Aber-Ildut
l'Aber-Ildut
Illustration sous licence libre bienvenue !
Caractéristiques
Longueur 24 km
Bassin 90 km2
Bassin collecteur l'Aber-Ildut
Débit moyen 1,5 m3⋅s-1 (Brélès (exutoire)[1])
Régime pluvial océanique
Cours
Se jette dans la Mer Celtique
Géographie
Pays traversés Drapeau de France France

L’Aber-Ildut (Aber Ildut en breton) est un des trois abers du Léon, dans le Finistère, en Bretagne. Formé de l'Ildut, un petit fleuve côtier, et de sa basse vallée inondée, cet aber, le plus petit du Léon, est connu pour ses anciennes productions de granite et de cassitérite.

Sommaire

Géographie

L’Aber-Ildut est le plus méridional des abers qui débouche dans la mer Celtique face à l'île d'Ouessant, c'est également le plus court (3,5 km) et le plus étroit. Cette ria correspond à la vallée inférieure de l'Ildut, petit fleuve côtier, long de 24 kilomètres[2], venant de Guilers et de Saint-Renan et rejoignant la mer à Lanildut[3]. Il est possible de longer la rive droite de l'aber à partir de cette dernière commune, dominée par le rocher du Crapaud, jusqu'à Brélès par la D 27, puis de franchir le fond de cette vallée ennoyée qui a tendance à s'envaser rapidement. En revanche, aucune route ne vient longer la rive gauche et il faut passer par Lampaul-Plouarzel pour atteindre le sud de l'embouchure; de là, on peut rejoindre Pors-Cave, sorte de presqu'île née d'une digitation du cours d'eau. Une ligne imaginaire partant de l'estuaire de l'Aber-Ildut et traversant l'île d'Ouessant en son centre constituerait la limite entre la Manche et l'Océan Atlantique[4].

Hydrologie

À l’exutoire de l'Ildut, le débit, enregistré à la station hydrologique de Brélès, atteint en moyenne 1,47 m³/s, pour la totalité de son bassin versant, soit 90 km², dans le cadre d’un régime pluvial océanique[1]. Observé depuis 31 ans (entre 1977 et 2007), le fleuve côtier présente de variations importantes de son module, la période des hautes eaux est enregistrée durant la période hivernale (de janvier à mars) avec une moyenne mensuelle comprise entre 2,34 m³/s et 2,99 m³/s atteint en février, les basses eaux interviennent durant l'été avec des débits compris entre 0,435 m³/s et 0,602 m³/s de juillet à septembre (ce dernier mois voyant le plus bas module de l'année)[1] Les périodes d'étiage, tout comme les crues (le débit de l'Ildut est monté jusqu'à 12,3 m³/s le 10 janvier 1981, soit 8,4 fois le module moyen), sont fortement prononcées en raison de la nature des sols imperméables qui favorise un écoulement brutal des précipitations (absence d'aquifère notable permettant le soutien des débits d'étiage).

En établissant une comparaison entre le débit et le bassin versant, l’Ildut présente un module élevé ainsi que l'atteste une lame d'eau de 521 mm/an (bien supérieure à la moyenne nationale qui est de 300 mm, mais globalement semblable à celle du bassin voisin de l'Aulne de l'ordre de 564 mm) et un débit spécifique (ou Qsp) de 16,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin (9,5 l/s/km² pour l'ensemble des cours d'eau français, 17,4 l/s/km² dans le cas du bassin de l'Aulne[5]).

Histoire

L’Aber-Ildut porte le nom d’un saint gallois, Ildut de Llantwit qui eut de nombreux disciples en Bretagne armoricaine. Il n’est pas certain que le saint homme soit lui-même venu en Bretagne et qu’il y soit débarqué dans l’aber qui porte son nom[6]. Il est possible que l’aber soit le lieu de débarquement d’une équipe de ses disciples arrivés d’outre-Manche.

À proximité immédiate de l’Aber-Ildut, de nombreuses carrières de granite (île de Melon, Kléguer) ont été intensivement exploitées jusqu’au XXe siècle. Le granite de l’Aber-Ildut, composé de feldspaths roses, de quartz gris et de mica noir, bénéficiait d’une grande renommée en raison de sa résistance à l’érosion, de ses propriétés à refléter les rayons du soleil, mais également de sa facilité de transport par la voie maritime. Durant des millénaires, ce matériau servit à l’édification de multiples constructions humaines, des menhirs et dolmens aux phares (celui de la pointe Saint-Matthieu, en particulier), forts et ouvrages d’art (viaduc de Daoulas, sur la voie ferrée reliant Brest et Quimper) de la région de Brest[7]. C’est toutefois la fourniture du matériau du socle de l’obélisque de Louxor, un énorme bloc de 100 tonnes, qui donna, en 1835, une reconnaissance nationale au granite de l’Aber-Ildut[7].

Les alluvions formant le fond de la vallée de l’Aber-Ildut, autour de Saint-Renan, sont riches en cassitérite, un matériau exploité pour l’étain qu’il contient. La COMIREN a exploité ce filon entre 1960 et 1975, égrenant la vallée de l’Aber-Ildut de six lacs artificiels (Pontavennec, Ty Colo, Comiren, Tréoualen, Poulinoc, Lannéon)[8].

Voir aussi

Notes et références

  1. a, b et c Station hydrologique de Brélès. Naviguer sur la page pour obtenir les différentes données hydrologiques, code de la station : J3323020.
  2. Fiche de l'Aber-Ildut sur le site du SANDRE.
  3. Jean Lescop, L'Aber-Iidut : Sa vallée, son bassin, ses moulins, 1991 Lire en ligne.
  4. Guide Bleu Bretagne, Hachette, édition de 1991, p. 152.
  5. Les chiffres délivrés pour le bassin versant de l'Aulne correspondent aux données enregistrées à la station hydrologique de Châteauneuf-du-Faou, code : J3811810.
  6. Nini Le Goff, Saint Ildut : du Pays de Galles à la Bretagne, Cercle d’histoire locale de Lanildut Lire en ligne.
  7. a et b Le granite de l’Aber-Ildut sur le site de l’académie de Rennes.
  8. L'exploitation de la cassitérite dans la vallée de l'Ildut.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aber-Ildut de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Phare de l'Aber-Ildut — Feu de l Aber Ildut Coordonnées 48°28′16.03″N 4°45′33.08″O …   Wikipédia en Français

  • Phare de l'Aber Ildut — Feu de l Aber Ildut Position 48°28′16.03″N 4°45′33.08″O …   Wikipédia en Français

  • Phare de l'aber ildut — Feu de l Aber Ildut Position 48°28′16.03″N 4°45′33.08″O …   Wikipédia en Français

  • Ildut — (forme bretonne courante) ou plus correctement Iltud (d après la forme galloise), ou Iltut ou encore Elchut (voire Ideuc), est le nom du moine breton (soit insulaire, soit armoricain) Ildut de Llantwit, devenu saint. Considéré comme le père… …   Wikipédia en Français

  • Ildut de Llantwit — Ildut Ildut (forme bretonne courante) ou plus correctement Iltud (d après la forme galloise) est le nom d un moine breton (soit insulaire, soit armoricain), devenu saint. Il est considéré comme le père fondateur du christianisme celtique.… …   Wikipédia en Français

  • Aber-Benoit — Aber Benoît l Aber Benoît Caractéristiques Longueur 31,1 km Bassin 28 km2 …   Wikipédia en Français

  • Aber Benniged — Aber Benoît l Aber Benoît Caractéristiques Longueur 31,1 km Bassin 28 km2 …   Wikipédia en Français

  • Aber and Inver as place-name elements — Aber and Inver are common elements in place names of Celtic origin. Both mean confluence of waters or river mouth . Their distribution reflects the geographical influence of the Brythonic and Goidelic language groups respectively. Aber Aber goes… …   Wikipedia

  • Aber-Vrac'h — Aber Wrac h l Aber Vrac h Caractéristiques Longueur 33 6 km Bassin  ? Bassin collecteur …   Wikipédia en Français

  • Aber-Wrach — Aber Wrac h l Aber Vrac h Caractéristiques Longueur 33 6 km Bassin  ? Bassin collecteur …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”