Akos Biro
Akos Biro, en 1999, à Mougins (06), France

Ákos Bíró est un peintre né le 9 avril 1911 à Nagykároly, Hongrie (Carei, Roumanie, depuis 1919). Ses parents sont de la petite noblesse, et commerçants en textile.

Sommaire

Biographie

Sa jeunesse (1911–1937)

Dès son enfance il est attiré par la peinture de façon sensuelle. Dans sa vieillesse il se rappelle encore l'odeur de la boîte de peinture, que lui a offerte son oncle à l'âge de cinq ans et de ses crayons à dessin qui sentaient bon le bois de cèdre. Plus tard l'odeur de la peinture qui règne dans les ateliers de ses maîtres, le met toujours en émoi.

Vers l'âge de dix ans, il commence à copier avec ses crayons de couleur des reproductions de petits maîtres. Si sa ville natale n'était pas intéressante sur le plan artistique, les villages environnants étaient riches en folklore. Villages hongrois, roumains, souabes, et tziganes avaient chacun leur caractère, leurs fêtes et leurs couleurs où il pouvait s'imprégner des richesses de l'art populaire. Le souvenir des fêtes, musiques, danses, vendanges, voyages en carrosse vers les grandes maisons de campagne, entourés de parcs; les étangs riches en oiseaux aquatiques, les buffles, vaches, et chevaux montés à cru, ont enrichi la mémoire du futur peintre. À l'âge de treize ans, une rupture éprouvante intervient dans sa vie, ses parents quittent la Transylvanie devenue roumaine pour se réinstaller à Debrecen, grande ville protestante de la Plaine Hongroise. Du milieu chaleureux et coloré de la Transylvanie, il passe à un milieu hautain et froid, dans un grand lycée moderne protestant. Il y fréquente l'atelier de dessin où il travaille d'après des plâtres. Son impulsion décisive vers la peinture, il la reçoit à Békéscsaba où il passe chez sa tante l'année de son baccalauréat et où il rencontre son professeur de dessin qui plus tard deviendra son ami. Son admiration et son respect vont vers l'homme et le maître dont l'amour du métier et le dévouement s'appliquent à former non seulement le sens artistique mais aussi la réflexion et le sens moral de ses élèves.

Vient ensuite l'École supérieure des beaux-arts de Budapest, où il est l'élève de Gyula Rudnay, peintre assez traditionnel mais profond, reflétant dans sa peinture le climat social hongrois tragiquement dégradé de l'époque. Maître très apprécié, dont le style le marquera pour des années. Pour sa troisième année, il reçoit une bourse pour être pensionnaire du palais Falconieri et il travaille à l'École des beaux-arts de Rome. Après sept semaines merveilleuses à Capri, il retourne en Hongrie où il expose à Csîkszereda et à Békéscsaba, puis décide d'aller à Paris, en avril 1935. Années de misère mais riches d'expériences où il survit en dessinant sur les terrasses de La Coupole, du Dôme, de La Rotonde.

Sa vie sentimentale (1937-1944)

Début 1937 il se marie avec Ida Schéda, il fait les cafés et les foires des villes de provinces et en fin de compte, gagne suffisamment pour pouvoir se remettre à peindre et faire une exposition à Rennes et à Dinard. En 1939 il est à Biarritz où il travaille jusqu'en 1940 puis retourne à Paris et en Hongrie. À Budapest il s'installe dans un bel atelier, se lie avec le milieu artistique et intellectuel hongrois et expose plusieurs fois au Mücsarnok (palais des Arts)

En 1944 entrée des troupes allemandes. Il déserte l'armée et avec sa femme, ils cachent pendant quelques mois une Juive tchèque. En mars 1945 l'Armée rouge entre en Hongrie. Le siège de Budapest dure sept semaines. Une bombe tombe sur son logement, mais la famille reste indemne. En octobre 1947 il décide de repartir à Paris, laissant femme et enfant, avec l'idée de les faire venir plus tard, mais la vie en décide autrement.

Redémarrage difficile, avec quelques francs en poche. Pour vivre, il dessine dans les boîtes de nuit, devient modéliste en chaussure et loue enfin un atelier à Montparnasse puis à Montmartre, où il travaille avec sérieux à une production déjà beaucoup plus mûre.

Dans le Sud de la France (1949-2002)

Akos Biro (à gauche), rencontre avec Jean Cocteau (à droite)

En 1949 il descend dans le midi à Marseille. A l'occasion d'une commande de portrait il tombe amoureux de la Provence et loue une chambre chez la famille Bertrand, à La Colette, à Mougins. Il y reviendra de plus en plus souvent et s'y installera définitivement au début des années 1970. Séduit par les couleurs de la Provence, elles prendront de plus en plus d'importance dans sa peinture. Pendant longtemps il reste un figuratif puis vers les années 1950 il prend de plus en plus de liberté avec le sujet, se détache de la vérité naturelle et commence une longue lutte pour se libérer du carcan académique. Il explore différentes techniques d'expression et se soumet de plus en plus aux pulsions de son inconscient, le sujet ne servant qu'à induire l'inspiration. Chaque jour est différent et il comprend difficilement les artistes qui disent avoir trouvé leur chemin, leur style, en se répétant et se copiant eux-mêmes. Il passe par de nombreuses expériences, des périodes plus ou moins longues, qui sont toutes différentes.

Il est très sensible à son entourage, aux pays qu'il traverse, aux gens qu'il rencontre. Il raconte, que dans son atelier de Montparnasse, occupé avant lui par de nombreux peintres, il sentait son travail facilité par ceux qui l'ont précédé. Il en fut de même dans son grand atelier de Montmartre, qui avait été le lieu de travail d'un peintre connu et de son école. Il explique aussi à quel point il avait été envahi par le sentiment d'une très forte vibration créatrice en entrant dans l'atelier de Paul Cézanne à Aix-en-Provence, lequel pourtant était vide. Il sentait d'immenses possibilités de renouvellement, et c'est l'angoisse devant cette immensité qui le poussait toujours plus loin. Il aimait l'expression latine : « Tempora mutantur et nos mutamus in illis ». – « Les époques changent et nous changeons avec elles ». - Pour Akos Biro la recherche ne semblait jamais devoir s'arrêter, car pour lui, jamais rien n'était définitif et le nouveau était toujours là, où la porte s'ouvrait sur aujourd'hui.

Sa recherche spirituelle l'amène à rencontrer Lanza del Vasto, disciple de Gandhi et fondateur de la communauté de l'Arche, qu'il fréquentera longtemps. Il fournira une documentation importante sur Gandhi au dramaturge hongrois, Németh Làszlà pour son drame Gandhi à la fin des années 1960. Il rencontre aussi Gitta Mallasz, l'auteur des Dialogues avec l'ange et entretient avec elle une courte relation épistolaire.

Akos Biro a également pratiqué l'art du portrait, à travers l'Europe, les USA, le Canada, le Proche-Orient et l'Inde. Il a connu de nombreuses personnalités des milieux industriels, militaires et politiques qui ont enrichi leurs collections avec ses tableaux et portraits. Cependant il n'a jamais cherché à se bâtir une carrière, car elle l'aurait rendu dépendant d'elle, l'aurait fait tomber dans le piège de la course à l'argent et lui aurait pris son âme. « J'aurais certainement vécu une vie honteuse si j'avais fait carrière » confiait-il à son fils.

Il a vécu indépendant jusqu'à l'âge de 90 ans dans son pied-à-terre de Mougins, et mourut quelques mois après avoir perdu son autonomie.

Expositions

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Akos Biro de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • András Biró — né en 1925 à Székesfehérvár, est un écrivain, poète et un journaliste hongrois. En tant qu activiste humaniste et militant des Droits de l homme, il crée des organisations de soutien aux Rom. Sommaire 1 Biographie 2 Reconnaissance …   Wikipédia en Français

  • Jean Cocteau — en 1923. Bibliothèque nationale de France Nom de naissance Maurice Eugène Clément Jean Cocteau …   Wikipédia en Français

  • Liste des peintres hongrois — Sommaire 1 Peintres par ordre alphabétique 2 A 3 B 4 C 5 D …   Wikipédia en Français

  • Jean Cocteau — Nacimiento 5 de …   Wikipedia Español

  • Liste de peintres hongrois — Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Peintres par ordre alphabétique A Vilmos Aba Novák Gyu …   Wikipédia en Français

  • Liste der Fußball-Nationalspieler Ungarns — Die Liste der ungarischen Fußballnationalspieler gibt einen Überblick über alle Spieler, die seit dem ersten offiziellen Länderspiel des Verbandes im Jahr 1902 zumindest ein Spiel für die ungarische Fußballnationalmannschaft absolviert haben. Es… …   Deutsch Wikipedia

  • Liste der ungarischen Fußballnationalspieler — Die Liste der ungarischen Fußballnationalspieler gibt einen Überblick über alle Spieler, die seit dem ersten offiziellen Länderspiel des Verbandes im Jahr 1902 zumindest ein Spiel für die ungarische Fußballnationalmannschaft absolviert haben. Es… …   Deutsch Wikipedia

  • 2008–09 Debreceni VSC season — The 2008–09 season will be Debreceni VSC TEVA s 16th competitive season, 16th consecutive season in the Soproni Liga and 106th year in existence as a football club. Debreceni VSC TEVA 2008–09 season Chairman Sándor Szilágyi Manager …   Wikipedia

  • Laszlo — László ist ein ungarischer Vor und Nachname, eine Form des männlichen Vornamens Wladyslaw oder Ladislaus. Inhaltsverzeichnis 1 Bekannte Namensträger 1.1 Vorname 1.2 Familienname 1.3 Fiktive Personen // …   Deutsch Wikipedia

  • Antal Pager — Antal Páger Antal Páger est un acteur hongrois né le 29 janvier 1899 et décédé le 14 décembre 1986. Filmographie 1932 : Csókolj meg, édes! : Keszeg András 1932 : Piri mindent tud : Fodor… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”