Aposiopese

Aposiopèse

L'aposiopèse, du grec aposiopesis ("silence brusque", du verbe "se taire") est une figure de style qui consiste à suspendre le sens d'une phrase en laissant au lecteur le soin de la compléter. L'aposiopèse révèle une émotion ou une allusion se traduisant par une rupture immédiate du discours. L'aposiopèse est une ellipse proche de la réticence et de la suspension.

Sommaire

Exemples

  • le Quos ego de Neptune dans L’Enéide de Virgile où le dieu grec de la mer discourt avec les vents :
« Osez-vous, sans ma permission, ô vous, bouleverser le ciel et la terre et soulever de telles masses ? J’ai envie de vous... ! Mais il faut d’abord apaiser les flots déchaînés… »

— Virgile, Chant I, vers 133-135

« Tu vas ouïr le comble des horreurs.

J'aime... À ce nom fatal, je tremble, je frissonne.

J'aime... »
« Moi, qui mourrais le jour qu'on voudrait m'interdire
De vous... »
« A mon arrivée au logis, Pauline m'interrompit en disant: - Si vous n'avez pas de monnaie... »
  • L'asence volontairement excessive de ponctuations, dans ce passage de La Bataille de Pharsale où le discours, qui se voudrait hyperréaliste, se perd dans la juxtaposition elle aussi excessive d'images érotiques évoquées elles-même à travers d'autres images, et par là-même parvient à démontrer l'obscénité de la situation, dans sa terminaison brutale par l'aposiopèse des points de suspension, juste au moment d'évoquer le ressenti effectif du narrateur dissimulé dans un je/moi furtif, laissant lecteur le soin de reconstituer actions, sujets et objets :
« La peau tirée en arrière formant comme une couronne plissée rose vif au-dessous du bourrelet du gland découvert brillant de salive quand elle recule sa bouche oreille qui peut voir dents blanches entre les lèvres humides brillantes elles aussi de la même salive je souffrais comme... »

— Claude Simon, La Bataille de Pharsale. Paris, éd. Minuit, 1969, p.46

Définition

Définition linguistique

L'aposiopèse est une brusque interruption du récit qui se signale par une typographie et une ponctuation spécifique (comme l'usage trop fréquent des points de suspension, voire aussi l'absence de ponctuation comme les virgules délimitant les clauses signifiantes que le lecteur doit reconstituer pour tenter de trouver un sens au discours parmi plusieurs possibles, et même parfois aussi les points, comme si l'auteur ne voulait jamais terminer aucune phrase, et où le lecteur doit en chercher lui-même la fin).

Le discours semble alors suspendu et au récepteur d'en terminer la logique. Ce marquage formel en fait un synonyme des figures de la suspension et de la réticence (d'ailleurs l'aposiopèse a comme nom en rhétorique latine: reticencia) mais les différences sémantiques existent néanmoins. Par ailleurs, l'aposiopèse est une ellipse de construction : elle passe sous silence un fragment de phrase.

Genres concernés

Le genre dramatique utilise beaucoup l'aposiopèse, Molière notamment, à des fins comiques comme dans L'École des femmes où il fait hésiter Agnès à dévoiler les ressorts de sa conduite à Arnolphe avec un jeune inconnu qui lui a rendu visite. Ici les aposiopèses matérialisées par des points de suspension dans les tirades d'Agnès font corps avec des stichomythies formant un dialogue alternant sur l'un et l'autre des personnages à effet comique :

Dans le roman ou la poésie, l'aposiopèse convient particulièrement au monologue intérieur et aux sous-conversations selon le mot de Marguerite Duras : ces fragments de pensée du personnage incluses à la narration.Pour D. Bergez, V. Géraud et J.-J. Robrieux, dans leur Vocabulaire de l’analyse littéraire « l'aposiopèse institue une sorte de connivence entre auteur et narrateur et lecteur, et qui s’applique souvent aux dialogues et aux monologues intérieurs » comme chez Claude Simon dans La Route des Flandres.

Historique de la notion

Vital Gadbois in Georges Mounin : Dictionnaire de la linguistique distingue l'aposiopèse de la figure de style dite de la suspension qui, contrairement à celle qui nous intéresse n’interrompt pas mais retarde, rejette vers la fin de l’énoncé l’apparition d’une partie essentielle à la compréhension de ce dernier. Gadbois fait bien plutôt de l’aposiopèse un synonyme de la figure nommée réticence.

Figures proches

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « aposiopèse » sur le Wiktionnaire.

Liens externes

Bibliographie

  • Georges Mounin, Dictionnaire de la linguistique, Paris : P.U.F., 1974
  • D. Bergez, V. Géraud et J.-J. Robrieux, Vocabulaire de l’analyse littéraire, Paris : Dunod, 1994)

Bibliographie des figures de style

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Les Belles Lettres, coll. « Bude Serie Latine », Paris, 1989, 392 p. (ISBN 2251012028) 
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique Françoise, A. Wechel, Paris, 1557 
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des diferens sens dans lesquels on peut prendre un mème mot dans une mème langue, Impr. de Delalain, 1816, 362 p..
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne
     
  • Pierre Fontanier, Les figures du discours, Flammarion, Paris, 1977 (ISBN 2080810154) 
  • Patrick Bacry, Les figures de style : et autres procédés stylistiques, Belin, coll. « Collection Sujets », Paris, 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8 (br.)) 
  • Bernard Dupriez, Gradus,les procédés littéraires, 10/18, coll. « Domaine français », Paris, 2003, 540 p. (ISBN 2264037091) 
  • Catherine Fromilhague, Les figures de style, Armand Colin, coll. « 128 Lettres », Paris, 2007 (ISBN 978-2-2003-5236-3) 
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui », Paris, 1996, 350 p. (ISBN 262531-3017-6) 
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Presses Universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires », Paris, 1998 (ISBN 2130493106) 
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Armand Colin, Paris, 2001, 16×24 cm, 228 p. (ISBN 9782200252397) 
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Presses Universitaires de France, coll. « Premier cycle », Paris, 1991, 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-13-043917-9) 
  • Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Honoré Champion, Hendrik, 2005, 533 p. (ISBN 978-2745313256) 


  • Portail de la linguistique Portail de la linguistique
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Aposiop%C3%A8se ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aposiopese de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aposiopèse — [ apozjɔpɛz ] n. f. • 1566; lat. aposiopesis, mot gr. ♦ Rhét. Interruption brusque d une construction, traduisant une émotion, une hésitation, une menace. ⇒ réticence. ● aposiopèse nom féminin (grec aposiôpêsis, réticence) Interruption d une… …   Encyclopédie Universelle

  • Aposiopese —   [griechisch »das Verstummen«] die, / n, Stilistik:das bewusste Abbrechen der Rede oder eines begonnenen Gedankens zur Ausdruckssteigerung, z. B. »Ich will euch. ..!« (lateinisch »Quos ego!«, Vergil, Aeneis I, 135). * * * Apo|si|o|pe|se, die; ,… …   Universal-Lexikon

  • aposiopese — s. f. Reticência ou interrupção intencional no discurso.   ‣ Etimologia: grego aposiópesis …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Aposiopèse — L aposiopèse, du grec aposiopesis (« silence brusque », du verbe « se taire ») est une figure de style qui consiste à suspendre le sens d une phrase en laissant au lecteur le soin de la compléter. L aposiopèse révèle une… …   Wikipédia en Français

  • Aposiopese — Die Aposiopese (vom griechischen aposiopao, „abbrechen“, „verstummen“, lateinisch reticentia) ist als Sonderform der Ellipse (phatische Ellipse) eine rhetorische Figur, bei der ein Satz abgebrochen wird, bevor er beendet ist, und der letzte Teil… …   Deutsch Wikipedia

  • aposiopèse — См. aposiopesi …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • Aposiopese — См. aposiopesi …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • aposiopèse — (a po si o pê z ) s. f. Figure de rhétorique. Synonyme de réticence. ÉTYMOLOGIE    Terme composé d une préposition grecque et du verbe grec exprimant se taire …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Aposiopese — A|po|si|o|pe|se 〈f.; Gen.: , Pl.: n; Rhet.〉 Stilmittel, bei dem der Satz nicht beendet u. dem Hörer die Vollendung überlassen wird, z. B. dir werde ich gleich … [Etym.: <grch. aposiopesis; zu aposiopan »verstummen«] …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • Aposiopese — Apo|si|o|pe|se die; , n <über spätlat. aposiopesis aus gr. aposio̅pēsis »das Verstummen« zu aposiōpãn »verstummen«> bewusster Abbruch der Rede od. eines begonnenen Gedankens vor der entscheidenden Aussage, z. B. Hol dich doch...! (Rhet.;… …   Das große Fremdwörterbuch

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”