Camping


Camping
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camping (homonymie).
Leirintäalue 733 tunnusosa.svg
Camping près de la plage

Le camping est surtout un moyen de logement pendant les vacances. On peut camper sous une tente, utiliser une caravane, un clip car ou un camping-car. On peut s'installer sur un terrain de camping aménagé, un camping naturiste ou faire du camping sauvage. Style de vacances économique et populaire au moment de la généralisation des congés payés, le camping évolue vers ce qu'on appelle aujourd'hui l'hôtellerie de plein air avec de nombreuses prestations associées (piscine, snack, air de jeu, bar, mini-golf...).

Suivant les tendances actuelles vers un plus grand souci de respect de l'environnement, certaines initiatives se développent dans ce sens. C'est le cas des « Écocamps » créés par le conseil régional de l'Aquitaine[1].

Sommaire

Histoire du camping

Camping au Canada vers 1907. Ce moyen de logement ne s'est réellement démocratisé qu'à partir de XXe siècle et des vacances.

L'origine du mot camping est souvent présentée comme venant de l'anglais (les premiers campeurs et voyageurs français se référant au modèle britannique en parlant de « camping site ») mais il vient du latin campus, champ et d'une expression qui apparaît au XIXe siècle, « faire campos », désignant l'arrêt de la scolarité pour que les enfants aillent à la campagne accomplir les travaux agricoles (moissons en été)[2],[3]. En France, le premier écrit sur le camping date de 1898 : un célèbre campeur et voyageur français, Lucien Baudry de Saunier, fait paraître dans la revue du Touring Club de France un article racontant son voyage en Angleterre où il rencontre des aristocrates anglais utilisant des roulottes (avec une baignoire dans le sol) tractées par des chevaux ou utilisant les premières voitures pour parcourir leurs immenses propriétés[4],[3].

Avant la Première Guerre mondiale, ce sont surtout des hommes seuls partant à pied dans la campagne, la forêt ou la montagne avec un simple drap ou une ancienne tente militaire. Les campeurs sont très souvent des randonneurs (pédestres, cyclotouristes ou canoéistes) appartenant à des catégories socio-professionnelles élevées : la pratique du camping apparaît donc dans les sociétés industrielles où les personnes cherchent à quitter l'air pollué des villes pour retrouver un lien avec la nature et un « esprit sain dans un corps sain ». Le premier Club français de camping naît en 1910. Avec l'apparition des congés d'été (premiers congés payés en 1936 en France), se développe le camping en famille. En 1938, l'Union française des associations de camping est créée et en 1939, un Code du camping est écrit[5].

Après la Première Guerre mondiale, le camping se structure à travers deux systèmes :

  • des grandes organisations, comme le Touring Club de France ou le Groupement des Campeurs Universitaires, publient des livres recensant les lieux de séjour pour les campeurs, puis achètent et réalisent des aires de repos.
  • le scoutisme dont la volonté est notamment de mieux préparer les jeunes au prochain conflit[3]. Cela donne lieu à la création de multiples groupes de jeunes garçons encadrés par des hommes d'expérience, souvent d'anciens militaires inculquant une discipline stricte et une vie spartiate.

Le camping entre dans une « pratique de masse » à partir des trente glorieuses : les campeurs partent en famille et utilisent de plus en plus de grandes tentes quasi-intransportables par train ou par vélo. La destination est liée soit à un retour en famille, soit plus largement vers les plages françaises. Dans les années 1960, les terrains de camping existants se trouvent impuissants pour absorber cette masse de campeurs. De nombreux arrêtés préfectoraux sont édictés pour limiter cette pratique pour des questions de salubrité et de sécurité publique. Le premier décret sur le camping paraît le 7 février 1959[6]. Il permet de limiter le camping sauvage, notamment sur les côtes. La plupart des campeurs se rendent alors dans les terrains de camping se multipliant ou achètent une parcelle privée. C'est à ce moment précis que se crée la pratique du camping-caravaning sur parcelles privées. C’est en 1961 que la première édition du Guide Fédéral des Terrains voit le jour : la brochure « Réglementation, aménagement et exploitation des terrains de camping » fait dès lors l'objet d'actualisations régulières, condition indispensable pour les nouveaux gestionnaires[7].

Les années 1970, 1980 et 1990 voient le développement des terrains de camping dans lesquells le gérant édicte son propre règlement, ce qui permet de faire « tomber » les barrières sociales. Elles voient aussi le déclin de la caravane au profit du camping-car et du mobile home, puis des habitats sédentarisés, chalets et bungalows, à partir des années 2000. Cette progression continue du camping va de pair avec une segmentation de plus en plus fine des terrains de camping selon :

  • leur mode de gestion : gestion communale (la municipalité souvent entre les années 1930 et 1960 un terrain de camping pour développer son offre touristique), gérance (employé engagé par la collectivité ou la chaîne hôtelière), gestionnaire-propriétaire.
  • leur « concept » : terrain avec caravanes de collections, yourtes, « castels », cabanes perchées, etc.
  • type des installations : camping-carisme, camping-caravaning sur parcelles privées (250 000 en France en 2009 regroupant 5% de caravanes mobiles et environ 95% d'habitats sédentarisés), chaînes de camping pour entreprises, parc résidentiel de loisirs, camping village, etc.
  • les services : ils font l'objet de classifications.

Classifications

Les étoiles, en France

Les terrains de camping en France (+ de 10 000) sont classés en quatre catégories, de 1 à 4 étoiles, selon des normes fixées par l'arrêté du 11 janvier 1993 complété par la circulaire du 12 février 1993. Ces normes concernent les équipements communs, les équipements sanitaires, et l'accessibilité aux personnes handicapées. Il y a 11 000 terrains de camping en France dont 8 500 terrains classés.

Une réforme du classement des établissements touristiques est actuellement en cours pour la France[8], visant notamment à l'actualisation des critères de classement qui ne sont plus en phase avec la réalité du terrain, ainsi qu'à la mise en place d'une cinquième étoile pour s'aligner sur les autres pays européens. Les hôteliers et gestionnaires de campings français s'estiment lésés, ne pouvant pas afficher de cinquième étoile contrairement aux autres pays.

Équipements des campings selon les étoiles
1 étoile 2 étoiles 3 étoiles 4 étoiles
Densité d'occupation 90 m² par emplacement. 95 m² par emplacement. 100 m² par emplacement.
Alimentation en eau destinée à la consommation ≥ 200 litres par jour par emplacement. ≥ 250 litres par jour par emplacement.
Assainissement Raccordement des équipements sanitaires communs au réseau public ou à un système d'épuration conforme à la réglementation.
Éclairage Parties communes, postes de sécurité, voies intérieures la nuit.
Sécurité Clôture naturelle ou artificielle. Clôture naturelle ou artificielle et gardiennage de jour. Clôture naturelle ou artificielle et gardiennage permanent.
Bureau d'accueil Conseillé. Il peut être constitué par une installation mobile. Oui.
Langues étrangères parlées à l'accueil. 2 dont l'anglais.
Accès handicapés Accessibilité aux personnes à mobilité réduite en application du décret no 78-109 du 1er février 1978, des équipements et services du terrain.
Téléphone Un poste téléphonique sur place où à proximité immédiate. Une cabine sur place pour 180 emplacements non desservis par le téléphone. Une cabine sur place pour 160 emplacements non desservis par le téléphone.
Commerce d'alimentation Sur place ou à proximité du terrain.
Équipements sanitaires pour un nombre de 100 emplacements « confort » et « grand confort »
Lavabos avec glace et tablette 4 robinets par appareil collectif. 4 appareils individualisés. 3 appareils individualisés, 2 en cabines. 5 en cabines avec eau chaude.
Douches 2 froides en cabines individuelles. 2 chaudes en cabines individuelles avec séparation d'un coin déshabillage. 3 chaudes en cabines individuelles avec séparation d'un coin déshabillage. 4 chaudes en cabines individuelles avec séparation d'un coin déshabillage.
WC à chasse d'eau 9 sur les emplacements « confort », 3 sur les emplacements « grand confort ».
Bacs à laver 3 pour la vaisselle, 3 pour le linge. Une machine remplace deux bacs. 3 pour la vaisselle, 3 pour le linge. Eau chaude. Lave-linge conseillé dans buanderie équipée.
Prises de courant 3 pour rasoirs et 1 pour autres petits appareils électriques (chauffe-biberon, séchoir, etc.).
Points d'eau répartis sur le terrain 3 4

Les étoiles, au Québec

Camping-car

Au Québec, 822 terrains de camping y sont classifiés[9]. Les campings sont classés en six catégories d'aucune à 5 étoiles, selon la qualité et la propreté de l'ensemble du terrain, des blocs sanitaires, des aires de loisirs et des infrastructures d'accueil ainsi que sur les services offerts comme le nombre de blocs sanitaires et les différents loisirs proposés.

  • 0 étoile : Le camping rencontre partiellement les critères de classification.
  • 1 étoile : Le camping rencontre les normes de qualité.
  • 2 étoiles : Le camping rencontre les normes de qualité et offre certains services et activités.
  • 3 étoiles : Le camping est de bonne qualité et offre plusieurs services et activités.
  • 4 étoiles : Le camping est de très bonne qualité et offre un éventail de services et d'activités.
  • 5 étoiles : Le camping est d'excellente qualité et offre un large éventail de services et d'activités.

La plupart des camping au Québec sont classés 3 étoiles (273 établissements, 33 % du total), 237 établissements sont classés 2 étoiles (28 %), 182 établissements sont classés 1 étoile (22 %) et 49 établissements sont classés 0 étoile ou sont en attente de classement (6 %). Rares sont les campings classés 5 étoiles (8 établissements, 1 % du total). 83 établissements sont classés 4 étoiles (10 %)[10].

Autres formules

Camp lors d'un festival

Il existe d'autres formules de camping en milieu rural, notamment les :

  • campings à la ferme, établissements tarifés de campement dans un pré ou une prairie en général. Le loueur est agriculteur. Ils comprennent au maximum six emplacements, chaque emplacement présentant une surface minimale de 300 m2 si le fermier loueur adhère à un réseau et à ses règlements, ce qui demeure facultatif.
  • Le camping d'hiver se pratique durant la saison froide lorsqu'il y a de la neige. Comme les conditions climatiques sont plus difficiles, la préparation est la clé du succès.
  • les aires naturelles de camping Elles disposent de 7 à 25 emplacements, chaque emplacement mesurant 400 m² au minimum.
  • Les PRL ( parcs résidentiels de loisirs) où chacun peut acheter sa parcelle ou la louer à l'année et y installer son mobile home ou cottage, son chalet ou sa caravane.
  • Les « camping village » proposent en plus de leurs emplacements de camping des mobile homes, des bungalows, des ecolodges et des chalets en location ou parfois à la vente.

Un permis de construire est nécessaire pour installer un chalet si sa superficie est supérieure à 35 m². Cette législation ne s'applique pas aux résidences mobiles de loisir communément appelées mobile home ou cottage, dont l'installation est interdite sur les terrains privés et doit se faire uniquement sur un terrain de camping ou un parc résidentiel de loisir (PRL).

  • Les campings naturistes en France mais aussi en Espagne en Croatie et dans les autres pays d'Europe attirent beaucoup de vacanciers et ceci grâce à une clientèle étrangère (Hollandais, Belges, Allemand, Suisses, Nordistes) et Française à 50 %. Les naturistes proposent toutes les formes de camping énumérées ci-dessus.
  • La France est la première destination touristique mondiale y compris pour le naturisme.

Camping à l'année

En principe, le camping est une installation temporaire. Mais, depuis quelques années, le camping devient aussi un lieu d’habitation pour une partie de la population. En France, entre 70 000 et 120 000 personnes habiteraient en caravane ou en mobile home à l’année. Ce sont principalement des salariés aux revenus modestes, allocataires de minima sociaux, retraités, ou ménages en attente de logement et bientôt étudiants à la recherche de logement qui utilisent ce mode de résidence, pour des raisons évidentes de coût, dans des conditions précaires et qui entretient la marginalité[11]. Ainsi, par exemple, un camping à l'année a été ouvert en 1976 au château d'Alincourt, à Parnes (Oise). Quatre-vingt familles y vivaient début 2009, date où Alain Duménil l'a racheté, et tentait d'en expulser les locataires[12],[13]. L'association Droit au logement a apporté son soutien aux familles, dont un bon nombre a quitté les lieux sous les pressions[12],[14].

Filmographie

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

France

Québec

Notes et références

  1. Présentation du projet Ecocamps
  2. Lucien Baudry de Saunier, Le camping pratique pour tous, Flammarion, 1937, 48 p. 
  3. a, b et c Réponse de France Poulain, docteur en aménagement, en urbanisme et en études urbaines, à la question « Quand et où on a commencé à faire du camping ? », émission Les P'tits Bateaux du 18 juillet 2010 sur France Inter.
  4. Les débuts de la caravane ne proviennent donc pas des gens du voyage qui utilisaient à l'époque des chariots bâchés
  5. Olivier Sirost, Les débuts du camping en France : du vieux campeur au village de toile , Ethnologie française, XXXI (4), 2001, p. 607-620
  6. L'article 1er indique que le camping est « considéré comme une activité d'intérêt général et est librement pratiqué, dans les conditions fixées par le présent décret, avec l'accord de celui qui a la jouissance du sol, sous réserve, le cas échéant, de l'opposition du propriétaire ».
  7. France Poulain & Elisabeth Poulain, L'Esprit du camping, Cheminements, novembre 2005, 400 p. (ISBN 2-84478-382-1) 
  8. Loi no 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques
  9. Site de la Fédération québécoise de camping et de caravaning, l'association des campeurs québécois
  10. Classification des campings du CDCQ
  11. Émission Là-bas si j'y suis du 5 octobre 2006 (France-Inter) Le chien aboie mais la caravane ne passe pas, sur le site de Là-bas si j'y suis
  12. a et b PARNES Millionnaire, pas gérant de camping, Le Courrier picard, 21 avril 2009
  13. Locataires harcelés au château d’Alincourt, Politis, 28 avril 2009
  14. Millionnaire contre campeurs dans un château de l’Oise, France Info, 19 avril 2009.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Camping de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Camping — is an outdoor recreational activity.The participants, known as campers, get away from urban areas, their home region or civilization and enjoy nature while spending one or more nights, usually at a campsite. Camping may involve the use of a tent …   Wikipedia

  • camping — [ kɑ̃piŋ ] n. m. • 1903; mot angl., de to camp « camper » 1 ♦ Activité touristique qui consiste à vivre en plein air, sous la tente, et à voyager avec le matériel nécessaire. Matériel de camping. Terrain de camping. Faire du camping (⇒ camper) .… …   Encyclopédie Universelle

  • Camping — mit Zelten in Amsterdam Camping auf einem Platz in Norwegen …   Deutsch Wikipedia

  • Camping 2 — Données clés Titre original Camping 2 Réalisation Fabien Onteniente Scénario Emmanuel Booz Philippe Guillard Franck Dubosc Fabien Onteniente Acteurs principaux Mathilde Seigner …   Wikipédia en Français

  • -camping — camping, camping ❖ ♦ Éléments, de l angl. camping ou de l emprunt, servant à former des mots composés. || Des autos camping. || Une croisière camping. Le camping caravaning. || Un camping tour. ⇒ aussi …   Encyclopédie Universelle

  • camping- — camping, camping ❖ ♦ Éléments, de l angl. camping ou de l emprunt, servant à former des mots composés. || Des autos camping. || Une croisière camping. Le camping caravaning. || Un camping tour. ⇒ aussi Camping car; …   Encyclopédie Universelle

  • camping — CAMPING, campinguri, s.n. Suprafaţă de teren (la şes, deal sau munte) pe care sunt instalate corturi sau baracamente pentru turişti. ♦ Faptul de a trăi în aer liber, sub cort. [pr.: chémping] – Din engl., fr. camping. Trimis de valeriu,… …   Dicționar Român

  • Camping — Sn Zelten, Lagern erw. fach. (19. Jh.) Entlehnung. Das Partizip des englischen Verbs to camp im Freien lagern wird zum Modewort der Freizeitkultur der Nachkriegszeit. Als camping out in Bezug auf englische Verhältnisse schon im 19. Jh. in… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Camping nr 61 — (Эльблонг,Польша) Категория отеля: Адрес: Panieńska 14, 82 300 Эльблонг, Польша …   Каталог отелей

  • camping — (plural campings; del inglés; pronunciamos campin ) sustantivo masculino 1. Lugar al aire libre acondicionado para que puedan acampar personas en periodos de vacaciones. 2. (no contable) Actividad de acampar en los campings: Vamos de camping en… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Camping — [Aufbauwortschatz (Rating 1500 3200)] Auch: • Campen Bsp.: • Sie fahren zum Campen nach Italien. • Die Aktivitäten schließen ein: Wasserski Fahren mit Unterricht Reiten mit Unterricht Camping Wandern Schwimmen Arbeit mit den Tieren des Bauernhofs …   Deutsch Wörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.