Pier Paolo Pasolini


Pier Paolo Pasolini
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pasolini.

Pier Paolo Pasolini

Naissance 5 mars 1922
Bologne, Italie
Nationalité Italien
Décès 2 novembre 1975
Ostie, Drapeau d'Italie Italie
Profession Réalisateur, écrivain, acteur, scénariste, poète, dialoguiste et compositeur
Films notables L'Évangile selon saint Matthieu, Théorème, Salò

Pier Paolo Pasolini est un écrivain, scénariste et metteur en scène italien né le 5 mars 1922 à Bologne, assassiné dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975[1] sur la plage d'Ostie, à Rome. Il est notamment connu pour sa réalisation de L'Évangile selon saint Matthieu en 1964, nommé à trois reprises aux Oscars, des Contes de Canterbury en 1972 qui remporta l'Ours d'or à la Berlinale ou des Mille et une nuits en 1974, qui a été présenté au Festival de Cannes.

Avec plus de quatorze prix et neuf nominations, Pier Paolo Pasolini s'est affirmé dans le monde du cinéma[2], et est reconnu comme l'une des figures centrales de l'art italien[3], dont l'œuvre engagée a marqué les critiques, malgré une vie mouvementée.

Sommaire

Biographie

Enfance et jeunesse

Premier né des enfants de Carlo Alberto et Susanna Colussi, Pier Paolo naît à Bologne le 5 mars 1922. En 1923, la famille, qui habitait alors la ville de Parme, déménage à Conegliano à cause des affectations militaires de son père. Son frère Guidalberto naît alors à Belluno en 1925.

En 1927, Pasolini et sa famille déménagent à nouveau à Conegliano, où Pier Paolo est inscrit à l'école primaire avant ses six ans[réf. nécessaire]. L'année suivante, ils déménagent à Casarsa della Delizia, village d'origine de sa mère, à cause de l'arrestation du père pour dettes de jeu; sa mère reprend alors son métier d'enseignante afin de faire face aux difficultés financières que leur nouvelle situation imposa. La détention du père finie, les déménagements s'enchaînent de manière annuelle[réf. nécessaire]. Pier Paolo passe ses étés à Casarsa, « vieux bourg… gris et immergé dans la plus profonde pénombre de la pluie, tout juste peuplé d'antiques figures de fermiers et rythmé par l'intemporel son de la cloche[4] ».

En 1929, la famille déménage à Sacile, toujours en raison du travail du père, et en cette année le jeune Pier Paolo se découvre une passion pour le dessin et la poésie[réf. nécessaire], dont les sujets sont les spectacles de la nature qu'il observe à Casarsa. Après un bref séjour à Idrija, aujourd'hui en territoire slovène, la famille retourne à Sacile, où Pier Paolo passe l'examen d'admission au gymnase, et à Conegliano il commence sa première année au lycée. Le père est muté à Crémone au milieu de l'année scolaire 1932-1933 ; la famille y reste jusqu'en 1935 et un autre déménagement à Scandiano, qui engendre d'inévitables problèmes d'adaptation. Le jeune Pier Paolo élargit l'étendue de ses lectures poétiques, cultivant sa passion pour la littérature, alors qu'il perd peu à peu son initiale ferveur religieuse.

Au gymnase de Reggio Emilia, il rencontre son premier véritable ami de jeunesse, Luciano Serra, qu'il retrouvera l'année suivante au lycée Galvani de Bologne. C'est là-bas, où il restera sept ans (et dont il parlera ainsi : « Belle et douce Bologne ! J'y ai passé sept ans, peut-être les plus beaux…[5] »), Pier Paolo cultive alors de nouvelles passions, dont le football, et alimente sa passion continuelle pour la lecture, en achetant des livres d'occasion aux bouquinistes du Portico della Morte. Ses lectures vont des œuvres de Dostoïevski, Tolstoï et Shakespeare aux poètes romantiques Coleridge et Novalis.

Au Lycée Galvani, il fait la connaissance d'autres amis, dont Ermes Parini, Franco Farolfi et Elio Meli, et crée avec eux un groupe de discussion littéraire, tout en poursuivant de brillantes études : il obtient d'excellentes notes[réf. nécessaire], et en 1939, elles sont même si bonnes qu'elles lui permettent de sauter une classe et de passer le bac en automne de la même année. À seulement dix-sept ans, il s'inscrit à la faculté des lettres de l'université de Bologne. Il y découvre de nouvelles passions, dont la philologie romane et surtout l'esthétique des arts figuratifs.

Il fréquente le ciné-club, où un cycle des films de René Clair le passionne ; il se consacre au sport et devient capitaine de l'équipe de football de la faculté des lettres ; il fait des balades en vélo avec ses amis et fréquente les sorties estivales en camping organisées par l'université. Il rencontre souvent ses amis — le groupe se décrira « viril et guerrier »[réf. nécessaire] — non seulement dans les salles de l'université, mais aussi dans d'autres lieux créés par le régime fasciste pour la jeunesse, dont le Gruppo Universitario Fascista (ou GUF), les campings de la Milizia, et les joutes culturelles organisées dans la région. À cette période il lit les Occasioni d'Eugenio Montale, ainsi que des œuvres d'Ungaretti et des traductions en italien des poésies lyriques grecques, faites par Salvatore Quasimodo ; à part la poésie, il lit Freud et tout ce qu'il peut trouver, auparavant traduit en italien.

Comme chaque année, la famille Pasolini passe l'été 1941 à Casarsa, où Pier Paolo écrit des poèmes qu'il envoie à ses amis bolognais avec ses lettres, dont son ami Serra, ainsi que Francesco Leonetti et Roberto Roversi. Ces vers expriment un fort esprit de solidarité :

« L'unité spirituelle est notre manière unitaire de nous sentir importants, nous formons déjà un groupe, et presque une nouvelle poésie ; du moins, je le crois[6]. »

Les quatre jeunes hommes songent à fonder un magazine appelé Eredi (ou « Héritiers »), que Pasolini souhaite imprégner d'un programme social : « Devant Eredi nous devrons être quatre, mais par pureté un seul[7] ».

Pourtant, le magazine ne verra jamais le jour à cause des restrictions gouvernementales à propos de la presse, mais l'été 1941 restera gravé pour toujours dans la mémoire des quatre amis.

C'est à cette époque que Pasolini commence à écrire des dialogues en frioulan, les poésies envoyées à ses amis resteront tout de même écrites en italien.

Ses premières expériences littéraires

De retour de Casarsa au début de l'automne, il se rend compte à quel point le frioulan lui tient à cœur. Des derniers mois de 1941 aux premiers de 1942, il écrit des vers qui seront rassemblés dans un petit livre intitulé Poesie a Casarsa, publié à compte d'auteur et ensuite commenté par Gianfranco Contini (qui les jugera bons[réf. nécessaire]), Alfonso Gatto et le critique Antonio Russi.

Il reprend ensuite une vie culturelle mouvementée à Bologne, surtout à l'université, et, suite aux bonnes critiques de Francesco Arcangeli sur ses peintures, il envisage d'écrire une thèse sur l'art italien contemporain avec Roberto Longhi, professeur d'histoire de l'art qui lui avait fait découvrir, à travers un cours sur les peintres Masolino, Masaccio, Piero della Francesca et Le Caravage[8], ce qu'il apparentera immédiatement au cinéma. Pasolini n'écrit que les premiers chapitres de sa thèse avant de renoncer et de passer à une nouvelle, plus motivante pour lui, sur la poésie de Giovanni Pascoli. Le manuscrit de sa thèse sur l'art sera perdu le 8 octobre 1943.

Pasolini rejoint la Gioventù Italiana del Littorio (ou GIL), une organisation de jeunesse fasciste qui souhaite créer un magazine culturel appelé Il Setaccio, dont il devient rapidemement rédacteur en chef ; il se trouve par la suite en conflit avec le directeur de la publication, fidèle à la rhétorique du régime. Seuls sept numéros du magazine sont publiés, mais cette expérience marque le jeune Pasolini de manière positive, grâce à elle, il comprend la nature régressive et provinciale du fascisme et développe un point de vue antifasciste[réf. nécessaire].

La même année, il visite l'Allemagne nazie au cours d'un voyage organisé pour favoriser la rencontre des jeunesses universitaires des deux pays fascistes. Il s'y initie alors à la culture européenne qui lui était jusqu'alors inconnue. À son retour de voyage il publie, dans la revue du GUF, l'article Cultura italiana e cultura europea a Weimar[9] (évidemment échappée à la censure), qui annonce déjà le Pasolini « corsaire » et rebelle[réf. nécessaire]. Dans le Setaccio il trace les principes d'un programme culturel dont les piliers sont l'effort de conscience de soi, le travail intérieur, individuel et collectif, et la sensibilité critique.

La guerre

À la fin de l'année 1942, la famille décide de se réfugier au Frioul, à Casarsa, réputé plus tranquille et sûr, pour y attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale. C'est là-bas, en 1943, que le jeune Pier Paolo commence à comprendre les peurs érotiques qu'il avait auparavant essayé d'éloigner :

« Un constant malaise sans images et sans paroles qui battent à mes tempes et m'aveuglent[10]. »

Il maintient le contact épistolaire avec ses amis, auxquels il décide de ne plus rien cacher, racontant tout ce qui lui arrive :

« Je veux être au Tagliamento, y lancer mes gestes l'un après l'autre dans la lumineuse cavité du paysage. Le Tagliamento est long, long ici. Un énorme torrent rocheux, candide comme un squelette. Nous y sommes arrivés hier en vélo, jeune indigène, avec un indigène plus jeune prénommé Bruno…[11]. »

La veille de l'Armistice du 8 septembre, il est appelé pour entrer en service militaire. Obligé de s'enrôler à Livourne en 1943, le lendemain de l'armistice il désobéit à l'ordre de rendre ses armes aux Allemands, et part se réfugier à Casarsa déguisé en paysan[réf. nécessaire]. Là-bas, il forme, avec quelques autres jeunes passionnés de poésie, un groupe culturel qui revendique l'usage du frioulan casarsan contre l'hégémonie de celui d'Udine[réf. nécessaire]. Le nouveau groupe se propose de publier un magazine qui parlerait à son public tout en faisant la promotion de la poésie. Le premier numéro du magazine sort en mai 1944 sous le titre Stroligùt di cà da l'aga (en frioulan : « Lunaire, de ce côté de l'eau »[12]).


Pendant ce temps, la tranquillité de Casarsa est mise à mal par les bombardements et par les raids des fascistes qui pratiquent l'enrôlement forcé dans les nouvelles forces armées de la République de Salò, ce qui suscite, par réaction, les premiers groupes de résistants. Pier Paolo essaie de se distraire le plus possible, se consacrant à ses études et à sa poésie ; entre-temps, il ouvre une petite école chez lui pour les étudiants qui ne peuvent plus rejoindre leurs écoles à Pordenone ou le gymnase d'Udine. En octobre 1944, Pasolini et sa mère déménagent à Versuta, qui semble être plus tranquille et plus loin des cibles militaires, son petit frère Guido a, lui, déjà rejoint les résistants de la Carnia. Les enfants du village doivent désormais parcourir plus d'un kilomètre pour aller l'école, parce qu'il n'y en a pas dans leur village, Susanna et Pier Paolo décident d'en ouvrir une, gratuite, dans leur domicile, de la même manière qu'à Casarsa.

C'est au cours de cette période que le jeune Pasolini vit son premier vrai amour pour l'un des étudiants les plus âgés (il en a dit : « Dans ces membres brillait une ingénuité, une grâce… ou l'ombre d'une race perdue qui se réaffirme dans l'adolescence »[13]). En même temps, Pina Kalč, une jeune violiniste slovène qui s'était réfugiée avec sa famille chez les Pasolini, tombe amoureuse de lui. L'amour de Pier Paolo pour le jeune homme et l'amour de Pina pour lui s'entremêlent, compliquant douloureusement les derniers et longs mois de la guerre.

Le 7 février 1945 a lieu, à Porzus en Frioul-Vénétie julienne, le massacre de Porzus : une milice de partisans procommunistes massacre la Brigade Osoppo, un groupe de partisans modérés. Parmi les victimes se trouve le frère de Pasolini, Guido. Cette nouvelle n'arrive à Casarsa que quelques semaines après la fin de la guerre, plongeant Pier Paolo et sa mère dans le désarroi. Les cours continuent néanmoins dans la petite école à Versuta, où Pier Paolo est considéré comme un vrai professeur[réf. nécessaire].

Le 18 février de la même année voit la fondation de l'Academiuta di lenga furlana, qui rassemble un petit groupe de poetae novi qui, sur la base des expériences de Pasolini, fondent les principes du félibrisme régional : « Frioulanité absolue, tradition romane, influence des littératures contemporaines, liberté, fantaisie[14] ».

En août, le premier numéro de Il Stroligùt est publié, avec une numérotation différente pour le distinguer du précédent Stroligùt di cà da l’aga, paraît en même temps, la série des diarii en vers italiens publiés à compte d'auteur dans un petit volume. La même année, il rejoint l’Associazione per l'autonomia del Friuli[15], et après le retour de son père, prisonnier des Anglais, au Kenya, Pasolini présente sa thèse, l’Antologia della poesia pascoliana : introduzioni e commenti. Avec son diplôme, le rôle de Pasolini en tant que directeur-enseignant de l’école, fortement contesté par le ministère de l’éducation car non diplômé, devient officiel.

L'après-guerre

En 1946 sort, mais daté de 1945, un petit recueil de poèmes appelé I Diarii aux Edizioni dell'Accademiuta, et deux poèmes choisis et commentés par Montale dans le magazine florentin Il Mondo. Isolé à Versuta — la maison à Casarsa ayant été détruite par les bombardements[réf. nécessaire] — Pasolini essaie de reconstruire ses liens avec le monde littéraire. Il écrit à Gianfranco Contini pour lui présenter le projet de transformation de Il Stroligùt de simple folio en vrai magazine. Tout de suite après la visite à Versuta de Silvana Mauri, la sœur d'un de ses amis, qui est amoureuse de lui, il part en août pour Macugnaga, où réside la famille Mauri, et profitant de l'occasion, passe à Domodossola pour voir Contini.

À Lugano où devait être décerné le prix Libera Stampa ; Contini, alors membre du jury, sollicite son jeune ami afin qu'il lui envoie le texte qu'il lui avait montré, L'usignolo della Chiesa cattolica, avec la seconde partie de Il pianto della rosa[réf. nécessaire]. L'opérette ne reçoit qu'une mention spéciale, mais réussit à sortir Pasolini de son isolement, et grâce au climat plus détendu de l'après-guerre, il recommence à sortir avec les jeunes hommes de Versuta. Il se rend à Rome en octobre, où il fait la connaissance de quelques littéraires qui l'invitent à collaborer au journal La Fiera Letteraria, et en mai il commence à écrire les premières pages d'un journal intime qu'il appelle les Quaderni rossi (« cahiers rouges ») car écrits à la main dans des cahiers d'écoliers dont la couverture était rouge. Il complète le drame Il Cappellano en italien et publie, une nouvelle fois aux Edizioni dell'Academiuta, un recueil de poésies, toujours en italien, appelé I Pianti.

Le 26 janvier 1947, Pasolini écrit une déclaration dans le journal udinois Libertà qui fait parler de lui dans les milieux communistes, qui démentirent son inscription dans le Parti communiste italien (PCI) : « Nous sommes, pour notre part, convaincus que seul le communisme est à la mesure de fournir une nouvelle vraie culture, une culture qui sera morale, l'interprétation de l'existence entière[16] ». Après la guerre, Pasolini, qui hésita longtemps entre les deux camps, observa les nouvelles exigences de justice nées des rapports entre les chefs et les plus démunis et n'eut plus de doute quant au côté où il devait prendre parti. Il cherche alors à consolider une première ébauche de doctrine par la lecture de Karl Marx et surtout des premiers livres d'Antonio Gramsci. Il écrit à son amie, la poétesse Giovanna Bemporad :

« L'autre est toujours infiniment moins important que le moi, mais ce sont les autres qui font l'histoire[17]. »

Et c'est en pensant aux autres qu'il prend la décision d'adhérer au parti communiste.

Pasolini souhaite prolonger sa collaboration avec le magazine de l'Academiuta et avec les littératures néolatines ; grâce à Contini il fait la connaissance du poète catalan en exil, Carles Cardó. C'est à Contini qu'il envoie les recueils complets de ses poésies en frioulan, encore sous le titre de Cjants di un muart, peu après changés en La meglio gioventù. Il ne réussit pourtant pas de les faire publier ; malgré cela, il se sent heureux et écrit à ses amis : « Je suis serein et en proie à une avide et dionysiaque allégresse[18] ».

Vers la fin de 1948, il commence à enseigner la littérature à l'école de Valvasone, qu'il rejoint tous les matins à vélo. Il continue son activité au sein du PCI, participant, en janvier, à la manifestation organisée à San Vito par la Camera del lavoro pour obtenir l'application du projet de loi Lodo De Gasperi. C'est à cette occasion que, observant les conflits avec la police et parlant avec les jeunes, il imagina un projet de roman sur ce monde bouleversé. Le premier titre du roman sera La meglio gioventù. Toujours au sein du PCI, en février 1949 il participe au premier congrès de la Federazione comunista de Pordenone, et en mai de la même année il part pour Paris pour assister au Congrès mondial de la paix. En octobre, il est accusé de détournement de mineur et autres actes obscènes en public ; ses adversaires politiques se réjouissent du scandale et lui reprochent son homosexualité tandis que les dirigeants du PCI d'Udine décident de l'exclure du parti[réf. nécessaire]. L'exercice de l'enseignement lui est également interdit[réf. nécessaire].

S'ensuivent deux mois fort difficiles pour Pasolini, qui en janvier 1950 se réfugie à Rome avec sa mère. Les premières semaines y sont difficiles, il peine à trouver du travail. Pendant qu'il cherche à donner des cours privés, il s'inscrit au syndicat de Cinecittà et s'offre en tant que relecteur d'un journal. Il réussit à publier quelques articles dans quelques journaux catholiques, et continue à écrire les romans qu'il a entamés au Frioul : Atti impuri, Amado mio, La meglio gioventù. Il commence à écrire Les Ragazzi et quelques œuvres romaines, dont Squarci di notte romane, Gas e Giubileo, qui seront publiés dans le recueil Alì dagli occhi azzurri. C'est grâce à son nouvel ami Sandro Penna, dont il est inséparable et avec qui il se promène la nuit le long du Tibre, qu'il fait la connaissance du jeune plâtrier Sergio Citti, qui lui apprend l'argot et le dialecte romains, devenant, comme le dira Pasolini, son « dictionnaire vivant »[réf. nécessaire]. Il compose dans cette période les poésies qui seront réunies dans Roma 1950 - Diario, publié en 1960 par Scheiwiller. Il est embauché comme enseignant à une école de Ciampino encore non reconnue. Pendant l'été il publie son conte Il Ferrobedò dans la revue Paragone, qui devint un chapitre de Ragazzii di vita, ainsi que le court poème L'Appennino, qui ouvre Le cenere di Gramsci et d'autres contes romains. À cette époque il fait la connaissance de Giorgio Caproni, Carlo Emilio Gadda et retrouve Attilio Bertolucci, élève, comme lui, de Longhi à Bologne, grâce auquel il signe son premier contrat éditorial pour son Antologia della poesia dialettale del Novecento, qui sort en décembre 1952 avec un commentaire d'Eugenio Montale.

En 1953, il commence à travailler sur une anthologie de poésie populaire pour les éditions Guanda de son ami Bertolucci, qui sort en 1955 sous le titre Canzoniere italiano. Entre-temps, il publie le premier volume de vers frioulans, Tal còur di un frut. En octobre de la même année il écrit dans la revue Paragone une autre anticipation du futur Ragazzi di vita, que Bertolucci montrera à Livio Garzanti, qui sortira ensuite le roman.

Premières expériences cinématographiques et publications littéraires

Son premier travail dans le domaine du cinéma concerne l'écriture (en mars 1954), avec son ami Giorgio Bassani, du scénario de La Fille du fleuve, mis en image par Mario Soldati. La meglio gioventù, son livre de poésie en frioulan, est publié en juin de la même année. Dédié à Gianfranco Contini, il gagne le prix Carducci à égalité avec Paolo Volponi. Vittorio Sereni lui propose de publier un recueil de poésie pour la série de livres de l'éditeur La Meridiana dont il est l'éditeur avec Sergio Solmi. Ce recueil sort en janvier 1955 sous le titre Il canto popolare, qui est ensuite mêlé à son œuvre Le ceneri di Gramsci.

Le 13 avril 1955, Pasolini envoie le manuscrit complet de Les Ragazzi à l'éditeur Garganti. Le roman sort la même année, mais le thème choisi, celui de la prostitution masculine, lui vaut des accusations d'obscénité[réf. nécessaire]. Malgré l'intervention de certains critiques, dont Emilio Cecchi, Asor Rosa et Carlo Salinari, les accusations seront féroces, l'écartant des prix Strega et Viareggio[réf. nécessaire][citation nécessaire]. Toutefois le roman est un grand succès auprès du public, lui offrant le prix Colombi-Gudotti de la part d'un jury présidé par Giuseppe de Robertis, à Parme. Entre-temps, le magistrat de Milan reçoit une plainte contre le livre, pour « caractère pornographique ».

Le 28 octobre 1955, son vieil ami, Francesco Leonetti, lui écrit en lui disant qu'il est temps de créer une nouvelle revue. Il annonce ce que sera peu après Officina, magazine dans la mouvance du précédent Eredi. Le projet du magazine, lancé par Leonetti et Roberto Roversi, est formulé cette année-là au cours de plusieurs rendez-vous que Pasolini ne rata jamais.

Cette même année, sort son anthologie de la poésie populaire, Canzoniere italiano, avec une dédicace à son frère cadet Guido. En juillet, Pasolini se rend à Ortisei, avec Giorgio Bassani, pour travailler sur le scénario d'un film réalisé par Luis Trenker. C'est la période où commencent à se développer d'autres passions que sont le cinéma et la littérature. Pasolini écrit ainsi à Contini :

« J'avance parallèlement sur deux voies, vers de nouvelles stations. Je ne suis pas horrifié comme le seraient les littéraires médiocres ici, à Rome : je ressens un peu d'héroïsme[19]. »

Polémiques et dénonciations

Pendant ce temps, la polémique suscitée par la critique de Les Ragazzi continue. Pasolini publie, dans le numéro d'avril d'Officina, un article contre Salinari et Trombatore, qui écrivent pour le Contemporaneo.

En juillet se tient, à Milan, le procès contre Les Ragazzi, qui se conclut avec un acquittement, en grande partie grâce au témoignage de Carlo Bo. Ce dernier déclare que le livre est riche en valeurs religieuses « parce qu'il encourage la piété parmi les plus pauvres et démunis » et qu'il ne contient rien d'obscène parce que « les dialogues sont des dialogues de jeunes, et l'auteur sentait la nécessité de les représenter en tant que tels »[20].

Cinéaste et écrivain

Au mois d'août il écrit le scénario du film de Mauro Bolognini, Marisa la civetta ; en même temps, il collabore avec le réalisateur italien, Federico Fellini, sur Les Nuits de Cabiria.

Alternant son travail de cinéaste avec celui d'écrivain, il écrit, pendant cette période, des critiques dans l'hebdomadaire Il Punto (la première traite de La Bufera de Montale), et il aide les jeunes écrivains d'Officina, comme Arbasino, Sanguineti, et Alfredo Giuliani, qui émergeront ensuite en tant que membres du Gruppo 63.

Il se fait de nouveaux amis, dont Laura Betti, Adriana Asti, Enzo Siciliano et Ottiero Ottieri durant cette même période[réf. nécessaire].

Inspiré par les évènements politiques et idéologiques du moment (dont le XXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique, qui signale la fin de l'ère stalinienne, mettant en évidence les événements en Pologne et en Hongrie), 1956 est l'année de la version définitive du livre "les cendres de Gramsci" (Le ceneri di Gramsci) et voit la première petite ébauche du roman Une vie violente.

Le manuscrit de Ceneri di Gramsci, composé de onze courts poèmes écrits entre 1951 et 1956, est envoyé aux éditeurs Garzanti en août 1957. Cette œuvre suscite, tout comme Les Ragazzi, une forte critique mais reste populaire auprès du public, qui épuise la première édition en 15 jours[réf. nécessaire]. Il gagne le prix Viareggio en août de la même année, à égalité avec Poesie, de Sandro Penna.

Italo Calvino avait déjà exprimé, avec de dures paroles, son opinion sur les conflits d'intérêt de certains critiques marxistes, soutenant que pour la première fois « d'une manière extraordinairement réussie, un conflit d'idées, une problématique culturelle et morale devant une concession au monde socialiste viennent d'être exprimés dans une grande composition poétique[21]. »

Pasolini collabore à Vie Nuove en juillet en tant qu'invité spécial et va au Festival de la jeunesse à Moscou tandis que l'éditeur Longanesi publie les vers de L'usignolo della Chiesa cattolica. Il travaille beaucoup sur Une vie violente, il écrit son premier scénario sans collaboration, La vita brava, et collabore avec Bolognini sur Giovani mariti.

Il termine d'écrire Une vie violente en décembre 1958 et la donne à Garzanti en mars de l'année suivante. Après un long travail d'« autocensure » rendu nécessaire surtout à cause d'une partie considérée « dangereuse » par l'éditeur[réf. nécessaire], le livre sort en mai 1959. Il n'obtient ni le prix Viareggio ni le prix Strega. Toutefois, étant apprécié et estimé par un groupe de littéraires, il obtient le prix Crotone d'un jury composé d'Ungaretti, Debenedetti, Moravia, Gadda et Bassani.

Pendant l'été, il fait un voyage tout au long de la côte italienne pour un reportage pour le mensuel Successo ; il y écrit trois chapitres de ce qui deviendra La lunga strada di sabbia. Il traduit L'Orestie d'Eschyle pour la compagnie de théâtre de Vittorio Gassman et réarrange les vers de La religione del mio tempo.

Pendant ce temps, l'Azione Cattolica l'attaque en justice pour « obscénité »[réf. nécessaire] dans Une vie violente, procès qui sera tout de suite classé sans suite[réf. nécessaire].

Son premier film : Accattone

En 1960, Pasolini commence à écrire les premiers brouillons du livre d'essais Passione e ideologia, arrange les vers de La religione del mio tempo, et surtout, se dédie à son amour pour le cinéma en écrivant les scénarios de Ça s'est passé à Rome de Bolognini, Il carro armato dell'8 settembre de Gianni Puccini, La lunga notte del '43 de Florestano Vancini (d'après le roman de Bassani), et Le Bel Antonio, du roman de Vitaliano Brancati.

Il a en tête un projet d'écrire un film qui serait appelé La commare secca, mais les événements de ce mois de juillet concernant la chute du gouvernement Tambroni lui font mettre ce projet de côté pour travailler sur Accattone.

Son ami Bolognini lui trouve un producteur, Alfredo Bini, auquel Pier Paolo explique comment il veut que le film soit tourné : avec beaucoup de premiers plans, la prédominance des personnages sur les paysages et, surtout, une grande simplicité[réf. nécessaire]. Le protagoniste sera Franco Citti, frère de Sergio. Federico Fellini, pour lequel il avait écrit une scène de La dolce vita, l'aide à tourner deux séquences du film.


Le 30 juin de la même année, Pasolini est attaqué en justice par la police pour complicité dans un crime[réf. nécessaire]. Il aurait pris deux jeunes de Trastevere en voiture après une bagarre à laquelle ces jeunes auraient pris part. Il est acquitté, mais l'acharnement de la part d'autrui à l'attaquer ainsi lui laisse un goût amer :

« C'est de la cruauté ; celui qui se trouve frappé est pris d'une profonde douleur ; cela lui donne l'impression d'un monde totalement incompréhensible où il est inutile de parler, de se passionner pour quelque chose, de discuter ; cela lui donne l'impression d'une société où, pour survivre, on ne peut que devenir cruel, répondre à la cruauté par de la cruauté… Certes, ce que je dois payer est particulièrement lourd, parfois je me trouve désespéré, je vous le dis sincèrement[22] »

Toujours en 1960, deux volumes de ses vers sont publiés : Roma 1950 - Diario et Sonnetto primaverile. Avant le nouvel an 1961, il voyage en Inde avec Moravia et Elsa Morante, voyage dont il tire une série d'articles pour le journal Il Giorno, et qui formeront pour partie son livre L’odeur de l'Inde. En mai est publié le recueil La religione del mio tempo, très prisé de son ami Franco Fortini, qui lui écrit : « Je voudrai que tu sois là pour pouvoir te serrer dans mes bras »[réf. nécessaire].

Le tournage d'Accattone commence au mois d'avril et le film est présenté à la Mostra de Venise en septembre. Il n'est pas particulièrement apprécié par la critique italienne, mais reçoit des éloges à Paris, notamment de Marcel Carné et André Chamson.

Les années 1960

En automne 1961, il se rend dans la villa d'une amie pour écrire, avec Sergio Citti, le scénario de Mamma Roma ; le tournage se fait au printemps 1962, où le protagoniste est joué par Anna Magnani.

Entre-temps, il termine son roman en frioulan, Il sogno di una cosa, qui est publié en mai, et, entre avril et juin, il travaille sur le tournage de Mamma Roma, qui est présenté à la Mostra de Venise, où il remporte, ce coup-ci, un franc succès[réf. nécessaire].

En septembre de la même année, Pasolini participe à une conférence à la citadelle d'Assise, où il a l'occasion de lire l'Évangile selon Saint Matthieu. De cette lecture naît l'idée d'un film. Entre-temps, il travaille, avec le producteur Bini ainsi que Roberto Rossellini, Jean-Luc Godard et Ugo Gregoretti, sur un film à épisodes. C'est à cette occasion qu'il pense faire un court-métrage sur une reconstruction cinématographique de la la Passion du Christ, écrit pendant le tournage de Mamma Roma sous le titre de La Ricotta. Le film sort en salles le 1er mars 1963, accueilli par un public peu enthousiaste. Le jour même de sa sortie, il est accusé d'« insulte à la religion d'État »[réf. nécessaire]. Alberto Moravia en dira :

« L'accusation était celle d'insulte à la religion. Beaucoup plus juste aurait été d'accuser le réalisateur d'avoir insulté les valeurs de la petite et moyenne bourgeoisie italienne[23]. »

Le procès, tenu à Rome les 6 et 7 mars, condamne Pasolini à quatre mois de réclusion pour avoir été « coupable des délits dont on l'accuse », le film est confisqué jusqu'en décembre de la même année[réf. nécessaire].

Toutefois, il continue à rester en contact avec la citadelle d'Assise et, en février, il commence les recherches philologiques et historiques pour réaliser le projet du film sur les Évangiles.

Avec l'expert biblique don Andrea Carraro et un groupe de techniciens, il voyage en Israël et en Jordanie pour y trouver les lieux et les personnes adaptés au tournage du film. Le cinéaste est déçu par la modernité trop apparente des paysages[24] et renonce à y situer son film, mais les images tournées sur place deviennent, sous l’impulsion du producteur Alfredo Bini, un film à mi-chemin entre le carnet de voyage et la réflexion intérieure : « Repérages en Palestine ». Le film a ensuite été tourné dans le sud de l’Italie, encore pauvre et archaïque.

Mais l'acteur le plus difficile à trouver fut celui qui devait incarner le Christ, à qui Pasolini souhaitait donner une allure forte et décisive.
Après l'avoir cherché parmi des poètes, dont Evtusenko, Ginsberg et Goytisolo, il trouve par hasard un étudiant espagnol à l'aspect fier et détaché, tel celui peint par Goya.

Pendant les préparations pour le film, Pasolini réalise un film-enquête sur la vie sexuelle des Italiens, Comizi d'amore. Il commence à écrire La Divine Mimésis, Il Vantone, une réecriture romanesque des Miles gloriosus de Plaute, et, sur demande de Vittorini, il présente quelques-unes de ses poésies dans la revue Menabò et la Notizia su Amelia Rosselli.

En mai 1964, il publie son quatrième recueil de vers en italien, Poesia in forma di rosa, et le 24 avril, il commence le tournage de l'Évangile selon Matthieu, qui se conclut au début de l'été. Le film, présenté à la Mostra de Venise en septembre, est réprimé par les intellectuels de gauche, parmi eux Sciascia et Fortini[réf. nécessaire]. Le film est présenté à Paris et y est mal accueilli par plusieurs critiques de gauche, dont Jean-Paul Sartre. Mais le film, sorti dans tous les pays européens, est un grand succès auprès du public[réf. nécessaire] et participe à la Prima mostra internazionale del nuovo cinema, à Pesaro. Pasolini y rencontre Roland Barthes.

En octobre 1965, commence le tournage du film Des oiseaux, petits et gros, qui parle de la crise politique interne du Parti communiste italien et du marxisme « idéocomique ». Les acteurs choisis sont Totò et le jeune Ninetto Davoli. Totò est choisi parce que le film, qui alterne entre le réel et le surréalisme, a besoin d'un acteur qui soit un peu clownesque.

C'est en novembre de la même année que sort le recueil narratif avec un titre suggéré par Sartre, Alì agli occhi azzurri, dont le milieu contient les scénarios de Les Garçons, Accattone, Mamma Roma et La ricotta tandis que les première et dernière parties sont des contes écrits dans les années 1950, ainsi que des ébauches des romans Il Rio della grana et La Mortaccia.

Cette année-là, en 1965, il est invité à diriger, avec Moravia et Alberto Carrocci (directeur de Solaria), la nouvelle série du magazine Nuovi Argumenti. À la fin de l'année, il voyage en Afrique du nord après avoir envisagé un nouveau film avec Totò et la réalisation d'un opéra lyrique à la Piccola Scala.

Déjà atteint d'un ulcère, en mars 1966, il se voit alité à cause d'une forte hémorragie. C'est l'occasion de relire tranquillement les Dialogues de Platon, qui l'encouragent à écrire une pièce de théâtre dans un style similaire à la prose. Désormais sa convalescence terminée, il travaille sur Bestemmia, un roman sous forme de scénario et vers, et commence à travailler sur Orgia et Bestia da stile. Entre mai et juin il travaille également sur quelques drames qu'il veut présenter à l'étranger.

Le 3 mai, Des oiseaux, petits et gros est un grand succès au Festival de Cannes[réf. nécessaire]. L'opinion positive de Roberto Rossellini pendant une conférence de presse suscite un vif intérêt pour le film.

Entre le printemps et l'été de 1966, il écrit le scénario du film Théorème et Œdipe roi, ainsi que les drames Piliade, Porcile et Caldéron. En août, il va à New York ; pendant son séjour il songe à tourner un film sur saint Paul dans cette ville. Il y rencontre Allen Ginsberg, ainsi que l'année suivante, à Milan.

Au début du mois d'octobre il va au Maroc pour y étudier les lieux de tournage de Œdipe roi, et, en novembre, il tourne un court-métrage appelé La terra vista della luna (avec Silvana Mangano, Totò et Ninetto Davoli).

De retour au Maroc, il réalise, en seulement une semaine, le tournage du court-métrage Che cosa sono le nuvole ?.

En avril il commence le tournage d'Œdipe roi dans le désert rouge du sud du Maroc, qui continue, pour quelques scènes, sur la plaine de Lodi et enfin à la ville de Bologne. Le film, présenté à la Mostra de Venise la même année, n'est pas un grand succès en Italie mais reçoit les faveurs du public et de la critique en France et au Japon[réf. nécessaire].

Dans la même année, il écrit des essais de théorie et de techniques de la cinématographie qui seront recueillis dans un tome en 1972 sous le titre Empirismo eretico.

En mars 1968, est publié le roman Théorème, transformé en film et présenté à la Mostra de Venise la même année, y gagnant le second prix de la carrière cinématographique de Pasolini, le prix Ocic. Jean Renoir assiste à la première et déclare à un journaliste : « À chaque image, à chaque plan, on sent le trouble d'un artiste. »[réf. nécessaire]

La polémique des jeunes soixante-huitards

Après la bataille de Valle Giulia, conflit entre les jeunes et la police, qui avait occupé de manière préventive la faculté romaine d'architecture, Pasolini écrit le poème Il PCI ai giovani!![25]. Destiné à être publié dans le magazine Nuovi Argomenti, il sort sans préavis dans L'Espresso, déclenchant une forte polémique[réf. nécessaire]. Dans le poème Pasolini s'insurge contre les jeunes, leur disant que leur révolution est fausse car ils sont des bourgeois conformistes, instruments de la nouvelle bourgeoisie.

« J'ai passé ma vie à haïr les vieux bourgeois moralistes, il est donc normal que je doive haïr leurs enfants, aussi… La bourgeoisie met les barricades contre elle-même, les enfants à papa se révoltent contre leurs papas. La moitié des étudiants ne fait plus la Révolution mais la guerre civile. Ils sont des bourgeois tout comme leurs parents, ils ont un sens légalitaire de la vie, ils sont profondément conformistes. Pour nous, nés avec l'idée de la Révolution, il serait digne de rester fidèles à cet idéal[26]. »

Le poème est instrumentalisé par quelques-uns à leurs fins, non comprise par d'autres ; il est, encore aujourd'hui, très cité pour souligner des idées différentes, son auteur oublié[réf. nécessaire].

L'Espresso publie une « table ronde » quelques semaines après la publication du poème, table ronde à laquelle Pasolini participe[27].

La même année, Pasolini tourne La sequenza del fiore di carta avec Ninetto Davoli, sur la parabole évangélique du figuier stérile[28], qui sort l'année suivante, en 1969, en tant que troisième épisode du film Amore e rabbia.

La fin des années 1960 : entre le théâtre et le cinéma

Il publie entre-temps, dans Nuovi Argomenti, un essai appelé Manifesto per un nuovo teatro, dans lequel il déclare son refus complet du théâtre italien, et une critique négative du travail de Dario Fo.

Le 27 novembre, sa pièce de théâtre Orgia est joué au Teatro Stabile di Torino, œuvre qui sera mal reçue par le public et la critique[réf. nécessaire]. Orgia va été créée en langue française en 1988 par l’Ensemble Théâtral Mobile et recueillir un grand succès critique tant à Paris[29], [30], [31], [32] qu’à Bruxelles.

À la fin de l'an 1968, il commence le tournage de Porcherie, qui est un exemple de sa période métahistorique, ayant comme sujet le volcan Sicilien, l'Etna. Il eut l'idée du film en 1965, après avoir vu Simone nel deserto de Luis Buñuel. Les scènes se déroulant dans le présent furent tournées à Villa Pisana, dans la ville de Stra.

Après Porcherie, qu'il décrit comme son « film le plus réussi, au moins extérieurement »[réf. nécessaire], il réalise Médée, choisissant comme actrice principale la chanteuse Maria Callas. Le film est tourné en Cappadoce, à Grado et à Pise.

Pendant la postproduction du film il voyage en Afrique et visite l'Ouganda et la Tanzanie. Il y cherche les lieux où tourner son prochain film, Carnet de notes pour une Orestie africaine.

Porcherie est montré à la Mostra de Venise le 30 août et y est jugé affreux et incompréhensible[réf. nécessaire].

Le triptyque de la vie

Pendant l'été 1970, il écrit des scénarios basés sur dix romans, la plupart tragicomiques, comme le Décaméron, qu'il transpose dans le milieu napolitain. Il décide d'en réaliser trois pour composer la « trilogie de la vie » : Le Décaméron, Les Contes de Canterbury et Les Mille et Une Nuits. En septembre, il commence à tourner les premières scènes à Caserta Vecchia avec Ser Ciappelletto, ainsi qu'à Naples et à Merano. C'est la première fois qu'apparaît le corps nu d'un homme dans ses films. « Le corps : voilà une terre que le pouvoir n'a pas encore conquis[33] »[réf. nécessaire].

Entre-temps on lui propose de publier sous le titre Bestemmia toutes ses poésies, du premier petit livre en frioulan publié en 1942, au volume inédit Trasumanar e organizzar.

Les années 1970

Au début de l'année 1971, il tourne un documentaire intitulé 12 décembre, avec la collaboration de quelques membres de Lotta Continua, sur l'attentat de la piazza Fontana. En mars il devient directeur de la publication de ce mouvement ouvrier. En avril il est accusé d'« instigation à commettre des délits et apologie de crime », mais il ne semble pas s'en préoccuper et écrit[réf. nécessaire] :

« Je m'en fous s'ils me mettent en prison. C'est quelque chose qui n'a pas d'importance pour moi : pour moi ça ne ferait aucune différence, surtout du point de vue économique. Si je finis en prison, je pourrai lire tous les livres que jusqu'alors je n'oserais pas lire[34]. »

Pendant ce temps, il écrit une critique de Satura de Montale, et en avril sort son dernier recueil de poésies, Trasumar e organizzar, qui est accueilli par des lecteurs et des critiques distraits. Il écrit le scénario pour Les Contes des Canterbury pendant que son film Le Décaméron gagne le second prix à la Berlinale le 28 juin.

En 1972, son recueil d'essais, Empirismo eretico, est accueilli avec indifférence par les critiques[réf. nécessaire]. Il continue à travailler sur son roman, Pétrole, pour lequel il a déjà écrit plus de cinq cents pages ; il pense y travailler « peut-être pour le reste de ma [sa] vie »[réf. nécessaire].

Après les neuf semaines que dure le tournage des Contes de Canterbury, film tourné en Angleterre, et sans même attendre que ce film sorte en salle, il commence à écrire le scénario du dernier film de sa trilogie. Il fait plusieurs reconnaissances aériennes en Égypte, au Yémen, en Iran, en Inde et en Érythrée.

La collaboration avec les journaux et les magazines

En novembre, il commence à collaborer avec l'hebdomadaire Tempo illustrato, s'occupant des critiques littéraires qui sortiront plus tard en forme de livre sous le titre de Descrizioni di descrizioni.

Au début de l'année 1973, il accepte de travailler pour le Corriere della Sera. Son premier article y paraît le 7 janvier. Appelé Contro i cappelli lunghi (traduit littéralement « Contre les cheveux longs »), c'est le premier d'une série d'interventions dans les domaines politique et de la mode, ainsi que du comportement public et privé des italiens. Ces articles seront publiés dans le volume Scritti corsari.

Documentaires et pièces de théâtre

Commence entre-temps le tournage de Les Mille et une nuits à Ispahan en Iran. Le travail procède de manière rapide et précise ; Pasolini parvient également à tourner un documentaire : Les Murs de Sana, qui se veut un appel à l'Unesco pour sauver l'antique ville yéménite.

En septembre sortent deux pièces de théâtre, Caldéron et Affabulazione.

À la fin de l'année, Pasolini a déjà en tête un projet pour un nouveau film, au titre provisoire Porno-teo-kolossal, duquel Eduardo De Filippo devrait être l'un des personnages centraux.

Les Mille et une nuits sort en salle au début de 1974 et est l'un des plus grands succès de Pier Paolo, malgré l'avis des critiques[réf. nécessaire].

Les essais

Pendant l'été il ajoute un long post-scriptum à son drame en vers, Bestia da stile[réf. nécessaire] :

« L'Italie est un pays qui devient de plus en plus stupide et ignorant. On y cultive des rhétoriques toujours de plus en plus insupportables. Il n'y a pas de pire conformisme que celui de gauche, surtout, naturellement, quand c'est adopté par la droite[35]. »

Il écrit aussi d'autres textes, dont La nuova gioventù, et publie, après le référendum sur le divorce, l'article Gli italiani non sono più quelli.

1974 et 1975

Le mal radical

S'intéressant à un projet de film sur le Marquis de Sade, il se met à étudier de manière intense le concept kantien de « mal radical », qui réduit l'humanité entière en esclaves du consumérisme, qui corrompt en manipulant l'âme et le corps. Pour expliquer cette conception radical Böse du monde, Pasolini analyse son cas personnel et décrit son angoisse[réf. nécessaire] :

« Un homosexuel, aujourd'hui en Italie, on le fait chanter, sa vie est en danger toutes les nuits[36]. »

Le 19 janvier le Corriere della Sera publie son article Sono contro l'aborto (« Je suis contre l'avortement »), qui suscite une vive polémique[37].

Il finit le scénario de Il padre selvaggio, film qui ne sera jamais réalisé, dans les premiers jours de février, et, au milieu du même mois, il commence à tourner Salò, ou les 120 journées de Sodome dans la région de Mantoue.

Pendant ce temps, il écrit quelques articles pour l'hebdomadaire Il Mondo, qui feront partie du volume posthume Lettere luterane.

Dans le mois de mai, sort son livre Écrits corsaires, qui recueille tous les articles qu'il a écrit pour le Corriere della Sera du 7 janvier 1974 au 18 février 1975, avec une section « Documents liés », dans laquelle sont ajoutés des critiques qu'il écrit pour l'hebdomadaire Tempo du 10 juin au 22 octobre 1974.

Il y écrit que l'antifascisme est le fascisme d'aujourd'hui : "Une bonne partie de l'antifascisme d'aujourd'hui, ou du moins ce qu'on appelle antifascisme, est soit naïf et stupide soit prétextuel et de mauvaise foi. En effet elle combat, ou fait semblant de combattre, un phénomène mort et enterré, archéologique qui ne peut plus faire peur à personne. C'est en sorte un antifascisme de tout confort et de tout repos. Je suis profondément convaincu que le vrai fascisme est ce que les sociologues ont trop gentiment nommé la société de consommation"[38].

Toujours en mai, il voit la sortie de son roman La nuova gioventù, et pendant l'été il travaille sur le tournage de Salò.

La trilogie de la vie

En octobre, sortent les scénarios de la Trilogie de la vie, avec une introduction de quelques pages appelée Abiura della trilogia, et il donne le manuscrit final de La Divine Mimésis à Einaudi.

Il part alors à Stockholm pour une rencontre à l'Institut italien de culture de la ville, puis à Paris pour relire la traduction française de Salò. Le 31 octobre, il est de retour à Rome.

Assassinat

« Sa fin est à la fois similaire à ses œuvres et très différente d'elles. Similaire parce qu'il avait déjà décrit, dans ses œuvres, les manières crasseuses et atroces, et différente parce qu'il n'était pas l'un de ses personnages mais une figure centrale de notre culture, un poète qui avait marqué une époque, un réalisateur brillant, un essayiste inépuisable[3](Alberto Moravia) »

Monument érigé en la mémoire de Pier Paolo Pasolini

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975, Pasolini est tué de manière brutale à coups de bâton et écrasé avec sa propre voiture sur la plage d'Ostie, près de Rome. L'homicide est attribué à un jeune romain de 17 ans, Giuseppe Pelosi, qui se déclare vite le seul responsable de la mort de Pier Paolo. Pelosi est condamné pour meurtre au premier degré. En décembre 1976, sa peine est confirmée par la cour d'appel.

Pelosi se prétend coupable du crime jusqu'en mai 2005, quand, au cours d'une entrevue pour la télévision, il affirme ne pas avoir tué Pasolini, déclarant que l'homicide fut commis par trois autres personnes. Il ne donne pas les noms des présumés meurtriers, disant seulement qu'il y avait des accents siciliens. Il ajoute que la raison pour laquelle il a longtemps caché la vérité est qu'il craignait des représailles envers sa famille et ses proches[39]. (Table ronde complète publié par L'Espresso peu après la publication du poème Il PCI ai giovani!)

Les circonstances de la mort de Pasolini ne sont pas claires[40]. Des contradictions dans les déclarations du meurtrier, une intervention de la part des services secrets pendant l'investigation, des impasses et des témoignages peu cohérents sont tous des facteurs qui — comme les amis de Pasolini (particulièrement Laura Betti) l'ont souvent dit — laissent planer de grands doutes. Aujourd'hui encore, la mort de Pasolini reste très discutée. Une autre hypothèse est avancée. Celle de la révélation par Pasolini d'une thèse sur la mort d'Enrico Mattei (Responsable de l'ENI groupe nationalisé du pétrole italien) le 27/10/1962 mettant en cause la Démocratie Chrétienne, des groupes pétroliers, la CIA et la mafia. Un autre journaliste voulant révéler aussi cette affaire a été tué[41].

Hommages

  • Dans le film Journal intime (1993) de Nanni Moretti, on voit Moretti longer la plage d'Ostie sur sa Vespa et s'arrêter devant le lieu de l'homicide, avec comme musique de fond le Köln Concert de Keith Jarrett.
  • The Ashes of Pasolini, vidéo présentée à la Biennale de Venise, par l'artiste chilien Alfredo Jaar. Il y réecrit l'histoire de la mort de Pier Paolo Pasolini. Le titre fait référence au recueil de poeme "Les cendres de Gramsci" de Pasolini.
  • Lamento per la morte de Pasolini, chanson écrite par Giovanna Marini en décembre 1975, une narration orale populaire, dans le style du chant religieux extra-liturgique abruzze, L'orazione di San Donato.
  • Una storia sbagliata (1980), chanson écrite par Fabrizio De André et Massimo Bubola.
  • A Pa', de Francesco De Gregori (Scacchi e tarocchi, 1985).
  • Dans le film I magi randagi (1996), de Sergio Citti, on voit une femme partir du lieu du meurtre de Pasolini.
  • Film écrit et réalisé par Mario Verger, Pasolini requiem, lors du trentième anniversaire de sa mort.
  • Les réalisateurs Daniele Ciprì et Franco Maresco dédicacèrent un court-métrage appelé Arruso à Pasolini.
  • Pasolini une rencontre (Intervista a Pasolini), Interview « idéale » et fictive sous forme de bande dessinée, par Davide Toffolo. Biblioteca dell'immagine, 2002. Traduit en France par les éditions Casterman en 2004.
  • La Rabbia, de Pippo Delbono, spectacle amorcé en 1995. Il s'agit d'un hommage poétique qui naît de la correspondance intime entre l’homme et l’artiste, Pasolini, et de la même nécessité vitale qui constitue, depuis toujours, l’inspiration principale des œuvres de la Compagnia Delbono. Avec : Bobò, Piero Corso, Pippo Delbono, Lucia Della Ferrera, Gustavo Giacosa, Simone Goggiano, Mario Intruglio, Pepe Robledo.
  • Dans la main de l'ange, de Dominique Fernandez, histoire romancée des derniers moments de Pasolini.
  • Le groupe de musique industrielle Coil rend hommage à Pasolini dans le morceau "Ostia" sur l'album Horse Rotorvator sorti en 1984.
  • Sur son album Tilt, sorti en 1995, Scott Walker lui rend également hommage sur le premier morceau, intitulé Farmer in the City (Remembering Pasolini) : les paroles proviennent d'ailleurs de la traduction anglaise d'un poème de Pasolini, Una tanti dialoghi.
  • Dans la pièce de théâtre de René Kalisky, La Passion selon Pier Paolo Pasolini, publiée en 1978 aux éditions Stock et créée au Théâtre du Jardin Botanique à Bruxelles le 9 décembre 1977, l'auteur rend hommage à Pasolini, en le mettant en scène entouré de quelques-uns de ses comédiens, se mettant lui-même en scène. La pièce fait de nombreuses allusions aux œuvres de Pasolini.

Bibliographie

Œuvres de Pier Paolo Pasolini traduites en français :

Romans et nouvelles

  • Les Ragazzi, Buchet Chastel 1958, « 10/18 », no 1521
  • Une vie violente, Buchet Chastel, 1961, « 10/18 », no 1522
  • Le Rêve d’une chose, Gallimard, 1965, « L’imaginaire » no 201
  • Théorème, Gallimard, 1978, « Folio » no 1949
  • La Divine Mimésis, Flammarion, 1980
  • Actes impurs, suivi d’Amado Mio, Gallimard, 1983, « Folio » no 3879
  • Promenades romaines, Livre de poche bilingue, 1989 ; no 8715
  • Les Anges distraits, Actes Sud, 1995, « Folio » no 3590
  • Histoires de la cité de Dieu, Gallimard, « Arcades », 1998, repris partiellement sous le titre Nouvelles romaines, « Folio bilingue », no 107
  • Douce et autres textes, Actes Sud, 2000
  • Pétrole, Gallimard, 2006 (inachevé, posthume)

Poèmes

  • Poésies, 1953-1964, Gallimard, 1980
  • Poésies, 1943-1970, Gallimard 1990
  • Qui je suis, Arléa, 1994 (traduit par Jean-Pierre Milelli)
  • Poèmes de jeunesse et quelques autres, Gallimard, 1995
  • Poèmes oubliés, Actes Sud, 1996
  • Dans le cœur d’un enfant, Actes Sud, 2000
  • Je suis vivant, Nous, 2001
  • Où est ma patrie, Castor Astral, 2002
  • La Nouvelle Jeunesse, 1941-1974, Gallimard, 2003
  • Le Dada du sonnet, Les Solitaires intempestifs, 2005
  • C. suivi de Projet d'œuvre future, Ypsilon Éditeur, 2008
  • Feuilles de langues romanes, Ypsilon Éditeur, 2008

Voyages

  • L’Odeur de l’Inde, Denoël, 1984, Folio, no 3591
  • La Longue route de sable, Arléa, 1999

Essais

  • Écrits corsaires, Flammarion, 1976
  • L’Expérience hérétique, Payot, 1976
  • Dialogues en public, Sorbier, 1980
  • Descriptions de descriptions, Rivages, 1984, « Rivages-Pochotèque », no 168
  • Écrits sur le cinéma, Presses universitaires de Lyon, 1987, « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma », no 42
  • Écrits sur la peinture, Carré, 1997
  • Lettres luthériennes, Seuil, 2000, « Points » n° P970
  • Contre la télévision, Les solitaires intempestifs, 2003
  • Les terrains: écrits sur le sport; traduit de l'italien par Flaviano Pisanelli, Paris, le Temps des cerises, 2005

Correspondance

  • Correspondance générale : 1940-1975, Gallimard 1991

Théâtre

  • Théâtre, Actes Sud, 1995, Babel no 177 : Calderón, Affabulazione, Pylade, Porcherie, Orgie, Bête de style (Traduction de Michèle Fabien, Titina Maselli et Alberte Spinette) ;
  • Théâtre 1938-1965, Les Solitaires Intempestifs, 2005.

Cinéma

Entretien

  • Jean Duflot, Entretiens avec Pasolini, Belfond, 1970, repris sous le titre Les Dernières Paroles d’un impie (1969-1975), 1981.

Cet entretien, testament spirituel et politique, est réédité en 2007, avec une préface inédite de Jean Duflot : Pier Paolo Pasolini, entretiens avec Jean Duflot, éditions Gutenberg, 2007[42]

Filmographie

Scénariste

Année Titre français Titre original profession(s) Métrage Durée
Les années 1950
1955 La Fille du fleuve La Donna del fiume scénariste (LM) 105 minutes
1955  -  Prigioniero della montagna scénariste (LM) 101 minutes
1957 Marisa Marisa la civetta scénariste (LM) 87 minutes
Les Nuits de Cabiria Le Notti di Cabiria scénariste (LM) 117 minutes
1958 Les Jeunes Maris Giovani mariti scénariste (LM) 98 minutes
1959 Mort d'un ami Morte di un amico scénariste (LM) 95 minutes
Les Garçons La Notte brava scénariste (LM) 95 minutes
Les années 1960
1960 La Longue nuit de 43 La Lunga notte del '43 scénariste (LM) 110 minutes
 -  Il Carro armato dell'8 settembre scénariste (LM)  - 
La Douceur de vivre La Dolce vita scénariste (LM) 174 minutes
Le Bel Antonio Il Bell'Antonio scénariste (LM) 105 minutes
 -  La canta della marane scénariste (LM)  - 
Ça s'est passé à Rome La giornata balorda scénariste (LM)  - 
 -  Stendali scénariste (LM)  - 
1961  -  Milano nera scénariste (LM) 84 minutes
Ça s'est passé à Rome La Giornata balorda scénariste (LM) 84 minutes
La Fille dans la vitrine La Ragazza in vetrina scénariste (LM) 90 minutes
Accattone Accattone scénariste (LM) 120 minutes
1962 Une vie violente Una Vita violenta scénariste (LM) 115 minutes
 -  Mamma Roma scénariste (LM) 106 minutes
La Camarde La Commare secca scénariste (LM) 88 minutes
1963 Rogopag (segment) Ro.Go.Pa.G. scénariste (LM)  - 
La Rage (1e partie) La Rabbia scénariste (CM) 50 minutes
 -  Ostia scénariste (LM  - 
Histoires scélérates Storie scellerate scénariste (LM)  - 
1964 L'Évangile selon saint Matthieu Il Vangelo secondo Matteo scénariste (LM) 137 minutes
1965 Enquête sur la sexualité Comizi d'amore scénaristes (LM) 90 minutes
Repérages en Palestine Sopralluoghi in Palestina per il vangelo secondo Matteo scénariste (CM) 55 minutes
1966 Des oiseaux, petits et gros Uccellacci e uccellini scénariste (LM) 89 minutes
1967 Les Sorcières (segment) Le Streghe scénariste (LM) 110 minutes
Œdipe roi Edipo re scénariste (LM) 104 minutes
1968 Caprice à l'italienne (segment) Capriccio all'italiana scénariste (LM) 95 minutes
Théorème Teorema scénariste (LM) 105 minutes
1969 Évangile 70 (segment) Amore e rabbia scénariste (LM) 90 minutes
Porcherie Porcile scénariste (LM) 99 minutes
Médée Medea scénariste (LM) 118 minutes
Les années 1970
1970  -  Ostia scénariste (LM)  - 
Carnet de notes pour une Orestie africaine Appunti per un'Orestiade africana scénariste (LM) 65 minutes
1971 Le Décaméron Il Decameron scénariste (LM) 112 minutes
1972  -  12 dicembre scénariste (CM) 45 minutes
Les Contes de Canterbury I Racconti di Canterbury scénariste (LM) 118 minutes
1973 Histoires scélérates Storie scellerate scénariste (LM)  - 
1974  -  Pasolini e... la forma della città scénariste (CM) 20 minutes

Réalisateur

Voir aussi

Notes et références

  1. Il demeure un conflit sur la date de mort de Pier Paolo, dans la nuit du 1er au 2 novembre. AlloCiné déclare qu'il mourut le 2, dans la matinée : « Biographie de Pasolini », consulté le 18 janvier 2008
  2. Internet Movie Database, « Récompenses de Pasolini », consulté le 18 janvier 2008
  3. a et b « La sua fine è stata al tempo stesso simile alla sua opera e dissimile da lui. Simile perché egli ne aveva già descritto, nella sua opera, le modalità squallide e atroci, dissimile perché egli non era uno dei suoi personaggi, bensì una figura centrale della nostra cultura, un poeta che aveva segnato un'epoca, un regista geniale, un saggista inesauribile »
  4. « vecchio borgo… grigio e immerso nella più sorda penombra di pioggia, popolato a stento da antiquate figure di contadini e intronato dal suono senza tempo della campana ». De Ritratti su misura, à charge de Elio Filippo Accroca. Venise, Sodalizio del Libro, 1960
  5. « Bella e dolce Bologna! Vi ho passato sette anni, forse i più belli... ». Ibid.
  6. « L'unità spirituale e il nostro modo unitario di sentire sono notevolissimi, formiamo già cioè un gruppo, e quasi una poetica nuova, almeno così mi pare. »
  7. « Davanti a Eredi dovremo essere quattro, ma per purezza uno solo. »
  8. Extrait de l'article sur Le Caravage : « Dans cette même logique de subversion mystique, un artiste beaucoup plus récent, le poète et cinéaste italien Pier Paolo Pasolini, montrera par ses œuvres, sa vie et ses idées des ressemblances étonnante avec Le Caravage — jusque dans leur destin commun puisque après une vie sulfureuse et mouvementée, tous deux connaîtront une mort mystérieuse et inexpliquée sur une plage des côtes italiennes ».
  9. « Culture italienne et culture européenne à Weimar ».
  10. « Un continuo turbamento senza immagini e senza parole batte alle mie tempie e mi oscura ».
  11. « Ho voglia di essere al Tagliamento, a lanciare i miei gesti uno dopo l'altro nella lucente cavità del paesaggio. Il Tagliamento qui è larghissimo. Un torrente enorme, sassoso, candido come uno scheletro. Ci sono arrivato ieri in bicicletta, giovane indigeno, con un più giovane indigeno di nome Bruno... »
  12. En italien : Lunario [pubblicato] di qua dell'acqua
  13. « In quelle membra splendevano un'ingenuità, una grazia… o l'ombra di una razza scomparsa che durante l'adolescenza riaffiora »
  14. « Friulanità assoluta, tradizione romanza, influenza delle letterature contemporanee, libertà, fantasia. »
  15. L’association pour l’autonomie du Frioul
  16. « Noi, da parte nostra, siamo convinti che solo il comunismo attualmente sia in grado di fornire una nuova cultura "vera", una cultura che sia moralità, interpretazione intera dell'esistenza »
  17. « L'altro è sempre infinitamente meno importante dell'io ma sono gli altri che fanno la storia »
  18. « Sono sereno e anzi, in preda a un'avida e dionisiaca allegrezza »
  19. « Procedo parallelo per due binari speriamo verso nuove stazioni. Non ne inorridisca come fanno i letterati mediocri qui a Roma: ci senta un po' di eroismo. »
  20. En italien : « perché spinge alla pietà verso i poveri e i diseredati » et « i dialoghi sono dialoghi di ragazzi e l'autore ha sentito la necessità di rappresentarli così come in realtà »
  21. « in un vasto componimento poetico viene espresso con una straordinaria riuscita nell'invenzione e nell'impiego dei mezzi formali, un conflitto di idee, una problematica culturale e morale di fronte a una concezione del mondo socialista ».
  22. « Questa è una cattiveria, che, a colui che ne è colpito, dà un profondo dolore: gli dà il senso di un mondo di totale incomprensione, dove è inutile parlare, appassionarsi, discutere ; gli dà il senso di una società dove per sopravvivere, non si può che essere cattivi, rispondere alla cattiveria con la cattiveria…Certamente quello che devo pagare io è particolarmente pesante, delle volte mi dà un vero e proprio senso di disperazione, ve lo confesso sinceramente. »
  23. « L'accusa era quella di vilipendio alla religione. Molto più giusto sarebbe stato incolpare il regista di aver vilipeso i valori della piccola e media borghesia italiana »
  24. « Les lieux saints sont devenus trop modernes » dans son documentaire Repérages en Palestine pour L'Évangile selon saint Matthieu (1964)
  25. (fr) Texte du poème Il PCI ai giovani!!, consulté le 13 janvier 2008
  26. « Ho passato la vita a odiare i vecchi borghesi moralisti, e adesso, precocemente devo odiare anche i loro figli... La borghesia si schiera sulle barricate contro se stessa, i "figli di papà" si rivoltano contro i "papà". La meta degli studenti non è più la Rivoluzione ma la guerra civile. Sono dei borghesi rimasti tali e quali come i loro padri, hanno un senso legalitario della vita, sono profondamente conformisti. Per noi nati con l'idea della Rivoluzione sarebbe dignitoso rimanere attaccati a questo ideale. »
  27. (fr) Table ronde complète publié par L'Espresso peu après la publication du poème Il PCI ai giovani!!, consulté le 13 janvier 2008
  28. Bible : Luc 13, 1-5
  29. Reine Bud-Printems, « Orgie » dans Le Figaro Magazine, quotidien français, 12 mars 1988
  30. Patrick de Rosbo, Orgie. « Jeux de l’avant-mort », dans Le Quotidien, quotidien français, 14 mars 1988
  31. O.S., « Orgie de Pasolini à la Tempête » dans Le Monde, quotidien français, 6 et 7 mars 1988
  32. Guy Dumur, « Orgie de Pier Paolo Pasolini », dans Le Nouvel Observateur, hebdomadaire français, no 1218, du 11 au 17 mars 1988.
  33. « Il corpo: ecco una terra non ancora colonizzata dal potere ».
  34. « Se mi mettono in carcere, non me ne importa affatto. Ė una cosa di cui non mi curo: per me non fa nessuna differenza, nemmeno dal punto di vista economico. Se finirò in prigione, avrò modo di leggere tutti i libri che altrimenti non sarei mai riuscito a leggere »
  35. « L'Italia è un paese che diventa sempre più stupido e ignorante. Vi si coltivano retoriche sempre più insopportabili. Non c'è del resto conformismo peggiore di quello di sinistra, soprattutto naturalmente quando viene fatto proprio anche dalla destra »
  36. « Un omosessuale oggi in Italia è ricattato e ricattabile, arriva anche a rischiare la vita tutte le notti »
  37. Polémique retracée et commentée dans un essai de l'auteur, Les Lettres luthériennes.
  38. Pasolini, Ecrits corsaires - Texte lu
  39. (it) Blu notte - Pasolini: morte di un poeta, une émission presenté par Carlo Lucarelli, diffusée par la RAI (television italienne), en 2008
  40. Article sur le site de Radio France
  41. Polémique retracée et commentée dans l'émission radiophonique Rendez-vous avec X 1975, l'assassinat de Pier Paolo Pasolini du 12/03/2011
  42. Pier Paolo Pasolini - Entretiens avec Jean Duflot. Consulté le 17 mars 2010

Études sur Pasolini

  • Rinaldo Rinaldi, Pier Paolo Pasolini, Milan, Mursia, 1982
  • Nico Naldini, Pier Paolo Pasolini, coll. NRF Biographies, Gallimard, 1989
  • Cupo d'amore, L'Homosexualité dans l'œuvre de Pasolini, Il Cassero, Lille: QuestionDeGenre/GKC, 1990
  • Rinaldo Rinaldi, L'irriconoscibile Pasolini, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1990
  • Angela Biancofiore, Pasolini, Palerme, Palumbo, 2003
  • Bertrand Levergeois, Pasolini. L'Alphabet du refus, Paris, Éditions du Félin, 2005
  • René de Ceccatty, Pier Paolo Pasolini, Paris, Gallimard, coll. Folio biographies, 2005
  • Giorgio Passerone et René Schérer, Passages pasoliniens, Villeneuve-d'Ascq, éditions du Septentrion, 2006
  • Angela Biancofiore (éd.), Pier Paolo Pasolini, Pour une anthropologie poétique, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007
  • Pasolini, n°947 de la Revue Europe, 2008

Lien interne

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Source


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pier Paolo Pasolini de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pier-Paolo Pasolini — Pour les articles homonymes, voir Pasolini (homonymie). Pier Paolo Pasolini …   Wikipédia en Français

  • Pier Paolo Pasolini — (* 5. März 1922 in Bologna; † 2. November 1975 in Ostia) war ein italienischer Filmregisseur, Dichter und Publizist. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 1.1 Kindheit und Jugend …   Deutsch Wikipedia

  • Pier-Paolo Pasolini — (* 5. März 1922 in Bologna; † 2. November 1975 in Ostia) war ein italienischer Filmregisseur, Dichter und Publizist …   Deutsch Wikipedia

  • Pier Paolo Pasolini — Saltar a navegación, búsqueda Pier Paolo Pasolini Retrato de Pier Paolo Pasolini Nacimiento 5 de marzo de 1922 …   Wikipedia Español

  • Pier Paolo Pasolini — (Bolonia, 5 de marzo de 1922 Roma, 2 de noviembre de 1975) es un Escritor, Poeta y director cinematográfico italiano. Pasolini nació en Bologna, una de las ciudad tradicionalmente mas orientadas hacia la izquierda. Era hijo de un soldado que se… …   Enciclopedia Universal

  • Pier Paolo Pasolini — Infobox Writer name = Pier Paolo Pasolini caption = pseudonym = birthdate = birth date|1922|3|5 birthplace = Bologna, Italy deathdate = death date and age|1975|11|2|1922|3|5 deathplace = Ostia, Rome, Italy occupation = Novelist, poet,… …   Wikipedia

  • Pier Paolo Pasolini — Vida Lo mejor de la vida es el pasado, el presente y el futuro …   Diccionario de citas

  • Paolo Pasolini — Pier Paolo Pasolini Pier Paolo Pasolini (* 5. März 1922 in Bologna; † 2. November 1975 in Ostia) war ein italienischer Filmregisseur, Dichter und Publizist …   Deutsch Wikipedia

  • Pasolini,Pier Paolo — Pa·so·li·ni (pä sō leʹne), Pier Paolo. 1922 1975. Italian writer and director whose films, including The Gospel According to St. Matthew (1964) and The Decameron (1971), reflect on religion, class, and sexuality. * * * …   Universalium

  • Pasolini, Pier Paolo — (1922 1975)    Poet, playwright, novelist, painter, essayist, film director. Although he would become one of the foremost directors to emerge in the second wave of postwar Italian cinema in the early 1960s, Pasolini came to cinema relatively late …   Guide to cinema


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.