Archives des élections présidentielles en France sous la Vème République

Élections présidentielles sous la Cinquième République

France
Flag of France.svg

Cet article fait partie de la série sur la
politique de la France,
sous-série sur la politique.

Pouvoir exécutif

Pouvoir législatif

Collectivités territoriales

Élections

Partis politiques

Divers

 v · d · m 

Portail politique - Portail national

Sommaire

Élection présidentielle de 1958

Tenue le 21 décembre 1958.

L'élection présidentielle française de 1958 fut la première élection présidentielle à avoir eu lieu en France après l'adoption de la Cinquième République. Elle fut aussi la première (et la dernière) à se dérouler au suffrage indirect.

Conformément au texte initial de la constitution, le président fut élu par un collège électoral de 81 764 grands électeurs composé des parlementaires, des conseillers généraux et de représentants des conseils municipaux. Charles de Gaulle, alors grand favori, est élu dès le premier tour.

Premier tour
le 21 décembre 1958
Voix Inscrits Votants
Votants 81 290 99,42% 100,00 %
   suffrages exprimés 79 470 97,19% 97,76%
   votes blancs ou nuls 1 820 2,23% 2,24%
Abstention 474 0,58% -
Grands électeurs 81 764 100,00% -
 
Voix Inscrits Votants Exprimés
UNR Charles de Gaulle 62 394 76,31% 76,75% 78,51%
PCF Georges Marrane 10 355 12,66% 12,74% 13,03%
UFD Albert Châtelet 6 721 8,22% 8,27% 8,46%
Total 79 470 97,19% 97,76% 100,00%
 
Légende :
UNR : Union pour la nouvelle République
PCF : Parti communiste français
UFD : Union des forces démocratiques.
Sources : Site officiel du Conseil Constitutionnel

Élection présidentielle de 1965

Cette élection est la deuxième à avoir lieu sous la Cinquième République. Elle s'est déroulée au suffrage universel direct, conformément au référendum d'octobre 1962. Le président sortant, Charles de Gaulle, alors au sommet de sa popularité, est mis en ballottage, à la surprise générale, et alors que tous les observateurs s'attendaient à son élection dès le premier tour, par François Mitterrand, candidat unique de la gauche. Axée sur l’Europe et les relations internationales ainsi que sur l’armement nucléaire (François Mitterrand insistant sur le fait que 20 bombes atomiques dernier modèle peuvent détruire la France en 12 minutes), la campagne pour le second tour, au sein de laquelle la télévision occupe une place très importante, pose les fondations du duel droite/gauche qui deviendra récurrent lors des élections à venir. De Gaulle est finalement réélu avec une large avance.

Premier tour
le 5 décembre 1965
Second tour
le 19 décembre 1965
Voix Inscrits Votants Voix Inscrits Votants
Votants 24 502 916 84,75% 100,00% 24 371 647 84,32% 100,00%
   suffrages exprimés 24 254 556 83,90% 98,99% 23 703 434 82,01% 97,26%
   bulletins blancs ou nuls 248 360 0,85% 1,01% 668 213 2,31% 2,74%
Abstention 4 407 665 15,25% - 4 531 057 15,68% -
Inscrits 28 910 581 100,00% - 28 902 704 100,00% -
 
Voix Inscrits Votants Exprimés Voix Inscrits Votants Exprimés
UNR-UDT Charles de Gaulle 10 828 521 37,46% 44,19% 44,65% 13 083 699 45,27% 53,68% 55,20%
CIR François Mitterrand 7 694 005 26,61% 31,40% 31,72% 10 619 735 36,74% 43,57% 44,80%
MRP Jean Lecanuet 3 777 120 13,06% 15,41% 15,57%
IND-EXD Jean-Louis Tixier-Vignancour 1 260 208 4,36% 5,14% 5,20%
PLE Pierre Marcilhacy 415 017 1,44% 1,69% 1,71%
IND-G Marcel Barbu 279 685 0,97% 1,14% 1,15%
Total 24 254 556 83,90% 98,99% 100,00% 23 703 434 82,01% 97,26% 100,00%
 

UNR-UDT : Union pour la nouvelle République - Union démocratique du travail
CIR : Convention des institutions républicaines, investi par la SFIO, soutenu par le PCF, le Parti Radical et le PSU
MRP : Mouvement républicain populaire, soutenu par le Centre national des indépendants et paysans
PLE : Parti libéral européen. (-EXD : extrême-droite ; -D : droite ; -C : centre ; -G : gauche ; -EXG : extrême-gauche)

Sources : Site officiel du Conseil Constitutionnel : Premier tour Second tour

Élection présidentielle de 1969

Cette élection anticipée a eu lieu suite à la démission du président Charles de Gaulle provoquée par le rejet d'un référendum portant sur le transfert de certains pouvoirs aux régions et la transformation du Sénat. Malgré les efforts du Parti communiste en ce sens, la gauche, suite aux refus de Gaston Defferre et de Michel Rocard de participer à une coalition, ne peut pas se lancer unie dans la course à l'Élysée. Bien que Jacques Duclos (PCF) manque de le devancer, c'est le président du Sénat et président de la République par intérim Alain Poher qui accède au second tour face à l'ex premier ministre Georges Pompidou, alors grand favori et soutenu par plusieurs organisations de droite, parmi lesquelles les Républicains Indépendants de Valéry Giscard d'Estaing. Si les socialistes se résignent à soutenir Poher, Duclos refuse d'appeler à voter pour "bonnet blanc ou blanc bonnet" au second tour. Pompidou est finalement élu avec une très large avance.

Premier tour 1er juin 1969

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 29 513 361 100,00
Abstentions   6 614 401 22,41
Votants 22 898 960 77,59
Blancs ou nuls     295 036 1,29
Exprimés 22 603 998 98,71
Majorité absolue 11 301 962

Candidat % Suffrages
Georges Pompidou (Union des démocrates pour la République, soutenu par les Républicains indépendants) 44,47% 10 051 816
Alain Poher (Centre démocrate) 23,31% 5 268 651
Jacques Duclos (Parti communiste français) 21,27% 4 808 285
Gaston Defferre (Section française de l'Internationale ouvrière) 05,01% 1 133 222
Michel Rocard (Parti socialiste unifié) 03,61% 816 471
Louis Ducatel (Radical-socialiste indépendant) 01,27% 286 447
Alain Krivine (Ligue communiste) 01,06% 239 106

Second tour le 15 juin 1969

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 29 500 334 100,00
Abstentions   9 189 047 31,15
Votants 20 311 287 68,85
Blancs ou nuls   1 303 798 6,42
Exprimés 19 007 489 93,58

Georges Pompidou (UDR) 58,21% 11 064 371
Alain Poher (CD) 41,79%   7 943 118


Source: http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/1969/699.htm

Élection présidentielle de 1974

Cette élection anticipée a eu lieu suite à la mort du président Georges Pompidou en cours de mandat. Deux grands favoris émergent rapidement : François Mitterrand, à la tête d'une redoutable coalition de gauche, obtient un score impressionnant au premier tour, loin devant Valéry Giscard d'Estaing, qui distance lui-même sans la moindre difficulté Jacques Chaban-Delmas. Une foule de petits candidats se partagent les voix restantes, et, parmi eux, la première femme (Arlette Laguiller) candidate à l'élection présidentielle. Pour la première fois, la droite gaulliste n'est pas représentée au second tour. Au terme d'une campagne animée, marquée par un débat télévisé très serré (on doit notamment à Mitterrand ce reproche fait à Giscard d'Estaing de ne pas avoir su rassembler la droite, et à Giscard d'Estaing cette phrase devenue célèbre : « vous n'avez pas le monopole du cœur »), Valéry Giscard d'Estaing l'emporte face à François Mitterrand avec une très courte avance.

Premier tour, le 5 mai 1974

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 30 602 953 100,00
Abstentions   4 827 210 15,77
Votants 25 775 743 84,23
Blancs ou nuls     237 107 0,92
Exprimés 25 538 636 99,08
Majorité absolue 12 769 319

Candidat % Suffrages
François Mitterrand (Parti socialiste, soutenu par le PCF et le MRG) 43,25% 11 044 373
Valéry Giscard d'Estaing (RI, soutenu par le Centre démocrate et le Centre républicain) 32,60% 8 326 774
Jacques Chaban-Delmas (Union des démocrates pour la République, soutenu par le CDP) 13,60% 3 857 728
Jean Royer (Divers droite conservatrice) 03,22% 810 540
Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) 02,33% 595 247
René Dumont (Écologiste) 01,32% 337 800
Jean-Marie Le Pen (Front national) 0,75% 190 921
Émile Muller (Mouvement démocrate-socialiste de France) 0,69% 176 279
Alain Krivine (Front communiste révolutionnaire) 0,37% 93 990
Bertrand Renouvin (Nouvelle Action royaliste) 0,17% 43 722
Jean-Claude Sebag (Mouvement fédéraliste européen) 0,16% 42 007
Guy Héraud (Parti fédéraliste européen) 0,08% 19 255

Second tour, le 19 mai 1974

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 30 600 775 100,00
Abstentions   3 876 180 12,67
Votants 26 724 595 87,33
Blancs ou nuls     356 786 1,34
Exprimés 26 367 807 98,66

Valéry Giscard d'Estaing (RI) 50,81% 13 396 203
François Mitterrand (PS) 49,19% 12 971 604


Élection présidentielle de 1981

Cette élection a lieu, pour la première fois, dans des conditions « normales », au terme du septennat du président Valéry Giscard d'Estaing. Le président sortant arrive en tête au premier tour, et François Mitterrand se présente à nouveau malgré l'opposition d'une partie du PS qui le trouve trop agé et lui préfère Michel Rocard. La droite gaulliste, divisée, connaît un nouveau souffle en la personne de Jacques Chirac, mais ce n'est pas suffisant pour devancer Mitterrand (et ce malgré le fait qu'il ne soit cette fois ci soutenu ni par les communistes, ni par les radicaux de gauche), et le second tour voit à nouveaux les deux mêmes personnalités s'affronter au terme de débats passionnés prônant le libéralisme tempéré d'un côté et un État interventionniste de l'autre. Finalement François Mitterrand l'emporte avec une nette avance. Il est le premier président de gauche de la Ve République. Cette élection voit aussi la mort électorale du PCF, qui obtient son dernier gros score avec la candidature de Georges Marchais, ainsi que la fin des grandes coalitions de gauche et de droite. On retient également la candidature de l'humoriste Coluche, qui se rangeait sous une couleur apolitique.

Depuis 1976, le nombre de parrainage d'élus pour pouvoir être candidat à l'élection présidentielle a été porté à 500.

Premier tour le 26 avril 1981

Source : déclaration du Conseil constitutionnel relative au premier tour du scrutin, 29 avril 1981 (30 avril et rectificatif le 8 mai 1981)[1]

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 36 398 859 100,00
Abstentions 6 882 777 18,91
Votants 29 516 082 81,09
Blancs ou nuls 477 965 1,62
Exprimés 29 038 117 98,38
Majorité absolue 14 519 059

Candidat % des exprimés Suffrages
Valéry Giscard d'Estaing (Union pour la démocratie française) 28,32 8 222 432
François Mitterrand (Parti socialiste) 25,85 7 505 960
Jacques Chirac (Rassemblement pour la République, soutenu par le Centre national des indépendants et paysans) 18,00 5 225 848
Georges Marchais (Parti communiste français) 15,35 4 456 922
Brice Lalonde (Mouvement d'écologie politique) 3,88 1 126 254
Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) 2,30 668 057
Michel Crépeau (Mouvement des radicaux de gauche) 2,21 642 847
Michel Debré (Divers droite gaulliste) 1,66 481 821
Marie-France Garaud (Divers droite gaulliste) 1,33 386 623
Huguette Bouchardeau (Parti socialiste unifié) 1,10 321 353

Second tour le 10 mai 1981

Source : proclamation du Conseil constitutionnel relative aux résultats de l'élection, 15 mai 1981 (Journal officiel du 16 mai 1981)[1]

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 36 398 762 100,00
Abstentions 5 149 210 14,14
Votants 31 249 552 85,85
Blancs ou nuls 898 984 2,88
Exprimés 30 350 568 97,12

François Mitterrand (PS) 51,76 % 15 708 262
Valéry Giscard d'Estaing (UDF) 48,24 % 14 642 306


Élection présidentielle de 1988

Cette élection a lieu au terme du premier mandat du président François Mitterrand. Alors très populaire, le candidat socialiste obtient un score important dès le premier tour. Bien que Raymond Barre soit donné favori par les sondages, c'est Jacques Chirac qui franchit le premier tour, devant le candidat de l'UDF, lui-même suivi par Jean-Marie Le Pen qui obtient un score jusque-là sans précédent pour un parti d'extrême droite. L'abstention, quant à elle, ne cesse d'augmenter d'un scrutin à l'autre. François Mitterrand est finalement réélu face à Jacques Chirac avec une importante marge d'avance.

Premier tour le 24 avril 1988

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 38 128 507 100,00
Abstentions   7 100 535 18,65
Votants 31 027 972 81,35
Blancs ou nuls     621 934 2,00
Exprimés 30 436 744 98,00
Majorité absolue 15 203 020

Candidat % Suffrages
François Mitterrand (Parti socialiste) 34,11% 10 381 332
Jacques Chirac (Rassemblement pour la République, soutenu par le Centre national des indépendants et paysans) 19,96% 6 075 160
Raymond Barre (Union pour la démocratie française) 16,54% 5 035 144
Jean-Marie Le Pen (Front national) 14,38% 4 376 742
André Lajoinie (Parti communiste français) 6,76% 2 056 261
Antoine Waechter (Les Verts) 3,78% 1 149 897
Pierre Juquin (Communiste rénovateur, soutenu par le Parti socialiste unifié et la Ligue communiste révolutionnaire) 2,10% 639 133
Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) 1,99% 606 201
Pierre Boussel (Mouvement pour un parti des travailleurs) 0,38% 116 874

Second tour le 8 mai 1988

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 38 168 869 100,00
Abstentions   6 083 798 15,65
Votants 32 085 071 84,35
Blancs ou nuls   1 161 822 3,62
Exprimés 30 923 249 96,38

François Mitterrand (PS) 54,02% 16 704 279
Jacques Chirac (RPR) 45,98% 14 218 970


Élection présidentielle de 1995

Cette élection a lieu au terme du second septennat du président François Mitterrand. La droite, et tout particulièrement le RPR, est alors partagée entre deux candidats : Jacques Chirac et Édouard Balladur. Balladur est alors donné grand favori par les sondages (une victoire au premier tour est un instant envisagée), et tout le monde s'attend à assister à un second tour Chirac-Balladur. C'était sous-estimer le candidat socialiste, Lionel Jospin, qui obtient finalement le meilleur score au premier tour. Édouard Balladur est éliminé et Jacques Chirac est élu face à Lionel Jospin, ramenant au pouvoir la droite gaulliste…

Premier tour le 23 avril 1995

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 39 992 912 100,00
Abstentions   8 647 118 21,62
Votants 31 345 794 78,38
Blancs ou nuls     883 161 2,82
Exprimés 30 462 633 97,18
Majorité absolue 15 231 317

Candidat % Suffrages
Lionel Jospin (Parti socialiste, soutenu par le Parti radical de gauche) 23,30 % 7 098 191
Jacques Chirac (Rassemblement pour la République) 21,00% 6 348 696
Édouard Balladur (dissident du Rassemblement pour la République, investi par l'Union pour la démocratie française) 18,58 % 5 658 996
Jean-Marie Le Pen (Front national) 15,10 % 4 571 138
Robert Hue (Parti communiste français) 08,64 % 2 632 936
Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) 05,30% 1 615 653
Philippe de Villiers (Mouvement pour la France) 04,74 % 1 443 235
Dominique Voynet (Les Verts) 03,97 % 1 010 738
Jacques Cheminade (Parti ouvrier européen) 00,28% 84 969

Second tour le 7 mai 1995

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 39 976 944 100,00
Abstentions   8 131 125 20,34
Votants 31 845 819 79,66
Blancs ou nuls   1 902 148 5,97
Exprimés 29 943 671 94,03

Jacques Chirac (RPR) 52,64% 15 763 027
Lionel Jospin (PS) 47,36% 14 180 644


Élection présidentielle de 2002

Cette élection est marquée par un nombre record de 16 candidats au premier tour, ainsi que par un taux d'abstentionnisme élevé (frôlant les 30%, non loin du record du second tour de 1969). Le Parti socialiste est alors victime des divisions à gauche, et Lionel Jospin est devancé par le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen. Au terme de manifestations de grande ampleur appelant à voter en faveur de Jacques Chirac, ce dernier écrase le candidat d'extrême droite au second tour avec plus de 82% des suffrages. Le premier ministre Lionel Jospin annonce, dès le soir du premier tour, sa décision de se retirer de la vie politique française après la fin de l'élection présidentielle.

Premier tour, le 21 avril 2002

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 41 197 964 100,00
Abstentions 11 700 076 28,40
Votants 29 497 888 71,60
Blancs ou nuls 998 401 3,38
Exprimés 28 499 487 96,62
Majorité absolue 14 249 744

Candidat % Suffrages
Jacques Chirac (Rassemblement pour la République, soutenu par le Parti radical valoisien, le Parti populaire pour la démocratie française et de nombreux dissidents de l'Union pour la démocratie française) 19,88 % 5 666 021
Jean-Marie Le Pen (Front national) 16,86 % 4 804 772
Lionel Jospin (Parti socialiste) 16,18 % 4 610 267
François Bayrou (Union pour la démocratie française) 06,84 % 1 949 219
Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) 05,72 % 1 630 118
Jean-Pierre Chevènement (Mouvement des citoyens, soutenu par le Pôle républicain) 05,33 % 1 518 568
Noël Mamère (Les Verts) 05,25 % 1 495 774
Olivier Besancenot (Ligue communiste révolutionnaire) 04,25 % 1 210 562
Jean Saint-Josse (Chasse, pêche, nature et traditions) 04,23 % 1 204 801
Alain Madelin (Démocratie libérale) 03,91 % 1 113 551
Robert Hue (Parti communiste français) 03,37 % 960 548
Bruno Mégret (Mouvement national républicain) 02,34 % 667 043
Christiane Taubira (Parti radical de gauche) 02,32 % 660 515
Corinne Lepage (Citoyenneté action participation pour le XXIe siècle) 01,88 % 535 875
Christine Boutin (Forum des républicains sociaux) 01,19 % 339 157
Daniel Gluckstein (Parti des travailleurs) 00,47 % 132 696

Source: Ministère de l'Intérieur [lire en ligne]

Second tour, le 5 mai 2002

Nombre  % Inscrits  % Votants
Inscrits 41 192 272 100,00
Abstentions 8 359 440 20,29
Votants 32 832 832 79,71
Blancs ou nuls 1 769 904 5,39
Exprimés 31 062 928 94,61

Jacques Chirac (RPR) 82,21 % 25 537 894
Jean-Marie Le Pen (FN) 17,79 % 5 525 034


Élection présidentielle de 2007

Résultats de l'élection présidentielle française du 22 avril et du 6 mai 2007
Candidat Parti 1er tour 2e tour Position au second tour
Voix  % Voix  %
Nicolas Sarkozy Union pour un mouvement populaire 11 448 663 31,18 % 18 983 138 53,06 % Qualifié
Ségolène Royal Parti socialiste, soutenue par le PRG et le MRC 9 500 112 25,87 % 16 790 440 46,94 % Qualifiée
François Bayrou Union pour la démocratie française, soutenu par AL, Cap21, le MEI, le PF et le RCF 6 820 119 18,57 %   Pas de consigne de vote.
Ne votera pas Nicolas Sarkozy « à titre personnel ».
Jean-Marie Le Pen Front national, soutenu par le MNR et le PP 3 834 530 10,44 % Appelle à l'abstention ou au vote blanc « à titre personnel ».
Olivier Besancenot Ligue communiste révolutionnaire 1 498 581 04,08 % Appelle à manifester le 1er mai pour les « mesures d'urgence sociales » qu'il a défendues durant la campagne, avant d'appeler à « voter contre Nicolas Sarkozy, sans pour autant soutenir Ségolène Royal ».
Philippe de Villiers Mouvement pour la France 818 407 02,23 % Invite à voter Nicolas Sarkozy.
Marie-George Buffet Gauche populaire et antilibérale, soutenue par le PCF 707 268 01,93 % Appelle à voter Ségolène Royal.
Dominique Voynet Les Verts, soutenue par RPS 576 666 01,57 % Appelle à voter Ségolène Royal.
Arlette Laguiller Lutte ouvrière 487 857 01,33 % Appelle à voter Ségolène Royal.
José Bové Sans étiquette, soutenu par une partie du CIUN 483 008

01,32 %

Appelle à voter Ségolène Royal.
Frédéric Nihous Chasse, pêche, nature et traditions 420 645

01,15 %

Appelle à « rejeter l'écologie punitive inspirée par les Verts » et « à ne pas se tromper de candidat ».
Gérard Schivardi Comité national pour la reconquête des services publics, soutenu par le PT 123 540 00,34 % Pas de consigne de vote.
Vote blanc « à titre personnel ».
 
Suffrages exprimés 36 719 396 98,56 % 35 773 578 95,80 %
Majorité absolue 18 359 698 50 %
Blancs ou nuls 534 846 1,44 % 1 568 426 4,20 %
Votants 37 254 242 83,77 % 37 342 004 83,97 %
Abstentions 7 218 592 16,23 % 7 130 729 16,03 %
Inscrits 44 472 834 44 472 733
Résultats officiels du Conseil constitutionnel : premier tour, second tour

Sources

  1. a  et b Jean-Pierre Maury, « France – Élection du président de la République – 1981 », sur le site de l'université de Perpignan, mjp.univ-perp.fr, consulté le 16 mai 2009

Voir aussi

Liens internes

Liens externes


Élections présidentielles françaises de la Ve République
1958 · 1965 · 1969 · 1974 · 1981 · 1988 · 1995 · 2002 · 2007
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « %C3%89lections pr%C3%A9sidentielles sous la Cinqui%C3%A8me R%C3%A9publique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Archives des élections présidentielles en France sous la Vème République de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”