-la-TourGravelotteMetzBeaumontNoisevilleSedanBellevueChâteaudunBouvet et Météor (navale)CoulmiersAmiensBeaune-la-RolandeOrléansl'HallueBapaumeVillersexelLe MansHéricourtDijon - St-QuentinBuzenvalParisBelfort

La guerre franco-allemande (19 juillet 1870 - 29 janvier 1871) opposa le Second Empire français et les royaumes allemands unis derrière le royaume de Prusse (aussi est-elle parfois appelée guerre franco-prussienne). Le conflit marqua le point culminant de la tension entre les deux puissances, résultant de la volonté prussienne de dominer toute l'Allemagne, qui n'était alors qu'une fédération d'États indépendants. La défaite entraîna la chute de l'Empire français et la perte d'une partie de l'Alsace-Lorraine.

Sommaire

L'exploitation de la fébrilité de la France

La candidature, le 21 juin 1870, du Prince allemand Leopold de Hohenzollern-Sigmaringen au trône d'Espagne, vacant depuis la révolution de septembre 1868, est l'élément déclencheur de la guerre. Le 6 juillet, le duc de Gramont, ministre des Affaires étrangères, annonce que la France s'oppose à cette candidature. Le 12 juillet, Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen retire sa candidature, selon la déclaration de son père le Prince Antoine. Le 13 juillet, alors que la France lui demande, par l'intermédiaire de son ambassadeur Benedetti envoyé auprès de lui dans la ville d'eaux d'Ems, de garantir le retrait de Léopold, le roi Guillaume de Prusse, agacé, fait confirmer la renonciation du prince, en ajoutant qu'il « n'a plus rien d'autre à dire à l'ambassadeur ».

Cependant son télégramme (la dépêche d'Ems), relatant son entretien avec l'ambassadeur de France, est réécrit par le Chancelier de Prusse Von Bismarck (même si Léopold s'est bien retiré), pour laisser croire à un congédiement humiliant de l'ambassadeur de manière à provoquer l'indignation des Français. Le premier ministre cherche en effet à abaisser la France, dont la position diplomatique est un obstacle pour souder les États allemands et ouvrir la voie à l'unité allemande. Or, après le succès en 1866 de la bataille de Sadowa lors de la guerre austro-prussienne et la rebuffade de la crise luxembourgeoise (1867), embarrasser la diplomatie française, plus qu'une nouvelle guerre victorieuse, lui apparaît comme le moyen le plus efficace d'atteindre son but. Même s'il ne cherche pas forcément la guerre, le chancelier Von Bismarck est bien informé des réalités de l'armée française, vieillissante, fort peu préparée à une guerre européenne, démoralisée par le désastre de l'expédition au Mexique (soldats mal équipés, mauvais positionnement des dispositifs, absence de chefs de valeur). Il sait en conséquence qu'une guerre pourrait servir les objectifs allemands de la Prusse.

La presse parisienne dénonce l'affront. La mobilisation, arrêtée secrètement le 13 juillet, est signée le 14. Le 15, elle est approuvée par le Corps législatif. Malgré les ultimes avertissements d'Adolphe Thiers ("Vous n'êtes pas prêts !", criait-il à l'Assemblée) , le Corps législatif français vote aussi les crédits de guerre. Le 16 juillet, le maréchal Bazaine est placé à la tête du 3e corps de l'Armée du Rhin. Il reçoit autorité sur les armées des généraux Frossard et Ladmirault ainsi que sur la Garde impériale.

Monument commémoratif de la Dépêche d'Ems à Bad Ems

Le général Chabaud-Latour est chargé de la défense de la capitale. Des travaux sont entrepris au fort du Mont-Valérien, aux forts de Montrouge, de Bicêtre, d'Ivry, de Vanves, d'Issy, puis le 3 août aux forts de l'Est, et à Saint-Denis ; plus d'une vingtaine de redoutes sont construites. Le 17 juillet, lors d'un rassemblement populaire d'étudiants et d'ouvriers à la Bastille, Émile Ollivier, poussé par l'opinion publique, déclare la guerre à la Prusse (la déclaration sera officielle deux jours plus tard). Le 19 juillet, Émile Ollivier, devant le Corps législatif, dit accepter la guerre « d'un cœur léger ». Les États allemands prennent alors parti pour la Prusse qui paraît agressée. Napoléon III, pacifiste mais malade, laisse faire. Le 19 juillet, la France déclare la guerre à la Prusse. Cette décision provoque un rassemblement enthousiaste des Parisiens devant le palais des Tuileries. Peu se rendent compte que l'armée française est mal préparée à cette guerre.

Armements et troupes

"Nous sommes prêts et archi-prêts, il ne manque pas à notre armée un bouton de guêtre." Général Le Boeuf de l'Armée Française.

Fusils

Le Chassepot modèle 1866 français, avec une munition de 11 mm, a une portée d'un kilomètre nettement supérieure au Dreyse allemand, avec une munition de 15 mm.

Mais la France a la mauvaise idée d'acheter les munitions à la manufacture belge de Herstal en omettant le simple fait que le Kronprinz était l'actionnaire principal de cette manufacture belge. Les commandes de munitions n'arrivent pas à temps à Sedan. Sans munitions, Napoléon III se rend pour éviter un carnage désespéré. La manufacture d'Herstal explique par courrier cette défaillance de livraison du fait de la désorganisation qui règne sur les routes où se bousculent les chariots empêtrés… La manufacture présente malgré tout sa facture qui sera réglée par la IIIe République.

Canons

Le Krupp allemand en acier se charge par la culasse, tandis que son homologue français datant des guerres napoléoniennes est en bronze et se charge par la gueule. Ces avantages sont cependant limités par la qualité du métal. La supériorité allemande vient plutôt de l'utilisation d'obus fusants plutôt que percutants. L’obus percutant, en 1870, s'enfonce dans la terre meuble et fait fougasse sans grands dégâts. L’obus fusant à shrapnel était dangereux dans un rayon de 100 mètres. L’infériorité française vient surtout, d’après le général Suzanne directeur de l’artillerie en 1870, du mode d'emploi de l’artillerie française : pas de grande batterie, duel avec l’artillerie adverse avec pour seul résultat d'attirer sur elle une concentration des batteries adverses. Une seule grande batterie fut constituée par le colonel de Montluisant à Saint-Privat le 18 août. Elle infligea de fortes pertes à la Garde prussienne. Enfin, il faut citer les canons à balles, ces mitrailleuses, qui tiraient environ 25 coups à la minute. Chaque fois que les officiers, commandant ces batteries, comprennent qu’il valait mieux ne pas engager la lutte contre l’artillerie adverse mais contre l’infanterie, des résultats visibles sont obtenus. Il semble même que la majorité des pertes prussiennes leur soit imputable.

Cavalerie

La précision des fusils tels que le Chassepot et l'utilisation d'obus percutants rendent les charges de cavalerie inutiles. A ce titre, la guerre franco-allemande (avec la guerre de sécession) marque le déclin irrémédiable de cette arme qui avait dominé les champs de bataille pendant 150 ans.

Troupes

La guerre de 1870: Gardes nationaux, Gardes mobiles, Pompiers et Volontaires français

Au début du conflit la France dispose de 265 000 soldats réunis dans l'Armée du Rhin contre 500 000 soldats prussiens auxquels s'ajoutent les forces de quatre États allemands du sud, soit un total de 800 000 soldats[2].

Bref rappel des faits

Une victoire sans appel de l'Allemagne

"Discussions sur la guerre dans un café parisien", paru dans The Illustrated London News le 17 septembre 1870

Mal préparés, très inférieurs en nombre et très mal commandés, les Français sont sévèrement battus dans plusieurs batailles, où ils font cependant quelquefois preuve de panache : menacé d'encerclement par l'armée du Kronprinz à Frœschwiller, Mac Mahon sacrifie sa cavalerie pour dégager un axe de retraite vers Metz et Verdun. À la bataille de Frœschwiller-Wœrth, les régiments cuirassiers chargent héroïquement dans Frœschwiller et dans Morsbronn où ils sont écrasés par les coalisés : des premier et deuxième régiments de cuirassiers il ne restera que peu de survivants[3].
Le 2 septembre, à la bataille de Sedan, l'empereur français Napoléon III se rend avec 100 003 soldats, 419 canons et 6 000 chevaux.
Cela entraîne deux jours plus tard une révolution sans violence à Paris et la création d'un gouvernement de défense nationale. Une nouvelle défaite française écrasante a lieu à Metz, où le maréchal Bazaine se rend avec 180 000 soldats le 29 octobre. Un armistice est signé le 28 janvier 1871, dix jours après la proclamation de Guillaume comme empereur allemand à Versailles. La stratégie de Bismarck est une réussite.

Napoléon III et Bismarck, le 2 septembre 1870 à Donchery, entrevue après la bataille de Sedan. Reproduction d'une œuvre de Wilhelm Camphausen.

Les pertes humaines

Cette guerre fait 44 000 morts dans les rangs de l'armée allemande soit 14% des effectifs, (dont la moitié de maladie), 128 000 blessés et 100 000 malades.

Elle coûte à la France 139 000 morts (au combat ou de maladie), 143 000 blessés et 320 000 malades. Ces chiffres comprennent aussi les civils touchés par les bombardements, la famine et les tragédies telle celle du camp de Conlie.

La variole a aussi décimé les rangs de ces deux armées. Cependant, les Prussiens qui connaissaient l'efficacité du rappel antivariolique ont eu nettement moins de pertes dues à la variole. En effet, sur 8 500 Prussiens contaminés, 450 en sont morts. En revanche, les Français qui ne connaissaient pas le rappel du vaccin ont eu 125 000 contaminations et 23 500 décès.

L'insurrection de la Commune

Cependant, la Garde nationale et les ouvriers de Paris refusent d'accepter la défaite, critiquant le gouvernement conservateur pour n'avoir pas su organiser une résistance nationale efficace, et prennent le contrôle de la capitale le 18 mars, mettant en place un gouvernement insurrectionnel : la Commune de Paris. Avec l'accord tacite des Prussiens, celle-ci est combattue puis écrasée lors de la « Semaine sanglante (21-28 mai) par le gouvernement d'Adolphe Thiers réfugié à Versailles.

Le traité de paix

Le traité de paix préliminaire franco-allemand, signé à Versailles le 26 février, est confirmé par le traité de Francfort (10 mai 1871).
La France doit rendre à l'Allemagne les pays annexés par Louis XIV en 1681 : les quatre anciens départements de l'Alsace-Lorraine (Haut-Rhin sauf Belfort, Bas-Rhin, une très grosse partie du département de la Moselle, une grosse partie du département de la Meurthe et une toute petite partie du département des Vosges qui constituent jusqu'en 1919 la province allemande d'Alsace-Lorraine) et payer une indemnité de guerre de 5 milliards de francs or.
Les troupes allemandes occupent une partie de la France jusqu'à ce que le total des indemnités soit versé en septembre 1873.
L'annexion devait concerner la Moselle et l'Alsace dont le territoire de Belfort, mais étant donné la bravoure des troupes françaises du colonel Pierre Philippe Denfert-Rochereau lors du siège de Belfort, ce territoire resta à la France en contrepartie d'autres territoires lorrains (les villages correspondant au champ de Bataille de Saint Privat :"le tombeau de ma garde" disait Guillaume Ier de Prusse).

Conséquences de la guerre : naissance de l'Empire allemand et de la IIIe République française

Alors que la guerre unit tout l'Empire allemand sous la couronne prussienne, la France devient une république (février 1875) où la mémoire de la Commune divise longtemps la droite et la gauche. Une conséquence indirecte de la guerre est que les États pontificaux, qui ne sont plus sous protection française, sont annexés (le 20 septembre 1870) par l'Italie, complétant l'unification du pays. L'Allemagne décide aussi d'annexer l'Alsace et la Lorraine, qui seront reprises à la fin de la Première Guerre mondiale.

La conséquence immédiate de cette guerre est l'avènement de l'Allemagne bismarckienne qui va dominer seule l'Europe continentale pendant près de trente ans. La France évincée est diplomatiquement isolée. Mais en animant plus que jamais le nationalisme, reste en France le sentiment d'une revanche à prendre qui s'amplifie jusqu'en 1914 (Première Guerre mondiale).

Principales batailles

WissembourgForbach-SpicherenWœrthBorny-ColombeyStrasbourgMars-la-TourGravelotteMetzBeaumontNoisevilleSedanBellevueChâteaudunBouvet et Météor (navale)CoulmiersAmiensBeaune-la-RolandeOrléansl'HallueBapaumeVillersexelLe MansHéricourtDijon - St-QuentinBuzenvalParisBelfort

Notes et références

  1. Intègre la confédération au cours du conflit
  2. Dans la Grande Histoire de la Commune - Édition du centenaire, Georges Soria donne pour les effectifs immédiatement disponibles au début du conflit : 230 000 pour les troupes françaises contre 384 000 pour leurs homologues allemandes. Von Moltke dans la Guerre de 1870 admet un chiffre sensiblement supérieur au bénéfice de l'armée allemande
  3. C'est par analogie que certains donnent à cet épisode le nom de "Charge des cuirassiers de Reichshoffen" : les cuirassiers sont basés dans ce village avant la charge.

Orientations bibliographiques

Ouvrages historiques

  • Pierre Lehaucourt, Histoire de la guerre de 1870-1871, Berger-Levrault, 1893-1907 (quinze tomes)
  • Lt-Colonel Rousset, Histoire générale de la guerre franco-allemande (1870-1871), Librairie illustrée Jules Tallandier, vers 1910 (deux tomes)
  • Henri Guillemin, Cette curieuse guerre de 70 : Thiers, Trochu, Bazaine, Gallimard, Collection La suite des Temps, 1956, 266 pages.
  • Henri Guillemin, L'héroïque défense de Paris (1870 - 1871), Gallimard, Collection La suite des Temps, 1959, 422 pages.
  • Henri Guillemin, La capitulation (1871), Gallimard, Collection La suite des Temps, 1960, 410 pages.
  • François ROTH, La guerre de 1870, Fayard, 1990
  • Roland Hoyndorf et Willy Schneider La perte de l'Alsace Lorraine, Éditions Coprur.

Romans

Nouvelles

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens internes

Liens externes

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle

Ce document provient de « Guerre franco-allemande (1870) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1870-1871 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bitche Pendant Le Siège De 1870-1871 — Histoire de Bitche Avant 1870 Pendant le siège de 1870 1871 De 1871 à 1918 De 1918 à 1939 En 1939 De 1940 à 1944 En 1945 Sommaire 1 …   Wikipédia en Français

  • Bitche pendant le siege de 1870-1871 — Bitche pendant le siège de 1870 1871 Histoire de Bitche Avant 1870 Pendant le siège de 1870 1871 De 1871 à 1918 De 1918 à 1939 En 1939 De 1940 à 1944 En 1945 Sommaire 1 …   Wikipédia en Français

  • Bitche pendant le siège de 1870-1871 — Histoire de Bitche Avant 1870 Pendant le siège de 1870 1871 De 1871 à 1918 De 1918 à 1939 En 1939 De 1940 à 1944 En 1945 Bitche ayant été classée place forte de première classe en 1850, elle fut assiégée, au cours de la guerre franco prussienne,… …   Wikipédia en Français

  • Members of the South Australian House of Assembly, 1870–1871 — This is a list of members of the sixth parliament of the South Australian House of Assembly, which sat from 27 May 1870 until 23 November 1871. The members were elected at the 1870 state election. Previous assembly: 1868–1870 Next assembly:… …   Wikipedia

  • Франко-прусская или франко-германская война 1870—1871 гг. — Происхождение войны. С 1866 г. Наполеон III сильно опасался Пруссии и был раздражен тем, что Бисмарк после австро прусской войны не дал Франции компенсации , на которую сильно рассчитывал император. Со своей стороны Пруссия деятельно готовилась к …   Энциклопедический словарь Ф.А. Брокгауза и И.А. Ефрона

  • Франко-прусская война 1870-1871 —         война между Францией, с одной стороны, и Пруссией, а также др. государствами Северо Германского союза (См. Северо Германский Союз) и Южной Германии (Баварией, Вюртембергом, Баденом, Гессен Дармштадтом) – с другой. Была порождена глубокими …   Большая советская энциклопедия

  • Франко-прусская война 1870—1871 — Франко прусская война Войны за объединение Германии Битва при Марс ла Тур 16 августа 1870 …   Википедия

  • Франко-прусская война 1870 - 1871 — Франко прусская война 1870√1871, война между Францией, с одной стороны, и Пруссией, а также др. государствами Северо Германского союза и Южной Германии (Баварией, Вюртембергом, Баденом, Гессен Дармштадтом) √ с другой. Была порождена глубокими… …   Большая советская энциклопедия

  • Members of the Queensland Legislative Assembly, 1870–1871 — This is a list of members of the Queensland Legislative Assembly from 1870 to 1871, as elected at the 1870 state elections. Name Electorate Term in office Travers Atkin East Moreton 1868–1869; 1870–1872 Joshua Peter Bell Northern Downs 1862–1879… …   Wikipedia

  • Médaille commémorative de la guerre 1870-1871 — Décerné par …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”