Quintilien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quintilien (homonymie).
Statue de Quintilien à Calahorra en Espagne.

Quintilien (en latin Marcus Fabius Quintilianus) est un rhéteur et pédagogue latin du Ier siècle après J.-C.

Sommaire

Biographie

Quintilien est né en 42 ap. J.-C., à Calagurris Nassica (aujourd'hui Calahorra), près de Logroño, dans la province romaine de Tarraconaise en Espagne. Le jeune Quintilien fait ses premières études à Rome où son père exerce la profession de rhéteur ou d'avocat. Il y acquiert une culture générale complète en suivant les leçons de Palémon pour la littérature et de Domitius Afer et Servilius Nonianus pour l'éloquence. Membre du barreau de Rome pendant quelques années, il regagne l'Espagne en 61 avec Galba que Néron vient de nommer gouverneur de la province de Tarraconaise. Pendant sept ans, il y est professeur d'éloquence et avocat. Il rentre à Rome en 68, après l'assassinat de Néron, lorsque Galba est nommé empereur : il y exercera la double profession de rhéteur et d'avocat pendant vingt ans[1].

Lorsque Vespasien accède au pouvoir en l'an 69, il décide de promouvoir au sein du pays un enseignement officiel. Son choix se porte alors naturellement sur Quintilien qui devient, en quelque sorte, le premier professeur de l'instruction publique romaine. Il ouvre une école de rhétorique qui va devenir parmi les plus courues de la capitale, rassemblant les fils de bonnes familles. Il touche environ 100 000 sesterces par an. Homme de confiance et ami de Pline l'Ancien, il compte, parmi ses élèves, Pline le Jeune, les neveux de Domitien, les petits-fils de l'impératrice Domitilla, peut-être même Tacite[2].

Après vingt années d'enseignement, il se retire de la vie publique en 89 après avoir obtenu plusieurs distinctions : les ornamenta consularia et le laticlave (bande pourpre qui ornait la tunique des nobles romains). La fin de sa vie est marquée par une série de drames familiaux : en 89, il perd sa femme âgée de 19 ans ; en 90, il perd son premier fils âgé de cinq ans ; en 95, il perd son second fils âgé de dix ans.

Peu avant de mourir, Quintilien fait paraître sa plus grande œuvre : De institutione oratoria. Il meurt probablement peu après l'assassinat de l'empereur Domitien en 95.

L’Institution oratoire

Un petit opuscule de Quintilien, intitulé Sur les causes de la corruption de l'éloquence (De causis corruptæ eloquentiæ), est perdu. On a voulu l'identifier, à tort, avec le Dialogus de oratoribus de Tacite.

Son œuvre la plus importante reste le De institutione oratoria, qu'on traduit souvent par Institution oratoire, au sens humaniste du terme, c'est-à-dire Au sujet de la formation de l'orateur. L'œuvre compte 12 livres qui nous sont intégralement parvenus.

Si, dans les deux premiers livres, Quintilien donne une idée du parcours que doit suivre un enfant - surtout l'enfant de riches citoyens qui ont le moyen de payer un grammaticus - pour être formé à l'art oratoire, c'est dans son troisième livre qu'il décrit, de façon théorique, les cinq actes qui, selon lui, caractérisent cet art oratoire :

  • inventio (« l'invention ») : trouver quoi dire.
  • dispositio (« la disposition ») : savoir organiser ce qu'on va dire.
  • elocutio (« l'élocution ») : choisir la façon pour le dire.
  • actio (« l'action ») : savoir allier la parole et le geste.
  • memoria (« la mémoire ») : retenir ce qu'on doit dire.

Quintilien achève ce livre par la description des trois genres caractéristiques de l'éloquence, description qu'il emprunte à l'œuvre d'Aristote, Poétique et rhétorique :

  • genre judiciaire
  • genre démonstratif ou épidictique
  • genre délibératif ou sumbouleutique

Le quatrième livre aborde les parties du discours, c'est-à-dire l'exorde (le début ou préambule), puis en particulier la narration, puis aussi plus rapidement la digression, la proposition et la division, ce qui correspond aux parties traditionnellement distinguées dans les manuels rhétoriques de l'époque[3].

Un vers prétendument attribué à Quintilien est resté célèbre : Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando : « Qui, quoi, où, avec quels moyens, pourquoi, comment, quand ? » Ce principe, aussi appelé « QQOQCP » renferme ce qu'on appelle en rhétorique les circonstances : la personne, le fait, le lieu, les moyens, les motifs, la manière et le temps. Quintilien a en effet disserté sur ces loci argumentorum, mais ne les a jamais mis sous forme de questions[4].

Pseudo-Quintilien

Un recueil de déclamations a été faussement attribué à Quintilien : ce recueil correspond à des exercices d'école. On y trouve un résumé, un canevas et un développement. On dénombre 19 declamationes maiores et 145 declamationes minores.

Éditions

  • De l'Institution oratoire. Tome 1, Livre I ; éd. et tr. Jean Cousin. Paris : les Belles Lettres, 1975. (Collection des Universités de France). cxxvi-296p. (ISBN 2-251-01202-8).
  • De l'Institution oratoire. Tome 2, Livre II ; éd. et tr. Jean Cousin. Paris : les Belles Lettres, 1976. 3e tirage revu et corrigé par Guy Achard. (Collection des Universités de France). 456p. (ISBN 2-251-01203-6).
  • De l'Institution oratoire. Tome 3, Livres IV-V ; éd. et tr. Jean Cousin. Paris : les Belles Lettres, 1976. (Collection des Universités de France). 441p. (ISBN 2-251-01204-4).
  • De l'Institution oratoire. Tome 4, Livres VI-VII ; éd. et tr. Jean Cousin. Paris : les Belles Lettres, 1976. (Collection des Universités de France). xxxii-390p. (ISBN 2-251-01205-2).
  • De l'Institution oratoire. Tome 5, Livres VIII -IX ; éd. et tr. Jean Cousin. Paris : les Belles Lettres, 1978. (Collection des Universités de France). 534p. (ISBN 2-251-01206-0).
  • De l'Institution oratoire. Tome 6, Livres X-XI ; éd. et tr. Jean Cousin. Paris : les Belles Lettres, 1979. (Collection des Universités de France). 549p. (ISBN 2-251-01310-5).
  • De l'Institution oratoire. Tome 7, Livre XII ; éd. et tr. Jean Cousin. Paris : les Belles Lettres, 1980. (Collection des Universités de France). 396p. (ISBN 2-251-01311-3).

Références

  1. Préf. de l'éd. Panckoucke, p. II.
  2. Ibid., pp. III-IV.
  3. Voir la « Notice » de Jean Cousin dans son édition de l'Institution oratoire, livres IV et V.
  4. D. W. Robertson, Jr., "A Note on the Classical Origin of 'Circumstances' in the Medieval Confessional", Studies in Philology 43:1:6-14 (January 1946). at JSTOR.

Bibliographie

  • Insitution oratoire de Quintilien, traduit par C.V. Ouizille, Paris, Panckoucke, 1829 - Google Livres.
  • Quintilien ancien et moderne. Études réunies, P. Galand, F. Hallyn, C. Lévy, W. Verbaal, Turnhout 2010, Brepols Publishers. (ISBN 978-2-503-52865-6).

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Quintilien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • QUINTILIEN — QUINTILIEN, lat. MARCUS FABIUS QUINTILIANUS (30 96) Marcus Fabius Quintilianus est né à Calagurris (Calahorra) en Espagne. Fils de rhéteur, il fait ses études à Rome, où il reviendra se fixer après un séjour en Espagne de 60 à 69. Avocat en vue,… …   Encyclopédie Universelle

  • Quintilien — Provenance. Vient du latin quintus Signifie : le cinquième Se fête le 31 octobre. Histoire. A Rome, ce prénom se donnait à la naissance du cinquième enfant. Saint Quentin a vécu au IIIème siècle. Il est issu d une famille noble de Rome. Il vint… …   Dictionnaire des prénoms français, arabes et bretons

  • Quintilien (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Quintilien est un nom propre qui peut désigner : Sommaire 1 Prénom et patronyme 2 Saints chrétiens …   Wikipédia en Français

  • Aristide Quintilien — fut un musicologue grec, probablement du IIIe siècle après J. C.. Il a laissé un traité, De la musique, inséré par Marcus Meibom, dans sa collection des Antiquae musicae auctores septem (Amsterdam 1652). C est le dernier ouvrage à traiter de …   Wikipédia en Français

  • Hexamètre Mnémotechnique de Quintilien — QQOQCCP La méthode QQOQCCP (Qui fait Quoi ?, Où ? Quand ? Comment ? Combien ? et Pourquoi) permet la collecte exhaustive et rigoureuse de données précises en adoptant une démarche d analyse critique constructive basée sur …   Wikipédia en Français

  • Langage politique — Rhétorique Pour les articles homonymes, voir Rhétorique (homonymie). Démosthène s exerçant à la parole, toile de Jean Jules Antoine Lecomte du No …   Wikipédia en Français

  • Rhetorique — Rhétorique Pour les articles homonymes, voir Rhétorique (homonymie). Démosthène s exerçant à la parole, toile de Jean Jules Antoine Lecomte du No …   Wikipédia en Français

  • Rhétorique — Pour les articles homonymes, voir Rhétorique (homonymie). Démosthène s exerçant à la parole, toile de Jean Jules Antoine Lecomte du Nouy (1842 1923). La rhétoriqu …   Wikipédia en Français

  • Rhétorique politicienne — Rhétorique Pour les articles homonymes, voir Rhétorique (homonymie). Démosthène s exerçant à la parole, toile de Jean Jules Antoine Lecomte du No …   Wikipédia en Français

  • Réthorique — Rhétorique Pour les articles homonymes, voir Rhétorique (homonymie). Démosthène s exerçant à la parole, toile de Jean Jules Antoine Lecomte du No …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”