Alcibiade
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcibiade (homonymie).
Buste d'Alcibiade, copie romaine d'un original grec du IVe siècle av. J.‑C., musées du Capitole

Alcibiade, en grec ancien Αλκιβιαδης Κλεινιου Σκαμβωνιδης / Alkibiadês Kleiniou Scambônides, né à Athènes vers 450 av. J.-C., mort à Melissa (Phrygie) en 404 av. J.-C. est un homme d'État et général athénien. Membre de la puissante famille des Alcméonides, il joue un rôle majeur dans la deuxième partie de la guerre du Péloponnèse. Timandra, courtisane, maîtresse d’Alcibiade, l'ensevelit en Phrygie, exilé et assassiné.

Sommaire

Biographie

Il était le fils aîné de Clinias, un Eupatride, et de Dinomaché, descendante de l'alcméonide Mégaclès. Il appartenait donc aux plus éminentes familles aristocratiques d'Athènes. Il fut éduqué par son tuteur Périclès, et il devint le disciple et l'ami de Socrate, qui dans l’Alcibiade majeur se proclame son premier éraste (§ 103a). Il mena la vie de la jeunesse dorée d'Athènes, multipliant les frasques. Il était renommé pour sa grande beauté. Plutarque écrivit ainsi au début de la Vie qui lui est consacrée :

« Quant à sa beauté physique, il n'y a sans doute rien à en dire, sinon qu'elle s'épanouit et conserva son éclat à tous les âges de sa vie : enfant, adolescent, homme fait, il fut toujours d'un aspect aimable et charmant. Il n'est pas vrai, quoi qu'en dise Euripide, que chez tous les hommes beaux, l'arrière-saison même soit belle. Mais tel fut le privilège d'Alcibiade et de quelques autres. Il le dut à l'heureuse nature et à l'excellence de sa constitution physique. Quant à sa manière de parler, on dit que même son défaut de prononciation lui seyait et prêtait à son langage une grâce qui contribuait à la persuasion. »

— Plutarque, Vie d'Alcibiade

Socrate lui sauva la vie lors du siège de Potidée auquel il participait également :

« Il était dans sa première jeunesse lorsqu'il alla à l'expédition de Potidée. Tant qu'elle dura, il logea dans la tente de Socrate, et ne le quitta jamais dans les combats. À une grande bataille qui se donna, ils se conduisirent tous deux très vaillamment ; et Alcibiade ayant été renversé d'une blessure qu'il avait reçue, Socrate se mit devant lui, et le défendit avec tant de courage à la vue de toute l'armée, qu'il empêcha les ennemis de se rendre maîtres de sa personne et de ses armes. Le prix de la valeur était incontestablement dû à Socrate ; mais les généraux ayant témoigné le désir d'en déférer l'honneur à Alcibiade, à cause de sa haute naissance, Socrate, qui voulait augmenter en lui son émulation pour la véritable gloire, fut le premier qui rendit témoignage à sa bravoure, qui demanda qu'on lui adjugeât la couronne et l'armure complète. »

— Plutarque, Vie d'Alcibiade

« Dans cette affaire dont les généraux m’attribuèrent tout l’honneur, ce fut lui qui me sauva la vie. Me voyant blessé, il ne voulut jamais m’abandonner et me préserva, moi et mes armes, de tomber entre les mains des ennemis. »

— Platon, Le Banquet

Il combattit également lors de la bataille de Délion en 424, qui vit la victoire des Thébains :

« À la bataille de Délion, qui se donna longtemps après, les Athéniens ayant été mis en fuite, Socrate se retirait à pied avec quelques autres soldats: Alcibiade était à cheval ; et le voyant dans cet état, il ne voulut pas s'éloigner de lui ; mais se tenant toujours à ses côtés, il le défendit courageusement contre les ennemis, qui poursuivaient les fuyards et en tuaient un grand nombre. »

— Plutarque, Vie d'Alcibiade

« La conduite de Socrate, mes amis, mérite encore d’être observée dans la retraite de notre armée après la déroute de Délium. Je m’y trouvais à cheval, et lui à pied pesamment armé. Nos gens commençant à fuir de toutes parts, Socrate se retirait avec Lachès. Je les rencontre et leur crie d’avoir bon courage, que je ne les abandonnerai point. C'est là que j’ai connu Socrate beaucoup mieux encore qu’à Potidée. »

— Platon, Le Banquet

Sources

Plusieurs historiens de l'antiquité ont livré des données sur le personnage.

  • Thucydide était son aîné d'une vingtaine d'année. Il parle d'Alcibiade dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse, livre V à la fin, correspondant aux années -420 à -411.
  • Xénophon était son cadet. Ses Helléniques (I-II) correspondent à la fin de la guerre du Péloponnèse (-411 à -404), non relatée dans l'ouvrage de Thucydide. Les Mémorables (I, 2-3) correspondent à des souvenirs de Socrate.
  • Diodore de Sicile est postérieur de plus de trois siècles au personnage. Dans sa Bibliothèque historique (XII-XIII), il cite des écrits (perdus) d'Éphore, contemporain de ce dernier.
  • Plutarque lui est également très postérieur. Il a écrit une Vie d'Alcibiade (comparée à celle de Coriolan dans les Vies parallèles), mais d'autres renseignements peuvent être trouvés dans la Vie de Lysandre, son vainqueur.
  • Cornélius Népos est à peu près contemporain de Plutarque. Il a écrit Des capitaines remarquables des pays étrangers avec un chapitre sur Alcibiade.

Des philosophes le mentionnent, au premier rang desquels se situe Platon avec son Alcibiade majeur, son Alcibiade mineur, Le Banquet (212b-223a), son Gorgias (481c-482a, 519a-b). Dans le Protagoras il est également cité plusieurs fois (309a-c, 316a, 317 c-d, 319e-320b, 336b-e, 347b, 348b-c).

Parmi les orateurs, Andocide lui était contemporain. Sur son retour (11-14, 16) raconte son exil. Contre Alcibiade ne comporte, par contre, que très peu d'éléments biographiques. Isocrate était plus jeune et cite Alcibiade dans son discours Sur l'attelage. Lysias est également contemporain même si ses discours le mentionnant sont postérieurs à sa mort : premier Contre Alcibiade (le discours est prononcé contre le fils homonyme d'Alcibiade, il contient des allusions au père : §26-42), Sur les biens d'Aristophane (§52).

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Walter M. Ellis, Alcibiades, Routledge, Londres et New York, 1989.
  • Jean Hatzfeld, Alcibiade. Étude sur l'histoire d'Athènes à la fin du Ve siècle, Presses universitaires de France, Paris, 1951.
  • Jacqueline de Romilly, Alcibiade ou les dangers de l'ambition, Livre de Poche, Paris, 1998 (1re édition 1995) (ISBN 2-253-14196-8).
  • Philippe-Joseph Salazar, "Sex and Rhetoric: An Assessment of Rocco’s Alcibiade", Italian Studies in South Africa, 12(2), 1999, 5-19 (au sujet d'un livre vénitien célèbre, du XVIIe siècle, longtemps interdit, qui fut composé dans la tradition pédérastique de l'éducation socratique; l'Alcibiade historique sert de modèle).

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alcibiade de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ALCIBIADE — La vie d’Alcibiade, à la fin du Ve siècle avant J. C., coïncide, à Athènes, avec une période de transformations profondes où l’esprit civique et les traditions cèdent devant les progrès de l’individualisme et de la critique. Alcibiade appartient… …   Encyclopédie Universelle

  • Alcibiade — ALCIBIADE: Célèbre par la queue de son chien. Type de débauché. Fréquentait Aspasie …   Dictionnaire des idées reçues

  • Alcibìade —    Alcibìade, generale e uomo politico ateniese (450 circa 404 a.C.). Suo padre, Clinia discendeva dagli Eupatridi, sua madre, Dinomache, dagli Alcmeonidi. Fu allevato da Pericle, suo cugino, ed istruito da Socrate. Partecipò alla prima fase… …   Dizionario dei miti e dei personaggi della Grecia antica

  • Alcibiade — Provenance. Vient du grec Alkibiadês Nom d un général grec au Vème siècle Av J.C Se fête 10 mars ou le 2 juin. Histoire. Originaire d Aquitaine, Alcide Lataste est le fondateur d une nouvelle congrégation religieuse, les dominicaines de Béthanie …   Dictionnaire des prénoms français, arabes et bretons

  • Alcibiade — martyr à Lyon en 177 avec sainte Blandine. Fête le 2 juin …   Dictionnaire des saints

  • Alcibiade (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Alcibiade, général athénien du Ve siècle av. J. C. ; Premier Alcibiade et Second Alcibiade, deux dialogues de Platon ; Alcibiade Didascaux …   Wikipédia en Français

  • Alcibiade Béique — (* 20. Oktober 1856 in Saint Jean Baptiste de Rouville; † 20. Juni 1896 in Montréal) war ein kanadischer Organist und Musikpädagoge. Béique war Schüler von Romain Octave Pelletier und studierte dann am Konservatorium von Liège. Nach Reisen durch… …   Deutsch Wikipedia

  • Alcibiade majeur — Pour les articles homonymes, voir Alcibiade (homonymie). Premier Alcibiade, section 131c e, fragment de papyrus L’Alcibiade majeur (ou Sur la Nature de l’Homme) …   Wikipédia en Français

  • Alcibiade Didascaux — Pour les articles homonymes, voir Alcibiade (homonymie). Alcibiade Didascaux est le personnage principal d une série de bandes dessinées retraçant l histoire des civilisations. Les auteurs sont Clanet, Scardanelli, P. Haggerstein, Cornelius,… …   Wikipédia en Français

  • Alcibiade mineur — Pour les articles homonymes, voir Alcibiade (homonymie). L’Alcibiade mineur (aussi appelé Second Alcibiade), ou Sur la prière, est un dialogue de Platon. Il traite de l utilité de la prière. Sommaire 1 Question de l authenticité …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”