Leon Gambetta

Léon Gambetta

Léon Gambetta
48e Président du Conseil des ministres
Léon Gambetta
Léon Gambetta par Léon Bonnat

Actuellement en fonction
Mandat actuel
Depuis le {{{début mandat actuel}}}
Président(s) {{{président actuel}}}
Président fédéral {{{président fédéral actuel}}}
Président(s) de la République {{{président de la république actuel}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation actuel}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état actuel}}}
Souverain(s) {{{Souverain}}}
Monarque(s) {{{monarque actuel}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur actuel}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement actuel}}}
Législature(s) {{{législature actuel}}}
Majorité(s) {{{coalition actuel}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint actuel}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur actuel}}}

{{{mandat4}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Président(s) {{{président4}}}
Président fédéral {{{président fédéral4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état4}}}
Monarque(s) {{{monarque4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement4}}}
Législature(s) {{{législature4}}}
Majorité(s) {{{coalition4}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{mandat3}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
Président(s) {{{président3}}}
Président fédéral {{{président fédéral3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état3}}}
Monarque(s) {{{monarque3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement3}}}
Législature(s) {{{législature3}}}
Majorité(s) {{{coalition3}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{mandat2}}}
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
Président(s) {{{président2}}}
Président fédéral {{{président fédéral2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état2}}}
Monarque(s) {{{monarque2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement2}}}
Législature(s) {{{législature2}}}
Majorité(s) {{{coalition2}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur2}}}
Successeur {{{successeur2}}}

Mandat
14 novembre 1881 - 30 janvier 1882
Monarque(s) {{{monarque1}}}
Président(s) {{{président1}}}
Président fédéral {{{président fédéral1}}}
Président(s) de la République Jules Grévy
Président(s) de la Nation {{{président de la nation1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur1}}}
Gouvernement(s) Gambetta
Législature(s) IIIe législature
Majorité(s) {{{coalition1}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint1}}}
Prédécesseur Jules Ferry
Successeur Charles de Freycinet

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
Période
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président(s) {{{président 1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 1}}}
Monarque(s) {{{monarque 1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 1}}}
Premier ministre {{{premier ministre 1}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 1}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 1}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 1}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 1}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 1}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 1}}}
Législature(s) {{{législature 1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 1}}}
Successeur {{{successeur 1}}}

{{{fonction2}}}
Période
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président(s) {{{président 2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 2}}}
Monarque(s) {{{monarque 2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 2}}}
Premier ministre {{{premier ministre 2}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 2}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 2}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 2}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 2}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 2}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 2}}}
Législature(s) {{{législature 2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 2}}}
Successeur {{{successeur 2}}}

{{{fonction3}}}
Période
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président(s) {{{président 3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 3}}}
Monarque(s) {{{monarque 3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 3}}}
Premier ministre {{{premier ministre 3}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 3}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 3}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 3}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 3}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 3}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 3}}}
Législature(s) {{{législature 3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 3}}}
Successeur {{{successeur 3}}}

{{{fonction4}}}
Période
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président(s) {{{président 4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 4}}}
Monarque(s) {{{monarque 4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 4}}}
Premier ministre {{{premier ministre 4}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 4}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 4}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 4}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 4}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 4}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 4}}}
Législature(s) {{{législature 4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 4}}}
Successeur {{{successeur 4}}}

{{{fonction5}}}
Période
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président(s) {{{président 5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 5}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 5}}}
Monarque(s) {{{monarque 5}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 5}}}
Premier ministre {{{premier ministre 5}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 5}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 5}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 5}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 5}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 5}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 5}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 5}}}
Législature(s) {{{législature 5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 5}}}
Successeur {{{successeur 5}}}

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président(s) {{{président 6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 6}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 6}}}
Monarque(s) {{{monarque 6}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 6}}}
Premier ministre {{{premier ministre 6}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 6}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 6}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 6}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 6}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 6}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 6}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 6}}}
Législature(s) {{{législature 6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 6}}}
Successeur {{{successeur 6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président(s) {{{président 7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 7}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 7}}}
Monarque(s) {{{monarque 7}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 7}}}
Premier ministre {{{premier ministre 7}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 7}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 7}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 7}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 7}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 7}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 7}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 7}}}
Législature(s) {{{législature 7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 7}}}
Successeur {{{successeur 7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président(s) {{{président 8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 8}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 8}}}
Monarque(s) {{{monarque 8}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 8}}}
Premier ministre {{{premier ministre 8}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 8}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 8}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 8}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 8}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 8}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 8}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 8}}}
Législature(s) {{{législature 8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 8}}}
Successeur {{{successeur 8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président(s) {{{président 9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 9}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 9}}}
Monarque(s) {{{monarque 9}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 9}}}
Premier ministre {{{premier ministre 9}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 9}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 9}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 9}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 9}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 9}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 9}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 9}}}
Législature(s) {{{législature 9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 9}}}
Successeur {{{successeur 9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président(s) {{{président 10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 10}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 10}}}
Monarque(s) {{{monarque 10}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 10}}}
Premier ministre {{{premier ministre 10}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 10}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 10}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 10}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 10}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 10}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 10}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 10}}}
Législature(s) {{{législature 10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 10}}}
Successeur {{{successeur 10}}}

{{{fonction11}}}
Période
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président(s) {{{président 11}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 11}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 11}}}
Monarque(s) {{{monarque 11}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 11}}}
Premier ministre {{{premier ministre 11}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 11}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 11}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 11}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 11}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 11}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 11}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 11}}}
Législature(s) {{{législature 11}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 11}}}
Successeur {{{successeur 11}}}

Biographie
Nom de naissance {{{nom naissance}}}
Naissance 2 avril 1838
France Cahors, Lot (France)
Décès 31 décembre 1882 (à 44 ans)
France Sèvres, Seine-et-Oise (France)
Nature du décès
Nationalité Française
Parti politique Union républicaine
Conjoint
Enfants
Diplômé de Faculté de droit de Paris
Profession Avocat
Résidence
Signature

Présidents du Conseil des ministres français
Croquis du tribun Gambetta.

Léon Gambetta, né le 2 avril 1838 à Cahors et mort le 31 décembre 1882 (à 44 ans) à Sèvres, est un homme politique français républicain. Il a été président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 14 novembre 1881 au 30 janvier 1882[1].

Sommaire

Biographie

Origines et formation

Léon Gambetta appartient à une famille de commerçants aisés de Cahors. Son grand-père, Baptiste, originaire de Ligurie, a ouvert une épicerie, le Bazar génois, reprise et développée par son fils, Joseph. Ce dernier épouse une fille de pharmacien, Marie-Magdelaine Massabie.

Léon Gambetta est inscrit par son père au petit séminaire de Monfaucon quelques jours avant la rentrée de 1848. Il admis le 7 novembre comme interne en 7e. Malgré un comportement turbulent, ses maitres remarquent ses qualités lors des deux années de scolarité à Montfaucon : Conduite : dissipé. Application : médiocre. Caractère : très bon, très léger, enjoué, espiègle. Talent : remarquable, intelligence très développée[2].

En 1849, il est victime d’un accident et perd l'usage de son œil droit. Il en sera énucléé avec succès en 1867 par le docteur Louis de Wecker[3]. Il poursuit ses études au lycée de Cahors et obtient le baccalauréat ès lettres. Il s’inscrit ensuite à la faculté de droit de Paris, en 1857 et obtient sa licence en 1860 et devient avocat. Il fréquente également les milieux républicains qui se réunissent dans le quartier latin au café Voltaire. Entre-temps, en 1859, il demande et obtient sa naturalisation[4].

Un républicain sous le Second Empire

En tant que jeune avocat, il est accepté à la Conférence Molé. Il devient le collaborateur d’Adolphe Crémieux et se lie avec Clément Laurier et Jules Ferry. Il se rapproche également des députés de l’opposition : Jules Favre, Émile Ollivier, Ernest Picard, Alfred Darimon et Louis Hénon. Il participe à la campagne électorale de 1863 et approuve le discours de Thiers sur les « libertés nécessaires ». Il devient l’ami d’Eugène Spuller et d’Arthur Ranc, fréquente Allain-Targé et Challemel-Lacour[5].

Le procès de Baudin, en 1868, le fait connaître. Charles Delescluze, journaliste républicain, opposant au Second Empire était inculpé pour avoir ouvert une souscription publique dans son journal afin d’ériger un monument à la mémoire de Jean-Baptiste Baudin, député de la Deuxième République. Ce dernier était mort en s’opposant aux côtés des ouvriers au coup d'État de Napoléon III le 3 décembre 1851. Chargé de la défense de Charles Delescluze, Gambetta prononce une plaidoirie politique dans laquelle il critique le régime du Second Empire et le coup d'État du 2 décembre. Delescluze est condamné à six mois de prison et 2000 francs d’amende, mais l’effet politique du discours fait de Gambetta un espoir du parti républicain[6].

À l’occasion des élections législatives de 1869, Gambetta décide de se présenter dans la première circonscription de la Seine, dont le centre est le quartier populaire de Belleville, habité par des commerçants, des artisans et des ouvriers de petites entreprises. Le programme électoral, connu sous le nom de « Programme de Belleville » est rédigé par le comité républicain de Belleville. De tonalité assez radicale, il réclame l’extension des libertés publiques, la séparation des Églises et de l’État, l’élection des fonctionnaires, la suppression des armées permanentes et des réformes économiques. Il accepte également de se présenter à Marseille. Au même moment, il est initié dans la loge La Réforme, à laquelle appartiennent également Gustave Naquet et Maurice Rouvier. Arrivé en tête au premier tour à Belleville et à Marseille, il choisit cette dernière pour le second tour et en devient le député. À la Chambre, il s’oppose à Émile Ollivier[7].

La Défense nationale

Lors de la guerre de 1870, à la suite de la défaite de Sedan, la Troisième République est proclamée le 4 septembre 1870. Les députés de la Seine forment un gouvernement provisoire, présidé par le général Trochu. Gambetta prend le ministère de l’Intérieur. Il révoque les préfets du Second Empire et nomme à leur place des militants républicains, avocats ou journalistes. La situation militaire continue de se dégrader. Paris et la plupart des membres du gouvernement provisoire sont encerclés le 19 septembre 1870. Certains autres membres, dont Adolphe Crémieux, ont été cependant envoyés à Tours, où ils forment une Délégation. Le 7 octobre, Gambetta, accompagné de Spuller, quitte Paris en ballon. Il arrive à Tours le 9. Gambetta s’approprie alors la fonction de ministre de la Guerre, qu’il cumule avec le ministère de l’Intérieur. Il nomme Charles de Freycinet « délégué du ministre auprès de département de la Guerre », le 11 octobre. Gambetta doit également faire face à l’agitation de républicains radicaux dans certaines villes, comme Lyon, Marseille et Toulouse [8].

Devant l’avancée de l’armée prussienne, la Délégation doit quitter Tours et s’installe à Bordeaux, le 9 décembre 1870. La situation se dégrade lorsque Jules Favre signe, pour le gouvernement provisoire, un armistice de vingt-et-un jours avec Bismarck, le 29 janvier. Le 1er février, un membre du gouvernement provisoire, Jules Simon, est envoyé à Bordeaux. Gambetta démissionne, le 6 février 1871[9].

De la guerre au « Grand Ministère »

Après 1871, Gambetta contribue, par ses voyages et ses discours, à faire accepter la République. Il devient le principal leader de l’opposition et joue un rôle déterminant après la crise du 16 mai 1877. Au cours de cette période, il met en place un système de conquête du pouvoir. Il dit notamment une célèbre phrase à Mac Mahon, alors Président de la République (de surcroît royaliste) “ Quand la France aura fait entendre sa voix souveraine, il faudra se soumettre ou se démettre ! ” (15 août 1877). En effet, les républicains furent majoritaires à l'Assemblée dès 1876, mais le Président de la République était royaliste (Mac Mahon) et peu enclin à la cohabitation au pouvoir. À l’Assemblée nationale puis à la Chambre des députés, il siège avec ses amis de l’Union républicaine dans des commissions parlementaires importantes. Il devient président de la Chambre des députés en 1879. Ses deux journaux, La République française et La Petite République française, diffusent les idées républicaines modérées. Il met en place ou fédère un réseau d’associations, de comités et de cercles[10].

Sa popularité provoque l’inquiétude de certains de ses alliés. Les ferrystes, les libéraux républicains et le président de la République Jules Grévy s’inquiètent de ses tendances au pouvoir personnel. Les radicaux (Clemenceau) le trouvent trop modéré. Lorsqu’il parvient à être président de la Chambre, de janvier 1879 à novembre 1881, il s’aliène une partie de la gauche sans arriver à rassurer la droite[11].

La campagne pour les élections législatives de 1881 opposent essentiellement les radicaux aux républicains modérés. Le scrutin est remporté par les proches de Gambetta. Jules Ferry et les responsables de la Gauche républicaine décident de s’entendre avec lui. Gambetta doit entrainer à sa suite les hommes de l’Union républicaine et les détacher de l’extrême gauche[12].

Le « Grand Ministère »

Article détaillé : Gouvernement Léon Gambetta.

Gambetta est nommé président du Conseil le 14 novembre 1881. À l’origine, il souhaitait mettre en place un cabinet d’union républicaine, qui aurait rassemblé tous les grands chefs du mouvement, sauf les radicaux. En raison du refus de Léon Say, Freycinet et Ferry, il compose un cabinet Union républicaine, constitué de membres jeunes et relativement peu connus. Gambetta prend aussi le portefeuille des Affaires étrangères. Les autres ministres sont Cazot (Justice), Waldeck-Rousseau (Intérieur), Allain-Targé (Finances), Paul Bert (Instruction publique), Raynal (Travaux publics), Campenon (Guerre), Gougeard (Marine). L’Agriculture (Devès) est séparé du Commerce (Maurice Rouvier). Le secrétariat des Beaux-Arts devient un ministère à part entière ; il est confié à Antonin Proust. Adolphe Cochery est nommé aux Postes et Télégraphes. Le gouvernement compte enfin neuf sous-secrétaires d’État, dont Eugène Spuller (Affaires étrangères) et Félix Faure (Commerce et Colonies)[13].

Le nouveau cabinet marque plusieurs innovations significatives. L’Agriculture devient un ministère à part entière. Les Colonies sont détachées de la Marine et rattachées au Commerce. La constitution d’un ministère des Arts est une nouveauté importante, destinée à répandre le goût de la culture et des arts dans les classes populaires. Elle marque la naissance d’une politique culturelle française ambitieuse et démocratique[14].

Le gouvernement a plusieurs projets de réformes : réorganisation judiciaire, réduction du service militaire, loi sur les associations, création d’institutions de prévoyance et d’assistance, réforme des sociétés financières, développement de l’éducation nationale, réforme des rapports entre l’État et les Églises[15].

L’attitude autoritaire de Gambetta vis-à-vis de la Chambre blesse les parlementaires. La circulaire Waldeck-Rousseau aux préfets et la nomination de personnalités ralliées récemment à la République à des postes importants sont particulièrement critiquées. La circulaire Waldeck-Rousseau visait à affranchir l’administration de la pression des députés. Considérée comme jacobine, elle est critiquée par les républicains libéraux[16].

Le 14 janvier 1882, Gambetta dépose un projet de réforme constitutionnelle, qui propose de changer le mode de scrutin et de l’inscrire dans la Constitution. Il prévoit aussi d’élargir la base électorale du Sénat et de limiter ses pouvoirs financiers. Le projet est repoussé, certains républicains ayant voté avec les conservateurs. Le gouvernement tombe le 30 janvier 1882. L’échec de son gouvernement montre le refus, par la Chambre, d’un exécutif fort[17].

Léon Gambetta meurt quelques mois plus tard, le 31 décembre 1882, d'une blessure qu'il s'était faite en nettoyant son pistolet le 27 décembre 1882. Il est inhumé au cimetière du Château, à Nice, où sa famille s’était installée[18].

Le 20 Novembre 1920, son coeur est transféré au Panthéon. Il repose dans une urne placée dans l'escalier qui descend à la crypte.

Liste des mandats et des responsabilités politiques

  • 1869 - 1871 : député de Marseille ;
  • 1870 - 1871 : ministre de l’Intérieur du gouvernement provisoire de la IIIe République ; chef de la Délégation ;
  • 1871 - 1871 : député du Bas-Rhin - démissionne lors de l’annexion de l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne ;
  • 1871 - 1873 : député de la Seine ;
  • 1873 - 1881 : député du 20e arrondissement de Paris ;
  • 1879 - 1879 : candidat à l’élection présidentielle ;
  • 1879 - 1881 : président de la Chambre des députés ;
  • 1881 - 1882 : président du Conseil ;
  • 1881 - 1882 : ministre des Affaires étrangères.
Précédé par Léon Gambetta Suivi par
Jules Ferry
Président du Conseil
14 novembre 1881 - 26 janvier 1882
Charles de Freycinet
Jules Barthélemy-Saint-Hilaire
Ministre français des Affaires étrangères
1881-1882
Charles de Freycinet

Ses journaux

Léon Gambetta a fondé différents journaux :

Images

Notes et références

  1. Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Perrin, Paris, 2007, p. 330.
  2. Anne Gary, Montfaucon en Quercy : À la découverte du passé, t. 2, Éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 23 mai 1993, 127 p. (ISBN 2-87624-054-8), p. 229, 230 
  3. http://www.snof.org/histoire/gambetta.html
  4. Pierre Barral, Léon Gambetta. Tribun et stratège de la République (1838-1882), Privat, Toulouse, 2008, 314 p., ici p. 22-26.
  5. Pierre Barral, op. cit., p. 27-31.
  6. Pierre Barral, op. cit., p. 17-21.
  7. Pierre Barral, op. cit., p. 31-46
  8. Pierre Barral, op. cit., p. 62-78
  9. Pierre Barral, op. cit., p. 78-82
  10. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 330-331.
  11. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 331-332.
  12. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 332-333.
  13. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 333-334.
  14. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 334.
  15. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 334-335.
  16. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 335.
  17. Benoît Yvert (dir.), op. cit., p. 336.
  18. Pierre Barral, op. cit., p. 262-264.

Bibliographie

  • Lettres de Gambetta, recueillies et annotées par Daniel Halévy et Émile Pillias, Grasset, Paris, 1938
  • Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, édités par Joseph Reinach, Charpentier, Paris, 1881-1885, 11 volumes.


  • Pierre Barral, Les Fondateurs de la IIIe République, Armand Colin, Paris, 1968.
  • Pierre Barral, Léon Gambetta. Tribun et stratège de la République (1838-1882), Privat, Toulouse, 2008, 314 p.
  • André Beauguitte ,"Le Tiroir secret " Lettres de Léonie Léon à Gambetta, Presse-Diffusion,1968,260 p.
  • Éric Bonhomme, La République improvisée. L’exercice du pouvoir sous la Défense nationale (4 septembre 1870-8 février 1871), Talence, Eurédit 2000, 532 p.
  • Dimitri Casali et Liesel Schiffer, Ces immigrés qui ont fait la France, éd. Aubanel, Paris, 2007, 223 p. (ISBN 270060511X et ISBN 978-2700605112)
  • J.P. Bury, Gambetta’s Final Years. The Era of Difficulties, 1877-1882, Longman, Londres, 1982.
  • J. Chastenet, Gambetta, Paris, 1998
  • Jérôme Grévy, La République des opportunistes, Perrin, Paris, 1998.
  • Jean-Marie Mayeur, Gambetta, la patrie et la république, Paris, Fayard, 2008, 568 p.
  • Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Perrin, Paris, 2007, 916 p.

Voir aussi

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource : Léon Gambetta.

Liens internes

Liens externes


  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du Lot Portail du Lot
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
Ce document provient de « L%C3%A9on Gambetta ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Leon Gambetta de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Léon Gambetta — par Léon Bonnat Mandats 39e président du Conseil des ministres français (48e …   Wikipédia en Français

  • Leon Gambetta — Léon Gambetta um 1870, Aufnahme Nadar Léon Gambetta (Gravur, zwischen 1870 und 1885) Léon Gambetta (* 2. April …   Deutsch Wikipedia

  • Léon Gambetta — um 1870, Aufnahme Nadar …   Deutsch Wikipedia

  • Léon Gambetta — Léon Michel Gambetta fue un político francés nacido en Cahors el 2 de abril de 1838 y fallecido en Ville d Avray (Altos del Sena) el 31 de diciembre de 1882. Primeros años Era hijo de emigra …   Wikipedia Español

  • Léon Gambetta — Infobox Prime Minister name=Léon Gambetta order=45th Prime Minister of France term start =14 November 1881 term end =30 January 1882 predecessor =Jules Ferry successor =Charles de Freycinet birth date =2 April 1838 death date =death date and… …   Wikipedia

  • Léon Gambetta, le réformateur républicain — Léon Gambetta Léon Gambetta 48e Président du Conseil des ministres …   Wikipédia en Français

  • Léon Gambetta (1901) — Die Léon Gambetta Übersicht Typ …   Deutsch Wikipedia

  • Léon Gambetta (disambiguation) — These are other uses for the name Léon Gambetta.Léon Gambetta class French naval armoured cruiser class * Léon Gambetta (1901) torpedoed 1915 * Jules Férry (1903) * Victor Hugo (1904) scraped 1930 …   Wikipedia

  • Classe Léon Gambetta — Léon Gambetta Histoire A servi dans Marine française Quille posée janvier 1901 Lancement …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Léon Gambetta — Régime Troisième République Président du Conseil Léon Gambetta Début 14 novembre 1881 Fin 26 janvier 1882 Durée …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”