Gerard Longuet


Gerard Longuet

Gérard Longuet

Gérard Longuet
Defaut.svg
Président du groupe UMP au Sénat
Actuellement en fonction
Depuis le 7 juillet 2009
Prédécesseur(s) Henri de Raincourt
Sénateur de la Meuse
Actuellement en fonction
Depuis le 1er octobre 2001
Élection 23 septembre 2001
Ministre de l'Industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerce extérieur
29 mars 1993 - 14 octobre 1994
Président(s) François Mitterrand
Gouvernement(s) Édouard Balladur
Prédécesseur(s) Dominique Strauss-Kahn
Successeur(s) José Rossi
Ministre chargé des Postes et Télécommunications
Secrétaire d'État jusqu'au 19 août 1986
20 mars 1986 - 10 mai 1988
Président(s) François Mitterrand
Gouvernement(s) Jacques Chirac II
Prédécesseur(s) Louis Mexandeau
Successeur(s) Paul Quilès
Député de la 1re circonscription de la Meuse
Uniquement du département de la Meuse en 1986
(scrutin proportionnel)
3 avril 1978 - 22 mai 1981
23 juin 1988 - 1er avril 1993
Biographie
Nom de naissance Gérard Edmond Jacques Longuet
Date de naissance 24 février 1946 (63 ans)
Lieu de naissance Drapeau de la France Neuilly-sur-Seine
Nationalité Française
Parti politique UMP
Diplômé(e) de IEP de Paris
ENA
Profession Fonctionnaire

Gérard Longuet, né le 24 février 1946 à Neuilly-sur-Seine, est un administrateur civil et un homme politique français.

Ancien ministre, ancien député de la Meuse et sénateur depuis 2001, il est président du groupe UMP depuis 2009. Libéral, Gérard Longuet est vice-président du mouvement Les réformateurs au sein de l'UMP.

Sommaire

Biographie

Vie familiale

Fils de Jacques Longuet et Marie-Antoinette Longuet née Laurent, assistante sociale, Gérard Longuet est marié depuis le 28 juillet 1967 à Brigitte Fossorier. Avocate au barreau de Paris (depuis 1972) et associée fondateur du cabinet LRS Associés, Brigitte Longuet est aussi la sœur de Sophie Fossorier, ancienne épouse de Vincent Bolloré.

Le couple a quatre enfants, et habite à Paris et à Revigny-sur-Ornain (Meuse).

Études et débuts en politique

Après une scolarité passée au lycée Henri-IV de Paris, il entame des études de droit et de lettres. Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et d'études supérieures (DES) de sciences politiques, il entre à l'École nationale d'administration (ENA) en 1971 et en sort en 1973 (promotion François Rabelais).

En 1964, il prend part, en compagnie de son ami Alain Madelin, à la création du mouvement Occident, organisation de militants d'extrême droite souvent impliqués dans des affrontements « musclés » avec leurs homologues d'extrême gauche.

En 1967, soupçonné en sa qualité de dirigeant du mouvement d'avoir été co-instigateur d'une expédition menée par Occident contre des étudiants d'extrême gauche à l'université de Rouen, il est inculpé et incarcéré. Il est condamné le 12 juillet 1967 à 1 000 francs d'amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation[1]», en même temps qu'Alain Madelin et Patrick Devedjian.

Carrière administrative

Sous-préfet, il est d’abord directeur des cabinets des préfets de l’Eure (1973-74), de la Somme (1974-76) et du secrétaire d’État auprès du Premier ministre Raymond Barre (1977-78).

Carrière politique

En 1972, encore étudiant, il rédige le premier programme économique du Front national, créé la même année[2].

En 1978, il est élu député de la Meuse sous les couleurs de l'Union pour la démocratie française-Parti républicain. Il perd son mandat en 1981.

Mandats successifs
  • Député de la Meuse de 1978 à 1981 et de 1986 à 1997
  • Conseiller général de la Meuse de 1979 à 1982 de 1998 a 2001
  • Vice-président du conseil général de la Meuse de 1982 à 1986
  • Conseiller municipal de Bar-le-Duc (1983),
  • Député européen (liste union de l´opposition pour l´Europe et la défense des libertés) de 1984 à 1986,
  • Secrétaire d'État (mars-août 1986) puis ministre délégué (1986-88) auprès du ministre de l’Industrie, des P. et T. et du Tourisme, chargé des P. et T.,
  • Délégué national, chargé des techniques de communication et nouvelles technologies à l'UDF (1988-89),
  • Secrétaire général (1988-90) puis président (1990-95) du Parti républicain,
  • Président du conseil régional de Lorraine de 1992 à 2004
  • Ministre de l'Industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerce extérieur (1993-94),
  • Président de l'Association des régions de France (2002-04)
  • Membre de la Démocratie libérale DL, il rejoint l'UMP en 2002 lors de sa fondation et de la dissolution concomitante de DL.
  • 1978-1981 : membre du bureau politique du Parti républicain
  • 1982-1986 : trésorier du Parti républicain
  • 1986-1990 : secrétaire général du Parti républicain
  • 1990-1995 : président du Parti républicain
  • 1990-1998 : membre du bureau politique de l’UDF (vice-président)
  • 1998 : vice-président de la Nouvelle UDF
  • 2002 : membre du Bureau politique de l’UMP
  • 2005 : conseiller politique du président de l’UMP
Chronologie des partis et de leurs présidents
Républicains
indépendants
Parti
républicain
Démocratie
libérale
1966 1974 1977 1988 1990 1995 1997 2002
Valéry
Giscard d'Estaing
Michel
Poniatowski
Jean-Pierre
Soisson
François
Léotard
Gérard
Longuet
François
Léotard
Alain
Madelin
 
1978 Période UDF 1998
Mandats actuels

Il fut aussi conseiller politique auprès du président de l'UMP Alain Juppé puis Nicolas Sarkozy (2005-2007).

Autres activités
  • Président de Herbemont Cesar et Associés (HCA) (1999-2001),
  • Président de SKG (depuis 2000),
  • Président de Sokrates Group (2002),
  • Président de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France‎ (AFITF) (depuis 2005),
  • Directeur de collection aux éditions France Empire (1995-98).
  • Créateur et actionnaire à hauteur de 32 % de la Société de télécommunications SFR (GSM) , sur le modèle d'Itineris service identique existant à France Telecom. (années 90).[réf. nécessaire]

Il est nommé membre du Comité pour la réforme des collectivités locales en octobre 2008.

Un proeuropéen favorable au libéralisme

Gérard Longuet est un homme politique partisan du libéralisme selon les conceptions définies par Adam Smith et aussi un proeuropéen qui s'est prononcé en faveur de tous les traités européens. Pour lui, l'État doit laisser la place à l'individu et au marché au lieu d'intervenir dans de nombreux secteurs de la vie économique et sociale. Il est en faveur du libre-échange économique et de l'abaissement des taxes douanières aux frontières afin que les marchandises puissent circuler librement ce qui est le cas depuis 1992 au sein de l’Union européenne.

Affaires judiciaires

Gérard Longuet a été impliqué dans plusieurs affaires judiciaires qui l'avaient obligé à démissionner du gouvernement d’Édouard Balladur en octobre 1994.[3]

Renvoyé d'abord devant le tribunal correctionnel pour « recel d'abus de crédit » dans une affaire concernant la construction de sa villa de Saint-Tropez (Var), il a été relaxé en première instance, puis par la cour d'appel de Paris, en novembre 1998.[3]

Poursuivi pour recel de corruption dans l'affaire des marchés publics d'Île-de-France, il a également été relaxé en octobre 2005[4].

Il est mis en examen en 1995 dans l'enquête sur le financement occulte du Parti républicain[5].

Le 14 juillet 2001, à Nancy, Gérard Longuet emprunte un sens interdit à bord d'une Peugeot 607. Il est interpellé par deux policiers en tenue. S'ensuivent discussions, puis insultes, avant que le contrevenant ne prenne la fuite. Les fonctionnaires notent le numéro d'immatriculation du véhicule. Puis cherchent son propriétaire (ils n'avaient pas reconnu Longuet). Ils le trouvent au conseil régional de Lorraine. Le chauffeur de l'assemblée locale avoue spontanément les faits, mais les policiers, qui ont par ailleurs porter plainte pour outrage, ne le reconnaissent pas: il est roux et porte une barbe, alors que le chauffard qui les avait insultés est brun et imberbe. Le chauffeur finit par se rétracter. Il démontre qu'il lui était impossible de se trouver à Nancy le jour de la fête nationale, et affirme aux enquêteurs : « J'ai reçu l'ordre du directeur de cabinet du président du conseil régional d'aller reconnaître les faits au commissariat ». Un « ordre » destiné à couvrir le véritable contrevenant : Gérard Longuet lui-même[6].
Neuf mois après les faits, Gérard Longuet adresse une lettre au procureur de la République de Nancy, Laurent Le Mesle, dans laquelle il reconnaît être l'auteur de l'outrage et des infractions routières. Par retour de courrier, Laurent Le Mesle, devenu conseiller de Jacques Chirac, l'invite à présenter ses excuses aux fonctionnairex de police « pour que ceux-ci retirent leur plainte ». Longuet s'exécute, mais les policiers maintiennent leur action, et la justice suit donc son cours. Le tribunal correctionnel de Nancy convoque Gérard Longuet le 23 octobre 2002. Son conseil, Maître Gérard Michel, produit alors l'échange épistolaire entre Longuet et Le Mesle, et plaide la relaxe de son client. Les policiers victimes étant absents, le jugement n'a pu être rendu[6].

Polémique

Le 3 juillet 2008, lors d'une audition par la Commission des finances du Sénat du ministre de l'Education, Xavier Darcos, qui évoquait une campagne de sensibilisation de l'Education nationale sur l'homosexualité, Gérard Longuet présente comme contradictoire la lutte contre l'homophobie et celle contre la pédophilie[7]. Le film, réalisé par la chaîne Public Sénat et posté quatre mois plus tard sur Dailymotion[8], provoque alors une polémique sur le Web. Gérard Longuet avait tenu ces propos : « J'avais une question malicieuse, mais je la poserai plus tard... C'était de savoir où commençait et où s'arrêtait l'homophobie, mais enfin, ça c'est un autre sujet (…). C'est extrêmement réjouissant de savoir que l'on promeut en effet des formes nouvelles de sexualité dans l'école et qu'on combat en même temps la pédophilie… Il y a quand même un moment où il faut savoir sur quelles valeurs on s'arrête... ». Une association LGBT - Couleurs gaies[9] - a immédiatement, dans un communiqué de presse, demandé son exclusion de l'UMP pour discours homophobe.

Notes et références

  1. Frédéric Charpier, Génération Occident : de l'extrême droite à la droite, éd. du Seuil, 2005, p. 142.
  2. Renaud Dély, Histoire secrète du Front national, Grasset
  3. a  et b Gérard Longuet au ballon sur infodujour.com, 16 mai 2001. Consulté le 12 novembre 2008
  4. Pas de prison ferme au procès des marchés publics sur lci.fr, 26 octobre 2005. Consulté le 12 novembre 2008
  5. Financement présumé occulte du PR: Gérard Longuet mis en examen sur nouvelobs.com, 23 juin 2008. Consulté le 12 novembre 2008
  6. a  et b voir Libération.fr, le 8 novembre 2002: « Longuet dérape, deux élus klaxonnent »[1]
  7. Thibaud Vuitton, Quand Gérard Longuet (UMP) compare l'homosexualité à la pédophilie, in Le Monde, 12/11/2008, extrait en ligne, consulté le 12/11/2008
  8. Le Sénateur Gérard Longuet (3 juillet 2008) sur dailymotion.com, 3 juillet 2008. Consulté le 12 novembre 2008
  9. couleursgaies.org

Liens externes

Précédé par Gérard Longuet Suivi par
Jean-Marie Rausch
Président du conseil régional de Lorraine
1992 - 2004
Jean-Pierre Masseret
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la Lorraine Portail de la Lorraine
Ce document provient de « G%C3%A9rard Longuet ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gerard Longuet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gérard Longuet — (* 24. Februar 1946 in Neuilly sur Seine, Hauts de Seine) ist ein französischer Spitzenbeamter und Politiker und wurde am 27. Februar 2011 als Nachfolger von Alain Juppé zum 21. französischen Verteidigungsminister der V. Republik nominiert.… …   Deutsch Wikipedia

  • Gérard Longuet — (nacido el 21 de febrero de 1946 en Neuilly sur Seine, Hauts de Seine ) es un político francés conservador. El 27 de febrero de 2011, se convirtió en el nuevo ministro francés de Defensa.[1] …   Wikipedia Español

  • Gérard Longuet — (born 21 February 1946) is a French conservative politician, co leader of the UMP, former member of the National Assembly of France, Cabinet Minister, and Member of the European Parliament; currently a member of the Senate of France and a close… …   Wikipedia

  • Gérard Longuet — Pour les articles homonymes, voir Longuet. Gérard Longuet Gérard Longuet, en 2010 …   Wikipédia en Français

  • Longuet — ist der Familienname folgender Personen: Charles Longuet (1839–1903), Journalist Christopher Longuet Higgins (1923–2004), britischer theoretischer Chemiker und Physiker Edgar Longuet (1879–1950), französischer Arzt und Sozialist Frédéric Longuet… …   Deutsch Wikipedia

  • Longuet (homonymie) — Longuet Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronymes Charles Longuet (1839 1903), un socialiste de l international, puis radical. Jean Longuet (1876 1938), un homme politique français,… …   Wikipédia en Français

  • Gerard Bailly — Gérard Bailly Gérard Bailly est une personnalité politique française, membre du groupe UMP né le 28 janvier 1940. Agriculteur de profession, il a été élu sénateur du Jura le 23 septembre 2001. Sommaire 1 Autres mandats 2 Anciens mandats …   Wikipédia en Français

  • Longuet — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronymes Charles Longuet (1839 1903), un socialiste de l internationale, puis radical, époux de Jenny Marx, fille de Karl Marx. Jean Longuet (1876 1938) …   Wikipédia en Français

  • Karl-Jean Longuet — Pour les articles homonymes, voir Longuet. Karl Jean Longuet, sculpteur français non figuratif, né à Paris le 10 novembre 1904, mort à Auray le 20 juillet 1981. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Karl-jean longuet — Karl Jean Longuet, sculpteur français non figuratif, né à Paris le 10 novembre 1904, mort à Paris le 20 juillet en 1981. Sommaire 1 Biographie 2 Jugements 3 Œuvres dans les Musées …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.