Baia Mare
Baia Mare
Image illustrative de l'article Baia Mare
Centre-ville de Baia Mare
Romania location map.svg
Baia Mare
Armoiries
Administration
Pays Drapeau de Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Județ Maramureș
Statut Chef-lieu
Maire Cristian Anghel (PNL)
(2000-)
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 00″ N 23° 33′ 00″ E / 47.66667, 23.5547° 40′ 00″ Nord
       23° 33′ 00″ Est
/ 47.66667, 23.55
  
Superficie 235,73 km²
Altitude moy. 228 m
Arrosée/baignée par Sasar
Démographie
Population 139 870 hab. (1er juillet 2007)
Densité 593,3 hab./km²
Autres informations
Code postal 430 311
Site officiel www.baiamarecity.ro
Localisation du chef-lieu dans son județ
Localisation du chef-lieu dans son județ

Baia Mare (en hongrois Nagybánya ou Asszonypataka, en allemand Frauenbach ou Neustadt, en latin « Rivulus Dominarum » : la « Rivière des Dames »), est une ville de 139 870 habitants en 2007[1] située dans le județ de Maramureș, dans la vallée de la rivière Sasar (affluent de la Lăpuș), au nord-ouest de la Roumanie. La ville est un centre minier et industriel (son nom signifie d'ailleurs Grande Mine), et est tristement célèbre pour la catastrophe de 2000, au cours de laquelle des tonnes de cyanure furent déversées dans le fleuve. On a qualifié cette catastrophe de pire désastre écologique depuis Tchernobyl.Cest la ville natale du célèbre chanteur roumain : Adrian Sina (Akcent)

Une importante école de peinture, sous l'influence de l'impressionnisme et de l'expressionnisme a été fondée ici à la fin du XIX siècle par des artistes venus des quatre coins du monde.

Sommaire

Géographie

La ville de Baia Mare est située dans une dépression. Elle est environnée par un relief montagneux au nord avec les Monts Igniș (Munții Ignișului), à l'est avec les Monts Gutâi (Munții Gutâiului), collinaire au sud dans les Dealurile Silvaniei.

Baia Mare est située à environ 600 km au nord-ouest de Bucarest, à 70 km de la frontière hongroise et à 50 km de la frontière ukrainienne.

Le deuxième centre urbain du județ qui fut d'ailleurs la capitale historique de la Marmatie, Sighetu Marmației est situé à 60 km au nord-est. Il faut franchir le col de Gutâi (987 m d'altitude) pour y parvenir.

Histoire

Des vestiges archéologiques montrent que ce territoire a été habité à partir du paléolithique supérieur. À l’âge du bronze apparaissent les Carpes, tribu Dace (des Thraces septentrionaux) dont le nom signifie "rocailleux" et qui a laissé son nom aux Carpates. Les caractères ethnographiques, folkloriques et linguistiques des Daces se sont mieux conservés dans la Marmatie voisine et autour de Baia-Mare, ce qui en fait une zone de grand intérêt pour les ethnologues.

Les premières informations écrites concernant la ville datent de 1329 et nous la présentent comme un centre minier et une cité médiévale à majorité allemande, bénéficiant de franchises étendues, sise dans le Megye (comté) hongrois de Satu Mare. Cette première attestation documentaire provient la chancellerie du roi de Hongrie, Charles-Robert d'Anjou. Mais c'est la chancellerie du roi Louis d’Anjou, le 20 septembre 1347, qui détaille le mieux les institutions de la ville. L’Hôtel des Monnaies de Baia Mare est mentionné pour la première fois en 1411 et présenté comme l'atelier le plus renommé de ce type en Transylvanie.

En 1446, le domaine de Baia Mare avec toutes ses mines devient la propriété du voïvode de Transylvanie, Jean Hunyadi, en remerciement pour son courage contre l’invasion ottomane. C'est à ses frais que l'on entreprend la construction de la cathédrale Saint Étienne ayant comme annexe « La Tour d’Etienne ».

En 1469, le roi Matia Corvinu émet un document important pour les citoyens de la ville : il s’agit du droit de renforcer les fortifications avec de hauts murs, des cloisons, des fossés, des palissades capables de repousser de puissants assiégeants. Baia Mare reçoit alors le rang de : « castrum » ou « castellum » (ville fortifiée). Malgré cela, en 1490 Baia-Mare est prise et pillée par les troupes polonaises du prince Jean Albert.

En 1526 la ville de Baia Mare devient la propriété du voïvode de Transylvanie, Jean Zapolya, période pendant laquelle on enregistre un déclin de la vie économique locale, les ressources de la ville étant dilapidées en coûteuses guerres par Zapolya et ses successeurs. Dans les années suivantes, la Réforme progresse parmi les Baïmarènes (comme on appelle ses habitants). L’année 1547 est remarquable pour la création d’une importante institution d’enseignement ; il s’agit de « Schola Rivulina », qui appartenait au culte reformé. Cette école s’est affirmée pendant plus de deux siècles comme un véritable berceau de culture, en fournissant un grand nombre de théologiens, de fonctionnaires, de juristes, de lettrés mais aussi d'ingénieurs des mines.

Afin d’exprimer sa reconnaissance pour l’abolition de ses dettes par le voïvode valaque, Michel le Brave, en 1600, l’administrateur des mines Felician Herbstein ordonne l’émission, par l’Hôtel des Monnaies de Baia Mare, d’une médaille d’or qui représente le visage du voïvode : c'est l’une des plus belles réalisations du domaine numismatique.

En 1699, comme toute la Transylvanie, Baia-Mare passe sous l'occupation autrichienne. Les tentatives, en 1703, du capitaine Pintea Viteazul "le Brave", au service du voïvode François II Rakoczi, de les en chasser, échoue. En 1748 les autorités autrichiennes créent à Baia Mare l'inspection minière (Obermat), et construisent un nouvel Hôtel des Monnaies.

En 1867, alors que le chemin de fer atteint Baia-Mare, l'autonomie de la principauté de Transylvanie est abolie et l'empire d'Autriche devient la double monarchie austro-hongroise : Baia-Mare redevient une ville de province du royaume de Hongrie, où affluent des peintres impressionnistes, attirés par les paysages alentour, des géologues et collectionneurs de minéraux, et des ethnologues venus étudier les villages "valaques" conservant des traditions et des pratiques médiévales. L’année 1889 voit la parution du premier hebdomadaire roumain « Gutinul », revue socio-littéraire et économique.

En 1918, Baia-Mare devient pour 22 ans une ville roumaine et chef-lieu de département. De 1940 à 1945, elle redevient hongroise, puis revient à la Roumanie. Comme toute la Roumanie, Baia-Mare fut soumise aux régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989.

Depuis 1991, Baia-mare se développe surtout grâce au tourisme dans le Maramureș, mais reste un centre culturel, minier et industriel important.

Le 30 janvier 2000, aux alentours de Baia Mare a eu lieu l'une des pires catastrophes écologiques d'après Tchernobyl: le déversement des cyanures de l'exploitation minière d'Aurul.

Religions

En 2002, la répartition religieuse de la ville était la suivante :

Politique

Le conseil municipal de Baia Mare compte 23 sièges. À la suite des élections locales de juin 2008, Christian Angel (PNL) a été élu maire de la ville[2].

Élections Municipales de juin 2008[3]
Parti Nombre de conseillers
Parti National Libéral (PNL) 9
Parti Démocrate-Libéral (PD-L) 6
Parti Social-Démocrate (PSD) 5
Union Démocrate Magyare de Roumanie (UDML) 3

Démographie

Le recensement de 1910 faisait apparaître une communauté hongroise de 10 663 individus (64,8 %) et une communauté roumaine de 5 546 individus (33,7 %)[4].

Au recensement de 1930, les proportions s'étaient inversées, 9 677 Roumains (54 %) pour 6 530 Hongrois (19,7 %). La ville comptait aussi une importante communauté juive de 1 274 personnes (7,1 %) qui a disparu pendant la Shoah.

Le recensement de 2002 compte 114 213 Roumains (82,8 %) et 20 466 Hongrois (14,8 %)[5].

Évolution démographique
1880 1900 1910 1930 1956 1977 1992 2002
11 183 14 156 16 465 17 879 37 669 100 985 149 205 137 921

Economie

L'économie de la ville a depuis toujours été basée sur l'extraction minière des alentours et la transformation des métaux. Ces industries ont beaucoup souffert de la période de restructuratioon qui a suivi la révolution de 1989.

Baia Mare est un centre commercial important. Le tourisme pourrait être à l'avenir un moyen de développement, la région possédant de nombreux atouts dans ce domaine.

Bâtiments

  • Un intéressant "Ancien centre", d'une structure carrée, typique des villes de province austro-hongroises, bordé de maisons bourgeoises de style hétéroclite, actuellement en cours de restauration.
  • La Tour des Bouchers, élevée en 1469, la seule des sept tours de défense du système de fortification de la ville ayant survécu.
  • Le Palais de la Monnaie construit en 1734 et qui abrite aujourd'hui une partie de Musée régional.
  • La Préfecture, construction contemporaine remarquable (1970) de l'architecte Mircea Alifanti.
  • Cheminée du haut fourneau à cuivre Phoenix Copper Smelter, d'une hauteur de 351,5 mètres.

Transports

Routes

Voies ferrées

Baia Mare est reliée par le chemin de fer à Satu Mare et au réseau national, mais également à Budapest.

Aéroport

Baia Mare possède un aéroport (code AITA : BAY). L'aéroport est situé sur le territoire de la commune de Tăuții-Măgherăuș, à 6 km à l'est de la ville.

La compagnie roumaine Tarom assure des liaisons avec Bucarest. En 2008, l'aéroport a été déclaré aéroport international.

Voir aussi

Jumelages

La ville de Baia Mare est jumelée avec[6] :

Notes et références

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Baia Mare de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Baia Mare — Baia Mare …   Wikipedia

  • Baia Mare — Frauenbach Nagybánya …   Deutsch Wikipedia

  • Baia Mare — Saltar a navegación, búsqueda Baia Mare Escudo …   Wikipedia Español

  • BAIA-MARE — (Hg. Nagybánya), mining and industrial town in Transylvania, Romania, within Hungary until 1918 and between 1940 and 1944. The prohibition against Jewish settlement in Hungarian mining towns (issued in 1693) was abolished in 1848. The oldest… …   Encyclopedia of Judaism

  • Baia Mare — (Romanian), Frauenbach (German), Nagybánya (Hungarian), Neustadt (rarer German), Baja Mare Баја Маре (Macedonian) …   Names of cities in different languages

  • Baia-Mare — [bä΄yə mär′ə] city in NW Romania: pop. 150,000 * * * Ba·ia Ma·re (bäʹyə mäʹrə) A city of northwest Romania north of Cluj. It is an industrial center and popular health resort. Population: 150,018. * * * …   Universalium

  • Baia Mare — ville du N. O. de la Roumanie; 148 800 hab.; ch. l. du district de Maramures. Centre minier (plomb, zinc, cuivre, or). Industries métallurgiques. Anc. hongroise, sous le nom de Nagybánya, la ville fut, au XIXe s., le centre des activités d un… …   Encyclopédie Universelle

  • Baia-Mare — [bä΄yə mär′ə] city in NW Romania: pop. 150,000 …   English World dictionary

  • Baia Mare — 1 Original name in latin Baia Mare Name in other language BAY, Baia Mare, Baja Mare, Baja Mare, Frauenbach, Nagybanya, Nagybnya, Neustadt, Rivulus Dominarum, Бая Маре State code RO Continent/City Europe/Bucharest longitude 47.65729 latitude… …   Cities with a population over 1000 database

  • Baia Mare — ▪ Romania Hungarian  Nagybánya,  German  Neustadt        city, capital of Maramureș (Maramureş) județ (county), northwestern Romania. It is situated in the Săsar River valley, surrounded by mountains. This location affords the city protection… …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”