Ange René Armand De Mackau

Ange René Armand de Mackau

Le baron Ange René Armand de Mackau est un marin et homme politique français né à Paris le 17 février 1788 et mort dans la même ville le 13 mai 1855.

Sommaire

Biographie

Issu d'une ancienne famille irlandaise qui suivit en France le roi Jacques II, petit-fils de la sous-gouvernante des sœurs de Louis XVI, il fut élevé dans la même institution que Jérôme Bonaparte et entra à seize ans dans la marine comme novice. Sous les ordres de Jérôme Bonaparte, il s'embarqua sur le vaisseau le Vétéran. Au retour de cette campagne dans l'Atlantique et la mer des Antilles, sa conduite et ses connaissances acquises lui valurent le grade d'aspirant de 1re classe, après un brillant examen à Rochefort (1808). Il fut alors appelé au commandement d'une station de gardes-côtes qui eut d'honorables engagements avec la croisière britannique.

Il fit ensuite une longue croisière sur la frégate l'Hortense commandée par le commandant Baudin qui, ayant été promu au grade de contre-amiral, s'attacha Ange de Mackau comme sous-adjudant et le garda près de lui au sein de l'escadre de la Méditerranée jusqu'en 1810.

À cette époque, Mackau passa comme second sur le brick l'Abeille. Le 26 mai 1811, au retour d'une mission en Corse, l'Abeille rencontra l'Alacrity, brick britannique de dimensions et de force supérieures, et n'hésita pas à l'attaquer. Après avoir vu tous ses officiers mis hors de combat, quinze hommes de son équipage tués et vingt autres blessés, l'Alacrity se rendit et elle fut traînée en triomphe à Bastia. En récompense de ce succès, Mackau fut promu lieutenant de vaisseau, fait chevalier de la Légion d'honneur, et reçut le commandement du bâtiment capturé.

Après plusieurs autres combats et la prise de plusieurs navires marchands, Mackau fut nommé, en 1812, capitaine de frégate ; il avait vingt-quatre ans. Il reçut le commandement de l'escadre française chargée de protéger les côtes de Toscane. En cette qualité, il participa, en décembre 1812, à la défense de Livourne et put, en 1813, ramener à Toulon tous les vaisseaux de son escadre et une grande quantité d'approvisionnements tirés de Livourne et de Gênes.

Sous la Restauration

Sous la Restauration, qui lui conserva son grade, il sollicita et obtint des missions importantes à l'île Bourbon et à Madagascar, sur laquelle il obtint et donna des informations utiles. En 1816, il fut nommé second à bord de la frégate l'Eurydice et, en 1818, il reçut le commandement du Golo et fit campagne dans presque toutes les mers du globe en même temps qu'il participa à d'importants travaux hydrographiques.

Nommé capitaine de vaisseau le 1er septembre 1819, il fut envoyé au Sénégal où le gouvernement envisageait de fonder de vastes établissements. Après enquête, il conclut à l'abandon de ce projet et au seul maintien du comptoir existant. Selon lui, le Sénégal ne pouvait être qu'une colonie d'échanges et non d'exploitation agricole. À l'occasion de cette mission, il recueillit également des informations sur la traite des noirs.

À son retour en France, il fut nommé gentilhomme de la chambre du roi Louis XVIII et reçut, en juin 1821, le commandement de la Clorinde, frégate de 58 canons, sur laquelle il parcourut l'Océan Pacifique, et alla conduire des négociations avec les nouveaux États de l'Amérique du Sud, le Chili et le Pérou. En 1825, il fut envoyé devant Haïti pour y faire accepter l'ordonnance d'affranchissement du 17 avril 1825, qui reconnaissait l'indépendance de l'île tout en prévoyant, en contrepartie, certains avantages pour la France. Après d'assez longs pourparlers, il obtint que l'ordonnance fût entérinée.

Nommé contre-amiral le 1er septembre 1825, membre du conseil d'amirauté en 1828, directeur du personnel de la marine le 17 septembre 1829, il participa à la préparation de l'expédition d'Alger, et y montra une fermeté de volonté et une puissance d'application remarquées.

Sous la monarchie de Juillet

Président du collège électoral de Lorient, l'amiral de Mackau fut élu député par le 2e arrondissement électoral du Morbihan (Lorient) le 23 juin 1830[1].

Il prêta serment à la monarchie de Juillet, renonça à la direction du personnel, et fut nommé, en 1831, commandant de l'« escadre des Dunes » réunie au moment où la guerre entre la Belgique et la Hollande menaçait la politique européenne des plus graves complications. Cette escadre transporta la garnison d'Anvers de Dunkerque à Flessingue et fut chargée du blocus des ports hollandais.

Rentré à Cherbourg, l'amiral de Mackau fut nommé au commandement de la station des Antilles. C'était au moment de l'insulte dont le consul de France, Adolphe Barrot, venait d'être l'objet en étant brutalement jeté en prison. Après avoir fait connaître au gouvernement de la Nouvelle-Grenade les réparations qu'exigeait le gouvernement français, et en avoir éprouvé un premier refus, M. de Mackau prépara ses moyens d'action en attendant les dernières instructions de Paris ; près d'une année s'écoula. Enfin les ordres reçus lui ayant accordé la plus grande latitude, il partit de la Martinique avec cinq bâtiments de la station et le consul outragé, arriva à l'improviste sous Carthagène, força la passe de Boca-Chica, et se plaça de manière à pouvoir prendre à revers les forts de la seule entrée de ce port, puis il renoua les négociations et obtint les plus complètes réparations.

Après avoir rendu à la marine d'autres services importants, l'amiral fut chargé d'aller inspecter les établissements de pêche français à Saint-Pierre-et-Miquelon, et sur l'île de Terre-Neuve. Il était à peine de retour en France lorsque la rupture avec les États-Unis devint imminente. Il fallait prendre des mesures pour couvrir les établissements et le commerce français aux Antilles et dans l'Atlantique : l'amiral de Mackau fut nommé en 1836 commandant en chef des forces navales aux Antilles et gouverneur de la Martinique ; mais la guerre fut évitée. Dans ses fonctions, Mackau eut à se préoccuper du mouvement anti-esclavagiste qui naissait alors et s'efforça d'améliorer le sort des noirs.

Mackau quitta son gouvernement de la Martinique. Sur la route, la frégate la Terpsichore, sur laquelle il se trouvait avec toute sa famille, fut assaillie par une terrible tempête, et resta plusieurs jours en perdition sur les côtes de l'Irlande. Dans ces graves circonstances, il prit le commandement supérieur de la frégate, et, secondé par le commandant, l'état-major et l'équipage, il parvint à conduire la Terpsichore dans le port de Cork en Irlande.

Vice-amiral le 30 mai 1837 et de nouveau membre du conseil d'amirauté, Mackau alla, en 1840, à la tête de 43 vaisseaux de guerre, faire d'énergiques démonstrations devant Río de la Plata à la suite desquelles il conclut une convention avec Rosas, dictateur de la République Argentine (29 octobre 1840).

Pair de France le 20 juillet 1842, il commandait l'escadre de la Méditerranée lorsqu'il fut appelé au ministère de la Marine et des Colonies le 24 juillet 1843 en remplacement de l'amiral Roussin. Durant son administration, il réorganisa le service du contrôle et de la comptabilité, proposa les lois des 18 et 19 juillet 1845 qui préparaient l'abolition de l'esclavage et celle du 3 juillet 1846 ouvrant un crédit de 93 millions pour l'achèvement de la flotte de guerre française[2]. Plusieurs procès vinrent appeler l'attention publique sur les abus et le désordre qui régnaient dans l'administration de la marine. Mackau s'efforça en vain d'y remédier et accepta l'enquête demandée par la Chambre des députés. Par ailleurs, le Parlement jugeait insuffisantes les mesures prises contre l'esclavage et les députés votèrent la proposition de Ledru-Rollin sur ce sujet. Mis en échec sur une question dont le cabinet refusa de se déclarer solidaire, Mackau donna sa démission le 8 mai 1847. Grand-croix de la Légion d'honneur du 29 octobre 1845, il fut promu amiral le 23 décembre 1847.

Il resta à l'écart sous la Deuxième République et entra de droit au Sénat du Second Empire en qualité d'amiral le 26 janvier 1852. Il mourut trois ans plus tard après avoir vainement demandé, lors de la guerre d'Orient, un commandement que l'état de sa santé ne lui eût sans doute pas permis d'exercer.

Il était le père d'Armand de Mackau (1832-1918), député sous la Troisième République.

Références

Sources

Notes

  1. 102 voix sur 201 votants et 228 inscrits contre 98 à M. Fruchard
  2. Procés-verbaux de la chambre des députés T. V p.40 disponibles sur le site Google Book

Chronologies

Précédé par Ange René Armand de Mackau Suivi par
Albin Roussin
Meuble héraldique Ancre 02.svg Ministre de la Marine et des Colonies Héraldique meuble Palmier.svg
24 juillet 1843 - 9 mai 1847
Louis Napoléon Lannes

  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
Ce document provient de « Ange Ren%C3%A9 Armand de Mackau ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ange René Armand De Mackau de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ange-René-Armand de Mackau — Le baron Ange René Armand de Mackau est un marin et homme politique français né à Paris le 17 février 1788 et mort dans la même ville le 13 mai 1855. Sommaire 1 Biographie 1.1 Sous la Restauration 1.2 Sous la …   Wikipédia en Français

  • Ange Rene Armand de Mackau — Ange René Armand de Mackau Le baron Ange René Armand de Mackau est un marin et homme politique français né à Paris le 17 février 1788 et mort dans la même ville le 13 mai 1855. Sommaire 1 Biographie 1.1 Sous la Restauration 1.2 Sous la …   Wikipédia en Français

  • Ange rené armand de mackau — Le baron Ange René Armand de Mackau est un marin et homme politique français né à Paris le 17 février 1788 et mort dans la même ville le 13 mai 1855. Sommaire 1 Biographie 1.1 Sous la Restauration 1.2 Sous la …   Wikipédia en Français

  • Ange René Armand de Mackau — (* 17. Februar 1788 in Paris; † 13. Mai 1855 ebenda) war ein französischer Admiral und Politiker. Leben Die Familie von Ange René Armand de Mackau war mit Jakob II. nach Paris gekommen. Der Sohn von Ange René Armand de Mackau war Armand de Mackau …   Deutsch Wikipedia

  • Ange René Armand de Mackau — Le baron de Mackau et Jean Pierre Boyer lors de la négociation du traité franco haïtien de 1825. Le baron Ange René Armand de Mackau est un marin et homme politique français né à Paris le 17 février 1788 et mort dans la même ville le 13 mai 1855 …   Wikipédia en Français

  • Ange René Armand, baron de Mackau — Ange René Armand de Mackau Le baron Ange René Armand de Mackau est un marin et homme politique français né à Paris le 17 février 1788 et mort dans la même ville le 13 mai 1855. Sommaire 1 Biographie 1.1 Sous la Restauration 1.2 Sous la …   Wikipédia en Français

  • Ange Mackau — Ange René Armand de Mackau Le baron Ange René Armand de Mackau est un marin et homme politique français né à Paris le 17 février 1788 et mort dans la même ville le 13 mai 1855. Sommaire 1 Biographie 1.1 Sous la Restauration 1.2 Sous la …   Wikipédia en Français

  • Ange — ist ein männlicher und auch weiblicher Vorname. Inhaltsverzeichnis 1 Herkunft und Bedeutung 2 Namensträger 3 Namensträgerinnen 4 Einzelnachweise …   Deutsch Wikipedia

  • Mackau — (Mako), Ange René Armand, Comte de, franz. Admiral, geb. 1788, unter Louis Philipp 1843 Marineminister, jetzt Senator, stets mehr als Diplomate denn als Kriegsmann verwendet …   Herders Conversations-Lexikon

  • Liste Des Ministres Français De La Marine Et Des Colonies — Article détaillé : Ministère de l Outre mer. Sommaire …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”