Neologisme

Néologisme

Un néologisme - du grec νέος : néos ("nouveau") et λόγος : lógos ("parole") - est le phénomène de création de nouveaux mots.

On distingue le néologisme objectif, naturel à la langue, qui est un nouveau lemme (ou la création d'un nouveau lemme) apparaissant dans le lexique d'une langue, construit (par dérivation (dont parasynthèse), dérivation impropre, mot composé, acronymie, abréviation, utilisation d'un mot-valise, etc.) et non hérité d'un état plus ancien de la langue ou emprunté d'une autre langue[1].

Il existe par ailleurs le néologisme subjectif, qui est le fait d'un auteur ou d'une personnalité, au contraire des mots hérités par la langue; on en fait alors une figure de style car il peut entrer de manière caractéristique dans la formation d'un style littéraire propre, comme dans celui de Louis-Ferdinand Céline ou de San Antonio.

Sommaire

Exemples

Certains de ces néologismes ont été créés de toute pièce par volonté de contrer l'utilisation de mots anglais ou étrangers, notamment dans le domaine informatique (par exemple courriel, tapuscrit, ...).

  • Adulescent, contraction de adulte et adolescent
  • Alunir, par changement du radical de atterrir sur la lune
  • Arobasque a fini par devenir un nom propre utilisé par de petites sociétés après avoir été un nom commun pour franciser arobase en relation avec arabesque
  • Autobus : mot-valise créé sur automobile et sur bus, ancienne désinence latine lexicalisée par métanalyse puis hypostase à partir d'omnibus. Le mot est maintenant lui aussi parfaitement lexicalisé et le suffixe bus permet de construire d'autres néologismes comme abribus (marque déposée)
  • Bouquineur, mot désignant le livre électronique ou kindle
  • Consom'action, néologisme qui exprime l'idée selon laquelle on peut "agir en consommant" ou "voter avec son caddie" en choisissant de consommer de façon citoyenne et non plus seulement de manière consumériste
  • Courriel, contraction de courrier électronique (dit aussi Mel pour message électronique) comme alternative à e-mail et à ses variantes
  • Dévédé, Cédérom sont des néologismes issus des acronymes informatiques (voir plus haut) des supports DVD et CDROM
  • e-commerce, pour le commerce consacré exclusivement à Internet ; le e (provenant de l'anglais electronic, qui signifie électronique) est ajouté à commerce, comme dans e-mail, « courrier électronique » (anglicisme), bien qu'il pourrait y avoir d'autres néologismes utilisant d'autres racines comme « télécommerce », où la racine grecque télé signifie loin, comme « cybercommerce », cybercafé, utilisant la racine grecque kubernân qui signifie gouverner.
  • Enfulte, contraction de enfant et adulte, néologisme qui exprime l'idée d'être un adulte responsable mais revendicant son côté enfant
  • Génologie, domaine de connaissance s'intéressant aux informations spécifiques aux gènes et à l'archivage des informations relatives à l'ADN. Composé sur les racines grecques "Génos" et "Logos".
  • Informatique : mot-valise créé à partir d'information et automatique. Le mot est maintenant parfaitement lexicalisé
  • Logiciel, Baladeur, VTT (Véhicule tout terrain) sont des néologismes créés par les commissions ministérielles de terminologie pour lutter contre le franglais
  • Pourriel, contraction de poubelle et courriel (ou de pourri et courriel) pour désigner du courrier électronique (souvent publicitaire) non sollicité et envahissant ; exemple : le spam
  • Tapuscrit désigne un texte qui n'est pas manuscrit mais tapé à la machine à écrire ou à l'ordinateur
  • Menaceur désigne une personne habituée à proférer des menaces

Définition

Définition linguistique : le néologisme objectif

Le néologisme est d'usage limité (à un jargon, un sociolecte, technolectes etc...). S'il se maintient dans le lexique (et n'est pas seulement un effet de mode), les locuteurs n'auront, au bout d'un temps variable, plus l'intuition de sa nouveauté. C'est quand le néologisme est acquis par un assez grand nombre de locuteurs qu'on peut dire qu'il est lexicalisé. Dans ce cas, il commence généralement par être admis par certains dictionnaires. Il convient de se rappeler que ceux-ci ne font que représenter l'usage : ce n'est pas parce qu'un dictionnaire accepte un néologisme que celui-ci est, ipso facto, lexicalisé mais l'inverse. L'emprunt de mots d'une langue vers une autre, de l'anglais au français par exemple (« mail », « internet », « parking » etc...) est une méthode de création naturelle de néologisme; le répertoire de la Délégation générale à la langue française en recense ainsi plus de 3 000 en 2008.

Définition stylistique : le néologisme subjectif

Dans un sens général, un néologisme est tout mot nouveau entré dans le lexique d'une langue. La plupart du temps cependant on réserve l'emploi de néologisme à la création et à l'utilisation d'un mot ou d'une expression qu'on vient de former à partir d'éléments déjà existants dans la langue elle-même. De nombreux néologismes apparaissent pour des raisons pratiques et perdent rapidement leur valeur de nouveauté. En littérature on utilise souvent des néologismes pour des considérations esthétiques, dans le cadre des mythopoeïa par exemple comme chez Henri Michaux[2] qui invente des mots aux qualités descriptives poétiques, comme: « endosque », « rague », « roupète », « pratèle ». Raymond Queneau, Boris Vian dans L'écume des jours, Alfred Jarry dans son Ubu forment de nombreux néologismes, ce qui aboutit à créer l'équivalent d'une langue parallèle.

Néologisme et société

Une langue est dite pure lorsque qu'elle ne possède ni doublon, ni mot ou phrasé inutile ou contre productif. La purification de la langue est nécessaire à l'efficacité optimale de la communication. Elle passe par le néologisme qui permet une cohésion du langage au fil du temps. Actuellement dans la langue française, comme dans bien d'autres langues, beaucoup de néologismes sont issus de l'anglais, souvent par calque. Une marque de fabrique, commerciale, ou de service peut n'être constituée que d'un simple dessin. Mais lorsque des lettres sont utilisées, la loi française interdit l'usage de termes usuels. Cela conduit à la création de néologismes. Le néologisme montre son utilité dans l'adaptation de la société aux besoins d'efficacité dans la communication. Un groupe utilise de nouveaux mots pour conceptualiser la perception humaine récente, le néologisme est alors vecteur et indice de progrès dans un domaine de connaissance ou de perception de la réalité.

En psychiatrie, le néologisme est une tendance linguistique qui consiste en l'utilisation immodérée et pathologique de mots nouveaux créés soit à partir de sons, soit par fusion de mots ou de fragments de mots usuels, et utilisé par un malade dans certains états délirants. Le psychiatre allemand Emil Kraepelin a ainsi étudié les troubles du langage intérieur dans le rêve, ce qu'il a nommé les les néologismes dans le rêve.

Notes et références

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « néologisme » sur le Wiktionnaire.

Figures proches

Figure mère Figure Fille
dérivation lexicale, néologie
Antonyme Paronyme Synonyme
jeu de mot, mot-valise

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

Bibliographie

  • (fr) H.France, Dictionnaire de la langue verte : archaïsmes, néologismes, locutions étrangères, patois, 1990 

Bibliographie des figures de style

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Les Belles Lettres, coll. « Bude Serie Latine », Paris, 1989, 392 p. (ISBN 2251012028) 
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique Françoise, A. Wechel, Paris, 1557 
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des diferens sens dans lesquels on peut prendre un mème mot dans une mème langue, Impr. de Delalain, 1816, 362 p..
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne
     
  • Pierre Fontanier, Les figures du discours, Flammarion, Paris, 1977 (ISBN 2080810154) 
  • Patrick Bacry, Les figures de style : et autres procédés stylistiques, Belin, coll. « Collection Sujets », Paris, 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8 (br.)) 
  • Bernard Dupriez, Gradus,les procédés littéraires, 10/18, coll. « Domaine français », Paris, 2003, 540 p. (ISBN 2264037091) 
  • Catherine Fromilhague, Les figures de style, Armand Colin, coll. « 128 Lettres », Paris, 2007 (ISBN 978-2-2003-5236-3) 
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui », Paris, 1996, 350 p. (ISBN 262531-3017-6) 
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Presses Universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires », Paris, 1998 (ISBN 2130493106) 
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Armand Colin, Paris, 2001, 16×24 cm, 228 p. (ISBN 9782200252397) 
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Presses Universitaires de France, coll. « Premier cycle », Paris, 1991, 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-13-043917-9) 
  • Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Honoré Champion, Hendrik, 2005, 533 p. (ISBN 978-2745313256) 


  • Portail de la linguistique Portail de la linguistique
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « N%C3%A9ologisme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Neologisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • néologisme — [ neɔlɔʒism ] n. m. • 1735; de néo et logisme 1 ♦ Vieilli et péj. Affectation de nouveauté dans la manière de s exprimer. 2 ♦ (1800) Mod. Emploi d un mot nouveau (soit créé, soit obtenu par dérivation, composition, troncation, siglaison, emprunt …   Encyclopédie Universelle

  • néologisme — NÉOLOGISME: La perte de la langue française …   Dictionnaire des idées reçues

  • Néologisme — Un néologisme du grec νέος : néos (« nouveau ») et λόγος : lógos (« parole ») est le phénomène de création de nouveaux mots. On distingue le néologisme objectif, naturel à la langue, qui est un nouveau lemme (ou la… …   Wikipédia en Français

  • néologisme — (né o lo ji sm ) s. m. 1°   Habitude et affectation de néologie. •   La lecture fut précédée de grands éclats de rire sur le néologisme de cette pièce, J. J. ROUSS. Prom. 9. •   Ils ne nous pardonneraient pas de nous exprimer froidement sur l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • NÉOLOGISME — s. m. Habitude d employer des termes nouveaux, ou de donner aux mots reçus des significations différentes de celles qui sont en usage. Il ne se prend qu en mauvaise part. La néologie est un art, le néologisme est un abus. La manie du néologisme …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • NÉOLOGISME — n. m. Mot nouveau ou mot détourné de sa signification ordinaire. L’abus du néologisme. Son style est plein de néologismes …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • neologisme — neoulougisme m. néologisme …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • néologisme — См. neologismo …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • neologisme — ne|o|lo|gis|me Mot Pla Nom masculí …   Diccionari Català-Català

  • Neologisme — Sproglig nydannelse …   Danske encyklopædi

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”