Ordre de Saint-Jean de Jérusalem
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ordre de Malte.

L'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte est l'appellation complète de l'ordre (catholique) connu généralement sous le nom d'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, mais aussi sous le nom d'ordre de l'Hôpital, d'ordre Hospitalier ou plus simplement les Hospitaliers et en latin : Ordo Hospitalis sancti Johannis Ierosolimitani.

Son origine remonterait au XIe siècle dans l'installation de marchands amalfitains à Jérusalem puis dans la création d'hôpitaux en Terre sainte (d'où le nom d'Hospitalier). À l'image des Templiers, il devient militaire en plus d'être hospitalier pour défendre d'abord les pèlerins malades dans les hôpitaux de l'ordre puis combattre les sarrasins. Après son expulsion de Terre sainte, l'ordre s'installera à Chypre avant de conquérir l'île de Rhodes. L'Ordre devient alors une puissance maritime pour continuer à être le rempart des chrétiens contre les sarrasins. Expulsé une nouvelle fois, l'ordre deviendra Prince de Malte par le plaisir de Charles Quint. Avec ses chevaliers, l'ordre se transforme en une puissance souveraine qui prend de plus en plus de place en Méditerranée centrale. Le général Bonaparte expulsera le grand maître et les chevaliers de l'île de Malte au nom de la République française. À la suite de cette expulsion, l'ordre se place sous la protection de Paul Ier de Russie. À la mort de celui-ci, s'ensuit une période noire pour l'ordre jusqu'à son renouveau. C'est sous le nom d'ordre souverain de Malte que l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem devient l'un des organismes humanitaires les plus actifs[1] mais plus tellement religieux et absolument plus militaire.

Sommaire

Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en Terre sainte

Le signe de la croix sur la poitrine du bienheureux Frère Gérard

L’ordre a son origine au monastère Sainte-Marie-Latine, fondé à Jérusalem au milieu du XIe siècle par des marchands amalfitains. Le supérieur, Frère Gérard dit Gérard Tenque, crée vers 1080, à côté du monastère, une nouvelle « hostellerie » (ou hospice) et une église dédié à Jean le Baptiste. Son rôle est d’accueillir et de soigner les chrétiens venus accomplir un pèlerinage en Terre sainte.

Jérusalem est, à cette époque, sous domination musulmane. Lors de la première Croisade en 1099, Jérusalem passe sous domination chrétienne. Le bienheureux Gérard demande la reconnaissance de son « hostellerie » comme ordre monastique. Le pape Pascal II promulgue une bulle en ce sens le 15 février 1113[2]. La confrérie de l'Hôpital de Jérusalem devient ensuite un ordre militaire, à l'image de celui des Templiers[3].

Comme les Templiers, les Hospitaliers vont alors jouer un rôle de premier plan sur l'échiquier politique du royaume de Jérusalem. En 1137, ils reçoivent de Foulques Ier, roi de Jérusalem, la garde de la forteresse de Bath-Gibelin ; en 1142 celle du krak des Chevaliers. Leur structure militaire et leurs places fortes en font une armée très efficace, même si elle n'hésite pas à s'ingérer dans la conduite du royaume de Jérusalem[4]

L'ordre suit les vicissitudes des États latins de Terre Sainte et leur recul progressif vers la côte. Le 28 mai 1291, les croisés perdent Saint-Jean-d'Acre à l'issue d'une bataille sanglante durant laquelle le grand maître hospitalier, Guillaume de Villiers, est grièvement blessé. Les Templiers et les Hospitaliers, avec les dernières forces franques, sont alors obligés de quitter la Terre sainte. Les Hospitaliers s'installent alors à Chypre[5].


Ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Rhodes

L'ordre se replie à Chypre où se trouve déjà le roi titulaire de Jérusalem, Henri II de Lusignan, lequel voit d'un mauvais œil une organisation aussi puissante s'installer sur son royaume. Là, l'ordre instaure, en 1301, une structure élaborée pour ses possessions en Occident fondée sur les « Langues ». Les Hospitaliers sont répartis en fonction de leurs origines en « Langue » de Provence, d'Auvergne, de France, d'Aragon, de Castille, d'Italie, d'Angleterre, d'Allemagne[6]. En 1306, le pape Clément V autorise les Hospitaliers à armer des navires. Les Hospitaliers développent la grande flotte qui fait leur réputation et associée avec leur organisation, exemplaire pour l'époque, qui leur permet de tirer un grand profit de leurs possessions en Occident, cela les autorise à entretenir l'espoir d'une reconquête de la Terre sainte[5].

Entre 1307 et 1310, l’ordre, dont la rivalité avec le roi de Chypre ne cesse de croître, conquiert l’île de Rhodes, alors sous souveraineté byzantine[7]. Rhodes devient le nouveau siège de l'ordre. En 1311, il renoue avec ses origines en créant le premier hôpital de l'île de Rhodes[8].

Siège de Rhodes en 1480

Le 2 mai 1312, la richesse de l'ordre s'accroît encore par le transfert ad providam des biens des Templiers, (à l'exception de leurs possessions d'Espagne et du Portugal, où deux ordres naissent des cendres de l’ordre du Temple, l’ordre de Montesa et l’ordre du Christ). L’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem transforme son action militaire en guerre de course, alors peu différente de la piraterie. Signe d'un enrichissement des Hospitaliers en même temps que d'une conquête de souveraineté, l'ordre se met à battre monnaie à l'effigie des grands maîtres[9].

Mais, pendant que les chevaliers de Rhodes exercent un contrôle maritime sur la mer Égée, la dynastie ottomane conquiert peu à peu les territoires riverains. En 1396, une croisade soutenue par l'Ordre essuie un échec sanglant à Nicopolis. Après cet échec, tout espoir de reconquête des Lieux Saints est définitivement perdu. En 1440 et en 1444, l'île de Rhodes est assiégée par le sultan d'Égypte, mais les chevaliers de Rhodes repoussent ces deux attaques[8].

En 1453, le sultan Méhémet II s'empare de Constantinople ; le grand maître Jean de Lastic se prépare à un siège. Celui-ci ne survient qu'en 1480[10] et le grand maître Pierre d'Aubusson repousse à trois reprises l'assaut des troupes du pacha Misach, ancien prince byzantin converti à l'Islam, grâce à des secours en provenance de France, conduits par le propre frère du grand maître, Antoine d'Aubusson.

Le siège décisif a lieu en 1522[11]. Le sultan Soliman le Magnifique assiège pendant cinq mois la ville de Rhodes avec 200 000 hommes et ne parvient à la prendre qu'à la suite de la trahison du grand chancelier d'Amaral. Impressionné par la résistance héroïque du grand maître Philippe de Villiers de L'Isle-Adam, il accorde libre passage aux chevaliers rescapés. Emportant dans trente navires leur trésor, leurs archives et leurs reliques, dont la précieuse icône de la Vierge de Philerme[12], l'un des symboles de l'ordre, (aujourd'hui conservée au Monastère de Cetinje au Monténégro avec la main droite de Saint Jean Baptiste[13].) les chevaliers quittent définitivement la Méditerranée orientale le 1er janvier 1523[8].

Icône originale de Notre Dame de Philerme

Ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Malte

Siège de Malte en 1565

Les Hospitaliers entament, en 1523, une errance de sept années qui les conduit d'abord à Civitavecchia, en Italie. En 1528, le pape Clément VII, ancien Hospitalier, les héberge à Viterbe ; mais, finalement, ils partent pour Nice peu de temps après[14].

L'empereur Charles Quint, comprenant l'utilité que peut avoir un ordre militaire en Méditerranée face aux avancées ottomanes (Alger est conquis par le célèbre Barberousse en 1529), confie à l'ordre l'archipel de Malte, dépendance du royaume de Sicile, par un acte du 24 mars 1530, faisant du grand maître de l'ordre le prince de Malte.

Ordre de Malte

Article détaillé : Ordre souverain de Malte.

Grands maîtres de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Depuis le Frère Gérard dit Gérard Tenque, le fondateur de l'ordre[15], l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem a à sa tête un supérieur nommé à vie. C'est en 1267, sous la magistrature de Hugues de Revel, que le titre de grand maître est accordé au supérieur de l'ordre par un bref du pape Clément IV[16]

Notes et références

  1. Grand Prix Humanitaire 2007 de l'Institut de France
  2. Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l’ordre de Malte, Perrin, Paris, 2006, (ISBN 2-262-02115-5), p. 13.
  3. B. Galimard Flavigny, op. cit., p. 28.
  4. B. Galimard Flavigny, op. cit., pp. 36-37.
  5. a et b B. Galimard Flavigny, op. cit., p. 20.
  6. B. Galimard Flavigny, op. cit., pp. 50-54.
  7. B. Galimard Flavigny, op. cit., pp. 109-126.
  8. a, b et c B. Galimard Flavigny, op. cit., p. 331.
  9. Demurger, 2005, p. 467.
  10. Nicolas Vatin, L'Ordre de Saint-Jean-de Jérusalem, l'Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480–1522), coll. « Turcica » no 7, Paris, 1994. (ISBN 2-87723-161-5)
  11. Eric Brockman, The Two Sieges of Rhodes, 1480–1522, Londres, 1969.
  12. Selon la tradition, la Vierge de Phileremos a été peinte par saint Luc l'évangéliste. Elle aurait été apportée à Rhodes de Jérusalem vers l'an 1000 par un riche insulaire.
  13. http://www.smom-za.org/saints/philerme.htm
  14. B. Galimard Flavigny, op. cit., p. 332
  15. B. Galimard Flavigny, op. cit., p. 17
  16. B. Galimard Flavigny, op. cit., p. 50

Bibliographie

  • (fr) Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l’ordre de Malte, Perrin, Paris, 2006 (ISBN 2-262-02115-5) source principale utilisée pour la rédaction de l’article
  • (fr) Alain Blondy, Le Gallicanisme et l'Ordre de Saint Jean, L'Alliance française de Malte, 1992
  • (fr) Claude Petiet, L'Ordre de Malte face aux Turcs : politique et stratégie en Méditerranée au XVIe siècle, Éd. Hérault, Paris, 1997.
  • (fr) Claude Petiet, Le Roi et le Grand Maître. L'Ordre de Malte et la France au XVIIe siècle, Éd. Paris Méditerranée, Paris, 2002, ISBN 2-84272-147-0.
  • (fr) Claude Petiet, Ces messieurs de la Religion. L'Ordre de Malte au XVIIIe siècle ou le crépuscule d'une épopée, Éd. France Empire, Paris 1992.
  • (fr) Gilles d'Aubigny et Bernard Capo, Les Hospitaliers de Malte, neuf siècles au service des autres, Ordre de Malte-France, 1999
  • (fr) Antoine Calvet, Les Légendes de l’hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, Ceroc n°11, 2000
  • (en) R. Cohen, édition Project Gutenberg, Knights of Malta, 1523-1798, publié en 1920
  • (fr) Joseph Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre Sainte et à Chypre, 1100 - 1310, E. Leroux, Paris, 1904
  • (fr) Alain Demurger, Chevaliers du Christ, les ordres religieux-militaires au Moyen Âge, Seuil, 2002 ISBN 2-02-049888-X
  • (en) Colonel Edwing-James King, The Knight Hospitaliers in the Holy Land, Londres, 1931
  • (fr) Claire Éliane Engel, Histoire de l'Ordre de Malte, Nagel, 1968
  • (fr) Michel Fontenay, De Rhode à Malte : l'évolution de la flotte des Hospitaliers au XVIe siècle, Genève 1987
  • (de) Georg Bernhard Hafkemeyer, Der Rechtsstatus des Souveränen Malteser-Ritter-Ordens als Völkerrechtssubjekt ohne Gebietshoheit, Hambourg 1955 ;
  • (fr) Olivier Matthey-Doret, du Moine hospitalier du XIes. au Citoyen engagé au XXIes., Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, commission héraldique et numismatique ;
  • (en) Noonan Jr, The Church Visible: The Ceremonial Life and Protocol of the Roman Catholic Church, 196 p., publié en 1996, ISBN 0-670-86745-4 ;
  • (fr) Guy Perny, Les Origines lorraines et alsaciennes de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Malte, Société de l'Histoire de l'Ordre de Malte, 1980
  • (fr) Géraud Michel de Pierredon, Ordre souverain de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte (Atlantica, Biarritz, 1999, ISBN 2-84394-178-4) ;
  • (de) Robert Prantner, Malteserorden und Völkergemeinschaft, Duncker und Humblot, Berlin 1974, IS ;
  • (en) Piers Paul Read, The Templars, Éditions Imago 1999, 118 p., ISBN 85-312-0735-5 ;
  • (en) Jonathan Riley-Smith, The Atlas of the Crusades, Facts On File, Oxford, 1991 ;
  • (fr) Robert Serrou, L'Ordre de Malte,Éditions Guy Victor, 1963 ;
  • (en) Christopher Tyerman God's War: A New History of the Crusades , publié en 2006, 253 p., ISBN 0-7139-9220-4) ;
  • (en) R.M.M. Wallace, International Law, 1992, 76 p.
  • (de) Adam Wienand (Hrsg.), Der Johanniter-Orden, der Malteser-Orden. Der ritterliche Orden des hl. Johannes vom Spital zu Jerusalem, seine Geschichte, seine Aufgaben, Cologne 1988, ISBN 3-87909-163-3
  • (fr) Les Statuts de l'Ordre de l'Hôpital, Bibliothèque de l'École des chartes, Paris 1887
  • (fr) Nicolas Vatin, L’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, l'Empire Ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Peeters, Paris-Louvain, 1994
  • (en) Paul Cassar, Médical History of Malta, Londres, 1964
  • (fr) Erik Svane et Dan Greenberg, Croisade vers la Terre Sainte, Éditions Paquet, 2007 ISBN 978-2888902287
  • (fr) Pierre Mollier, Malte, les Chevaliers et la Franc-maçonnerie in Les Cahiers de la Méditerranée, La Franc-maçonnerie en Méditerranée (XVIIIes.-XXes.), n°72, Juin 2006, pp. 1-15.

Liens internes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ordre de Saint-Jean de Jérusalem de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte — 38°43′30″N 8°08′36″O / 38.725, 8.14333 …   Wikipédia en Français

  • Ordre de Saint-Jean-de-Dieu — Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu Saint Jean de Dieu L’ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu ou Frères de la Charité a été fondé à Grenade (Espagne) en 1537, par saint Jean de Dieu, pour le soin des pauvres et des malades. Aujourd hui,… …   Wikipédia en Français

  • Ordre de Saint Jean de Dieu — Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu Saint Jean de Dieu L’ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu ou Frères de la Charité a été fondé à Grenade (Espagne) en 1537, par saint Jean de Dieu, pour le soin des pauvres et des malades. Aujourd hui,… …   Wikipédia en Français

  • Ordre de saint Jean de Dieu — Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu Saint Jean de Dieu L’ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu ou Frères de la Charité a été fondé à Grenade (Espagne) en 1537, par saint Jean de Dieu, pour le soin des pauvres et des malades. Aujourd hui,… …   Wikipédia en Français

  • Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Dieu — Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu Saint Jean de Dieu L’ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu ou Frères de la Charité a été fondé à Grenade (Espagne) en 1537, par saint Jean de Dieu, pour le soin des pauvres et des malades. Aujourd hui,… …   Wikipédia en Français

  • Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu — Saint Jean de Dieu L’ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu ou Frères de la Charité a été fondé à Grenade (Espagne) en 1537, par saint Jean de Dieu, pour le soin des pauvres et des malades. Aujourd hui, cet ordre religieux soigne et accueille… …   Wikipédia en Français

  • Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu — Saint Jean de Dieu L’ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu ou Frères de la Charité a été fondé à Grenade (Espagne) en 1537, par saint Jean de Dieu, pour le soin des pauvres et des malades. Aujourd hui, cet ordre religieux soigne et accueille… …   Wikipédia en Français

  • Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem — Ordre de Saint Lazare Armoiries de l’ordre. L’ordre de Saint Lazare est un ordre hospitalier fondé à Jérusalem au XIe siècle pour s’occuper des lépreux, devenu ordre militaire à la fin du XIIe siècle et disparu au …   Wikipédia en Français

  • Ordre Militaire et Hospitalier de Saint Lazare de Jérusalem — Ordre de Saint Lazare Armoiries de l’ordre. L’ordre de Saint Lazare est un ordre hospitalier fondé à Jérusalem au XIe siècle pour s’occuper des lépreux, devenu ordre militaire à la fin du XIIe siècle et disparu au …   Wikipédia en Français

  • Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en Terre Sainte — Pour les articles homonymes, voir Ordre de Malte. L ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, tel est l appellation complète d un ordre connu généralement comme ordre de Saint Jean de Jérusalem, mais aussi sous le… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”