Ionie


Ionie
Position de l'Ionie en Asie mineure

L'Ionie est une région du monde grec antique située à l'ouest de l'Asie mineure, entre Phocée et Milet. Elle correspond à la région située dans un rayon de 170 km autour de la ville actuelle d'Izmir. Elle emprunte son nom à Ion, ancêtre légendaire des peuples de cette région. C'est en Ionie que se sont développées les premières formes de science de la philosophie en Occident, chez les penseurs appelés Présocratiques.

Les côtes ioniennes présentent beaucoup d'avantages économiques : de bons abris naturels facilitant l'établissement de ports pour le commerce avec des communications aisées vers l'arrière-pays, un climat agréable, des vallées ouvertes pour la culture des céréales et l'élevage des chevaux, des plateaux pour l'élevage des moutons, des collines pour les arbres fruitiers et les oliviers.

Sommaire

Origines

Son peuplement issu de la deuxième vague de migration achéenne, au XIe siècle av. J.‑C., avait intégré, suite à de nombreux mariages mixtes, des Doriens et des populations pré-helléniques. Cette population était unie par un dialecte commun, et un sanctuaire religieux commun, le Panionion situé sur le territoire de Priène.

Dans l'Antiquité, elle fédérait douze cités grecques, du continent et des îles : Chios, Éphèse, Érythrée, Clazomènes, Colophon, Lébédos, Milet, Myonte, Phocée, Priène, Samos et Téos. Halicarnasse les rejoignit après. Brillant foyer de la civilisation hellénique aux VIIe et VIe siècle av. J.‑C., elle appartient à une ensemble plus vaste appelé « Grèce d'Asie » ou « Grèce de l'Est ».

Chaque cité était indépendante et avait son propre gouvernement et sa propre organisation sociale, mais elles eurent la même évolution politique, vers la tyrannie, que les autres cités grecques, avec lesquelles elles étaient unies par une communauté de culture, même s'il y avait de nombreux conflits frontaliers.

Civilisation

L'Ionie est la première région de Grèce où la philosophie, l'art (en particulier l'architecture avec l'ordre ionique) et les sciences se sont développés, bénéficiant des richesses intellectuelles du Proche-Orient et de l'Égypte. Les cités ioniennes ont donné de nombreux grands penseurs présocratiques, des grands artistes et de grands architectes, comme Thalès de Milet, Anaximandre, Anaximène, Leucippe, à Priène, Héraclite à Éphèse, Anaxagore à Clazomènes et Pythagore dans l'île de Samos.

L'Ionie fut convoitée pour sa richesse économique et son développement intellectuel, par des voisins puissants, ambitieux et entreprenants. Les Ioniens avaient développé les produits de luxe et de qualité, les banquets et les courtisanes élégantes et cultivées fascinaient. Ils étaient représentatifs du point très élevé de sophistication atteint par la civilisation grecque. Or, les Ioniens étaient de mauvais combattants, peu entraînés, [référence requise] leurs cités étaient souvent désunies, leurs routes étaient aisées pour le commerce et les échanges, mais aussi pour les invasions.

Histoire

Après avoir essaimé de prospères colonies vers le nord (Pont Euxin) et vers l'ouest (Mer Ionienne ; pays Massaliote), l'Ionie passa d'abord sous protectorat des Lydiens, puis après la victoire de Cyrus sur Crésus, sous domination des Perses, auxquels elle devait payer de lourds tributs et entretenir les garnisons, en contrepartie d'une certaine autonomie et de la liberté laissée aux tyrans locaux.

Cette situation empira avec le roi de Perse Darius Ier et aboutit en 499 av. J.-C. à une révolte de l'Ionie, favorisée par les revers militaires des Perses dans la steppe danubienne, et l'appui militaire d'Athènes et d'Érétrie. Mais la révolte tourna au désastre malgré quelques victoires, et la population paya lourdement cet épisode : destruction et incendie d'Éphèse et de Milet, déportation des populations comme esclaves en Mésopotamie en 494 av. J.-C., jusqu'à leur totale allégeance.

De nombreux habitants (marchands, artisans, poètes, penseurs), émigrèrent, emportant avec eux les raffinements de leur culture. Ce fut un coup d'arrêt à l'essor intellectuel de l'Ionie.

Ce n'est qu'après les victoires des cités de la Grèce continentale à Marathon, puis à la Bataille de Salamine, en -480, à la Bataille de Platées, et à la Bataille du cap Mycale en -479, que les Ioniens recouvrèrent leur liberté, l'expansion de l'Empire perse vers l'ouest était définitivement arrêtée.

Athènes qui avait joué un rôle prépondérant dans la victoire, en tira gloire et profit, et en -478, par la création de la Ligue de Délos, elle entreprit de constituer autour d'elle un empire maritime assurant son hégémonie sur la mer Égée, désormais interdite aux vaisseaux perses, et sa domination sur le monde grec. La guerre se termina en 449 av. J.-C. et la défaite des Perses fut confirmée par la paix de Callias.

L'Ionie suivit ensuite le destin du monde hellénistique, passant des Séleucides au Royaume de Pergame, puis à l'Empire romain qui, en se christianisant, devint Byzantin : elle passa au XIVe siècle aux Gênois et finit par tomber définitivement aux mains des Turcs au XVe siècle, sans pourtant jamais perdre sa prospérité ni son caractère hellénique.

Mais, suite à la défaite Ottomane de 1918, la Grèce, gouvernée par Eleftherios Venizelos, demanda l'annexion de la Ionie, qu'elle occupa militairement, dans un contexte où l'Empire Ottoman déclinant semblait sur le point d'être démembré entre les puissances coloniales victorieuses (Traité de Sèvres).

Mustafa Kémal Atatürk leva en 1919 une armée nationaliste et entreprit de chasser les armées grecques d'Anatolie : la guerre se termina en septembre 1922 par la reprise de Smyrne/Izmir. La moitié de la ville (les quartiers des Européens) brûla et ne fut reconstruite que lentement. L'échange de population qui fut décidé entre la Grèce et la nouvelle République de Turquie à la suite du Traité de Lausanne (1923) aboutit à l'exode des Grecs d'Asie mineure (à l'exception d'Istanbul), remplacés par les Turcs - moins nombreux - venant de Grèce.

Suite à l'échange de populations, on ne peut plus parler de civilisation ionienne, et le mot a disparu du vocabulaire administratif turc. Mais pas sa prospérité : l'Ionie demeure une des régions les plus dynamiques de la Turquie, les investissements européens y sont très nombreux.

Divers

  • En araméen, le nom « ܝܘܢ » désigne l'ensemble du territoire grec. Il en est de même pour le nom « يونان » (Iounane) en arabe qui désigne la Grèce et le nom « יוון » en hébreu.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ionie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • IONIE — Partie centrale de la côte occidentale de l’Asie Mineure. Selon la tradition, elle aurait été colonisée par des Grecs fuyant devant l’invasion dorienne qui se seraient établis en Asie vers la fin du IONIE IIe millénaire. Par ailleurs, dès le… …   Encyclopédie Universelle

  • Ionie — Provenance. Forme roumaine de Jeanne. Vient de l hébreu yo et hânan Signifie : Dieu est miséricordieux Se fête le 8 ou le 30 mai. Histoire. Née à Domrémy dans les Vosges en 1412 pendant la guerre de Cent Ans, Jeanne d Arc contraint les anglais à… …   Dictionnaire des prénoms français, arabes et bretons

  • Révolte de l'Ionie — Carte de la Grèce à l époque de la révolte ionienne …   Wikipédia en Français

  • Revolte de l'Ionie — Révolte de l Ionie Événements de la révolte de l Ionie La révolte de l Ionie représente un épisode décisif vers la confrontation entre Grecs et Perses que sont les guerres médiques. Elle a pour origine la volonté de Darius Ier de contrôler les… …   Wikipédia en Français

  • Révolte de l'ionie — Événements de la révolte de l Ionie La révolte de l Ionie représente un épisode décisif vers la confrontation entre Grecs et Perses que sont les guerres médiques. Elle a pour origine la volonté de Darius Ier de contrôler les sources d… …   Wikipédia en Français

  • Érythrées (Ionie) — 38° 22′ 58″ N 26° 28′ 51″ E / 38.3827, 26.4808 …   Wikipédia en Français

  • Héraclée (Ionie) — Iraklia Iraklia est une île des Cyclades faisant partie de l archipel des Petites Cyclades au Sud Est de Naxos. L île compte 120 habitants[1]. Iraklia fait partie des îles des Cyclades qui ne sont pas autosuffisantes en eau. Elle reçoit de l eau… …   Wikipédia en Français

  • Ioniens — Ionie Position de l Ionie en Asie mineure L Ionie est une région située à l ouest de l Asie mineure, entre Phocée et Milet. Elle correspond à la région située dans un rayon de 170 km autour de la ville actuelle d Izmir. Les côtes ioniennes… …   Wikipédia en Français

  • Фильмография Private Media Group — В этой статье не хватает ссылок на источники информации. Информация должна быть проверяема, иначе она может быть поставлена под сомнение и удалена. Вы можете …   Википедия

  • Éphèse — (grc) Ἔφεσος, (tr) Efes Localisation Pays …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.