Air Algérie

Air Algérie
الخطوط الجوية الجزائرية

Logo de cette compagnie
AITA OACIL Indicatif d'appel
AH DAH Air Algérie
Repères historiques
Date de création 1947
Généralités
Basée à Aéroport d'Alger - Houari Boumedienne
Autres bases Aéroport d'Oran - Es Senia
Programme de fidélité Air Algerie Plus
Taille de la flotte 42
Nombre de destinations 54
Siège social Alger Drapeau de l'Algérie Algérie
Dirigeants Mohamed Salah Boultif
Site web http://www.airalgerie.dz

Air Algérie (code IATA : AH ; code OACI : DAH) est la compagnie aérienne nationale algérienne. Créée en juin 1953, elle trouve son origine en 1947[1], quand fut constituée la Compagnie Générale de Transport (C.G.T.), dont le réseau était principalement orienté vers la France.

Air Algérie est une société par actions dont le capital est de 43 milliards de Dinars algériens (environ 410 millions d'euros).

Sommaire

Histoire

L'Immeuble El Djazaïr, le siège social d'Air Algérie

Le 22 avril 1922, un Dorand AR de la Société du réseau transafricain effectue le vol inaugural Alger - Biskra. Cette première ligne aérienne cessera son activité le 1er juin 1923 et, entre-temps, les Lignes aériennes Latécoère essaient plusieurs trajets pour relier la métropole à l'Algérie selon une bretelle de la ligne Toulouse - Maroc. La médiocrité des avions mis en œuvre rend l'entreprise difficile ; quelques vols sont effectués à partir du 6 octobre 1922 entre Casablanca et Oran par des Breguet 14 et des Latécoère 15.

La ligne Alicante - Oran est ouverte le 10 avril 1924 avec des hydravions Lioré-Olivier H13 ; ces mêmes hydravions sont mis en service sur Alicante - Alger le 15 mai 1925. Cette dernière ligne sera fermée en décembre 1925, alors que les vols sur Oran cesseront fin 1927. Le survol de la Méditerranée par les vétustes H13 n'a amené que des déboires et leur exploitation n'est qu'une suite de pannes et de naufrages.

Les efforts sont alors reportés sur le trajet Marseille - Alger qui est exploité, à partir du 22 août 1928, avec les hydravions SPCA 63 Météore, Latécoère 21, puis CAMS 53 et 58, avec escale aux îles Baléares, par la Compagnie générale Aéropostale (anciennes lignes Latécoère). Cette ligne n'est ouverte aux passagers que le 1er juin 1934, avec la mise en service des hydravions Lioré-Olivier 242 par la Compagnie Air France nouvellement créée, qui utilisera ensuite des Breguet 530 Saïgon.

Début 1947, apparaît la compagnie Air Algérie qui, créée sous l'impulsion de Jean Lignel, se hissera rapidement au niveau des principales compagnies aériennes mondiales et assurera, avec Air France, la plus grande partie du trafic vers la métropole au départ d'Alger, Oran ou Constantine. Le quadrimoteur Breguet 763 Provence, familièrement appelé Deux-Ponts, est mis en service par Air France en mars 1953. La même compagnie met en service le biréacteur SE 210 Caravelle sur la ligne Alger - Paris le 15 décembre 1959, suivie de peu par Air Algérie en janvier 1960.

À partir de 1955, avec la découverte du pétrole et le début de la révolution nationale Algérienne, les besoins en transport aérien de personnel et de fret augmentent considérablement et l'Algérie et le Sahara se couvrent d'un réseau très dense, alors qu'un véritable pont aérien est mis en place sur la Méditerranée ; pont aérien qui connaîtra son maximum d'activité durant les moments dramatiques de l'exode. [réf. nécessaire]

Historique

  • 1946 : Création de la C.G.T. (Compagnie Générale de Transport) avec un réseau principalement orienté vers la France.
  • 1953 : La C.G.T. et la Compagnie Air Transport fusionnent en juin pour former C.G.T. Air Algérie[2].
  • 1962 : Recouvrement de l’indépendance de l'Algérie.
  • 1963 : L’État prend 51 % du capital d’Air Algérie.
  • 1970 : L’État porte sa participation au capital d’Air Algérie à 83 %.
  • 1972 : Le 15 décembre de l'année 1972, l’État porte sa participation à 100 % en rachetant les 17 % encore détenus par Air France.
  • 1973 : L’État décide d’intégrer la Société de Travail Aérien (S.T.A.) à Air Algérie, qui devient la Société Nationale de Transport et de Travail Aérien Air Algérie.
  • 1983 : Air Algérie emploie 6 900 personnes et dispose d'une flotte de 66 appareils[2] (dont 18 Grumman AgCat de pulvérisation agricole). Elle est alors scindée en deux entités distinctes, l’une pour les opérations intérieures (I.A.S.), dont la desserte d'un réseau domestique de 24 escales, et l’autre pour les lignes internationales (34 escales en Afrique et en Europe occidentale et de l'est)[2].
  • 1984 : Les deux entités citées ci-dessus sont à nouveau fusionnées en une seule entreprise à laquelle revient la charge de la gestion des aérogares.
  • 1987 : Air Algérie est déchargée de la gestion aérogares.
  • 1997 : Air Algérie devient une société par actions avec un capital de 2,5 milliards DA.
  • 1998 : Libéralisation du transport aérien.
  • 2000 : Le capital d’Air Algérie est porté à 6 milliards de dinars.
  • 2002 : Le capital d’Air Algérie est porté à 14 milliards de dinars.
  • 2003 : Crash le plus grave de l'histoire d'Air Algérie (Vol Air Algérie 6289, Boeing 737) à Tamanrasset, faisant 102 morts et 1 survivant.
  • 2006 : Crash d'un avion cargo d'Air Algérie (Italie), faisant trois morts.
  • 2007 : Ouverture de la ligne directe Alger-Montréal.
  • 2007 : Mort du président Mohamed Tayeb Benouis.
  • 2008 : Nomination du nouveau PDG Abdelwahid Bouabdallah.
  • 2009 : Ouverture d'une ligne directe Alger-Pékin.
  • 2009 : Appel d'offres international d'achat de onze avions (sept moyen courriers famille Airbus A320 ou Boeing 737, quatre régionaux à turbopropulsion type Bombardier DASH ou ATR) pour une valeur de 111 millions de dollars (accord de l'État algérien).
  • 2010 : L’Organisation européenne de l’aviation civile menace Air Algérie de l'inscrire sur liste noire si elle ne se conforme pas aux règles de sécurité européenne[3].
  • 2011 : Air Algérie est concernée par la taxe carbone imposée par l'Union européenne (UE) applicable à partir de janvier 2012[4].
  • 2011 : Suite à une grève du personnel, Mohamed Salah Boultif devient le nouveau PDG de la compagnie[5].

Activités

Airbus A330 d'Air Algérie (Montréal, Canada)

Le réseau couvert par Air Algérie est de 96 400 km, soit 2,4 fois le tour de la Terre. Plus de 3 000 000 de passagers et près de 20 000 tonnes de fret sont transportés chaque année par la compagnie aussi bien à travers le réseau international que le réseau domestique.

Le réseau international, dense de quarante-cinq villes desservies dans trente pays en Europe, Moyen-Orient, Maghreb, Afrique et Amérique (Canada), est adossé à un réseau domestique reliant 31 villes. En 2003, le nombre de vols quotidiens en programme de pointe a atteint les 120 vols. De plus, Air Algérie a produit près de 5 milliards de sièges-kilomètres offerts (SKO) et a réalisé 3,3 milliards de passagers-kilomètres transportés (PKT).

Il existe un réseau de vente comprenant 150 agences en Algérie et à l’étranger relié à un système de réservation et distribué à travers les GDS auprès desquels Air Algérie est abonnée.

De plus, la compagnie s'ouvre aux longs courriers, indispensable pour suivre le « boom » migratoire et économique du pays. Une ligne Alger-Montréal est en service depuis le 15 juin 2007. À partir de février 2009, Elle relie Alger à Pékin à bord d'un Airbus A330-200.

En 2010, Air Algérie a transporté 3,5 millions de passagers[réf. nécessaire].

Destinations

En plus de la desserte des aéroports civils algériens, la compagnie Air Algérie dessert en 2011 principalement : l'Asie, l'Europe, le Moyen-Orient, l'Amérique du Nord, l'Afrique du Nord et l'Afrique de l'Ouest[6].

Algérie

Article détaillé : Liste des aérodromes algériens.

Afrique

Amérique du Nord

Asie

Europe

Moyen Orient

Autres activités

  • Des charters pétroliers avec environ 500 000 passagers par an.
  • Des charters Oumra et Hajj qui transportent les pèlerins vers les lieux Saints de l’Islam.
  • Un centre ou commissariat hôtelier (catering) qui permet à Air Algérie de couvrir ses besoins au départ d’Algérie, ainsi que l'assistance des autres compagnies.

Le ministre des Transports, M. Tou, a fait part de la création d’une filiale d’Air Algérie pour la couverture des lignes intérieures et envisage d’acquérir onze autres appareils.

Stratégie de développement et difficultés économiques

Jusqu'en 2006, la compagnie publique était perçue par l'État Algérien surtout comme un moyen politique d'expression de la souveraineté nationale, sans recherche de bonne gestion ou de rentabilité commerciale. Cependant, les pressions commerciales de l'Union européenne, le choix inéluctable d'adhésion de l'Algérie à l'OMC et donc de l'ouverture prochaine de son ciel à la concurrence ne lui laissaient guère le choix que de vendre ou privatiser Air Algérie, à défaut de la voir sombrer pour disparaitre. Aussi, et après le décès de son précédent PDG, Tayeb Benouis, l'État algérien décida de nommer, Abdelwahid Bouabdellah, un député FLN, au poste de PDG afin de mettre en œuvre le plan d'assainissement de la compagnie décidé par le Gouvernement. Il s'empressa alors de rajeunir la flotte, de moderniser les procédures certifiées, même si elle restent bien loin des normes internationales (émission de billets électroniques, vente de billets sur internet, ISO 9001), et de filialiser la compagnie pour revendre les activités peu stratégiques et se concentrer sur son cœur de métier qu'est le transport de passagers. Mais pour éviter la fuite des pilotes vers les compagnies du Golfe arabique, il a aussi du négocier avec les syndicats des revalorisations des salaires.

En 2007, le déficit d'Air Algérie s'élevait cependant à 12 milliards de dinars (plus de 100 millions d’euros) [7]. Ceci s'expliquant d'une part par la subvention des billets des vols intérieurs et ce malgré le monopole d'Air Algérie institué sur cette catégorie de vol, mais surtout par l'insuffisance de la taille de la flotte au vu des ambitions politiques de l'État (ouverture de vols longs courriers vers la Chine et l'Amérique du Nord)[8]. Ainsi, en 2009, la part d'Air Algérie sur les vols internationaux depuis l'Algérie ne dépasse guère les 54 % de parts de marché alors que l'État s'est fixé un premier objectif de 60 % avant l'entrée prochaine des vols charter initiée timidement en juillet 2009 par Air Méditerranée.

Cependant, quatre évènements récents viennent contredire cette stratégie offensive :

- Suite à sa réélection en avril 2009, le Président Bouteflika, concrétisa une promesse électorale faite aux Algériens résidant en France en leur subventionnant des billets d'avion pour l'été 2009, même si le coût de cette opération sera supporté par le ministère de la solidarité nationale et de la communauté algérienne résidant à l’étranger qui a signé le 2 avril 2009 une convention avec Air Algérie. En tout cas une enveloppe de 50 milliards de centimes (près de 500 000 euros) est d’ores et déjà dégagée pour financer cette opération baptisée « Solidarité avec les émigrés aux revenus modestes » [9];

- La Direction de l'Aviation Civile Algérienne a mis, début juillet 2009, la compagnie française Aigle Azur en difficulté avec ses passagers pour l'Algérie en lui refusant à la dernière minute des vols supplémentaires[10];

- Bruxelles a rappelé à Air Algérie que l'UE peut lui exiger le payement de la taxe carbone, dont elle l'a dispensé jusque-là. La conséquence fut que la DACA autorisa tous les vols supplémentaires d'Aigle Azur et Air Méditerranée jusqu'à mi-août 2009[11];

Ajouter à cela, 3 états de faits qui n'ont pas évolué depuis :

  • l'emplacement à l'étranger des agences Air Algérie dans des quartiers de prestige à loyers ultra chers, alors que le développement d'internet ne justifie plus l'existence même de ces agences[réf. nécessaire];
  • la politique estivale de leasing des avions et de leurs équipages qui n'est pas rentable[réf. nécessaire] ;
  • l'externalisation des formations (bien que la compagnie dispose de simulateurs) [12]et de la maintenance coûtent très cher à la compagnie.

Le 19 juin 2011, suite à une grève du personnel, le PDG, Abdelwahid Bouabdellah, est limogé pour avoir critiqué le CREDOC et avoir accepté une revalorisation des salaires[13],[5], Mohamed Salah Boultif est nommé à sa place. Le 11 juillet 2011, une nouvelle grève du personnel naviguant dure quatre jours et bloque plusieurs milliers de passagers dans les aéroports algériens et français[14].

Flotte

Boeing 737 de la compagnie

En juillet 2011,le site officiel indique 43 avions en activité, dont un cargo[15], le tout d'un âge moyen de 5 ans le détail étant :

Flotte d'Air Algérie
Avion Nb. d'avions
Airbus A330-200 5
Boeing 737-600 5
Boeing 737-800 17
Boeing 767-300 3
ATR 72-500 12
Total 42

Galerie

Notes et références

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Air Algérie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Air Algérie — Aeriverdan idzayriyen IATA AH ICAO DAH Callsign AIR ALGERIE …   Wikipedia

  • Air Algerie — Air Algérie AITA AH OACI DAH Indicatif d appel Air Algérie Repères historiques Date de création 1947 …   Wikipédia en Français

  • Air Algérie — Эйр Ал …   Википедия

  • Air Algérie — Boeing B737 800 de Air Algérie aterrizando. IATA AH …   Wikipedia Español

  • Air Algérie — Air Algérie …   Deutsch Wikipedia

  • Air Algerie — Air Algérie …   Deutsch Wikipedia

  • Air Algérie —   [ɛːr alʒe ri, französisch], kurz für Société Nationale de Transport et de Travail Aérien [sɔsje te nasjɔ nal də trãs pɔːr e də tra vaj aer jɛ̃, französisch], algerische staatliche Luftverkehrsgesellschaft; Sitz Algier; Hauptverkehrsgebiete:… …   Universal-Lexikon

  • Air Algerie — …   Википедия

  • Air Algérie destinations — Air Algérie flies to the Africa, Asia, Europe, and North America, as well as to domestic destinations.AfricaNorth Africa*Algeria **Adrar (Touat Cheikh Sidi Mohamed Belkebir Airport) **Algiers (Houari Boumedienne Airport) Hub **Annaba (Rabah Bitat …   Wikipedia

  • Air Algérie Flight 702P — Infobox Airliner accident|name=Air Algérie/Phoenix Flight 702P Date=21 December 1994 Type=Pilot error Site=Coventry Baginton, United Kingdom Fatalities=5 Injuries=0 Aircraft Type=Boeing 737 200 Operator=Air Algérie Tail… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”