Federico Fellini


Federico Fellini

Federico Fellini

Accéder aux informations sur cette image nommée Federico Fellini NYWTS 2.jpg.
Naissance 20 janvier 1920
Rimini, Émilie-Romagne, Flag of Italy (1861-1946).svg Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès 31 octobre 1993 (à 73 ans)
Rome, Italie
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Les Vitelloni
La strada
Il bidone
Les Nuits de Cabiria
La dolce vita
Huit et demi
Amarcord
Plaque commémorative sur la façade de la maison rue Margutta à Rome où habitèrent
Federico Fellini et Giulietta Masina

Federico Fellini est un réalisateur de cinéma et scénariste italien né à Rimini, dans la région d'Émilie-Romagne en Italie, le 20 janvier 1920 et décédé à Rome le 31 octobre 1993 à l'âge de 73 ans.

Il est l'un des plus grands et célèbres réalisateurs de l'histoire du cinéma. Il a gagné la Palme d'or au Festival de Cannes 1960 pour La Dolce Vita. Gagnant de quatre Oscar du meilleur film en langue étrangère, en 1993 il a reçu l'Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, « en appréciation de l'un des maîtres-conteurs de l'écran ».

Sommaire

Biographie

Les débuts

Issu d'une famille de la petite bourgeoisie de province italienne, Federico Fellini est né dans la station balnéaire de Rimini sur la côte adriatique. Durant sa jeunesse, il est marqué par le pouvoir, l'Eglise et le fascisme, ce qui se ressentira plus tard dans son œuvre (Amarcord, par exemple). Attiré par le journalisme et par le dessin de presse, il s'installe en 1939 à Rome où il est engagé par un hebdomadaire humoristique à grand tirage, Marc'Aurelio. L'une des « lectrices » est Giulietta Masina. Lorsqu'il la rencontre, c'est le coup de foudre : il l'épouse le 30 octobre 1943.

Il débute au cinéma comme script et comme assistant-scénariste de Roberto Rossellini pour le film Rome, ville ouverte (Roma, città aperta) en 1945. Si cette collaboration dure plusieurs années, Fellini travaille également aux côtés de Pietro Germi (Au nom de la loi, In nome della legge en 1948) et d'Alberto Lattuada (Sans pitié, Senza pietà en 1948). C'est avec ce dernier qu'il réalise sa première véritable mise en scène, Les Feux du music-hall (Luci del varietà) en 1951, une œuvre fortement influencée par le courant néoréaliste.

Un néo-réalisme très personnel

En 1952, il assure seul la réalisation de la comédie du Cheik blanc (Lo Sceicco bianco), puis tourne en 1953 Les Vitelloni (I Vitelloni), imposant définitivement l'univers fellinien.

C'est avec La Strada, en 1954, que Federico Fellini obtient son succès international. Dans ce film, comme dans Il Bidone en 1955 et dans Les Nuits de Cabiria (Le Notti di Cabiria) en 1957, il met en vedette sa femme, Giulietta Masina. Dans le premier film, elle joue le rôle de Gelsomina, une misérable artiste de cirque, brutalisée par Zampanò, le directeur de la troupe (Anthony Quinn), et, dans le dernier, celui de Cabiria, une prostituée courageuse, mais naïve.

Le clivage

La dolce vita en 1960, qui obtiendra une Palme d'or au festival de Cannes, est un tournant décisif. Ce film impose définitivement ce qu'on appellera désormais (souvent à tort et à travers) le baroque fellinien, qui définit notamment les personnages (exubérants, extravagants, véritables caricatures vivantes), la narration (pas de réelle progression dramatique) ou le traitement du temps (le réel et l'imaginaire s'entremêlent allègrement).

L'énorme succès de La dolce vita, dont la musique lancinante signée Nino Rota allait faire le tour du monde, lui permet de réaliser, trois ans plus tard, son film le plus personnel et le plus ambitieux, Huit et demi (Otto e mezzo). En livrant ainsi ses angoisses et ses fantasmes de cinéaste à travers Marcello Mastroianni, Fellini propose une réflexion passionnante sur la création artistique.

La maturité

Après la démesure de son Satyricon en 1969, d'après l'œuvre de Pétrone, Fellini, désormais débarrassé de l'héritage néoréaliste, plonge dans ses souvenirs d'enfance avec Les Clowns (I Clowns) en 1970, téléfilm sorti aussi dans les salles de cinéma, Fellini Roma en 1972 et, surtout, Amarcord en 1973, qui évoque son adolescence à Rimini, sa ville natale.

Avec Le Casanova de Fellini (Il Casanova di Federico Fellini) en 1976, il renoue avec le baroque fastueux du Satyricon. Sa veine intime reprend avec un nouveau téléfilm qui sera également exploité dans les salles de cinéma : Répétition d'orchestre (Prova d'orchestra) en 1979.

Les derniers films nostalgiques

Les années 1980 s'ouvrent sur La Cité des femmes (La Città delle donne) en 1980. Suivront Et vogue le navire... (E la nave va...) en 1983, véritable opéra funèbre, Ginger et Fred (Ginger e Fred) en 1985 et Intervista en 1987.

C'est avec La voce della luna, en 1990, un film au climat crépusculaire que se clôt l'activité cinématographique de Fellini.

Lors des funérailles d'État à Rome auquel Fellini a droit, le célèbre trompettiste italien Mauro Maur joua L'improvviso dell'angelo de Nino Rota[1].

Fellini et Mastroianni

Fellini trouve en Marcello Mastroianni un véritable « double cinématographique ». Ils collaboreront sur de nombreux films : La Dolce vita, Huit et demi, La Cité des femmes , Ginger et Fred et Intervista.

Fellini et Nino Rota

Filmographie

Scénariste

Assistant

  • 1948 : L'Amore (L'amore), film en deux parties (I : La Voix humaine - Una voce umana - ; II : Le Miracle - Il miracolo -) de Roberto Rosselini (assistant-réalisateur et acteur sur la seconde partie)

Réalisateur

Distinctions

Cordone di gran Croce OMRI BAR.svg
Chevalier grand-croix de l'Ordre du Mérite de la République italienne[2]

Récompenses

Anecdotes

  • Le terme « paparazzi » vient d'un personnage du film La Dolce vita nommé Paparazzo, un journaliste photographiant des célébrités.
  • Le journal américain Entertainment Weekly, dans ses Lists of Bests of All Time (Liste des meilleurs de tous les temps) a attribué en 1999 :
    • à Fellini, la place de dixième plus grand réalisateur ;
    • à La Dolce vita, la place de sixième meilleur film ;
    • à Huit et demi, la place de trente-sixième meilleur film.
  • Le nom de Federico Fellini a été donné à l'aéroport international de Rimini-San Marino.
  • Un musée à sa mémoire a ouvert en octobre 2003 à Rimini, sa ville natale.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Sélection bibliographique

  • 1955 - Fellini, Federico, Bazin, André, et al. , La Strada. Un film de Federico Fellini, Paris, éd. du Seuil.
  • 1956 - Agel, Geneviève, Delouche, Dominique, "Les Chemins de Fellini", suivi de "Journal d'un bidoniste", Paris, éd. du Cerf, coll. "7e Art.
  • 1974 - Fellini, Federico, et Tonino Guerra, Amarcord (Je me souviens), Paris, Gallimard.
  • 1977 - Salachas, Gilbert, Federico Fellini, Grenoble, éd. Jacques Glénat.
  • 1980 - Fellini, Federico, Les propos de Fellini, Paris, éd. Buchet/Chastel.
  • 1980 - Fellini, Federico, et Zapponi, Bernardino, La Cité des femmes, Paris, éd. Albatros.
  • 1980 - Betti, Liliana, Fellini: un portrait, Paris, éd. Albin Michel. (ISBN 2-226-00963-9)
  • 1984 - Fellini, Federico, et Grazzini, Giovanni, Fellini par Fellini, Paris, Calmann-Levy. (ISBN 2-7021-1309-5)
  • 1987 - Fellini, Federico, Intervista, Paris, éd. Flammarion.
  • 1988 - Ciment, Gilles, éd., Federico Fellini. Dossier Positif-Rivages. Paris, éd. Rivages. (ISBN 2-86930-102-2)
  • 1990 - Collet, Jean, La création selon Fellini, Paris, José Corti.
  • 1990 - Fellini, Federico|Manara, Milo, "Voyage à Tulum", Casterman. (ISBN 2-203-33902-0)
  • 1990 - Fellini, Federico, Giulietta, Paris, éd. de Fallois.
  • 1992 - (en) Bondanella, Peter, The Cinema of Federico Fellini, Princeton, Princeton University Press. (ISBN 0-691-00875-2)
  • 1993 - (it) De Santi, Pier Marco, I disegni de Fellini, Roma, Editori Laterza. (ISBN 88-420-2063-X)
  • 1993 - De Villalonga, José Luis, Fellini, Paris, éd. Michel Lafon/Ramsay cinéma.
  • 1994 - Fellini, Federico, et Pettigrew, Damian, Fellini, je suis un grand menteur, Paris, L'Arche. (ISBN 2-85181-340-4)
  • 1994 - Levergeois, Bertrand, Fellini, Paris, éd. de l'Arsenal, coll. "Curriculum". (ISBN 2-910470-00-8)
  • 1994 - Levergeois, Bertrand, Fellini. La Dolce Vita du Maestro, Paris, éd. de l'Arsenal. (ISBN 2-910470-05-9)
  • 1994 - Fellini: Costumes and Fashion, catalogue de l'exposition au Musée Stedelijk d'Amsterdam du 1er juillet au 19 septembre 1994, sous la direction de Ida Panicelli, Milan, Edizioni Charta.
  • 1995 - Tornabuoni, Lietta, éd., Federico Fellini, New York, Rizzoli.
  • 1995 - Costantini, Costanzo, Conversations avec Federico Fellini, Paris, éd. Denoël.
  • 1996 - Fellini, Federico, Faire un film, Paris, éd. du Seuil.
  • 1996 - Fellini, Federico|Manara, Milo, "Le Voyage de G. Mastorna, Casterman.
  • 1997 - Méjean, Jean-Max, Fellini, un rêve, une vie, Paris, Le Cerf, coll. "7e Art". (ISBN 2204055891)
  • 1998 - Fellini, Federico, et Simenon, Georges, Carissimo Simenon, Mon cher Fellini, Paris, éd. de l'Etoile/Cahiers du cinéma.
  • 1998 - Bossèno, Christian-Marc, Et vogue le navire (étude critique), Paris, Nathan.
  • 2002 - Mollica, Vincenzo, Fellini mon ami, Paris, éd. du Rocher.
  • 2003 - Zapponi, Bernardino, Mon Fellini, Paris, éd. de Fallois.
  • 2003 - (en) Fellini, Federico, et Pettigrew, Damian, I'm A Born Liar: A Fellini Lexicon, New York, Harry N. Abrams, Inc. (ISBN 0810946173)
  • 2003 - (it) Fellini, Federico, et Pettigrew, Damian, Fellini, sono un gran bugiardo, Roma, Elleu. (ISBN 88-7476-122-8)
  • 2003 - (en) Mollica, Vincenzo, Fellini !, catalogue de l'exposition au Musée Guggenheim du 31 oct 2003 au 14 jan 2004, Genève, éd. Skira.
  • 2007 - Kezich, Tullio, Fellini, Paris, Gallimard.
  • 2007 - Delouche, Dominique, Mes felliniennes années, Paris, éd. P.A.S..
  • 2007 - Merlino, Benito, Fellini, Paris, Gallimard, coll. "Folio biographies". (ISBN 978-2-07-033508-4)
  • 2007 - Fellini, Federico, Le Livre de mes rêves, Paris, éd. Flammarion. (ISBN 978-2-0812-0538-3)
  • 2008 - (it) Scolari, Giovanni, L'Italia di Fellini, Edizioni Sabinae.
  • 2009 - Stourdzé, Sam, Fellini : la grande parade, Paris, Éditions Anabet.
  • 2009 - Gili, Jean, Federico Fellini, le magicien du réel, Découvertes Gallimard, 2009
  • 2009 - Federico Fellini - Collection Positif. Coordonné par Jean A. Gili. Éditions Scope La Collection Positif ISBN : 2-912573-50-5

Documentaires sur Fellini

  • 1971 : Ciao Federico !, un film de Gideon Bachmann. Reportage sur le tournage du Satyricon et entretiens de Gideon Bachmann avec Fellini. Film présenté au Festival de Cannes 2003 dans le cadre Hommage à Fellini. 1 DVD avec bonus : Fellinikon, Le Monde de Fellini et des rushes (durée totale 120 min).
  • 2002 : Fellini, je suis un grand menteur de Damian Pettigrew. Produit par Olivier Gal et Arte France, ce long-métrage documentaire - sortie en salle dans plus de 14 pays - utilise les dernières interviews majeures avec le Maestro filmées à Rome en 1992 par Pettigrew. Présenté au Festival international d'Édimbourg en 2002 et nommé pour le Prix Arte du Meilleur Documentaire aux European Film Awards / Prix du cinéma européen, le film a gagné le Prix Rockie au Festival International de Banff et le Coup de Cœur au Festival International VUE SUR LES DOCS Marseille. 2 DVD avec les suppléments : Autour de Fellini (durée totale 200 min).

Liens externes

Références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Federico Fellini de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Federico Fellini — 1965 Federico Fellini (* 20. Januar 1920 in Rimini; † 31. Oktober 1993 in Rom) gilt als einer der wichtigsten Filmemacher und Regisseure Italiens …   Deutsch Wikipedia

  • Federico Fellini — Saltar a navegación, búsqueda Federico Fellini Federico Fellini Nacimiento 20 de enero de 1920 …   Wikipedia Español

  • Federico Fellini — (Rimini,2 de enero de 1920 Roma,31 de octubre de 1993), fue un famoso cineasta italiano. Su primera película fue Lo Sceicco Bianco (1951), con Alberto Sordi, escrita por Michelangelo Antonioni y Ennio Flaiano. Durante el rodaje, Fellini conoció a …   Enciclopedia Universal

  • Federico Fellini — Infobox Actor name = Federico Fellini imagesize = 300px birthdate = birth date|1920|1|20|mf=y location = Rimini, Italy deathdate = Death date and age|1993|10|31|1920|01|20 deathplace = Rome, Italy academyawards = Best Foreign Language Film 1956… …   Wikipedia

  • Federico Fellini — noun Italian filmmaker (1920 1993) • Syn: ↑Fellini • Instance Hypernyms: ↑film maker, ↑filmmaker, ↑film producer, ↑movie maker …   Useful english dictionary

  • Federico Fellini — (1920 1993) Italian film maker and director (among his movies are: La Dolce Vita {1960} and Amarcord {1973}) …   English contemporary dictionary

  • Federico Fellini Airport — Aeroporto Federico Fellini Rimini Miramare Airport Aeroporto Rimini Miramare IATA: RMI …   Wikipedia

  • Federico Fellini International Airport — Infobox Airport name = Federico Fellini International Airport nativename = Aeroporto Internazionale Federico Fellini nativename a = nativename r = Rimini Miramare image width = caption = IATA = RMI ICAO = LIPR type = Public owner = operator =… …   Wikipedia

  • Il Casanova di Federico Fellini — Filmdaten Deutscher Titel: Fellinis Casanova Originaltitel: Il Casanova di Federico Fellini Produktionsland: Italien Erscheinungsjahr: 1976 Länge: 148 Minuten Originalsprache: Italienisch …   Deutsch Wikipedia

  • Aéroport Federico Fellini — L’aéroport Federico Fellini (italien : Aeroporto Federico Fellini), code AITA : RMI, code OACI : LIPR, également connu comme l’aéroport de Rimini Miramare (italien  …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.