Viticulture aux Etats-Unis


Viticulture aux Etats-Unis

Viticulture aux États-Unis

La viticulture aux États-Unis existe depuis le XVIe siècle. Au XXIe siècle, il existe des productions vinicoles dans les cinquante États de l'Union, la Californie en tête, suivie par l'État de Washington, l'Oregon et l'État de New York[1]. Les États-Unis sont le quatrième producteur mondial de vin derrière la France, l'Italie et l'Espagne, et La production californienne à elle seule représente 90% de la production américaine, et le double de celle de l'Australie[2].

Le continent nord-américain accueille plusieurs espèces indigènes de vignes, notamment Vitis labrusca, Vitis riparia, Vitis rotundifolia, Vitis vulpina et Vitis amurensis, mais ce n'est qu'avec l'introduction de la Vitis vinifera par un colon européen que le secteur vinicole prit son essor[3]. Près de 450 milliers d'hectares de vignobles sont aujourd'hui plantés aux États-Unis, en faisant le cinquième pays en termes de superficie viticole après l'Espagne, la France, et l'Italie et la Turquie[4].

Sommaire

Histoire

Certains font remonter l'histoire viticole en Amérique du Nord à la découverte du Nouveau Monde par le Viking Leif Ericson et ses hommes. Ils auraient appelé cette nouvelle terre Vinland en référence aux nombreuses vignes sauvages qui y poussaient[5]. Cette version est désormais souvent contestée, l'étymologie de Vinland pouvant être vin (« pré », « plaine ») et non vín (« vigne »).

Côte est

Ce sont des Huguenots français qui furent les premiers à produire un vin dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis, plus exactement dans les environs de Jacksonville, à partir de grappes de scuppernong, entre 1562 et 1564[2]. La fabrication de vin est un objectif décrit dans la charte des premières colonies américaines, notamment celles de Virginie et des Carolines. Les colons découvrent cependant rapidement que le vin produit à partir des vignes indigènes a un goût curieux qu'ils n'apprécient guère. Ces échecs conduisent à la plantation de différents pieds de Vitis vinifera grâce à l'importation de cépages et de vignerons français par la Compagnie de Virginie en 1619, mais ces cultures sont détruites par une maladie.

En 1683, William Penn plante un vignoble de V. vinifera d'origine française qui aurait été croisé avec un Vitis labrusca indigène, créant un hybride producteur direct, l'alexander.

Le président Thomas Jefferson, un vinophile avéré qui dépensa 7597 dollars lors de son premier mandat en vins (français pour la plupart)[5], tenta de nombreuses expériences viticoles dans son domaine de Monticello, en Virginie. En 1807, il y plante 287 pieds de vignes de 24 variétés européennes, auxquels il ajoute plus tard les variétés indigènes Vitis labrusca et Vitis rotundifolia.

L'une des premières exploitations vitivinicoles aux États-Unis est fondée en 1806 dans l'Indiana, et produit du vin à partir de Vitis labrusca. De nos jours, les vignes hybrides franco-américaines restent une spécialité de la côte Est des États-Unis[4].

Le premier domaine commercial rentable est fondé au milieu des années 1830 par Nicholas Longworth, à Cincinnati, dans l'Ohio, qui commercialise un vin pétillant à partir de grappes de catawba. Mais dans les années 1860, la pourriture brune attaque les vignobles de la vallée de l'Ohio, forçant plusieurs viticulteurs à se délocaliser au nord de la région des Finger Lakes de l'État de New York. Pendant la même période, le secteur viticole du Missouri prend son essor, concentré autour de la colonie allemande de Hermann, et devient rapidement le second producteur vinicole du pays après la Californie[4]. Mais à la fin du XIXe siècle, une épidémie de phylloxéra dans l'ouest et de la maladie de Pierce dans l'est ravagent les vignobles américains[3].

Californie

La première exploitation viticole de Californie est fondée en 1769 par le missionnaire franciscain Junípero Serra, près de San Diego. D'autres missionnaires contribuent à la plantation de vignes plus au nord, et le premier vignoble de Sonoma est planté vers 1805[3]. La Californie compte deux cépages indigènes, qui tous deux ne tendent à produire que des vins de faible qualité. Les missionnaires utilisent donc un cépage noir aujourd'hui connu sous le nom de mission, qui selon certains est identique à la criolla chica cultivée en Argentine[6]. Bien qu'étant un cultivar de Vitis vinifera, ce cépage ne produit cependant que des vins de qualité très moyenne. Joseph Chapman fonde le premier domaine à vocation commerciale en Californie en 1826, comprenant quelque 4 000 pieds de vigne à Los Angeles[5]. Peu après, dans la même ville, le colon français Jean-Louis Vignes, frustré par la qualité médiocre des vins de cépage mission, est l'un des tous premiers pionniers à utiliser des pieds de Vitis vinifera de qualité[3]. En 1851, il possède quelque 40 000 pieds et produit environ 1 000 tonneaux de vin par an.

En 1836, George Yount devient le premier colon blanc à s'installer dans la vallée de Napa après s'être vu accorder 4780 hectares de la part des autorités mexicaines. Il y plante les premières vignes deux ans plus tard. La ruée vers l'or de 1849 voit la population de la région exploser rapidement, et le vin devient une denrée recherchée. Au milieu du XIXe siècle, la viticulture prend son essor dans la Californie du nord, et certains des pionniers sont des émigrés européens. L'Anglais John Patchett fait construire le premier véritable domaine de la vallée de Napa en 1859, et les Allemands Charles Krug et les frères Beringer y fondent leurs exploitations. Le marchand d'origine filandaise Gustave Niebaum s'y installe également, sur une parcelle de terrain qui deviendra plus tard le domaine Inglenook, à Oakville. En 1880, la vallée compte 49 domaines. Six ans plus tard, elle en compte 175[5].

En 1857, l'immigré hongrois Agoston Haraszthy fonde dans le comté de Sonoma le premier domaine de la région, Buena Vista, et rédige pour la législature de l'État un rapport sur les cépages et les vins californiens, le premier du type[5]. Il prône l'importation de pieds de vigne européens et l'assemblage de différents cépages sur le modèle des vins du Vieux continent.

Le déclin

À la fin des années 1880, le retour progressif des vignobles européens, sauvés du phylloxéra par la greffe de leurs cépages sur des pieds de vignes américains, entraîne une baisse de la demande pour les vins californiens, malgré la qualité grandissante de la production, reconnue notamment lors de l'Exposition universelle de Paris de 1889. Le prix des grappes et du vin augmente brièvement en 1885, mais une surproduction entraîne une baisse des prix. Des hivers rudes et une épidémie de phylloxéra ravagent les vignes américaines, et à partir de 1893 une dépression économique affecte sévèrement les domaines viticoles du pays.

À l'automne 1894, plusieurs producteurs californiens se regroupent au sein d'une corporation, la California Wine Association (CWA). Une autre organisation se forme peu après, la California Winemakers' Corporation, dont la vocation annoncée est d'être une association parallèle, chargée de représenter la CWA auprès des marchands de vin et de négocier les prix de vente[7].

C'est le Français Georges de Latour qui importe en 1902 les premiers pieds de vigne bordelais qui vont résister au phylloxéra, contribuant au relancement tout relatif de la viticulture américaine.

La Prohibition

Article détaillé : Prohibition.

L'avèvement de la Prohibition porte un nouveau coup rude au secteur vinicole américain. La plupart des viticulteurs arrachent leurs pieds de vignes et plantent à leur place des arbres fruitiers : pommes, prunes, poires et noix remplacent progressivement la viticulture. Quelques vignes sont conservées, destinées - du moins officiellement - à la production de vin dédié à la consommation familiale, restant autorisée par la loi. Beaulieu Vineyard, dans la vallée de Napa, prospère en obtenant une dérogation lui permettant de produire du vin de messe. D'autres exploitations, comme celle de la famille Mondavi, survivent en produisant des kits destinés au public pour la production domestique de vin de table, restée légale.

Marché

Segmentation

Le marché du vin américain est segmenté selon les prix à la bouteille. Le terme marketing de value désigne les vins les meilleurs marchés, aussi appelés familièrement jug wines, car ils sont souvent vendus au magnum, voire en brique de 5 litres. Les fighting varietals, un autre néologisme de marketing, désignent les vins de cépages de consommation courante. Enfin, les segments premium désignent des vins plus chers, qui peuvent être destinés à vieillir en cave. Le terme très générique de value est cependant souvent utilisé pour désigner les bouteilles à moins de 15 dollars.

En octobre 2006, les segments value et fighting varietals (soit moins de 7 dollars la bouteille) représentaient 66 % des ventes de vin aux États-Unis. Les segments super et ultra-premium ne représentaient que 9 % des ventes, mais enregistraient respectivement 28 et 43 % d'augmentation en chiffre d'affaires par rapport à la même période deux ans auparavant[8].

Segmentation du marché par prix[8]
Désignation Tranche de prix (750 ml)
Value moins de 2,99 dollars
Fighting varietals 3 à 5,99 dollars
Popular premium 6 à 7,99 dollars
Premium 8 à 9,99 dollars
Super premium 10 à 14,99 dollars
Ultra premium 15 dollars ou plus

La grande majorité des vins américains vendus aux États-Unis sont des mono-cépages. Les cépages les plus populaires sont le chardonnay, le merlot et le cabernet-sauvignon. Le chardonnay représentait en novembre 2007 23 % du marché en chiffre d'affaires et 21 % en ventes par caisses. Le merlot et le cabernet-sauvignon représentaient respectivement 12 et 14 % du marché en chiffre d'affaires[8]. Le zinfandel (permettant, outre des vins rouges, la production du rosé le plus populaire aux États-Unis, le white zinfandel), le pinot gris (généralement portant le nom italien de pinot grigio) et le syrah sont aussi très bien vendus, ainsi que depuis le début des années 2000 le pinot noir, qui doit notamment sa popularité grandissante au film Sideways, ayant enregistré l'augmentation de prix la plus spectaculaire par rapport aux autres vins mono-cépages[8]. Le sauvignon (systématiquement suivi du qualificatif français blanc, et parfois aussi appelé « fumé blanc », une désignation inventée par Robert Mondavi), le riesling et le sangiovese sont aussi populaires, et on trouve aussi des vins de cépages traditionnellement utilisés en Europe dans des assemblages, tels que le grenache, le mourvèdre et plus couramment le durif (appelé aux États-Unis petite syrah).

Les assemblages restent très minoritaires, mais gagnent peu à peu du terrain parmi les vins des segments premium, reflétant le désir de certains viticulteurs de vouloir façonner des vins plus subtils et susceptibles de plaire aux palais des consommateurs plus avertis, ou de définir un terroir. Certains œnologues utilisent les vins de Bordeaux ou du Rhône comme inspiration, suivant leur goût, la géologie ou le climat où poussent leurs vignobles. De nombreux vins à base de cabernet-sauvignon émulent ainsi les crus de Bordeaux (certains sont commercialisés sous le label Meritage), et on note depuis les années 1990 l'ascension des Rhone Rangers, le surnom donné aux viticulteurs et aux vins prenant les crus de côtes du Rhône comme modèles.

Le segment le plus lucratif des vins américains est celui des vins de prestige, aussi désignés trophy wines. Il s'agit généralement de vins à base de cabernet-sauvignon ou de zinfandel, produits en petite quantité par des domaines prestigieux et vendus au moins 50, voire plus de 100 dollars la bouteille. Ces boutique wineries, héritières des producteurs à l'origine de l'ascension des vins californiens à partir de la fin des années 1960, sont généralement situées dans les régions viticoles les plus réputées et vendent souvent leurs vins de prestige directement aux consommateurs, parfois en primeur, ou via des marchands de vin spécialisés.

Paradoxalement, les importations de vin français ont considérablement baissé depuis la fin du XXe siècle, ne représentant en 2006 qu'environ 3 % des ventes, alors que les vins australiens et italiens représentent chacun environ 10 % du marché[8], et sont en constante augmentation, ainsi que les vins néo-zélandais. Les vins espagnols, allemands, sud-africains, chiliens et argentins se sont également creusés une part modeste des ventes américaines.

Appellation et règlementation

La règlementation américaine en matière d'appellation reste quasi-inexistante jusqu'aux années 1980. Les viticulteurs américains et embouteilleurs sont donc libres d'utiliser des désignations souvent inspirées des appellations européennes pour leurs vins, qui pour l'immense majorité sont destiné au marché domestique : certains rouges sont étiquetés Burgundy, des blancs (souvent à base de colombard) sont vendus sous le label Chablis, et Sauterne (sans s) est souvent utilisé pour étiqueter des vins blancs doux. Port est une désignation courante pour les vins doux qui jusqu'à la Prohibition représentent la majorité des vins produits et vendus aux États-Unis.

La quasi-majorité des références à des noms de lieux ou à des appellations d'origine européennes ont disparu des étiquettes des vins américains à partir des années 1960, même si Port reste utilisé pour certains vins américains mutés produits sur le modèle des portos.

Champagne

Les États-Unis n'ayant jamais signé les traités de Madrid et de Versailles, les producteurs américains sont également libres d'utiliser l'appellation « Champagne » pour leurs vins pétillants voués aux marché américain. Ce label reste utilisé essentiellement par les producteurs de vins pétillants premier prix. Les viticulteurs américains produisant des vins sur le modèle champenois visant un segment plus prestigieux ont pour la plupart abandonné cette désignation, qui reste souvent associée aux vins pétillants bon marché.

L'arrivée des maisons de Champagne en Californie à partir des années 1970 a également contribué à l'amélioration de la qualité des vins pétillants et à l'éducation du public américain dans ce domaine. Moët-Hennessy investit dans le Domaine Chandon dans la vallée de Napa dès 1973, G.H. Mumm y fonde Mumm Napa en 1976, Piper-Heidsieck co-fonde Piper Sonoma en 1979 avec Sonoma Vineyards et Renfield Importers, la maison Louis Roederer possède un domaine dans Anderson Valley dans le comté de Mendocino depuis 1982, et Domaine Carneros dans la vallée de Napa est détenu par Taittinger. Des producteurs californiens comme Schramsberg, Gloria Ferrer, Frank Family Vineyards ou Iron Horse ont également contribué à l'essor des vins pétillants américains de qualité, mais on trouve également des vins de méthodes champenoises ou traditionnelles produits en Oregon ou au Nouveau-Mexique.

Appellations d'origine américaines : les AVA

Article détaillé : Région viticole américaine.

Cépages

Selon la règlementation américaine en vigueur, un vin peut être étiqueté selon un cépage donné à condition qu'au moins 75% dudit cépage soit entré dans la fabrication du même vin. De nombreux vins américains étiquetés d'après leur cépage dominant sont en fait des assemblages, un cabernet-sauvignon pouvant donc avoir été élaboré avec du cabernet franc ou un ou plusieurs autres cépages. Cette réglementation est indépendante de celle portant sur les régions - un vin peut donc être étiqueté suivant le cépage dominant, même si les grappes utilisées proviennent de régions différentes.

Les rares vins réalisés à partir de Vitis labrusca peuvent cependant porter le nom d'un cépage composant au moins 51% du vin.

Millésimes

La réglementation américaine autorise l'apport de jusqu'à 5% de vin de cuvées précédentes dans un vin millésimé. L'étiquette doit cependant dans ce cas préciser une origine géographique autre qu'un pays.

Notes

  1. (en) Global Wine Report August 2006. Pages 7-9. [pdf]
  2. a  et b T. Stevenson, The Sotheby's Wine Encyclopedia, Fourth Edition, Dorling Kindersly, 2005. ISBN 0756613248.
  3. a , b , c  et d H. Johnson & J. Robinson, The World Atlas of Wine, Mitchell Beazley Publishing, 2005. ISBN 1840003324.
  4. a , b  et c J. Robinson, The Oxford Companion to Wine, Third Edition, Oxford University Press, 2006. ISBN 0198609906.
  5. a , b , c , d  et e George M. Taber, Judgment of Paris: California vs France and the Historic Paris Tasting that Revolutionized Wine, New York, Simon & Schuster, 2005. ISBN 0743297326.
  6. Pierre Galet, Dictionnaire encyclopédique des cépages, Hachette, 2000. ISBN 2-0123633-18.
  7. Rub Teiser & Catherine Harroun, Winemaking in California, McGraw-Hill Book Company, 1983. ISBN 0070634017.
  8. a , b , c , d  et e (en) Chiffres AC Nielsen, cités dans « Retail Sales: Highest Price Segments Show Strongest Growth », Wine Business Monthly, 15 février 2007.

Voir aussi

Commons-logo.svg

  • Portail de la vigne et du vin Portail de la vigne et du vin
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
Ce document provient de « Viticulture aux %C3%89tats-Unis ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Viticulture aux Etats-Unis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Viticulture aux états-unis — La viticulture aux États Unis existe depuis le XVIe siècle. Au XXIe siècle, il existe des productions vinicoles dans les cinquante États de l Union, la Californie en tête, suivie par l État de Washington, l Oregon et l État de New… …   Wikipédia en Français

  • Viticulture aux États-Unis — Vignoble de Los Corneros à Artesa La viticulture aux États Unis existe depuis le XVIe siècle. Au XXIe siècle, il existe des productions vinicoles dans les cinquante États de l Union, la Californie en tête, suivi …   Wikipédia en Français

  • Phylloxéra aux États-Unis — Phylloxéra (Daktulosphaira vitifoliae) Le phylloxéra aux États Unis, son pays d origine, a longtemps été considéré comme partie négligeable dans le dépérissement des vignobles. À tel point que, dans un État comme la Californie, une grande partie… …   Wikipédia en Français

  • Agriculture aux États-Unis — Photographie satellite de champs circulaires du Kansas caractéristiques de l irrigation à pivot central. L agriculture est un secteur clé de l économie des États Unis, le pays étant le 1er exportateur et le 2e importateur mondial. C est …   Wikipédia en Français

  • Agriculture Aux États-Unis — L agriculture est un secteur clé de l économie des États Unis. Sommaire 1 Histoire 2 Principaux produits 3 Voir aussi 3.1 Notes …   Wikipédia en Français

  • Agriculture aux Etats-Unis — Agriculture aux États Unis L agriculture est un secteur clé de l économie des États Unis. Sommaire 1 Histoire 2 Principaux produits 3 Voir aussi 3.1 Notes …   Wikipédia en Français

  • Agriculture aux états-unis — L agriculture est un secteur clé de l économie des États Unis. Sommaire 1 Histoire 2 Principaux produits 3 Voir aussi 3.1 Notes …   Wikipédia en Français

  • Viticulture par pays — Liste de régions viticoles Longtemps, la viticulture fut une spécialité de quelques pays dont l Italie, la France, l Allemagne, l Espagne, le Portugal et la Grèce mais aujourd hui, une cinquantaine de pays peuvent disputer à l Europe, le… …   Wikipédia en Français

  • Viticulture en france — La France étant l un des pays de l héritage latin le vin fait partie intégrante de sa culture. La façon dont la culture française s est investie dans l élaboration de ses vins lui a même valu la réputation internationale d être « le pays du… …   Wikipédia en Français

  • Viticulture en italie — Les Romains et avant eux les Étrusques cultivaient la vigne. Les Grecs avaient donné au territoire le surnom d Œnotria signifiant la terre du vin (appellation plus spécifique à la Calabre, alors colonie grecque). Le vignoble s étend dans toutes… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.