Bagacum Nerviorum
Vase à Buste de Jupille. Les tessons originaux de ce vase reconstitué en terre cuite ont été mis au jour en 1872, à Jupille. Les sept effigies ont été interprétées comme étant des divinités planétaires qui présidaient aux jours de la semaine: Saturne, Sol, Luna, Mars, Mercure, Jupiter et Vénus. Leur véritable signification reste à ce jour une énigme. Cette catégorie de vases liés aux cultes domestiques a été essentiellement produite dans la région de Bavay, l'antique cité des Nerviens, à l'époque Gallo-Romaine entre le premier et le IIe siècle après J.-C.. Il est probablement passé par Herstal. Contenance 15 litre[1] ,[2],[3]
Chaussées romaines de Bavay vers la Germanie inférieure

Bagacum Nerviorum, actuellement Bavay, est la capitale d'une civitas Romaine, chef-lieu du peuple des Nerviens implantée entre 19 et 15 avant J.-C..

Sommaire

Étymologie

Le nom de Bagacum est un dérivé en -acum, suffixe localisant à l'origine, précédé de l'ancien terme celtique bagos, hêtre. L'archétype originel devait être *Bāgākon. Il est homonyme de Beiach (ancien *Bāgākon également), nom d'une forêt suisse et peut-être Bahais (Basse-Normandie). Il signifie hêtraie.

L'indo-européen *bhāgós est également l'origine du latin fagus (italien faggio, occitan fay, français dial. fau, fou), hêtre et du germanique *bōkjō, hêtre (allemand Buche, anglais beech)[4]

Historique

Fondation et croissance

À l'avènement d'Auguste l'essentiel de la Gaule est conquis par les Romains. L'empereur la divise en trois provinces : l'Aquitaine, la Celtique et la Belgique, entre Seine et Rhin. Cette dernière est divisée elle-même en dix-huit cités, dont la cité des Nerviens, civitas Nervii, qui a pour chef-lieu Bavay, Bagacum Nerviorum[note 1].

Bavay est fondé probablement à l'époque d'Auguste[c 1], dans l'avant-dernière décennie avant notre ère selon Jean-Louis Boucly[5], et se développe rapidement. En 4 avant J.C. on érige un monument sur le forum, pour commémorer le passage de Tibère qui semble avoir donné une impulsion notable à l'extension de la ville. À l'époque claudienne, la ville a une superficie estimée à huit hectares et au IIe siècle Bavay couvre environ quarante hectares[c 1].

Morphologie urbaine

Dès le début il semble que la ville ait eu un plan en damier. Le plan initial est celui d'un forum tripartite clos, très répandu dans la seconde moitié du Ier siècle. Il a été conservé tout au long des réaménagements de la cité. Le Forum cryptoportique date de 150 après Jésus Christ. Il est l'un des seuls en France qui a pu être entièrement dégagé et sa basilique longue de 98 m est la plus grande découverte à ce jour.

Bavay était un carrefour important : sept voies reliaient en effet ce chef-lieu aux peuples voisins : Tongres et Cologne; Dinant et Trèves; Anvers et Utrecht; Gand et Bruges; Valenciennes et Tournai; Cambrai et Amiens; Vermand et Beauvais; Avesnes et Reims. Le tracé de ces voies est encore visible sur les cartes routières d'aujourd'hui.

Activité économique

De cette bourgade nouvelle où les débouchés commerciaux ne devaient pas manquer, artisans et commerçants affluèrent bientôt. Si la Narbonnaise devait être la province d'origine du citoyen qui fit ériger le monument en l'honneur de Tibère, c'est de la Marne et peut-être aussi de la Côte d'Or que vinrent s'installer les officines de potiers du sud de la ville. Ils y fabriquèrent, dès 15 avant J.C. sans doute, de la superbe vaisselle en terra nigra, noire ou grise métallescente, trouvée en abondance en 1972, avec des débris d'amphores italiques, de vases lyonnais unis ou décorés[6]. Des potiers de la cité et des alentours exportent dans tout le nord-est de la Gaule et en Bretagne des mortiers à pâte claire dès le Ier s. ap. J.-C. C'est un de ces vases planétaires que l'on retrouve à la villa de Jupille-sur-Meuse sur le trajet de la Voie des Ardennes - de Tongres à Trèves - et exposé au Grand Curtius de Liège[7].

Si des Nerviens, de l'aristocratie romanisée, comme l'atteste le gentilice IULIUS, imitaient le mode de vie des vainqueurs, d'autres habitants de Bagacum, enrôlés comme auxiliaires dans les armées romaines, participèrent aux opérations contre les peuples alpins de 16 à 14 avant J.C. et rapportèrent des monnaies orientales, frappées par les Helvètes et les Vindelici[8].

Fouilles archéologiques

Maurice Hénault en 1906 découvre au début du XXe siècle un forum et des thermes alimentés par un aqueduc amenant les eaux d'une fontaine située à une vingtaine de kilomètres. Henri Bievelet, de 1942 à 1976, a dégagé à l'ouest la plus grande partie des cryptoportiques ainsi que l'esplanade et à l'est la basilique civile.

Déclin

Dès la fin du IIe siècle, des peuples germaniques remontent le cours de l'Escaut et atteignent la voie Tongres-Bavay où ils se livrent à des pillages. Au milieu du IIIe siècle, en 253-254, les Francs passent le Rhin, sont repoussés par l'empereur Gallien et reviennent entre 259 et 263. En 275, les Alamans se joignent aux Francs[b 1]. Malgré la résistance des empereurs des Gaules Postumus et Tetricus, des villes sont ravagées, dont Boulogne, Amiens, Bavay. Il s'ensuit une période de déclin et de troubles[a 1].

Une fois la paix revenue avec Dioclétien et la tétrarchie, à la fin du IIIe siècle, les villes se protègent : la première fortification de Bavay date du dernier quart du IIIe siècle. La pierre des édifices détruits est utilisée à l'époque constantinienne pour doubler cette première enceinte[b 2] et construire deux castella[a 2]. Cependant le déclin de Bavay est inéluctable : la superficie de la ville, resserrée sur sa double enceinte, est passée de 40 hectares à 4[a 3] ou 6 hectares[b 3] et d'après la Notice des Dignités, tableau officiel de l'administration impériale datant du début du Ve siècle, Cambrai (Camaracum) a, à cette époque, remplacé Bavay comme chef-lieu des Nerviens[b 4]. Des forts ayant été construits le long des routes de Cologne à Bavay et Cambrai, et de Boulogne à Cambrai, cette bourgade moins exposée aux envahisseurs que Bavay a en effet pris une importance stratégique[9].

Les ultimes témoignages d'une occupation dans le forum ne vont pas au-delà des années 430 à 450[10].

De nos jours, Bavay est une petite ville de 4 000 habitants située entre Valenciennes et Maubeuge.

Liens internes

Galerie

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Lucien Delhaye, Histoire populaire : Bavay et contrée qui l'environne, Douai, Dechristé, 1869 
  • Charles Pietri (dir.), Études bavaisiennes : Mélanges offerts au Chanoine Biévelet, Villeneuve d'Asq, Publications de l'Université de Lille III, coll. « Études archéologiques », 1976
    Textes réunis par Pierre Leman
     
  • Jean-Pierre Wytteman (dir.) (préf. Bernard Derosier), Le Nord : de la Préhistoire à nos jours, Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », 1988, 381 p. (ISBN 2-903504-28-8) 
  • Janine Desmulliez, Ludo Milis et Alain Lottin (dir.), Histoire des provinces françaises du Nord : De la Préhistoire à l'an Mil, Westhoek, 1995, 220 p. (ISBN 978-2903077716) 
  • Marc Lodewijckx (dir.), Belgian archaeology in a European setting II, Leuven University Press, coll. « Acta archaeologica lovaniensia », 31 décembre 2001, 220 p. (ISBN 9058671674 et 978-9058671677) 

Notes et références

Notes

  1. ou Bavacum

Références

  1. Moutschen J-Ph., Dumont Br. & all, Visages d'Olne, Annexes: WAW, supplément trimestriel, p.16 2009
  2. Demarteau J. E., Le vase planétaire de Jupille, Ciel et Terre, Vol. 30, p. 373-381 sur le web: dans Astrophysics Data System (ADS)
  3. F. de Villenoisy, Le Vase gallo-belge de Jupille, Impr. de La Meusee (1894)
  4. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Editions Errance 2003.
  5. Marc Lodewijckx (dir.), Belgian archaeology in a European setting II, Leuven University Press, coll. « Acta archaeologica lovaniensia », 2001  p. 95
  6. Biévelet H., L'exploration archéologique de Bavay Revue du Nord, LI, 1969, 457 sq
  7. Moutschen & all, Visages d'Olne, annexe 2009
  8. Boucly Jean-Louis, Les débuts de l'occupation romaine à Bavai: état de la question, Revue archéologique de Picardie, 1984, Volume 3, Numéro 3-4 lien pp. 19-25
  9. Louis Trenard (dir.) et Michel Rouche (préf. Jacques Legendre), Histoire de Cambrai, t. 2, Presses Universitaires de Lille, coll. « Histoire des villes du Nord / Pas-de-Calais », 1982 (1re éd. 1982), 24cm, 314 p. (ISBN 2-85939-202-7) , p. 14
  10. Delmaire R. Bavay Antique, Imprimerie Nationale Éditions, Guides Archéologiques de France, mars 1996
  1. p. 39-40
  2. p. 41
  3. p. 41
  • Jean-Pierre Wytteman (dir.) (préf. Bernard Derosier), Le Nord : de la Préhistoire à nos jours, Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », 1988, 381 p. (ISBN 2-903504-28-8) 
  1. p.57
  2. p.58-60
  3. p.60
  4. p.58
  • Janine Desmulliez, Ludo Milis et Alain Lottin (dir.), Histoire des provinces françaises du Nord : De la Préhistoire à l'an Mil, Westhoek, 1995, 220 p. (ISBN 978-2903077716) 
  1. a et b p. 56-57

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bagacum Nerviorum de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • BAGACUM — vetus et nobile olim oppidum Nerviorum Baganum, Ptolem. Bacacum Nerviorum tab. Theodos. Baiacum quoque nonnumquam in priscis Aethici codicibus. Magno loci meminit his verbis, Nervius Easiacum: ubi legi convenit Baiacum, vel Bagacum, i. e. Nervius …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Chaussée romaine de Bavay à Cologne — 50° 56′ 16″ N 6° 38′ 04″ E / 50.9377, 6.63453 …   Wikipédia en Français

  • Via Agrippinensis — Chaussée romaine de Bavay à Cologne Via Agrippinensis . de Bavay à Cologne Longueur : 283 km La chaussée de Bavay à Cologne est une voie romaine reliant Bavay, capitale des …   Wikipédia en Français

  • Zieverich — Chaussée romaine de Bavay à Cologne Via Agrippinensis . de Bavay à Cologne Longueur : 283 km La chaussée de Bavay à Cologne est une voie romaine reliant Bavay, capitale des …   Wikipédia en Français

  • Chaussée de Bavay à Cologne — Chaussée romaine de Bavay à Cologne Via Agrippinensis . de Bavay à Cologne Longueur : 283 km La chaussée de Bavay à Cologne est une voie romaine reliant Bavay, capitale des …   Wikipédia en Français

  • Trajectum ad Mosam — Pour les articles homonymes, voir Trajectum. Situation de Trajectum ad Mosam sur le chemin de la Germanie inférieure, la chaussée romaine de bavais à Cologne, les Limes et la situation du peuple des Tongres …   Wikipédia en Français

  • Histoire du Nord-Pas-de-Calais — Les beffrois, symboles de l autonomie des villes des Flandres et d Hainaut L histoire du Nord et du Pas de Calais commence, au sens strict du terme, en 1790 lors de la création des départements français. Auparavant leur histoire avait été commune …   Wikipédia en Français

  • Gallia Belgica — Gaule belgique Pour les articles homonymes, voir Belgique (homonymie). Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule …   Wikipédia en Français

  • Gaule Belgique — Pour les articles homonymes, voir Belgique (homonymie). Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule …   Wikipédia en Français

  • Gaule belgique — Pour les articles homonymes, voir Belgique (homonymie). Province romaine vers 120 La Gaule belgique ou Gallia Belgica (en latin) était une province romaine corresponda …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”