Opération Harmattan


Opération Harmattan
Opération Harmattan
Palmaria bengasi 1903 0612 b1.jpg
Canons automoteur Palmaria libyens détruit par l'aviation française le premier jour de l'opération.
Informations générales
Date 19 mars 2011 - 31 octobre 2011
Lieu Libye
Issue Fin du régime de Kadhafi
Belligérants
Drapeau de la France République Française Drapeau de la Libye Jamahiriya arabe libyenne
Commandants
Drapeau de la France Nicolas Sarkozy

Drapeau de la France François Fillon
Drapeau de la France Édouard Guillaud
Drapeau de la France Jean-Paul Paloméros

Drapeau de la Libye Mouammar Kadhafi

Drapeau de la Libye Saïf al-Islam Kadhafi
Drapeau de la Libye Khamis Kadhafi
Drapeau de la Libye Saadi Kadhafi
Drapeau de la Libye Abou Bakr Younès Jaber

Forces en présence
Drapeau de la France Armée de l'air française

Drapeau de la France Marine nationale
Drapeau de la France Armée de terre
(ALAT)

Flag of Libya (1977).svg Forces armées libyennes fidèles à Kadhafi
  • Milices
  • Mercenaires étrangers
Pertes
Aucune perte humaine et matérielle par accident ou combat Lourdes pertes matérielles militaires
pertes humaines militaires sans doute conséquentes mais non détaillées au 5 septembre
Guerre civile libyenne de 2011
Batailles
1er Benghazi · El Beïda · Derna · Tobrouk · 1er Tripoli · Misrata · 1er Zaouïa · Djebel Nefoussa (1er Dehiba · 2e Dehiba · Al Goualiche · Bir Ghanam · Gharyan) · 1er Brega · 1er Ras Lanouf · 1re Ben Jawad · 2e Ras Lanouf · 2e Brega · Zouara· 1er Ajdabiya · 2e Benghazi· 2e Ajdabiya · 1re golfe de Syrte (3e Ras Lanouf · 2e Ben Jawad) · 3e Brega · Al Jawf · Front de Misrata (2e Zliten · 3e Zliten · Tawarga · 4e Zliten) · 1er Zliten · 1er Sebha · 2e Zaouïa · 4e Brega · Fezzan (Al Quatrun · Mourzouq · 2e Sebha · Al Wyg · Birak) · Msallata · 5e Brega · 3e Zaouïa · Ras Jedir · Sorman · Sabratha · 2e Tripoli · 2e golfe de Syrte (Syrte) · Offensive de Bani Walid (Tarhounah - Bani Walid)

Intervention militaire de l'OTAN · Opération Harmattan (France) · Opération Odyssey Dawn (États-Unis) · Opération Mobile (Canada)

L'opération Harmattan (du nom du vent Harmattan) est la contribution française à l'intervention militaire de 2011 en Libye dans le cadre de la guerre civile libyenne. Elle a commencé le 19 mars 2011.

Les missions offensives sont effectuées principalement par les avions de l'armée de l'air française et de la marine nationale française avec l'appui d'hélicoptères de l'aviation légère de l'armée de terre embarqué sur un navire de la classe Mistral.

Sommaire

Historique

AMD Rafale B de l'escadron de chasse et d'expérimentation 5/330 Côte d'Argent de la base aérienne 118 Mont-de-Marsan durant la guerre de Libye emportant 4 bombes AASM, 2 réservoirs et 2 MICA.

Depuis le 9 mars 2011, l'OTAN maintient ses avions de guet aérien Boeing E-3 Sentry en vol 24 heures sur 24 au-dessus de la Méditerranée centrale[1]. Le même jour, la marine nationale française aurait catapulté du Charles-de-Gaulle un chasseur-bombardier Rafale doté d'une nacelle de reconnaissance[2].

Le 19 mars 2011 à 12 h 30 UTC[3] commencent les opérations aériennes avec la patrouille de huit Rafale (dont deux équipés de la nacelle de reconnaissance Reco-NG), de deux Mirage 2000D, de deux Mirage 2000-5, de six avions ravitailleurs KC-135FR et d'un Boeing E-3F Sentry[4]. Les missions durent 6 h 30 pour les chasseurs partis de France, dont 2 h 30 de patrouille au-dessus de la Libye. L'Armée de l'air française est vite rejointe par d'autres nations, dont les États-Unis, avec les F/A-18 embarqués sur l'USS Enterprise, mouillant dans le golfe de Syrte[2].

Le 19 mars 2011, à 14 h 45 UTC, la Présidence de la République française annonce que « d'ores et déjà, nos avions empêchent les attaques aériennes sur la ville de Benghazi[5]. ». Ces premiers tirs ont étaient effectué par des Mirage 2000D de l'escadron de chasse 3/3 Ardennes larguant quatre GBU-12 et guidant également les tirs d'AASM largué depuis des Rafale. La presse annonce aussi la destruction de quatre blindés gouvernementaux lors de la seconde Bataille de Benghazi[6].

Le 20 mars 2011, le groupe aéronaval français basé autour du Charles-De-Gaulle quitte Toulon et à partir du 22 mars, l'aviation navale embarqué participent activement aux opérations[7].

Le 24 mars 2011, un avion radar Boeing E-3 Sentry de la coalition détecte un aéronef qui opère en violation de la résolution 1973 des Nations Unies dans la zone de Misratah, à 200 km à l'est de Tripoli. Une patrouille de Mirage 2000 et une patrouille Rafale de l'armée de l'air française sont envoyées sur zone et confirment la présence d'un avion de combat Soko G-2 Galeb de l'armée de l'air libyenne qui atterrit sur l'aéroport de Misratah. Les Rafale détruisent alors l'appareil au moyen d'une frappe air-sol à l'aide d'une bombe guidée AASM[8].

Au moins cinq autres avions présentés alors comme des Galeb et deux Mi-35 sont détruits au même endroit le 26 mars 2011 mais des photos satellite montrent qu'il s'agit de cinq MiG-23 auquel le nez a été enlevé.

Dans la nuit du 23 au 24 mars, un raid mené avec 7 missiles de croisière SCALP par des Rafale et des Mirage 2000D détruit des dépôts de munition, des installations de maintenance et le centre de commandement de la base aérienne d'al-Joufra.

La nuit suivante, l'aviation française détruit avec une bombe guidée laser GBU-12 une batterie d’artillerie située dans les environs d’Ajdabiya[9]. Finalement, le siège de la ville se termine le même jour après la destruction de 7 chars T-72 par des Panavia Tornado GR.4 de la Royal Air Force armés de missiles antichar Brimstone[10] et des Mirage 2000[11].

Le 29 mars, les avions de l’armée de l’air et de la marine françaises ont conduit des frappes sur des véhicules blindés et sur un important dépôt de munitions dans les régions de Misrata et Zintan[12].

Au 31 mars, l'opération est intégrée à celle de l'OTAN.

Entre le jeudi 31 mars 2011 à 6 h 00 et le jeudi 7 avril 2011 à 6 h 00, les avions de l’armée de l’air et de la marine françaises ont réalisé près de 900 heures de vol, 120 sorties d’appui et d’interdiction aérienne, 24 sorties de reconnaissance, 13 sorties de détection et de contrôle, 22 sorties de ravitaillement en vol et 28 sorties de ravitaillement type « nounou », 22 sorties de défense aérienne depuis La Sude. Le bilan de la semaine pour les avions français est le suivant : Le 1er avril, un char détruit à l’ouest de Misratah. Le 2 avril, cinq véhicules blindés détruits dans la région de Syrte. Le 3 avril, deux porte-chars détruits dans la région de Ras Lanouf. Le 5 avril, un véhicule militaire détruit au sud-ouest de Brega. Le 6 avril, deux sites de missiles de défense anti-aérienne, l’un dans le sud de Zliten, l’autre à une centaine de kilomètres au sud de Syrte[13].

Au 5 avril 2011, les forces françaises ont tirés au total 11 missiles de croisière SCALP[14].

Depuis le 27 avril, des Mirage 2000D français utilisent, entre autres, des bombes d'entrainement de 300 kg pour traiter les véhicules ciblés en réduisant ainsi le risque de dommages collatéraux[15]. Les 1er, 2 et 3 juin des bombardements intensifs visent Tripoli et 10 explosions importantes sont entendues le 3 juin.

La frégate Al Ghardabia en 2005.

Dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 mai, une série de raids aérien franco-anglo-canadien met hors de combat 8 navires de guerre de la marine libyenne qui étaient à quai dans divers ports[16]. L'aviation française cible la frégate Al Ghardabia de classe Koni, principal bâtiment de combat des forces navales pro-Kadhafi, ainsi que de plusieurs patrouilleurs lance-missiles du type Combattante II[17].

Hélicoptères à bord du BPC Tonnerre.

Depuis le porte-hélicoptère d'assaut Tonnerre (L9014), des hélicoptères de combats de l'aviation légère de l'armée de terre française de type Tigre et Gazelle ont conduit pour la première fois dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 juin 2011[18]. Des frappes au sol en Libye et détruisent 20 objectifs dont 15 véhicules blindés et 2 centres de commandement.

C'est une première opération interarmées[19] et internationale, tant pour les français que pour les britanniques qui ont de leur part embarqués 4 hélicoptères Apache de l'armée de terre britannique sur le HMS Ocean (L12), « C'était la première mission opérationnelle des Apaches de l'armée britannique depuis la mer[trad 1] »,[20].

Les avions et les hélicoptères français ont effectué, du 9 au 16 juin, plus de 250 sorties (soit 30 de plus par rapport à la semaine précédente) dont 146 ont eu pour objet des attaques au sol, lesquelles ont permis de détruire une soixantaine d’objectifs (20 bâtiments et plus de 40 véhicules militaires, notamment dans les régions de Misrata, Tripoli et Brega).

Selon une déclaration du chef d’état-major de l’armée de terre Elrick Irastorza, lors d’une réunion de l’Association des Journalistes de Défense[21] : « C’est un véritable défi technique d’avoir autant de machines sur le BPC. Cela nécessite de la compétence et de l’entraînement, non seulement de la part des pilotes, mais aussi des mécaniciens et de tous les autres, en particulier lorsque vous considérez que la plupart des opérations se déroulent de nuit et en majorité sans lumière. »

Notons que les hélicoptères de l'ALAT, contrairement aux aéronefs de l'Armée de l'Air et de la Marine, ne sont pas équipés de la Liaison 16 et ne possèdent donc pas de connectivité avec les autres plates-formes opérant sur le théâtre d'opération.

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, un second-maître est décédé de mort naturelle en opération dans la nuit du 4 au 5 juillet à bord de la frégate anti-sous marine Georges-Leygues[22].

Entre le 12 et le 14 juillet 2011, le groupement aéromobile comprenant un total une vingtaine d'hélicoptères est transféré du porte-hélicoptères Tonnerre au Mistral (L9013) qui prend sa relève. En 2011, le Tonnerre retourne sur le théâtre des opérations pour effectuer la relève du Mistral.

Lors de la seconde bataille de Tripoli, un premier groupe 200 de la Katiba Tiger aidé par le Commando Hubert puis plusieurs autres groupes débarque de Misrata sur une plage de Tripoli [23].

A la mi-septembre 2011, les forces pro-Kadhafi contrôlent toujours un triangle au centre du pays entre Beni Walid, Syrte, et Shaba où 15% des forces initiales resteraient concentrées[24].

A la 43e semaine d'opération, entre le 8 septembre 2011, 6h00, et le 15 septembre 2011, 6h00, les forces françaises ont réalisé 96 sorties d'attaques au sol (Rafale Air, Mirage 2000-D, Mirage 2000-N et Mirage F1 ), 30 sorties de reconnaissance, surveillance (Mirage F1 CR, Atlantique 2, drone), 7 sorties de contrôle aérien (E3F) et 9 sorties de ravitaillement (C135)[25].

Le 20 octobre 2011 marque la quasi-fin de l'intervention militaire occidentale avec la mort de Mouammar Kadhafi. Alors que l'on ne savait pas qu’il était à bord, son convoi de plus de 40 véhicules armés quittant la ville de Syrte à été arrêté par un tir de missiles d'un drone américain puis, alors qu'ils se regroupaient, attaqués par un Mirage 2000D de l'escadron de chasse 3/3 Ardennes[26] accompagné d'un Mirage F1 CR. Le Mirage 2000 tirant deux bombes Mk 82 à l'avant et à l'arrière de la colonne détruisant une dizaine de véhicules. Le convoi à été ensuite assaillit par des combattants du CNT venant de Misrata[27]. Entre le 20 et 27 octobre, bien que 55 sorties dont 20 d'attaque ont été effectué par l'aviation française, il s'agit du seul bombardement effectif réalisé[28].

Le ministre français des affaires étrangères Alain Juppé a indiqué le 21 octobre au matin sur Europe 1 qu'en Libye, « l'opération militaire est terminée » à la suite de la mort de Mouammar Kadhafi. « L'ensemble du territoire libyen est sous le contrôle du CNT et sous réserve de quelques mesures transitoires, l'opération de l'Otan est arrivée à son terme. L'objectif qui était le nôtre, c'est-à-dire accompagner les forces du Conseil national de transition dans la libération de leur territoire, est maintenant atteint »[29].

L'OTAN annonce à la même date qu'elle arrête sa mission Unified Protector le 31 octobre 2011[30] bien que le CNT demande à ce que celle-ci continue un mois de plus.

Dès le 22 octobre, la TF 473 quitte la zone d’opérations pour rallier Toulon, et la majorité des avions déployés en Italie et en Grèce rentre en France dans les jours qui suivent. Au 26 octobre 2011, le détachement chasse de La Sude en Grèce compte encore 3 Mirage 2000D et à Sigonella, il reste 5 Rafale et un drone Harfang. Tandis que les avions de ravitaillement (C135F) et de reconnaissance (E3F) restent mobilisés mais à partir de France. L‘aviso Commandant Birot demeure engagé au sein de la force navale de l’OTAN[31].

Le 4 novembre 2011, les 4 derniers Rafale rentrent à leur base de Saint-Dizier[32].

Depuis le 28 octobre 2011, le bâtiment base de plongeurs-démineurs Achéron conduit une évaluation sur les principaux ports libyens, en termes de dégâts, obstructions et présence d’engins explosifs après les 7 mois de conflits et son équipe de plongeurs démineurs à détruit plusieurs munitions et mines marine[33].

Bilan de l'opération

Au maximum de opérations, environ 4 200 militaires ont étaient engagés pour mettre en œuvre plus de 40 avions, une vingtaine d’hélicoptères, une dizaine de bâtiments de combat et de soutien dont le porte-avions Charles de Gaulle et un bâtiment de projection et de commandement.

Les avions de l'armée de l'air et la marine ont effectué 35 % des sorties offensives de l'OTAN durant la campagne de Libye. Sa participation totale est de 25 % des sorties de la coalition.

Cela représente, fin aout 2011, environ 20 000 heures de vol en environ 4 500 sorties. Soit prés de 30 sorties chaque jour pendant cinq mois[34]. Le chiffre précis au 4 août 2011, selon un think tank américain, est de 2 225 des 6 745 sorties offensives de l'Alliance[35].

A la fin de l’opération, le ministère de la défense déclare plus de 27 000 heures de vol et environ 5 600 sorties réparties comme suit : 3 100 sorties offensives,1 200 sorties de reconnaissance, 400 sorties de défense aérienne, 340 sorties de contrôle aérien, 580 sorties de ravitaillement[36].

Plus de 6 mois après le début de l’opération, un millier de sorties et 2 000 heures de vol ont été réalisé par les Dassault Rafale de la Marine engagé jusqu'au 12 août et environ 900 sorties et 4 000 heures de vol par ceux de l'armée de l'air;. Environ 45 % des sorties, soit 850, ont été dédiées à des missions offensives dont environ la moitié ont donné lieu à des tirs d'armement, 45 % à la reconnaissance, 10 % à des missions de ravitaillement en vol, ceux-ci mené par les Rafale M[37].

Mi-août, selon le secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants Marc Laffineur, les forces françaises engagées contre la Libye ont touché 2 500 cibles militaires, dont 850 sites logistiques, 170 centres de commandement, 480 chars, 250 véhicules et 160 pièces d'artillerie[38].

Entre le 5 avril et le 25 août 2011, l'aviation française a effectué au moins 2 350 sorties air-sol. Les forces françaises (Marine Nationale, Armée de l'Air, et Armée de Terre) ont neutralisé au moins 1 093 objectifs.

Le 4 octobre 2011, alors que la seconde bataille de Tripoli a été remportée par le CNT et que les forces fidèles a Kadhafi résistant encore dans quelques villes dont Syrte[39] sont encore soumit a des frappes, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet déclare à la commission de la défense de l'assemblée nationale française que les forces françaises ont tiré un total de 4 621 munitions dont 15 missiles de croisières Scalp, 225 bombes de précision AASM tiré par les Rafale, 950 bombes à guidage laser GBU de divers types (GBU-12 de 250 kilos, des bombes GBU-24 de 500 kilos, et des GBU-49) tiré par l'aviation, 431 missiles air-sol Hot tiré par les hélicoptères Gazelle de l'aviation légère de l'armée de Terre, 1 500 roquettes tiré par les hélicoptères Tigre et 3 000 obus de 76 et 100 mm tiré par la marine.

Il à également estimé que le coût de l'opération au 30 septembre sera de 300 à 350 millions d'euros[40].

En comparaison, le Parlement du Royaume-Uni a estimé en aout le coût pour les forces armées britanniques à 260 millions de livres sterlings, soit 298 millions d'euros, alors que leur engagement était inférieur à celui des forces armées françaises[41].

Participation de l'armée de l’air

Préparation d'un Rafale de l'armée de l'air avant une mission en Libye.
Le drone EADS Harfang basé à Sigonella.

La base avancé au début de l’opération est la base aérienne 126 Solenzara en Haute-Corse qui, au 11 avril 2011, accueille 23 avions de combat soit 9 Rafale de la base aérienne 113 Saint-Dizier-Robinson (armés d'AASM, de bombes GBU-12 ou du pod Reco NG), 8 Mirage 2000D de la base aérienne 133 Nancy-Ochey (GBU-12 et GBU-49) et 6 Mirage F1 CR de la base aérienne 112 Reims-Champagne (pod presto)[42].

Début juillet 2011, 17 des 234 avions de combat opérationnels de l'armée de l'air était engagés en Libye (6 Mirage 2000D, 6 Mirage 2000N et 5 Dassault Rafale). Fin juillet, après le retrait du porte-avions Charles-de-Gaulle, 21 avions de combat sont en ligne depuis les bases de La Sude en Crète pour huit Mirage 2000D, quatre 2000N (initialement des 2000N K2 de l'escadron de chasse 2/4 La Fayette relevé à partir du 29 juillet par des 2000N K3 de la base aérienne 125 Istres-Le Tubé)[43], quatre Mirage F1 (2 CR et 2 CT)[44]. et la base aérienne de Sigonella en Sicile pour cinq Rafale[45].

L'aviation française engage également en autre ses avions radar Boeing E-3 Sentry, ravitailleurs C-135FR et avions de transport et guerre électronique C-160 Transall basé en métropole dans cette opération et plusieurs missions de bombardement ont étaient également effectué depuis les bases aériennes métropolitaines.

Un des quatre drones EADS Harfang de l'armée de l'air à était basé à Sigonella et à effectue son 1er vol pour cette mission dans la nuit du 24 août[46]. Il a effectué au 5 octobre une quinzaine de missions[47].

Début septembre, le bilan annoncé est de plus de 3 000 sorties soit environ 1 700 missions effectuées par l'armée de l'air. Par ordre d'importance : environ 850 missions de bombardements, environ 360 de reconnaissance, environ 260 de ravitaillement en vol et 167 missions Awacs.

Les effectifs mobilisés hors de France à cette date sont de 329 aviateurs à Suda (310 début octobre 2011 pour servir 16 avions[48]), 202 à Sigonella, 35 au Combined Air Operations Center 5 de Poggio Renatico, et un soixantaine d'aviateurs à bord du BPC[49].

Participation de la marine nationale

La marine nationale a déployé le groupe aéronaval nommé Task force 473 composé à l'origine du porte-avions Charles-de-Gaulle, du sous-marin nucléaire d'attaque Améthyste (S605) de la classe Rubis[50], trois frégates (la frégate anti-sous-marine Dupleix, la frégate de défense aérienne Forbin, et la frégate légère furtive Aconit) et de ravitailleurs. La frégate de défense aérienne Jean-Bart présente sur zone dés le 7 mars 2011 a relayé le Forbin au sein du groupe aéronavale jusqu'au 1er juillet 2011[51]. La TF 473 est commandé à l'origine par le contre-amiral Coindreau puis depuis le 24 août, par le contre-amiral Jean-Baptiste Dupuis[52].

Les frégates et aviso ont contré des attaques navales et des tentatives de minages de vedettes pro-kadhafistes[7] et ont tiré avec leur artillerie navale sur des cibles à terre lors de 85 engagements, utilisant environ 3 000 obus de 76 et 100 mm, soit 86% des tirs de la coalition, les marines britanniques et canadiennes ayant également fait feu. En général, il s'agit de Naval Gun Firing Support conduit en soutien des raids du groupe aéromobile.

Le 7 mars 2011, le Mistral (L9013) a débarqué 50 tonnes d'aide humanitaire à Zarzis en Tunisie pour les réfugiés de la guerre civile libyenne[53]. À partir du mi-juillet, il sert de base au groupe aéromobile en remplacement du Tonnerre. A partir du 9 septembre, le Tonnerre est de retour sur zone et retrouve son rôle de base aéromobile, le Mistral restant à ses côtés pendant une dizaine de jours et rentrant à Toulon le 18 septembre 2011[54]..

Au 25 août, la Marine nationale a engagé 25 bâtiments pour environ 1 000 jours de mer[55]. Au 12 octobre, c'est 29 bâtiments se sont succédé au large de la Libye[56]. Fin octobre, on comptabilise plus de 1 500 jours de mer.

Au 16 septembre, outre les 2 BPC, la Task Force 473 compte toujours les frégates Cassard et La Fayette, ainsi qu'un sous-marin nucléaire d'attaque, l'escadre rentrant à Toulon à la fin du mois. L'aviso Lieutenant de vaisseau Lavallée de la classe d'Estienne d'Orves est, quant à lui, rattaché à la force navale de l'OTAN.

A la fin de l'opération le 31 octobre 2011, 27 navires de surface et 3 ou 4 sous-marins nucléaires d'attaque ont servit devant les côtes libyennes[57], soit la quasi totalité de la flotte française dans un effort proportionnellement sans précédent depuis la crise du canal de Suez de 1956 et conduisant à une diminution ou un abandon d'autres missions[58].

Aviation navale

Le groupe aérien embarqué de l'aviation navale à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, qui a appareillé du port militaire de Toulon le 20 mars 2011 et qui est retourné à son port d'attache le 12 août 2011 après 148 jours dont 138 jours de mer (dont 63 jours de navigation ininterrompue) entrecoupés que de 8 jours à quai, intervenus au cours de deux escales à La Sude en mai et juillet[59], se composait de 10 Dassault Rafale (8 à l’origine), 6 Super-Étendard Modernisé, 2 Grumman E-2 Hawkeye et de 5 hélicoptères.

1 350 sorties et 3 600 heures de vol, pour moitié de nuit, ont été enregistrées en 120 jours d’activité aérienne au profit de l’opération Harmattan. 2 380 catapultages et appontages ont été réalisés[60]..

Les sorties générées par le porte-avions se répartissent en 840 d’attaque (Rafale et SEM), 390 de reconnaissance (Rafale), 120 de détection et de contrôle (E-2C) et 240 de ravitaillement en vol (Rafale, SEM)[61].

Deux Atlantique 2 font environ deux missions par jour depuis le 30 juin 2011. Ils totalisent au 4 août 2011 plus de 1 000 heures de vol et plus de 55 guidages « hot » (avec armements réels) de chasseurs toutes nationalités confondues. Basé à l'origine sur la base aérienne de Sigonella, ils sont depuis le 27 juillet 2011 sur la base aérienne de Souda en Crète[62].

Participation de l'armée de terre

Un détachement d'hélicoptères composé, en août 2011, de 18 hélicoptères de l'ALAT (8 Gazelle Viviane/Hot, 2 Gazelle Canon, 2 Gazelle Mistral, deux Tigre et 4 SA330 Puma[63] provenant de toutes les unités ALAT[64]) et de 2 hélicoptères Caracal de l'armée de l'air[45] sous le commandement, en septembre 2011 du colonel Pierre Meyer, chef du corps du 3e régiment d'hélicoptères de combat[65], a été embarqué à bord du porte-hélicoptères d’assaut amphibie Tonnerre (L9014) le 17 mai après la décision officielle du président de projeter un groupe aéromobile sur un BPC, prise le le 12 mai au soir[66].

Le Tonnerre est arrivé sur la zone d’opérations le 19 mai, et les hélicoptères ont été engagés à partir de la nuit du 3 au 4 juin 2011[67]. Le GAM est transféré entre le 12 et 14 juillet sur le Mistral (L9013) remplaçant le Tonnerre.

Fin juillet 2011, la presse évoque le tir d'environ 250 Euromissile HOT par les Gazelle[68].

Le groupe aéromobile a effectué au 25 août 2011 au total une trentaine de raids impliquant généralement moins de dix hélicoptères tirant en moyenne une quinzaine de missiles HOT, environ 150 roquettes et autant d'obus de 30 mm, un Puma embarquant systématiquement une équipe du Commando parachutiste de l'air n° 30 pour aller récupérer immédiatement les équipages qui auraient été abattus[69], soit deux ou trois raids par semaine. Au total, 250 sorties opérationnelles ont été réalisées et 450 objectifs été traités[70].

Le commandant du GAM à déclaré, le 22 septembre, qu'au total, il y a eu 37 raids depuis le premier, le 3 juin dernier, et le dernier à cette date effectué début septembre. Ils ont porté sur Marsa El Brega (20), Misrata (10), Syrte (6) et Tripoli (1)[71].

Entre le 9 et 10 septembre en Sicile, dans le port d'Augusta, un nouveau transfert du GAM est effectué entre le Tonnerre et le Mistral, ce dernier apportant plusieurs nouveaux hélicoptères pour remplacer quelques engins qui vont rentrer avec lui[72].

Participation des forces spéciales

En avril 2011, Axel Poniatowski, président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, avait demandé l'envoi de 200 à 300 membres de forces spéciales de pays de l'Otan pour aider la rébellion et guider les avions de la coalition sur les objectifs du régime de Mouammar Kadhafi en Libye et quelques jours plus tard, la France, la Royaume-Uni et l'Italie ont annoncé l'envoi de conseillers spéciaux.

Le journal Le Monde à estimé à une centaine le total de militaires français au sol en Libye[73].

Une équipe de liaison d'une trentaine de militaires français, issu peut-être du Commandement des opérations spéciales et/ou de la Direction du renseignement militaire, agit auprès des forces militaires du Conseil national de transition. Présents dans les états-majors et les centre de commandement dont au moins deux personnes celui pour le front Est, situé dans l'enceinte de la raffinerie à l'arrêt de Az Zuwaytinah, à environ 140 kilomètres au sud-ouest de Benghazi[74], ils ne participent pas directement aux combats.

Fin mai et début juin, l'armée de l'air a procédé à au moins deux parachutages de médicaments puis d'armes acheté par le Qatar dans le secteur du Djebel Nefussa, au sud-ouest de Tripoli. La prise de contrôle d'un piste d'aviation a permis des livraisons plus directes[75].

Ces personnels ont préparé et encadré le débarquement sur une plage de la Tripoli, le 20 août 2011 au début de la Seconde bataille de Tripoli, des commandos insurgés venus de Misrata. Cette opération du Service Action de la Direction générale de la sécurité extérieure et du Special Air Service britannique a été menée avec des Qataris et probablement des Emiratis[76].

Le 29 août, une équipe d'une dizaine de membres du COS envoyé spécifiquement pour cette mission prennent le contrôle de l'ambassade de France à Tripoli[77].

Visite présidentielle en Libye

La visite du Président français Sarkozy et du Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron à Tripoli et Benghazi le 15 septembre 2011 fut sécurisé par un total de 160 policiers provenant du Service de protection des hautes personnalités, du RAID et 80 CRS[78] appuyé par des éléments du 1er RPIMa[79].

Les personnalités ont atterri à l'aéroport international de Tripoli à bord de l'avion présidentiel français en milieu de matinée. Partis du bâtiment de projection et de commandement Tonnerre qui croisait à quelques nautiques de la capitale, cinq hélicoptères de manœuvre de l'ALAT et de l'Armée de l'Air, appuyés par deux Tigre, y attendaient les autorités, avec à bord des éléments de protection de l’armée de l’Air et du personnel médical. Les personnalités après leur visite dans la capitale ont reprit l'avion pour Benghazi ou un groupement d’hélicoptères a décollé du Mistral pour être en mesure d’accueillir les autorités et leurs délégations à leur arrivée à l’aéroport[80].

Hommages militaires

Le 13 octobre 2011, une médaille commémorative française avec agrafe « Libye » est crée[81].

La Croix de la Valeur militaire est décerné le 11 novembre 2011 et ultérieurement aux unités suivantes pour leur participation à cette opération (ainsi qu'aux opérations Parmir et Agapanthe en Afghanistan et/ou Licorne en Côte d'Ivoire pour plusieurs d’entre elles)[82]

Au titre de l'opération Harmattan :

Au titre de la mission Agapanthe et l'opération Harmattan :

Au titre des opérations Harmattan et Licorne :

Au titre des trois Harmattan, Licorne et Pamir :

Annexes

Notes et références

  1. L’OTAN accroît la surveillance aérienne en Méditerranée sur nato.int, Organisation du Traité de l'Atlantique nord, 9 mars 2011. Consulté le 19 mars 2011
  2. a et b « Unified Protector : Quels paramètres pour une opération lancée sans filet ? », dans Défense et Sécurité internationale, Mai 2011 
  3. Libye : début des opérations aériennes françaises sur www.defense.gouv.fr, Ministère français de la Défense, 19 mars 2011. Consulté le 19 mars 2011
  4. Jean Guisnel, « Paris déclenche l'opération militaire en Libye » sur lepoint.fr, Le Point, 19 mars 2011. Consulté le 20 mars 2011
  5. Yves Clarisse, « Sarkozy annonce que l'opération militaire a commencé en Libye » sur reuters.com, Reuters, 19 mars 2011. Consulté le 19 mars 2011
  6. Annonce confirmée le 25 mars par le ministère de la Défense. Voir Libye : point de situation Opération Harmattan n°2 sur Ministère de la Défense, 25 mars 2012
  7. a et b Libye : Le point sur les opérations avec l'amiral Coindreau sur www.meretmarine.com, 10 juin 2011. Consulté le 5 septembre 2011
  8. Les forces françaises détruisent 7 aéronefs libyens sur www.meretmarine.com, 29 mars 2011. Consulté le 29 mars 2011
  9. Ersin Leibovitch, « Entretien avec l’amiral Édouard Guillaud » sur france-info.com, France Info, 25 mars 2011. Consulté le 25 mars 2011
  10. (en) Barbara Jones, « Tornados break the siege of Ajdabiya: Rebel fighters joy as city is saved from Gaddafi's troops by British jets » sur dailymail.co.uk, Daily Mail, 27 mars 2011. Consulté le 28 mars 2011.
  11. Nicolas Gros-Verheyde, « Quand avions Français et britanniques détruisent des chars. Vidéo » sur http://www.bruxelles2.eu/, Bruxelles-, 27 mars 2011. Consulté le 28 mars 2011.
  12. Libye : point de situation opération Harmattan no 9 sur www.defense.gouv.fr, 27 mars 2011. Consulté le 1er avril 2011
  13. Libye : point de situation opération Harmattan no 20 sur www.defense.gouv.fr, 7 avril 2011. Consulté le 10 avril 2011
  14. Jean-Dominique Merchet, « Libye : la facture des missiles de croisière Scalp s'élève (déjà) à plus de neuf millions d'euros » sur marianne2.fr, Marianne, 6 avril 2011. Consulté le 6 avril 2011
  15. La bombe béton utilisée mardi contre un tank sur http://lemamouth.blogspot.com, Le Mamouth, 28 avril 2011. Consulté le 28 avril 2011
  16. Huit navires de Kadhafi coulés par l'Otan en Libye, Le Point, 20 mai 2011. Consulté le 5 septembre 2011
  17. La France a aussi participé à la destruction de la marine libyenne, Mer et Marine, 27 mai 2011. Consulté le 22 août 2011
  18. Premières frappes d’hélicoptères de l'OTAN, TSR, 4 juin 2011. Consulté le 21 août 2011
  19. (en) Christina Mackenzie, « French army and navy operate in closest collaboration yet », Aviation Week, 16 juin 2011. Consulté le 21 août 2011
  20. (en)Apaches conduct operations over Libya, Ministère britannique de la Défense, 4 juin 2011. Consulté le 21 août 2011
  21. L’armée de terre et la marine coopèrent à un niveau inédit, 17 juin 2011. Consulté le 21 août 2011
  22. Phillipe Chapleau, « L'hommage au second-maître Hoata, décédé à bord du Georges-Leygues » sur Ouest-France, 13 juillet 2011. Consulté le 22 octobre 2011
  23. Jean-Dominique Merchet, « Quand Hubert débarquait à Tripoli... » sur Secret Défense, 10 octobre 2011. Consulté le 24 octobre 2011
  24. Jean-Dominique Merchet, « Libye : "Il reste beaucoup à faire", selon un général français », Secret Défense, 15 septembre 2011. Consulté le 18 septembre 2011
  25. Libye : point de situation n°43, Ministère français de la Défense, 15 septembre 2011. Consulté le 18 septembre 2011
  26. Jean-Marc Tanguy, « Aldo la classe », 26 octobre 2011. Consulté le 30 octobre 2011
  27. Jean-Dominique Merchet, « Comment le convoi de Kadhafi a été stoppé » sur Secret Défense, 21 octobre 2011. Consulté le 21 octobre 2011
  28. Fin des opérations militaires en Libye sur Mer et Marine, 31 octobre 2011. Consulté le 5 novembre 2011
  29. Jean-Dominique Merchet, « Libye : "l'opération militaire est terminée", déclare Alain Juppé » sur Secret Défense, 21 octobre 2011. Consulté le 21 octobre 2011
  30. (en)North Atlantic Council Statement on Libya sur OTAN, 21 octobre 2011. Consulté le 31 octobre 2011
  31. Nicolas Gros-Verheyde, « Libye : on rentre ! » sur Bruxelles2, 26 octobre 2011. Consulté le 27 octobre 2011
  32. Jean-Marc Tanguy, « Retour à Saint Dizier » sur Le Mamouth, 4 novembre 2011. Consulté le 5 novembre 2011
  33. Libye : le BBPD Achéron en action dans les ports libyens sur Ministère de la Défens, 18 novembre 2011. Consulté le 19 novembre 2011
  34. Jean-Dominique Merchet, « Libye : la France a effectué un tiers des "sorties offensives" », Secret Defense, 27 août 2011 2011. Consulté le 27 août 2011
  35. (en) Jorge Benitez, « National Composition of NATO Strike Sorties in Libya », Atlanctic Concil, 22 août 2011. Consulté le 24 août 2011
  36. Libye : point de situation n° 50 - bilan de l’opération Unified Protector sur Ministère français de la Défense, 4 novembre 2011. Consulté le 11 novembre 2011
  37. « Harmattan : le Rafale en chiffres », dans Air et Cosmos, no 2279, 16 septembre 2011, p. 38 (ISSN 1240-3113) 
  38. Jean Guisnel, « Les aviateurs français poursuivent leurs missions sur Tripoli », Défense ouverte, 22 août 2011 2011. Consulté le 24 août 2011
  39. Libye : Tigre et Gazelle du GAM en opération sur Syrte, Ministère français de la Défense, 5 octobre 2011. Consulté le 8 octobre 2011
  40. Michel Cabirol, « [Industrie++Services-20111007 La France a tiré plus de 4.500 munitions en Libye] », La Tribune, 6 octobre 2011. Consulté le 8 octobre 2011
  41. Philippe Chapleau, « Logistique: les Britanniques à deux doigts de la surchauffe », Lignes de défense, 23 août 2011. Consulté le 24 août 2011
  42. Jean-Dominique Merchet, « A Solenzara, sur le "porte-avions" de l'armée de l'air », Secret Défense, 15 avril 2011. Consulté le 19 août 2011
  43. Guillaume Steuer, « L'aviation française toujours en première ligne », dans Air et Cosmos, no 2277, 2 septembre 2011, p. 35 (ISSN 1240-3113) 
  44. Jean-Marc Tanguy, « Harmattan : la der des der (bis) », Le mamouth, 22 août 2011. Consulté le 23 août 2011
  45. a et b Jean-Dominique Merchet, « Libye : le retour du Charles-de-Gaulle se traduit par une baisse d'un tiers du nombre d'avions de combat », Secret Défense, 16 août 2011. Consulté le 21 août 2011
  46. Libye : point de situation n°40, Ministère de la Défense et des anciens combattants, 25 août 2011. Consulté le 26 août 2011
  47. Jean-Dominique Merchet, « Le drone Harfang a effectué une quinzaine de missions au dessus de la Libye », Secret Défense, 5 octobre 2011. Consulté le 8 octobre 2011
  48. Commission de la défense nationale et des forces armées Mardi 11 octobre 2011 Séance de 16 heures 30 Compte rendu n° 4 sur Assemblée nationale, 11 octobre 2011. Consulté le 18 octobre 2011
  49. Jean-Marc Tanguy, « Harmattan : les sorties "Air" », Le mamouth, 2 septembre 2011. Consulté le 8 septembre 2011
  50. (en)French nuclear submarine arrives in Malta, The Malta Independent, 2011. Consulté le 24 août 2011
  51. Le “Jean Bart” fait ses adieux au théâtre, Marine nationale, 2011. Consulté le 21 août 2011
  52. État-major des Armées, « Libye : un nouvel amiral à la tête de la composante maritime et aéromobile », Ministère français de la défense, 29 aout 2011. Consulté le 2 septembre 2011
  53. ASP CRE Moreau, « À Zarzis, marins et terriens solidaires », Marine nationale, 9 mars 2011. Consulté le 21 août 2011
  54. Jean-Marc Tanguy, « Le Mistral souffle (1) », Le Mamouth, 12 août 2011. Consulté le 22 septembre 2011
  55. Jean-Dominique Merchet, « Libye : les canons de la Marine ont tonné une centaine de fois », Secret Défense, 25 août 2011. Consulté le 24 août 2011
  56. Commission de la défense nationale et des forces armées Mercredi 12 octobre 2011 Séance de 11 heures 30 Compte rendu n° 6, Assemblée nationale, 12 octobre 2011. Consulté le 18 octobre 2011
  57. Jean-Dominique Merchet, « La Marine dévoile les missions de ses sous-marins au large de la Libye », Secret Défense, 8 novembre 2011. Consulté le 10 novembre 2011
  58. Marine nationale : Un niveau d'activité record, Mer et Marine, 10 novembre 2011. Consulté le 10 novembre 2011
  59. « Le Charles-de-Gaulle rentre au port », dans Air et Cosmos, no 2276, 26 août 2011, p. 37 (ISSN 1240-3113) 
  60. Le Charles de Gaulle rentre à Toulon avec les honneurs, Mer et Marine, 29 août 2011. Consulté le 29 août 2011
  61. Jean-Marc Tanguy, « Les chiffres du GAE », Le Mamouth, 12 août 2011. Consulté le 20 août 2011
  62. Libye : arrivée des Atlantique 2 à la Sude, État-major des armées, 4 août 2011. Consulté le 20 août 2011
  63. « Guerre en Libye », dans Navire & Histoire, vol. 67, août/septembre 2011, p. 67 
  64. Patrick Forestier, « Libye : Les Tigre attaquent », Paris-Match, 16 juin 2011. Consulté le 21 août 2011
  65. Jean-Marc Tanguy, « Après l'aviateur, le marin et l'alatman » sur Le Mamouth, 21 septembre 2002. Consulté le 22 septembre 2011
  66. Jean-Dominique Merchet, « Libye : les hélicoptères de l'Alat ont-ils été en retard ? », Secret Défense, 24 auôt 2011. Consulté le 24 août 2011
  67. Libye : engagement des hélicoptères français depuis le BPC Tonnerre, État-major des armées, 7 juin 2011. Consulté le 21 août 2011
  68. Nathalie Guibert, « L'ALAT en Libye : Près de deux mois de frappes intensives », dans Le Monde, 27 juillet 2011 
  69. Jean-Dominique Merchet, « Libye : "Ces chiens de Français..." », Secret Défense, 1er septembre 2011. Consulté le 1er septembre 2011
  70. Jean-Dominique Merchet, « Libye : les hélicos de l'Alat ont effectué une trentaine de raids », Secret Défense, 25 août 2011. Consulté le 26 août 2011
  71. Jean-Marc Tanguy, « 37 raids », Le Mamouth, 22 septembre 2011. Consulté le 26 septembre 2011
  72. Deux BPC au large de Libye, Mer et Marine, 16 septembre 2011. Consulté le 16 septembre 2011
  73. Catherine Gouëset, « Ce que l'on sait sur les forces spéciales en Libye », L'Express, 26 août 2011. Consulté le 28 août 2011
  74. Jean Guisnel, « Libye : des militaires français dans l'état-major rebelle de Zuwaytinah », Le Point, 25 août 2011. Consulté le 27 août 2011
  75. Jean-Dominique Merchet, « Une trentaine d'hommes du COS opèrent en Libye », Secret Défense, 26 août 2011. Consulté le 26 août 2011
  76. Premier bilan des actions clandestines, Intelligence Online, 1er septembre 2011. Consulté le 14 septembre 2011
  77. Jean Guisnel, « Les forces spéciales déployées dans l'ambassade de France à Tripoli », Défense ouverte, 30 août 2011. Consulté le 30 août 2011
  78. Celine Rastello, « Des CRS avec Sarkozy en Libye : "Pourquoi nous?" », Le Nouvel Obs, 16 septembre 2011. Consulté le 22 septembre 2011
  79. Jean-Marc Tanguy, « Une belle manœuvre d'interopérabilité » sur Le Mamouth, 16 septembre 2011. Consulté le 22 septembre 2011
  80. Ministère de la Défense, « L'opération Harmattan en appui de la visite présidentielle en Libye », 16 septembre 2011. Consulté le 26 septembre 2011
  81. Arrêté du 13 octobre 2011 portant création de la médaille commémorative française avec agrafe "Libye"
  82. [PDF]Dossier de presse Hommage de la Nation aux soldats morts pour la France, 10 novembre 2011, 30 p. [lire en ligne] 
  1. Secretary of State for Defence, Dr Liam Fox, said:"This was the first operational mission flown by British Army Apaches at sea".

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Opération Harmattan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Opération Harmattan — Part of 2011 military intervention in Libya Remains of two Palmaria heavy ho …   Wikipedia

  • Operation Unified Protector — Part of 2011 military intervention in Libya NATO Unified Protector logo …   Wikipedia

  • Operation Odyssey Dawn — Part of 2011 military intervention in Libya USS  …   Wikipedia

  • Operation Ellamy — Part of 2011 military intervention in Libya A Eurofighter Typhoon from the RAF …   Wikipedia

  • Operation Mobile — Part of 2011 military intervention in Libya …   Wikipedia

  • Operation Safe Homecoming — was an operation launched by India to evacuate its nationals, who were fleeing from the 2011 Libyan civil war.[1] It was a combination of an air and sea bridge which was to be conducted by the Indian Navy and Air India.[1] The last time the… …   Wikipedia

  • Opération Mobile — Carte montrant les éléments de la coalition en Libye en mars 2011 Informations générales Date 19 mars 2011 En cours Lieu Libye …   Wikipédia en Français

  • Harmattan (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. L’Harmattan est un vent chaud et sec, de direction Nord Est à Est, en provenance du Sahara. L’Harmattan est une maison d édition. Harmattan est une… …   Wikipédia en Français

  • Harmattan — Pour les articles homonymes, voir Harmattan (homonymie). Harmattan sur l île de Boa Vista au Cap Vert L harmattan est un vent (alizé) chaud …   Wikipédia en Français

  • Operation Python — Part of Indo Pakistani War of 1971 Date December 8/9, 1971 Location Arabian Sea, near Karachi port, Pakistan …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.